Socialisez

FacebookTwitterRSS

Sarkozy, “la Françafrique décomplexée”

Auteur/Source: · Date: 27 Mar 2009
Catégorie(s): Afrique,Monde

Propos recueillis par Marianne ENAULT, leJDD.f – Lors de son discours prononcé devant le Parlement congolais à Kinshasa jeudi, Nicolas Sarkozy a proposé “une nouvelle donne” aux Africains. Déjà, au Cap en février 2008, il avait dit vouloir “changer le modèle des relations entre la France et l’Afrique”. Qu’en est-il réellement? LeJDD.fr a posé la question à Jean “Denard”*, co-fondateur de la Cellule Françafrique.

Nicolas Sarkozy a encore une fois proposé “une nouvelle donne” aux Africains. Depuis le discours du Cap, celle-ci s’est-elle concrétisée?
Certaines choses évoluent, comme par exemple la renégociation des accords de défense, même si les conditions de la transparence ne sont pas réunies. Pour le reste, on assiste à la continuité d’une politique guidée exclusivement par des intérêts économiques.

Le président veut “abolir ce que le passé a laissé d’obscurité” sans pour autant prôner “la liquidation d’une relation ancienne et fraternelle”…
Sarkozy refuse, selon ses mots, la repentance. Or, il n’y a pas de relation possible avec l’Afrique si on ne regarde pas le passé. Au Tchad, au Rwanda, au Congo Brazzaville, la France s’est rendue complice de régimes criminels. Aller dire à Denis Sassou-Nguesso [le président du Congo Brazzaville, ndlr] qu’il ne faut pas s’appesantir sur le passé, lui qui dans les années 1990 a participé à l’épuration ethnique dans son pays, c’est donner un blanc-seing à ce genre de pratiques.

En janvier, Nicolas Sarkozy a évoqué le nécessaire “partage des richesses” de la République démocratique du Congo avec ses voisins. Face au tollé provoqué par ces propos, il s’est contenté jeudi d’évoquer une “mise en commun des ressources”

Depuis 15 ans en RDC, la guerre a fait plus de 3 millions de morts, l’équivalent d’un 11-Septembre tous les jours. Le peu d’attention politique et médiatique autour de cette région est consternant. Le fait que Nicolas Sarkozy, mais aussi Barack Obama, se penchent aujourd’hui sur cette question est en soi positif. Mais il faut bien sûr regarder le contenu. Le sentiment des Congolais est légitime: depuis dix ans, leur territoire est pillé et aujourd’hui on voudrait inscrire ce pillage dans la loi. Mais est-ce qu’il ne faut pas en passer par là pour que cesse le bruit des armes? La priorité est de contrôler les ressources issues de l’extraction minière. On ne résoudra pas le conflit sans s’attaquer à la dimension économique de la guerre. Mais il y a une volonté évidente de la France d’une présence plus forte de ses entreprises dans la région.

“Un soutien au chef d’Etat congolais”

Le président s’est ensuite rendu au Congo, à quelques semaines de l’élection présidentielle. Il a tout fait, pourtant, pour nier le caractère politique de cette visite…
Le régime congolais représente ce qui se fait de pire sur le continent africain. Le président soudanais, Omar el-Béchir, n’a rien à lui envier. Sa place est davantage devant la Cour pénale internationale qu’à l’Elysée. Le fait que Sarkozy aille lui décerner la palme de la stabilité démocratique, ça fait mal. Et ce d’autant plus que cette visite intervient alors que la justice française doit se prononcer sur la recevabilité de la plainte concernant les biens mal acquis de certains dirigeants africains, dont Denis Sassou Nguesso. La visite est immanquablement perçue comme un soutien au chef d’Etat congolais.

A Brazzaville, Sarkozy a déclaré que la démocratie et les droits de l’Homme faisaient partie “de notre héritage commun”.
C’est hallucinant. Mais ce double discours n’est pas nouveau. En Afrique, la France a toujours défendu la démocratie tout en soutenant des régimes peu recommandables. Sarkozy se situe dans la continuité de ses prédécesseurs.

Ces derniers temps, la société civile congolaise a fait l’objet d’une violente répression…
La situation est délétère. Des incendies extrêmement suspects ont visé les maisons de plusieurs opposants. La femme et les enfants d’un journaliste franco-congolais, Bruno Ossebi, sont morts dans un incendie. Blessé, il est étrangement mort la veille de son rapatriement sanitaire en France. La maison d’un autre membre de la société civile congolaise a été incendiée près d’Orléans… Nicolas Sarkozy a beau dire que la France n’a pas de candidat au Congo, quand on rend visite à un dictateur à quelques semaines d’une échéance présidentielle, ça ressemble à un soutien.

