Socialisez

FacebookTwitterRSS

Les petites affaires étrangères du consultant Kouchner

Auteur/Source: · Date: 31 Jan 2009
Catégorie(s): Françafrique

Un livre l’accuse de s’être servi de son poste pour recouvrir de vieux impayés au Gabon.

On se souvient du champion du droit d’ingérence qui, dans un rapport commandité par Total, avait absous la compagnie pétrolière française des soupçons de travaux forcés en Birmanie lors de la construction d’un oléoduc. Voici l’ancien French doctor Bernard Kouchner affublé ces jours-ci d’un nouveau costume peu reluisant : celui de conseiller de potentats africains en matière de santé, surtout soucieux de recouvrer les factures impayées, y compris après sa nomination à la tête de la diplomatie française.

Cette accusation extrêmement grave, Pierre Péan la porte dans un ouvrage à paraître mercredi (1), et dont l’hebdomadaire Marianne publie cette semaine les bonnes feuilles. L’affaire, qui avait déjà filtré il y a deux semaines sur le site Internet du même magazine, avait alors été qualifiée d’«allégations inexactes» par le principal intéressé, qui ne souhaite pas s’exprimer publiquement. Elle fleure bon cette «Françafrique» qui, décidément, ne veut pas mourir.

L’histoire débute lors de la petite «traversée du désert» connue par la personnalité politique préférée des Français. Après la réélection de Jacques Chirac à l’Elysée, en mai 2002, Bernard Kouchner quitte le ministère de la Santé. Peu après, il se lance dans le consulting. En 2003 et 2004, comme l’avait révélé à l’époque la Lettre du Continent, les sociétés Imeda (International Medical Alliance) et Africa Steps – dirigées par deux de ses proches, Eric Danon et Jacques Baudouin – signent deux contrats avec le ministère de la Santé du Gabon, pays peu connu pour son souci de bonne gouvernance. Ils portent sur un «audit complet du système gabonais et [une] proposition de réforme», et sur «l’élaboration d’un nouveau plan national de développement sanitaire». Le tout pour une somme dépassant les 2 millions d’euros. L’ancien ministre de la Santé de Lionel Jospin sera le maître d’œuvre de ces études.

«Son devoir». Interrogé par Libération, un proche de Kouchner, qui a requis l’anonymat, affirme qu’un rapport d’une centaine de pages a été remis aux autorités de Libreville, ajoutant qu’une loi instaurant une caisse d’assurance-maladie a bien été votée par le Parlement gabonais en janvier 2007.

Le paiement de la facture s’avère plus problématique. En mai 2007, au lendemain de sa victoire à la présidentielle, Nicolas Sarkozy nomme Bernard Kouchner au Quai d’Orsay, au grand dam des socialistes. A cette date, le contrat gabonais n’a pas encore été totalement réglé. D’après Pierre Péan, qui toutefois ne fournit pas la preuve de ce qu’il avance, le nouveau chef de la diplomatie française aurait sollicité, le 25 mai 2007, l’aide du chef de l’Etat gabonais, Omar Bongo, lors de sa première visite à Paris au président Sarkozy, pour régler le reliquat. Bernard Kouchner dément formellement.

En août et surtout en septembre 2007, alors qu’il a déjà été nommé ambassadeur de France à Monaco, Eric Danon envoie des lettres de relance aux autorités gabonaises, dont le site Bakchich s’est procuré les fac-similés. Interrogé par le Monde, Danon en a confirmé l’authenticité, tout en affirmant qu’il s’agissait de simples «actes de gestion». «En tant que chef d’entreprise, ce n’était pas seulement son droit, mais son devoir» que d’obtenir le règlement de cet impayé, assure, le plus sérieusement du monde, l’un de ses proches. Qui ne s’alarme pas d’une quelconque confusion des genres.

Finalement, le reliquat de 817 000 euros aurait été réglé en deux fois par les autorités de Libreville en 2008. En mars, le secrétaire d’Etat à la Coopération, Jean-Marie Bockel, était muté sans ménagement par Nicolas Sarkozy aux Anciens-Combattants après avoir stigmatisé, sans les nommer, les piliers de la Françafrique. Au pouvoir depuis 1967, Omar Bongo s’était, à juste titre, senti visé, et avait demandé expressément à son homologue français la tête de l’impudent ministre.

«Placement». Pierre Péan dénonce dans son ouvrage un «conflit d’intérêts», notant que Kouchner effectuait ses missions de consulting pour Bongo alors même qu’il dirigeait le groupement d’intérêt public, Esther (Ensemble pour une solidarité thérapeutique hospitalière en réseau), associant des établissements des pays du Nord à ceux du Sud. L’ancien fondateur de Médecins sans frontières avait été nommé à ce poste en novembre 2003 par le Premier ministre de l’époque, Jean-Pierre Raffarin, et Esther bénéficiait de fonds importants alloués par le gouvernement français.

