Socialisez

FacebookTwitterRSS

Nicolas Sarkozy plaide pour la démocratie en Afrique

Auteur/Source: · Date: 26 Mar 2009
Catégorie(s): Monde

Nicolas Sarkozy a plaidé jeudi pour la démocratie et les droits de l’homme en Afrique et réaffirmé sa volonté de mettre en place une “relation renouvelée” entre la France et le continent noir.

S’exprimant devant le parlement du Congo, il a en outre invité Denis Sassou Nguesso, président de ce pays emblématique de la “Françafrique”, à gagner d’autres batailles que le retour de la sécurité dans l’ancienne colonie française. “La démocratie et les droits de l’homme font partie de notre héritage commun”, a dit le président français, soulignant qu’il ne s’agissait pas de valeurs occidentales “artificiellement plaquées” sur les sociétés africaines.

Un an après s’être engagé, à l’occasion d’une visite en Afrique du Sud, à agir pour une refondation des relations entre la France et l’Afrique, il a estimé qu’il fallait en particulier se “débarrasser des pesanteurs du passé (…) qui alimentent trop souvent méfiance et soupçon”.

Cette situation se traduit selon lui par une opinion publique française qui éprouve une grande sympathie pour l’Afrique mais qui “se désintéresse pourtant d’une relation trop souvent caricaturée comme opaque ou affairiste”.

A l’inverse, l’Afrique peut se plaindre d’un désengagement de la France tout en continuant à lui reprocher “de prétendues ingérences néocoloniales ou la persistance de je ne sais quels intérêts inavouables”.

S’il ne veut pas la “liquidation d’une relation ancienne, fraternelle” à laquelle la France tient avec le continent, Nicolas Sarkozy a exprimé son ambition de lui conférer “une légitimité nouvelle”.

ADHÉSION PARTAGÉE

“Cette relation privilégiée doit susciter une adhésion partagée, pas seulement des gouvernants mais surtout des nouveaux acteurs majeurs que sont les sociétés civiles”, a-t-il dit.

Brazzaville était la deuxième étape d’une brève tournée africaine du président français entamée jeudi matin à Kinshasa et qui s’achèvera vendredi à Niamey, au Niger.

Il a rencontré des représentants de l’opposition congolaise alors que le pays se prépare à des élections présidentielles en juillet, souhaitant montrer par ce geste que cette “visite d’amitié” ne signifie pas que la France soutient Denis Sassou Nguesso, qui est candidat à sa propre succession.

“Que cela soit clair : la France ne soutient aucun candidat ! Elle n’a pas à le faire et je ne suis pas venu pour cela”, a-t-il dit devant le parlement.

Plus tard, lors d’un dîner officiel, il a souligné qu’il était important que le processus électoral “se déroule dans la sérénité et la transparence”, ajoutant : “Rien ne serait pire qu’un réveil, même très partiel, des vieux démons de la violence politique.”

Il avait salué auparavant l’action de Denis Sassou Nguesso depuis son retour au pouvoir après la guerre civile de 1997 qui a permis, selon lui, au Congo de retrouver la stabilité et la sécurité.

“Voir Brazzaville reconstruite, Brazzaville apaisée, c’est dire que cette bataille-là vous l’avez gagnée. Ne vous arrêtez pas en chemin. Il faut gagner toutes les autres et le chemin est encore long”, a-t-il déclaré à l’adresse du président congolais.

Le président français a encore estimé qu’avec les importantes ressources pétrolières du Congo, son potentiel agricole, forestier et minier, “la réussite ne peut être qu’au rendez-vous et le peuple congolais devrait pouvoir en sentir les bénéfices”.

Ces propos ont une résonnance particulière dans un pays qui fait l’objet de longue date de nombreuses critiques sur la gestion des revenus de l’or noir.

Avec le Gabonais Omar Bongo, Denis Sassou Nguesso est au nombre des dirigeants africains qui ont été visés en France par des plaintes pour recel de détournement de fonds publics en raison notamment de l’importance de leurs investissements immobiliers privés à l’étranger.


