Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: Gabon – France : La communauté française du Gabon souhaite que les «choses s’apaisent»

Auteur/Source: · Date: 11 Mar 2009
Catégorie(s): Monde

Les activités du chef de l’Etat gabonais, Omar Bongo Ondimba ont été dominées, ce mercredi, à Libreville, par des audiences accordées tour à tour à l’Ambassadeur de France au Gabon et à une délégation des Présidents des Institutions constitutionnelles, au moment où s’est développée dans les médias tant publics que privés français «une campagne infâmante» contre le président de la République; ce que Paris, par la voie de son Haut représentant en poste dans la capitale gabonaise «regrette» et invite à l’ «apaisement», a rapporté la presse présidentielle dans un communiqué parvenu à Gabonews.

«Quelles que soient les difficultés épisodiques, la France entend poursuivre une relation sereine et constructive avec le Gabon», a déclaré l’Ambassadeur de France au Gabon, Jean Didier Roisin.

Le climat entre Paris et Libreville s’est alourdi ces dernières semaines avec la publication, par la presse française, d’informations sur la saisie des comptes bancaires du Président Omar Bongo Ondimba pour une affaire privée, mais de laquelle elle se «délecte», et qui fait la «Une» de ces journaux, dénonçait récemment le gouvernement gabonais.

Le gouvernement, qui voit là «une collusion» entre cette presse et des autorités françaises, voire mieux, une volonté de nuire à l’image du Gabon et à son Président.

Aussi, le diplomate a-t-il exprimé le sentiment prévalant dans la communauté française du Gabon, qui bénéficie néanmoins de la «grande hospitalité des populations gabonaises». Selon lui, les français s’inquiètent des représailles que cette ambiance délétère peut susciter dans l’opinion. Dans ce contexte, au nom de la communauté française, il souhaite ardemment que «les choses s’apaisent».

A l’issue de l’entretien avec le Président de la République, Omar Bongo Ondimba, l’ambassadeur Jean Didier Roisin a également annoncé que des «initiatives» seront prises par les autorités françaises pour sauvegarder la relation si forte et privilégiée qui unit les deux pays.

Déjà, lundi, le porte–parole du Ministère français des Affaires Etrangères avait déclaré: « Nos relations avec le Gabon sont anciennes et couvrent un très large domaine de coopération. Notre dialogue et notre coopération sont favorables à nos deux pays. Nous souhaitons les poursuivre sereinement ».

Cette réaction intervenait après des protestations et mises en garde
du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir) contre ce qu’il a qualifié de «campagne infamante» des médias français contre le président Omar Bongo Ondimba en appelant, dans la foulée, à une «révision des accords avec la France».

A la suite de l’Ambassadeur de France, le N°1 gabonais a reçu une délégation des dirigeants des Institutions constitutionnelles, conduite par Guy Nzouba Ndama, président de l’Assemblée Nationale, venue lui marquer leur «solidarité et leur attachement» à la protection de la première institution du pays devant la «cabale» menée par la presse française contre le Gabon et sa personne.

«Au moment où nos relations avec la France connaissent quelques aspérités, il est de notre devoir d’apporter notre soutien au Président de la République devant cette campagne ignominieuse», a affirmé le Président de l’Assemblée nationale.

Antoine De Padoue Mboumbou Miyakou, président du Conseil Economique et Social, Emmanuel Ondo Méthogo du Conseil National de la Communication, Gilbert Ngoulakia, premier président de la Cour des Comptes, Marie- Madeleine Mborantsouo et Rose Francine Rogombé, présidentes respectives de la Cour Constitutionnelle et du Sénat, ont ainsi marqué leur «surprise» devant des propos «désobligeants «de cette France à qui le Gabon a tout donné, en l’occurrence Omar Bongo Ondimba».

Depuis 1960 date de l’indépendance du Gabon, la France entretient avec son ex-colonie des relations tous azimuts.

