Socialisez

FacebookTwitterRSS

Discours du Dr Daniel Mengara aux Coalisés: “Pour que le Gabon change, il faut que le pays ne soit pas trop calme et que le régime Bongo ne soit pas laissé tranquille dans son animalisation du Gabon”

Auteur/Source: · Date: 20 Fév 2009
Catégorie(s): Discours,Discours Coalition,Vidéos,Vidéos de la Coalition

Allocution du Dr. Daniel Mengara, Président du BDP-Gasbon Nouveau, lors de la tenue du premier meeting constitutif de la Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National à Paris les 20, 21 et 22 février 2009. Le BDP-Gabon Nouveau est membre signataire de la Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National. Ce discours fut lu le vendredi 20 février au matin lors de la cérémonie d’ouverture des travaux de la Coalition.

———-

Mesdames et messieurs,

Chers compatriotes et chers invités,

Il me fait plaisir de conclure cette série d’interventions par des idées qui me sont chères et qui sont chères au mouvement Bongo Doit Partir, que je représente ici.

Quand, il y a dix ans, plus précisément en décembre 1998, nous avions fait le constat, à la création du mouvement Bongo Doit Partir, que rien de bon ne pouvait plus se passer au Gabon tant qu’Omar Bongo serait au pouvoir, et que la seule manière de permettre au Gabon d’avancer résidait dans le départ d’Omar Bongo et de son régime du pouvoir, beaucoup nous trouvèrent excessifs.

Pourtant, ce constat que nous dressions déjà il y a dix ans, est plus que jamais d’actualité. Rien de bon ne peut plus se passer au Gabon tant qu’Omar Bongo est au pouvoir.

Nous ne reviendrons pas ici sur la litanie habituelle d’exactions bongoïstes que les Gabonais connaissent déjà par cœur : corruption, détournements, incompétence, dictature, précarité et paupérisation sont le lot quotidien des Gabonais depuis 41 ans, et rien ne semble pourvoir augurer de quelqu’évolution positive que ce soit pour notre pays, surtout pas au moment où les forces du mal s’apprêtent à prendre en otage notre pays en y établissant une monarchie héréditaire.

Il n’est donc pas besoin de vous rappeler que le Gabon souffre de 41 ans de régime dictatorial et anti-démocratique sous Omar Bongo. Car, malgré les immenses richesses (pétrole, bois, manganèse, uranium, faune et flore, etc.) dont jouit notre pays, richesses qui en font l’un des pays les plus riches d’Afrique, 60% du petit million et demi de Gabonais qui font notre population vit encore inexplicablement sous le seuil de pauvreté. A titre de comparaison, le Nigeria, pays pétrolier lui aussi, compte près de 60% de sa population visant sous le seuil de pauvreté, mais avec un revenu de seulement 2200 dollars de PIB par habitant. Le Gabon, quant à lui, a un revenu de 14.900 dollars par habitant, un revenu supérieur à celui de la Chine (6100 dollars) et de l’Inde (2900 dollars) combinés. Et pourtant, ce sont les Chinois qui viennent encore chez nous construire les immeubles abritant les parlements gabonais. Et on sait qu’un pays a atteint le summum de la banqueroute quand le supposé président de ce pays est obligé d’aller se soigner au Maroc, parce que dans son propre pays, il n’a construit aucun hôpital digne de ce nom. Pourtant, face aux près de 15000 dollars de revenu par habitant du Gabon, le Maroc n’en a que 4000. Une honte, donc.

Il m’est donc à ce titre important de rappeler ici que quand notre mouvement, le BDP-Gabon Nouveau fut fondé il y a près de 10 ans, il s’était donné pour nom un thème qui, dans son essence même, se voulait le reflet de la pensée de la majorité des Gabonais. Il n’y a pas, à nos yeux, de nombreux Gabonais qui ne pensent pas aujourd’hui que Bongo doit partir, pour la construction d’un Gabon nouveau.

Et même si beaucoup, par peur des brimades, ne le disent pas toujours tout haut, nous pensons que la majorité des Gabonais pensent plus que jamais que Bongo doit partir. Il est possible que ces idées, nous les ayons véhiculées trop en avance sur notre temps, au moment où par naïveté, les Gabonais pensaient encore qu’Omar Bongo était humain et qu’il verrait par lui-même le mal qu’il a fait. Aujourd’hui, les prophéties du BDP-Gabon Nouveau ont fini par trouver un écho de plus en plus grandissant au sein de la population gabonaise, et beaucoup réalisent en fait que pour changer le Gabon, il faudra obligatoirement pousser Omar Bongo et sa clique au départ.

A ce titre, il me plaît de noter l’échange email qu’un de nos compatriotes a un jour eue avec un journaliste français. Tandis que le compatriote essayait d’attirer l’attention des autorités françaises sur la situation du Gabon, le journaliste français lui a dit :

« C’est bien ce que vous essayez de faire. Vous pouvez certainement porter l’affaire devant les cours internationales et porter plainte à la Haye, mais j’ai bien peur que tout cela ne mène nulle part car, le problème que vous avez au Gabon est que votre pays est trop calme ».

Ce journaliste, sans connaître l’existence du BDP, était ici, en fait, en train de faire la même analyse que le BDP, une analyse qui posait comme base le fait que changer le Gabon supposait la décision, pour les Gabonais de se saisir de leur souveraineté confisquée et d’affirmer, par tous les moyens qui leur seraient possibles, cette souveraineté. Nous avions appelé cet acte de reprise en main de leur souveraineté par les Gabonais un acte insurrectionnel visant à établir au Gabon les conditions d’ingouvernabilité, donc de refus de subir, qui permettraient enfin à notre peuple de se libérer de la dictature bongoïste.

