Socialisez

FacebookTwitterRSS

Livre: La Françafrique bouge encore: Tout sur les relations : Chirac, Sarko, Bongo, Gbagbo…

Auteur/Source: · Date: 10 Jan 2009
Catégorie(s): Afrique,Françafrique,Monde

La Françafrique, même pas morte ! Durant sa campagne présidentielle en 2007, Nicolas Sarkozy avait annoncé sa fin imminente. Pour l’avoir pris au mot, son éphémère secrétaire d’Etat à la Coopération, Jean-Marie Bockel, a pris la porte, à la demande expresse du champion incontesté de la Françafrique, le président du Gabon Omar Bongo. Dans un livre alerte et souvent drôle, Antoine Glaser et Stephen Smith décrivent par le menu ce revirement, symbolisé par la résurrection d’un go-between influent, l’avocat Robert Bourgi. Marginalisé sous le règne de Jacques Chirac, ce Franco-Libanais, qui a grandi au Sénégal, est parvenu – affirment les auteurs – à s’imposer dans le premier cercle de Sarkozy, aux dépens d’une cellule africaine pourtant chargée sur le papier de mettre en musique «la politique africaine de la France».

Fardeau. Avec ce livre, le tandem qui avait signé, dans les années 1990, Ces Messieurs Afrique sur les réseaux françafricains, revient à ses premières amours. Avec force anecdotes. Les auteurs racontent comment l’Elysée a fait appel à Bongo pour arracher une entrevue entre le couple présidentiel et l’icône absolue du continent africain, Nelson Mandela.

A l’issue de leur examen d’une année seulement de sarkozysme en Afrique – du Tchad au Gabon, en passant par l’Afrique du Sud -, Glaser et Smith évoquent une «régression» par rapport à la période chiraquienne, assurant que l’ex-président avait tenté de rompre avec certains usages du passé. Le terme de «mutation» serait plus approprié. Ni Bongo ni le Congolais Sassou Nguesso n’avaient trouvé porte close au palais de l’Elysée sous Chirac. Quant au dossier ivoirien, il est traité de manière nettement moins affective par le nouveau locataire de l’Elysée.

Fondamentalement, il voit l’Afrique comme un fardeau. Mais elle ne cesse de le rattraper : de l’affaire de l’Arche de Zoé au Tchad, en passant par ces dinosaures de la Françafrique qu’il côtoie depuis son ascension dans les Hauts-de-Seine, et qui l’ont activement soutenu durant sa campagne. Et nos deux auteurs de citer un analyste perspicace et goguenard de la Françafrique, le président ivoirien Laurent Gbagbo : «Il [Sarkozy] est intéressant parce qu’il n’est pas paternaliste, mais prêt à laisser tomber l’Afrique si son pays n’y trouve pas son compte.»

Coups tordus. Deux autres ouvrages s’intéressent aux turpitudes françafricaines. Ecrit par Samüel Foutoyet, de l’association Survie, le premier pointe, lui aussi le retour en grâce des bonnes vieilles habitudes sur les rives de la Seine. Avec un titre explicite : Nicolas Sarkozy ou la Françafrique décomplexée. Par son côté militant, qui en fait sa limite, cet ouvrage s’inscrit dans le droit fil des livres de l’ancien président de l’association, François-Xavier Verschave. Jusqu’à sa mort, ce dernier a dénoncé la Françafrique, «le plus long scandale de la République». Ici, pas de révélation, mais une synthèse assez complète des relations de Sarkozy avec l’Afrique.

Pour une mise en perspective informée et plaisante à lire, on se plongera dans le livre de Patrick Pesnot qui a rassemblé les émissions de Monsieur X (sur France Inter le samedi) consacrées à cette mine de coups tordus qu’est la Françafrique. Le récit de cette époque où Paris faisait et défaisait les régimes ne manque pas de sel. Et, en creux, montre à quel point les temps ont changé. La Françafrique de papa, c’était quand même autre chose.

