Socialisez

FacebookTwitterRSS

A Mes chers frères et soeurs gabonaises, par JEAN BAPTISTE NYONDA

Auteur/Source: · Date: 19 Mar 2009
Catégorie(s): Lamentations

A l’annonce de la disparition d’Edith Lucie Bongo, j’ai ressenti comme un grand soulagement étrange en rappport avec le combat que mène l’opposition gabonaise (particulièrement en France) dans l’espoir d’éradiquer le leadership infâme de l’indécent Bongo qui aura en quarante ans fait sombrer l’étoile de notre beau petit Gabon. En effet, la perte de cette dame vient sceller au fer rouge le début de la déroute indéniable de l’abominable “Maestro” lequel aura tout au long de sa scandaleuse vie politique fait précipiter nombre de nos ainés dans l’abîme de la mort. Pour ne citer que quelques uns, on ne peut que se souvenir du brillant Germain Mba (qui fut en même temps dauphin politique d’Houphouet Boigny), éxécuté crapuleusement devant son domicile dans un macabre bain de sang, de Doukakass Nziengui, de l’intraitable fomenteur de coup d’Etat Mandza à qui Bongo avait imposé qu’il implore à genoux sa clémence mais qui n’avait trouvé mieux à faire que de cracher au visage du dictateur, du Général d’Armée Ba Oumar avec qui j’avais eu à partager le petit déjeuner le matin du jour de son décès “organisé” en plein Conseil des Ministres, du notable Michel Fanguinoveny, à l’époque Maitre de la Maçonnerie gabonaise, fauché dans un “accident” de voiture sur une autoroute française et dont Bongo aura forcé la famille attristée à l’exil en France, de Martine Olabou, enseignante résistante qui avait martelé son inclination pour des classes primaires de vingt élèves au plus dans tout le pays au lieu de ces classes-jungle dont le décor aurait plus évoqué un attroupement bruyant avec le “sorcier” Harry Potter qu’un cadre authentique de cours, de Martin Rédjambé, celui-là même qui aurait pendant la tenue de la Conférence Nationale Souveraine, sommé le fils “en vue” de Bongo, Ali Ben, de se justifier quant à ses origines douteuses, et de beaucoup d’autres vaillants gabonais qu’il aura fait jeter à la mer par le canal de macabres opérations militaires aéroporteés. C’est dire qu’aujourd’hui, le Gabon se trouve à la croisée des chemins et que le temps est venu d’affronter avec le plus de détermination possible ce Bongo déjà miné par l’age et la maladie, saigné par la pègre, vieilli par la corruption et l’insoutenable médisance et enfin attéré par le vide que lui laisse la disparition de sa distinguée compagne de basses besognes.

Chers frères et soeurs gabonaises, aussi étrange que peut paraitre mon propos, ce deuil d’Edith Bongo n’est pas le notre car l’union de cette dame avec Bongo avait eu pour socle un contrat ordurier visant à piller les fortunes de notre pays, lesquels milliards seraient destinés à être planqués dans les paradis fiscaux du Monde entier très indexés en ce moment. Aussi les conséquences désastreuses que pourrait entrainer ce décès de la fille d’un Chef d’Etat étranger sur notre sol ne devraient qu’interpeller les responsables dudit complot, c’est à dire Bongo et sa famille (cela les congolais doivent bien le comprendre). Parce qu’en vérité, Bongo n’a jamais incarné à l’image du Père du Gabon Libre, Léon Mba, les valeureux traits culturels de notre Nation, ni hier, ni aujourd’hui. Il n’aura été que cet homme insignifiant de bas étage à l’esprit vénal arrivé de toutes et de nulle part qui, placé à la tête d’une énorme manne financière, se sera attelé à la tâche de briser l’essor de talentueux gabonais (l’exemple épatant de la longue assignation à résidence de Vincent de Paul Nyonda, Père du Théâtre gabonais aux côtés de sa famille dans son village natal de Mandji après la mort de Léon Mba, n’ est que trop révélateur de l’épouvantable caractère du salopard). Donc chers frères et soeurs, si vous pourriez un brin vous ressaisir, il serait mieux indiqué que vous laissiez le soin aux congolais de pleurer leur soeur laquelle aurait pu vivre plus longtemps eût elle préconisé un différent choix de vie. A ce moment, elle aurait peut être réalisé comme l’ont compris en silence beaucoup de Sages gabonais que tout ce que Bongo “touche ou approche” a toujours eu, sans doute à cause de son karma mal connecté à Dieu, cette curieuse tendance à virer au cauchemar. Dommage que l’argent diabolique de ce dernier ait eu raison d’elle pour au final lui faire vivre un destin aussi invraisemblablement tragique.

A 44 ans! Doux Jésus Edith Sassou! incontestable icône de grâce Noire et de charme exquis s’en est allée au plus fort de sa beauté énigmatique taillée dans la Pierre comme sur un simple claquement de doigts. Sous la houlette de Bongo le “MAGICIEN PHARAONIQUE”. Incroyable! Mais que peut-il encore rester d’exploits ignominieux à cet individu? Rayer le Gabon de la carte du Monde? Non chers frères et soeurs, il est préférable de laisser aux congolais la primauté de leur deuil et prendre vos distances vis à vis des simagrées “d’homme ému” que Bongo vous exhibe depuis avec son habituel manque de pudeur. Voyez vous, dans un certain registre, nos chers frères congolais là auraient du mal à saisir, que cette personne que vous jugiez très souvent trop “arrogante” dans sa congolité (à cause de Bongo qui lui aura donné l’aval de marcher sur le sang sacré de gabonais ordinaires) ait pu, par sa seule mort, déclencher en vous, en un aussi court instant, une douleur assomante devenue subitement trop grande!!!!!! On peut tricher avec beaucoup de gens, pas souvent avec des congolais.

