Socialisez

FacebookTwitterRSS

Les comptes français d’Omar Bongo ont été saisis

Auteur/Source: · Date: 26 Fév 2009
Catégorie(s): Révélations,Société

La saisie est intervenue dans le cadre de l’affaire opposant le président gabonais à l’industriel René Cardona qui avait été emprisonné au Gabon et avait dû verser une rançon pour sortir.
"Les comptes français du président gabonais sont saisis dans le cadre d’un jugement prononcé à Bordeaux”, affirme, jeudi 26 février, à sa “une” le quotidien régional Sud-Ouest. Une information confirmée par la suite par l’avocat du plaignant René Cardona, Me Jean-Philippe Le Bail.
“Les comptes détenus par Omar Bongo dans deux banques françaises ont été saisis. Il s’agit du Crédit Lyonnais — dans lequel le président gabonais possède deux comptes de dépôt, deux comptes sur livret et un compte-titre– et de comptes à la BNP, où il possède deux comptes-chèque, un compte-épargne et un compte-titre”, a indiqué Me Le Bail à l’AFP.
“Sur l’ensemble de ces comptes il y a un peu plus de 4 millions d’euros, sous réserve des opérations en cours”, a ajouté l’avocat.

Une rançon de 457.000 euros

Selon le quotidien, “les comptes courants et les comptes titres du président gabonais ouverts dans plusieurs agences du Crédit Lyonnais et de la BNP sont verrouillés. Les comptes déposés dans ces deux banques -4,2 millions d’euros ont été saisis” depuis le 13 février.
La saisie est intervenue dans le cadre d’une “procédure diligentée par l’avocat girondin Me Jean-Philippe Le Bail”, à la suite d’un arrêt rendu le 29 septembre par la cour d’appel de Bordeaux. Celle-ci avait condamné Omar Bongo à “restituer la rançon de 457.000 euros exigée pour la libération de René Cardona en 1996”.

1,131 million d’euros dus à ce jour

René Cardona, un industriel français, avait été écroué pendant plusieurs semaines à la prison de Libreville à la suite d’un différend financier avec le président gabonais. Auparavant, il avait vendu une pêcherie avec sa flottille à une société contrôlée par Omar Bongo et sa famille. Mais le président gabonais avait ensuite demandé à René Cardona de reprendre son bien. Devant le refus de celui-ci, il avait porté plainte pour escroquerie auprès d’un juge d’instruction qui était son neveu.
Pour obtenir la libération de son père alors qu’une épidémie de fièvre Ebola sévissait à la prison de Libreville, le fils de René Cardona avait alors dû verser 457.000 euros. Les avocats du président Bongo ont toujours affirmé devant la justice française qu’il s’agissait du règlement d’une dette pour “le dédommager pour lui avoir cédé un bateau en mauvais état”. La Cour d’appel de Bordeaux n’a pas admis cette version et sa décision est exécutoire. Selon Sud-Ouest, la somme, intérêts compris, due aujourd’hui par Omar Bongo à René Cardona s’élève à 1,131 million d’euros.

Un pourvoi non-suspensif

Toujours selon le quotidien régional, Omar Bongo a effectué un pourvoi en cassation de la décision de la cour d’appel de Bordeaux, mais ce pourvoi n’est pas suspensif et ne peut être examiné que si les sommes dues sont réglées. Les avocats du président gabonais disposent d’un délai de trois mois pour trouver une parade juridique à la saisie de ses comptes français.

