Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: Fait divers / Un enseignant dans les geôles de la gendarmerie pour inceste à Moabi

Auteur/Source: · Date: 22 Jan 2009
Catégorie(s): Divers

Un enseignant de l’enseignement primaire, en exercice à l’école Sainte-Odile de Moabi (Province de la Nyanga, sud), a été arrêté ce jeudi et se trouve dans les mains de la gendarmerie de la localité où il devrait répondre d’un acte incestueux. Alain Mbadinga, âgé de trente ans révolus et enseignant dans la localité de Moabi au sud du Gabon, se trouve enfermé à la Brigade de Recherches de Tchibanga pour un acte incestueux.

Le présumé incestueux serait coupable d’un abus sexuel sur sa propre fille âgée d’à peine quinze (15) ans, selon son propre témoignage.

Il a par ailleurs déclaré selon les témoins, qu’il n’était pas à son premier coup. Les élèves de sa classe notamment quelques filles auraient déjà été forcées à faire l’amour avec ce dernier.

Il sera présenté au Parquet du Tribunal de première instance de Tchibanga pour répondre de ses actes.

Actuellement dans la localité, les parents qui ont des filles dans sa classe se demandent si elles aussi ne sont pas encore passées par ces étapes criminelles. Tous comptes faits, ils attendent que l’indélicat soit présenter au parquet pour charger.  