Ce que ce journaliste essayait, donc, de dire à mon compatriote est que tant que les Gabonais eux-mêmes ne prendraient pas sur eux de rentrer dans leurs droits, il sera difficile aux occidentaux d’aller sans raison apparente enlever Omar Bongo du pouvoir car le pays est trop calme. Autrement dit, pour que le Gabon change, il faut que le pays ne soit pas trop calme et que le régime Bongo ne soit pas laissé tranquille dans son animalisation du Gabon. Le changement que les Gabonais désirent ne viendrait que s’ils comprenaient que ce ne sont ni les Martiens, ni les Français, ni les Américains qui viendraient les libérer de la malédiction bongoïste à leur place, mais eux-mêmes.

D’où donc l’idée de cette Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National dont nous sommes venus poser les bases à Paris.

La Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National est une structure de rassemblement née du désir des Gabonais de voir se fédérer les forces politiques et civiles radicales de la société gabonaise, c’est-à-dire une plateforme inclusive et ouverte, mais qui réunit uniquement les acteurs et organisations politiques et civiles qui pensent que le régime Bongo est à court d’idées, qu’il ne peut plus rien faire pour le Gabon, et que ce régime doit être mis, ne fût-ce que temporairement, à la retraite pour permettre une renaissance de la société gabonaise.

Il s’agit donc de célébrer par des actions et stratégies conjointes ce que nous avons tous en partage, c’est-à-dire le désir de libérer le Gabon de sa malédiction bongoïste.

Dans ce modèle d’unité, ce qui prime, c’est ce que nous avons en partage et non ce qui nous différencie. Vous pouvez ainsi voir dans le schéma qui vous a été distribué le modèle qui caractérise ce que nous sommes et ce que nous essayons de faire au sein de cette Coalition en gestation. Comme en mathématiques, il s’agit d’imaginer la Coalition comme une rencontre de grands ensembles qui ont, d’une part, leurs propres particularités et de l’autre, au centre, ce qui leur est commun. Ainsi, un groupe comme le BDP conserve, dans sa particularité, la capacité d’agir dans le sens qui lui est propre et sur la base de l’idéologie qui lui est particulière, alors qu’au centre, il agit d’agir avec les autres dans le contexte de ce qu’il partage avec les autres.

Ce modèle de rassemblement sans chef, qui ne se construit pas autour de personnes, mais d’idées, reste le modèle qui, demain permettra aux Gabonais de commencer à rassembleur leurs forces autour de l’idéal de changement immédiat auquel nous aspirons tous.

Changer le Gabon, c’est ultimement la capacité de refuser l’animalisation en déclarant, sans ambages, qu’Omar Bongo est le premier responsable de la débâcle quadragénaire de notre pays et donc de positionner, en face du régime Bongo, un front du refus qui reconnaît que c’est un véritable exercice en futilité que de reprocher uniquement à l’entourage d’Omar Bongo les errements et les crimes commis sous le regard approbateur d’Omar Bongo lui-même, et ensuite d’aller demander à Bongo de punir les crimes qu’il a lui-même autorisés et même récompensés par des nominations. Aux yeux de la Coalition et du BDP-Gabon Nouveau, cette méthode qui consiste à demander à Bongo de punir son entourage, autrement dit à se punir lui-même, est contre-productive et condamne le pays à la pérennisation du bongoïsme, c’est-à-dire à la permanence de la corruption et du chaos institutionnel au Gabon.

Il faut plutôt à la société civile et politique gabonaise avoir le courage de se poser la question suivante : comment se fait-il qu’après 5 premiers ministres différents et plus de 30 rafistolages gouvernementaux en 41 ans de pouvoir, il n’y ait jamais pu y avoir de progrès notable au Gabon ? Si les changements de Premiers ministres, les dizaines de remaniements de gouvernements et les multiples absorptions d’opposants n’ont jamais pu apporter le développement dont le pays avait pourtant urgemment besoin, c’est qu’il y a eu blocage quelque part. D’où peut donc bien venir ce blocage et quelle est la seule personne qui n’a jamais changé de position en 41 ans de régime Bongo ? La réponse à cette question est simple et directe : C’est Omar Bongo qui n’a jamais été changé et c’est lui qui, depuis 41 ans, bloque le progrès du Gabon par son incompétence, la corruption et son amour trop démesuré des détournements de biens publics.

La seule solution, pour les Gabonais, consiste dès lors à demander le départ des incompétents en disant clairement leur refus de continuer à subir. Oui, chers compatriotes, le salut du Gabon réside uniquement dans la constitution d’un front national du refus dans lequel les citoyens que nous sommes diront :

– NOUS, Gabonais coalisés, sommes fatigués de négocier chaque année les mêmes vieux problèmes ; le temps de dire « stop » est donc arrivé ; les Gabonais ne négocieront plus jamais rien avec le régime Bongo, en dehors de son départ.

