Socialisez

FacebookTwitterRSS

A Madagascar, on s’affronte aussi par blogs interposés

Auteur/Source: · Date: 18 Mar 2009
Catégorie(s): Afrique

Coup d’Etat ou insurrection populaire ? La démission contrainte du président malgache Marc Ravalomanana et la prise du pouvoir, mardi, par le jeune opposant Andry Rajoelina donnent lieu sur le Net à de nombreux affrontements.

Ainsi de ce politicien, qui s’exprime ainsi anonymement sur le site Topmada dans un billet au titre explicite, « L’histoire vous jugera » :

« [On assiste à ] une descente aux enfers. Les Malagasy sont terrorisés. […] Jamais dans l’Histoire nos chères valeurs […] n’auront été aussi souillées. Aujourd’hui le vote des Malagasy a été volé par un homme aveuglé par le pouvoir.

« Pourquoi refuser un référendum démocratique quand on se proclame porte-parole du peuple ? Pourquoi kidnapper des hauts gradés et un chef religieux pour les forcer si on est sûr du bien fondé de son mouvement ? […] Seule une intervention étrangère pourra raisonner ces têtes brûlées et permettre à toute la population de s’exprimer. La Haute Cour Constitutionnelle légalisera-t-elle un mouvement fondé sur la peur et les intimidations ? »

Sur le site Fijery, Ndimby A. remet lui aussi en cause la légitimité de cette prise de pouvoir mais s’en remet à la communauté internationale :

« Toute opinion ayant l’outrecuidance de poser la question de la légalité Constitutionnelle est sévèrement pourfendue. Or, de par leur statut, les Etats ou les organisations internationales ne peuvent que condamner les coups d’Etat. [Il est du rôle] de la communauté internationale […] de demander le respect de la légalité […] et d’avertir que si le mouvement insurrectionnel persiste et réussit, il y aura une rupture de aides. »

La question de la légalité constitutionnelle est au cœur des débats. Il y a quelques jours, Fano Rakotoarisoa s’exprimait sur ce point sur le site du Madacascar Tribune :

« Dans cette crise, les leaders des deux camps se réclamaient tous deux de cette Constitution [qu’ils ont pourtant] chacun à leur manière foulée aux pied, les uns pendant leurs mandats, les autres dans ce coup d’Etat déguisé. […] Ni les uns ni les autres ne peuvent prétendre représenter la totalité ni même la majorité de la population. Quelle que soit l’issue de cette crise, la Constitution, loi fondamentale du pays, sera[it] tout au moins modifiée, sinon changée. »

Dans une note intitulée « Le putsch malgache du 17 mars 2009 », le blogueur Sylvain Rakotoarison déplore lui aussi la défaite de « la légalité constitutionnelle », expliquant que Marc Ravalomanana, élu démocratiquement en 2006, « avait la légitimité constitutionnelle“ tandis que Rajoelina avait ‘celle de la rue qu’il opposait à celle des urnes’. Il ajoute :

« La prise du palais de Mahazoarivo par les partisans d’Andry Rajoelina a été l’occasion pour la prétendue Haute autorité de transition de déclarer déchus non seulement le président de la République et le gouvernement mais aussi l’Assemblée Nationale et le Sénat. Rajoelina ne pouvait contester constitutionnellement le pouvoir du Président. Lui opposer la rue hors période électorale semble […] être un acte totalement irresponsable [et] anticonstitutionnel.

Au lieu de « préparer la prochaine élection présidentielle (normalement prévue pour décembre 2011), [ce qui] lui aurait permis de structurer un véritable parti, d’étoffer son réseau auprès d’investisseurs étrangers [et] de crédibiliser sa démarche politique, Rajoelina a voulu le pouvoir tout de suite. Au prix du sang. Son autoproclamation aurait été risible si elle n’avait pas abouti à la mort de nombreux Malgaches. »

Sur le site de 20Minutes tanoragasy, malgache vivant à Madagascar, réagit à l’article ”Andry Rajoelina confirmé en tant que nouveau président » :

« Andry Rajoelina a créé un gouvernement “de rue”. Il a ouvert la porte du palais d’Ambohitsirohitra par la force (tir de blindé). Il a reçu le pouvoir de l’armée, après avoir kidnappé les “généraux”, le président du FJKM. Sans vote démocratique, sans référendum. Il n’est donc reconnu ni par Madagascar, ni par le peuple. Il a obtenu le pouvoir par la force car il a su payer les militaires. Pour nous, il n’est rien. »