Troisième pays visité par le président, le Niger, où Areva doit exploiter la plus grande mine d’uranium au monde…
Il est évident que le sort des populations du Niger préoccupe moins Sarkozy que les parts de marché d’Areva. Anne Lauvergeon [la P-DG d’Areva, ndlr] est de toutes les sauteries présidentielles. Il n’est pas un voyage sans qu’elle ne signe un gros contrat. Avec Sarkozy, on est, comme le dit l’association Survie**, dans une Françafrique décomplexée. Avant, on cherchait à masquer sa stratégie de domination par un discours sur le développement, aujourd’hui non.

Dans une logique du pire… la Françafrique décomplexée pire que la Françafrique?
Ce qui nous préoccupe, c’est le sort des populations. Pour elles, que cette politique se cache ou non derrière de bonnes intentions importe peu. Pendant la campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy a promis la rupture avec la Françafrique. Au soir de sa victoire, il a dit qu’il ne laissera jamais tomber un défenseur des droits de l’Homme. Aujourd’hui, au nom du cynisme et des intérêts supérieurs des grandes multinationales, le silence prévaut.

Joyandet défend “les intérêts économiques” de la France

Tout en maintenant ce lien avec ses anciennes colonies, la France cherche aussi à se développer ailleurs en Afrique…
Il est évident qu’à partir du moment où la politique française en Afrique est essentiellement dominée par un souci d’expansion économique, la France ne va pas s’arrêter à ses anciennes colonies. Il y a une volonté claire de s’implanter dans les pays anglophones. C’est ce qu’il faut comprendre quand Alain Joyandet, secrétaire d’Etat à la Coopération, s’émeut que l’aide au développement française en Tanzanie ne serve pas aux entreprises françaises.

Aurait-il oublié l’intitulé de sa fonction?
Il ne l’a pas oublié, il n’est jamais entré dedans. Pour plaire, vraisemblablement à Omar Bongo [le président du Gabon, ndlr], Sarkozy a écarté Jean-Marie Bockel, qui n’avait pourtant fait que répéter les propos du candidat Sarkozy. Pour le secrétariat d’Etat à la Coopération, le président a cherché un fidèle allié, quelqu’un sans connaissance – ni préoccupation – des questions de développement. Il a été nommé en raison de sa docilité envers l’Elysée. Et en tant qu’ancien homme d’affaires, il défend les intérêts économiques de la France en Afrique. Mais quand un gouvernement dit que l’aide au développement ne doit pas servir au développement mais aux entreprises françaises, il n’y a personne pour s’émouvoir.

*Plusieurs citoyens français, dont certains membres d’ONG ou d’associations, ont fondé pendant la dernière campagne présidentielle la Cellule Françafrique, allusion pas du tout voilée à la “Cellule Afrique” de l’Elysée, au sein de laquelle ils dénoncent la politique de la France en Afrique. Tous ont pris des noms “d’éminents membres de la Françafrique”. Jean “Denard”, du nom du mercenaire français Bob Denard, est l’un des fondateurs de cette cellule. Il est également spécialiste des questions de développement en Afrique au sein d’une grande ONG française.

