- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

À Madagascar, l’opposition à Rajoelina s’organise

Trois milliers d’opposants à Andry Rajoelina ont pris part dans le centre d’Antananarivo lundi à ce qu’ils présentent comme la première d’une série de manifestations pour obtenir le départ du nouveau “leader transitoire” de Madagascar, parvenu au pouvoir la semaine dernière grâce à l’armée.
Boudé par la communauté internationale, le nouvel homme fort de Madagascar, Andry Rajoelina, est confronté dès ce lundi dans la capitale à un rassemblement de ses opposants, sur la même place du 13-Mai d’où ses partisans ont poussé son prédécesseur à la démission. (Reuters/Siphiwe Sibeko)

Boudé par la communauté internationale, le nouvel homme fort de Madagascar, Andry Rajoelina, est confronté dès ce lundi dans la capitale à un rassemblement de ses opposants, sur la même place du 13-Mai d’où ses partisans ont poussé son prédécesseur à la démission. (Reuters/Siphiwe Sibeko)

L’ancien maire de la capitale avait lui-même orchestré depuis le début de l’année une série de manifestations sur la place du 13-Mai pour obtenir la chute du président Marc Ravalomanana, agitation dont le bilan s’est soldé par 135 morts.

“Je suis ici pour montrer mon refus d’accepter le gouvernement transitoire. Ravalomanana avait encore deux ans à accomplir. Pourquoi n’ont-ils pas attendu les élections et que le peuple de Madagascar s’exprime ?”, a confié dans la matinée une institutrice qui manifestait.

Les manifestants ont dû se disperser lorsqu’un blindé de l’armée a fait mouvement vers la foule et tiré en l’air pour la dissuader de rallier l’immense place du centre de la capitale.

“Nous n’avons pas encore fini”, ont alors scandé les protestataires, en promettant de revenir tous les jours de la semaine manifester contre le nouveau pouvoir, boudé par la communauté internationale, à commencer par les pays voisins de la Communauté pour le développement de l’Afrique australe (SADC).

L’Union africaine, qui n’accepte plus les régimes issus de coups d’Etat, a de son côté suspendu Madagascar de ses instances et les ambassadeurs occidentaux à Antananarivo ont boycotté ce week-end la cérémonie d’intronisation du jeune leader.

“RETOUR À L’ORDRE LEGAL”

L’Union européenne a qualifié de coup d’Etat la transmission à celui-ci des pouvoirs que Marc Ravalomanana avait abandonnés à l’armée et les Etats-Unis ainsi que la Norvège ont suspendu leur aide à la Grande Île.

“Nous ne pouvons accepter la prise de pouvoir par les armes et par la force”, a déclaré lundi aux manifestants Raharinaivo Andrianantoandro, porte-parole du parti de Ravalomanana. “Nous exigeons avant toute chose le retour à l’ordre légal et le rétablissement des institutions”, a-t-il ajouté.”

Andry Rajoelina, un ancien disc-jockey sans grande expérience politique – qui est âgé de 34 ans, soit six de moins que le minimum requis par la Constitution pour occuper les fonctions de chef de l’Etat -, a dissous les deux chambres du parlement à la fin de la semaine dernière.

Le nouveau leader “transitoire” malgache, qui devait présider dans la journée son premier conseil des ministres, a promis d’organiser dans les deux ans des élections, un délai rejeté par la communauté internationale.

On ignore toujours où se trouve Marc Ravalomanana, lui-même arrivé il y a sept ans au pouvoir à la suite de manifestations de rues contre le régime du capitaine de frégate Didier Ratsiraka, aujourd’hui en exil.