SUR LE MÊME SUJET
La bande à Nduka Emmanuel alias « Papy », sujet nigérian et présumé coupable de plusieurs braquages à main armée, traquée depuis le 30 octobre dernier par la Police Judicaire (PJ), a été présentée ce jeudi à la presse par la direction générale des services criminels de la PJ. Ce gang de malfaiteurs se composait de cinq bandits de grand-chemin dont la majorité serait des récidivistes à l’image de leur chef. Parmi les malfaiteurs se trouvent un Camerounais, un Burkinabé, un Togolais et deux sujets Nigérians. D’après les faits rapportés, ce gang aurait bénéficié des informations de leur acolyte burkinabé, par ...
Lire l'article
Un accident de la circulation survenu dans le département de la Djouori-Agnili dont Bongoville en est le chef lieu (province du Haut-Ogooué, sud-est), a fait trois morts et de nombreux blessés graves, a-t-on appris ce vendredi de sources concordantes. Le drame s’est produit dans le département de la Djouori-Agnili, sens Bongoville-Akiéni. Selon notre source, le véhicule, un Toyota pick-up double cabine de couleur verte immatriculé 0109G1Y qui venait de quitter Bongoville pour Kabaga, sens Bongoville-Akiéni dans les plateaux Batékés, a fait une sortie de route. Bilan : trois morts et de nombreux blessés dont dix grièvement. Parmi les trois morts ...
Lire l'article
Ondo Ndong Daniel, ancien Directeur national de la météo, puis ancien conseiller du ministre des Transports, a été arrêté pour faux, usage de faux et usurpation d’identité, par la Direction Générale de Recherche de la Gendarmerie nationale et sera présenté ce mardi devant procureur de la République pour répondre de ses actes. Haut cadre de l’administration gabonaise, ce compatriote d’une cinquantaine d’années, père de cinq enfants et grand père de deux petits-fils, falsifiait les actes de naissances les certificats d’admission au baccalauréat, les attestations d’emplois signés du Secrétaire général du gouvernement, les certificats de résidence, des attestations de prise en charge ...
Lire l'article
Tchibanga, 10 septembre (GABONEWS) - L’ancien hôpital régional de Tchibanga (Sud) a récemment fait les frais d’actes de pillage et de vandalisme, a constaté sur place le correspondant de GABONEWS. Durant leur passage, les vandales ont dérobé une part importante du mobilier de la structure, notamment des matelas, des lits et des chaises. Ces actes de vol doublés de vandalisme, sont consécutifs au déménagement du personnel de santé de l’ancien hôpital régional pour le nouveau centre hospitalier, Dr Benjamin Ngoubou. Pour l’heure, les autorités locales poursuivent une enquête dans la cité, afin que les brigands « répondent de ...
Lire l'article
TCHIBANGA (AGP) - Cinq maisons ont été ravagées par des flammes d'une rare violence au village Boutembi, localité située à 30 km de Tchibanga, rapporte mercredi un correspondant de l'AGP. L’incendie a été provoqué par les feux des pyromanes encore non identifiés dans les plaines à environ 4km du village, selon plusieurs témoignages. ''Le feu était tellement violent qu'on ne pouvait pas le maîtriser'', a affirmé l'un des témoins. ''J'ai tout perdu, les pièces, l'argent, les habits, presque tous les biens'', a déclaré Apollinaire Ndinga, pariétaire d’une maison consumée par ces flammes. Chaque année, pratiquement à la même période, ce genre d’incendie se ...
Lire l'article