Chers frères et soeurs gabonaises, même si à cause de l’apport considérable du “Vieux” dans notre Culture (parce qu’un pays inconscient de son passé marche sans boussole vers nulle part) le nom que je porte est au Gabon ce que les diamants sont aux femmes, je ne saurais vous garder plus longtemps rivés à mon discours et ceci par respect pour vos lourdes préoccupations. Pourtant je formulerai toujours le souhait que la beauté de vos coeurs transformée en infinies symphonies d’Amour puisse imprimer à loisir dans les esprits de nos enfants des générations actuelle et future, les Codes d’Honneur des Samouraïs japonais inscrits dans notre potentiel culturel (Mvet, Bwiti, Ndjembè, Mouïri,etc..) afin qu’un nouveau Gabon irradiant d’Excellence sorte de terre et que notre vénération du drapeau soit aussi touchante que cette image émouvante de nombreux Américains et Américaines, pleurant de joie en rêvant d’une Amérique plus rayonnante, et très “inconsolables” face à la spectaculaire prestation musicale de la Serénissime chanteuse noire Aretha Franklin sur le célèbre chant Gospel “MY COUNTRY ‘TIS OF THEE (voir dans Youtube), lors du jour inaugural qui aura porté un Noir au sommet de la plus grande puissance mondiale. Relayée en près de 21 H 30 minutes de direct télévisuel, cette inauguration est entrée dans la Légende comme étant l’évenement ayant été le plus suivi dans l’Histoire des Etats Unis. Et ce jour là, imaginant moi aussi une Autre A frique laquelle s’affranchirait des imbéciles du type Bongo, ce jour là mes chers frères et soeurs Africaines, ce jour là je vous dis, sur la tête de ma mère ce jour là, j’ai pleuré !

