Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Le soutien de la Banque mondiale aux parcs nationaux

Auteur/Source: · Date: 24 Jan 2009
Catégorie(s): Environnement

Dans le cadre du processus de diversification de l’économie gabonaise et des enjeux de la protection de l’environnement au Gabon, la Banque mondiale soutient depuis plusieurs années le renforcement des capacités de préservation des écosystèmes protégés du pays. En 2008, 72 éco-gardes ont reçu leurs attestations de fin de formation, constituant la deuxième vague de personnels formés pour renforcer la capacité de surveillance des parcs nationaux du Gabon.
La Banque mondiale soutient les efforts du gouvernement gabonais en vue de renforcer la conservation et la gestion de la biodiversité dans les 13 parcs nationaux qui représentent 11% du territoire national.

L’institution bancaire avait approuvé un prêt de 25 millions de dollars en appui à un projet d’infrastructures au Gabon pour le renforcement des capacités pour la biodiversité et les parcs nationaux et pour la gestion des ressources naturelles.

La deuxième vague de 72 éco-gardes formés pour renforcer la capacité de surveillance des parcs nationaux du Gabon avait ainsi été affectée dans l’un des 13 parcs nationaux du Gabon où ils ont reçu une deuxième formation sous la direction de gardes forestiers expérimentés.

En 2002, le gouvernement gabonais s’était engagé, avec le concours des partenaires internationaux, à initier une nouvelle approche de gestion rationnelle et durable des ressources forestières du pays.

Dans cette logique, le gouvernement avait initié un Programme sectoriel forêt, pêche et environnement (PSFE) soutenu par plusieurs partenaires dont la Banque africaine de développement (BAD), l’Agence française de développement (AFD), l’Union européenne, les Etats-Unis et la Banque mondiale.

Le Programme sectoriel forêt, pêche et environnement (PSFE) aide à orienter l’action du gouvernement vers deux directions : la gestion durable des ressources forestières et la transformation locale du bois afin de générer plus de valeur ajoutée.

Le Gabon détient la deuxième plus vaste étendue forestière du Bassin du Congo, la deuxième forêt la plus vaste au monde après celle de l’Amazonie. Le domaine forestier du Gabon couvre plus des trois-quarts du territoire national, s’étirant sur plus de 22 millions d’hectares.

Ces écosystèmes abritent plus de 400 espèces de bois, y compris l’Okoumé, une espèce très prisée, mais aussi 150 espèces de mammifères et 650 espèces d’oiseaux. En outre, le secteur forestier, deuxième source d’emplois formels après le secteur public, représente jusqu’à 60% du PIB hors pétrole, constituant la deuxième source des devises étrangères après le pétrole.

L’appui de la Banque mondiale dans ce secteur vise deux objectifs et reste conforme à la Stratégie d’aide-pays adoptée par son Conseil d’administration pour la période 2005-2009, à savoir l’appui à la diversification de l’économie, en renforçant en particulier la transparence et l’efficacité de la gestion des finances publiques et des ressources naturelles; ainsi que la promotion d’un environnement favorable au développement du secteur privé, en vue d’améliorer les indicateurs sociaux.

A cet effet, la Banque mondiale a consenti un appui budgétaire de 15 millions de dollars pour le soutien des réformes institutionnelles nécessaires pour une gestion optimale et efficiente du domaine forestier national.

Il s’agit notamment de promouvoir un débat ouvert au sein de la société sur la gestion du patrimoine public, donc de jeter les bases pour une gestion transparente, durable et équitable des ressources naturelles du pays.

L’accent est mis notamment sur la publication de l’échéancier, carte des permis et des bilans de recouvrement, le retour au domaine des permis défaillants et l’observation tierce pour le contrôle de l’exploitation illégale.

Le deuxième appui administré par la Banque mondiale est un don du Fonds pour l’environnement mondial (FEM) de 10 millions de dollars pour le renforcement des capacités institutionnelles et opérationnelles de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN), qui a pour mission de mettre en œuvre le programme gouvernemental de protection, de sensibilisation et gestion de la biodiversité à travers le réseau de parcs nationaux.

Le renforcement des capacités humaines s’avère donc indispensable et le rôle des éco-gardes devient essentiel. Ils ont pour mission d’assurer la surveillance et la protection des parcs nationaux, de collecter les données sur l’état du milieu et sensibiliser les populations riveraines sur les enjeux de la protection de la nature.

