- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Situation tendue à Madagascar où l’opposition revendique le pouvoir

L’opposant malgache Andry Rajoelina, qui a reçu le soutien de l’armée, a exigé, en début d’après-midi samedi 14 mars, la démission du président Marc Ravalomanana : “Il n’y a qu’une seule exigence, c’est le départ de Ravalomanana (…) Nous attendrons quatre heures. Moi, Andry Rajoelina, suis prêt à assurer la transition démocratique”, a-t-il lancé devant près de 15 000 personnes réunies sur la place du 13-Mai, dans le centre de la capitale, Antananarivo.

Dans la matinée, un cabinet de l’opposition, nommé pour remplacer l’actuel gouvernement, s’est emparé des bureaux, désertés, du premier ministre. “Le président de la République, l’Assemblée nationale, le Sénat, et le gouvernement sont déchus de leur fonctions”, a alors déclaré le “premier ministre” de l’opposition, Roindefo Zafitsimivalo Monja. Ce dernier a annoncé que le “gouvernement de transition exerce immédiatement ses fonctions” et prend “l’engagement d’organiser les élections présidentielle, législatives, communales dans un délai qui ne peut dépasser 24 mois”. Ce texte, signé par Andry Rajoelina, a été déposé devant la Haute Cour constitutionnelle, priée d’en “prendre acte”.

“CE MOUVEMENT RESTE UNE MANIFESTATION DE RUE”

En début de soirée, l’opposition n’avait pas indiqué ce qu’elle comptait faire après l’expiration de son ultimatum, alors que l’armée a pour le moment exclu de marcher sur le palais présidentiel où se trouverait le chef de l’Etat. Ce dernier a répondu aux manifestants par un communiqué. Si les leaders de l’opposition “ont pris la Primature [bureaux du premier ministre], ils n’ont pas le pouvoir que donne le peuple par des élections démocratiques”, indique le communiqué. “Ce mouvement est, et reste jusqu’à maintenant, une manifestation de rue, qui utilise la terreur et la répression pour survivre. Une auto-proclamation ne donne pas de pouvoir légal”, poursuit-il.

Alors que la question d’un coup d’Etat rampant a pu se poser, le nouveau chef d’état-major de l’armée, André Andriarijaona, a déclaré samedi qu’il n’y avait pas lieu à ce stade de déployer l’armée vers le palais présidentiel, tout en se disant prêt à soutenir l’opposition si nécessaire. Madagascar est plongée depuis fin janvier dans sa pire crise politique depuis l’avènement au pouvoir de M. Ravalomanana en 2002. Plus d’une centaine de personnes ont été tuées dans ce conflit depuis la début de la crise, le 26 janvier.


