Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : L’UPG veut impliquer la société civile dans le nouveau gouvernement

Auteur/Source: · Date: 13 Jan 2009
Catégorie(s): Politique

Le président de l’Union du peuple gabonais (UPG), Pierre Mamboundou, a tenu le 10 janvier dernier à Libreville une conférence de presse sur les positions du parti face à l’appel lancé par le chef de l’Etat pour l’ouverture du gouvernement aux partis de l’opposition. Le leader de l’opposition a notamment conditionné son entrée au gouvernement à la mise en place d’une plateforme politique réunissant la majorité, l’opposition et la société civile avec un programme consensuel capable de faire front à la nouvelle donne économique et financière mondiale. L’Union du peuple gabonais (UPG) a posé ses conditions à l’entrée de ses leaders au gouvernement à l’occasion d’une conférence de presse tenue le 10 janvier dernier au siège du parti sis au quartier Awendjé, à Libreville.
Adressant ses vœux à la Nation, le Président Bongo Ondimba avait annoncé le 31 décembre dernier la formation d’un «gouvernement de large ouverture», appelant les leaders des différents partis politiques à formuler des propositions concernant les membres pouvant faire partie de ce gouvernement.
Le président de l’UPG, principal parti de l’opposition, Pierre Mamboundou, a posé des conditions à la participation de son parti à cette ouverture, notamment la constitution d’une plateforme politique incluant la société civile aux côtés des partis de la majorité et de ceux de l’opposition.

«Dans une équipe compacte complètement renouvelée, on ne doit pas revoir les mêmes têtes et cette équipe ne vient pas pour faire carrière, elle vient pour travailler avec un programme bien déterminé», a expliqué le président de l’UPG.
Face aux faiblesses et aux lenteurs du gouvernement, le leader de l’opposition suggère que l’implication des acteurs de la société civile serait un moyen de mieux fixer les objectifs et de mieux en respecter les échéances.

«Tous les Gabonais, quel que soit leur rôle politique, doivent constater que le pays est en danger. Si nous n’y prenons garde, que personne n’est unie, alors nous allons tous couler. Pour éviter de couler, il faut que chacun apporte sa contribution», a estimé Pierre Mamboundou.

La seconde condition posée par le leader de l’UPG est le remaniement du gouvernement avec une réduction du nombre de sièges. A cet égard, Pierre Mamboundou a suggéré la constitution d’un gouvernement de 17 membres, plus le premier ministre, sinon de 24 membres, plus le premier ministre.
«Une telle équipe, dans laquelle l’Union du peuple gabonais trouverait sa raison d’être, doit être compacte, profondément renouvelée, associant toutes les forces vives de la Nation, départies de toute velléité de carrière, y compris en prenant des mesures considérées comme impopulaires», a expliqué Pierre Mamboundou.

Si le pouvoir refusait de trancher dans les effectifs du gouvernement, le président de l’UPG a annoncé qu’il ne participerait pas au nouveau gouvernement.

Saluant l’honnêteté du chef de l’Etat qui a concédé dans son discours du 31 décembre les résultats peu concluants de son gouvernement de mission, le leader de l’UPG a appelé toutes les forces vives de la nation à se mobiliser autour du chef de l’Etat pour sortir de la situation de blocage que connaît actuellement le pays.
Selon les analystes de l’UPG, les grands chantiers du nouveau gouvernement devront être la restauration de l’autorité de l’Etat, l’assainissement des finances publiques, à travers la maîtrise des flux financiers et la mobilisation des ressources autres que celles provenant du pétrole, la mise en évidence des grands travaux d’infrastructures dont le réseau routier, l’école et la santé ou encore la protection de l’environnement.