On est Ensemble,

JEAN BAPTISTE NYONDA


SUR LE MÊME SUJET
Attentat suicide à Damas : les Frères musulmans accusent le régime
Un attentat suicide a frappé vendredi un quartier historique du centre de Damas faisant au moins 25 morts et 46 blessés, selon la télévision syrienne. Il survient deux semaines après une attaque similaire imputée par les autorités à Al-Qaïda et par l'opposition au régime contesté de Bachar al-Assad. Les Frères musulmans syriens accuse le régime de Bachar al-Assad d'être derrière ce nouvel attentat et demandent l'ouverture d'une enquête internationale. "Nous demandons une enquête internationale et arabe sur cette explosion avant que les criminels ne cachent les preuves de leur crime", a indiqué le porte-parole des Frères musulmans Zouheir Salem dans un communiqué. "Nous ...
Lire l'article
Etait-il donc nécessaire de nous proposer, au menu de ces derniers jours de la tumultueuse année 2011, encore de la violence politique, des morts, et du gaz lacrymogène à volonté ? Le Sénégal et la République démocratique du Congo, à la une de cette actualité déprimante, éclipsent quelque peu les événements qui ont ravivé la foi que l’on nourrit encore en l’avenir de l’Afrique. Un premier mort, au Sénégal, en rapport direct avec la présidentielle de février prochain ! Des hommes de main, qui opèrent comme une milice privée, sont entrés en action, et cela n’augure rien de réjouissant. Et c’est ...
Lire l'article
Le Secrétaire Général du ministère du Budget, des Comptes Publics et de la Fonction Publique, Chargé de la Réforme de l’Etat, Yolande Nyonda, a déclaré ce vendredi que « 7874 dossiers ont été régularisés grâce aux conférences de planification et de programmation du recrutement dans la Fonction Publique » qui se verra renforcée en ressources humaines pour une meilleure efficacité. Ainsi, la phase pratique de cette opération a démarré ce vendredi et s’achèvera à la fin de l’année 2011. « L’enregistrement se fera au fur et à mesure et ce, pendant toute l’année 2011 », a-t-elle indiqué. Aussi, « sur les ...
Lire l'article
Le Gabon est l’un des pays les plus chers de la CEMAC
A en croire une source proche du Groupement inter patronal du Cameroun (GICAM), le Gabon et le Cameroun arrivent en tête d’un classement dit « Analyse comparative des coûts de facteurs en Afrique Centrale ». Ce classement prend en compte 12 indicateurs, entre autres, l’eau, le carburant, les transports, les services aux entreprises, le taux d’intérêt bancaire, la pression fiscale, les délais de paiements, la téléphonie locale, l’électricité et l’immobilier. Ces éléments plombent la productivité des opérateurs économiques et l’épanouissement des ménages. Pour la cherté de l’eau, le Gabon est en 3ème position ; 2ème pour l’électricité et l’appel local (télécommunications) ; 5ème ...
Lire l'article
Au terme du scrutin du 22 janvier, Jean Baptiste Bikalou a été porté à la présidence de la Chambre de Commerce du Gabon. Le directeur général de Pétro Gabon a été élu à l’unanimité en recueillant la majorité des suffrages exprimés. Le directeur général de Pétro Gabon, Jean Baptiste Bikalou, est le nouveau président de la Chambre de Commerce, d’Agriculture, de l’Industrie et des Mines du Gabon. Il a été élu au terme de l’élection organisée le 22 janvier, où il était le seul candidat en lice, en récoltant la majorité des suffrages exprimés, soit 38 voix. ...
Lire l'article
Dans le cadre de la mise en place de sa politique sociale, le gouvernement et plusieurs opérateurs du secteur devraient bientôt signer une convention portant sur la réduction des coûts de transport en faveur des personnes âgées et des Gabonais économiquement faibles (GEF). Les Gabonais économiquement faibles (GEF) et les personnes âgées pourraient bientôt être transportés quasi gratuitement selon les clauses d’une convention qui devrait être signée entre le gouvernement et plusieurs opérateurs du secteur des transports. Le ministre délégué aux Affaires sociales, Nziengui Mihindou, a reçu le 26 mai des responsables de la Société gabonaise des transports (SOGATRA) ; la ...
Lire l'article
Sur cette page, vous pouvez accéder aux articles contenant les tous derniers commentaires laissés par les visiteurs sur ce site. Les articles sont classés du plus récent article commenté (en haut) au plus vieux (en bas). Notre site dispose aussi de divers types de forums interactifs: Nos forums “Palabres” vous permettent de vous exprimer en toute liberté et de “palabrer” avec d’autres compatriotes sur des sujets d’intérêt national, régional, international ou multinational. Vous avez quatre choix de discussions: - Forum "Palabres" par email: Ce forum "liste de discussion" permet les débats directement par email. Les membres répondent aux messages des autres membres ...
Lire l'article
L’ancien 2ème vice président du Sénat (2ème chambre du parlement gabonais) Jean Baptiste Mintsa Mi Mba a reçu vendredi à Libreville, les ultimes hommages de la nation gabonaise, a constaté un journaliste de l’AGP. Dans une ambiance solennelle, empreinte de recueillement, vêtus de costumes noirs pour les hommes et de tailleurs sombre pour les femmes, les sénateurs les uns après les autres venaient s’incliner sur le cercueil du sénateur disparu pour un dernier hommage. Le cercueil de feu Mintsa Mi Mba couvert du drapeau gabonais (vert, jeune et bleu) était placé devant une chapelle ardente habillée d’un blanc doré, devant laquelle était ...
Lire l'article
Le Sénat a rendu hommage ce vendredi au Dr Jean-Baptiste Mintsa-Mi-Mba, 2ème Vice-président du Sénat, décédé le 10 février à Paris, a constaté GABONEWS. La dépouille de l'illustre disparu a été exposée au Sénat quelques heures après son rapatriement en terre gabonaise. Ses collègues et d’autres personnalités y étaient réunis pour un hommage solennel. Après les honneurs du Sénat, enseignants, étudiants et personnel de l’Université des Science de la Santé (USS) de Libreville ont exprimé la reconnaissance de l’institution au Docteur Jean Baptiste-Mintsa-Mi Mba, qui enseignait la Biologie transfusionnelle. Il fut à l'origine de la création du Centre national de transfusion sanguine (CNTS) ...
Lire l'article
Forums "Palabres" du BDP-Gabon Nouveau Nos forums "Palabres" vous permettent de vous exprimer en toute liberté et de "palabrer" avec d'autres compatriotes sur des sujets d'intérêt national, régional, international ou multinational. Vous avez trois choix de discussions: - Articles "Palabres": Vous pouvez vous exprimer sur chaque article publié sur notre site. Il suffit de cliquer sur le titre de l'article et d'aller au bas de la page pour poster un commentaire auquel d'autres pourront répondre de manière interactive. Tous les grands débats sur le Gabon, en toute franchise et sans langue de bois, directement sur ce site. Pour voir les articles avec les commentaires les plus ...
Lire l'article
Attentat suicide à Damas : les Frères musulmans accusent le régime
Chronique de Jean-Baptiste Placca: Elections bâclées et confiscation du pouvoir
7874 dossiers ont été régularisés dans la Fonction publique, selon Yolande Nyonda
Le Gabon est l’un des pays les plus chers de la CEMAC
Gabon : Jean Baptiste Bikalou à la tête de la Chambre de Commerce
Gabon : Bientôt des transports moins chers pour les démunis
Commentaires
Gabon: La nation rend un ultime hommage à feu Jean baptiste Mintsa Mi Mba
Gabon: Derniers hommages pour Jean-Baptiste Mintsa-Mi-Mba, 2ème Vice-président du Sénat
Forums

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (6 votes, moyenne 4,33 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 19 Mar 2009
Catégorie(s): Lamentations
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

18 Réponses à A Mes chers frères et soeurs gabonaises, par JEAN BAPTISTE NYONDA

  1. SySy

    31 Mar 2009 a 16:32

    DIDIER MBOLO,

    Je ne suis pas de chez vous et je respecte vos problèmes (problèmes du peuple gabonais). Je pense juste une chose (opinion): Vouloir les changements c’est légitime à tout peuple mais la haine entraine une violence qu’on a du mal à freiner et contrôler. Que les guerres qui ont eu lieu au Congo-Brazza, en cote d’ivoire ou autre pays servent à vous éviter de faire les mêmes erreurs. Vous avez un beau pays; changez votre pays dans l’union, l’amour, le calme sans haine ni bain de sang si vous le pouvez.

    La haine entraine inévitablement la violence et parfois des guerres; les guerres appauvrissent les peuples, entrainent la mort des êtres chers, il faut vivre ça pour comprendre l’atrocité que ça représente…franchement c’est très douloureux…

    Vous qui n’avez pas connu ça, remerciez le bon Dieu et évitez la haine qui entraine la violence; au risque de ne pas voir naitre le nouveau Gabon que vous prônez et désirez.
    Je ne joue pas les donneurs de leçons. Au vu de ce qui s’est passé dans mon pays (Congo-Brazzaville)…franchement je ne vous souhaite pas ça. Parce que c’est vraiment horrible. Il est préférable de lutter dans le calme, en restant unis, sans haine. Parce que s’il ya une guerre chez vous(Gabon), croyez moi,même vous qui voulez un changement avec ou sans violence vous allez pleurer car vos parents aussi risquent d’en patir; dans une guerre personne n’est gagnant. Bongo partira peut être mais Vous aurez peut être perdus des parents très chers…et vous serez triste. Vous ne savourerez même pas la victoire du départ de BONGO parce que vous serez trop attristé par la mort de vos parents (mère, père, tante, neveux, cousins, sœurs,…). Dans les guerres, la mort ne choisit pas ; tout le monde perd des parents…croyez moi, c’est vraiment douloureux

    Bien de choses @ vous.

