Socialisez

FacebookTwitterRSS

Bongo : Le compte n’y est pas

Auteur/Source: · Date: 28 Fév 2009
Catégorie(s): International

La justice française vient de saisir deux comptes appartenant au président gabonais, habitué à l’indulgence de la Françafrique.

L’impunité des dignitaires de la Françafrique n’est plus ce qu’elle était. Deux comptes bancaires d’Omar Bongo, président du Gabon, viennent d’être bloqués sur décision de la justice française. Une affaire invraisemblable, à tout point de vue.

En 1995, René Cardona, homme d’affaires français implanté en Afrique, vend une affaire de pêcherie à la famille Bongo (Omar le patriarche plus trois membres du clan). Un investissement à titre privé, en marge de sa fonction présidentielle. Au risque, en cas de litige, d’une justice bananière. Ça n’a pas manqué.

Dès mars 1996, le citoyen Bongo conteste la cession, affirme que Cardona lui aurait vendu des chalutiers hors d’état de fonctionner. En première instance, le tribunal de Libreville condamne le vendeur à réparer les navires, sanction levée deux mois plus tard par la cour d’appel, la justice gabonaise montrant là une rare indépendance. Mais Bongo change son fusil d’épaule, porte plainte au pénal pour escroquerie. L’affaire est instruite par le juge Mathurin Boungou, le neveu du président. En toute indépendance, il embastille Cardona sans même l’auditionner préalablement.

Couleuvres. Alerté, son fils, Thierry Cardona, signe un chèque de banque en faveur d’Omar Bongo, de 300 millions de francs CFA (450 000 euros). Cinq jours plus tard, Cardona père est libéré. Il n’entendra plus jamais parler du juge-neveu Boungou.

Depuis, la famille Cardona, repliée dans le sud-ouest de la France, exige le remboursement de ce qu’elle appelle une «rançon». Simple «transaction commerciale orale», répond le clan Bongo. A l’entendre plaider devant la justice hexagonale, la libération subite de René Cardona n’aurait rien à voir avec la remise du chèque. Il aurait été libéré pour… «raison humanitaire», le virus Ebola sévissant alors dans les prisons gabonaises.

Les magistrats français, pourtant habitués à avaler les couleuvres françafricaines, ne sont pas prêts à accepter n’importe quoi. Un courrier confidentiel d’un avocat de Bongo évoquait une négociation sur «la libération de M. Cardona et rien de plus». Conclusion de la Cour d’appel de Bordeaux : «L’allégation d’une transaction amiable est anéantie par le contenu de ce courrier.»

«Mauvaise foi». Il en faut plus pour décourager le président gabonais. En 2004, il obtient du tribunal de Libreville un jugement validant – neuf ans après les faits – la «transaction orale» censée avoir été passée entre Bongo et Cardona, le second s’engageant à lui verser un million d’euros en dédommagement. Nouvelle leçon de droit de la cour d’appel de Bordeaux : ce jugement local est «insusceptible de revêtir l’autorité de la chose jugée» , Cardona n’ayant été ni convoqué à l’audience ni averti de la décision – laquelle est introuvable au greffe…

En septembre 2008, la cour de Bordeaux condamnait «monsieur Omar el-Hadj Bongo Ondimba» à rembourser les 450 000 euros, agrémentés d’intérêts de retard pour «mauvaise foi» , soit un million d’euros. Bongo a depuis saisi la Cour de cassation, mais son pourvoi n’est recevable que s’il règle entre-temps l’ardoise. Parce qu’il s’y refuse mordicus, l’avocat de la famille Cardona, Me Jean-Philippe Le Bail, a obtenu la semaine dernière la saisie des comptes français du citoyen Bongo. Et d’ironiser : «A moins qu’il ose soutenir qu’il s’agit de fonds secrets de l’Etat gabonais, il s’agit bien de son argent personnel.»