SUR LE MÊME SUJET
Parmi les nombreux candidats brandissant avec énergie leur étiquette d’indépendant, deux d’entre eux risquent fort de voler la vedette. Deux prétendants rentrés au pays pour mener campagne et dont le discours, la posture et le positionnement sont en rupture avec les us et coutumes de cette démocratie gabonaise « conviviale ». Le plus radical, Daniel Mengara (42 ans), a fondé en 1998 le parti Bongo doit partir (BDP), surtout connu pour son site Internet qui n’a cessé de fustiger le régime Bongo. Après onze années passées aux États-Unis, cet originaire de la province du Woleu-Ntem (Nord-Ouest) – qui a eu ...
Lire l'article
Des leaders de la société civile gabonaise, réunis ce jeudi après – midi à la Chambre de commerce de Libreville, ont appelé les plus hautes autorités du pays à la mise sur pieds d’un « Fonds de vigilance démocratique » en vue de crédibiliser la future élection présidentielle anticipée devant mettre un terme à la période de transition de 30 à 45 jours. Selon Marc Ona Essangui, l’un des leaders de la société civile, ledit Fonds veillera à la bonne tenue des élections présidentielles anticipées. « Ce qui nous anime, c’est l’assainissement de la situation économique sociale et politique du pays ...
Lire l'article
La Société civile gabonaise a lancé hier un appel en faveur d’une élection présidentielle "juste, crédible et transparente" à la suite du décès d’Omar Bongo Ondimba, mettant en garde contre "toute interférence" étrangère dans le processus de succession. Dans un "appel citoyen", les principaux représentants de la Société civile rappellent à la présidente intérimaire Rose Francine Rogombé "l’impérieuse nécessité (...) d’aller vers une élection présidentielle juste, crédible et transparente". La paix, l’unité nationale, la stabilité et la sécurité de notre pays ne seront garanties que si le résultat du prochain scrutin reflète véritablement la volonté du peuple gabonais", affirment-ils, demandant "aux ...
Lire l'article
La Programme de renforcement des acteurs non étatiques du Gabon (PROGEANE) organise depuis le 9 février dernier à son siège de Libreville la première édition du Forum international pour une société civile africaine forte (FISCAF). Ces assises doivent plancher sur l’élaboration d’un accord cadre des acteurs non étatiques pour le développement des possibilités de partenariat, de coopération, d’échanges et de fédération des acteurs du Sud et du Nord dans l’optique de renforcer leur implication dans l’élaboration des politiques publiques au service du développement du continent africain. La Maison des Acteurs non étatiques (MANE) de Libreville accueille du 9 au 15 ...
Lire l'article
« Les trois leaders gabonais de la société civile mis en détention au Gabon ont été instrumentalisé par trois ONG occidentales, Transparency, Sherpa et Survie internationale », a estimé vendredi, le ministre gabonaise de l'Intérieure, André Mba Obame, au cours d'un point de presse tenu à Libreville. Selon le ministre gabonais de l'Intérieur, ces Organisations Non Gouvernementales ont recruté des citoyens gabonais en France et au Gabon. « Ces compatriotes ont organisé à travers le pays des réunions secrètes dans des lieux et avec des personnes que nous nous gardons de révéler aujourd'hui », a-t-il indiqué. André Mba Obame a ...
Lire l'article
Communiqué : Le BDP-Gabon Nouveau condamne le terrorisme d’état au Gabon et exige la libération immédiate de Marc Ona Essangui et des leaders de la société civile incarcérés
C'est avec consternation et révolte que le BDP-Gabon Nouveau constate, une nouvelle fois, l'arrestation arbitraire de Marc Ona Essangui et de ses collègues de la société civile gabonaise par le régime dictatorial d'Omar Bongo. Le BDP-Gabon Nouveau, mouvement de résistance et de libération nationale en exil,  condamne sans détour et avec vigueur cet énième forfait du régime terroriste d'Omar Bongo contre le peuple gabonais, peuple qui depuis 41 ans subit le terroriste d'état d'une mafia criminelle, incapable et  incompétente. C'est ce matin 31 décembre que Messieurs Marc Ona Essangui et ses collègues de la coalition Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP) et ...
Lire l'article
Aide au développement et possibilités d'immigration légale contre un meilleur contrôle de l'immigration illégale. C'est le marché que propose l'Europe, sous l'impulsion de la France, aux Etats africains. Cette proposition est au centre de la deuxième conférence euro-africaine sur les migrations et le développement, qui se tient à Paris mardi 25 novembre et qui réunit les 27 Etats membres de l'UE et 27 pays africains.Cette conférence a pour objectif l'adoption d'un programme de coopération pour 2009-2011 axé sur trois volets : la migration légale, la lutte contre l'immigration irrégulière et la synergie entre migration et développement. La France cherche à multiplier ...
Lire l'article
Le Front des organisations de la société civile pour la lutte contre la pauvreté (FOSCPG), vient de marquer à Libreville sa disponibilité à participer au côté des institutions chargées de l’organisation des élections au Gabon. Le Front des organisations de la société civile (FOSCPG) pour la lute contre la pauvreté a tenu à la Chambre de Commerce de Libreville un Forum pour se frayer un chemin parmi les autres acteurs de la vie publique. « Les électeurs et les citoyens ne sont pas seuls dans l’arène politique. », a fait remarqué Marc Ona, co-président de la FOSCPG avant d’ajouter : « ...
Lire l'article
Le gouvernement et la société civile se sont accordés, à l’issue des travaux de validation sanctionnant la validation du Programme national de bonne gouvernance (PNBG), du 16 et 17 septembre dernier, sur l’institutionnalisation d’un cadre de concertation, du rapport final des travaux. Pour Gervais Owanga-Biye rapporteur des travaux, « les experts se sont convenus de l’institutionnalisation d’un cadre de concertation entre le gouvernement et la société civile sur la gestion du pays au sein du Programme national de bonne gouvernance (PNBG) ». Pour cela, a-t-il affirmé, « le gouvernement gabonais devrait consentir 1% du budget national à la société civile en vue ...
Lire l'article
Le gouvernement gabonais a pris, jeudi dernier, une série de mesures fiscales et budgétaires afin de lutter contre la flambée des prix des denrées de première nécessité. Dans ce pays pétrolier, les associations et les Ongs sont descendues dans les rues de la capitale gabonaise cette semaine pour protester contre la cherté de la vie et la faim. Mais la manifestation a été réprimée. L’Etat gabonais a suspendu pour une période de six mois les droits et taxes à l’importation des produits de consommation courante tels que l’huile, le poisson, le lait et la farine. La TVA a été suspendue ...
Lire l'article
Gabon: La société civile veut peser
Gabon: Période de transition: La société civile gabonaise veut la création d’un « Fonds de vigilance démocratique »
GABON : La Société civile veut une présidentielle “crédible et transparente”
Gabon : Libreville veut renforcer la société civile africaine
Gabon: Le gouvernement gabonais estime que les trois leaders de la société civile détenus ont été instrumentalisés par des ONG occidentales
Communiqué : Le BDP-Gabon Nouveau condamne le terrorisme d’état au Gabon et exige la libération immédiate de Marc Ona Essangui et des leaders de la
Migrations illégales : l’Europe veut impliquer l’Afrique
Gabon: La société civile s’invite dans le processus électoral.
Gabon: Le gouvernement et la société civile s’accordent sur l’institutionnalisation d’un cadre de concertation
Gabon : le gouvernement dévoile son plan de bataille contre la faim et la vie chère alors que la tension monte au sein de la

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 13 Jan 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*