Socialisez

FacebookTwitterRSS

Lettre ouverte au Président démocratiquement élu des Etats-Unis Barrack Obama : demande de non invitation du dictateur sanguinaire O. Bongo à votre investiture du 20 Janvier 2009

Auteur/Source: · Date: 9 Jan 2009
Catégorie(s): Communiqués BDP,Monde

Mr le président, Barack Obama, le peuple américain vous a brillamment élu à la tête de la première puissance politique, économique et militaire du monde lors du scrutin présidentiel du 4 novembre 2008.

Depuis le Canada où je réside comme exilé politique, j’ai pleuré de joie et d’espoir que vous représentez non seulement pour les Etats-Unis d’Amérique mais aussi pour le monde entier et particulièrement pour l’Afrique, continent à la remorque des autres à cause de dictateurs sanguinaires de l’acabit de O. Bongo.
Mr le président démocratiquement élu des Etats-Unis, Barack Obama, si vous avez pu accéder à la magistrature suprême de votre beau et grand pays, c’est grâce à une forme formidable d’organisation de la société qui est la démocratie.

Cette démocratie est une forme d’organisation politique dans laquelle le peuple souverain a la possibilité d’exercer librement ses droits (choix de vote, liberté d’expression, liberté d’association…).

Ce terme de démocratie est formé de deux racines grecques demos (le peuple) et cratos (le gouvernement, le règne, le pouvoir) et désigne coutumièrement le pouvoir du plus grand nombre ou le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple.

Malgré les sondages originels qui vous donnaient perdant non seulement au niveau interne du parti démocrate mais aussi national, vous avez su, par votre éloquence, maîtrise des dossiers, génie…mobiliser un électorat multicolore.

Grâce à la démocratie, cet électorat, indépendamment du revenu, de la position sociale, du sexe, de la religion, de la couleur de peau… vous a donc confié les rennes du plus puissant pays au monde.

Grâce à la démocratie et avec votre slogan « Yes we can » vous avez su, pour accéder à la Maison blanche, mettre le focus sur votre programme de société et attiré sur votre nom la majorité des électeurs dans le vote populaire (52% des suffrages supprimés) et de celui des grands électeurs.

Au soir de votre élection, vous aviez dit, au travers de votre célèbre slogan « Yes we can », que votre accession à la magistrature suprême des Etats-Unis n’était pas seulement un vent d’espoir pour le peuple américain mais également pour de milliers de personnes dans le monde et notamment en Afrique.

Mr Barack Obama, cette valeur fondamentale à laquelle vous tenez énormément et qui a fait de vous le premier président noir démocratiquement élu des Etats-Unis est quotidiennement violée, bafouée, foulée du pied par maintes dictatures disséminées çà et là dans le monde et notamment en Afrique, terre de naissance de votre père.

A cause de ces dictatures sans foi ni loi, le continent africain est à la remorque de tous les autres. A cause de ces régimes kleptocrates, le continent africain est le plus pauvre malgré pourtant l’immensité des richesses de ce dernier.

A cause de leur kleptomanie animalière ces régimes autocratiques paupérisent leurs populations, poussent leurs jeunes à l’émigration clandestine en Occident et très certainement à une mort certaine sur les plages occidentales.

Mr le président démocratiquement élu des Etats-Unis, Barack Obama, la pauvreté de l’Afrique n’est pas une fatalité. Elle est cultivée par les dictatures sanguinaires en place.

L’une de ces dictatures sanguinaires est celle dirigée depuis 41 ans par l’imposteur O. Bongo. Ce dernier est arrivé au pouvoir en 1967 (avant même que je sois né) à la faveur d’un coup d’état constitutionnel.

Et il s’y est maintenu par des coups d’états électoraux grâce au soutien politique, militaire, financier et logistique de la France (la France au sens des administrations centrales basées à Paris et non du peuple qui reste un ami de celui gabonais) soit disant au passage pays de respect des Droits de l’Homme.

Avec l’appui de la France, toute opposition politique, tout effort de développement du Gabon par la société civile… sont systématiquement tués dans l’œuf par la dictature de O. Bongo. Avec l’appui de la France, O. Bongo a mis 41 ans au pouvoir (rendez-vous compte que vous n’aviez à peine que 8 ans quand cette personne est machiavéliquement arrivée à la tête de l’Etat gabonais).