Paris demeure même le premier partenaire économique de Libreville et les entreprises françaises détiennent le quasi- monopole dans les secteurs du pétrole, des mines en passant par la route, les infrastructures, la forêt et les banques.


SUR LE MÊME SUJET
Ce vendredi 14 janvier 2011 restera comme une date à part dans l'histoire de la Tunisie. Après un mois d'émeutes, le président Ben Ali a quitté le pouvoir et fui son pays, chassé par la pression de la rue. Mohammed Gannouchi, l'ancien Premier ministre, assure désormais la présidence par intérim jusqu'à des élections anticipées. Revivez minute par minute le récit de cette journée. 23h55. Ben Ali n'était pas dans l'avion tunisien qui a fait escale en Sardaigne selon les autorités de Sardaigne. Si l'hypothèse d'un pays du Golfe comme destination refuge de l'ex-président Ben Ali reste privilégiée, le démenti officiel ...
Lire l'article
Une association gabonaise a annoncé samedi à l'AFP qu'elle portera plainte lundi à Libreville avec plusieurs ONG locales contre l'ONG Transparency International (TI)-France qui a porté plainte en France contre le président gabonais Omar Bongo Ondimba, décédé en 2009. "Nous avons déjà saisi notre avocat, il a la plainte qui sera déposée lundi auprès du procureur général de la République" de Libreville, a déclaré Albert Kassa, porte-parole de Cashbo qu'il présente comme "une association politique de soutien aux actions du pouvoir en place" au Gabon. "Nous sommes une trentaine d'associations et d'ONG gabonaises" à l'origine de cette "plainte pour propos diffamatoires, calomnieux ...
Lire l'article
Jeune Afrique : Pourquoi les observatoires de la santé ne fonctionnent-ils pas encore ? Alain Acker : Nous sommes en train de mettre en place une veille sanitaire autour du site de Mounana, comme nous nous y étions engagés. Vous savez qu’il y a eu le décès du président Omar Bongo Ondimba puis une longue transition ; les choses ont pris plus de temps que prévu. Mais nous sommes en train de finaliser, avec les autorités, le statut de l’association qui va gérer cet observatoire. Le dossier est au ministère de l’Intérieur et à celui des Mines ; nous attendons aussi la signature d’un décret, par ...
Lire l'article
Je viens d’être informé indirectement par la Police Judiciaire française, d’être l’objet d’une commission rogatoire et que je devrais bientôt être entendu par un magistrat. Sans doute, comme pour la Lettre Ouverte cherche t-on à verrouiller mon site internet pour restreindre ma liberté d’expression. Une commission rogatoire est un acte par lequel un magistrat de toutes juridictions délègue ses pouvoirs à un autre magistrat de son tribunal ou autre juge d’instruction en France ou à un officier de police judiciaire, pour qu’il exécute à sa place un acte d’instruction. Personne ne me fera taire ! le temps des Ben Barka ...
Lire l'article
PLUS NOMBREUX ON SERA, PLUS VITE LE POUVOIR TOMBERA; A LA COMMUNAUTE GABONAISE DE PARIS ET DES BANLIEU VENEZ NOMBREUX ACCUEILLIR NOS COMPATRIOTES ET FRERES AFRICAINS VENANT DE : BELGIQUE, LILLE, BORDEAUX, TOULOSE ET MARSEILLE QUI VIENNENT NOUS SOUTENIR POUR LA MANIFESTATION NON-STOP DE CE WEEK-END DEBUTEE CE SOIR DEVANT NOTRE AMBASSADE A PARIS. NOUS REMERCIONS AU PASSAGE LA COMMUNAUTE TOGOLAISE, QUI S'EST JOINT A NOUS DES LE DEBUT DU MOUVEMENT. CAR PLUS NOMBREUX NOUS SERONT, PLUS VITE LE POUVOIR TOMBERA                       source: lvdpg
Lire l'article
Officiellement investi le 19 juillet dernier par le Parti démocratique gabonais (PDG) comme candidat à la présidentielle du 30 août prochain, Ali Bongo Ondimba se retrouve aujourd'hui en lice avec des barons du parti qui ont claqué la porte du parti en dénonçant la procédure de désignation du candidat. Dans une interview accordée à RFI dont nous publions des morceaux choisis, le candidat du PDG se prête aux questions sans ambages des journalistes africains sur son investiture, la solidité du parti, ses origines, la corruption ou encore l'alternance politique. Les observateurs du monde entier de la scène politique gabonaise prédisaient ...
