Socialisez

FacebookTwitterRSS

MADAGASCAR : La tentation du coup de force se propage dans toute l’île

Auteur/Source: · Date: 20 Mar 2009
Catégorie(s): Afrique

Dans les grandes villes régionales, les opposants à l’ancien président Ravalomanana s’entre-déchirent. Les luttes locales pour le pouvoir se multiplient, mettant en péril l’autorité de la transition et l’unité du pays.

Non, la démission de Marc Ravalomanana ne signifie pas que la crise est terminée. La nation malgache fait aujourd’hui face à un danger bien plus grave : la sécession. Partout dans le pays, l’administration est prise de force par des individus qui se réclament du mouvement TGV [du président de la haute autorité de la transition, Andry Rajoelina].

A Toamasina [poumon économique et grand port de l’est du pays], un certain Herman Tsivahiny s’est autoproclamé hier [le 19 mars] chef de région. D’après le parti Toamasina Tonga Saina (TTS) de [l’ex-maire de Toamasina et neveu de l’ancien président Didier Ratsiraka (1975-1993 puis 1997-2002)] Roland Ratsiraka qui condamne une telle initiative, M. Tsivahiny est appuyé par une personnalité locale qui a fait partie des prisonniers politiques sous le régime Ravalomanana. Il déclare à tue-tête que ce n’est pas à Ravalomanana qu’il en veut mais plutôt à la structure que l’ancien président a mise en place. “Désormais, nous n’avons plus à recevoir de directives d’Antananarivo”, a-t-il déclaré.

A Antsirabe [grande ville à 160 km au sud d’Antananarivo], la situation est presque identique. En se faisant transmettre les pouvoirs locaux par le chef de région et le maire, les opposants – par ailleurs divisés – rectifient le tir et constituent une cellule qui gère avec les autorités légales. A Fianarantsoa [capitale de la province éponyme], le mouvement s’est vu confier les clés de la région sans que l’on sache qui dirige. La même confusion règne à Tolagnaro [ex Fort-Dauphin, capitale de province] et à Toliara [ex Tuléar, capitale de province] où les représentants de l’administration ont rejoint l’opposition locale.

Partout dans le pays, la tendance à la prise du pouvoir local par des individus, parfois au passé douteux, risque de se généraliser. Est-ce la faute de l’entourage d’Andry Rajoelina dont certains aimeraient faire perdurer l’esprit 13-Mai [du nom de la place d’Antananarivo, lieu de rassemblement du mouvement de contestation] alors que c’est tout le pays qui est concerné ? Est-ce une nouvelle manœuvre de Marc Ravalomanana qui, rappelons-le, avait déclaré urbi et orbi qu’il ne démissionnerait jamais, deux jours seulement avant de transférer ses pouvoirs aux généraux [le 17 mars] ?

On comprend la réaction légitime des provinces qui, depuis l’indépendance [en 1960], ont subi les ordres du pouvoir central. Des tentatives pour la mise en place d’une véritable décentralisation à Madagascar ont été lancées. Conscients de la puissance des pouvoirs qu’ils détiennent, les dirigeants successifs n’ont cependant pas voulu lâcher du lest, et la décentralisation est devenue un serpent de mer. Aussi n’est-il pas étonnant qu’à chaque crise le fédéralisme – voire l'”ethnisme” – ressurgisse. A la différence des autres épreuves que le pays a traversées, il y a aujourd’hui un risque réel de verser dans l’anarchie. Il ne faut pas non plus oublier que diverses rivalités (politiques et ethniques) semblent s’installer au niveau même de la transition.