Au lieu de taper du poing sur la table, la France a laissé faire les dictatures mises en place dans ses anciennes colonies au point que les autocrates locaux excellent aujourd’hui dans la malveillante gouvernance et la violation des droits fondamentaux des citoyens.

En fait, cela n’est pas trop étonnant de la France puisqu’elle a toujours infantilisé les africains et estimé que la démocratie n’est pas bonne pour les nègres. D’où, cette humiliation qu’elle impose durablement à ses « anciennes » colonies et dont le dénouement risque de ne venir que par des guerres civiles à la rwandaise. Pour cela, elle est aussi complice que les génocidaires et dictateurs africains au pouvoir.

En plus de retarder le développement du Gabon par le pillage systématique des deniers de l’Etat, le régime dictatorial de O. Bongo arrête et emprisonne de manière arbitraire et ignominieuse les dignes représentants de la société civile.

En effet, le mercredi 31 décembre 2008 vers 12h 30mn, sept représentants de la société (M. Ona Essangui, G. Mpaga, G. Ngoua Mintsa, A. Moupopa, D. Kongou, G. Asséko, M. Edzang) ont été arbitrairement violentés et arrêtés par les sbires de O. Bongo.

Sans mandat d’arrêt et sans décliner leur identité, ils ont intimidé et arrêté les dignes représentants de la société civile gabonaise qui sont aujourd’hui sous mandat de dépôt à la prison centrale de Libreville.

Ces arrestations avaient quelque chose d’indécent. Pendant que l’autocrate O. Bongo faisait arrêter ignominieusement les représentants de la société civile gabonaise le matin du réveillon du nouvel an 2009 qu’ils devaient passer tranquillement avec leurs familles, il tenait le soir même un discours creux et soporifique d’ouverture de son gouvernement à cette même société civile et à l’opposition politique.

Président démocratiquement élu des Etats-Unis, Barack Obama, ces arrestations arbitraires font suite à la plainte déposée par des associations françaises (Transparency international, Sherpa et Survie) contre O. Bongo pour « les biens mal acquis » avec les deniers publics que ce monsieur détourne à l’Etat gabonais depuis 41 ans.

Par ailleurs, non content de détourner systématiquement les ressources financières du Gabon, ce régime dictatorial de O. Bongo assassine impunément, de manière sacrificielle, les innocentes populations civiles.

Les commanditaires de ces assassinats sont bien connus des autorités policières et judiciaires du Gabon mais ne sont guère arrêtés et sanctionnés. Pour cela, ce régime que je qualifie de « cannibale » devrait être poursuivi pour crimes contre l’humanité devant le Tribunal pénal international.

Pour toutes ces raisons, je vous demande solennellement, président démocratiquement élu des Etats-Unis, Barack Obama, de ne pas inviter le dictateur sanguinaire et kleptomane O. Bongo à votre magnifique investiture du 20 janvier 2009. Il n’est pas digne d’être à vos côtés et vous couvrira d’opprobre à vous, à votre famille et à la race noire toute entière.

A votre grande différence, ce monsieur n’a jamais été démocratiquement élu au Gabon depuis 41 ans qu’il est à la tête de ce petit pays très riche mais pauvre de par sa faute. Il est un imposteur et ne représente donc pas les gabonais dans leur plus grand nombre (il n’a pas de légitimité populaire et il n’a de légitimité légale que celle que lui a conférée la cour constitutionnelle façon façon et illégale dirigée par une parente à lui).

Sa présence et celle d’autres dictateurs sanguinaires africains à vos côtés seront un très mauvais signal que vous allez envoyer aux millions d’africains qui ont crû à votre message d’espoir et qui déchanteront amèrement au lendemain de votre investiture.

A cet égard, si jamais il était présent à votre investiture, la diaspora gabonaise et ses intellectuels comptent lui réserver à Washington un accueil digne de dictateur sanguinaire et kleptomane le 20 janvier 2009.

