- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Gabon : Libreville veut renforcer la société civile africaine

La Programme de renforcement des acteurs non étatiques du Gabon (PROGEANE) organise depuis le 9 février dernier à son siège de Libreville la première édition du Forum international pour une société civile africaine forte (FISCAF). Ces assises doivent plancher sur l’élaboration d’un accord cadre des acteurs non étatiques pour le développement des possibilités de partenariat, de coopération, d’échanges et de fédération des acteurs du Sud et du Nord dans l’optique de renforcer leur implication dans l’élaboration des politiques publiques au service du développement du continent africain.

La Maison des Acteurs non étatiques (MANE) de Libreville accueille du 9 au 15 février le 1er Forum international pour une société civile africaine forte (FISCAF), qui entend fédérer les acteurs non étatiques du continent autour de l’objectif de devenir des interlocuteurs fiables des pouvoirs publics et partant, de solides partenaires du développement du continent.

Organisé par le Programme de renforcement des capacités des acteurs non étatiques du Gabon (PROGREANE), le FISCAF réuni les organisations de la société civile des pays du Sud et du Nord, les organisations régionales et internationales, les élus locaux, les médias, les institutions universitaires, les bailleurs de fonds, les représentants des administrations de tutelle ainsi que les ANE locaux.

Ces travaux visent notamment l’établissement de partenariats Sud/Sud et Nord/Sud ; le partage des expériences pour l’appropriation des stratégies existantes et leur adaptation au contexte local ; l’étude des moyens de mobilisation des ressources et des financements ; l’incitation à la représentation extérieure des ANE ; le renforcement des capacités et de la visibilité de la société civile africaine.

Cette première édition du FISCAF s’attachera à élaborer «l’accord cadre des acteurs non étatiques du Sud pour le développement du continent africain», dont chaque partie sera débattue par les participants qui émettront des propositions aux problèmes posés.

Au terme des travaux, une «Déclaration de Libreville» sera lue et approuvée, en attendant d’être adoptée par la prochaine édition du FISCAF.

Un comité de pilotage devrait également être mis en place pour le suivi des recommandations du Forum. Cette approche fédératrice doit établir des bases solides pour la mise sur pieds de l’Union de la société civile africaine (USCA).

«Si je me réfère à ce qui s’est passé à Addis-Abeba, où il y a eu la constitution de l’Union africaine et où un président a été élu pour un an, je pense qu’il s’agit là de l’intégration des Etats. Donc au niveau de la société civile, il serait bon que nous passions également à l’intégration des peuples. A partir de ce forum, nous essayerons de prendre des contacts pour voir ce que l’on peut faire pour avancer ensemble», a expliqué Guy Aho Tete Benissan, du Réseau des plateformes nationales d’ONG d’Afrique de l’Ouest et du Centre.

«Il s’agit de redonner un dynamisme et de rendre crédibles ces associations. Nous attendons que ce forum puisse amener les associations de ce pays à mieux jouer leur rôle, à reconnaître l’enjeu de leurs actions, car on se dit que la société civile à son rôle à jouer, à ses droits à faire respecter et une ligne de conduite à tenir.Au niveau africain, il s’agit d’appeler nos frères et sœurs à être forts, à continuer sur le même chemin et partager nos expériences», a déclaré Jean Rémy Latif Ogoula, coordonateur de l’association gabonaise Génération Consciente.
 