  2. Didier Mbolo

    31 Mar 2009 a 15:51

    Je tiens tout d’abord à saluer vôtre geste M Nyonda. Il est bon de tenir en éveille les “troupes” en tout temps et en tout lieux quoi qu’il advienne. Il est vrai que la mort d’un homme ne devrai en aucun cas engendrer la joie dan le coeur d’un autre. Cela dit, nous sommes ici dans un contexte de guerre où la pitié la compassion et la tolérance n’ont pas lieu d’être. La haine qui demeure actuellement dan les coeur des gabonais, dont j’en fais parti, est la résultante de plusieurs décennies de misères de brimades d’oppression et de dictatures. Comment peut on reprocher à nos coeurs d’être remplie de haine? Une haine provoquée par le régime de Bongo. Comment un tel état d’esprit peut-il être surprenant dans le contexte actuelle du Gabon? Un pays géré par des “Hommes” qui, à ma grande surprise, sont capables de “verser des larmes”! Des Hommes qui sont indifférents face aux multiples problèmes de développement et de survies auxquelles sont confrontées les populations gabonaises! Des Hommes qui ont accepté de pervertir leurs savoirs et leurs matières grises en les mettant au service du mal ! Au lieu d’œuvrer pour sa croissance en Afrique et dans le monde. Non M. Youzza et M. Moubamba je regrette que vous soyez de nationalité gabonaise, et j’en doute même. On ne peut se dire gabonais et détester ce pays de la sorte, comme vous et l’ensemble des Hommes de ce système le font. Que vous a-t-il fait? Vos propos, et votre affirmation d’appartenance au système avec autant de zèle me donne la nausée. C’est une honte et un choc !

    Par ailleurs Mike je salut vôtre point de vu et votre façon élégante de voir les choses. J’aurai bien voulu être aussi modéré que vous mais hélas peut être ne connaissons nous pas les même réalités. Je suis pour la lutte avec ou sans haine pour le combat avec ou sans armes pour le changement avec ou sans bain de sang. Bonne continuation, amis de la résistance. La lueur de l’aurore est perceptible.

  3. youzza

    27 Mar 2009 a 08:56

    mon cher mike sais tu pourquoi on appel jb NYONDA (kack) c significatif il bois et mange avec nous c un grand frere de longue date et pour ta gouverne je tiens a te dire que de pres ou de loin tu as voté aussi pour la continuité et j’en suis certain donc de grace viens vivre dans ton pays pour comprendre les realités c pas la peine d’etre loin et de critiquer le systeme viens te battre pour le changer ou essai de le changer si tu vis au gabon montre ton engagement pour un changement de mentalité. je trouve que vous les jeunes gabonais vous parler trop pour ne rien dire donne moi une seul chose que tu as fais pour le gabon ou pour les jeunes gabonais apres on vera ….. je te trouve un peu trop limité dans tes propos par ton manque d’information sur le gabon enfin ne laisse si=urtout pas ta betiseet ton ignorance prendre le dessus. REAGI vite et affirme toi en posant des acts pas en critiquant.

  4. legnagna

    25 Mar 2009 a 15:11

    Le plan que nous concocte Omar BONGO pour introniser son fils , en “cadeautant ” certains députés , en vue d’une modification de la constitution, comme l’annonce La Lettre du Continent, est déjà mis en place.

    Ce qui laisse supposer que Mr Bongo n’a toujours pas oublié son rêve d’installer à la tête du pays son fils. Chers vaillants compatriotes députés, allez vous vous compromettre dans cette supercherie?

    Ne tombez pas aussi bas pour accepter un tour de passe passe qui ferait passer le pays pour un royaume déguisé. Ne vous laissez pas faire en acceptant des sommes et des cadeaux pour que Ali Bongo accède au pouvoir. S’il le veut il pourra se présenter comme citoyen à l’élection présidentielle, mais pas par le seul fait de Mr BONGO. Peuple Gabonais soyons vigilants.
    A bon entendeur Salut

    Jean Legnagna

  5. mike

    25 Mar 2009 a 08:55

    à youzza, donc tu es en train de me dire que comme de toutes les façons nous sommes de près ou de loin impliqués dans les divers détournements on doit pouvoir valider ça pour le bien vivre ensemble dans ce pays, très bien je comprends que je peux pas discuter développement avec toi parce que tu m’a pas l’air de quelqu’un qui veux changer de mentalité pour le bien de ce pays, libre à toi de choisir ton bord, d’un autre coté tu me dis que je me mêle des choses de votre famille qui sont exposé à la vindicte populaire d’internet? super là encore je comprends combien de fois tu as tout pigé…. salut.