Guy-Joël Ogoula Essongué, 35 ans, pasteur local de l’Eglise Pentecôtiste, située dans le premier arrondissement de la commune de Mouila, a été placé vendredi dernier sous mandat de dépôt à la prison provinciale de Mouila suite aux coups et enlèvement d’une fille de 23 ans qui serait l’une de ses amantes. Les faits remontent au jeudi 28 mai dernier à 7 heures du matin. La sœur Clotilde, élève au collège privé Paul Belloni du Chaillu en classe de 1ére A1, doit se rendre à l école quand arrive le pasteur dans son véhicule de marque Toyota Corolla. Il embarque la ...
Lire l'article
Un bébé de 5 mois a été vendu par sa mère au prix d’un téléphone portable vendredi dernier au quartier Ibanga de Tchibanga (Sud). Jeune fille démunie, Nzaou Makaya, a vendu sa fillette, âgée de 5 mois à une dame de nationalité gabonaise, originaire de la localité de Fougamou et dont l’identité n’a pas été révélée à la presse locale pour des raisons d’enquêtes, à un montant estimé à environ 25.000 francs CFA. Selon la mère de la fillette vendue, les mobiles à l’origine de ce troc sont essentiellement fondées sur la précarité et les conditions de vie difficiles auxquelles elle ...
Lire l'article
Un bus de la Société gabonaise de transport (SOGATRA), faisant la ligne Ntoum /Libreville, a terminé lundi sa course folle sur le mur d'une maison au PK27, dans le village Essassa sur la route nationale N°1. Le bus qui transportait plus d'une trentaine de personnes en provenance de Ntoum, localité située à quelques 40 Km de Libreville, a glissé sur la chaussée avant d’aller percuter la maison. L'accident a fait plusieurs blessés graves, mais l’on ne déplore pas de perte en vie humaine. « Le bon réflexe d'un riverain qui a débranché la batterie du Bus a certainement permis d'éviter une éventuelle ...
Lire l'article
Un présume voleur a été appréhendé ce vendredi matin au quartier Derrière l'Hôpital de Libreville par la population, alors qu’il venait de commettre des forfaits chez des fidèles musulmans qui exécutaient leur prière. Le présumé voleur, âgé d’une vingtaine d'années, n'a pas échappé à la vindicte populaire, une fois pris la main dans le sac. Il a été roué de coups avant que la Police n’arrive et lui vienne en aide. Selon des témoins, ce jeune homme serait un spécialiste dans le vol de petits objets domestiques. Il se serait déjà rendu coupable de plusieurs actes et forfaits dans ce quartier ...
Lire l'article
Les populations vivant dans la localité de Moabi, située à quelques kilomètres de Tchibanga (sud), coupées du monde depuis plus d’un an, viennent de renouer avec les émissions des medias nationaux après leur installation dans les nouveaux locaux de la Maison « Georges Rawiri », rapporte la RTG1. Après plus d'un an de suspension, les populations de cette localité du sud du Gabon après les festivités du 17 août ont reçu de nouveau les images de la Télévision et le son de la de Radio nationale. En effet, elles avaient du mal à capter le signal de Radio gabonaise. «Il y a ...
Lire l'article
Fait-divers : Un gang armé tombe dans les nasses de la PJ
Fait-divers : Trois morts et de nombreux blessés dans un accident de la circulation proche de Bongoville
Fait- divers / Ondo Ndong Daniel, ancien conseiller du ministre des Transports aux arrêts pour faux
Gabon: Fait-divers: Une Série de vols à l’ancien hôpital régional
Divers/incendie : Cinq maisons ravagées par des flammes dans un village près de Tchibanga
Gabon: Fait-divers / Le pasteur de l’Eglise pentecôtiste de Mouila arrêté pour coups et enlèvement de l’une de ses amantes
Gabon: Fait divers / Un bébé de 5 mois vendu au prix d’un téléphone portable à Tchibanga
Gabon: Fait divers: un bus de SOGATRA termine sa course sur une maison à Essassa
Gabon: Fait divers / Un voleur pris la main dans le sac à Derrière l’Hôpital
Gabon: Un an après, Moabi renoue avec les émissions des chaînes nationales


