Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Six mois ferme requis contre la caissière de la BGFI dans l’affaire «Alaba Fall»

Auteur/Source: · Date: 16 Fév 2009
Catégorie(s): Société

L’ancienne caissière de le Banque gabonaise et française internationale (BGFI), Marlène Rapontchombo, a comparu le 13 février dernier en correctionnelle au Tribunal de première instance de Libreville, pour avoir divulgué les comptes du procureur de la République, Bosco Alaba Fall, entraînant une vive polémique au sein de la société civile gabonaise. Six mois de prison ferme et 300 000 francs CFA ont été requis contre madame Rapontchombo, qui devra attendre le 19 février prochain pour être fixée sur son sort. L’affaire «Alaba Fall» qui avait défrayé la chronique il y a quelques mois est sur le point de trouver son dénouement, avec le procès du13 février de l’ancienne caissière de la Banque gabonaise et française internationale (BGFI) accusée d’avoir divulgué les comptes du procureur de la République, Bosco Alaba Fall.

En détention préventive depuis six mois, Marlène Rapontchombo, a comparu en correctionnelle devant le Tribunal de première instance de Libreville pour répondre de la divulgation à travers des tracts et sur internet des comptes du procureur de la République, qui avait entraîné de vives réactions au sein de la société civile gabonaise et semé le trouble dans la classe judiciaire et politique.

Le plaignant, Bosco Alaba Fall, était représenté au Parquet de Libreville par maîtres Taty, Moumbembé et Nkéa, qui avaient face à eux maîtres Homa Moussavou et Fadi pour la défense de l’accusée et maître Agbarin qui représentait l’institution bancaire.

«Etes-vous entrée dans le compte de Monsieur Bosco Alaba Fall ?», a demandé le juge à l’accusée, qui a répondu «oui», et à la question «pourquoi ?», elle rétorquera «par simple curiosité».

A savoir si elle a imprimé le relevé de compte du procureur, elle nie en bloc, alors qu’un rapport interne des données informatiques de la banque prouve que l’accusée, à travers son identifiant et son mot de passe, a visité le compte de Monsieur Alaba Fall et édité les relevés bancaires.
Madame Rapontchombo a laissé penser qu’une personne mal intentionnée avait utilisé ses codes d’accès, mais la partie civile révèle que la jeune femme aurait transmis les relevés bancaires à son amant, Félix Bongo, recherché par la justice gabonaise. Celui-ci les aurait propagés dans la presse pour discréditer le redoutable procureur.
La partie civile avait d’abord exigé 500 millions de francs CFA (762 000 euros) de réparation, payables par BGFIBank, l’employeur de l’accusé, pour le préjudice subi, mais l’accusée ayant déjà quitté la banque, l’avocat de BGFI a rejeté cette demande.

Pour «violation du secret bancaire», Marlène Rapontchombo est tombée sous le coup de six mois de prison ferme et 300 000 francs CFA d’amende requis contre elle par le procureur. L’inculpée devra attendre le 19 février prochain pour être fixée sur la peine dont elle écopera. 