SUR LE MÊME SUJET
Le président du régime en place à Madagascar, Andry Rajoelina, tente d’imposer son schéma de sortie de crise en faisant fi des critiques de l’opposition mais aussi de la communauté internationale. Depuis l’échec fin mai à Pretoria des dernières négociations avec les "trois mouvances" des anciens présidents Marc Ravalomanana, Albert Zafy et Didier Ratsiraka, le régime avance ses pions, patiemment. Après avoir signé un accord politique le 13 août incluant plusieurs dizaines de partis politiques, il a réuni plus de 4.000 personnes la semaine dernière lors d'une Conférence nationale censée jeter les bases de la Quatrième République. Arguant de la nécessité de ...
Lire l'article [1]
Le président malgache déchu, Marc Ravalomanana et le leader Andry Rajoelina, ont conclu le 9 août dernier à Maputo, au Mozambique, un accord sur le partage du pouvoir et l’organisation des élections présidentielles à Madagascar d’ici fin 2010. Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana ont trouvé un terrain d'entente le 9 août dernier à la table des négociations de Maputo, au Mozambique, sur la mise en place d'un gouvernement de transition qui doit organiser les prochaines élections présidentielles et législatives. Le président déchu Ravalomanana et le leader de la révolution Andry Rajoelina s'étaient retrouvés autour d'une table pour trouver une ...
Lire l'article [2]
Les premières discussions directes entre délégations de l'ex-président Marc Ravalomanana et du président de transition Andry Rajoelina, se tiennent depuis jeudi à Madagascar sous l'égide de l'ONU et de l'UA, a-t-on appris de sources concordantes. Ces discussions, qui se poursuivaient vendredi à l'ambassade du Sénégal à Antananarivo, se déroulent également en présence d'émissaires des anciens présidents malgaches Didier Ratsiraka (1975-1993 et 1997-2002) et Albert Zafy (1993-1996). Didier Ratsiraka vit depuis 2002 en exil en France. Il avait été chassé par M. Ravalomanana au terme de six mois d'une crise politico-militaire (janvier à juin 2002). "On espère aboutir à une charte pour une gestion ...
Lire l'article [3]
Le président déchu malgache, Marc Ravalomanana, dont on avait perdu la trace depuis la prise du pouvoir la semaine dernière par l'opposant Andry Rajoelina, se trouve au Swaziland, où se tiendra la semaine prochaine un sommet de la Communauté de développement de l'Afrique australe, a annoncé mardi un responsable swazi. A Madagascar, un porte-parole du gouvernement a annoncé la tenue d'une assise nationale en vue de l'organisation d'une élection présidentielle, en présence notamment des partis politiques, les 2 et 3 avril. "L'assise va essayer de déterminer la date pour l'organisation et la tenue de l'élection présidentielle et l'élaboration du code électoral", ...
Lire l'article [4]
Les condamnations se succèdent depuis l’accession au pouvoir du président de transition malgache. Andry Rajoelina est de plus en plus contesté sur la scène internationale, mais aussi chez lui… La pression monte contre Andry Rajoelina. Le président de transition de Madagascar a prêté serment samedi à Antananarivo. Devant 40 000 partisans, l’ancien maire de la capitale a multiplié les paroles apaisantes. « Je jure que je ferai de mon mieux pour faire le bien du peuple. Et je jure de respecter les lois en vigueur à Madagascar », a-t-il déclaré. Et d’ajouter : « Nous proclamons la fin de la dictature, de ...
Lire l'article [5]
Le calme n'est toujours pas revenu à Madagascar. Loin d'avoir apaisé les rivalités partisanes, la prestation de serment samedi du nouveau président Andry Rajoelina n'a fait que renforcer la colère du camp adverse. Plusieurs milliers de partisans du chef d'État déchu Marc Ravalomanana se sont rassemblés, lundi, dans le centre de la capitale malgache, Antananarivo, pour dénoncer la prise de pouvoir "illégale" d'Andry Rajoelina et réclamer le retour de l'ex-président. Réunie dans les jardins d'Ambohijatovo, dans une ambiance à la fois festive et déterminée, la foule a scandé notamment "Avereno dadanai, avereno Ravalo" ("Reviens le père, reviens Ravalomanana"). "Nous estimons que ...