SUR LE MÊME SUJET
Le président français, Nicolas Sarkozy, dans une lettre adressé ce samedi à son homologue gabonais, Ali Bongo Ondimba, a apprécié le « partenariat rénové » entre le Gabon et la France, « les positions courageuses » que le pays adopte, ainsi que les priorités de l’agenda international que soutient le président gabonais « avec une constance et une détermination qui forcent le respect ». Cette lettre qui est parvenu à la Rédaction de l’Agence de presse GABONEWS s’inscrit dans le cadre de la célébration du cinquante et unième anniversaire de l’indépendance du Gabon, le 17 août prochain. GABONEWS propose ...
Lire l'article
A l’occasion du 25e sommet France-Afrique à Nice (France), le président français, Nicolas Sarkozy, a dévoilé ce 1er juin une nouvelle stratégie pour maintenir ses positions commerciales et en gagner sur le continent africain, de plus en plus convoité par les firmes chinoises et indiennes. Face à la concurrence accrue des investisseurs indiens et chinois en Afrique, le président Nicolas Sarkozy a présenté ce 1er juin à l’occasion du 25e sommet France-Afrique de Nice, son plan d’action pour préserver les positions commerciales française et en gagner sur le continent africain. La place de l'Afrique dans les échanges commerciaux de la France ...
Lire l'article
Par Elise Colette, envoyée spéciale à Nice. Le premier sommet Afrique-France de Nicolas Sarkozy s'ouvre à 14 heures, ce lundi 31 mai, à Nice. Le président français y accueille 38 chefs d'Etat et de gouvernement. « Trente-huit chefs d'Etat et de gouvernement seront présents. C'est exactement le même nombre que lors du dernier sommet de Cannes, en 2007 », tient-on à préciser à l'Élysée. Sous-entendu : Nicolas Sarkozy ne fait pas moins bien que son prédécesseur, Jacques Chirac, que l'on disait pourtant plus proche des Africains. Alors que, depuis plusieurs années, la perte d'influence de la France en Afrique est constatée et commentée, ...
Lire l'article
Par Catherine Gouëset. Candidat à la présidence de la République, Nicolas Sarkozy promettait de rompre avec les archaïsmes de ses prédécesseurs dans les relations qu'entretient la France avec l'ancien pré carré africain. Sa troisième visite au Gabon depuis son élection montre que la rupture est toute relative. Rappel des étapes de la politique africaine du chef de l'Etat. AVANT A l'occasion de discours prononcé lors de voyages à Bamako (Mali) et à Cotonou (Bénin) en mai 2006, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'intérieur prêche pour un "nouvel état d'esprit dans les relations entre l'Afrique et la France". Il faut "chasser les vieux démons ...
Lire l'article
Discours à la Cité de la Démocratie (Gabon) Libreville (Gabon) – Mercredi 24 février 2010 Monsieur le Président de la République, Mon cher Ali, Chers amis, Alors voilà que tu as repris une expression populaire française. Moi j’en connais une ici que l’on emploie dans les quartiers populaires : « On dit quoi ? ». On dit : « On est ensemble ! ». C’est en ami que je viens pour la troisième fois depuis mon élection dans ce lieu au nom symbolique de Cité de la Démocratie, d’abord transmettre au peuple gabonais le salut fraternel du peuple français. Je viens à ...
Lire l'article
En apparence, "l'Afrique de Papa" a eu raison de Nicolas Sarkozy. Trois ans après le discours de Cotonou (Bénin), où le candidat à l'Elysée avait promis l'avènement d'"une relation nouvelle (...), équilibrée, débarrassée des scories du passé", le président, qui s'envole jeudi 26 mars pour son quatrième voyage en Afrique noire, n'agite plus la bannière de la "rupture" avec la tradition d'opacité des relations africaines de la France postcoloniale. Dès juillet 2007, le Gabon, dont le chef de l'Etat a été installé par le général de Gaulle en 1967, avait eu le privilège de son premier déplacement. Aujourd'hui, le Congo de ...
Lire l'article
Un an après un voyage éclair de six heures à Luanda, Nicolas Sarkozy renoue jeudi et vendredi avec l'Afrique pour un périple tout aussi minuté à Kinshasa, Brazzaville et Niamey conçu comme un exemple des liens rénovés qu'il veut instaurer avec le continent noir. En visite en Afrique du Sud en février 2008, le chef de l'Etat avait jeté les bases d'un nouveau "modèle de relations" franco-africaines, enfin débarrassé des outrances de la "Françafrique". Mais la rupture annoncée reste balbutiante, illustrée par le départ précipité il y a un an du secrétaire d'Etat à la Coopération, Jean-Marie Bockel. C'est donc avec ...
Lire l'article
"L'armée française n'est pas là pour soutenir des régimes" en Afrique, a affirmé mercredi le président français Nicolas Sarkozy, qui s'est en revanche engagé à soutenir "les régimes démocratiques". Nicolas Sarkozy, qui s'exprimait à l'occasion de la 16e conférence des ambassadeurs, a renouvelé son engagement à réviser de manière systématique les accords de défense qui lient la France et les Etats africains. "J'ajoute que tous ces accords, je souhaite qu'ils soient publiés", a-t-il dit. "Nous voulons soutenir les régimes démocratiques", a cependant ajouté le chef de l'Etat français, citant en exemple l'action française en Mauritanie.
Lire l'article
Paris, le 1 août 2008 Monsieur le Président, Les excellents rapports que vous entretenez avec le président du Gabon sont de notoriété publique. Or, comme vous le savez, des responsables d’organisations de la société civile gabonaise – de longue date victimes d’innombrables harcèlements et menaces sur leurs personnes et leurs droits – sont à nouveau visés par le pouvoir gabonais en raison de leur combat contre la pauvreté, la corruption, l’opacité de l’utilisation des revenus miniers et le détournement de l’argent public. Pour avoir dénoncé un scandale financier dans lequel serait impliqué le Procureur de la République du Tribunal de première instance de ...
Lire l'article
La politique africaine de la France a été oubliée par Nicolas Sarkozy lors de son intervention télévisée du 24 avril dernier. Par manque de temps (j'ose le croire), le journaliste Vincent Hervouët de LCI n'a pas pu placer une question qui aurait amené le Président à reconnaître ses erreurs sur ce plan. Lui qui avait durant la campagne électorale promis "la rupture" avec les anciennes pratiques des relations franco-africaines, déclarant: "Il faut débarrasser nos relations des réseaux d'un autre temps […] Il faut tourner la page des complaisances, des secrets et des ambiguïtés." Comme sur d'autres points, un an après, le bilan de ...
Lire l'article
Nicolas Sarkozy salue le « partenariat rénové » entre le Gabon et la France et félicite Ali Bongo Ondimba pour ses « positions courageuses »
Afrique : La stratégie de Sarkozy pour consolider ses parts de marché
Sommet Afrique-France : la toute première fois pour Sarkozy
Promesses et realpolitik: La Françafrique de Nicolas Sarkozy, changement… et continuité
Discours du président Nicolas Sarkozy à Libreville: Cité de la Démocratie
La politique africaine de Nicolas Sarkozy tarde à rompre avec une certaine opacité
Sarkozy de retour en Afrique pour y réaffirmer le virage de la rupture
La France “n’est pas là pour soutenir des régimes” en Afrique, plaide Nicolas Sarkozy
Survie: Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy, président de la République: Les militants pour la démocratie et des droits de l’Homme au Gabon en danger
Sarkozy an I: quel bilan pour les relations France-Afrique?

