Socialisez

FacebookTwitterRSS

Obama, un rêve inaccessible au continent noir

Auteur/Source: · Date: 12 Jan 2009
Catégorie(s): Afrique,Monde
Obama

Barack Obama


Les Africains fêtent l’arrivée au pouvoir du nouvel élu. Pourtant l’accession à la présidence d’un tel homme serait impossible dans cette partie du monde, estime l’écrivain mozambicain Mia Couto.

Les Africains ont jubilé lors de sa victoire. J’étais l’un d’eux. Après une nuit blanche, dans la pénombre irréelle de l’aube, j’ai pleuré lorsqu’il a prononcé son discours de vainqueur. J’étais également à ce moment un vainqueur. J’avais ressenti la même joie à la libération de Mandela, en 1990. La nuit du 5 novembre, le nouveau président américain n’était pas seulement un homme qui s’exprimait. C’était la voix assourdie de notre espoir qui reprenait des forces et se libérait. Mon cœur avait voté, même sans permission. Habitué à peu demander, j’ai fêté une victoire multidimensionnelle. Je suis sorti dans la rue, et ma ville, Maputo, était devenue Chicago, où Noirs et Blancs respiraient et communiaient dans une même heureuse surprise. Parce que la victoire d’Obama n’est pas celle d’une race sur une autre, car sans la participation massive des Américains de toutes origines, les Etats-Unis ne nous auraient pas donné d’occasion de fête.

Les jours suivants, j’ai prêté attention aux réactions euphoriques dans les coins les plus divers de notre continent. Des personnes anonymes, des citoyens voulaient tous témoigner de leur joie. J’ai pris note, avec quelques réserves, des messages solidaires des dirigeants africains. Presque tous appelaient Obama “notre frère”. Je me suis alors demandé si tous ces dirigeants étaient sincères. Obama est-il proche de personnages politiques si différents ? J’ai des doutes. Parce que nous voyons des préjugés seulement chez les autres, nous ne sommes pas capables de voir nos propres xénophobies. Parce que nous condamnons l’Occident, nous oublions d’accepter les leçons qui nous viennent de cette partie du monde.

Et si Obama avait été africain et candidat à la présidence d’un pays africain ? Si Obama avait été africain, un de ses concurrents au pouvoir aurait inventé une révision constitutionnelle pour prolonger son mandat. Et notre Obama aurait alors dû attendre quelques années avant de se représenter. L’attente pourrait être longue si l’on tient compte de la permanence d’un même président au pouvoir en Afrique – 41 ans au Gabon, 39 en Libye, 28 au Zimbabwe, 28 en Guinée-Equatoriale, 28 en Angola, 27 en Egypte, 26 au Cameroun. Il y a plus de quinze présidents qui gouvernent depuis plus de 20 ans. Mugabe aura 90 ans au terme du mandat par lequel il s’est imposé contre le verdict populaire. Si Obama avait été africain, le plus probable serait qu’étant candidat d’un parti d’opposition il n’aurait alors pas eu d’espace pour faire campagne. Il aurait été traité comme au Zimbabwe ou au Cameroun : il aurait été agressé physiquement ou arrêté et on lui aurait retiré son passeport. Les Bush africains ne tolèrent pas les opposants et ne tolèrent pas la démocratie. Si Obama avait été africain, il n’aurait pas été éligible dans la plupart des pays africains parce que les élites au pouvoir ont conçu des lois restrictives qui ferment les portes de la présidence aux fils d’étrangers et aux descendants d’immigrants. Le nationaliste zambien Kenneth Kaunda est aujourd’hui mis en cause, dans son propre pays, du fait de ses origines malawites. On a découvert que l’homme qui a conduit la Zambie à l’indépendance et qui a dirigé les pays pendant plus de 25 ans était un enfant du Malawi et avait ainsi dirigé “illégalement” le pays. Arrêté pour coup d’Etat, Kenneth Kaunda, qui donne son nom à l’une des plus nobles avenues de Maputo, s’est vu interdire de faire de la politique et le régime a ainsi écarté un opposant.

Soyons clairs. Obama est noir aux Etats-Unis. En Afrique, il serait métis. Si Obama avait été africain, il aurait vu sa race opposée à son visage. Non pas que la couleur de la peau soit importante pour les peuples qui espèrent de leurs dirigeants compétence et travail sérieux. Mais les élites prédatrices feraient campagne contre quelqu’un que l’on qualifierait de “non authentique Africain”. Le même frère noir qui est célébré comme le nouveau président des Etats-Unis aurait été vilipendé ici comme représentant des “autres”, des autres races, d’un autre drapeau (ou d’aucun drapeau). S’il avait été africain, notre “frère” devrait justifier devant les moralistes de service la mention, dans son discours de remerciement, de l’appui de la communauté homosexuelle. Péché mortel pour les avocats de la “pureté africaine”. Pour ces moralistes – plusieurs fois au pouvoir –, l’homosexualité est un vice mortel inacceptable, étranger à l’Afrique et aux Africains. S’il avait gagné les élections, Obama aurait probablement dû s’asseoir à la table des négociations et partager le pouvoir avec le vaincu, dans un processus de négociation dégradant qui montre que, dans certains pays africains, le perdant peut encore négocier ce qui paraît sacré : la volonté du peuple exprimée par le vote.