SUR LE MÊME SUJET
La plate-forme Transparence et Gouvernance Démocratique au Gabon (TGD-Gabon), représentée par son coordinateur, Christian Abiaghé Ngomo, vient de condamner au cours d’une conférence de presse, les dérives de certains acteurs de la société civile caractérisée par leur tendance à se laisser instrumentalisés par des fractions politiques. Devant la menace d’instabilité imputable à une frange d’activistes soumis aux partis politiques de l’opposition engagée dans la campagne « ça suffit comme ça », les acteurs de la société civile membre de la plate forme TGD, ont émis de « sérieuses » réserves quant à la représentativité des dits activistes. Au nom ...
Lire l'article [1]
Parmi les nombreux candidats brandissant avec énergie leur étiquette d’indépendant, deux d’entre eux risquent fort de voler la vedette. Deux prétendants rentrés au pays pour mener campagne et dont le discours, la posture et le positionnement sont en rupture avec les us et coutumes de cette démocratie gabonaise « conviviale ». Le plus radical, Daniel Mengara (42 ans), a fondé en 1998 le parti Bongo doit partir (BDP), surtout connu pour son site Internet qui n’a cessé de fustiger le régime Bongo. Après onze années passées aux États-Unis, cet originaire de la province du Woleu-Ntem (Nord-Ouest) – qui a eu ...
Lire l'article [2]
Des leaders de la société civile gabonaise, réunis ce jeudi après – midi à la Chambre de commerce de Libreville, ont appelé les plus hautes autorités du pays à la mise sur pieds d’un « Fonds de vigilance démocratique » en vue de crédibiliser la future élection présidentielle anticipée devant mettre un terme à la période de transition de 30 à 45 jours. Selon Marc Ona Essangui, l’un des leaders de la société civile, ledit Fonds veillera à la bonne tenue des élections présidentielles anticipées. « Ce qui nous anime, c’est l’assainissement de la situation économique sociale et politique du pays ...
Lire l'article [3]
La Société civile gabonaise a lancé hier un appel en faveur d’une élection présidentielle "juste, crédible et transparente" à la suite du décès d’Omar Bongo Ondimba, mettant en garde contre "toute interférence" étrangère dans le processus de succession. Dans un "appel citoyen", les principaux représentants de la Société civile rappellent à la présidente intérimaire Rose Francine Rogombé "l’impérieuse nécessité (...) d’aller vers une élection présidentielle juste, crédible et transparente". La paix, l’unité nationale, la stabilité et la sécurité de notre pays ne seront garanties que si le résultat du prochain scrutin reflète véritablement la volonté du peuple gabonais", affirment-ils, demandant "aux ...
Lire l'article [4]
Quelques acteurs de la société civile gabonaise ont tenu une conférence de presse le 16 avril dernier à Libreville pour dénoncer l’instrumentalisation dont ils sont victimes par les acteurs indépendants qui agissent en France au nom de la société civile gabonaise. Ces leaders gabonais de la société ont désavoué avec virulence Bruno Ben Moubamba, qui « mène des actions controversées en France contre les autorités gabonaises en usant abusivement du crédit de la société civile gabonaise » Quelques leaders de la société civile gabonaise ont convoqué une conférence de presse le 16 avril dernier à la Chambre de Commerce de Libreville ...
Lire l'article [5]
Le gouverneur de la province de la Ngounié (Centre-sud), Michel Mouguiama, a encouragé vendredi, les acteurs de la société civile à revoir les bases de création des associations afin d’être plus responsables et de devenir de véritables partenaires au développement et de lutter contre la pauvreté, à l’occasion de l’ouverture des premières journées de la société civile (JSC) à Mouila. « Je vous demande de saisir l’opportunité que vous offre le Programme de renforcement des acteurs non Etatiques (PROGREANE), à travers son antenne provinciale de Mouila, pour vous regrouper en coopératives, groupes d’individus, mutuelles et de bénéficier des ressources financières ...
Lire l'article [6]
Le président de l’Union du peuple gabonais (UPG), Pierre Mamboundou, a tenu le 10 janvier dernier à Libreville une conférence de presse sur les positions du parti face à l’appel lancé par le chef de l’Etat pour l’ouverture du gouvernement aux partis de l’opposition. Le leader de l’opposition a notamment conditionné son entrée au gouvernement à la mise en place d’une plateforme politique réunissant la majorité, l’opposition et la société civile avec un programme consensuel capable de faire front à la nouvelle donne économique et financière mondiale. L’Union du peuple gabonais (UPG) a posé ses conditions à l’entrée de ses ...
Lire l'article [7]
Le Front des organisations de la société civile pour la lutte contre la pauvreté (FOSCPG), vient de marquer à Libreville sa disponibilité à participer au côté des institutions chargées de l’organisation des élections au Gabon. Le Front des organisations de la société civile (FOSCPG) pour la lute contre la pauvreté a tenu à la Chambre de Commerce de Libreville un Forum pour se frayer un chemin parmi les autres acteurs de la vie publique. « Les électeurs et les citoyens ne sont pas seuls dans l’arène politique. », a fait remarqué Marc Ona, co-président de la FOSCPG avant d’ajouter : « ...
Lire l'article [8]
Le gouvernement et la société civile se sont accordés, à l’issue des travaux de validation sanctionnant la validation du Programme national de bonne gouvernance (PNBG), du 16 et 17 septembre dernier, sur l’institutionnalisation d’un cadre de concertation, du rapport final des travaux. Pour Gervais Owanga-Biye rapporteur des travaux, « les experts se sont convenus de l’institutionnalisation d’un cadre de concertation entre le gouvernement et la société civile sur la gestion du pays au sein du Programme national de bonne gouvernance (PNBG) ». Pour cela, a-t-il affirmé, « le gouvernement gabonais devrait consentir 1% du budget national à la société civile en vue ...
Lire l'article [9]
Le Programme des nations unies pour le développement (PNUD - Gabon), a édifié le public, mercredi au Centre culturel français de Libreville (CCF), par la voix du conseiller au programme gouvernance de cette institution, Hamidou Okaba, lors de la deuxième Journée portes ouvertes lancées mardi, sur la question de la crédibilisation des institutions étatiques en Afrique. Pour lui, les mesures susceptibles de crédibiliser les institutions étatiques africaines passent nécessairement par les capacités, la responsabilité, la transparence et la participation des acteurs non étatiques. C’est pourquoi, les Etats doivent investir dans le développement de leur capacité, améliorer les stratégies de transparence, encourager ...
Lire l'article [10]
Société / TGD-Gabon condamne les dérives de certains acteurs de la société civile
Gabon: La société civile veut peser
Gabon: Période de transition: La société civile gabonaise veut la création d’un « Fonds de vigilance démocratique »
GABON : La Société civile veut une présidentielle “crédible et transparente”
Gabon : Ben Moubamba désavoué par la société civile locale
Gabon: Les acteurs de la société civile de la Ngounié appelés à plus de responsabilités par le Gouverneur
Gabon : L’UPG veut impliquer la société civile dans le nouveau gouvernement
Gabon: La société civile s’invite dans le processus électoral.
Gabon: Le gouvernement et la société civile s’accordent sur l’institutionnalisation d’un cadre de concertation
Gabon: Le PNUD interpelle la société civile sur la crédibilisation des institutions étatiques en Afrique