– NOUS, Gabonais coalisés, sommes fatigués de parler et nous ne répondrons plus aux invitations d’Omar Bongo à négocier les mêmes vieux problèmes chaque année sans que ces invitations mènent à des solutions durables ;

– NOUS, Gabonais coalisés, sommes fatigués des promesses jamais tenues et nous ne voulons plus rien entendre qui puisse venir de la bouche d’Omar Bongo vu que ce sont toujours les mêmes vieilles promesses jamais réalisées qui se répètent d’années en années ;

– NOUS, Gabonais coalisés, sommes fatigués des mensonges qui nous disent qu’il y a crise alors que le train de vie de la famille Bongo, des membres du régime et de l’état ne cesse de détourner la richesse nationale, ne laissant que misère, paupérisation et précarité pour le reste du peuple.

– NOUS, Gabonais coalisés, sommes fatigués de mendier des miettes à cause des détournements qui voient chaque année l’argent du Gabon s’envoler vers des banques et propriétés immobilières personnelles à l’étranger et nous ne pouvons plus tolérer de devoir devenir des mendiants d’un patrimoine qui revient pourtant de droit à la communauté nationale gabonaise ;

– NOUS, Gabonais coalisés, sommes fatigués d’attendre un développement qui ne vient jamais et qui, malgré les multiples gouvernements de combat et d’ouverture, et malgré les multiples prétendus rénovations et « projets pour le Gabon », n’est jamais venu ;

– NOUS, Gabonais coalisés, sommes fatigués de mourir de mort lente et de génocide économique à cause de la misère qui frappe inexplicablement un pays pourtant nantis de richesses immenses pour une population d’à peine 1 million d’habitants.

– NOUS, Gabonais coalisés, sommes fatigués de laver le linge sale en famille et de subir les mensonges qui pérennisent le bongoïsme au Gabon ; c’est sur la place publique nationale et internationale que nous laverons désormais le linge sale gabonais ;

– NOUS, Gabonais coalisés, demandons désormais une seule chose : le départ immédiat et inconditionnel des incompétents ; par conséquent, la seule chose que NOUS, Gabonais coalisés, négocierons, c’est le départ immédiat et inconditionnel d’Omar Bongo et de son régime ;

Et pour cela, nous Gabonais coalisés sommes prêts à prendre nos responsabilités de citoyens pour obtenir, par tous les moyens possibles, ce départ.

Je vous remercie.