SUR LE MÊME SUJET
Réagissant, quelques heures après constatation de la fermeture des usines de bois (Pogab et Leroy-Gabon), filiales de Plysorol dont il était le Directeur d’exploitation pour le compte d’un ex- propriétaire, milliardaire chinois, François Jufeng Wu a dit compter sur la justice gabonaise pour conserver les deux sociétés locales. Cette fermeture, à l’origine de la suspension dernièrement de toute activité de production, pose problème selon François Jufeng Wu qui s’est vu refuser l’accès, lundi dernier, à son propre bureau, en raison de la mise sous protection de Pogab et Leroy-Gabon par la justice, à la demande du nouvel acquéreur, le ...
Lire l'article
Décédé le 8 juin, le chef d'État gabonais Omar Bongo n'a pas vu ses comptes parisiens débités quelques se-maines plus tard. Courant juillet, René Cardona, l'ancien armateur de Libreville, a reçu, selon Sud-Ouest qui révèle l'information, un chèque de 1,131030 million d'euros en réparation de la rançon que lui avait extorquée le chef d'État africain en 1996. En 1995, René Cardona, alors propriétaire d'une pêcherie dans la capitale gabonaise, avait cédé ses installations à une société dont Omar Bongo, son épouse et deux de ses enfants mineurs étaient actionnaires. L'affaire ne tardant pas à battre de l'aile, le président avait demandé ...
Lire l'article
Inexorablement, l'heure de l'addition se rapproche pour Omar Bongo, le chef de l'État gabonais. Hier, le juge de l'exécution du tribunal de grande instance de Paris a refusé d'ordonner la mainlevée des saisies pratiquées sur les comptes bancaires du président africain depuis le 13 février dernier. Ce jour-là, en application d'un arrêt rendu par la cour d'appel de Bordeaux, un huissier s'était présenté devant les locaux de deux agences de la BNP-Paribas et de LCL (ancien Crédit lyonnais) à Paris. À sa requête, neuf comptes appartenant à Omar Bongo et crédités de 4,2 millions d'euros avaient été bloqués sans que ...
Lire l'article
Elle refuse d’annuler les saisies de neuf comptes bancaires du président gabonais Le juge d’exécution du tribunal de grande instance de Paris a refusé, mardi, d’ordonner la mainlevée des saisies de neuf comptes bancaires appartenant au président Omar Bongo Ondimba. Ces comptes, domiciliés à la BNP-Paribas et au Crédit Lyonnais, en France, avaient été bloqués en février après une décision de la cour d’appel de Bordeaux. A Monaco, dans "l’affaire des biens mal acquis", une enquête judiciaire ordonnée par la justice de la principauté révèle l’existence de deux comptes au nom de la défunte première dame du Gabon, Edith Bongo. Mais ...
Lire l'article
Ainsi, des comptes détenus par le président du Gabon, Son Excellence El hadj Omar Ondimba Bongo, en France ont été saisis sur décision de la justice de ce pays, qui l’a condamné à "restituer la rançon de 457 000 euros, exigée pour la libération de René Cardona en 1996". Cette année-là, rappelons-le, cet entrepreneur français a été écroué des semaines à Libreville pour avoir refusé de reprendre sa société d’armement et de pêche qu’auparavant il avait vendu à une société contrôlée par Omar Bongo et sa famille. Dans ce conflit d’intérêts de Ladji Bongo et du président gabonais, le citoyen Bongo ...
Lire l'article
Des comptes bancaires français du président gabonais Omar Bongo ont été saisis après sa condamnation en France à rembourser 457.347 EUR versés par un Français pour faire libérer son père détenu à Libreville en 1996, a indiqué jeudi l'avocat du plaignant. "Les comptes détenus par Omar Bongo dans deux banques françaises ont été saisis. Il s'agit du Crédit Lyonnais - dans lequel le président gabonais possède deux comptes de dépôt, deux comptes sur livret et un compte-titre - et de comptes à la BNP, où il possède deux comptes-chèque, un compte-épargne et un compte-titre", a indiqué Me Jean-Philippe Le Bail à ...
Lire l'article
La saisie est intervenue dans le cadre de l'affaire opposant le président gabonais à l'industriel René Cardona qui avait été emprisonné au Gabon et avait dû verser une rançon pour sortir. "Les comptes français du président gabonais sont saisis dans le cadre d'un jugement prononcé à Bordeaux", affirme, jeudi 26 février, à sa "une" le quotidien régional Sud-Ouest. Une information confirmée par la suite par l'avocat du plaignant René Cardona, Me Jean-Philippe Le Bail. "Les comptes détenus par Omar Bongo dans deux banques françaises ont été saisis. Il s'agit du Crédit Lyonnais -- dans lequel le président gabonais possède deux comptes de ...
Lire l'article
Condamné en septembre par la justice française, le chef d'État gabonais refusait de rembourser à un industriel français la somme que ce dernier lui avait versé pour sortir de la prison de Libreville. Plusieurs comptes bancaires français détenus par Omar Bongo ont été saisis à la suite d'une condamnation en septembre du chef d'État gabonais, par la cour d'appel de Bordeaux. L'information, révélée jeudi par le quotidien régional Sud-Ouest , a été confirmée par l'avocat du plaignant, un industriel français emprisonné au Gabon puis libéré contre rançon. «Les comptes détenus par Bongo dans deux banques françaises ont été saisis. Il s'agit ...
Lire l'article
Omar Bongo condamné à reverser 457.000 euros à un Français
La cour d'appel de Bordeaux a confirmé la condamnation du président du Gabon, Omar Bongo, à rembourser 457.000 euros à un Français qui lui avait versé cette somme en 1996 pour faire libérer son père détenu à Libreville, apprend-on de source judiciaire. René Cardona, ancien patron des pêcheries de Libreville, avait été incarcéré un an après avoir vendu son entreprise à une société dont le président gabonais et sa famille étaient actionnaires. L'activité ayant chuté, Omar Bongo lui avait demandé en vain de racheter les pêcheries. La plainte du président pour escroquerie avait entraîné l'incarcération de René Cardona. Son fils Thierry avait ...
Lire l'article
Economie / Affaire Plysorol: la partie chinoise compte sur la justice gabonaise pour conserver Pogab et Leroy-Gabon
Bongo Doit Partir
Bongo rembourse à titre posthume
Le juge dit non à Bongo
La justice française ne lâche pas Omar Bongo
Gabon : Le fric de Bongo
Saisie de comptes bancaires français du président gabonais Bongo
Les comptes français d’Omar Bongo ont été saisis
Les comptes en banque français d’Omar Bongo saisis
Omar Bongo condamné à reverser 457.000 euros à un Français

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 28 Fév 2009
Catégorie(s): International
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*