SUR LE MÊME SUJET
Ils doivent payer plus de 350 millions au procureur de la République. Le verdict est tombé jeudi dernier sur l’affaire qui opposait depuis l’année dernière, Bosco Alaba Fall, procureur de la République et neveu du président Omar Bongo, à la banque gabonaise et française internationale ( BGFIbank) et son ex-caissière, Marlène Rapontchombo. Marlène Rapontchombo, accusée d’être à l’origine de la publication sur internet des relevés bancaires du procureur de la République écope de 6 mois de prison ferme, avec une amende de 250 000 francs CFA à payer dans les deux mois. Incarcérée depuis le mois de juillet 2008, elle a ...
Lire l'article
Le tribunal de première instance de Libreville a condamné le 19 février dernier la Banque gabonaise et française internationale (BGFI) à verser des dommages et intérêts de 350 millions de francs CFA au procureur de la République, Bosco Alaba Fall, dont les comptes avaient été divulgués. La caissière mise en cause dans cette affaire, Marlène Rapontchombo, a écopé de six mois de prison ferme et 250 000 francs CFA d’amende. Sa peine étant inférieure à sa détention préventive, la jeune femme a été remise en liberté dans la même soirée. L’affaire «Alaba Fall», qui avait suscité il y a quelques ...
Lire l'article
La Banque gabonaise et française internationale (BGFIBANK), qui dispose de filiales au Congo-Brazzaville et en Guinée-Equatoriale, a été condamnée, jeudi à Libreville, à payer 350 millions de FCFA à un de ses clients qui avait porté plainte pour violation du secret bancaire, a appris APA de source proche du tribunal de Libreville. M. Bosco Alaba Fall, procureur de la République au tribunal de première instance de Libreville, avait porté plainte contre la BGFIBANK suite à la publication, sans son avis, du relevé de son compte bancaire dans la presse et surtout sur Internet. Le verdict rendu par le tribunal est assorti d’une ...
Lire l'article
La justice gabonaise a condamné jeudi BGFI Bank et son ancienne employée à verser 350.250.000 francs CFA au procureur de la République Bosco Alaba Fall, au titre de réparation, a constaté un journaliste de l’AGP sur place. BGFI Bank doit verser à elle seule 350 millions de FCFA et Marlène Rapontchombo, son ancienne employée, à l’origine de l’affaire, devra quant à elle payer 250.000 F CFA. Cette décision intervient une semaine après la tenue d’un procès au cours duquel l’ancienne employée de BGFI BANK a comparu, à la suite d’une plainte du procureur de la République. Le procureur qui s’était constitué juge et ...
Lire l'article
Le parquet près du tribunal de première instance de Libreville a requis vendredi, six mois de prison ferme à l’encontre de l’ex-employée de la BGFIBANK, Marlène Rapotchombo dans l’affaire de divulgation du secret bancaire l’opposant au procureur de la République, Bosco Alaba Fall, rapporte samedi le quotidien progouvernemental l’Union. La peine a été demandée au terme d’une audience fleuve de près de 9 heures de temps au palais de justice de Libreville où s’est déroulé le procès. Hormis la peine de six mois, le ministère public a exigé à l’accusé de payer une amende de 300.000 FCFA. L’affaire a été mise en délibérée ...
Lire l'article
Détails de la plainte de la société civile gabonaise contre Alaba Fall, procureur de la république
Voici les détails de la plainte de la société civile gabonaise contre Alaba Fall, procureur de la république du Gabon. Marc Ona EssanguiLe Réseau Gabonais de Bonne Gouvernance (ROLGB) présidé par M. Georges MPAGA, (Tel. +241 – 07 51 99 32) , l’ONG AFRIQUE-HORIZONS, présidé par M. Alain MOUPOPA (Tel. +241 06 73 34 73), Marc ONA ESSANGUI, Président de Brainforest (+241 07 29 41 40) agissant comme acteurs de la Société Civile au Gabon, pour latransparence et la bonne gouvernance, ont porté plainte vendredi 10 octobre contre M. Alaba Fall Bosco, Procureur de la République du Gabon et neveu du Président  ...
Lire l'article
Le droit de réponse ci-dessous nous est parvenu de la part de la Coalition Publiez Ce Que Vous Payez - Gabon (PCQVP-Gabon). Ce droit de réponse est en réaction à l'argument avancé, dans le cadre de l'Affaire ALABA FALL, par le Parquet de Libreville sur l'arrestation arbitraire de Mlle Marlène Rapotchombo, toujours détenue. La Coalition PCQVP attend de voir si L'Union publiera son droit de réponse. En attendant, le BDP-Gabon Nouveau vous livre ici, en avant-première, la réaction de PCQVP-Gabon suite à la mise au point du Parquet. Dans L'Union du lundi 04 août 2008, à la page 03, nous avons ...
Lire l'article
Ô digne peuple du Gabon, L’indignation est grande et le crime impardonnable. Notre mouvement, « Bongo Doit Partir, pour la construction d’un Gabon nouveau » (BDP-Gabon Nouveau), ne peut rester insensible face à cette nouvelle forfaiture du régime BONGO contre le peuple gabonais. Et quand nous disons « forfaiture du régime BONGO », nous pesons nos mots. Dans l’affaire Bosco ALABA FALL, il y a bel et bien eu crime, et les responsables de ce crime se doivent tous d’être non seulement démasqués, mais également punis. Nous dirons donc tout haut, pour l’intérêt de notre peuple, ce que certains n’osent dire tout bas ...
Lire l'article
Neveu du président Omar Bongo du Gabon, ALABA FALL. Il est magnifestement coupable de traffic d'influence, abus de pouvoir, dissimulation de fortune aux origines douteuses...
Lire l'article
Depuis plusieurs semaines, l’opinion publique gabonaise par les médias interposés notamment le journal « LE NGANGA du 23 Juillet 2008 » vit à l’heure de l’affaire Bosco ALABA FALL contre BGFIBANK. Les mouvements du compte bancaire du Procureur de la République du Tribunal de première instance de Libreville domicilié à BGFIBANK ont été rendus publics et circulent, selon le même article sur le réseau Internet. Des révélations d’une extrême gravité sont ainsi portées sur la personne qui incarne l’autorité du Ministère public au tribunal et la défense de la société. D’après l’analyse du document incriminé, des relevés bancaires en ...
Lire l'article
Gabon : BGFIbank et son ex-caissière lourdement condamnées
Gabon : La BGFI condamnée à verser 350 millions F.CFA à Alaba Fall
Une banque gabonaise condamnée à payer 350 millions de FCFA à un client
Affaire Alaba Fall/BGFI : le tribunal condamne les accusés à payer 350.250.000 Francs CFA
Affaire Alaba Fall: Le parquet a requis 6 mois de prison ferme pour l’ancienne caissière de BGFIBANK
Détails de la plainte de la société civile gabonaise contre Alaba Fall, procureur de la république
Affaire ALABA FALL: Droit de réponse des ONGs: De la garde à vue de Mlle Marlène Rapotchombo
Affaire ALABA FALL: Le BDP-Gabon Nouveau appelle à la démission des vrais coupables
Gabon: Alaba Fall Bosco et le balancier de la justice
Affaire Bosco Alaba Fall/BGFI : réaction de la société civile gabonaise