SUR LE MÊME SUJET
Message du Dr. Daniel Mengara aux Gabonais : « Au pays des sauvages, il faut parler le langage de la sauvagerie »
Message du Dr. Daniel Mengara aux Gabonais : « Au pays des sauvages, il faut parler le langage de la sauvagerie » URGENT: Communiqué de presse, pour diffusion immédiate. (Imprimer la Version PDF de ce document) Chers compatriotes, La situation du Gabon est grave. Elle demande redressement. Notre pays ne peut plus continuer à vivre le viol des Bongo Ondimba en toute impunité. Cela fait 44 ans que cela dure. Et, au vu de la consolidation récente du pouvoir désormais quasi monarchique d’Ali Bongo sur le Gabon, notamment avec une Assemblée nationale mal élue lui désormais acquise à près de 100% et une Cour constitutionnelle toujours fortement tenue ...
Lire l'article
Philippe Douillet, l’un de ses responsables du groupe nucléaire français Aréva, a souhaité à la veille de la tenue, ce jeudi, du premier Conseil d’Administration de l’Observatoire de Mounana qu’ « il faut que cet observatoire soit sous le couvert de l’autorité nationale ». S’exprimant sur les ondes de la radio panafricaine, Africa n°1, Philippe Douillet, a déclaré : « Il faut que cet observatoire soit sous le couvert de l’autorité nationale et non d’AREVA pour éviter d’être partie – prenante (…). Il faut que ce soit l’Etat gabonais qui ait en charge la transcription des informations ...
Lire l'article
A la suite de multiples protestations du syndicats des commerçants de Libreville devant les « tracasseries » dont font l’objet les adhérents (contrôle d’hygiène, de pièces administratives…), l’inspecteur des Services municipaux, Théophile Nyembo Mokito, a rétorqué : « justement, il y a des contrôles parce qu’il y a trop d’égarements » et que « les commerçants font tout ce qu’ils veulent ». Selon lui, il sera demandé à la « Mairie de multiplier les contrôles, donc de les renforcer pour que notre ville soit saine aussi bien sur le plan de la consommation que des produits ...
Lire l'article
Le Dr. Daniel Mengara aux Haïtiens (Partie 1): “Le problème du Noir est qu’il a trop de vanité, et pas assez de fierté”
(Partie 1) Le Dr. Daniel Mengara, invité d'honneur au Banquet Annuel de la communauté haïtienne du New Jersey organisé par la Radio Haïti Info, s'est exprimé samedi 14 août 2010 devant près de 120 Haïtiens, dont des hommes d'affaires et professionnels, pour partager avec eux ses réflexions sur l'héritage psychologique des peuples noirs et les perspectives et enseignements que le Noir doit tirer de sa double meurtrissure sous le joug de l'esclavage et du colonialisme. Le Dr. Daniel Mengara conclut, en substance, que le problème du Noir est qu'il a trop de vanité, et pas assez de fierté. Voir la vidéo: ...
Lire l'article
Le Dr. Daniel Mengara aux Haïtiens (Partie 2): “Le problème du Noir est qu’il a trop de vanité, et pas assez de fierté”
(Partie 2) Le Dr. Daniel Mengara, invité d’honneur au Banquet Annuel de la communauté haïtienne du New Jersey organisé par la Radio Haïti Info, s’est exprimé samedi 14 août 2010 devant près de 120 Haïtiens, dont des hommes d’affaires et professionnels, pour partager avec eux ses réflexions sur l’héritage psychologique des peuples noirs et les perspectives et enseignements que le Noir doit tirer de sa double meurtrissure sous le joug de l’esclavage et du colonialisme. Le Dr. Daniel Mengara conclut, en substance, que le problème du Noir est qu’il a trop de ...
Lire l'article
De nouvelles violences ont éclaté samedi soir, pour la 3e nuit consécutive, à Port-Gentil, la capitale économique du Gabon placée sous couvre-feu. "Nous sommes en train de disperser des pillards", indique une source militaire. Des groupes de pillards ont en outre érigé des barricades sur les principales routes pour empêcher les voitures de police de circuler. Peu avant ces violences, le président nouvellement élu Ali Bongo a dit qu'il voulait "absolument" un retour à la normale. Même si le calme est revenu dans la matinée, de nombreux habitants ont commencé à quitter la ville. Source: TSR Info
Lire l'article
Libreville, 5 août (GABONEWS) – Le nouveau Président élu du Gabon, Ali Bongo Ondimba, qui a assisté ce samedi au match de football opposant à Libreville les « Panthères du Gabon » aux « Lions indomptables » du Cameroun, a accordé au cours de la mi-temps de ladite rencontre, une interview à Radio France International (RFI) dans laquelle il déplore les actes de violence postélectoraux enregistrés à Libreville et Port-Gentil. Actualité du :05/09/2009 « Je dis tout simplement que tout ceci est regrettable. Nous sommes un pays de droit. Il y a ...
Lire l'article
Gabon: Discours à la nation du Dr. Daniel Mengara: “Vous pouvez, Monsieur Bongo, vous mettre votre ouverture dans le trou que vous voulez”
A l'occasion de son discours de voeux de nouvel an à la nation gabonaise, le Dr. Daniel Mengara a fustigé l'immobilisme et la criminalité du régime Bongo, et appelé les Gabonais à commencer la résistance nationale et internationale contre le régime Bongo. S'adressant spécifiquement à Omar Bongo, le leader du mouvement "Bongo Doit Partir" (BDP-Gabon Nouveau) a, sans détour qualifié d'"imbécile" celui qu'il a appelé le président autoproclamé du Gabon: "Monsieur Bongo, j'ai envie de vous dire que vous êtes un imbécile" a harangué le Président du BDP-Gabon Nouveau. S'agissant du désir du dictateur gabonais d'ouvrir le gouvernement aux forces de l'opposition, "vous ...
Lire l'article
Le premier ministre, Jean Eyeghé Ndong, a déclaré lors de l’ouverture du concours miss Gabon, à l’étape de l’Estuaire, dans la nuit de samedi à dimanche, que « Pour qu’une femme soit belle, il faut qu’elle allie beauté physique et beauté intellectuelle », donnant ainsi le coup d’envoie de ce concours dans la capitale gabonaise. « Nous avons à cœur chaque année, désormais de sélectionner la plus belle femme de l’Estuaire. Nous devons donc avoir à l’esprit que pour qu’une femme soit belle il faut qu’elle allie beauté physique et beauté intellectuelle », a déclaré le chef du gouvernement gabonais ...
Lire l'article
Message du Dr. Daniel Mengara aux Gabonais : « Au pays des sauvages, il faut parler le langage de la sauvagerie »
Santé/Observatoire de Mounana : « Il faut que cet observatoire soit sous le couvert de l’autorité nationale », Philippe Douillet (AREVA)
Gabon – Commerce: « Il y a trop de contrôles parce qu’il y a trop d’égarements », Théophile Nyembo Makita, inspecteur général des Services municipaux
Le Dr. Daniel Mengara aux Haïtiens (Partie 1): “Le problème du Noir est qu’il a trop de vanité, et pas assez de fierté”
Le Dr. Daniel Mengara aux Haïtiens (Partie 2): “Le problème du Noir est qu’il a trop de vanité, et pas assez de fierté”
Bongo Doit Partir
Gabon: nouveaux pillages dans la nuit à Port-Gentil, alors qu’Ali Bongo lance un appel au calme
Gabon: Présidentielle 2009 : « Il faut absolument que le calme revienne sur toute l’étendue du territoire national, il y a des institutions indiquées pour
Gabon: Discours à la nation du Dr. Daniel Mengara: “Vous pouvez, Monsieur Bongo, vous mettre votre ouverture dans le trou que vous voulez”
Gabon: « Pour qu’une femme soit belle, il faut qu’elle allie beauté physique et beauté intellectuelle », Jean Eyeghé Ndong

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (16 votes, moyenne 3,56 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 20 Fév 2009
Catégorie(s): Discours,Discours Coalition,Vidéos,Vidéos de la Coalition
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

23 Réponses à Discours du Dr Daniel Mengara aux Coalisés: “Pour que le Gabon change, il faut que le pays ne soit pas trop calme et que le régime Bongo ne soit pas laissé tranquille dans son animalisation du Gabon”

  1. fla-meur

    10 Août 2009 a 10:38

    Appelle à l’exil d’un candidat et banir sa candidature à l’élection présidentielle tout simplement parce qu’il est le fils du défunt président.Je n’en croit pas mes yeux lors que je voit ce genre de publication.Stop!stop à ce genre abus.Ali est comme tous les autres candidats,comme eux lui aussi à le droit de déposer sa candidature et comme le gouvernement à juger qu’il avait ce droit à accepter sa candidature.Mais enfin tacher de préoccuper de vos campagnes et laisser cet humble citoyen revendiquer la place que vous voulez tous et que le meilleur gagne

  2. combe

    24 Juil 2009 a 08:17

    é a vous ki faite sa promotion ne sachant meme de koi il est vraiment capable , allé le rejoindre é bouffé vos discr ok ne nous gonfflé pa les oreill on en a rien a foutre de tou sa , il connait koi du gabon é de ces réalités : moi twa é les gabonais é gabonais vivant ici ché nous connaissons les réalité alors chutt ok!!! faite place a ceu ki agiss é se battron non pa avec des armes mé avec la volonté de réussir a mettr hor du ring cé voleur é malfteur ok!!