Source Originelle: La Gazette de la Grande Île 


SUR LE MÊME SUJET
Le Sénégal s’embrase après le “coup de force” de Wade
Les violences à Dakar ont fait un mort après la validation de la candidature d'Abdoulaye Wade, qui brigue un troisième mandat présidentiel, bien que la Constitution limite le nombre de mandats possibles à deux. Youssou N'Dour, dont la candidature a été écartée, parle d'un "coup de force". Les premiers heurts ont éclaté dès vendredi soir à Dakar, puis dans plusieurs villes sénégalaises, avec l'annonce de la validation par le Conseil constitutionnel de la candidature d'Abdoulaye Wade à l'élection présidentielle. Une annonce d'autant plus mal perçue par les opposants au président que, parallèlement, la candidature du très populaire Youssou N'Dour était, elle, ...
Lire l'article
Deux personnes ont été tuées et six autres blessées vendredi à Madagascar dans des violences en marge d'une manifestation de partisans de l'ancien président Marc Ravalomanana, selon des sources hospitalières. Les forces de l'ordre ont tenté de disperser les manifestants, et des heurts les ont alors opposé aux manifestants pro-Ravalomanana dans les rues de la capitale Antananarivo. Une des victimes, une femme, a été tuée d'une balle perdue dans la tête, selon ces sources hospitalières. Les rues d'Antananarivo ont été le théâtre de violences pour la deuxième journée consécutive vendredi. Jeudi, 36 personnes avaient déjà été blessées. Le nouveau président malgache, Andry Rajoelina, ...
Lire l'article
La délégation de l'ex-président malgache Marc Ravalomanana a quitté vendredi les discussions de sortie de crise se déroulant à Madagascar sous l'égide de l'ONU et de l'UA entre le nouveau régime et les composantes majeures de l'opposition, selon des sources concordantes. "Nous avons quitté les négociations car c'était un dialogue de sourds", a déclaré à l'AFP Raharinaivo Andrianantoandro, porte-parole du TIM, parti de M. Ravalomanana. "Nous avons comme condition le retour de Marc Ravalomanana (actuellement à l'extérieur du pays), cette requête n'est pas satisfaite", a-t-il dit. Ces discussions se sont cependant poursuivies samedi entre les délégations du président de transition malgache Andry Rajoelina ...
Lire l'article
Et revoilà Ravalomana!Et revoilà Ravalomana!© La rédaction web de Jeune Afrique Les partisans de Marc Ravalomanana accentuent la pression pour obtenir le départ du président de transition Andry Rajoelina. Outre les manifestations quotidiennes, une pétition demandant le retour du chef de l’Etat déchu a été lancée. A chaque jour sa manifestation. De lundi à jeudi, des milliers de partisans de Marc Ravalomanana ont battu le pavé dans la capitale malgache Antananarivo. Certains n’avaient qu’un slogan à la bouche : « Andry miala » (Andry, démissionne). Mercredi, une surprise les attendait les militants. Marc Ravalomanana s’est exprimé pour la première fois depuis qu’il ...
Lire l'article
Le président déchu malgache Marc Ravalomanana, dont on avait perdu la trace depuis la prise du pouvoir la semaine dernière par l'opposant Andry Rajoelina, se trouve au Swaziland où se tiendra la semaine prochaine un sommet de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), a annoncé mardi un responsable swazi. Le président déchu malgache Marc Ravalomanana, dont on avait perdu la trace depuis la prise du pouvoir la semaine dernière par l'opposant Andry Rajoelina, se trouve au Swaziland où se tiendra la semaine prochaine un sommet de la Communauté de développement de l'Afrique australe. (Reuters/Jasleen Sethi) Le président déchu malgache Marc ...
Lire l'article
