- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

La politique africaine de Nicolas Sarkozy tarde à rompre avec une certaine opacité

En apparence, “l’Afrique de Papa [1]a eu raison de Nicolas Sarkozy [2]. Trois ans après le discours de Cotonou (Bénin), où le candidat à l’Elysée avait promis l’avènement d’“une relation nouvelle (…), équilibrée, débarrassée des scories du passé”, le président, qui s’envole jeudi 26 mars pour son quatrième voyage en Afrique noire, n’agite plus la bannière de la “rupture” avec la tradition d’opacité des relations africaines de la France postcoloniale.

Dès juillet 2007, le Gabon, dont le chef de l’Etat a été installé par le général de Gaulle en 1967, avait eu le privilège de son premier déplacement. Aujourd’hui, le Congo de Denis [3] Sassou Nguesso [4], autre président contesté mais ami de la France, s’apprête à recevoir l’onction élyséenne à quelques semaines de l’élection présidentielle. Et l’uranium sera au coeur de l’escale prévue, vendredi, au Niger, où le groupe Areva vient de signer un contrat important.

Symbole de ce renoncement à l’aggiornamento annoncé, Robert Bourgi [5], l’héritier des réseaux gaullistes de Jacques Foccart [6], a mis son entregent au service de M. Sarkozy et de la préservation des amitiés et des secrets les moins avouables de la vieille Françafrique.

Amitiés ? Claude Guéant [7], le secrétaire général de l’Elysée, assume : “Nous n’avons pas vocation à nous brouiller avec ceux qui sont historiquement nos amis et nous ont rendus de grands services.” Les pièces maîtresses de la présence française en Afrique – les présidents Omar Bongo [8] du Gabon, Paul Biya [9] du Cameroun, Blaise Compaoré [10] du Burkina-Faso ou Denis Sassou [11] Nguesso du Congo – peuvent donc toujours compter sur le soutien de Paris.

La manière dont la France a volé au secours du président tchadien Idriss Déby [12], menacé par des rebelles en février 2008, sans exiger la moindre démocratisation de son régime, illustre la même logique. De même que le silence de Paris sur la répression sanglante des émeutes qui, au même moment, enflammaient la jeunesse camerounaise révoltée par l’instauration de fait d’une présidence à vie par Paul Biya, au pouvoir depuis 1982.

Depuis les indépendances, le marché n’a guère changé : le soutien presque aveugle de la France, en échange du maintien d’une influence économique, politique et diplomatique, en particulier à l’ONU.

Fil rouge de la politique africaine de Nicolas Sarkozy, la “diplomatie de la réconciliation” est pourtant loin de se réduire aux manoeuvres florentines de M. Bourgi. Tandis que celui-ci rassure les maîtres de l’ancien “pré carré” français, la cellule diplomatique de l’Elysée représente, quant à elle, la tendance moderniste, favorable à une “refondation” de la politique africaine.

C’est la cellule élyséenne qui est chargée de déminer les dossiers lourds, tels que les contentieux judiciaires avec le Rwanda et l’Angola ou le dégel avec la Côte d’Ivoire [13]. “Pour peser, la France doit parler avec tout le monde, et elle le peut, plus que d’autres pays”, plaide Claude Guéant.

Ce sont aussi les diplomates de la cellule qui inspirèrent le discours prononcé par M. Sarkozy en février 2008 au Cap (Afrique du Sud) annonçant la renégociation de tous les accords de défense. Tournée vers l’avenir, cette parole était destinée à compenser les dégâts causés par le discours de Dakar (Sénégal), en juillet 2007, où M. Sarkozy, inspiré par son conseiller spécial, Henri Guaino [14], avait décrété que “l’homme africain n’(était) pas entré dans l’Histoire”.

Quant au discret mais tout-puissant secrétaire général de l’Elysée, il traite de ce qui fait sans doute le coeur de l’intérêt de Nicolas Sarkozy pour l’Afrique : la sécurité de l’approvisionnement énergétique de la France et la recherche de nouveaux débouchés pour l’industrie nucléaire. Les pays concernés (Angola et Nigeria pour le pétrole, Afrique du Sud pour le nucléaire) se trouvent hors des anciennes colonies, ce qui suppose de construire des rapports “décomplexés”, débarrassés des vieilles passions postcoloniales.