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 26 Mar 2009
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

2 Réponses à Nicolas Sarkozy plaide pour la démocratie en Afrique

  1. walkmindz

    27 Mar 2009 a 02:32

    Ce qu’il y a d’ambigu dans les voyages officiels liant amitiés commerciales et domination diplomatique, c’est le fait historique.
    En ce qui concerne la France et l’Afrique, l’évangélisme humanisant et le colonialisme éducatif d’un côté, la démocratie alternative et la barbarie promulguée de l’autre troublent l’harmonie administrative des PDG de nations, adeptes des vases communicants, de l’exploitation des matières premières aux centres de rétention.
    Les réflexes conditionnés ont un problème, celui de leur prévisibilité dans le calendrier mondain, pris en sandwich entre la dette mémorielle et la repentance amnésique.
    Que les pros truc et les anti machin aient l’obligeance de s’aimer hypocritement ou de s’entretuer honnêtement une bonne fois pour toute, afin que l’on puisse échapper aux rhétoriques des spécialistes du passé nous construisant des généralités pour le futur.
    Bonne volonté empathique, ethnique ou opportunisme économique ou théologique, quoi qu’il en soit le fantasme africain appartient à ceux qui n’en veulent pas, qui n’en veulent plus.
    La suite : http://souklaye.wordpress.com/2009/03/26/bloc-note-tintin-en-afrique/

  2. Ndui Assam Simplice

    26 Mar 2009 a 18:36

    Que Sarkozy arrete de nous prandre pour les naigres que ses encetres tirer par la laisse et diser oui metre fouete moi encore.imbessile que tu es tu va au Congo pour aller soutenire un dictateur pour les prochaine election’et tu veus te faire passer pour un ange.la stabiliter donc tu parle.qui a d’abord anmener la guerre dans se pays en fesant un cout d’etat a un president elut democratiquemant avec l’aide de la main noir francaise,s’il te plais va te faire foutre avec tes reves en noir et blan de plaider pour la democratie en Afrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*