- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Gabon : vol d’armes de guerre au camp d’entraînement militaire français

Une forte récompense est promise à celui qui aidera à capturer le voleur.
Trois armes de guerres auraient été volées au camp d’entraînement militaire de l’armée française, situé dans le département du Cap Estérias, à un trentaine de kilomètres au nord de la capitale gabonaise, Libreville. Le forfait a eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi, a appris Afrik.com de sources concordantes.
Des éléments de l’armée française, appuyés par les forces de sécurité gabonaise, patrouillent dans la zone afin de mettre la main sur les voleurs qui leur ont subtilisé des armes, dans la nuit de jeudi à vendredi, dans leur camp du Cap Estérias. Selon les populations interrogées, une forte récompense serait proposée à celui qui aiderait les forces militaires à démasquer les auteurs de ce cambriolage.

Les habitants de cette petite ville côtière affirment être bouleversées par cette affaire. “Nous n’avons plus de sommeil depuis la nuit de jeudi et nous craignons à chaque instant d’être agressés par des bandits qui auraient subtilisés les armes aux forces françaises”, se sont-ils plaints.

Un camouflet pour l’armée française

Visiblement, la présence des forces de l’ordre a été renforcée dans cette localité et les voitures des éléments de l’armée française continuent à circuler dans les artères de la ville. Selon les populations, d’autres éléments patrouillent dans la forêt, et cette situation traumatise les habitants qui craignent des éventuels coups de feu derrière leurs maisons.

L’histoire fait grand bruit dans cette partie de la capitale gabonaise et plusieurs interrogations reviennent dans la bouche des habitants. Qui serait parti voler les armes en plein camp d’entraînement militaire français, et à quelle fin ? Que se passera-t-il demain si les armes ne sont pas retrouvées ?

En attendant des réponses à ces questions, une bonne partie de la population estime que cette histoire, quelque peu rocambolesque, est une gifle donnée à la face des forces armées françaises présentes au Gabon. Elles sont invitées désormais à doubler de vigilance. 


