Socialisez

FacebookTwitterRSS

Un avocat français empêché d’assurer la défense de cinq défenseurs des droits de l’Homme poursuivis au Gabon

Auteur/Source: · Date: 9 Jan 2009
Catégorie(s): Monde,Politique,Société

L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme, programme conjoint de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), dénonce vivement les graves entraves à la liberté de mouvement d’un avocat français, qui devait représenter, en coopération avec un avocat gabonais, cinq défenseurs des droits de l’Homme dont quatre restent arbitrairement détenus depuis fin décembre 2008.

Le 8 janvier 2009, les autorités gabonaises ont procédé à l’annulation du visa de Me Thierry Lévy, avocat au Barreau de Paris, alors qu’il s’apprêtait à embarquer pour Libreville afin de représenter – aux côtés de Me Ruphin Koulou – MM. Gregory Ngbwa Mintsa, plaignant dans l’affaire des Biens mal acquis initiée en France [1], Marc Ona Essangui, coordinateur pour le Gabon de la campagne « Publiez ce que vous payez » (PCQVP) qui milite pour une gestion transparente des revenus des industries extractives, Georges Mpaga, président du Réseau des Organisations libres de la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG), Dieudonné Koungou, journaliste au bimensuel privé Tendance Gabon, et Gaston Asseko, directeur technique de la radio Sainte-Marie. Les cinq défenseurs ont été arrêtés entre le 30 et le 31 décembre 2008 par des agents des services de renseignement, sans fondement légal et sans mandat [2].

Le 7 janvier 2009, MM. Ngbwa Mintsa, Ona Essangui, Mpaga, Asseko et Koungou ont tous été accusés de “détention d’un document en vue de propagande” et de “propagande orale ou écrite en vue d’incitation à la révolte contre l’autorité de l’Etat”, puis placés sous mandat de dépôt. Si M. Koungou a été libéré sous caution le jour même, tous les autres ont été transférés à la maison d’arrêt de Libreville, où ils restent détenus à ce jour.

L’Observatoire condamne vivement l’annulation du visa de Me Lévy en ce qu’elle viole les droits de la défense, et notamment l’article 31 de la Convention d’aide mutuelle judiciaire, d’exéquatur des jugements et d’extradition signée le 23 juillet 1963 entre la France et le Gabon, ainsi que l’article 9.3(c) de la Déclaration sur les défenseurs des droits de l’Homme, adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies le 9 décembre 1998.

L’Observatoire dénonce également le caractère arbitraire de la privation de liberté de MM. Ngbwa Mintsa, Ona Essangui, Mpaga et Asseko, en ce qu’elle vise uniquement à sanctionner leurs activités de défense des droits de l’Homme, et reste par ailleurs extrêmement préoccupé par l’état de santé des détenus [3].

L’Observatoire appelle par conséquent les autorités gabonaises :

à garantir à Me Lévy le libre accès au territoire et aux juridictions gabonaises, conformément à leurs obligations internationales ;
à garantir en toute circonstance l’intégrité physique et psychologique de MM. Ngbwa Mintsa, Ona Essangui, Mpaga, Koungou et Asseko ;
à procéder à l’abandon des charges à l’encontre des cinq défenseurs en question, en ce qu’elles semblent viser uniquement à sanctionner leurs activités de défense des droits de l’Homme ;
à procéder à la libération immédiate et inconditionnelle de MM. Ngbwa Mintsa, Ona Essangui, Mpaga et Asseko, arbitrairement détenus ;
à leur garantir un plein accès aux soins dont ils ont besoin ;
à se conformer à la Déclaration sur les défenseurs des droits de l’Homme, et notamment son article 9.3(c) qui prévoit que “chacun a le droit, individuellement ou en association avec d’autres […] d’offrir et prêter une assistance juridique professionnelle qualifiée ou tout autre conseil et appui pertinents pour la défense des droits de l’homme et des libertés fondamentales” et son article 12.2 qui dispose que “l’Etat prend toutes les mesures nécessaires pour assurer que les autorités compétentes protègent toute personne, individuellement ou en association avec d’autres, de toute violence, menace, représailles, discrimination de facto ou de jure, pression ou autre action arbitraire dans le cadre de l’exercice légitime des droits visés dans la présente Déclaration”
à se conformer plus généralement aux dispositions de la Déclaration universelle des droits de l’Homme et instruments régionaux et internationaux relatifs aux droits de l’Homme ratifiés par le Cameroun.
Sur la base de la Déclaration des Nations unies sur les défenseurs et des Lignes directrices de l’Union européenne sur les défenseurs, l’Observatoire saisit immédiatement de la question les procédures spéciales des Nations unies et de la Commission africaine des droits de l’Homme ainsi que les acteurs de l’Union européenne (UE) pertinents.