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 22 Jan 2009
Catégorie(s): Divers
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

5 Réponses à Gabon: Fait divers / Un enseignant dans les geôles de la gendarmerie pour inceste à Moabi

  1. Manvoumby

    3 Sep 2010 a 15:17

    Et ben dis donc ! Maintenant je comprend pourquoi au Gabon nous sommes si tribalistes. Mon Dieu, quelle misère ! En tout cas merci pour tous ces éclairages. Je ne suis pas Fang et je ne suis pas tribaliste. J’ai d’ailleurs beaucoup d’amis fang, étant moi-même originaire du sud du Gabon. Le tribalisme est une vraie plaie qui pue et qui tue l’Afrique. C’est incoyable que ce soient des européens qui nous fassent prendre conscience de cette maladie. Avez-vous une solution à nous proposer, pour en guérir ?

  2. Frizel Enkel

    3 Sep 2010 a 14:49

    Bonjour à tous

    J’ai été agréablement surpris par la pertinence de vos propos à tous sur le racisme des africains entre eux. C’est vrai que les africains se détestent entre eux, même si on n’en parle jamais. J’ai travaillé au Gabon, à Libreville et à Port-Gentil durant 5 ans. J’ai observé attentivement différentes ethnies de ce pays magnifique. C’est vrai qu’il y a un grave racisme dirigé contre les Fang auxquels on attribue tous les maux. Les plus violents ? Les Fang ! Les plus incestueux ? Les Fang ! Les plus sorciers ? Les Fang ! Les voleurs ? Les Fang ! Les assoiffés de sexe ? Les Fang ! Les menteurs ? Les Fang ! On les traite même de “sauvages” et de “cannibales”, comme nous autres européens, le faisions à l’endroit des Noirs il n’y a pas si longtemps. Tout ce qui n’est pas bon au Gabon, à écouter les autres ethnies, ce sont les Fang les responsables !
    Lorsque je suis arrivé au Gabon, la première chose qu’on m’a dite, c’était d’éviter de rencontrer les Fang, car je risquais de me faire manger ! Ça m’a donné envie d’aller voir par moi-même. Chaque année, je partais faire deux ou trois mois là où vivaient ces fameux fang (Oyem, Bitam, Minvoul, Ntoum, Kango, Ndjolé, etc). Durant cinq ans, je n’ai jamais été mangé. Rien, même pas un petit coup de dent ! Au contraire, j’ai toujours été bien reçu, car croyez-moi, les Fang sont très hospitaliers. Et c’est vrai qu’ils ont une culture très riche et très complexe que les autres ethnies leur envie. Alors ils déversent sur eux les vieux stéréotypes qu’ils ont appris de nous européens. Comme le fait que les Fang mangent les hommes. C’est un vieux préjugé, distillé par les colonisateurs français, pour réunir toutes les autres ethnies contre les Fang. C’est ce qui a permis à la France d’acheter le Gabon aux Mpongwè, pour quelques broutilles (deux ou trois vieilles vestes, un chapeau, un peu de tabac, une pipe pour le roi des Mpongwè appelé Rapontchombo, et c’est à peu près tout).
    Or, les Fang, qui sont (ou étaient) de farouches guerriers s’étaient opposés à l’achat de leur territoire par les colons Français. Ils envoyèrent de redoutables chefs de guerre comme un certain Émane Ntolo qui s’établit à Ndjolé. Les Fang avaient des alliés, les Bapunus surtout, avec Mavouroulou et Mbombet, deux chefs de guerre qui se battirent aux côté des Fang pour repousser l’envahisseur. Sentant que le territoire qu’ils venaient d’acheter aux Mpongwè, pour trois francs six sous, risquait de leur échapper si d’autres ethnies rejoignent les Guerriers Fang et les combattants Bapunu, les colons Français eurent une idée de génie…
    Les Français convainquirent d’abord le roi des Mpongwè de se baptiser et de devenir catholique. Ensuite, ils lui dirent que les Fang n’étaient pas des Noirs comme les autres, c’étaient des suppots de satan qui prenaient souvent l’apparence des babouins lorsqu’ils s’apprêtaient à manger l’âme des vrais humains. Rapontchombo se baptisa, devint catholique et reçut le prénom Denis. Il devint Denis Rapotchombo, roi des Mpongwè et vendeur du Gabon.
    Les colons Français dirent alors au nouveau catholique Denis Rapotchombo, que s’il voulait que son peuple et lui aillent au paradis, il leur fallait se protéger des Fang qui avaient le pouvoir de manger l’ âme des autres en se transformant en babouins. Rapotchombo, qui était bien sûr illettré, voulant dire babouins, dit plutôt “pahouins”. C’est par ce nom qui est une déformation de babouin, que les autres ethnies appellent les Fang. Rapotchombo, fidèle allié des colons Français, envoya des émissaires dans plusieurs régions du Gabon, afin de demander aux autres ethnies de ne pas s’opposer aux Français (car ils étaient leurs amis), mais surtout de ne pas collaborer avec les Fangs, qui risquaient de les manger.
    Toutes les ethnies ont bien appris la leçon du maître colon Français : “les Fang mangent les hommes alors que les Français sauvent les hommes”. Aujourd’hui encore, malgré l’école, ce mensonge qui permit aux colons d’acheter le Gabon aux Mpongwè pour quelques morceaux de biscuits et une vieille pipe, est en vigueur. Les Fang, pardon, les pahouins (c’est-à-dire, les gens qui se transforment en babouins pour manger les autres), seraient de féroces cannibales. Si vous voulez mon avis, ce stéréotype va durer encore très très longtemps, car au Gabon, ils aiment les stéréotypes.
    Vous avez raison quand vous dites que c’est dommage. Un pays si riche, si riche, mais…si pauvre en matière de solidarité et de tolérance entre les ethnies. Oui, vous avez raison, c’est vraiment dommage.

  3. anselme banjo

    3 Sep 2010 a 14:22

    Vous avez tous raison. Il y a beaucoup de racisme en Afrique. Et le cas du Gabon est le plus flagrant. Malheureusement, ce n’est pas prêt de changer. Au contraire !

  4. yves Dutel

    26 Août 2010 a 16:03

    Cher Philippe, vous avez parfaitement raison.