  3. combe

    24 Juil 2009 a 08:10

    a mengara soit un peu réaliste twa aussi mon frere , t’en ke les gabonais é gabonaise dont je fais partie t’auront pas cerné é analysé pui testé sur le terrain toi é tes discours ne valent rien!! arrt de tes chauffé mon frere le combat an’a pa encr commncé tu te vend déja , mon kiamy l’enfant!! é puis laiss moi te dire ke si nous étions un peuple violant on allé le montrer depuis a ce merdeu de regim en place mé ns ne le somm pa alors ne nous entrnn pa , tu as tro regardé la télé au state cé sa on é pa dan un film d’action ok si tas pa d’autre alternative toutoutou é ferm la

  4. Krisler Ondo Megne

    23 Juil 2009 a 22:10

    Très cher Tate Mafoumb,

    Je me rends effectivement compte que j’ai fait mauvaise lecture de votre intervention. Je tiens à m’en excuser!
    Ceci dit, J’ai eu beau ouvrir les yeux sur les interventions précédentes, je ne trouve pas de propos haineux… La colère n’est pas de la haine. On se rend bien compte que plus d’un intervenents exprime sa colère par des paroles véhémentes, mais c’est tout à fait normal et ce n’est pas de la haine!!! Il vous est certainement déjà arrivé de vous mettre en colère! Dans ces moments-là, on exprime sans ménagement son opinion à qui veut l’entendre. Mais on ne veut mettre un terme à la vie de personne; car c’est ce à quoi conduit la haine: au meurtre. Or, sauf preuve du contraire, je n’ai rien lu qui présentait un caractère meurtrier dans les propos des différents intervenents… C’est pourquoi, je vous prierai de faire bon choix dans les termes qui constituent vos propos.
    En outre, vous parliez de la credibilite du candidat Mengara. Je me rends compte que vous vous posez les mauvaises questions. Car nous n’avons que trop fait par le passé de ne considérer que les personnes sans leur associer des idées, des plans, une idéologie et un but pour notre pays… Il est temps que nous apprenions à penser autrement. Considérons les idées et non le beau visage que présente un tel ou un autre. Envisageons la politique telle qu’elle doit être: un débat d’idées et non de personnes.
    Pour ma part, Mr Mengara, par la lutte qu’il a su mener jusqu’à ce jour sans se salir, sans se compromettre avec le systeme avilissant et asservissant qui a absorbé tous les cerveaux du Gabon, toutes les intelligences, sans leur laisser une seule chance d’expression, une seule chance d’épanouissement, a démontré sa crédibilité… Lui, Mengara, a réussi à garder son intégrité où la presque quasi totalité des honnes politiques du Gabon ont échoué.
    Il a depuis longtemps fait des propositions et continue d’en faire au systeme Bongo en place. Il s’est depuis longtemps penché sur les problemes qui minent notre pays et dénoncer en s’attaquant de front à l’anarchie qui regnait et qui continue de faire son chemin dans notre pays.
    Si Mengara est crédible? Bien sur qu’il l’est!!! Du moins l’est-il plus que la majorité des candidats en lice aujourd’hui pour la présidence.
    Mais bon, voila! Mon tres cher Tate Mafoumb, il est possible que nous ne nous comprenions pas totalement, mais je vous remercie tout de même pour vos propos. Ils permettent d’enrichir la réflexion et c’est pourquoi ce site existe: un espace d’échanges et d’enrichissement mutuel.

    Cordialement,

    Krisler Ondo Megne

  5. Tate mafoumb

    23 Juil 2009 a 12:56

    En réponse à KRISLER ONDO MEGNE.

    Je te reprends un extrait de mon billet” Je viens juste de lire certains de vos commentaires,quelle étroitesse d’esprit,avant de critiquer OYE MBA et consorts, quel est le projet alternatif de BONGO DOIT PARTIR, vous faites plutôt du folklore,vous tentez d’élever M.MENGARA au rang d’opposant,afin, est -il crédible?
    A mes yeux, non,à force de tenir des propos haineux, vous finirez par donner du crédit aux candidats issus du PDG”.

    A cet effet, pouvez vous me dire, à quel moment dans le corps de mon billet, j’ai dit que M.MENGARA tenait des propos haineux?

    Frangin, tout simplement, j’ai réagi aux propos tenus par certains suite aux candidatures des autres prétendants.

    J’ai bien observé qu’ils tenaient des propos haineux.

    La haine est avant tout une colère après SOI-MÊME.
    Mais non avouée, rentrée, intestine.
    Cette colère peut être due à un traumatisme affectif , rejet, humiliation.