  6. youzza

    24 Mar 2009 a 09:03

    kack c’est comme ça que tu nous remercie apres tout ce qu’on a fait pour toi a mirabeau c’est du malheure de notre famille et de notre grand pere que tu parle de cette façon alors que tu as manger avec nous l’argent qu’il nous envoyais tu dormais dans ses maisons.tun etait a cette epoque une enfant du regime et maintenant tu n’es plus un enfant du regime, meme nos ainés ton donner à boire à manger et voila comment tu les remercies à croire que c’est la charité qui se moque de l’eglise mais kack c’est pas grave on se croisera un jour.

    toi mike qui te permet de te meler des affaires de famille d’autruit tu pense que monsieur MOUBAMBA qui s’adresse a son fils est fou la politique est une forme de soif de pouvoir l’humiliation est une forme de provoque meme si le gabon sombre dans la dictature et la mauvaise gerance qui de nos parent respective n’a pas puiser dans les caisses de l’etat je suis sur que toi mike ton parent proche ou eloigner a derobé un budget quelque part donc arretons de faire semblant vivons ensemble et retenons que tout les gabonais on une parenté a tous les niveaux

  7. mike

    24 Mar 2009 a 03:25

    à Christian MOUBAMBA BAGWANGUI,
    Grand je ne crois pas qu’on attende de ta sagesse de chef de famille que toi aussi tu te lance dans l’insulte de ton propre neveu,certes dans ce qu’il a dit tout n’est pas parfait mais reconnait quand même la pertinence de certaines de ses analyses, si on doit reconnaitre que notre pays est à reconstruire je ne crois pas que c’est en s’attaquant aux personnes qu’il faut le faire mais en prônant certains idéaux, et en évitant de parler à chaque fois au nom du peuple gabonais qui pour certains ont effectivement pleuré la première dame, mais reconnaissons aussi d’autres étaient préoccupés dans lutte pour leur survie quotidienne ainsi va la vie;
    je n’ai pas eu une éducation qui me permet d’insulter un ainé et je ne le ferait pas ici, je vous dis juste qu’il faut accepter le débat démocratique qui est souvent et au plus haut point contradictoire, tu déclare mon grand que tu es à la soupe avec le président et que le peuple gabonais vous soutient dans cette dure épreuve, ne penses tu pas qu’il faille se remettre en cause en faisant le bilan des 41 ans ans de pouvoir ce que ce pays et ce peuple devait être si les choses se passaient normalement? j’ose espérer mon grand que vous avez été voir ailleurs et que vous avez des pincements au coeur en voyant le spectacle désolant que nous offre notre cher pays maintenant, pourquoi ne voulez-vous pas que les gens se lâchent un peu pour ce qui leur reste de liberté pour dénoncer ses dérives? pourquoi vous en prendre à votre fils au lieu de le conseiller sur le bien fondé d’une nation libre et égalitaire ou tous les gabonais doivent avoir leur chances? pourtant au vu de tes écrits il me semble entrevoir ta grandeur intellectuelle que tu as malheureusement mis au service de ceux qui pillent ce pays puisque tu te déclare au pouvoir, on a pas besoin de preuves scientifiques pour voir que l’opulence visible dans laquelle les nababs de ce pays baignent est le fruit de comportement déviants comme l’a dit le premier ministre un jour, donc arrêtez de venir défendre l’indéfendable ici, j’ose espérer que personne ne veut du mal de ce pays et que toutes les bonnes contributions sont les bienvenue à commencer par cette tribune que le BDP nous ouvre pour nous exprimer ce qui n’est plus choses facile au Gabon actuellement. avec tous mes respects mon grand.

  8. Christian MOUBAMBA BAGWANGUI

    23 Mar 2009 a 09:42

    Mon cher Jean Baptiste,

    Je viens seulement de prendre connaissance de ton article « A mes frères et sœurs gabonaises » que tu as publié sur le site de ton fameux mouvement « BONGO DOIT PARTIR ».
    Je reconnais qu’en matière de politique, chaque citoyen a le droit de choisir son camp. Tu as choisis ton camp, c’est tout à fait normal, je respecte ton choix.
    Mais je ne peux rester silencieux devant l’ignominie de ton innommable adresse à tes frères et sœurs gabonaises.
    Je suis peiné de constater, mon cher Jean Baptiste, qu’un enfant NYONDA, « vraiment éduqué » par Vincent de Paul NYONDA, puisse être une fontaine de haine, d’insultes, et de calomnies envers tout homme, à plus forte raison, envers Omar BONGO ONDIMBA, un homme et un ami que son père avait en très haute estime.
    Je m’étonne que cet enfant ne puisse pas être sensible à la douleur que tout homme éprouve lors de la perte d’une personne très chère, à l’occurrence lors de la mort d’une épouse. Quel genre d’homme es-tu donc devenu, mon cher fils ? Jean Baptiste, j’ai connu NYONDA, mon oncle, mieux que vous tous, ses enfants, je peux en parler. Dans son combat politique NYONDA a toujours respecté ses adversaires : AUBAME et NYONDA étaient des adversaires aux propos farouches, mais une fois sortis de l’arène politique, ils redevenaient des gabonais qui se respectaient et qui s’estimaient mutuellement.
    En insultant le Président de la République, en tenant à son encontre des propos malveillants et insensés et en te réjouissant de son malheur, tu n’as rien retenu de l’éducation de ton père et, je te le dis franchement, tu traînes son nom dans le déshonneur et la honte. Ton comportement est atrocement choquant pour moi qui suis, de par la volonté de ton père, le chef de sa famille.
    L’éducation que NYONDA t’a donnée semble être aux antipodes de ce qu’il enseignait en longueur des journées : respect, honneur et dignité. Tout homme a droit au respect et de son honneur et de sa dignité.

