Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le rapport Kouchner au Gabon: cher, inutile et redondant

Auteur/Source: · Date: 27 Fév 2009
Catégorie(s): Monde

Trois semaines après la sortie du livre de Pierre Péan, de nouveaux éléments à charge apparaissent contre l’ex-“French doctor”.France Inter a levé le lièvre des rapports de Bernard Kouchner sur le système de santé gabonais. Et le résultat est édifiant: l’audit du French Doctor apparaît bien léger et surtout inutile. Trois semaines après la sortie du livre polémique de Pierre Péan, la position du ministre des Affaires étrangères devient de plus en plus fragile, à mesure que se dévoile les travaux du consultant. A-t-il vendu son influence à Omar Bongo? Enquête.

Que contient le rapport Kouchner?

Première révélation de l’enquête de la radio publique, le rapport d’audit de 107 pages (dont 17 d’annexes) est co-signé par quatre personnes: Bernard Kouchner, Eric Danon (un diplomate), Isabelle Stroebel (médecin de santé publique) et Jean-Elie Malkin (médecin de l’OMS). Il sera suivi d’un second rapport égrénant leurs propositions de réforme. Pour cette mission, les auteurs ont passé 24 jours sur place (Kouchner trois fois une semaine), en septembre et novembre 2003.

La première partie du rapport est un constat sans surprise de l’état de délabrement du système de santé gabonais: hôpitaux sous-équipés, absence d’encadrement, médicaments inaccessibles, couverture sanitaire insuffisante… Au passage, les consultants insistent sur la volonté politique d’Omar Bongo:

“On observe aujourd’hui un engagement politique fort au profit de la santé. La santé faisant partie des secteurs prioritaires de développement de la politique générale du gouvernement et surtout du Président.”

Dans un second rapport de 24 pages remis en août 2004, les consultants font le tour des propositions de réforme envisagées. En commençant, en introduction, par la patte des “French Doctors”:

“Pour certains d’entre nous qui avons été à l’origine de Médecins sans frontières, il s’agit non de remplacer un concept par un autre, mais de les compléter tous par celui de ‘malades sans frontières’ en organisant et pérennisant les financements des systèmes de santé des pays les plus pauvres, sous la direction des autorités politiques et des peuples concernés eux-mêmes.”

Et de défendre un principe d’actualité en France: il faut, disent-ils, “en finir une fois pour toutes avec un des dogmes les plus difficiles à combattre, celui de la gratuité des soins” afin de “s’orienter progressivement vers une participation aux coûts”. Le tout à travers “trois axes principaux”:

1. La création d’une couverture maladie pour tous les Gabonais
2. L’amélioration de l’offre de soins
3. Une nouvelle politique des personnels de santé

En tout point, les réformes prônées ressemblent à un copier-coller du système de soins français. Pas forcément très adapté pour un pays comme le Gabon, classé 107e à l’Indicateur de développement humain (IDH) du Pnud en 2008.

Combien le rapport a-t-il été payé?

Dans son livre, “Le monde selon K”, Pierre Péan avance un montant global de 2,6 millions d’euros pour l’ensemble de la mission. Le ministre Kouchner a fourni une estimation plus modeste dans le Figaro:

“Je n’ai jamais touché les sommes dont parle Pierre Péan. J’ai été bien moins payé que la plupart des experts internationaux (Banque mondiale, OMS…) J’ai été rémunéré moins de 6000 euros par mois après impôts sur trois ans pour un travail considérable dont tout le monde peut se féliciter.”

Le patron d’Imeda, la société relais d’Eric Danon, avance le nombre de 1,3 million d’euros, réglés en quatre fois sur trois ans. Quant à l’avocat de Bernard Kouchner, il fait état d’un contrat de 400 000 euros pour le consultant de luxe, avant impôt. Soit un salaire de 13 000 euros par mois, sur trois ans.

Dans tous les cas, ce tarif semble bien supérieur à ceux pratiqués sur le marché du conseil. A moins de considérer que Bernard Kouchner ait vendu autre chose que sa compétence d’expert en santé publique. Ses proches accréditent d’ailleurs cette hypothèse, par l’argument de sa proximité avec le président gabonais. France Inter cite un “proche” non identifié du chef de la diplomatie:

“Bernard Kouchner est la seule personne qui a pu dire à Omar Bongo: ‘L’hôpital qui porte le nom de ta mère est dans un état inacceptable. C’est inacceptable que tu ne fasses rien pour lui. Tu as l’argent pour le remettre en état!'”

En clair, dans le langage des affaires, Kouchner a joué le rôle d’ouvreur de portes auprès des responsables politiques africains. A son équipe, ensuite, de transformer l’ouverture en contrat. Dans cette vidéo, il justifie son travail à l’Assemblée nationale, face aux questions des députés PS. Ce rapport était-il nécessaire aux Gabonais?