Rares sont donc les voix qui s’élèvent pour défendre la « présidence » de transition. Sur le blog Djaladjomathematiques, Expert affiche cependant un point de vue divergent :

« Il faut que l’Union africaine laisse l’Afrique se développer et avancer. Un président qui abandonne le pouvoir lui-même, il ne s’agit plus de coup d’Etat et que cette armée rende le pouvoir à [Rajoelina] n’est pas un problème. Le peuple malgache à fait un choix, on l’accepte, et les faits prouvent que [Rajoelina] est la solution d’aujourd’hui. »

Sur Canalblog, Elisee Sare se satisfait aussi de cette démission, qui est selon elle « une sage décision dans cette situation de non droit que traverse la grande ile, qui vaut mieux que de plonger tous le pays dans une situation de guerre civile ».

La conclusion revient à Jean-Luc Raharumanana, écrivain et poète malgache :

« Les Malgaches ont été pétrifiés par la situation, et notamment les
intellectuels, partagés entre la « stabilité » (et acceptation implicite
donc des injustices commises par le régime Ravalomanana) et le
changement radical incarné par Andry Rajoelina (et le côté aventureux,
le doute sur le profil de Rajoelina -homme d’affaire, riche…) »

Enfin, pour ceux qui auraient râté les épisodes précédents de la crise malgache, ce petit récapitulatif en vidéos :  