    Si tu crois que le nom que tu portes est au Gabon, ce que les diamants sont aux femmes, cela démontre que le câble que tu as souvent pété n’a toujours pas trouvé remède, et c’est dommage pour ta famille.
    Tu me diras sûrement que je suis un homme du régime, je te répondrai oui assurément et là encore c’est mon choix et le respect de la tradition de la Maison NYONDA dont il m’a confié la garde, la veille de sa mort.
    Il paraît que les autorités de la France t’ont accordé le droit de vivre dans ce pays au motif que tu serais un exilé politique. Bon Dieu qui te connaît au Gabon en tant homme politique, qui te connait au Gabon en tant simple ouvrier du développement, je veux dire qui te connaît au Gabon par tes œuvres ?
    Tu es un imposteur Jean Baptiste, tu n’as jamais été pourchassé par le régime d’Omar BONGO ONDIMBA, d’autant plus que ce dernier était l’ami de ton Père et c’est bien à ses bons soins que ton père vous a tous confiés en mourant.
    Tu dis en outre n’importe quoi sur l’histoire de ton père que tu ne connais pas du tout quand tu parles de sa résidence surveillée à Mandji : je suis à ta disposition pour t’éclairer davantage.
    En te proclamant exilé politique, tu es devenu un imposteur, un menteur.
    Les frères et les sœurs gabonaises auxquels tu t’adresses dans ta folle et débordante imagination ne te connaissent même pas et même s’ils te connaissaient, cela n’aurait rien changé. Entre nous quel gabonais peut t’écouter au Gabon ; le Gabonais n’est plus dupe, tu sais ?
    Les Gabonais ont rendu un grand hommage à la Première Dame du Gabon, dans le recueillement, l’honneur et la dignité, peut-être mieux encore que ne l’ont fait ses frères et soeurs de son pays d’origine.
    L’hommage rendu par le peuple a été à la dimension de la grandeur et de la noblesse de son âme ainsi que de la largeur de son esprit : en tant que citoyen et contrairement à toi, j’en suis très content pour le pays, pour l’époux et pour le Président de la République.
    Encore une fois, c’est peut-être ton droit de critiquer le régime actuel, mais il n’est pas normal de te réjouir de la douleur du Chef de l’Etat qui nous avait montré sa grande peine et manifesté sa solidarité en venant s’incliner personnellement devant la dépouille mortelle de ton Père, alors que toi qui te glorifies de porter son nom – et c’est ton seul mérite connu – tu brillais par ton absence.
    Voilà maintenant que tu brilles par ton inconscience et par ta haine ! Voilà maintenant que tu ne respectes même pas le nom que tu portes.
    Que Dieu te vienne en aide !

    Christian MOUBAMBA BAGWANGUI

  9. Christian MOUBAMBA BAGWANGUI

    23 Mar 2009 a 09:37

    A mon frère, pour ne pas dire mon fils, Jean Baptiste NYONDA
    BDP

    Mon cher Jean Baptiste,

    Je viens seulement de prendre connaissance de ton article « A mes frères et sœurs gabonaises » que tu as publié sur le site de ton fameux mouvement « BONGO DOIT PARTIR ».
    Je reconnais qu’en matière de politique, chaque citoyen a le droit de choisir son camp. Tu as choisis ton camp, c’est tout à fait normal, je respecte ton choix.
    Mais je ne peux rester silencieux devant l’ignominie de ton innommable adresse à tes frères et sœurs gabonaises.
    Je suis peiné de constater, mon cher Jean Baptiste, qu’un enfant NYONDA, « vraiment éduqué » par Vincent de Paul NYONDA, puisse être une fontaine de haine, d’insultes, et de calomnies envers tout homme, à plus forte raison, envers Omar BONGO ONDIMBA, un homme et un ami que son père avait en très haute estime.
    Je m’étonne que cet enfant ne puisse pas être sensible à la douleur que tout homme éprouve lors de la perte d’une personne très chère, à l’occurrence lors de la mort d’une épouse. Quel genre d’homme es-tu donc devenu, mon cher fils ? Jean Baptiste, j’ai connu NYONDA, mon oncle, mieux que vous tous, ses enfants, je peux en parler. Dans son combat politique NYONDA a toujours respecté ses adversaires : AUBAME et NYONDA étaient des adversaires aux propos farouches, mais une fois sortis de l’arène politique, ils redevenaient des gabonais qui se respectaient et qui s’estimaient mutuellement.
    En insultant le Président de la République, en tenant à son encontre des propos malveillants et insensés et en te réjouissant de son malheur, tu n’as rien retenu de l’éducation de ton père et, je te le dis franchement, tu traînes son nom dans le déshonneur et la honte. Ton comportement est atrocement choquant pour moi qui suis, de par la volonté de ton père, le chef de sa famille.
    L’éducation que NYONDA t’a donnée semble être aux antipodes de ce qu’il enseignait en longueur des journées : respect, honneur et dignité. Tout homme a droit au respect et de son honneur et de sa dignité.