Dernier aspect tout à fait contestable de la mission conduite par le ministre-consultant, le soupçon de plagiat. Un an et demi tout juste avant de remettre ce fameux rapport en mains propres au président Bongo, un autre rapport -Evaluation de la coopération française dans le secteur santé au Gabon (1990-2001)- dressait un état des lieux complet de la situation sanitaire du Gabon.

Ce texte de 160 pages, signé par trois experts, a été commandité et publié par… la Coopération française. Autrement dit, le Quai d’Orsay! Cette vraie mission d’évaluation, la première depuis 1989, fait l’objet d’une méthodologie précise. Elle pointe toutes les lacunes de la politique de santé locale, ainsi que celles des programmes de coopération. Extrait:

“Manifestement, la santé ‘publique’ n’est pas une priorité et l’Etat ne manifeste aucune volonté d’y remédier. (…) Le Gabon a ainsi pris quinze ans de retard par rapport à de nombreux pays africains en matière d’organisation de système de santé et s’avère incapable à ce jour de mener une politique sanitaire efficace.”

Il rappelle la promesse, jamais tenue, d’Omar Bongo en 1998:

“Je vous fais aujourd’hui la promesse que dans les toutes prochaines années, tout Gabonais, où qu’il vive et quels que soient ses revenus, aura accès à des soins de qualité.”

En évoquant, au chapitre des solutions, un projet de… couverture maladie. En résumé, expliquent les experts, tout le monde sait ce qu’il manque et comment améliorer la situation, mais il ne passe rien.

Dernier point, étrange, que les opposants au régime Bongo ne manquent pas de relever. Lors des discussions qui eurent lieu à partir de 2005 pour mettre en place une caisse d’assurance-maladie, aucun député gabonais n’a eu entre les mains le rapport Kouchner. Pour quelle raison? “Clause de confidentialité entre Imeda et le Gabon”, répond-t-on à Paris. Les Gabonais, eux, attendent toujours l’effet French doctor… 