Cette prise en compte en haut lieu des intérêts économiques, bousculés par l’offensive chinoise et le retour des Etats-Unis, suppose à la fois de banaliser les relations hors de l’Afrique francophone, et de se rappeler au bon souvenir des vieux amis. “Quand on est ami de la France, il faut penser aux entreprises françaises”, aurait glissé M. Sarkozy, fin 2007, au président togolais Faure Gnassingbé [15] (élu avec le soutien de la France) qui hésitait à concéder le port de Lomé au groupe Bolloré, selon Le Canard enchaîné. “Avec Sarkozy, on est sorti du paternalisme, se félicite Anthony Bouthelier [16], le président délégué du Conseil français des investisseurs en Afrique (CIAN). Les Africains n’ont que faire qu’on leur répète “on vous aime”. Ils préfèrent qu’on fasse du business avec eux.”

Ainsi se dessine un partage des rôles au sein de l’exécutif qui fait coexister la préservation des vestiges du “pré carré” francophone, avec la recherche, hors de ce champ, de relations au service de la paix et de l’économie française. A sa manière, Alain Joyandet [17], voyageur de commerce de la Françafrique sarkozienne, vend la mèche en reconnaissant un double langage : “Celui qui n’aurait pas deux fers au feu dans le monde où nous vivons serait bien imprudent.”


