Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : La SOGARA marche sur le fil de la crise

Auteur/Source: · Date: 16 Mar 2009
Catégorie(s): Economie

La tension monte à la Société gabonaise de raffinage (SOGARA), où les employés ont récemment menacé d’entrer en grève si la direction refusait l’intégration des travailleurs en sous-traitance conclue dans le protocole d’accord signé avec les partenaires sociaux. La SOGARA reconnait la légitimité de cette revendication mais elle est fortement handicapée par la crise.

La Société gabonaise de raffinage (SOGARA) est entrée dans un équilibre fragile, ballotée entre la baisse de la demande due à la récession économique mondiale, le coût des exigences écologiques des institutions internationales et le poids des réformes sociales exigées par les employés.

Le directeur général de la SOGARA, Jean Fidèle Otando, a annoncé que l’administration était entrée en négociations avec les employés suite au dépôt d’un préavis de grève le 13 mars.

Ceux-ci dénonceraient notamment la non application par l’administration du protocole d’accord signé par les deux parties en conflit, dont l’une des clauses porte sur l’intégration par un contrat indéterminé de travail, des travailleurs des entreprises de sous-traitance industrielle et de services qui ont plus de deux ans de services, conformément au Code du travail gabonais.

Le directeur général reconnaît la légitimité de cette revendication, mais y oppose un contexte économique et financier très défavorable pour dégager les fonds nécessaires à mettre en œuvre les revendications des employés sans risquer de couler la société.

Avec la réduction des subventions de l’Etat et de l’indexation des prix des produits pétroliers, les marges financières de la SOGARA ont également été considérablement réduites, et la société accuse aujourd’hui un déficit de 80 milliards de francs CFA pour la modernisation de ses installations.

Le directeur général de la SOGARA a expliqué que sur la base du pétrole brut «Mandji», la société élabore des produits finis distribués sur l’étendue du territoire national, notamment l’essence sans plomb, le gaz butane, le kérosène, le gasoil, le fuel ou le bitume, pour une capacité potentielle d’1,2 millions de tonnes par an.

Mais compte tenu de sa densité et de sa forte teneur en soufre, le brut «Mandji» ne permet pas à la SOGARA d’élaborer des produits qui soient conformes aux nouvelles recommandations internationales pour la lutte contre le changement climatique.

Pour pallier ce problème, la SOGARA doit importer un brut léger du Nigéria pour le mélanger au brut lourd «Mandji» afin de réduire sa teneur en soufre. A cet effet, la direction de la société a annoncé avoir besoin d’un budget de 80 milliards de francs CFA pour moderniser ses équipements et importer le brut léger du Nigéria.

Ces investissements devront par ailleurs s’accompagner d’une exonération des droits de douanes et d’un aménagement des tarifs de transports afin de limiter la répercussion sur les prix du marché local.

La direction estime enfin que l’équilibre financier de la société pourrait être affecté par le mécanisme et l’indexation des prix des produits pétroliers si un accord n’est pas signé entre le FMI et l’Etat gabonais.

Du côté des employés, on craint un licenciement économique des agents en raison de la baisse du taux de soutien de l’Etat au raffinage. Mais la direction a ouvert les négociations et sollicité la solidarité de ses employés pour permettre à la SOGARA de surmonter le creux de la vague et d’améliorer la qualité de ses produits.