Président démocratiquement élu des Etats-Unis, Barack Obama, vous êtes un grand espoir pour l’Afrique qui entend amorcer un réel décollage politique, économique, social et culturel à l’issue de votre investiture. Cette chance de démarrage de l’Afrique est unique et ne se répètera peut-être que dans cent ou deux cents ans. Nous tenons donc à la saisir avec vous sinon après vous, l’Afrique ne sera qu’un immense cimetière à cause de la cupidité de ses propres fils dictateurs et kleptomanes de l’acabit de O. Bongo.

Espérant que ma requête retiendra votre haute et bienveillante attention, je vous prie, Monsieur le Président démocratiquement élu des Etats-Unis, Barrack Obama, d’agréer l’expression de ma très haute dévouée considération.

Jacques Janvier Rop’s Okoué Edou
Docteur en Economie et Finance Internationales
Professeur d’économie à l’UQAR et à l’ENAP (Québec – Canada)
Secrétaire régional du BDP en Amérique du Nord (USA/Canada)


SUR LE MÊME SUJET
Et Barack Obama fit tomber un autre dictateur
Hosni Moubarak, Ben Ali, Mouammar Kadhafi, (devrait-on ajouter Laurent Gbagbo à cette litanie?): La liste des dictateurs défaits par les peuples sous l'oeil aux apparences débonnaires, mais pourtant dur et intransigeant, de Barack Obama, ne cesse de s'allonger. Le dictateur yéménite Ali Abdullah Saleh a annoncé samedi son départ en exil pour les USA après que sa garde républicaine s'était mise à tirer à l'arme automatique sur les 100.000 personnes qui avaient marché près de 300 kilomètres vers la capitale pour demander son départ. 400.000 autres manifestants les avaient rejoint samedi dans Sana'a, la capitale yéménite. Au moins 9 personnes ont ...
Lire l'article
Gabon : le président Ali Bongo reçu par Barack Obama à Washington
Barack Obama a reçu le 9 juin, le président du Gabon. Ali Bongo y était invité en tant que chef de l'Etat qui préside, en ce moment, le Conseil de sécurité des Nations unies. Une invitation mal perçue par la société civile gabonaise, qui avait interpellé le président américain dans une lettre à la Maison Blanche. Avec notre correspondant à Washington, Raphaël Reynes Arrivé à la Maison Blanche en fin d'après-midi, le 9 juin, Ali Bongo Odimba a eu les honneurs du bureau ovale. Le président gabonais et son homologue américain ont eu un entretien en tête-à-tête. Entretien auquel la presse n'a ...
Lire l'article
Un an jour pour jour après son arrivée à la présidence de la République, Ali Bongo Ondimba, dans un discours prononcé, samedi soir, à l’occasion de ce premier anniversaire a relevé, « sans triomphalisme aucun » que « tout indique que le bilan est positif, si je m’en tiens à votre jugement, mes compatriotes, ainsi qu’aux encouragements de la communauté internationale ». ACCELARATION DU RYTHME DES REFORMES Si le numéro un gabonais a marqué sa satisfaction devant le lancement de « nombreux chantiers dans plusieurs secteurs: la route, l’énergie, l’éducation, la formation professionnelle, la protection sociale, la protection de l’environnement, l’industrialisation ...
Lire l'article
Libreville, 29 août (GABONEWS) – A quelques heures de la clôture de la campagne électorale dans l’optique de la présidentielle de ce dimanche 30 août, l’un des 18 candidats désormais, Ali Bongo Ondimba, a reçu une lettre ouverte dont voici l’intégralité telle que parvenue à la rédaction de GABONEWS. Texte : « Monsieur le Président, Cher frère : Loin de moi toute idée de vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué mais la cause est entendue. Demain, le peuple Gabonais qui vous a écouté et compris, découvert et apprécié sous vos traits et habits d’Homme d’Etat se rendra aux ...
Lire l'article
Pour imprimer le PDF de la pétition et nous envoyer la pétition par Courrier postal ou par fax, cliquez ici. (et prière de faire circuler partout dans le monde): Lisez la pétition, ensuite pour signer la pétition directement sur ce site, remplissez les informations dans le formulaire ci-dessous. PETITION INTERNATIONALE POUR L'HONNEUR DU GABON ET LA DIGNITE DE L'AFRIQUE La Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National vous invite à signer la pétition ci-après. La raison principale de la présente pétition est la suivante : Le régime Bongo, au pouvoir depuis 41 ans, a perverti l'imaginaire et compromis le devenir de générations ...