    Si elle ne “sort pas” (sport, valorisation à l’école, au travail…), cette colère envers soi même trouvera une cible, se transformera en haine contre un ennemi, un reflet pour s’y déverser.

    Mais, le seul ennemi c’est soi- même.Sauf en faisant une analyse, l’individu refusera d’admettre cette haine profonde.

    Il trouvera toujours que les autres sont responsables et lui victime.

    J’espère que nous nous comprenons,

    Cordialement

  6. Krisler Ondo Megne

    22 Juil 2009 a 23:37

    Tate mafoumb,

    J’aime votre expression… elle est claire et elle me fait pressentir que vous devez etre une personne de grande intelligence. C’est donc avec la confiance que vous savez ce qu’est une expression haineuse que je souhaiterais que vous me rappeliez les occasions où Mr Mengara a fait preuve de haine dans ses propos. Sans m’étendre davantage, j’attendrai patiemment votre réponse.
    Bonne soirée et à bientot!

  7. Tate mafoumb

    22 Juil 2009 a 19:46

    QUELLE TRISTESSE

    Je viens juste de lire certains de vos commentaires,quelle étroitesse d’esprit,avant de critiquer OYE MBA et consorts, quel est le projet alternatif de BONGO DOIT PARTIR, vous faites plutôt du folklore,vous tentez d’élever M.MENGARA au rang d’opposant,afin, est -il crédible?
    A mes yeux, non,à force de tenir des propos haineux, vous finirez par donner du crédit aux candidats issus du PDG.
    Maintenant qu’OMAR est décédé, que reste – il en dehors de son fils qui s’accroche au gouvernement.
    Vous prétendez être force de proposition, sans aucun député,SIMEON ET AUTRES passent tout leur temps dans des endroits, identiques aux MATITIS DU Gabon que crédit je peux donner à ceux – là.
    Les élections sont dans quelques jours, un homme, une voix, vous avez le choix, on parle de son exil.
    A t-il expulsé de Gabon?
    Omar est décédé qu’il rentre de manière définitive comme les autres candidats.
    Vos réactions, bien que rétrogrades, reposent sans doute sur des fondements.Vos comportements et vos attitude inconsciemment motivés, aboutissent parfois à des préjugés en ce qui concerne les autres candidats.

  8. La Sagesse

    2 Juil 2009 a 06:46

    Je réponds à la réaction de G.M du 19 juin 2009 20:17

    G.M,
    Si vous êts un lecteur “attentif” vous remarquerez que l’énnoncé du mouvement BDP dit ceci “Le BDP-Gabon Nouveau recherche le départ d’Omar Bongo et de –> son régime du pouvoir <– par tous les moyens possibles.”
    Donc, même si Bongo est parti, SON REGIME est toujours en place et risque de continuer ou de perpétuer les dégats !

    A bon entendeur.

  9. MABALA

    2 Juil 2009 a 06:10

    les gabonais me surprendrons toujour,vous vivez dans la misère depuis kalakala,vous avez une personne qui ne fait que dénoncer cet état de fait depuis le vivant de la personne responsable de la pauvre au gabon(bongo),vous tirez a boulet rouge sur cette personne,qui n’ait en rien responsable sur la gestion de votre pays,reconnaisser lui au moins le courage de dire les choses a haute voie,meme s’il habite dans la lune.
    Je crois que ceux qui le critique,ne veulent pas que leurs privilères s’arretent du jour au lendemain.

  10. ophnydis

    1 Juil 2009 a 19:45

    A Monsieur Pierre,

    Je vous demanderai pardon de m’adresser directement à vous… Mais je ne puis me taire au devant des déclarations que vous venez de faire, et qui me laissent penser que vous fermez les yeux sur le fait que depuis plusieurs années le Dr Mengara a cherché à rentrer au pays sans succès à cause du régime qu’il combat encore. Comment faites-vous pour ne pas considérer ce fait? Un système d’hommes et de femmes s’évertuent à fermer la bouche de tous ceux qui essaieront de leur dire non. Et pour ce faire ils emploieront tous les moyens possibles. Vous dites de Mengara qu’il entraînera des gabonais à la mort… mais vous oubliez les nombreux morts qui pèsent sur la conscience de ce système. Comptez-les vous-mêmes! Est-ce Mengara qui les a causés, ceux-là. Ils sont morts tout simplement pour n’avoir pas été d’accord avec le système auquel vous voulez encore faire confiance. Mais enfin! Mais enfin! De quelle douceur pensez-vous que ce régime soit capable lorsqu’il affame des famille et corrompt les consciences, abrutit les intelligences telle que la vôtre au point que vous soyez tellement aveuglé pour ne pas voir ce qui se passe sous vos yeux.
    Voici l’histoire d’un homme atteint de la gangrène. Ses frères animés d’un grand amour pour lui, ne voulant pas qu’il meurt, lui dirent, sous l’impulsion du médecin:Vraiment, Le mal est grave! Dans l’état actuel des choses, il n’y a rien à faire que l’amputation. Il était prêt à suivre le conseil de ses frères quand sa femme et ses enfants, ayant appris ce qui se disait, s’approchèrent, les âmes trop sensibles ne percevant pas le danger que courrait le malade. Ils disent, attendez encore un peu, nous croyons qu’il peut s’en sortir sans amputer… Et, à cause des instances de son épouse et ses fils, il renonce à être amputer. Quelques heures plus tard, on annonce la mort de l’être chère. Et le médecin de déclarer: Madame, si on l’avait amputé il y a quelques heures, votre mari serait encore vivant. Il serait peut-être unijambiste mais il serait vivant… Cette femme n’arrêta jamais de pleurer. Sa sensibilité lui valu la perte de son époux et père de ses enfants.
    Monsieur Pierre, vous croyez-vous plus intelligent que toutes ces âmes du moyen âge, dans les pays que nous disons aujourd’hui dévéloppés, qui ont appelé leur peuple à la révolution? Citez-moi un seul pays qui se soit développé sans que les population n’aient du payer un prix quelconque. Citez-moi un seul peuple qui ait pu accéder à la liberté par des voie de douceur devant des régimes tels que celui que nous avons en face! Non, réveillez-vous. J’aimerais vous citer un seul pays, moi: L’Afrique du Sud. Combien d’entre ces gens ont perdu la vie pendant que Nelson Mandela était en prison? Il était en sûreté… Mais entre temps des milliers mourraient. Et, pour ainsi dire, ne voyez pas l’exil de Mengara comme un palais. Mais il est bel et bien en prison, mais hors de son pays. Car il lui est refusé d’y revenir…
    Encore un fois, j’aimerais montrer qu’une attitude autre qu’une attitude révolutionnaire dans notre Gabon d’aujourd’hui n’est rien d’autre que la démonstration du mal profond dont souffre notre pays. Mal dont plusieurs ne sont pas conscient mais qui pourtant nous ronge et est prêt de nous détruire. Si une action rapide et décisive n’est entreprise, il sera bientôt trop tard.