SUR LE MÊME SUJET
Rupture momentanée de production à la Sogara
L’unique raffinerie de pétrole du Gabon, gérée par la Société gabonaise de raffinage (SOGARA), va suspendre son activité durant un mois. Ce qui, à priori, ne devrait poser aucun problème au niveau de la distribution Pierre Reteno Ndiaye, directeur général de la Société gabonaise de raffinage (SOGARA), a annoncé, le 3 février à la faveur d’une conférence de presse, la fermeture de cette raffinerie durant un mois pour des besoins de maintenance. Des «dispositions sont prises pour qu’il n’y est pas une pénurie des produits pétroliers dans le pays» a assuré le directeur de la raffinerie, cité par l’agence Xinhua qui fait ...
Lire l'article
La Société gabonaise de raffinage (Sogara) vient d’annoncer une production record de 926 000 tonnes pour le compte de l’année 2011. Le directeur de la Société gabonaise de raffinage (Sogara), Pierre Reteno Ndiaye, vient d’annoncer une production de 926 000 tonnes en 2011 contre 900 000 tonnes en 2010. Le patron de la Sogara a également annoncé un objectif de 950 000 tonnes en 2012. La SOGARA produit du fuel, du bitume, du gasoil, de l’essence, du kérosène et d’autres hydrocarbures comme le pétrole lampant et le gaz. 80% de sa production est destinée au marché national dont les besoins sont ...
Lire l'article
Gabon : La SOGARA a atteint son record de production avec 926 000 tonnes en 2011
Le directeur général de la Société gabonaise de raffinage (SOGARA), Pierre Reteno Ndiaye a récemment annoncé à son personnel que la société avait atteint son record de production en 2011 avec 926 000 tonnes contre 900 000 tonnes en 2010. La SOGARA qui envisage de raffiner 950 000 tonnes d’hydrocarbures en 2012 a toutefois rencontré courant 2011 des difficultés d’ordre technique, notamment avec des outils de production vieillissants. La SOGARA qui produit différents hydrocarbures, possède un capital de 1,2 milliard de francs CFA réparti entre Total (43,84%), l’Etat gabonais (25%), Portofino Assets Corporation (16,99%), Petro Gabon (11,67%) et l’Italien ENI International (2,50%). La ...
Lire l'article
Le président de la République, Ali Bongo Ondimba, qui séjourne depuis mardi dernier à Port-Gentil, a eu une séance de travail, à huis clos, avec la direction société gabonaise de raffinage (Sogara). Aucune déclaration n’a été faite à l’issue de ce tour de table. L’unique raffinerie du Gabon, faut-il le préciser, traverse une passe particulièrement difficile, avec une dette de plusieurs dizaines de milliards de FCFA. L’outil de travail de l’entreprise est devenu obsolète. Un plan de sauvetage s’avère nécessaire pour remettre Sogara sur selle. Mais déjà plusieurs sociétés se bousculent pour la reprise de la raffinerie. Le Sud-africain Imbani ...
Lire l'article
Le chef de l‘Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba qui séjourne depuis mardi à Port – Gentil (capitale provinciale de L’Ogooué-Maritime), où il va présider jeudi son premier Conseil des ministres hors de Libreville a entamé mercredi par la Société Gabonaise de Raffinage, une série de visites au sein des entreprises implantées dans la cite économique du pays, a constate GABONEWS. A la SOGARA, le chef de l’État accompagné de quelques membres du gouvernement a été accueilli par  le Premier  ministre, Paul Biyoghe Mba  et les différents responsables de cette société. Bien qu’aucune information relative à cette visite n’ait été livrée, ...
Lire l'article
Le groupe Samsung, qui opère dans le secteur de l’électronique, de l’électroménager et de des télécommunications, s’est dit intéresser, mardi lors de l’audience que le ministre des Mines, du Pétrole et des Hydrocarbures Julien Nkoghé Bekalé, par la reprise de la société gabonaise de raffinage (Sogara). Au cours de cet échange, le patron du département des Mines, a exhorté ses interlocuteurs de procéder à la démarche réglementaire en la matière, notamment par une proposition d’offre technique ou financière fiable à soumettre le moment venu au Gouvernement. La Sogara, qui traîne un déficit de l’ordre de 22 milliards de Fcfa, a besoin ...
Lire l'article
Après deux semaines de grève qui ont mis la capitale gabonaise en panne sèche, les agents de la Société gabonaise de raffinage (SOGARA) ont repris le travail le 6 avril, permettant de nouveau l’écoulement normal des produits pétroliers sur le marché gabonais. Alors qu’ils entament ce 7 avril de nouvelles négociations avec la direction générale, les employés de la SOGARA ont expliqué qu’il s’agit essentiellement de garantir la survie de l’entreprise en coupant dans les charges de sous-traitance superflues pour renflouer les caisses et mettre en place les réformes sociales réclamées par les agents. La pénurie de produits pétroliers qui ...
Lire l'article
La capitale économique est en panne sèche depuis le 30 mars dernier en raison d’un mouvement de grève des agents de la Société gabonaise de raffinage (SOGARA) lancé le 27 mars dernier pour l’amélioration de leurs conditions de travail. Les habitants de Port-Gentil sont confrontés à une pénurie de carburants et de gaz butane qui commence à causer un handicap sérieux à l’activité économique de la localité, notamment au niveau des transports urbains et des entreprises. La grève déclenchée par les agents de la Société gabonaise de raffinage (SOGARA) à Port-Gentil le 27 mars dernier est à l’origine d’une importante ...
Lire l'article
Les agents de la Société Gabonaise de Raffinage (SOGARA) observent effectivement un mouvement de grève depuis mardi dernier, conformément à un préavis déposé le 13 mars du mois en cours dans lequel ils réclament de meilleures conditions de travail tout en dénonçant la non application par l’administration du protocole d’accords signé par les deux parties en conflit, a rapporté ce mercredi la chaîne de télévision privée gabonaise TV+.L’une des clauses dudit protocole mentionnerait l’intégration, par un contrat de travail à durée indéterminée, des travailleurs d’entreprises de sous-traitance industrielle et de services ayant déjà totalisé plus de deux ans au poste, ...
Lire l'article
La société gabonaise de raffinage (SOGARA) a perdu la 84e place dans le classement des 500 premières entreprises africaines de l'année 2007. Basée à Port-Gentil, la capitale économique du Gabon depuis 40 ans, la SOGARA est spécialisée dans le raffinage du pétrole brut. La chute de la Sogara dans le classement des 500 premières entreprises africaines serait le résultat de la diminution drastique de son chiffre d'affaires, qui a été réduit de moitié entre 2005 et 2006, atteignant 107 milliards de FCFA en 2006 contre 217 milliards en 2005. Sa production a le même fléchissement, elle est passée de ...
Lire l'article
Rupture momentanée de production à la Sogara
Gabon : Production record de 926 000 tonnes à SOGARA
Gabon : La SOGARA a atteint son record de production avec 926 000 tonnes en 2011
Séance de travail à la Sogara entre dirigeants et Ali Bongo Ondimba
Ali Bongo Ondimba à SOGARA pour s’enquérir des reformes enclenchées
Economie : Le groupe Samsung intéressé par la reprise de Sogara
Gabon : La SOGARA rouvre les vannes
Gabon : Les grévistes de la SOGARA assèchent les pompes de Port-Gentil
Gabon: Grève des agents de la SOGARA depuis mardi à Port-Gentil
Gabon : SOGARA perd la 84e place dans le classement des 500 premières entreprises africaines

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 16 Mar 2009
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*