Lire l'article
Après la visite de Ségolène Royal au Sénégal où elle a présenté ses excuses pour le discours de Dakar du chef de l’Etat français qui affirmait que l’africain n’est jamais entré dans l’Histoire, un élu de l’Union pour la majorité présidentielle (UMP) a tenu des propos méprisants sur Ségolène Royal habillée à l'africaine, en déclarant qu’elle lui faisait penser à sa femme de ménage. Depuis le maladroit discours de Dakar du président Sarkozy, jusqu’aux expulsions arbitraires des Africains de France et les conditions précaires de rétentions dont ils sont victimes, la droite française au pouvoir se dessine les traits d’un ...
Lire l'article
Interrogé en 2007, lors de son premier voyage au Gabon (photo), sur une enquête préliminaire ouverte en France concernant les biens immobiliers d'Omar Bongo, Nicolas Sarkozy avait déclaré : « Je ne vois pas au nom de quoi cette enquête préliminaire devrait avoir de l'impact sur les relations entre la France et le Gabon ». Le parti au pouvoir au Gabon a appelé à réexaminer en profondeur les accords de coopération avec la France. A Libreville, on invoque une vaste campagne de déstabilisation orchestrée à Paris contre le Gabon et ses plus hautes autorités. Sont en cause la justice et les ...
Lire l'article
Le ministre gabonais des Affaires étrangères, Paul Toungui, a exprimé le mécontentement de son pays face au traitement réservé par la presse française au président Omar Bongo, selon un communiqué diffusé samedi. "Depuis quelques mois, le président (...) Omar Bongo est la cible d'une virulente campagne de dénigrement systématique des médias français portant atteinte à sa personne et, à travers lui, au Gabon", a dit Toungui lors d'une réunion avec des membres du corps diplomatique à Libreville. Cette intervention était la première communication officielle depuis l'annonce, fin février, par la presse française de la saisie des comptes bancaires en France du ...
Lire l'article
Le ministre français de la défense, Hervé Morin est attendu ce dimanche à Libreville suite au crash d'un hélicoptère de l'armée française au Gabon, a-t-on appris de source sûre. Le cougar, un appareil de transport de l'armée française s'est abîmé au large des côtes gabonaises faisant deux morts et six disparus sur un équipage de 10 militaires français. Les causes de l'accident ne sont pas encore bien déterminées et les recherches se poursuivent sur place. L'Armée française effectuait avec les forces gabonaises ''un exercice de coordination d'opération de sécurisation maritime'', baptisé ''Ngari'', a-t-on précisé à l'AGP.
Lire l'article
Tunisie : Ben Ali chassé du pouvoir, la France «ne souhaite pas» l’accueillir
“Bien mal acquis”: plainte lundi au Gabon contre une ONG française
Gabon – Mounana : Alain Acker : “Les choses ont pris plus de temps que prévu”
France : Bruno Ben MOUBAMBA devant la police judiciaire française ?
Gabon : MOBILISATION DE LA COMMUNAUTE GABONAISE ET AFRICAINE EN FRANCE
Gabon : Ali Bongo : «Les choses se sont passées le plus démocratiquement possible»
France-Afrique : Les “bons petits nègres” de la droite française
Gabon: Le gouvernement gabonais souhaite le réexamen des accords avec la France
Le Gabon mécontent de l’attitude de la presse française
Gabon/France : Morin à Libreville pour s’enquérir du crash d’un hélicoptère de l’armée française aux larges des côtes gabonaises

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 3,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 11 Mar 2009
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*