Le nouveau régime au pouvoir à Antananarivo s'est défendu vendredi d'avoir commis un "coup d'Etat", face à la multiplication des condamnations internationales, l'Union africaine (UA) ayant pour sa part décidé de suspendre Madagascar. L'Union européenne (UE), les Etats Unis et la France, ancienne puissance coloniale, ont également dénoncé un "coup d'Etat", et appelé à l'organisation rapide d'élections. Washington a également annoncé vendredi la suspension de son aide non humanitaire à Madagascar. Fortement menacé d'isolement et de rupture de l'aide au développement essentielle à ce pays parmi les plus pauvres du monde, le nouveau pouvoir dirigé par Andry Rajoelina cherchait vendredi à dédramatiser ...
Lire l'article
La communauté internationale, après plusieurs jours d'hésitations, a dénoncé vendredi un "coup d'Etat" à Madagascar, pays dirigé depuis mardi par Andry Rajoelina et qui a été suspendu de l'Union africaine. Après l'Union européenne, qui avait d'emblée parlé de "coup d'Etat", les Etats-Unis se sont, comme la France, ralliés vendredi à cette terminologie, après avoir d'abord évoqué un processus "non démocratique". Pour Washington désormais, l'éviction mardi du président Marc Ravalomanana, après trois mois de crise politique et une centaine de morts, "équivaut à un coup d'Etat et les Etats-Unis ne vont pas maintenir leur partenariat actuel d'aide à Madagascar", a déclaré un porte-parole ...
Lire l'article
Et si le Madagascar devenait un modèle de libération pour toute l’Afrique ?
Dans toute l’histoire de l’humanité, il n’y a jamais eu un régime qui ait pu résister indéfiniment au mécontentement d’une population. Ce qui vient de se passer à Madagascar témoigne justement de la puissance que peut concentrer la résistance d’un peuple et le mécontentement d’une population quand ces deux facteurs sont parfaitement maîtrisés. Le jeune opposant Andry Rajoelina, sorti de l’anonymat il y a à peine trois mois, a simplement usé de cette recette bien connue, en cristallisant très habilement les différentes frustrations nées des manquements de son adversaire, et le pousser ainsi vers la sortie. De quoi a donc eu ...
Lire l'article
L’opposition malgache conduite par le jeune maire d’Antananarivo, Andry Rajoelina, qui refaisait une apparition publique après onze jours en cachette, a annoncé ce samedi sa prise de pouvoir dans le pays et a déclaré que le chef de l'Etat « n'est plus à même d'exercer les attributions qui lui sont dévolues par la Constitution et (...) il est patent que les forces armées (lui) refusent l'obéissance , rapporte des sources de l’AFP dans la Grande île. Comme annoncé, précise l’AFP « l'opposant malgache Andry Rajoelina, est apparu en public, samedi 14 mars, pour la première fois depuis qu'il a fait ...
Lire l'article
Le Chef de l’Etat malgache l’a affirmé dans un communiqué dont les termes ont été relayés par Radio France Internationale (RFI) samedi après-midi. Marc Ravalomanana se trouve toujours dans la présidence, a-t-on constaté, alors que la Primature a été occupée par les ministres de la Haute Autorité de Transition depuis samedi matin, en compagnie d’une trentaine de militaires. Le climat politique est à l’incertitude et à l’attente. Andry Rajoelina, le jeune Maire contestataire a annoncé au cours d’un meeting Place du 13 Mai, « avoir destitué le Président de la République, et prié la Haute Cour Constitutionnelle de « prendre acte et ...
Lire l'article
Le Sénégal s’embrase après le “coup de force” de Wade
Deux morts dans des violences à Madagascar
Crise à Madagascar: la délégation de Ravalomanana quitte les discussions
Madagascar: Et revoilà Ravalomana!
Le président déchu de Madagascar est au Swaziland
Madagascar: le nouveau pouvoir se défend d’avoir commis un “coup d’Etat”
Madagascar: Etats-Unis et France parlent désormais de coup d’Etat
Et si le Madagascar devenait un modèle de libération pour toute l’Afrique ?
Madagascar: L’opposition malgache annonce sa prise de pouvoir et l’organisation des élections dans 24 mois
Madagascar: Le Président Marc Ravalomanana refuse de démissionner comme l’exige l’opposition


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 20 Mar 2009
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*