Les éco-gardes sont recrutés à travers un appel d’offre public à candidature diffusé dans les villages, les préfectures, sous préfectures et administrations en périphérie des parcs nationaux.
Leur formation dure trois mois, durant lesquels les candidats retenus apprennent la biologie, la géologie, les techniques de sensibilisation des populations, la méthodologie à la collecte des données et la navigation en forêt.

Au-delà de la simple conservation des ressources et de la biodiversité, le gouvernement gabonais, avec l’appui de ses partenaires, s’oriente à travers cette politique vers le développement du secteur de l’écotourisme, pour lequel l’expertise de la Banque mondiale est aujourd’hui très sollicitée.

«La diversification de l’économie gabonaise est devenue une nécessité vitale pour l’avenir du pays, et de ce point de vue, l’écotourisme est un secteur qui doit maintenant faire l’objet d’une attention toute particulière», avait souligné Richard Auguste Onouviet, alors ministre gabonais du Plan.

La nécessité de mettre l’accent sur l’écotourisme est davantage soulignée par la crise financière mondiale qui a occasionné une chute abrupte de la demande du bois gabonais à l’étranger. Plus de la moitié du bois produit au Gabon est exportée vers l’Asie, principalement en Chine.

Au-delà des efforts consentis dans le domaine forestier, le gouvernement gabonais a enfin engagé une série de consultations avec ses partenaires internationaux en vue d’élaborer un programme national pour le développement de l’écotourisme.