A ce moment-là, Barack Obama se serait assis à une table avec un Bush quelconque pour d’infinies négociations avec des médiateurs africains qui nous enseignent que nous devons nous contenter des miettes des processus électoraux lorsqu’ils ne sont pas favorables aux dictateurs. La vérité est qu’Obama n’est pas africain. La vérité est que les Africains ont fêté avec toute leur âme la victoire américaine d’Obama. Mais je ne crois pas que les dictateurs et les corrompus de l’Afrique aient le droit d’être invités à cette fête. La joie que des millions d’Africains ont ressentie le 5 novembre est née parce qu’ils ont vu en Obama exactement le contraire de ce qu’ils connaissent avec leurs dirigeants. Bien qu’il nous soit difficile de l’admettre, une minorité d’Etats africains connaissent ou ont connu des dirigeants qui se préoccupaient du bien public. Le jour où Obama a remporté la victoire, les journaux internationaux ont rapporté des nouvelles terribles venant d’Afrique. Le jour de cette victoire, l’Afrique a continué à subir la mauvaise gestion et l’ambition démesurée de politiques avides. Après avoir tué la démocratie, ces politiques tuent la politique. Il reste la guerre, dans certains cas. Ailleurs, le renoncement et le cynisme.

Il y a une seule façon de célébrer Obama. C’est de lutter pour que plus d’espoirs puissent naître sur notre continent. C’est de lutter pour que des Obama africains puissent aussi gagner. Et nous, Africains de toutes les ethnies et races, nous gagnerons avec ces Obama et célébrerons chez nous ce que nous fêtons chez les autres.

