Socialisez

FacebookTwitterRSS

Questions sur les rapports de Bernard Kouchner pour Omar Bongo

Auteur/Source: · Date: 4 Mar 2009
Catégorie(s): Révélations

Bernard Kouchner a-t-il compromis la figure du “French Doctor”, en rédigeant des rapports généreusement financés par des potentats africains ? La question posée par le livre du journaliste Pierre Péan, Le Monde selon K (Fayard, 324 p., 19 euros), est éclairée par les deux études sur le système de santé du Gabon dont Le Monde a pris connaissance. Conduits par M. Kouchner, à une époque où il n’exerçait pas de responsabilités politiques, ces travaux ont été commandés en 2003 par le président Omar Bongo à la société Imeda. Les deux rapports de 107 et 24 pages ne relèvent ni d’une compilation de documents existants ni de l’analyse complaisante. Rédigés en quelques mois par quatre personnes, ils contiennent une description alarmante d’hôpitaux où “l’écoulement des eaux souillées traverse les cloisons”. Ils rapportent la “chute dramatique de la couverture vaccinale” et décrivent une population dépourvue à 71 % de protection sociale.

Les documents, remis contre une rémunération de 216 000 euros net sur trois ans à Bernard Kouchner, révèlent la fréquence des contacts entre l’actuel ministre des affaires étrangères et Omar Bongo, à la tête depuis 42 ans d’un Etat pétrolier connu pour l’opacité de ses finances et la pauvreté de sa population. Interrogé le 4 février sur France 2, M. Kouchner a indiqué qu’il tutoyait l’inamovible président gabonais.

Alors que M. Kouchner affirme n’avoir été à l’époque qu'”un des consultants” employés par la société Imeda, le premier rapport intitulé “Le système de santé au Gabon. Un besoin de solidarité nationale”, précise être une commande de M. Bongo “à Imeda et à M. Bernard Kouchner, ancien ministre français de la santé”.

Les pages de couverture portent le nom de M. Kouchner, détaché typographiquement de la mention de ses coauteurs. Seul, M. Kouchner a signé les deux lettres de synthèse datées de février et juin 2004 adressées au président Bongo, lui exprimant à chaque fois sa “plus haute considération” et son “profond respect”. Le rapport final, où figure le logo de “BK consultant”, précise qu'”après avoir profité de trois longues entrevues présidentielles, nous avons ramassé nos propositions dans une lettre que nous avons présentée au président de la République gabonaise le 4 juillet 2004 à Paris”.

Pour appuyer ses propositions favorables à une “couverture maladie des pauvres”, le document indique que “certains” de ses auteurs ont été “à l’origine de Médecins sans frontières” et veulent “compléter” ce concept par celui de “malades sans frontières”. Tout en décrivant un système de santé “au bord du gouffre”, il qualifie le Gabon de “pays (…) de volonté exemplaire”, et salue “une gestion plus sérieuse que ses voisins”.

Le second rapport intitulé “Les propositions de réforme” suggère de financer un nouveau système par “redéploiement budgétaire”. Mais le document semble oublier son propre constat : les hôpitaux gabonais sont délabrés parce que l’argent public s’évapore avant d’y parvenir, et que plusieurs projets de réforme sont restés lettre morte “faute d’adhésion et de soutien politique”. Le budget de la santé fait l’objet de “réductions et annulations répétées”. Ainsi, “70 % des crédits d’investissement” de 2000 ont disparu, précise le document.

A la même époque, un gros rapport du… Quai d’Orsay sur le bilan de l’aide française à la santé au Gabon prend moins de gants. “Manifestement, la santé “publique” n’est pas une priorité et l’Etat ne manifeste aucune volonté d’y remédier”, indique ce document qui qualifie de “virtuel” le budget consacré à la vaccination.

Les deux “rapports Kouchner” ont inspiré l’ordonnance “instituant un régime obligatoire d’assurance-maladie” votée par le Parlement gabonais en 2007. Mais la réalité semble figée, comme en témoigne un rapport du Fonds des Nations unies pour l’enfance de 2008 qui déplore la stagnation à un niveau élevé du taux de mortalité infantile gabonais.