    Les africains sont très racistes entre eux. Je suis suisse et moi aussi j’ai fait le même constat que vous sur la façon dont les autres ethnies du Gabon parlent des ces Fangs qui sont pourtant Noirs comme eux et constituent même leurs compatriotes. C’est absolument effarent ! On retrouve tous nos stéréotypes européens sur les africains. En parcourant différents sites ou dialoguent des gens du Gabon, je ne lis la plupart du temps que des insultes sur les Fang. Ils sont prétendument “violents”, “incestueux”, “anthropophages” (c’est étrange, car dans l’imaginaire européen, tous les Noirs sont dits cannibales, il suffit de lire Tintin au Congo ou les aventures de Tarzan, ce Blanc héroïque qui est plus fort que tous les Noirs réunis ! )…
    C’est vraiment étrange que les autres ethnies traitent les Fang de manière aussi…tribale. Ce sont toujours les Fang qui sont les méchants et eux (les autres ethnies) les gentils, ce sont toujours les filles Fang qui aiment le sexe et pas les filles d’autres ethnies. Les filles punus, miènè ou batékè sont des saintes toujours vierges jusqu’au mariage, alors ? Je n’y crois pas une seconde ! Ce sont toujours les Fang les violents. Cela signifie donc que les autres ethnies sont pacifistes ? Mais alors, pourquoi insulter les Fang régulièrement, si ces ethnies sont aussi pacifistes qu’elles le prétendent ? Insulter, c’est agresser verbalement. Et aucune agression n’est pacifique.
    Du coup, j’ai bien envie d’aller au Gabon étudier ce peuple tant haï par les autres. Georges Balandier avait déjà étudié la civilisation Fang et selon lui, c’est une brillante culture, pleine de complexité et d’intelligence. C’est peut-être la jalousie qui justifie en partie le racisme des autres ethnies à l’endroit des Fang. Les savants ne se trompent pas sur la grandeur de la culture Fang, puis qu’un masque fang, le “Nguil” est considéré par les plus grands spécialistes européens et américains comme la “Joconde d’Afrique”, c’est-à-dire, un des plus grands chef d’oeuvre de l’humanité. Ce masque a d’ailleurs été vendu à Paris à 5 millions et demi d’euros, soit près de 4 milliards de francs cfa (la monnaie sous-régionale héritée de la colonisation). Il faut que j’étudie ce surprenant peuple fang que les autres ethnies du Gabon détestent tant par jalousie ou par un avatar du racisme (tribalisme). Ce qui est franchement dommage pour des gens d’un même pays, d’un même continent ou simplement pour la richesse humaine. Nous autres européens les avons colonisés et haïs. Et maintenant que nous les aimons tant bien que mal, ils se haïssent entre eux. Quel dommage !

  5. Philippe Trébony

    26 Août 2010 a 13:36

    Je croyais que les fang étaient la seule ethnie qui pratiquait l’inceste au Gabon. Voilà que j’apprend que des punus violent leurs propres filles, et mineures en plus ! Je viens de comprendre que cet acharnement contre les fang n’est que du tribalisme, une sorte de racisme que des Noirs pratiquent contre d’autres Noirs. Moi qui suis français, ça me surprend beaucoup. Alors qu’on m’avait toujours dit, à moi petit breton français, que c’est nous autres Blancs, du fait de notre racisme, qui traitons les Noirs de tous les maux (dont la violence et l’anthropophagie), voilà que je découvre que des Noirs d’un même pays (le Gabon), passent le plus clair de leur temps à insulter d’autres Noirs. Voilà la preuve que le racisme est malheureusement universel (même si vous allez l’appeler tribalisme). Le XXI ème siècle ne semble pas avoir changé les consciences dissolues des tribalistes (racistes, en fait !) des Gabonais. Moi l’Européen avec mes yeux verts, je ne sais pas si je dois me réjouir de découvrir que les Noirs pratiquent le racisme entre eux, ou si je dois pleurer de honte pour cette décomposition de l’humanité. Je pense que pleurer, c’est mieux, car le racisme, même pratiqué sous forme de tribalisme, est une insulte à l’humanité tout entière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*