    Si tu crois que le nom que tu portes est au Gabon, ce que les diamants sont aux femmes, cela démontre que le câble que tu as souvent pété n’a toujours pas trouvé remède, et c’est dommage pour ta famille.
    Tu me diras sûrement que je suis un homme du régime, je te répondrai oui assurément et là encore c’est mon choix et le respect de la tradition de la Maison NYONDA dont il m’a confié la garde, la veille de sa mort.
    Il paraît que les autorités de la France t’ont accordé le droit de vivre dans ce pays au motif que tu serais un exilé politique. Bon Dieu qui te connaît au Gabon en tant homme politique, qui te connait au Gabon en tant simple ouvrier du développement, je veux dire qui te connaît au Gabon par tes œuvres ?
    Tu es un imposteur Jean Baptiste, tu n’as jamais été pourchassé par le régime d’Omar BONGO ONDIMBA, d’autant plus que ce dernier était l’ami de ton Père et c’est bien à ses bons soins que ton père vous a tous confiés en mourant.
    Tu dis en outre n’importe quoi sur l’histoire de ton père que tu ne connais pas du tout quand tu parles de sa résidence surveillée à Mandji : je suis à ta disposition pour t’éclairer davantage.
    En te proclamant exilé politique, tu es devenu un imposteur, un menteur.
    Les frères et les sœurs gabonaises auxquels tu t’adresses dans ta folle et débordante imagination ne te connaissent même pas et même s’ils te connaissaient, cela n’aurait rien changé. Entre nous quel gabonais peut t’écouter au Gabon ; le Gabonais n’est plus dupe, tu sais ?
    Les Gabonais ont rendu un grand hommage à la Première Dame du Gabon, dans le recueillement, l’honneur et la dignité, peut-être mieux encore que ne l’ont fait ses frères et soeurs de son pays d’origine.
    L’hommage rendu par le peuple a été à la dimension de la grandeur et de la noblesse de son âme ainsi que de la largeur de son esprit : en tant que citoyen et contrairement à toi, j’en suis très content pour le pays, pour l’époux et pour le Président de la République.
    Encore une fois, c’est peut-être ton droit de critiquer le régime actuel, mais il n’est pas normal de te réjouir de la douleur du Chef de l’Etat qui nous avait montré sa grande peine et manifesté sa solidarité en venant s’incliner personnellement devant la dépouille mortelle de ton Père, alors que toi qui te glorifies de porter son nom – et c’est ton seul mérite connu – tu brillais par ton absence.
    Voilà maintenant que tu brilles par ton inconscience et par ta haine ! Voilà maintenant que tu ne respectes même pas le nom que tu portes.
    Que Dieu te vienne en aide !

    Christian MOUBAMBA BAGWANGUI

  10. ane-gabon

    22 Mar 2009 a 18:45

    Message inapadté, mal conçu et … MAUVAIS
    Que vous vous attaquiez à l’homme politique Bongo, à son épouse, feue Édith Lucie Bongo, ne me pose pas problème. Le problème est qu’ici nous avons l’Homme Bongo qui vit un moment douloureux en la perte de son épouse.
    Que nous soyons du Nord ou du Sud … le RESPECT est d’Or. Alors M. Nyonda, revenez à vos valeurs (dont vous parlez dans votre texte) et faites un peu moins de calomnies, de médisances, d’envies, d’hypocrisie etc.
    Comme le site lui-même, les messages innapropriés y sont véhiculés sans censure ni rigueur intellectuelle.

    PFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFF … tous des aveugles …..

  11. christian MOUBABAMBA BAGWANGUI

    22 Mar 2009 a 17:44

    Christian MOUBAMBA BAGWANGUI
    E-Mail christianmoubamba@yahoo.fr

    A mon frère, pour ne pas dire mon fils, Jean Baptiste NYONDA 
    BDP

    Mon cher Jean Baptiste,

    Je viens seulement de prendre connaissance de ton article « A mes frères et sœurs gabonaises » que tu as publié sur le site de ton fameux mouvement « BONGO DOIT PARTIR ».
    Je reconnais qu’en matière de politique, chaque citoyen a le droit de choisir son camp. Tu as choisis ton camp, c’est tout à fait normal, je respecte ton choix.
    Mais je ne peux rester silencieux devant l’ignominie de ton innommable adresse à tes frères et sœurs gabonaises.
    Je suis peiné de constater, mon cher Jean Baptiste, qu’un enfant NYONDA, «  vraiment éduqué » par Vincent de Paul NYONDA, puisse être une fontaine de haine, d’insultes, et de calomnies envers tout homme, à plus forte raison, envers Omar BONGO ONDIMBA, un homme et un ami que son père avait en très haute estime.
    Je m’étonne que  cet enfant ne puisse pas être sensible à la douleur que tout homme éprouve lors de la perte d’une personne très chère, à l’occurrence lors de la mort d’une épouse. Quel genre d’homme es-tu donc devenu, mon cher fils ? Jean Baptiste, j’ai connu NYONDA, mon oncle, mieux que vous tous, ses enfants, je peux en parler. Dans son combat politique NYONDA a toujours respecté ses adversaires : AUBAME et NYONDA étaient des adversaires aux propos farouches, mais une fois sortis de l’arène politique, ils redevenaient des gabonais qui se respectaient et qui s’estimaient mutuellement.
    En insultant le Président de la République, en tenant à son encontre des propos malveillants et insensés et en te réjouissant de son malheur, tu n’as rien retenu de l’éducation de ton père et, je te le dis franchement, tu traînes son nom dans le déshonneur et la honte. Ton comportement est atrocement choquant pour moi qui suis, de par la volonté de ton père, le chef de sa famille.
    L’éducation que NYONDA t’a donnée semble être aux antipodes de ce qu’il enseignait en longueur des journées : respect, honneur et dignité. Tout homme a droit au respect et de son honneur et de sa dignité.