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne 3,50 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 16 Fév 2009
Catégorie(s): Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

2 Réponses à Gabon : Six mois ferme requis contre la caissière de la BGFI dans l’affaire «Alaba Fall»

  1. mouane niambi

    20 Fév 2009 a 05:13

    je suis tres content des nouvelles du pays que vous nous donnez car notre presse est sous guillotine qu’elle se protege des bouros.dans l’histoire de monsieur alaba fall nous constatons que la justice ne siege que sur son interet et non sur celui des gabonais un fonctionaire a lui seul ne peu pas avoir au tant d’argent il doit comparetre pour edifier les gabonais sur son projet de devenir l’homme le plus riche du pays.on le sais que ce monsieur fais parti des hommes les plus riches du pays.voyons simplement sa contribution dans la sossiation tsoumou de ngouonie qui regroupe les cadres de la republique.mais il faut qu’ils sachent tous que dans peu de temps comme le dit la bibble que les gabonais vont s’occuper d’eux par cas car s’il fouillent leur parents assumeront les retombés.je suis deja pret et comme l”a dit l’autre j’assumerai les consequence meme s’il faille donner ma vie pour que les choses changent.je reve d’un gabon meilleur.

  2. Bouka

    18 Fév 2009 a 07:17

    Tous ont faux. La question que le jury devait poser est celle-ci:
    Monsieur Alaba Fall, comment votre compte bancaire est t’il credite d’autant d’argent vous qui n’etes que simple fonctionnaire?
    Le gabon a l’envers…. Il me semble que c’etait le symbole du parti du defunt. Paix a son ame;;;;

    Salut

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*