SUR LE MÊME SUJET
A Madagascar, la crise ne se dénoue pas. Depuis son exil en Afrique du Sud, Marc Ravalomanana, le président contraint de quitter le pouvoir en plein chaos il y a un mois, organise la résistance et prépare son retour "d'ici à quelques semaines" pour y "restaurer l'ordre constitutionnel". Sur la Grande Ile, les manifestations en sa faveur dégénèrent. Lundi 20 avril, des tirs à balles réelles des forces de sécurité ont fait plusieurs victimes. Alors que les membres de la Haute Autorité de transition, dirigée par Andry Rajoelina, ont annoncé avoir émis un mandat d'arrêt le concernant, M. Ravalomanana s'est défendu ...
Lire l'article
Et revoilà Ravalomana!Et revoilà Ravalomana!© La rédaction web de Jeune Afrique Les partisans de Marc Ravalomanana accentuent la pression pour obtenir le départ du président de transition Andry Rajoelina. Outre les manifestations quotidiennes, une pétition demandant le retour du chef de l’Etat déchu a été lancée. A chaque jour sa manifestation. De lundi à jeudi, des milliers de partisans de Marc Ravalomanana ont battu le pavé dans la capitale malgache Antananarivo. Certains n’avaient qu’un slogan à la bouche : « Andry miala » (Andry, démissionne). Mercredi, une surprise les attendait les militants. Marc Ravalomanana s’est exprimé pour la première fois depuis qu’il ...
Lire l'article
Le président déchu malgache Marc Ravalomanana, dont on avait perdu la trace depuis la prise du pouvoir la semaine dernière par l'opposant Andry Rajoelina, se trouve au Swaziland où se tiendra la semaine prochaine un sommet de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), a annoncé mardi un responsable swazi. Le président déchu malgache Marc Ravalomanana, dont on avait perdu la trace depuis la prise du pouvoir la semaine dernière par l'opposant Andry Rajoelina, se trouve au Swaziland où se tiendra la semaine prochaine un sommet de la Communauté de développement de l'Afrique australe. (Reuters/Jasleen Sethi) Le président déchu malgache Marc ...
Lire l'article
Le président déchu malgache, Marc Ravalomanana, dont on avait perdu la trace depuis la prise du pouvoir la semaine dernière par l'opposant Andry Rajoelina, se trouve au Swaziland, où se tiendra la semaine prochaine un sommet de la Communauté de développement de l'Afrique australe, a annoncé mardi un responsable swazi. A Madagascar, un porte-parole du gouvernement a annoncé la tenue d'une assise nationale en vue de l'organisation d'une élection présidentielle, en présence notamment des partis politiques, les 2 et 3 avril. "L'assise va essayer de déterminer la date pour l'organisation et la tenue de l'élection présidentielle et l'élaboration du code électoral", ...
Lire l'article
Andry Rajoelina, qui a pris les rênes du pouvoir à Madagascar, affirme dans une interview au Financial Times de lundi qu'il a le soutien de la population et refuse de céder à la pression de la communauté internationale qui réclame la tenue d'élections libres dans le pays. "Un seul homme ne peut pas construire une maison. Mais la communauté internationnale doit savoir qu'elle doit respecter la volonté populaire. C'est le peuple malgache qui décide de ce qui arrive à Madagascar," déclare Rajoelina au quotidien des milieux d'affaires. Le quotidien indique que Rajoelina a réaffirmé sa volonté d'organiser des élections présidentielles dans les ...
Lire l'article
ADDIS ABEBA - L'Union africaine a suspendu Madagascar de ses instances après la prise du pouvoir par l'opposant Andry Rajoelina, considérant que celle-ci correspondait à "un changement de gouvernement non constitutionnel". "Le conseil estime que ce qui s'est produit à Madagascar entre dans la définition d'un changement de gouvernement non constitutionnel", a déclaré l'ambassadeur du Burkina Faso, Bruno Nongoma Zidouemba, président du conseil de sécurité de l'Union africaine. "Le conseil a donc décidé de suspendre la participation de Madagascar aux instances et organes de l'UA." La Communauté pour le développement de l'Afrique australe avait déjà refusé jeudi de reconnaître le nouvel homme ...
Lire l'article
L'Union africaine (UA) a suspendu, vendredi 20 mars, Madagascar de ses instances après la prise du pouvoir par l'opposant Andry Rajoelina. "Le conseil estime que ce qui s'est produit à Madagascar entre dans la définition d'un changement de gouvernement non constitutionnel", a déclaré l'ambassadeur du Burkina Faso, Bruno Nongoma Zidouemba, président du conseil de sécurité de l'Union. "Le conseil a donc décidé de suspendre la participation de Madagascar aux instances et organes de l'UA." La Communauté pour le développement de l'Afrique australe avait déjà refusé, jeudi, de reconnaître le nouvel homme fort de l'île. M. Zidouemba estime que la remise du ...
Lire l'article
Après que son arrivée à la tête d'un gouvernement de transition a été avalisée par la Haute Cour constitutionnelle (HCC), Andry Rajoelina a réaffirmé, mercredi 19 mars, qu'il souhaitait l'arrestation et la comparution devant la justice de l'ancien président, Marc Ravalomanana, en fuite depuis sa démission mardi. Selon M. Rajoelina, son prédécesseur se cacherait actuellement dans la capitale, Antananarivo, probablement "dans une résidence d'ambassade" qu'il n'a pas identifiée. "Si vous êtes dans une résidence d'ambassade surveillée, on ne peut pas y pénétrer", a-t-il ajouté, avant de rappeller qu'un mandat d'arrêt avait été lancé contre M. Ravalomanana et qu'il entendait le faire ...
Lire l'article
Le président malgache Marc Ravalomanana a transféré tous ses pouvoirs à « un directoire militaire », selon des informations recueillies par RFI. Ce directoire serait chargé d’organiser des « assises nationales ». RFI a appris vers 11 h 30 TU que le président Ravalomanana a signé une ordonnance pour transférer tous ses pouvoirs et ceux de son gouvernement à un « directoire militaire ». RFI a donc aussitôt contacté plusieurs officiers supérieurs de l’état-major qui, dans un premier temps, ont affirmé ne pas être au courant, puis ont ensuite expliqué qu’il n’était pas question pour eux qu’ils acceptent de prendre le ...
Lire l'article
Le président malgache contesté, Marc Ravalomanana, refuse, irrémédiablement, d’accepter la requête de déchéance de l’opposition, en revanche il a proposé, dimanche la tenue d’un référendum, selon Radio France Internationale (RFI). Vendredi, le leader de l’opposition, le Maire déchu de la capitale, Andry Rajoelina, avait lancé un ultimatum, accordant quatre heures au Chef de l’Etat pour démissionner, à défaut d’être déchu. L’opposition avait, dans le même temps, annoncé la requête adressée à la Haute Cour Constitutionnelle, afin qu’elle « prononce la déchéance des fonctions du président de la République, de l’Assemblée nationale et du Sénat. » Lundi, la situation est toujours ...
Lire l'article
La crise politique menace la stabilité de Madagascar
Madagascar: Et revoilà Ravalomana!
Le président déchu de Madagascar est au Swaziland
Madagascar : l’ancien président s’est réfugié au Swaziland
Madagascar: pour Andry Rajoelina, le monde doit respecter la volonté populaire
L’Union africaine a suspendu Madagascar de ses instances après la prise du pouvoir par l’opposant Andry Rajoelina
L’Union africaine suspend Madagascar
A Madagascar, Rajoelina veut toujours traduire en justice son prédécesseur
Madagascar: Marc Ravalomanana a transféré ses pouvoirs
Madagascar: Impasse et négociations au lendemain du refus de Marc Ravalomanana de jeter l’éponge


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 18 Mar 2009
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*