«La commande d’un rapport à une personnalité politique française n’a pas d’importance aux yeux d’un Omar Bongo, tranche Vincent Hugeux, auteur des Sorciers blancs (Fayard), une enquête sur les réseaux françafricains. C’est avant tout un placement pour l’avenir.» De fait, le président gabonais a toujours su se montrer généreux, à droite comme à gauche. En échange, le soutien des gouvernements français ne lui a jamais fait défaut depuis qu’il est au pouvoir.

(1) Le Monde selon K., Pierre Péan. 


SUR LE MÊME SUJET
Faisant suite aux allégations distillées, par certains esprits malveillants, tendant à faire croire que le Gabon n’endosserait pas la candidature de M. Jean PING, Président de la Commission de l’Union Africaine, candidat à sa propre succession ; Le Ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération Internationale et de la Francophonie exprime sa profonde indignation à l’égard de cette propagande mensongère et irresponsable qui trahit la légèreté et le déficit d’épaisseur de ses auteurs. Le Ministère des Affaires Etrangères tient à rappeler que depuis le mois de mars 2011, M. Jean PING a fait part au Président de la République gabonaise S.E.M Ali ...
Lire l'article
Bernard Kouchner redevient consultant sans frontières
Bernard Kouchner reprend ses activités de conseil aux entreprises et aux gouvernements étrangers, qui avaient suscité beaucoup de polémiques. L'ex-ministre des Affaires étrangères vient de créer une société au nom explicite, No Borders Consultants. Mais s'il est déjà très actif en Guinée, c'est selon lui à titre bénévole : le Président est un ami. Pour son retour dans le privé, Bernard Kouchner a choisi une référence à son passé chez Médecins sans Frontières. Le 10 juin, il a enregistré au tribunal de commerce de Paris les statuts de No Borders Consultants, une société domiciliée à son adresse personnelle. « Développement ...
Lire l'article
En perspective de la tenue prochaine à Libreville, des « Journées Economiques Gabono-Marocaines », le Secrétaire d’Etat aux Affaires Etrangères du Maroc, Monsieur Mohammed Ouzzidine, a été reçu en audience, ce vendredi en début de matinée, par le ministre gabonais des Petites et Moyennes Entreprises, Jean Félix Mouloungui, à l’effet de poser les jalons de cet évènement inédit qu’abritera le Gabon, a constaté GABONEWS Cette audience s’inscrivait dans le registre des travaux préparatoires des « Journées Economiques Gabon-Marocaines », programmées pour se tenir dans la capitale gabonaise à Libreville, les 21 et 22 mai 2010, répondant ainsi à la politique volontariste ...
Lire l'article
Le Bureau régional pour l’Afrique centrale (BRAC) de l'Organisation internationale de la francophonie (l'OIF) a récemment remis un lot d'ouvrages au ministère gabonais des Affaires étrangères. Ces ouvrages qui abordent la problématique des relations internationales et de la géopolitique mondiale devraient permettre aux diplomates gabonais de recycler et renforcer leur maîtrise des nouveaux enjeux politiques et économiques des relations extérieures. Le représentant résidant de l’Organisation internationale de Francophonie (OIF) au Gabon, Xavier Michel, a récemment procédé à Libreville à la remise d’un ensemble d’ouvrages documentaires et théoriques ciblés au ministère gabonais des Affaires étrangères, de la Coopération, de la ...
Lire l'article
PARIS, France, 14 janvier 2009/African Press Organization (APO)/ — Actualités diplomatiques du ministère français des Affaires étrangères / Point de presse du 14 janvier 2009 (…) (Il y a eu hier la remise en liberté de cinq militants d’organisations non gouvernementales qui avaient été inculpés et écroués là-bas. Comment accueillez-vous cette nouvelle ? Où en êtes-vous des efforts pour permettre à leur avocat, maître Levy, de se rendre sur place ?) Si elle est confirmée, et je crois qu’elle l’est, on ne peut que se réjouir pour les personnes qui ont été remises en liberté. (Est-ce que vous êtes intervenus ?) Nous ne sommes ...
Lire l'article
France – Afrique: Kouchner complaisant avec le Gabon ?
Le site Marianne2.fr publie en avant-première des extraits du livre du journaliste Pierre Péan consacré à Bernard Kouchner. Le journaliste y accuse le ministre des Affaires étrangères d'avoir, avant son entrée en fonctions, effectué au nom d'une société dirigée par un de ses proches, IMEDA, plusieurs prestations de conseil et de communication, pour des montants parfois supérieurs à 1 million d'euros, auprès de pays africains, dont le Gabon d'Omar Bongo. Interrogé par Jean-Pierre Elkabbach sur cette affaire au micro d'Europe 1, Bernard Kouchner a répondu qu'il s'agissait d'une "vraie calomnie" et insisté sur le fait que ses sociétés de conseil (BK ...