Notes :

[1] Cf. communiqué conjoint de Sherpa, Transparence-International (France), Publiez Ce Que Vous Payez (France), l’Observatoire et Amnesty International France du 6 janvier 2009.

[2] 2 Idem.

[3] M. Gregory Ngbwa Mintsa souffrirait d’œdèmes aux membres inférieurs. Les autres resteraient détenus torses nus dans un sous-sol humide. Par ailleurs, nous n’avons aucune garantie que M. Gaston Asseko est en mesure de prendre son traitement médicamenteux dont il a besoin.


SUR LE MÊME SUJET
Un séminaire de sensibilisation sur les missions de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, organisé par le gouvernement et le barreau gabonais en collaboration avec l’Union Africaine, vient de se tenir dans la capitale gabonaise à l’intention des fonctionnaires et organisations œuvrant sur les questions de justice. Le séminaire a pour objectif de mieux connaître la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples afin de préparer la formalisation à venir, par notre pays, de la « Déclaration de reconnaissance de compétence de la Cour africaine des droits de l’Homme et des Peuples ». Il ...
Lire l'article
La journée nationale des droits de l'homme a été célébrée lundi au Gabon sous le thème "Ethique et déontologie des défenseurs des droits de l'homme". "La célébration de cette journée vise à faire le point des acquis réalisés dans notre pays en matière des droits de l’homme et nous interpelle sur nos devoirs et nos responsabilités, en vue de renforcer les droits de l’homme dans notre pays", a expliqué le secrétaire général du ministère gabonais des droits de l’homme, Mme Christiane Leckat. Selon Mme Leckat, les critères de reconnaissance d’un défenseur de droit de l’homme repose sur le ...
Lire l'article
Cinq journalistes et militants anti-corruption ont été inculpés par les autorités gabonaises de tentative d’incitation à la rébellion, concernant un document comportant de vives critiques contre le président Omar Bongo, au pouvoir depuis 1967. Parmi les personnes inculpées figure Grégory Ngbwa Mintsa, qui a déposé en décembre à Paris avec deux organisations non gouvernementales, Transparence International France et Sherpa, une plainte avec constitution de partie civile pour « recel de détournement de fonds publics » visant le patrimoine détenu par les présidents du Gabon, du Congo-Brazzaville et de la Guinée équatoriale. Le ministre gabonais de l’Intérieur, André Obamé, a précisé que ...
Lire l'article
Cinq journalistes et militants anti-corruption ont été inculpés par les autorités gabonaises de tentative d'incitation à la rébellion, concernant un document comportant de vives critiques contre le président Omar Bongo, au pouvoir depuis 1967. Parmi les personnes inculpées figure Grégory Ngbwa Mintsa, qui a déposé en décembre à Paris avec deux organisations non gouvernementales, Transparence International France et Sherpa, une plainte avec constitution de partie civile pour "recel de détournement de fonds publics" visant le patrimoine détenu par les présidents du Gabon, du Congo-Brazzaville et de la Guinée équatoriale. Le ministre gabonais de l'Intérieur, André Obamé, a précisé que les cinq personnes ...
Lire l'article
Le ministre gabonais de l'Intérieur, André Mba Obame, a affirmé vendredi qu'on faisait un "faux procès" à son pays quant à l'annulation du visa de l'avocat français Thierry Lévy qui voulait se rendre à Libreville, assurant que son dossier était "incomplet". Me Lévy devait se rendre à Libreville pour défendre cinq Gabonais incarcérés pour "propagande" après avoir réclamé des comptes sur la gestion financière de leur pays. Mais la police aux frontières à l'aéroport parisien de Roissy l'a "empêché" jeudi matin d'embarquer après l'annulation de son visa par l'ambassade du Gabon. "Une demande de visa ne peut pas seulement comporter un certificat ...
Lire l'article