SUR LE MÊME SUJET
Martine Aubry a estimé ce matin, sur RTL que Nicolas Sarkozy était «un peu perdu”
| Fred Dufour La campagne présidentielle s'est encore accélérée hier soir. Avec l'intervention du chef de l'Etat retransmise en direct sur huit chaînes de télévision -du jamais vu-, les réactions politiques ne tournent ce matin qu'autour des annonces de Nicolas Sarkozy. Il faut dire que le Président de la République n'a pas lésiné sur le nombre de mesures. Hausse de la TVA de 1,6 %, création d'une banque de l'Industrie, augmentation de droit de construire de 30 %, il a annoncé près de huit mesures qui devrait rentrer en vigueur au plus tard en octobre... Ce qui pose évidemment la ...
Lire l'article [18]
Selon l’association, en plein « dictateur-gate », Paris continue de soutenir les régimes autocratiques en Afrique. Réagissant à la réception du président gabonais Ali Bongo par son homologue français Nicolas Sarkozy aujourd'hui (21/2/11), l’association Survie a souligné dans un communiqué émis ce lundi que cette réception officielle disqualifiait une fois de plus la politique étrangère de la France : "En plein 'dictateur-gate' pour Michèle Alliot Marie et François Fillon, Nicolas Sarkozy maintient le cap d'un soutien fidèle et assumé aux régimes autocratiques en Afrique en recevant, ce lundi 21 février 2011, le président gabonais, Ali Bongo. Cette réception officielle disqualifie une ...
Lire l'article [19]
A l’ occasion de la célébration du 52ème anniversaire du président de la République, Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, parmi les lettres qui lui sont adressées ce mardi, figure celle du président français, Nicolas Sarkozy dans laquelle il confirme le soutien de son pays au Gabon, ainsi qu’à la mise en œuvre de la politique conduite par le numéro un Gabonais en faveur du développement du pays. « Monsieur le Président, Cher Ali, Je suis heureux, à l’occasion de votre anniversaire, de vous transmettre les vœux très chaleureux que je forme pour vous-même et pour le succès de votre action ...
Lire l'article [20]
Le député de Corrèze François Hollande a jugé lundi que la victoire de la gauche au second tour des élections régionales était "une triple sanction à l'égard de Nicolas Sarkozy". "Il y a une triple sanction à l'égard de Nicolas Sarkozy. Il faut qu'il l'entende. Il y a une sanction à travers le vote en faveur de la gauche. Il y a une sanction dans l'abstention où son électorat s'est sans doute réfugié. Et, hélas, une sanction à travers la poussée de l'extrême droite", a-t-il affirmé sur France Info. L'ancien Premier secrétaire du Parti socialiste appelle le gouvernement à changer de politique. ...
Lire l'article [21]
La Françafrique version Sarkozy La visite de Nicholas Sarkozy mercredi 24 février 2010 au Gabon, la troisième du genre depuis qu’il a été élu à la présidence française, a surpris de nombreux observateurs des relations politiques entre la France à l’Afrique. Pour l’essentiel, Nicolas Sarkozy et Ali Bongo ont paraphé un nouvel accord de défense qui confirme le maintien de la base militaire française à Libreville. Un accord qui institue des rapports plus transparents entre les deux pays. Les deux chefs d’Etat ont promis que le document sera soumis aux Parlements des deux pays, puis rendu public. A propos de l’accord ...
Lire l'article [22]
Gabon - Mercredi 24 février, Nicolas Sarkozy s'est rendu au Gabon où il a visité une usine du groupe forestier français Rougier. Pour l'association écologiste Greenpeace, en effectuant cette visite, le président a agi comme un représentant de commerce "de l'exploitation des forêts tropicales". "Cette visite trahit la vision qu’a Nicolas Sarkozy des forêts tropicales et la manière dont il entend les protéger, affichant le soutien unilatéral de la France aux industriels du bois. Le président français semble encore considérer les forêts comme une simple matière première" a déploré Grégoire Lejonc, chargé de campagne forêts pour Greenpeace France. En novembre dernier, le ...
Lire l'article [23]
Le président de l’Union Nationale (UN, opposition), Zacharie Myboto, au sortir de la rencontre qui a réuni mercredi, dans un hôtel de Libreville, le Chef de l’Etat Français, Nicolas Sarkozy, et les formations politiques de l’opposition, a déclaré à GABONEWS que « la pratique démocratique » au Gabon a figuré en bonne place dans leurs échanges. « Cela a été des échanges très fructueux et nous en sortons absolument ravis. Nous nous sommes parlés très franchement, et cela a été une très bonne rencontre», a déclaré M. Myboto en compagnie notamment de Jean Eyeghé Ndong, ancien premier ministre, autre membre ...
Lire l'article [24]
Le président français est arrivé au Gabon pour une visite dominée par la signature d'un nouveau partenariat global avec ce fidèle allié de la France en Afrique. Le président français est arrivé ce mercredi matin à Franceville, troisième ville du Gabon, pour une visite d'une journée destinée à donner un "nouvel élan" à la relation entre les deux pays, six mois après l'élection contestée du fils d'Omar Bongo à la tête du pays. Nicolas Sarkozy a été accueilli à sa descente d'avion par son homologue Ali Bongo et une foule de plusieurs centaines de personnes rassemblées à l'aéroport de Mvengué, au coeur ...
Lire l'article [25]
Nicolas Sarkozy a plaidé jeudi pour la démocratie et les droits de l'homme en Afrique et réaffirmé sa volonté de mettre en place une "relation renouvelée" entre la France et le continent noir. S'exprimant devant le parlement du Congo, il a en outre invité Denis Sassou Nguesso, président de ce pays emblématique de la "Françafrique", à gagner d'autres batailles que le retour de la sécurité dans l'ancienne colonie française. "La démocratie et les droits de l'homme font partie de notre héritage commun", a dit le président français, soulignant qu'il ne s'agissait pas de valeurs occidentales "artificiellement plaquées" sur les sociétés africaines. Un ...
Lire l'article [26]
"L'armée française n'est pas là pour soutenir des régimes" en Afrique, a affirmé mercredi le président français Nicolas Sarkozy, qui s'est en revanche engagé à soutenir "les régimes démocratiques". Nicolas Sarkozy, qui s'exprimait à l'occasion de la 16e conférence des ambassadeurs, a renouvelé son engagement à réviser de manière systématique les accords de défense qui lient la France et les Etats africains. "J'ajoute que tous ces accords, je souhaite qu'ils soient publiés", a-t-il dit. "Nous voulons soutenir les régimes démocratiques", a cependant ajouté le chef de l'Etat français, citant en exemple l'action française en Mauritanie.
Lire l'article [27]
Martine Aubry a estimé ce matin, sur RTL que Nicolas Sarkozy était «un peu perdu”
L’association ”Survie” critique la réception d’Ali Bongo par Nicolas Sarkozy
Politique / « la France se tient à vos côtés et vous apportera son soutien », Nicolas Sarkozy à Ali Bongo à l’occasion de l’anniversaire
France: Régionales: “une triple sanction à l’égard de Nicolas Sarkozy”, selon François Hollande
Nicolas Sarkozy au Gabon: Des observateurs dénoncent
Greenpeace décrit Nicolas Sarkozy comme un “VRP de l’exploitation des forêts”
« Nous avons parlé – avec Nicolas Sarkozy- des problèmes (…) qui concernent la pratique démocratique», Zacharie Myboto
Nicolas Sarkozy en visite au Gabon
Nicolas Sarkozy plaide pour la démocratie en Afrique
La France “n’est pas là pour soutenir des régimes” en Afrique, plaide Nicolas Sarkozy