  11. Pierre Kiroule

    1 Juil 2009 a 17:18

    Monsieur Mengara,

    C’est au Gabon que les choses se passent, tous vos beaux discours ne peuvent qu’entraîner la mort et la débacle des naifs vivant au Gabon qui prendront le risque de vous faire confiance. Nous Gabonais nationaux, qui avons choisi de vivre chez nous envers et contre tous, qui combattons et survivons au quotidien dans le système perverti qui est le nôtre, sommes convaincus, que cette transition se fera dans la douceur, et ferons confiance aux élus politiques, qui feront du développement harmonieux de notre nation, une priorité. Il est facile et dangereux d’inciter les gabonais à la violence, lorsqu’on est bien planquer dans les pays d’autrui.Quant à vos multiples diplômes dont vos partisans se vantent à profusion, sachez que chez nous, et non pas chez vous, nous avons des intelligences autrement plus brillantes pourtant sans avoir bénéficié des largesses des pays développés dans lesquels vous et vos semblables résidez. Pour finir, vos multiples souffrances évoquées nous font rigoler, la véritable souffrance elle est ici dans la vie des gabonais et gabonaises qui ont choisi de rester au pays, il est de même en ce qui concerne la véritable solidarité de nos compatriotes. Ne nous insultez pas, la véritable maturité réside dans les âmes et esprits des gabonais du Gabon, la classe politique gabonaise dans son ensemble y compris votre groupuscule se caractérise au fil du temps par une immaturité accablante, le peuple n’est pas dupe, et ce peuple mur, fort, et déterminé vous est inconnu. Venez chez nous, Monsieur, on ne fait pas une élection, ou un véritable changement démocratique sur la toile!

  12. Laurent

    26 Juin 2009 a 15:41

    Excentrique. manque de crédibilité. Un homme politique doit avoir du charisme. Même si tu penses dire des vérités, tu attaques trop, regardes Obama, avec la classe il fait l’unanimité. Tu n’as que des discours haineux et tu n’as pas les couilles de venir le dire au Gabon…Casses-toi, nous n’avons pas besoin de toi.

  13. G.M

    19 Juin 2009 a 20:17

    BDP: BONGO DOIT PARTIR; BONGO est parti alors quelle sera la nouvelle dénomination de votre mouvement?

  14. Abessolo lekogo paterne

    12 Juin 2009 a 07:18

    bonjour,
    j’ai lu votre discours et j’eppreci enormement vos idées toutefois je reste secptique dans la realisation de tout vos actes.Aussi je suis intrigué du fait que vous etes opposant et residé aux states comment avoir confiance dans ces conditions.on vis dans la crainte de se faire à nouveau trompé congretisé reagisé rentré au pays et faites vous connaitre on en a mare du regime bongo le gabon nous appartient à tous c’est pas une histoire de famille.je place ma conriance et mon vote en vous