SUR LE MÊME SUJET
L'opposant André Mba Obame, qui s'est autoproclamé président du Gabon le 25 janvier, a quitté dimanche l'agence onusienne de Libreville où il était réfugié mais la situation reste tendue avec un déploiement de forces anti-émeutes devant le siège de son parti. M. Mba Obame ainsi que la trentaine de personnes -- son "gouvernement" et des cadres l'Union nationale, son parti -- de sa délégation ont quitté à 10h15 (09h15 GMT) le siège du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) en voiture sans être inquiétés par la police. M. Mba Obame, qui a pris la direction de la Sablière, quartier huppé ...
Lire l'article [1]
Le président malgache déchu, Marc Ravalomanana et le leader Andry Rajoelina, ont conclu le 9 août dernier à Maputo, au Mozambique, un accord sur le partage du pouvoir et l’organisation des élections présidentielles à Madagascar d’ici fin 2010. Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana ont trouvé un terrain d'entente le 9 août dernier à la table des négociations de Maputo, au Mozambique, sur la mise en place d'un gouvernement de transition qui doit organiser les prochaines élections présidentielles et législatives. Le président déchu Ravalomanana et le leader de la révolution Andry Rajoelina s'étaient retrouvés autour d'une table pour trouver une ...
Lire l'article [2]
Et revoilà Ravalomana!Et revoilà Ravalomana!© La rédaction web de Jeune Afrique Les partisans de Marc Ravalomanana accentuent la pression pour obtenir le départ du président de transition Andry Rajoelina. Outre les manifestations quotidiennes, une pétition demandant le retour du chef de l’Etat déchu a été lancée. A chaque jour sa manifestation. De lundi à jeudi, des milliers de partisans de Marc Ravalomanana ont battu le pavé dans la capitale malgache Antananarivo. Certains n’avaient qu’un slogan à la bouche : « Andry miala » (Andry, démissionne). Mercredi, une surprise les attendait les militants. Marc Ravalomanana s’est exprimé pour la première fois depuis qu’il ...
Lire l'article [3]
Le président déchu malgache Marc Ravalomanana, dont on avait perdu la trace depuis la prise du pouvoir la semaine dernière par l'opposant Andry Rajoelina, se trouve au Swaziland où se tiendra la semaine prochaine un sommet de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), a annoncé mardi un responsable swazi. Le président déchu malgache Marc Ravalomanana, dont on avait perdu la trace depuis la prise du pouvoir la semaine dernière par l'opposant Andry Rajoelina, se trouve au Swaziland où se tiendra la semaine prochaine un sommet de la Communauté de développement de l'Afrique australe. (Reuters/Jasleen Sethi) Le président déchu malgache Marc ...
Lire l'article [4]
Le président déchu malgache, Marc Ravalomanana, dont on avait perdu la trace depuis la prise du pouvoir la semaine dernière par l'opposant Andry Rajoelina, se trouve au Swaziland, où se tiendra la semaine prochaine un sommet de la Communauté de développement de l'Afrique australe, a annoncé mardi un responsable swazi. A Madagascar, un porte-parole du gouvernement a annoncé la tenue d'une assise nationale en vue de l'organisation d'une élection présidentielle, en présence notamment des partis politiques, les 2 et 3 avril. "L'assise va essayer de déterminer la date pour l'organisation et la tenue de l'élection présidentielle et l'élaboration du code électoral", ...
Lire l'article [5]
Le nouveau régime au pouvoir à Antananarivo s'est défendu vendredi d'avoir commis un "coup d'Etat", face à la multiplication des condamnations internationales, l'Union africaine (UA) ayant pour sa part décidé de suspendre Madagascar. L'Union européenne (UE), les Etats Unis et la France, ancienne puissance coloniale, ont également dénoncé un "coup d'Etat", et appelé à l'organisation rapide d'élections. Washington a également annoncé vendredi la suspension de son aide non humanitaire à Madagascar. Fortement menacé d'isolement et de rupture de l'aide au développement essentielle à ce pays parmi les plus pauvres du monde, le nouveau pouvoir dirigé par Andry Rajoelina cherchait vendredi à dédramatiser ...
Lire l'article [6]
Le nouveau président de transition de Madagascar Andry Rajoelina a annoncé jeudi la suspension des "activités de l'Assemblée nationale et du Sénat", 48 heures après son accession au pouvoir contestée par les Etats-Unis et l'Afrique australe. Les pouvoirs du Parlement, largement dominé par les partisans de Marc Ravalomanana forcé de démissionner de la présidence, seront exercés par deux nouvelles institutions - une "Haute Autorité pour la transition" et un "Conseil pour le redressement économique et social" - ainsi que par le gouvernement, a déclaré à la presse le nouveau porte-parole du gouvernement, Augustin Andriamananoro. Cette décision a été annoncée à ...
Lire l'article [7]
Les militaires ont finalement poussé l’ancien président Marc Ravalomanana dans ses derniers retranchements. Après 2 mois de conflits, l’opposant malgache Andry Rajoelina, surnommé "TGV" par ses partisans, a pris la tête d’un gouvernement de transition dans l' île de l’océan indien. (Rédaction Internationale) - 135 morts et une île fragilisée sur le plan économique et divisée sur le plan politique, c’est ce que l’on pourra retenir de ces 2 mois de conflits ouverts entre deux hommes souhaitant être à la tête de Madagascar. L’ancien DJ, Andry Rajoelina, aura finalement eu raison du "roi du yaourt", l'homme d'affaires Marc Ravalomanana. ...
Lire l'article [8]
L'ONU n'est pas en mesure de dire si le départ du président malgache Marc Ravalomanana et son remplacement par son opposant est légal, mais ne tolère pas les "changements de gouvernement anticonstitutionnels", a déclaré mercredi sa porte-parole. "La légalité de la situation (à Madagascar) n'est pas quelque chose que nous pouvons déterminer", a déclaré Michèle Montas, répondant à la question de savoir si le départ du président constituait un coup d'état. "Ce qui est sûr, c'est que nous ne tolérons pas les changements de gouvernement anticonstitutionnels", a-t-elle ajouté. La Haute cour constitutionnelle (HCC) de Madagascar a officiellement entériné mercredi l'accession au pouvoir d'Andry ...
Lire l'article [9]
L’opposition malgache conduite par le jeune maire d’Antananarivo, Andry Rajoelina, qui refaisait une apparition publique après onze jours en cachette, a annoncé ce samedi sa prise de pouvoir dans le pays et a déclaré que le chef de l'Etat « n'est plus à même d'exercer les attributions qui lui sont dévolues par la Constitution et (...) il est patent que les forces armées (lui) refusent l'obéissance , rapporte des sources de l’AFP dans la Grande île. Comme annoncé, précise l’AFP « l'opposant malgache Andry Rajoelina, est apparu en public, samedi 14 mars, pour la première fois depuis qu'il a fait ...
Lire l'article [10]
Gabon: Mba Obame a quitté l’agence onusienne mais la situation reste tendue
Madagascar : Ravalomanana et Rajoelina partagent le pouvoir
Madagascar: Et revoilà Ravalomana!
Le président déchu de Madagascar est au Swaziland
Madagascar : l’ancien président s’est réfugié au Swaziland
Madagascar: le nouveau pouvoir se défend d’avoir commis un “coup d’Etat”
Madagascar: le Parlement suspendu, le nouveau pouvoir contesté à l’étranger
MADAGASCAR – “TGV” prend le pouvoir de vitesse
Madagascar: l’ONU ne se prononce pas
Madagascar: L’opposition malgache annonce sa prise de pouvoir et l’organisation des élections dans 24 mois