SUR LE MÊME SUJET
Côte d’Ivoire: assaut final contre le camp Gbagbo?
Abidjan résonne ce mardi matin de tirs à l'arme lourde, où les forces pro-Ouattara affrontent celles de son rival Laurent Gbagbo, après des frappes de l'ONU et de la France. Des tirs à l'arme lourde étaient entendus mardi matin dans Abidjan, où les forces du président ivoirien reconnu par la communauté internationale Alassane Ouattara affrontent celles de son rival Laurent Gbagbo, après des frappes de l'ONU et de la France. Les tirs étaient entendus depuis le quartier du Plateau, où se situe le palais présidentiel. Ils interviennent au deuxième jour d'une offensive des combattants pro-Ouattara contre les ...
Lire l'article [1]
Le camp d'Alassane Ouattara, président ivoirien reconnu par la communauté internationale, espère que l'organisation régionale de la Cédéao se prononcera vendredi sur une option militaire pour chasser du pouvoir Laurent Gbagbo, selon un de ses porte-parole. Pour résoudre la crise née de l'élection présidentielle du 28 novembre, il y avait "trois leviers, la diplomatie, les finances et l'armée", a déclaré à l'AFP Patrick Achi, soulignant que son camp l'avait déjà emporté sur les deux premiers. L'ONU a reconnu mercredi Youssouf Bamba, l'ambassadeur désigné par Alassane Ouattara auprès de l'organisation internationale. Jeudi, l'Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa) a reconnu que M. Ouattara était ...
Lire l'article [2]
Les armes volées au mois de février dernier lors d'un exercice militaire au Cap Estérias, environ 40 km au nord-est de Libreville, à l’Armée française au Gabon, ont été retrouvées ce jeudi par les éléments de la Police judiciaire chez un gang de quatre individus, au milieu d’une artillerie et armé jusqu’aux dents, a rapporté la Première Chaine de Radio Télévision nationale (RTG1). Selon l’un des quatre individus appréhendés avec un lot important d’armes et de munitions, les deux armes une fois subtilisées auraient été enterrées ensemble que d’autres dans un sac non loin du lieu du forfait. Ces derniers ont ...
Lire l'article [3]
L'armée française au Gabon a promis une récompense de 2 millions de FCFA (3.500 euros) à toute personne qui l'aiderait à retrouver deux armes volées lors d'un exercice militaire au Cap Estérias, environ 40 km au nord-est de Libreville, a rapporté mercredi la presse locale. Les voleurs ont pris dans la nuit de jeudi à vendredi dernier un fusil de guerre, un pistolet et divers équipements, au moment où des soldats français faisaient un stage au centre d'aguerrissement situé dans la zone. Les ...
Lire l'article [4]
Deux personnes qui seraient impliquées dans le vole de 15 armes à feu perpétré il y a deux semaines à la Brigade faune de Moukalaba (Sud) ont été appréhendées jeudi dernier par les Eléments de la Brigade de Recherches, a rapporté samedi le correspondant de GABONEWS à Tchibanaga. Les deux présumés coupables de complicité dans ce délit de vole sont Delphin Paga et de Moussa qui ont été arrêtés par les Eléments de la Brigade de recherches de Tchibanga. A Delphin Paga, il est notamment reproché d’avoir gardé quelques armes à feu volées chez lui tandis qu’à Moussa, il ...
Lire l'article [5]
Le Premier ministre gabonais, Jean Eyéghé Ndong, a exprimé ce dimanche à la télévision nationale (RTG1) son « désarroi et sa peine pour le Gabon et la France » face au crash qui a endeuillé la famille des Forces françaises au Gabon (FFG). Le chef du gouvernement espère que de nouveaux survivants seront retrouvés au moment où d’intenses recherches sont menées par le 6 ème Bataillon d’infanterie de marines (BIMa) au large des côtes gabonaises. Au nom du gouvernement de la République, Jean Eyéghé Ndong a adressé des condoléance au gouvernement français. Le crash de l’hélicoptère de l’armée française qui effectuait ...
Lire l'article [6]
Hervé Morin, le ministre français de la Défense est arrivé ce dimanche après-midi à Libreville par vol spécial, en vue de s’enquérir de la situation sur le terrain après l’accident d’un hélicoptère militaire de son pays samedi dans la nuit, au large des côtes gabonaises. A l’heure actuelle le bilan de ce crash est de 2 survivants, 2 morts et 6 disparus selon des sources officielles. Le ministre français devra donc, dans les prochaines heures, avoir des entretiens avec les responsables de l’Armée française au Gabon avant une rencontre avec le chef de l’Etat Omar Bongo Ondimba et un ...
Lire l'article [7]
Le ministre français de la Défense, Hervé Morin, est attendu incessamment à Libreville après le crash, samedi, d’un hélicoptère militaire français au large de la capitale gabonaise. Les premières recherches auraient permis de repêcher trois soldats. L’appareil avait à son bord une dizaine de passagers. Selon les informations parvenues à GABONEWS, l’hélicoptère militaire français procédaient aux exercices dans le cadre des manœuvres conjointes franco-gabonaises qui se déroulent chaque année. Les causes de l’accident ne sont pas encore connues. Le Gabon abrite le 6ème Bataillon d’infanterie de marines (BIMa) de l’Armée française depuis le 1er décembre 1975. Les Troupes française au Gabon ...
Lire l'article [8]
Un hélicoptère militaire français s'est abîmé en mer samedi au large du Gabon, avec 10 militaires français à son bord, alors qu'il participait à un exercice bilatéral, a annoncé la présidence française dans un communiqué. "Le Président de la République vient d'être informé du crash en mer d'un hélicoptère français avec 10 personnels militaires français à bord, au large du Gabon, alors qu'il participait à un exercice bilatéral", a indiqué l'Elysée. Le président Nicolas Sarkozy "a demandé que tous les moyens disponibles sur zone soient immédiatement engagés pour retrouver les militaires qui se trouvaient à bord", déclare le communiqué. "L'hélicoptère s'est abimé au ...
Lire l'article [9]
Gabon: Les Forces françaises au Gabon commémorent le « 8 mai » marquant la fin de la seconde guerre mondiale
Les Forces Françaises au Gabon commandées par le Général Réglat, ont commémoré jeudi au camp De Gaulle de Libreville, la date du 8 mai synonyme de «l'Armistice » marquant la fin de la seconde guerre mondiale en 1945, a constaté GABONEWS. La cérémonie a été marquée par la présence de l'ambassadeur de France au Gabon, Jean Marc Simon, du chef d'Etat major gabonais, le général Ntori Longo, du commandant de Forces françaises au Gabon, le général Réglat, ainsi que de nombreux autorités gabonaises et consulaires. Avant la cérémonie proprement dite, une gerbe de fleurs a été déposée au monument du ...
Lire l'article [10]
Côte d’Ivoire: assaut final contre le camp Gbagbo?
Côte d’Ivoire: le camp Ouattara espère une décision sur l’option militaire
Gabon: Les armes volées, de l’Armée française, retrouvées par la Police judiciaire
L’armée française au Gabon offre 2 millions de FCFA pour retrouver 2 armes volées
Gabon: Deux personnes arrêtées pour complicité de vole de 15 armes à la Brigade Faune de Moukalaba
Gabon: Jean Eyeghé Ndong exprime sa peine après le crash de l’hélicoptère militaire français
Gabon: Hervé Morin à Libreville après le crash d’un hélicoptère militaire français
Gabon: Hervé Morin attendu à Libreville après le crash d’un hélicoptère militaire français
Gabon: un hélicoptère militaire français s’abîme en mer, 10 disparus
Gabon: Les Forces françaises au Gabon commémorent le « 8 mai » marquant la fin de la seconde guerre mondiale