source: news environement


SUR LE MÊME SUJET
Le Gabon veut mettre sur pied une fondation pour le financement des treize parcs nationaux représentant 11% du territoire national, érigés dans le pays 2002, a appris l’AGP. L’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN), avec l’aide des experts camerounais et péruviens, a entamé lundi à Libreville, une réflexion en vue de la création de la fondation. ‘’Les objectifs visés par ces rencontres sont multiples et consistent à inviter les différents acteurs (administration, secteur privé, etc.) à explorer les enjeux et les opportunités de la mise en place de la fondation, conformément à la législation nationale et aux opportunités ...
Lire l'article
Des experts gabonais et étrangers planchent depuis ce mercredi à Libreville sur les options du profil de la future fondation des parcs nationaux du Gabon à la faveur d’un atelier d’échanges. L’objectif visé par ces assises qui se sont ouvertes lundi dernier par une journée d’information consiste à inviter les différents acteurs (administrations, secteur privé…) à explorer les enjeux et opportunités de mise en place de la future fondation, conformément à la législation nationale et aux opportunités actuelles et de financement internationaux de la conservation. A cet objectif global s’ajoute l’objectif particulier du projet de création de la fondation parcs nationaux ...
Lire l'article
Le président gabonais Ali Bongo Ondimba s’est indigné, jeudi à Libreville, du braconnage qui sévit dans les parcs nationaux du Gabon, au risque de porter entrave à la politique du ‘’Gabon vert’’ que le gouvernement est en train de mettre en place. ‘’Le président de la République a exprimé sa vive indignation au regard des actes organisés par des immigrés avec vraisemblablement la complicité de quelques nationaux, qui risque de porter entrave à la politique du ‘’Gabon vert’ que nous sommes en train de mettre en place, et qui commence à porter ses fruits’’, indique le communiqué ...
Lire l'article
Le directeur de l’Agence Nationale des Parcs Nationaux (ANPN), Lee White, a affirmé vendredi à Libreville que le braconnage freine le développement du tourisme au Gabon. En 2002, le pays s’est doté de 13 parcs nationaux représentant 13% du territoire national pour favoriser l’écotourisme comme alternative économique à l’exploitation des ressources naturelles et pour la sauvegarde des écosystèmes. Selon M. Lee White, le développement touristique des parcs nationaux nécessite des investissements financiers, afin des les doter d’infrastructures répondant aux besoins des touristes. Ces investissements peuvent s’obtenir grâce à l’implication des autorités locales, des bailleurs de fonds et des privés, a-t-il dit, ajoutant ...
Lire l'article
Les acteurs de la conservation des parcs nationaux, notamment ceux de Waka et des Monts Birougou ont assisté jeudi à l’ouverture par le directeur technique de l’Agence nationale des parcs nationaux, John Michael Fay, à un atelier portant sur la mise en place d’un Plan de travail annuel (PTA) des Parcs nationaux, rapporte l’Agence de presse gabonaise (AGP). « Les « Défis et enjeux de gestion » des deux parcs par le conservateur de celui des Monts de Birougou, Daniel Nzame et celui de Waka par son conservateur, Benoît Nziengui. Le Parc national des Monts Birougou (PNMB), objet de la première ...
Lire l'article
L’agence nationale des parcs nationaux procède depuis le 12 jusqu’à ce 15 mai aux travaux de zonage du parc de Moukalaba-Doudou dans la province de la Nyanga (Sud), en présence des organisations non gouvernementales, des communautés locales, des conseils municipaux et départementaux de la province. Pour le directeur de la valorisation et de la communication de l’Agence nationale des parcs nationaux, Franck Ndjimbi, il s’agit pour les participants à cet atelier de formulation du plan de gestion des 13 parcs nationaux dont celui de Moukalaba-Doudou, de parvenir à définir les modalités d’intervention et les mesures appropriées pour la protection et ...
Lire l'article
La ministre du Tourisme et des Parcs nationaux, Yolande Bike, a reçu le 11 février à Libreville le représentant résident de la Banque mondiale au Gabon, Olivier Frémont, pour faire le point sur la mise en œuvre du projet d’appui à la gestion des ressources naturelles et à la préservation de la biodiversité, financé par l’institution bancaire à hauteur de plus de 2,6 milliards de francs CFA. Le représentant résident de la Banque mondiale au Gabon, Olivier Frémont, assure le suivi des projets mis en œuvre par son institution au Gabon, notamment dans le secteur de l’environnement, pour lequel il ...
Lire l'article
Le ministre de l'Economie forestière en charge des Pêches, Emile Doumba, a eu une importante réunion technique le 30 septembre à Libreville avec la directrice des opérations gabonaises à la Banque mondiale, Mary Barton-Dock, pour évaluer les performances des programmes financés par l'institution dans ce secteur. A cette occasion, la Banque mondiale a annoncé un soutien financier pour un programme de commercialisation des produits halieutiques gabonais sur le marché international. Dans le cadre du suivi des programmes de développement cofinancés par la Banque mondiale et l'élaboration des nouveaux axes de partenariat entre l'institution bancaire et le gouvernement gabonais, le ministre de ...
Lire l'article
A l'occasion du lancement le 25 août dernier de la session de formation de la 3e promotion d'éco gardes pour la surveillance des aires protégées, le ministre du Tourisme, Idriss Ngari, a procédé à la dotation d'un important lot d'équipements pour le travail de terrain des éco gardes. Le renforcement des capacités de surveillance dans les 13 parcs nationaux du pays devrait permettre de valoriser les aires protégées dans le cadre de la politique de diversification de l'économie gabonaise. Pour relever les défis du développement du secteur du tourisme et valoriser le riche patrimoine naturel gabonais, le gouvernement a doté ...
Lire l'article
Le ministre du tourisme, le général Idriss Ngari, a remis officiellement, mercredi à Libreville, un équipement destiné aux structures de sécurité des parcs nationaux. Il s'agit d'un lot de boussoles, des tentes et autre équipements d'une valeur de plus de 30 millions de francs CFA. Pour le ministre du tourisme et des parcs nationaux, ce don vient améliorer la prise le conditions de travail des agents qui ont en charge de la protection de nos parcs nationaux. Il a par la même occasion appelé ce personnel à faire le meilleur usage de ce matériel, combien coûteux, compte tenu des contraintes budgétaires ...
Lire l'article
Le Gabon veut se doter d’une fondation pour le financement de ses treize parcs nationaux
Environnement / Vers la création d’une fondation des parcs nationaux au Gabon
Ali Bongo Ondimba indigné par le braconnage dans les parcs nationaux
Le braconnage, un frein à la promotion du tourisme au Gabon, selon l’Agence des parcs nationaux
Le Plan de travail annuel des parcs nationaux de Waka et Birougou au cours d’un séminaire à Mouila
Gabon: L’Agence nationale des parcs nationaux procède aux travaux de zonage du parc de Moukalaba-Doudou à Tchibanga
Gabon : La Banque mondiale suit ses projets pour la biodiversité
Gabon : Doumba s’assure les bonnes grâces de la Banque mondiale
Gabon : Le gouvernement renforce la surveillance des parcs nationaux
Gabon: Du matériel de surveillance remis aux parcs nationaux à Libreville

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 24 Jan 2009
Catégorie(s): Environnement
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*