Lire l'article
Sur cette page, vous trouverez des liens vers les divers meetings de la Coalition. Meeting de Bruxelles des 30 et 31 mai 2009, "Etats-Généraux de la Réforme au Gabon" portant Modification et révision de la Constitution Gabonaise Meeting de Paris des 20, 21 et 22 février 2009 portant naissance de la Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National Vous pouvez aussi suivre les activités et news de la Coalition.
Lire l'article
Meeting de Bruxelles
Etats Généraux de la Réforme au Gabon Une Constitution nouvelle pour la Renaissance Du 30 au 31 mai 2009 HOTEL SOFITEL BRUSSELS EUROPE 1 Place Jourdan, B - 1040 Bruxelles Menu - Appel aux Patriotes (Version Courte) - Appel aux Patriotes (Version Longue) - Programme du Meeting - Informations Pratiques (Train / Hôtels) - Inscription au Meeting Appel aux Patriotes Gabonais, Gabonaises et amis du Gabon, Au cœur même de l'Europe, la parole vous est enfin donnée les 30 et 31 mai 2009 à Bruxelles. La parole est à vous parce qu'il s'agit d'un tournant décisif de l'histoire du Gabon. C'est à Bruxelles qu'ensemble nous redessinerons le Gabon ...
Lire l'article
Monsieur le Président, Je suis avec admiration vos débats et vos prises de position bien avant votre investiture à la tête de l’Etat français. Les paroles qui suivent ne sont en rien celles d’un flagorneur de plus dans votre sillon, mais celles d’un étudiant de 26 ans qui se reconnait de façon inouïe en vos valeurs et qui, peut- être, est tout aussi véhément que vous l’êtes. Je suis gabonais et je dois de suite avouer que votre soutien au tyran-cannibale « BONGO », Albert Bernard Bongo, Omar BONGO, ou encore Omar BONGO ...
Lire l'article
A Libreville où on continue d’enregistrer les réactions à l’investiture président Barack Obama, qui a entamé sa première journée de travail ce mercredi, GABONEWS a recueilli le sentiment de Laure Olga Gondjout, Ministre gabonais de la Communication, de la Poste, des Télécommunications et des nouvelles Technologies de l’Information. Comme en écho à l’adage qui veut que « derrière tout grand homme se cache une grande dame », Laure Olga Gondjout a tenu à relever et à saluer le rôle crucial joué par Michelle Obama dans l’ascension de son mari : « Je voudrais tout d’abord féliciter et manifester toute mon admiration ...
Lire l'article
Et Barack Obama fit tomber un autre dictateur
Gabon : le président Ali Bongo reçu par Barack Obama à Washington
Politique / « Tout indique que le bilan est positif », soutient le président Ali Bongo Ondimba, un an après son investiture
Bongo Doit Partir
Gabon: Présidentielle 2009/ Lettre ouverte à monsieur le président Ali Bongo Ondimba
Pétition Honneur et Dignité
Meetings de la Coalition
Meeting de Bruxelles
Lettre ouverte au Président de la République française, Nicolas SARKOZY
Gabon: Investiture du Président Barack Obama : Réactions au Gabon (suite)

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (7 votes, moyenne 4,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 9 Jan 2009
Catégorie(s): Communiqués BDP,Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

2 Réponses à Lettre ouverte au Président démocratiquement élu des Etats-Unis Barrack Obama : demande de non invitation du dictateur sanguinaire O. Bongo à votre investiture du 20 Janvier 2009

  1. Icem@n

    15 Jan 2009 a 08:37

    Il n’y a pas à s’inquiéter qu’il soit présent là bas. L’investiture se fera seulement avec les américains. Les présidents étrangers n’ont pas reçu d’invitation.

  2. ardissson

    14 Jan 2009 a 12:32

    merciiiiii!
    j’espere que le ^president obama va prendre en consideration cette requette…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*