Lire l'article
Le nouveau ministre gabonais de la Communication, des postes, des télécommunications et des nouvelles technologies de l’information, Laure Olga Gondjout, a regagné officiellement ce département après avoir été ministre des Affaires étrangères pendant près de huit mois. La passation de charge pour la deuxième fois entre le ministre sortant, le général Jean Boniface Assélé et Mme Gondjout s’est déroulée en présence des cadres du ministère de la Communication. Le retour de Mme Gondjout à ce ministère où elle avait été responsable pendant près de deux mois, intervient au lendemain du léger remaniement ministériel intervenu mardi dernier. Son prédécesseur quant à lui a été ...
Lire l'article
Laure Olga Gondjout a passé le témoin, jeudi à l’Hôtel du ministère des Affaires étrangères, de la Coopération, de la Francophonie et de l’Intégration régionale de Libreville, à Paul Toungui qui la remplace dans ce ministère après le remaniement ministériel du mardi 7 octobre dernier. La passation sobre et solennelle s’est faite en présence des membres du cabinet ministérielle, ainsi que des média. Prenant la parole, Laure Olga Gondjout qui quitte les Affaires étrangères pour le ministère de la Communication n’a pas manqué de mots pour qualifier le dynamisme et les compétences de son successeur, tout en l’invitant à compter sur le ...
Lire l'article
A l’initiative du ministère gabonais des Affaires Etrangères et de la Francophonie, une conférence consacrée aux organisations non gouvernementales, notamment celles oeuvrant dans le relations internationales contemporaines, vient de réunir les responsables des ces structures qui jouent un rôle non négligeable dans la société alors qu’il n’existait jusque-là aucune collaboration avec les instances dirigeantes de l’Etat qui affichent désormais le désire de pouvoir canaliser les missions et les rôles des uns et des autres, en vue des résultats plus probants. Entre autres points abordés au cours de ces échanges, les relations entre le gouvernement et les organisations non gouvernementales ont constitué ...
Lire l'article
Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération, de la Francophonie et de l’Intégration régionale, Laure Olga Gondjout, a présidé jeudi dernier à l’hôtel des Affaires étrangères, la cérémonie d’installation officielle des cadres promus aux différents postes de responsabilité, lors du Conseil des ministres du 24 avril dernier, a constaté GABONEWS. Au nom de tous les promus, Sosthène NGokila, ambassadeur et premier secrétaire général adjoint chargé des questions administratives, avant d’égrener un chapelet de doléances liées au fonctionnement du ministère, a tenu à remercier le Président de la République, Omar Bongo Ondimba, et le ministre de tutelle, Laure Olga ...
Lire l'article
Communiqué de presse du Ministère des Affaires Etrangères sur la candidature de Jean Ping
Bernard Kouchner redevient consultant sans frontières
Le ministre des Petites et Moyennes Entreprises devise avec le Secrétaire d’Etat marocain aux Affaires Etrangères, en prélude aux « Journées Economiques Gabono-Marocaines »
Gabon : L’OIF renfloue la bibliothèque des Affaires étrangères
Gabon – France: Point de presse du ministère français des Affaires étrangères
France – Afrique: Kouchner complaisant avec le Gabon ?
Gabon: Politique : Laure Olga Gondjout regagne la Communication après huit mois aux Affaires étrangères
Gabon: Laure Olga Gondjout passe le témoin à Paul Toungui aux Affaires Etrangères
Gabon: Le rôle des ONG au sein d’un état abordé au ministère des Affaires Etrangères
Gabon: Installation des promus au ministère des Affaires étrangères


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 31 Jan 2009
Catégorie(s): Françafrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Les petites affaires étrangères du consultant Kouchner

  1. Charles E. Lemat

    31 Jan 2009 a 19:27

    “la personnalité politique préférée des Français” ? Absurde, absurde..

    Vous voulez dire : la personnalité politique préférée des media-pipole.

    Kouchner fait effectivement partie des artistes de variété qui prétendent gouverner la “France” (ou ce qu’il en reste..). Au même titre que notre président C. Clavier. Bigard à la Défense et Johnny à l’éducation nationale. “Pourvu ké sa doure…”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*