Socialisez

FacebookTwitterRSS

Sarkozy de retour en Afrique pour y réaffirmer le virage de la rupture

Auteur/Source: · Date: 25 Mar 2009
Catégorie(s): Afrique,Monde

Un an après un voyage éclair de six heures à Luanda, Nicolas Sarkozy renoue jeudi et vendredi avec l’Afrique pour un périple tout aussi minuté à Kinshasa, Brazzaville et Niamey conçu comme un exemple des liens rénovés qu’il veut instaurer avec le continent noir.

En visite en Afrique du Sud en février 2008, le chef de l’Etat avait jeté les bases d’un nouveau “modèle de relations” franco-africaines, enfin débarrassé des outrances de la “Françafrique”. Mais la rupture annoncée reste balbutiante, illustrée par le départ précipité il y a un an du secrétaire d’Etat à la Coopération, Jean-Marie Bockel.

C’est donc avec la volonté de convaincre qu’une “page a été tournée”, selon le M. Bockel, qu’il revient en Afrique.

Pour le premier arrêt de sa mini-tournée, en République démocratique du Congo (RDC), M. Sarkozy veut apporter sa pierre au règlement du conflit qui ravage l’est du pays. En fait, il devrait surtout s’employer à dissiper, auprès de son homologue Joseph Kabila, puis devant son Parlement, le malentendu suscité par l’initiative de paix dévoilée en janvier.

En suggérant un “partage des richesses” entre la RDC et le Rwanda, il a suscité un tollé à Kinshasa, qui y a vu une tentative d’amputer son territoire et contraint Paris à réduire ses ambitions. Il n’est plus aujourd’hui question d’une exploitation conjointe des ressources minières du Kivu mais de coopérations “pratiques” bien plus modestes.

“Il n’y a pas de plan français, simplement la volonté d’apporter de nouvelles idées”, assure-t-on à l’Elysée en niant tout lien entre la démarche du président et ses tentatives de réconciliation avec le Rwanda. “Cette idée de marchandage honteux n’a aucun sens”.

La deuxième étape, sur l’autre rive du Congo, s’annonce aussi délicate. A quelques mois d’une élection présidentielle, la France veut absolument éviter que cette “visite d’amitié” passe pour un soutien déguisé au maître du Congo Denis Sassou Nguesso.

“Le président se rendant à Kinshasa, il eut été malvenu et inamical de tourner le dos à Brazzaville”, fait-on remarquer à l’Elysée, “quand bien même le calendrier politique local ne nous sert pas”.

Après les contestations qui ont entaché les derniers scrutins congolais, M. Sarkozy rappellera à ses hôtes “l’importance d’une élection honorable”, rencontrera les adversaires politiques du régime et devrait y insister, devant le Parlement, sur la bonne gouvernance.

Dans un pays dénoncé pour la mauvaise utilisation de ses ressources pétrolières et dont le président est accusé d’en avoir profité pour acquérir des propriétés immobilières en France, le message de M. Sarkozy est attendu avec intérêt, tant par l’opposition que la société civile.

Après une nuit dans l’ex-capitale de la France libre, M. Sarkozy mettra vendredi le cap sur le Niger. Un “stop” de quelques heures où il sera question de démocratie, à quelques mois de la fin prévue du dernier mandat du président Mamadou Tandja, mais surtout d’uranium.

Le numéro un mondial du nucléaire Areva vient de signer un contrat pour exploiter la mine géante d’Imouraren (nord). Pour casser l’image d’une France “prédatrice”, le chef de l’Etat participera, avec la PDG du groupe français Anne Lauvergeon, à une réunion de la section locale de l’Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE).

“L’idée est de montrer que, si la France a des intérêts économiques au Niger, ils bénéficient le plus possible au développement du pays et de sa population”, proclame l’Elysée. La rupture, encore. 