THOMAS HOFNUNG
 


SUR LE MÊME SUJET
Un proche d'Omar Bongo affirme que l'ancien président gabonais aurait financé la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. C'est ce que révèle le livre de Xavier Harel et Thomas Hofnung, "Le scandale des biens mal acquis", paru aux éditions La Découverte. Le directeur adjoint du cabinet de Bongo à l'époque confirme les propos de Robert Bourgi : des financements profitant à Jacques Chirac et Dominique De Villepin, mais il va plus loin : des malettes auraient été remises au candidat, et aussi au président Sarkozy. La fille ainée de Bongo dément, l'Elysée se refuse à tout commentaire. Du point de vue judiciaire et concernant ...
Lire l'article
Les amitiés sélectives La « rupture » promise par le candidat Sarkozy est-elle tombée aux oubliettes ? Pas si simple. Tous les pays ne sont pas logés à la même enseigne. Au Togo par exemple, le président français essaie de se démarquer de son prédécesseur Jacques Chirac. Dès avril 2005, il a qualifié de « mascarade » l’élection très controversée du fils du défunt Gnassingbé Eyadema – un scrutin qui, selon l’Onu, s’est soldé par la mort d’au moins 500 personnes. FRANCE/ TOGO Lomé, 2 septembre 2008. Le président Faure Gnassingbé et Alain Joyandet, secrétaire d’État à la Coopération. La France vient d’octroyer 140 ...
Lire l'article
Une centaine de personnes a manifesté ce samedi à Paris, pour contester l'élection d'Ali Bongo et le soutien que lui accorde la France. Une fillette s’avance au-dessus de la barrière, une rose blanche à la main, et la tend au gendarme qui lui fait face. Les manifestants de ce samedi, Gabonais pour la plupart réunis à Paris, ont fait dans le symbole. Pour certains vêtus de costumes et de lunettes noires, les quelque 150 manifestants ont joué un cortège funéraire, celui de la mort de la Françafrique - ces relations troubles entre la France et les pouvoirs africains-, dix jours après ...
Lire l'article
Dans le flot d'hommages à Omar Bongo, le doyen des chefs d’Etat africains mort lundi, deux voix discordantes : celles de Valéry Giscard d’Estaing et d'Eva Joly. Personnage clé de la "Françafrique", cette relation complexe entretenue entre Paris et ses anciennes colonies d'Afrique, Omar Bongo suscite de nombreuses réactions depuis sa mort lundi. Parmi tous les hommages, deux voix discordantes : celles d’Eva Joly et de Valéry Giscard d’Estaing. Omar Bongo a connu tous les présidents de la cinquième république. Pour la première fois, Valéry Giscard d'Estaing s'exprime à son sujet et il n'hésite pas à rouvrir de vieux dossiers. "Au début c’était ...
Lire l'article
Petite agitation en ce début d’été dans la communauté gabonaise de Paris : Papa arrive. « Papa » Omar Bongo, l’éternel président de la république gabonaise depuis plus de 40 ans, arrive le 1er juillet à Paris. La cohorte de ses fans a déjà prévu de l’accueillir à l’aéroport. Ses deux autres groupies, le président Sarkozy et le secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant un peu occupé par le lancement de la présidence de l’Union Européenne, ne le rencontreront que mercredi 2 juillet, dans l’après-midi. Gageons que l’inénarrable avocat-conseil-intermédiaire-missi dominici Robert Bourgi traînera aussi du côté de la rue Faubourg ...
Lire l'article
Un reportage E-D-I-F-I-A-N-T sur la Françafrique diffusé sur Canal + le 13/04/2008. Autrefois, la Françafrique se cachait. A présent, tout se fait au grand jour sans que personne ne semble trouver à y redire. Reportage sur la visite à Libreville du secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant et du secrétaire d'Etat français à la Coopération Alain Joyandet le 10 avril dernier. Voir article AFP.
Lire l'article
Avant de parler, il faut retourner sa langue 7 fois dans la bouche. Conseil du doyen des chefs d'Etat africains à ceux qui, à l'instar de Jean Marie-Bockel, ancien secrétaire d'Etat à la Coopération et à la Francophonie, ont la témérité de s'attaquer aux racines insondables de la Françafrique. Mieux, après avoir offert la tête de Bockel à son ami Bongo, Nicolas Sarkozy a vite fait de lui dépêcher son remplaçant Alain Joyandet pour lui présenter les excuses de Paris. La messe est donc dite, ce n'est pas la rupture qui viendra à bout de la Françafrique. Ce serait illusoire d'attendre ...
Lire l'article
Le Président Laurent Gbagbo ne veut plus d`Accords de défense loufoques entre les pays occidentaux et ceux de l`Afrique. Il l`a vivement dit dans l`interview qu`il a accordée aux journalistes dans le cadre de l`émission, "le plateau de l`intégration". Le Président Laurent Gbagbo a profité de l`occasion offerte par l’émission Plateau de l’intégration africaine pour donner son point de vue sur la place de l`Afrique dans le concert des continents. Surtout en matière de défense. S`appuyant sur les Accords de défense signés dans les années 1960 entre la France et certains pays de l`Afrique de l`Ouest, le chef de l`Etat ivoirien ...
Lire l'article
Discours / La réorganisation du dispositif militaire français en Afrique, annoncée par Nicolas Sarkozy lors de sa visite en Afrique du Sud fin février, provoque des inquiétudes chez les chefs d’Etat africains concernés. Mais l’Elysée se veut rassurant : le processus ne sera pas effectif avant 2011-2012. Juste avant de s’en aller batifoler, à la plus grande gêne de ses conseillers, dans la réserve du Kruger en Afrique du Sud, le bon président Sarkozy s’est quand même fendu, fin février, d’un discours devant les parlementaires locaux, au Cap. Un discours bien moins polémique que son précédent laïus de Dakar et salué ...
Lire l'article
Xavier Harel et Thomas Hofnung : la Françafrique existe encore
Bongo Doit Partir
50 ans après, la Françafrique bouge encore
«Ali Bongo, le nouveau-né de la Françafrique »
VGE : “Bongo a financé la campagne de Chirac”
Omar Bongo vient fêter la présidence européenne de Sarko
Françafrique: La non rupture: La Françafrique a de beaux jours devant elle
FRANçAFRIQUE: aveux de Bongo, excuses de Paris
Le Président Gbagbo à la France: “Sortons des relations hypocrites”/ Gbagbo à ses pairs africains – “Il faut sortir des slogans, pour avancer”
Afrique : le nouveau Cap de Sarko


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 10 Jan 2009
Catégorie(s): Afrique,Françafrique,Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*