Mia Couto
Angolens


SUR LE MÊME SUJET
Obama et Sarkozy vont célébrer ensemble la fin de l’opération libyenne
WASHINGTON - Le président des Etats-Unis Barack Obama et son homologue français Nicolas Sarkozy vont marquer ensemble la fin des opérations militaires en Libye lors d'une cérémonie à Cannes à l'issue du sommet du G20 vendredi, a annoncé mardi la Maison Blanche. Après le sommet du G20 (...) le président (Obama) et le président Sarkozy vont participer à une cérémonie à Cannes pour honorer l'alliance entre les Etats-Unis et la France, a indiqué la présidence américaine, en précisant que les dirigeants rencontreraient à cette occasion des soldats américains et français ayant participé ensemble à l'opération libyenne. Cette opération, a noté la Maison ...
Lire l'article
Le président du Gabon, Ali Bongo, était en visite vendredi à la Maison Blanche, où son homologue américain Barack Obama l’a invité à protéger les droits de l’Homme et à mettre en place des actions contre la corruption dans son pays. Barack Obama qui a reçu jeudi son homologue Ali Bongo à la Maison Blanche a pressé le président Gabonais de "prendre des mesures audacieuses pour éradiquer la corruption" dans son pays et de "réformer le système judiciaire afin d'assurer la protection des droits de l'homme". "Le ...
Lire l'article
Recevant à la Maison blanche exactement 115 jeunes africains venus de 40 pays subsahariens pour un forum à l’occasion du demi-siècle des indépendances africaines de 1960, mardi dernier, 03 juillet 2010, le président américain a exprimé l’espoir que « certains d’entre (ces jeunes) deviendront un jour dirigeants de vos pays ». « Si vous y réfléchissez, dans les années 1960, lorsque vos grands-parents, arrière-grands-parents se battaient pour l’indépendance, les premiers dirigeants disaient tous qu’ils étaient pour la démocratie », a rappelé Barack Obama lors d’une séance de questions-réponses avec ces jeunes. « Et ce qui s’est produit, c’est que lorsque vous ...
Lire l'article
Selon un communiqué reçu du bureau de presse de la Maison Blanche en date du 21 juillet 2010, le président américain Barack Obama organise un forum à Washington D.C, du 3 au 5 août prochain. Environ 120 jeunes actifs de la société civile et du secteur privé des pays d’Afrique sub-saharienne sont annoncés à cet événement d’envergure. Sous l’encadrement des responsables américains, ces jeunes africains auront à discuter et échanger avec un large groupe de jeunes américains. Ces discussions porteront concrètement sur la bonne gouvernance, la création d’emplois et gestion d’entreprises, les droits de l’Homme. « Le président Barack ...
Lire l'article
Il avait suffi d'un discours, à Dakar, en juillet 2007, pour que Nicolas Sarkozy s'aliène une grande partie des élites africaines. Il a suffi d'un autre discours, à Barack Obama, le 11 juillet à Accra, pour conquérir les coeurs du continent noir. A première vue pourtant, les messages des deux présidents de puissances concurrentes en Afrique paraissent inspirés par la même rhétorique de la responsabilité : "L'Afrique a sa part de responsabilité dans son propre malheur, avait déclaré M. Sarkozy : la colonisation n'est pas responsable des guerres sanglantes que se font les Africains entre eux, (...), du fanatisme, de ...
Lire l'article
Les populations de Libreville attendent avec impatience depuis ce mardi matin l’investiture de Barack Obama, l’homme qui passe désormais pour être l’idole de la jeunesse du monde et de l’incarnation de leurs rêves. Les Gabonais de Libreville, jeunes comme vieux, affichent tous la même impatience et la même peur à quelques heures de l’investiture du 44ème président des Etats-Unis d’Amérique. Obama pour la majorité des jeune, incarne le rêve, la détermination et le succès. « Obama vient de montrer que tout le monde peut atteindre ses objectifs, à condition d’être prêt. C’est pourquoi nous avons hâte de le voir investi dans ...
Lire l'article
Une écrasante victoire. "Une nouvelle aube du leadership américain est arrivée." Devant 65 000 personnes à Chicago, dans un discours retransmis dans tous les Etats-Unis en direct sur les chaînes de télévision, Barack Obama a pris acte de l'écrasante victoire que lui ont offerte les millions d'Américains. Ils ont plébiscité le "changement" que le candidat démocrate leur a promis durant la campagne. M. Obama, premier Noir à accéder à la Maison Blanche, l'emporte avec 52 % des suffrages, contre 47 % à John McCain, et 338 votes de grands électeurs, soit bien plus que la majorité requise de 270. Il ...
Lire l'article
Gabon: Election présidentielle américaine 2008: les églises du Gabon en prière samedi pour Barack Obama. « Dieu a prévu de belles choses pour le continent noir d’où est originaire Barack Obama », a indiqué le révérend Kombil ajoutant que : « l’Afrique est le berceau de l’humanité ». Les ministres de Dieu prieront pour demander à l’Eternel de bénir le candidat, Barack Obama qui est engagé dans la course à la Maison blanche face à John Mc Cain, le candidat Républicain. La séance de prière se déroulera à l’immeuble Arambo de 9 à 15 heures. Des louanges, des prophéties et des prédications ...
Lire l'article
Bien entendu, l’obamania est un phénomène planétaire, du moins ces derniers mois. Un phénomène qui prend tout de même une forte ampleur, très intéressante à analyser, en Afrique et dans la diaspora africaine. Le continent se passionne de manière ostensible pour l’aventure politique du fils de Barack Hussein Obama Sr. (1936-1982), l’Africain, le Kényan, le Luo. Les T-shirts à l’effigie du candidat démocrate à l’élection présidentielle américaine circulent à Nairobi, à Johannesburg et à Abidjan. Un phénomène de projection-identification pour celui qui "parle le nègre" Les leaders d’opinion et les élites s’intéressent au fabuleux destin de Barack, autant (ou peut-être plus) qu’aux ...
Lire l'article
"Déçu" puis "dégoûté" par Hillary Clinton, le cinéaste américain Michael Moore a décidé, lundi 21 avril, d'apporter son soutien au sénateur de l'Illinois Barack Obama dans la course à l'investiture démocrate. "Au cours des deux derniers mois, les actes et les propos de Hillary Clinton sont passés de décevants à écœurants", écrit le cinéaste sur son site Internet. Michael Moore qui avait exprimé de la sympathie dans ses livres pour Mme Clinton, se dit maintenant "triste" de la façon dont elle a mené sa campagne. Il explique que le débat télévisé diffusé la semaine dernière a été "la goutte d'eau qui ...
Lire l'article
Obama et Sarkozy vont célébrer ensemble la fin de l’opération libyenne
Barack Obama exhorte Ali Bongo à lutter contre la corruption au Gabon
Cinquantenaire des indépendances: Barack Obama demande aux jeunes de prendre le pouvoir
Cinquantenaire des indépendances africaines: Barack Obama snobe les dictateurs africains
L’Afrique de Barack Obama face à celle de Nicolas Sarkozy, par Philippe Bernard
Gabon: Les Gabonais s’impatientent pour l’investiture de Barack Obama
La victoire de Barack Obama porte un nouveau rêve américain
Gabon: Election présidentielle américaine 2008: les églises du Gabon en prière samedi pour Barack Obama
Pourquoi l’Afrique vibre pour Obama
Michael Moore soutient Barack Obama

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 12 Jan 2009
Catégorie(s): Afrique,Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*