  15. Krisler Ondo Megne

    11 Juin 2009 a 12:05

    Nous n’avons pas beaucoup d’hommes ou de femmes qui aient osé dire non au régime de Bongo toujours en place. Le mouvement créé par le Dr Mengara a gardé le même rythme depuis le début et même, pourrais-je ajouté, son zèle a grandi. Bien entendu, je soutiens avec un des précédents intervenants, qu’il est facile de parler quand on n’est pas dans la situation. Plusieurs se sont vraiment frottés à ce régime et se sont refroidis. Ils avaient tous, pour ainsi dire, de bonnes idées tout comme celles qu’édicte le Dr Mengara aujourd’hui. Mais il est désormais devenu difficile au gabonais de croire en quiconque n’a pas fait ses preuves sur le terrain.
    J’ai écouté, votre discours, Dr Mengara. J’en ai fortement été touché. Mais ce qui a conduit les gabonais dans l’état d’attentisme dans lequel il se trouve aujourd’hui, c’est d’avoir trop fait confiance et d’avoir trop souvent été trompé par ceux-là en qui ils avaient placé leur confiance. Il est facile de le comprendre. Suivez mon regard…
    Je ne m’aventurerai pas à douter de votre sincérité et du bien fondé par votre action (candidature à la présidence de la république). Je vous soutiendrai possiblement, puisque j’apprécie vos idées. Mon souci réside dans ces quelques questions: Combien de gabonais vous connaissent vraiment? Combien vous soutiennent vraiment aujourd’hui pour que vous vous lanciez dans une course présidentielle? Pour ma part, je salue votre persévérance dans l’action que vous avez entreprise. Je la salue et la loue… Mais pour l’heure, puissiez-vous méditer sur ces questions en vous rappelant bien qui sont les gabonais.
    Ma suggestion serait de mettre l’action présidentielle en veilleuse pour le moment et de rentrer. Sur place, puisque, assurément, vu la manière dont les choses évoluent jusque là, nous allons peut-être enfin assister à une véritable alternance politique; le champ serait désormais ouvert pour enseigner au peuple le concept qui vous tient tant à cœur. Le peuple prendrait le temps de vous connaître pour ce que vous êtes. Là, il pourra apprécier et, lui-même vous élèvera. “Ne nous pressons pas de nous faire leaders sans avoir au préalable démontrer nos talents de leader à ceux que nous voulons conduire.” Ne commettez pas les mêmes erreurs que tous ceux qui se sont frottés à ce régime par le passé. Ne vous pressez pas ! A bon entendeur…

    à bientôt!

  16. Une gabonaise

    11 Juin 2009 a 10:33

    Merlin va en enchanter d’autre, tu veux bien!?!?! Vous ne valez rien, tous autant que vous êtes. Mais, retombez SVP, décrochez de la bulle, aterrissez!!!! pourquoi vous êtes bêtes comme celà. il faut vraiment être un âne hein!!!!

  17. gabz

    9 Mai 2009 a 10:52

    bonjour à tous, quel est l’auteur et le titre de cette chanson au début de lavidéo, que j’entendais sans écouter quand j’étais “petit”? merci !

  18. étsang

    9 Avr 2009 a 10:19

    Chers Gabonais, il ne doit pas avoir une poléque entre nous au sujet de ce que fait Mangara ou où il vit. nous sommes tous des Gabonais et nous connaissons les maux qui minent le Gabon. De plus nous devons penser que le mal de l’Afrique en générale et du Gabon en particulier vien de l’Occident il est des pays en Afrique où les “blanc” lorsqu’ils arrivent ils se mettent “à careau” il est des Gabons qui ne se laissent pas influencer par la couleur de la peau. Notre mal c’est nous. il est vai que que “pour combattre un système , on doit le connaitre bien”. nous savons que le régime actuel ne pourra jamais accepter Mangara séjourner au Gabon. face à cette situation je pense que Mangara et le BDP doivent pouvoir mettre en place une politique pour faire passer le message. Nous voulons bien croire aux “vérité et aux belles paroles” ( tout le monde ne connait pas l’inertnet)c’est une réalité nationale. Quelle politique met en place le BDP pour combattre efficacement le régime actuel? dépuis très lontemps j’ai entendu parler du BDP mais jusqu’alors nous n’avons aucun signe de la crédibilité et de la puissance du Mouvement. Tout le monde peut créer un Mouvement à l’étranger et “balancer des infos, des conférences, des discours, des insultes,… sur linternet mais concrètement cela ne justifie rien.

  19. vérité

    2 Avr 2009 a 06:10

    Je pense pour ma part que quelqu’un qui veut sauver le gabon doit dans un premier temps se défaire de l’occident car c’est bien eux qui volent nos richesse et qui se disent nos amis et comme l’actuel chef d’état est leur marionette le suivant ou même le dr mengara sera le leur aussi et la droit ineternational nous a démontrer ses limites (instrumentalisé par des grandes puissances), le journaliste dont vous faite allusion a besoin de gros titre pour vendre, rappeler vous des vidéos de france24, les ong françaises doivent d’abord faire le ménage chez eux car c’est la france le vraix dictateur, voleur et responsable des morts de mon village pour faute de médicament.
    mbolo!!

  20. Mapangou

    25 Mar 2009 a 15:38

    Voilà un homme avec des convictions.

  21. Ayatollah

    10 Mar 2009 a 00:13

    et toi, qui es-tu pour donner des leçons à Mengara? Si Mengara ne peut donner des leçons aux autres, alors toi tu ne peux donner de leçons à Mengara. C’est logique non?

  22. Mabenda

    6 Mar 2009 a 15:23

    Mengara, commence par rentrer au Gabon montrer l’exemple. Tu as de beaux discours mais on ne voit aucun acte concret. Avant toi combien on tenu des discours comme le tiens? Ou sont ils aujourd’hui? On a assiste aux discours revolutionnaires de Mamboundou, Mba Abessolo, Maganga Moussavou et j’en passe. Tu veux que les gabonais aillent se battre et ensuite tu viendras t’accaparer de la victoire. Victoire que certains auront obtenu au prix de leur sang pendant que toi tu jouais les amerlocks, tranquille.
    D’abord qui es tu pour t’autoproclamer president et venir faire des discours a la nation?

  23. merlin

    2 Mar 2009 a 02:05

    Grand frere Mengara ,je suis frere de toi .Je sent que que tu tiens le Gabon a coeur
    Ton frere du village.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*