SUR LE MÊME SUJET
A l’occasion du 25e sommet France-Afrique à Nice (France), le président français, Nicolas Sarkozy, a dévoilé ce 1er juin une nouvelle stratégie pour maintenir ses positions commerciales et en gagner sur le continent africain, de plus en plus convoité par les firmes chinoises et indiennes. Face à la concurrence accrue des investisseurs indiens et chinois en Afrique, le président Nicolas Sarkozy a présenté ce 1er juin à l’occasion du 25e sommet France-Afrique de Nice, son plan d’action pour préserver les positions commerciales française et en gagner sur le continent africain. La place de l'Afrique dans les échanges commerciaux de la France ...
Lire l'article
Par Elise Colette, envoyée spéciale à Nice. Le premier sommet Afrique-France de Nicolas Sarkozy s'ouvre à 14 heures, ce lundi 31 mai, à Nice. Le président français y accueille 38 chefs d'Etat et de gouvernement. « Trente-huit chefs d'Etat et de gouvernement seront présents. C'est exactement le même nombre que lors du dernier sommet de Cannes, en 2007 », tient-on à préciser à l'Élysée. Sous-entendu : Nicolas Sarkozy ne fait pas moins bien que son prédécesseur, Jacques Chirac, que l'on disait pourtant plus proche des Africains. Alors que, depuis plusieurs années, la perte d'influence de la France en Afrique est constatée et commentée, ...
Lire l'article
Le vice-président de l’Union nationale, Bruno Ben Moubamba, a dénoncé ce matin dans la presse française le séjour gabonais du président Nicolas Sarkozy, qui ne remplirait pas ses promesses de rupture avec la Françafrique entretenue par ses prédécesseurs. Brandi en étendard par le président français lors de sa visite au Gabon, le renouveau des relations franco-gabonaises consacré par la série de nouveaux accords entre les deux pays ne fait pas l’unanimité au sein de la classe politique locale. Ce 25 février, la presse française publie une interview du vice-président de l’Union nationale (UN, opposition), Bruno Ben Moubamba, candidat malheureux à ...
Lire l'article
Quelle urgence avait Nicolas Sarkozy à se rendre une troisième fois au Gabon depuis son élection? A l’issue de sa courte visite sur place, la réponse n’est pas évidente. Pour l’essentiel, le chef de l’Etat a paraphé, ce mercredi, un nouvel accord de défense qui confirme le maintien de la base militaire tricolore à Libreville (au détriment de Dakar, qui sera fermée) et institue des rapports plus transparents entre les deux pays. Le document sera soumis au Parlement, puis rendu public, a promis le chef de l’Etat. Critiqué pour avoir renié ses promesses de rupture avec les usages de la Françafrique, ...
Lire l'article
Six accords de partenariat ont été signés ce 24 février à Libreville par le président français, Nicolas Sarkozy, et son homologue gabonais, Ali Bongo, pour un montant global de 56,33 milliards de francs CFA. Ces accords qui couvrent principalement les domaines économiques et militaires sont censés poser les bases de nouvelles relations plus transparentes et moins «paternalistes» entre la France et le Gabon. Au terme de sa visite éclair de 24 heures sur le sol gabonais, le président français Nicolas Sarkozy a signé ce 24 février à Libreville une série d’accords de partenariat avec son homologue gabonais, Ali Bongo. Le ...
Lire l'article
Lors de sa visite au Gabon, le chef de l'Etat a apporté ce mercredi son soutien au nouveau président Ali Bongo, le fils d'Omar Bongo, tout en affirmant que la politique de la France avait changé. Franceville, fief de la famille Ali Bongo, gros bourg africain flanqué d'un aéroport international, accueille Nicolas Sarkozy en début de matinée. "Un ami", peut-on lire sur les banderoles tendues sur la façade en béton du terminal. La rupture avec la "Françafrique", annoncée par le président français au début de son quinquennat, semble loin. C'est sa troisième visite depuis son élection. Dans un univers africain instable, ...
Lire l'article
Nicolas Sarkozy est attendu au Gabon mercredi puis au Rwanda jeudi. A Libreville, le président de la République signera de nouveaux accords de défense avec le Gabon, censés incarner la "rupture" souhaitée par la France en Afrique. A Kigali, il s'agira avant tout d'une visite symbolique, supposée marquer la détente des relations franco-rwandaises. Deux visites déjà très commentées. La dernière fois qu'il s'est rendu en Afrique, c'était déjà au Gabon. Nicolas Sarkozy avait alors été sifflé par une dizaine de jeunes à son entrée dans le palais présidentiel de Libreville, où se tenaient les obsèques du président Omar Bongo, le ...
Lire l'article
Nicolas Sarkozy a plaidé jeudi pour la démocratie et les droits de l'homme en Afrique et réaffirmé sa volonté de mettre en place une "relation renouvelée" entre la France et le continent noir. S'exprimant devant le parlement du Congo, il a en outre invité Denis Sassou Nguesso, président de ce pays emblématique de la "Françafrique", à gagner d'autres batailles que le retour de la sécurité dans l'ancienne colonie française. "La démocratie et les droits de l'homme font partie de notre héritage commun", a dit le président français, soulignant qu'il ne s'agissait pas de valeurs occidentales "artificiellement plaquées" sur les sociétés africaines. Un ...
Lire l'article
"L'armée française n'est pas là pour soutenir des régimes" en Afrique, a affirmé mercredi le président français Nicolas Sarkozy, qui s'est en revanche engagé à soutenir "les régimes démocratiques". Nicolas Sarkozy, qui s'exprimait à l'occasion de la 16e conférence des ambassadeurs, a renouvelé son engagement à réviser de manière systématique les accords de défense qui lient la France et les Etats africains. "J'ajoute que tous ces accords, je souhaite qu'ils soient publiés", a-t-il dit. "Nous voulons soutenir les régimes démocratiques", a cependant ajouté le chef de l'Etat français, citant en exemple l'action française en Mauritanie.
Lire l'article
La politique africaine de la France a été oubliée par Nicolas Sarkozy lors de son intervention télévisée du 24 avril dernier. Par manque de temps (j'ose le croire), le journaliste Vincent Hervouët de LCI n'a pas pu placer une question qui aurait amené le Président à reconnaître ses erreurs sur ce plan. Lui qui avait durant la campagne électorale promis "la rupture" avec les anciennes pratiques des relations franco-africaines, déclarant: "Il faut débarrasser nos relations des réseaux d'un autre temps […] Il faut tourner la page des complaisances, des secrets et des ambiguïtés." Comme sur d'autres points, un an après, le bilan de ...
Lire l'article
Afrique : La stratégie de Sarkozy pour consolider ses parts de marché
Sommet Afrique-France : la toute première fois pour Sarkozy
Gabon : Ben Moubamba dénonce la «fausse» rupture de Sarkozy
Au Gabon, Sarkozy rejoue l’air de la rupture
Gabon : La rupture à 56 milliards FCFA de Sarkozy
Sarkozy au Gabon, entre tradition et rupture
Afrique: La rupture selon Sarkozy
Nicolas Sarkozy plaide pour la démocratie en Afrique
La France “n’est pas là pour soutenir des régimes” en Afrique, plaide Nicolas Sarkozy
Sarkozy an I: quel bilan pour les relations France-Afrique?


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 25 Mar 2009
Catégorie(s): Afrique,Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*