Deux ONG, Sherpa et Transparence International, ont dénoncé vendredi à Paris un "coup de force" de Libreville qui a interdit à un avocat français de se rendre au Gabon, et demandé au gouvernement français de "faire respecter" la convention d'entraide judiciaire entre les deux pays. Me Thierry Lévy devait se rendre à Libreville pour défendre cinq Gabonais incarcérés pour "propagande" après avoir réclamé des comptes sur la gestion financière de leur pays. Mais la police aux frontières à l'aéroport parisien de Roissy l'a "empêché" jeudi matin d'embarquer après l'annulation de son visa par l'ambassade du Gabon. "Nous sommes en présence d'un ...
Lire l'article
Un avocat français, Me Thierry Lévy, empêché jeudi par la police française à la demande de l'ambassade du Gabon à Paris de s'envoler à destination de Libreville pour y défendre des militants des droits de Homme arrêtés fin décembre, a dénoncé mercredi un "coup de force" intolérable et s'apprête à saisir le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner, a-t-il indiqué lors d'une conférence de presse vendredi à Paris. L'avocat a expliqué que la Police aux frontières (PAF) était venue le chercher en salle d'embarquement alors qu'il s'apprêtait à monter dans l'avion. Les fonctionnaires lui ont indiqué que son visa, délivré par ...
Lire l'article
L'avocat français Thierry Lévy, un des défenseurs des Gabonais écroués mercredi pour "propagande", était "empêché" jeudi en milieu de matinée par la police aux frontières (PAF) à l'aéroport parisien de Roissy de prendre l'avion pour Libreville, rapporte l'AFP qui cite l'intéressé. Selon Me Lévy, la PAF l'a prévenu que son visa d'une durée de quatre jours, qui lui avait été délivré mardi par l'ambassade du Gabon à Paris, venait d'être annulé par l'ambassade. Me Lévy, qui assure n'avoir reçu aucune notification par l'ambassade de l'annulation, a affirmé que la PAF lui avait formellement interdit de monter dans l'avion pour la capitale gabonaise. Trois ...
Lire l'article
L'avocat Thierry Lévy, défenseur des Gabonais écroués mercredi pour "propagande", a été "empêché" jeudi en fin de matinée par la police aux frontières (PAF) à Roissy de prendre l'avion pour Libreville qui est parti sans lui, a-t-il affirmé à l'AFP. Selon Me Lévy, la PAF l'a prévenu que son visa d'une durée de quatre jours, qui lui avait été délivré mardi par l'ambassade du Gabon à Paris, venait d'être annulé par l'ambassade. Me Lévy, qui assure n'avoir reçu aucune notification par l'ambassade de l'annulation, a affirmé que la PAF lui avait formellement interdit de monter dans l'avion pour la capitale gabonaise. ...
Lire l'article
Les acteurs de la promotion des Droits de l’Homme au Gabon, à l’occasion de la célébration mercredi, à Libreville, du 60ème anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, ont demandé au vice-premier ministre en charge des Droits de l’homme, Paul Mba Abessole, de plaider auprès de l’exécutif pour l’élaboration des mesures devant les protéger dans l’exercice de leurs activités. Selon Placide Nzogo Zué, président de la Gabonaise des groupes vulnérables, coordinateur du réseau gabonais pour la revalorisation des Droits humains et François Madzabou, président du Cercle international humanitaire de développement et de rééducation des jeunes ( CIHDRJ), « ...
Lire l'article
La Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples en séminaire de sensibilisation à Libreville
La journée nationale des droits de l’homme célébré au Gabon sur le thème éthique et déontologie
Gabon: incitation à la rebellion, cinq inculpations
Cinq inculpations pour incitation à la rébellion au Gabon
Avocat français empêché d’aller au Gabon: dossier incomplet selon Libreville
Avocat français empêché d’aller au Gabon: “coup de force”, selon deux ONG
“Biens mal acquis”: un avocat français empêché de se rendre au Gabon
Gabon/France : Un avocat de détenus gabonais ”empêché” de prendre l’avion pour Libreville
Me Lévy, avocat de détenus gabonais, “empêché” de prendre l’avion pour Libreville
Gabon: La société civile fait un plaidoyer pour la défense des Droits de l’Homme

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 9 Jan 2009
Catégorie(s): Monde,Politique,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*