Selon plusieurs sources gabonaises, les conclusions de M. Kouchner reprennent des revendications anciennes. “Nous n’avions pas besoin de donner des milliards de francs CFA à M. Kouchner pour savoir ce que tous les professionnels de santé crient depuis des années”, dit le député Jean-Valentin Leyama. “Nous ne sommes pas confrontés à un problème de diagnostic mais de financement”, estime un autre élu.

Avant M. Kouchner, le ministère gabonais de la santé avait mené une “réflexion” sur une future “couverture maladie obligatoire et universelle”, en vain.

Les raisons qui ont conduit le président Bongo à faire appel à M. Kouchner pourraient tenir davantage à la nécessité où se trouvait en 2004 le Gabon, aux prises avec une énorme dette extérieure, d’obtenir des Etats-Unis qu’ils lèvent leur veto à l’attribution d’un crédit du Fonds monétaire international (FMI).

M. Kouchner note dans son rapport qu’il a “rencontré à plusieurs reprises les spécialistes de la santé (…), de la Banque mondiale (…), et eu de nombreux contacts avec les techniciens du FMI”. Un système d’assurance-maladie “serait apprécié des autorités internationales (…)”, insiste-t-il. D’autant que, conformément aux canons libéraux, il propose d'”en finir une fois pour toutes avec l’un des dogmes les plus difficiles à combattre, celui de la gratuité des soins”.

En mai 2004, peu après l’entrée en scène du “French Doctor” au Gabon et au lendemain d’une rencontre à Washington entre Omar Bongo et George Bush, Libreville recevra le chèque du FMI. 