    Si tu crois que le nom que tu portes est au Gabon, ce que les diamants sont aux femmes, cela démontre que le câble que tu as souvent pété n’a toujours pas trouvé remède, et c’est dommage pour ta famille.
    Tu me diras sûrement que je suis un homme du régime, je te répondrai oui assurément et là encore c’est mon choix et le respect de la tradition de la Maison NYONDA dont il m’a confié la garde, la veille de sa mort.
    Il paraît que les autorités de la France t’ont accordé le droit de vivre dans ce pays au motif que tu serais un exilé politique. Bon Dieu qui te connaît au Gabon en tant homme politique, qui te connait au Gabon en tant simple ouvrier du développement, je veux dire qui te connaît au Gabon par tes œuvres ?
    Tu es un imposteur Jean Baptiste, tu n’as jamais été pourchassé par le régime d’Omar BONGO ONDIMBA, d’autant plus que ce dernier était l’ami de ton Père et c’est bien à ses bons soins que ton père vous a tous confiés en mourant.
    Tu dis en outre n’importe quoi sur l’histoire de ton père que tu ne connais pas du tout quand tu parles de sa résidence surveillée à Mandji : je suis à ta disposition pour t’éclairer davantage.
    En te proclamant exilé politique, tu es devenu un imposteur, un menteur.
    Les frères et les sœurs gabonaises auxquels tu t’adresses dans ta folle et débordante imagination ne te connaissent même pas et même s’ils te connaissaient, cela n’aurait rien changé. Entre nous quel gabonais peut t’écouter au Gabon ; le Gabonais n’est plus dupe, tu sais ?
    Les Gabonais ont rendu un grand hommage à la Première Dame du Gabon, dans le recueillement, l’honneur et la dignité, peut-être mieux encore que ne l’ont fait ses frères et soeurs de son pays d’origine.
    L’hommage rendu par le peuple a été à la dimension de la grandeur et de la noblesse de son âme ainsi que de la largeur de son esprit : en tant que citoyen et contrairement à toi, j’en suis très content pour le pays, pour l’époux et pour le Président de la République.
    Encore une fois, c’est peut-être ton droit de critiquer le régime actuel, mais il n’est pas normal de te réjouir de la douleur du Chef de l’Etat qui nous avait montré sa grande peine et manifesté sa solidarité en venant s’incliner personnellement devant la dépouille mortelle de ton Père, alors que toi qui te glorifies de porter son nom – et c’est ton seul mérite connu – tu brillais par ton absence.
    Voilà maintenant que tu brilles par ton inconscience et par ta haine ! Voilà maintenant que tu ne respectes même pas le nom que tu portes.
    Que Dieu te vienne en aide !

    Christian MOUBAMBA BAGWANGUI.

  12. Moutou dibal

    22 Mar 2009 a 16:09

    Bjr grand c bien de critiquer les autres mais toi le kongossa dit ke tu na meme pas enterré ton pere mais tu oses parler. Enfin arrete un peu tes betises soit un homme et affirme toi pense un peu a tes nieces et neveux , tu pense qu un tel discours va t apporter quoi ? Ou tu espere un poste dans un ministere au gabon? Grand oui toi JB.NYONDAje te trouve petit desolant et franchement pour un gabonais tu me fais honte

  13. changement

    20 Mar 2009 a 18:25

    a mitsunba et le gabonais……c’est vrai que nos ailleuls qui sont mort pour defendre notre cause bongo les a assasines pacifiquement……….

  14. le gabonnais

    20 Mar 2009 a 11:47

    super, joachim j’épouse parfaitement,ton raisonnement,on a pas besoin de haine pour construire le Gabon,a nous de dicerner ce qui est juste,à savoir que le bien est bien, et que le mal n’est pas bien.courage a toi,et que madame Edith, repose en paix dans la grâce de Dieu tout puissant.
    Merci mon frère,il y a de l’espoir …

  15. le gabonnais

    20 Mar 2009 a 11:06

    C’etait la première dame du gabon, donc un peu de respect,en tant que gabonais tu me fait honte,jean baptiste nyonda,tu n’a aucun respect de la douleur des autres fut il mauvais,tu ne mérite pas d’être gabonais,tu es un animal,un chien aigri, oiseau de mauvais augure.nous sommes en deuil,ta haine tu la garde pour toi, tu n’es pas le seule gabonais a souffrir,enfoiré…. tu ne merite pas mieux que bongo que tu insulte, (…censure), moi je pleure notre première dame qui nous a montré son affection,vis ta (…censure) de vie au lieu nous enmerder avec ta haine, on a pas besoin de ça au gabon.

    un gabonais qui aime son pays au gabon

  16. joachim

    20 Mar 2009 a 06:04

    Je pense que quelques soi nos appartenances politique il est important que nous sachions dicerner la politique et les motivations personnel.
    Moi meme etant encore lyceen avant de quitter le gabon pour mes etudes j’ai ete renvoye pendant une semaine de mon etablissement pour m’etre absente a un meeting organiser par Mme Edith Lucie Bongo.Mes raisons etaient sans doute fondees ou infondees mais soit j’avais mes raisons.
    Cette parenthese etait juste pour demontrer que je n’attachais pas une attention particuliere a l’individu.
    Mais c’est avec un immense regret que je lis l’article de Jean Baptiste Nyonda,de tel commentaires sont du genre a insiter a la haine,la violence,et incident entre Etats.Certes le president Bongo est peut etre responsable de tout ces crimes mais tout le monde est innocent jusqu’a ce que,culpabilite soit prouve.Nelson Mandela n’a t’il pas passer 27 ans de sa vie derriere les barreaux?Pourtant une fois libre et elu president a t’il fait la chasse a tous les blancs?
    je n’ai jamais ete un priviligie du system Bongo mais je pense qu’il est sage en politique de pense avec nos tetes qu’avec nos coeurs.Les exemples du kenya,du congo RDC,ou des freres se sont tues doivent nous servir d’exemple et enseigner a nos petits freres qu’en politique le language doit toujours raisonnable parceque les reactions peuvent etre dramatique.Et aussi je trouve que Nyonda fait du tapage lorsqu’il fait allusion a Obama.En fait je pense qu’il n’a pas bien compris la philosophie de MR Obama qui prone la comprehension et l’egalite entre les races.
    Que Mme Edith Lucie Bongo repose en paix et que le tres haut jete un regard de compassion sur ces enfants qui sont encore des adolescents.

  17. mitsumba

    20 Mar 2009 a 03:55

    Belle intervention et les mots sont justes. Oui la lutte continue

  18. ndombi

    19 Mar 2009 a 16:50

    TRèS BEAU MESSAGE DE NYONDA? VRAIMENT BRAVO. la lutte contre cette dictature continue, soyons ensemble, ensemble on sera plus fort.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*