SUR LE MÊME SUJET
Bernard Kouchner redevient consultant sans frontières
Bernard Kouchner reprend ses activités de conseil aux entreprises et aux gouvernements étrangers, qui avaient suscité beaucoup de polémiques. L'ex-ministre des Affaires étrangères vient de créer une société au nom explicite, No Borders Consultants. Mais s'il est déjà très actif en Guinée, c'est selon lui à titre bénévole : le Président est un ami. Pour son retour dans le privé, Bernard Kouchner a choisi une référence à son passé chez Médecins sans Frontières. Le 10 juin, il a enregistré au tribunal de commerce de Paris les statuts de No Borders Consultants, une société domiciliée à son adresse personnelle. « Développement ...
Lire l'article
Bernard Kouchner a-t-il compromis la figure du "French Doctor", en rédigeant des rapports généreusement financés par des potentats africains ? La question posée par le livre du journaliste Pierre Péan, Le Monde selon K (Fayard, 324 p., 19 euros), est éclairée par les deux études sur le système de santé du Gabon dont Le Monde a pris connaissance. Conduits par M. Kouchner, à une époque où il n'exerçait pas de responsabilités politiques, ces travaux ont été commandés en 2003 par le président Omar Bongo à la société Imeda. Les deux rapports de 107 et 24 pages ne relèvent ni d'une ...
Lire l'article
Les services de consultant vendus par Bernard Kouchner au gouvernement gabonais pour l’amélioration du système national de santé publique suscite toujours la controverse. Pour radio France Inter, les rapports du docteur français sont non seulement légers eu égard à leur importante facturation, mais surtout inutiles aux autorités sanitaires gabonaises pour redresser ce secteur laissé à l’abandon.La radio France Inter a récemment rendu public le résultat de ses recherches sur la qualité des rapports réalisés en 2003 par le ministre français des Affaires étrangères sur le système de santé publique au Gabon. La polémique née autour de ces rapports aux factures astronomiques ...
Lire l'article
La Une et trois pages dans Libération pour une enquête et un "Retour sur les liaisons dangereuses entre le ministre des Affaires étrangères et les dictateurs africains qui lui ont payé des études sur leur système de santé." "Quoi que l’on pense du livre de Pierre Péan, l’enquête que nous publions confirme que pendant longtemps, trop longtemps, l’actuel ministre des Affaires étrangères a porté les deux casquettes, publique et privée, dans ses relations africaines. Diplomate consultant, consultant diplomate, professeur, le conflit d’intérêt est bien là et il est difficile de le dissiper. (...) Quand on passe un peu de temps au ...
Lire l'article
2,6 millions d'euros pour... 15 pages de rapport ? Le site d'info Bakchich a mis la main sur une partie des travaux effectués par Bernard Kouchner au Gabon, pour le compte de la société de conseil Imeda. Une prestation facturée 2,6 millions d'euros en 2004. Or le site d'info n'a déniché que de très brefs documents, envoyés au président gabonais Omar Bongo en février et juin 2004, de six pages pour l'un, et de neuf pages pour l'autre. Ils sont téléchargeables sur le site. "Est-ce cet «épais» dossier qui a été facturé 2,6 millions d'euros au Gabon, soit près de 173 ...
Lire l'article
Deux journalistes de l'agence audiovisuelle Capa ont été interpellés mardi à Libreville, au Gabon, puis libérés aujourd'hui. Pierre Morel et Olivier Pronthus, qui réalisaient un reportage pour l'émission de Canal+ "L'effet papillon", étaient accusés d'avoir tourné des reportages alors qu'ils ne disposaient que de simples visas de tourisme. Mais sur quoi enquêtaient-ils ? La ministre gabonaise de la Communication, Laure Olga Gondjout, a indiqué à l'AFP que, lorsqu'ils avaient demandé leurs visas, les journalistes avaient indiqué travailler "dans le cadre d'une enquête sur l'affaire (Bernard) Kouchner". La ministre assure leur avoir refusé le visa, "parce que nous estimons que c'est une ...
Lire l'article
Bernard Kouchner osera-t-il un grand déballage devant la justice en attaquant Péan? Georges Kiejman planche sur une plainte en diffamation. Le ministre des Affaires étrangères a envoyé cette semaine à son avocat un dossier complet sur ses travaux pour le Gabon. Factures et rapports à l'appui, l'avocat, calculette en main, espère pouvoir démontrer que les chiffres cités dans Le Monde selon K. sont approximatifs. "C'est un peu comme si on confondait le chiffre d'affaires de Fayard avec les droits d'auteur de Péan", ironise l'avocat. Selon Péan, la société Imeda, créée par deux proches Kouchner, a facturé au Gabon plus de ...
Lire l'article
Mis en cause par Pierre Péan dans son livre Le Monde selon K, Bernard Kouchner se défend sur tous les fronts. A l'Assemblée nationale, à la télévision, dans la presse, le ministre des affaires étrangères réfute tout mélange des genres entre activités publiques et privées en Afrique. "Je suis l'objet de la publication d'un livre calomnieux, d'une entreprise de déstabilisation qui est évidemment politique mais aussi éditoriale. L'auteur du livre est coutumier du fait", assure-t-il dans un entretien au Figaro. Sur le plateau de France 2, le ministre déclare qu'il portera "probablement" plainte contre contre l'auteur du Monde selon K. Le ...
Lire l'article
Le ministre français des affaires étrangères, Bernard Kouchner, a qualifié, lundi 12 janvier, d'"allégations inexactes" des informations diffusées le même jour par le site Internet du magazine Marianne, qui cite des extraits d'un livre à paraître du journaliste Pierre Péan, mettant en cause M. Kouchner pour des activités de conseil qu'il a eues auprès des autorités du Gabon, dans le cadre de la réforme du secteur de la santé dans ce pays. Selon ces extraits de l'ouvrage de M. Péan, M. Kouchner est intervenu auprès du président gabonais Omar Bongo, le 25 mai 2007, alors qu'il était déjà nommé à ...
Lire l'article
France – Afrique: Kouchner complaisant avec le Gabon ?
Le site Marianne2.fr publie en avant-première des extraits du livre du journaliste Pierre Péan consacré à Bernard Kouchner. Le journaliste y accuse le ministre des Affaires étrangères d'avoir, avant son entrée en fonctions, effectué au nom d'une société dirigée par un de ses proches, IMEDA, plusieurs prestations de conseil et de communication, pour des montants parfois supérieurs à 1 million d'euros, auprès de pays africains, dont le Gabon d'Omar Bongo. Interrogé par Jean-Pierre Elkabbach sur cette affaire au micro d'Europe 1, Bernard Kouchner a répondu qu'il s'agissait d'une "vraie calomnie" et insisté sur le fait que ses sociétés de conseil (BK ...
Lire l'article
Bernard Kouchner redevient consultant sans frontières
Questions sur les rapports de Bernard Kouchner pour Omar Bongo
Gabon : Kouchner a-t-il bien travaillé ?
Gabon, le “rapport invisible” de Kouchner (Libération)
Gabon / Kouchner : 2,6 millions d’euros pour 15 pages ?
Gabon / interpellations : enquête sur les pygmées ou Kouchner: Nervosité excessive des autorités gabonaises ?
Kouchner affûte sa plainte
Bernard Kouchner rejette les accusations portées contre lui
Accusations contre Bernard Kouchner à propos d’activités de conseil pour le Gabon
France – Afrique: Kouchner complaisant avec le Gabon ?


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne 3,67 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 27 Fév 2009
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*