SUR LE MÊME SUJET
Bernard Kouchner redevient consultant sans frontières
Bernard Kouchner reprend ses activités de conseil aux entreprises et aux gouvernements étrangers, qui avaient suscité beaucoup de polémiques. L'ex-ministre des Affaires étrangères vient de créer une société au nom explicite, No Borders Consultants. Mais s'il est déjà très actif en Guinée, c'est selon lui à titre bénévole : le Président est un ami. Pour son retour dans le privé, Bernard Kouchner a choisi une référence à son passé chez Médecins sans Frontières. Le 10 juin, il a enregistré au tribunal de commerce de Paris les statuts de No Borders Consultants, une société domiciliée à son adresse personnelle. « Développement ...
Lire l'article
2,6 millions d'euros pour... 15 pages de rapport ? Le site d'info Bakchich a mis la main sur une partie des travaux effectués par Bernard Kouchner au Gabon, pour le compte de la société de conseil Imeda. Une prestation facturée 2,6 millions d'euros en 2004. Or le site d'info n'a déniché que de très brefs documents, envoyés au président gabonais Omar Bongo en février et juin 2004, de six pages pour l'un, et de neuf pages pour l'autre. Ils sont téléchargeables sur le site. "Est-ce cet «épais» dossier qui a été facturé 2,6 millions d'euros au Gabon, soit près de 173 ...
Lire l'article
Deux journalistes de l'agence audiovisuelle Capa ont été interpellés mardi à Libreville, au Gabon, puis libérés aujourd'hui. Pierre Morel et Olivier Pronthus, qui réalisaient un reportage pour l'émission de Canal+ "L'effet papillon", étaient accusés d'avoir tourné des reportages alors qu'ils ne disposaient que de simples visas de tourisme. Mais sur quoi enquêtaient-ils ? La ministre gabonaise de la Communication, Laure Olga Gondjout, a indiqué à l'AFP que, lorsqu'ils avaient demandé leurs visas, les journalistes avaient indiqué travailler "dans le cadre d'une enquête sur l'affaire (Bernard) Kouchner". La ministre assure leur avoir refusé le visa, "parce que nous estimons que c'est une ...
Lire l'article
La polémique déclenchée par le livre de Pierre Péan est loin d'être éteinte. L'Express révèle que, avant d'entrer au gouvernement, l'ex-figure de la médecine humanitaire n'exerçait pas ses talents de consultant uniquement en Afrique. La scène se passe dans le décor féerique de Venise, le 29 avril 2006. Le millier d'invités de marque conviés par François Pinault à inaugurer son musée du palazzo Grassi quittent le dîner pour embarquer sur les vaporettos loués par le milliardaire français afin de les conduire à leurs hôtels. La voix de Bernard Kouchner s'élève alors: "Je ne prends jamais les transports en commun. C'est ...
Lire l'article
Le ministre français des Affaires étrangères, ancien ministre de la Santé Bernard Kouchner, a entrepris de porter plainte en diffamation pour le livre du journaliste Pierre Péan remettant en cause ses activités de consultant menée dans le secteur de la santé en Afrique, notamment au Gabon. Le célèbre docteur français a fourni un ensemble de pièces justificatives à son avocat, qui tend à démontrer que les chiffres faramineux avancés par l’auteur du livre sur ses rémunérations au Gabon seraient démesurés. Face aux accusations contenues dans le livre «Le monde selon K.» de Pierre Péan, parut le 4 février dernier, le ...
Lire l'article
Mis en cause par Pierre Péan dans son livre Le Monde selon K, Bernard Kouchner se défend sur tous les fronts. A l'Assemblée nationale, à la télévision, dans la presse, le ministre des affaires étrangères réfute tout mélange des genres entre activités publiques et privées en Afrique. "Je suis l'objet de la publication d'un livre calomnieux, d'une entreprise de déstabilisation qui est évidemment politique mais aussi éditoriale. L'auteur du livre est coutumier du fait", assure-t-il dans un entretien au Figaro. Sur le plateau de France 2, le ministre déclare qu'il portera "probablement" plainte contre contre l'auteur du Monde selon K. Le ...
Lire l'article
Le ministre français des affaires étrangères, Bernard Kouchner, a qualifié, lundi 12 janvier, d'"allégations inexactes" des informations diffusées le même jour par le site Internet du magazine Marianne, qui cite des extraits d'un livre à paraître du journaliste Pierre Péan, mettant en cause M. Kouchner pour des activités de conseil qu'il a eues auprès des autorités du Gabon, dans le cadre de la réforme du secteur de la santé dans ce pays. Selon ces extraits de l'ouvrage de M. Péan, M. Kouchner est intervenu auprès du président gabonais Omar Bongo, le 25 mai 2007, alors qu'il était déjà nommé à ...
Lire l'article
France – Afrique: Kouchner complaisant avec le Gabon ?
Le site Marianne2.fr publie en avant-première des extraits du livre du journaliste Pierre Péan consacré à Bernard Kouchner. Le journaliste y accuse le ministre des Affaires étrangères d'avoir, avant son entrée en fonctions, effectué au nom d'une société dirigée par un de ses proches, IMEDA, plusieurs prestations de conseil et de communication, pour des montants parfois supérieurs à 1 million d'euros, auprès de pays africains, dont le Gabon d'Omar Bongo. Interrogé par Jean-Pierre Elkabbach sur cette affaire au micro d'Europe 1, Bernard Kouchner a répondu qu'il s'agissait d'une "vraie calomnie" et insisté sur le fait que ses sociétés de conseil (BK ...
Lire l'article
Exclusif: l’étrange diplomatie africaine de Bernard Kouchner
Pierre Péan se prépare à publier dans les semaines qui viennent un livre-portrait sans complaisance sur Bernard Kouchner. L’enquête, dont Marianne2 a pu avoir accès à certains extraits en avant-première, met en cause le désintéressement du «French doctor»: peu avant de devenir ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner aurait facturé, via une société créée par deux proches collaborateurs, plusieurs rapports à certains États, dont le Gabon. Le paradoxe est énorme : l’homme qui incarne, auprès de millions de Français, la générosité, l’altruisme, la paix et le partage, l’homme qui truste tous les prix de popularité dans les machines à sondages, l’homme ...
Lire l'article
Bernard Kouchner redevient consultant sans frontières
Bongo Doit Partir
Gabon / Kouchner : 2,6 millions d’euros pour 15 pages ?
Gabon / interpellations : enquête sur les pygmées ou Kouchner: Nervosité excessive des autorités gabonaises ?
Gabon: Les bons rapports du Docteur Kouchner
France : Kouchner joue la transparence sur ses travaux pour le Gabon
Bernard Kouchner rejette les accusations portées contre lui
Accusations contre Bernard Kouchner à propos d’activités de conseil pour le Gabon
France – Afrique: Kouchner complaisant avec le Gabon ?
Exclusif: l’étrange diplomatie africaine de Bernard Kouchner


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 4 Mar 2009
Catégorie(s): Révélations
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*