Lire l'article [6]
Andry Rajoelina, qui a pris les rênes du pouvoir à Madagascar, affirme dans une interview au Financial Times de lundi qu'il a le soutien de la population et refuse de céder à la pression de la communauté internationale qui réclame la tenue d'élections libres dans le pays. "Un seul homme ne peut pas construire une maison. Mais la communauté internationnale doit savoir qu'elle doit respecter la volonté populaire. C'est le peuple malgache qui décide de ce qui arrive à Madagascar," déclare Rajoelina au quotidien des milieux d'affaires. Le quotidien indique que Rajoelina a réaffirmé sa volonté d'organiser des élections présidentielles dans les ...
Lire l'article [7]
ADDIS ABEBA - L'Union africaine a suspendu Madagascar de ses instances après la prise du pouvoir par l'opposant Andry Rajoelina, considérant que celle-ci correspondait à "un changement de gouvernement non constitutionnel". "Le conseil estime que ce qui s'est produit à Madagascar entre dans la définition d'un changement de gouvernement non constitutionnel", a déclaré l'ambassadeur du Burkina Faso, Bruno Nongoma Zidouemba, président du conseil de sécurité de l'Union africaine. "Le conseil a donc décidé de suspendre la participation de Madagascar aux instances et organes de l'UA." La Communauté pour le développement de l'Afrique australe avait déjà refusé jeudi de reconnaître le nouvel homme ...
Lire l'article [8]
Après que son arrivée à la tête d'un gouvernement de transition a été avalisée par la Haute Cour constitutionnelle (HCC), Andry Rajoelina a réaffirmé, mercredi 19 mars, qu'il souhaitait l'arrestation et la comparution devant la justice de l'ancien président, Marc Ravalomanana, en fuite depuis sa démission mardi. Selon M. Rajoelina, son prédécesseur se cacherait actuellement dans la capitale, Antananarivo, probablement "dans une résidence d'ambassade" qu'il n'a pas identifiée. "Si vous êtes dans une résidence d'ambassade surveillée, on ne peut pas y pénétrer", a-t-il ajouté, avant de rappeller qu'un mandat d'arrêt avait été lancé contre M. Ravalomanana et qu'il entendait le faire ...
Lire l'article [9]
L'opposant malgache Andry Rajoelina a déclaré samedi soir qu'il "commande" désormais l'armée "dans tout Madagascar", dans une interview à l'AFP à sa résidence dans la capitale Antananarivo. "L'armée ne prend plus d'ordre du président de la République (Marc Ravalomanana), c'est moi qui commande l'armée aujourd'hui; ils (les militaires) reçoivent les ordres d'Andry Rajoelina, et pas seulement à Antananarivo mais dans tout Madagascar", a déclaré le chef de l'opposition, qui a précisé: "nous ne voulons pas la violence". "M. Ravalomanana a toujours sous-estimé la force d'un peuple uni", a ajouté l'opposant qui a demandé samedi au président Ravalomanana de quitter le pouvoir, ce ...
Lire l'article [10]
Madagascar: comment Andry Rajoelina joue la montre
Madagascar : Ravalomanana et Rajoelina partagent le pouvoir
Madagascar: discussions directes entre délégués de Ravalomanana et Rajoelina
Madagascar : l’ancien président s’est réfugié au Swaziland
Madagascar: La contestation s’amplifie contre Rajoelina
Madagascar : critiqué par la rue et la communauté internationale, Rajoelina s’accroche
Madagascar: pour Andry Rajoelina, le monde doit respecter la volonté populaire
L’Union africaine a suspendu Madagascar de ses instances après la prise du pouvoir par l’opposant Andry Rajoelina
A Madagascar, Rajoelina veut toujours traduire en justice son prédécesseur
Madagascar: l’opposant Andry Rajoelina déclare qu’il “commande” l’armée