source: nouvelobs avec AFP


SUR LE MÊME SUJET
Décédé le 8 juin, le chef d'État gabonais Omar Bongo n'a pas vu ses comptes parisiens débités quelques se-maines plus tard. Courant juillet, René Cardona, l'ancien armateur de Libreville, a reçu, selon Sud-Ouest qui révèle l'information, un chèque de 1,131030 million d'euros en réparation de la rançon que lui avait extorquée le chef d'État africain en 1996. En 1995, René Cardona, alors propriétaire d'une pêcherie dans la capitale gabonaise, avait cédé ses installations à une société dont Omar Bongo, son épouse et deux de ses enfants mineurs étaient actionnaires. L'affaire ne tardant pas à battre de l'aile, le président avait demandé ...
Lire l'article
Inexorablement, l'heure de l'addition se rapproche pour Omar Bongo, le chef de l'État gabonais. Hier, le juge de l'exécution du tribunal de grande instance de Paris a refusé d'ordonner la mainlevée des saisies pratiquées sur les comptes bancaires du président africain depuis le 13 février dernier. Ce jour-là, en application d'un arrêt rendu par la cour d'appel de Bordeaux, un huissier s'était présenté devant les locaux de deux agences de la BNP-Paribas et de LCL (ancien Crédit lyonnais) à Paris. À sa requête, neuf comptes appartenant à Omar Bongo et crédités de 4,2 millions d'euros avaient été bloqués sans que ...
Lire l'article
Le parquet de Monaco a ordonné l'ouverture d'une enquête sur des comptes qui auraient été ouverts dans la principauté monégasque au nom d'Edith Bongo, l'épouse décédée du chef d'Etat gabonais, Omar Bongo, a-t-on appris mardi de source judiciaire. L'ouverture de cette enquête fait suite à un courrier adressé la semaine dernière au prince Albert II et au procureur de Monaco par l'organisation non gouvernementale Sherpa signalant l'existence de plusieurs comptes ouverts dans des établissements bancaires monégasques par Edith Bongo, décédée le 14 mars. L'enquête aura pour objet de vérifier l'existence de ces comptes ainsi qu'une possible infraction, pénale ou civile, ajoute-t-on de ...
Lire l'article
La défunte première dame du Gabon aurait servi de "prête-nom" à son époux et son père. Le président gabonais Omar Bongo est toujours dans le collimateur de Sherpa. La justice de la principauté de Monaco a ordonné, suite à un courrier de cette Ong, l’ouverture d’une enquête sur l’existence de comptes bancaires ouverts à Monaco au nom d’Edith Lucie Bongo. Sherpa pense que la défunte première dame du Gabon aurait servi de « prête-nom » à son époux et à son père, Denis Sassou Nguesso, respectivement chefs d’Etat du Gabon et du Congo.Omar Bongo Ondimba, le président gabonais, n’est apparemment pas ...
Lire l'article
Des comptes bancaires français du président gabonais Omar Bongo ont été saisis après sa condamnation en France à rembourser 457.347 EUR versés par un Français pour faire libérer son père détenu à Libreville en 1996, a indiqué jeudi l'avocat du plaignant. "Les comptes détenus par Omar Bongo dans deux banques françaises ont été saisis. Il s'agit du Crédit Lyonnais - dans lequel le président gabonais possède deux comptes de dépôt, deux comptes sur livret et un compte-titre - et de comptes à la BNP, où il possède deux comptes-chèque, un compte-épargne et un compte-titre", a indiqué Me Jean-Philippe Le Bail à ...
Lire l'article
S'il vient passer quelques jours de vacances en France, Omar Bongo ne pourra pas puiser dans sa cassette parisienne. Le vendredi 13 février ne lui a pas porté chance. Depuis ce jour-là, les comptes courants et les comptes titres du président gabonais ouverts dans plusieurs agences du Crédit lyonnais et de la BNP sont verrouillés. Les fonds déposés dans ces deux banques - 4,2 millions d'euros au total - ont été saisis. C'est sans doute la première fois en France qu'un chef d'État en exercice voit ses avoirs gelés de la sorte. Une rançon La procédure diligentée par l'avocat girondin Me Jean-Philippe ...
Lire l'article
Des comptes bancaires français d'Omar Bongo ont été saisis après la condamnation à Bordeaux du président gabonais à verser 457 347 euros, un montant correspondant à une somme qu'avait dû verser un chef d'entreprise détenu à Libreville en échange de sa libération, rapportent l'AFP et le journal Sud-Ouest, jeudi 26 février. Depuis le 13 février, "les comptes courants et les comptes titres du président gabonais ouverts dans plusieurs agences du Crédit lyonnais et de la BNP sont verrouillés" et "les fonds déposés dans ces deux banques - 4,2 millions d'euros au total - ont été saisis", rapporte Sud-Ouest. ...
Lire l'article
Condamné en septembre par la justice française, le chef d'État gabonais refusait de rembourser à un industriel français la somme que ce dernier lui avait versé pour sortir de la prison de Libreville. Plusieurs comptes bancaires français détenus par Omar Bongo ont été saisis à la suite d'une condamnation en septembre du chef d'État gabonais, par la cour d'appel de Bordeaux. L'information, révélée jeudi par le quotidien régional Sud-Ouest , a été confirmée par l'avocat du plaignant, un industriel français emprisonné au Gabon puis libéré contre rançon. «Les comptes détenus par Bongo dans deux banques françaises ont été saisis. Il s'agit ...
Lire l'article
Omar Bongo condamné à reverser 457.000 euros à un Français
La cour d'appel de Bordeaux a confirmé la condamnation du président du Gabon, Omar Bongo, à rembourser 457.000 euros à un Français qui lui avait versé cette somme en 1996 pour faire libérer son père détenu à Libreville, apprend-on de source judiciaire. René Cardona, ancien patron des pêcheries de Libreville, avait été incarcéré un an après avoir vendu son entreprise à une société dont le président gabonais et sa famille étaient actionnaires. L'activité ayant chuté, Omar Bongo lui avait demandé en vain de racheter les pêcheries. La plainte du président pour escroquerie avait entraîné l'incarcération de René Cardona. Son fils Thierry avait ...
Lire l'article
Bongo Doit Partir
Bongo rembourse à titre posthume
Le juge dit non à Bongo
Ouverture d’une enquête sur des comptes qui appartiendraient à Edith Bongo à Monaco
Comptes bancaires d’Edith Bongo : Monaco ouvre l’enquête
Saisie de comptes bancaires français du président gabonais Bongo
Les comptes d’Omar Bongo saisis à Paris
Des comptes bancaires d’Omar Bongo saisis en France
Les comptes en banque français d’Omar Bongo saisis
Omar Bongo condamné à reverser 457.000 euros à un Français

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 26 Fév 2009
Catégorie(s): Révélations,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*