**L’association Survie lutte contre les réseaux de la Françafrique.
 


SUR LE MÊME SUJET
Françafrique : Sarkozy aurait aussi bénéficié des mallettes de Bongo
Omar Bongo, l'ex-président gabonais décédé en 2009, aurait «contribué au financement de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy». C'est ce qu'a affirmé un proche de l'ancien chef d'Etat africain aux journalistes Xavier Harel et Thomas Hofnung. Leur «enquête sur les milliards volés de la Françafrique» est publiée dans un ouvrage à paraître jeudi intitulé «Le scandale des biens mal acquis». L'accusation émane de Mike Jocktane, conseiller personnel d'Omar Bongo depuis 2005 promu directeur adjoint de son cabinet en janvier 2009, avant de rejoindre l'opposition à Ali Bongo, qui succède à son père en août de la même ...
Lire l'article
Contrôler les dirigeants africains, leurs richesses et leur influence, et en faire des alliés privilégiés de la France : bienvenue au cœur de la Françafrique, un monde où tous les coups sont permis. Rien n’a changé, dans les rapports franco-africains, depuis l’accession du continent à l’indépendance jusqu’à nos jours. C’est ce que veut démontrer le documentaire Françafrique* réalisé par Patrick Benquet qui dévoile les arcanes d’une diplomatie de réseaux plus ou moins occultes. Avec les conseils du journaliste Antoine Glaser, il a retracé l’histoire des relations entre la France et l’Afrique (banalisées sous le terme devenu péjoratif de « Françafrique »). ...
Lire l'article
Il avait promis "une relation nouvelle" entre la France et l'Afrique. Une promesse en partie tenue, mais pas vraiment sur le registre attendu... Promis, juré, craché ! La Françafrique, c’est fini. Finis, les "réseaux d'un autre temps", les "émissaires officieux", les "complaisances" et les "secrets". A bas le "mythe" qui prête à la France "la faculté de redresser les situations, de rechercher des intérêts économiques que nous n'avons pas et d'être capables d'assurer la stabilité ou de créer l'instabilité dans un pays." Désormais, avec l’Afrique, "il nous faut construire une relation nouvelle, assainie, décomplexée, équilibrée, débarrassée des scories du passé." Cette profession ...
Lire l'article
Libreville Envoyé spécial. Rien ne manquait, mercredi 24 février, à l'accueil réservé par le président Ali Bongo à Nicolas Sarkozy. Ni les bordures de trottoir repeintes de frais, ni les portraits des deux chefs d'Etat barrés du mot "amitié", ni les distributions de tee-shirts et de drapeaux aux femmes disposées sur le parcours. Ni, surtout, aux murs de la salle où furent prononcés les discours, les photos sépia géantes représentant les présidents Bongo, père et fils, aux côtés de tous leurs homologues de la Ve République. Nulle part ailleurs en Afrique un président français n'aurait pu se sentir à ce point ...
Lire l'article
Par Catherine Gouëset. Candidat à la présidence de la République, Nicolas Sarkozy promettait de rompre avec les archaïsmes de ses prédécesseurs dans les relations qu'entretient la France avec l'ancien pré carré africain. Sa troisième visite au Gabon depuis son élection montre que la rupture est toute relative. Rappel des étapes de la politique africaine du chef de l'Etat. AVANT A l'occasion de discours prononcé lors de voyages à Bamako (Mali) et à Cotonou (Bénin) en mai 2006, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'intérieur prêche pour un "nouvel état d'esprit dans les relations entre l'Afrique et la France". Il faut "chasser les vieux démons ...
Lire l'article
Qui? Nicolas Sarkozy, président de la République. Où? Au Gabon, lors d'une visite officielle ce mercredi. Le contexte: Après son élection contestée, le chef d'État gabonais Ali Bongo reçoit Nicolas Sarkozy lors d'une visite officielle. But avoué: en finir avec les relations troubles entre la France et la "Françafrique". Sarkozy doit aussi rencontrer des membres de l'opposition, qui devraient leur faire part de leur griefs envers Bongo. Bonus-track: "C'est en ami que je viens pour la 3ème fois depuis mon élection." "Ceux qui n'aiment pas l'Afrique, ils sont nombreux, il en existe. (Pourtant), le Gabon n'a pas à rougir de la dignité de son ...
Lire l'article
Le président français Nicolas Sarkozy est arrivé mercredi au Gabon pour apporter son soutien au nouveau chef de l'Etat du pays, Ali Bongo Ondimba, et réaffirmer sa volonté d'en finir avec les relations troubles de la "Françafrique". C'est la deuxième visite de M. Sarkozy au Gabon, après celle qu'il avait faite en juillet 2007 au père de l'actuel chef de l'Etat, Omar Bongo, allié historique de la France qui a tenu le pays d'une main de fer pendant plus de 40 ans, jusqu'à sa mort en juin 2009 à l'âge de 73 ans. Le président français a été l'un des premiers ...
Lire l'article
Depuis son élection, Nicolas Sarkozy s'est déjà rendu deux fois au Gabon. Mercredi, le président effectuera sa troisième visite dans le pays. Une rencontre présentée comme amicale qui masque, pour la France, de hautes ambitions stratégiques et militaires dans le pays. C'est au Gabon que la France conservera son unique base militaire sur la façade atlantique du continent africain. Encore une visite chez Bongo. Sarkozy n’envisage pas un voyage en Afrique sans un petit détour par le Gabon. Depuis son élection, c’est déjà la troisième fois que le président français se rend à Libreville. Comme le rappelle La Lettre du ...
Lire l'article
Depuis son élection, Nicolas Sarkozy s'est déjà rendu deux fois au Gabon. Mercredi, le président effectuera sa troisième visite dans le pays. Une rencontre présentée comme amicale qui masque, pour la France, de hautes ambitions stratégiques et militaires dans le pays. C'est au Gabon que la France conservera son unique base militaire sur la façade atlantique du continent africain. Encore une visite chez Bongo. Sarkozy n’envisage pas un voyage en Afrique sans un petit détour par le Gabon. Depuis son élection, c’est déjà la troisième fois que le président français se rend à Libreville. Comme le rappelle La Lettre du Continent, ...
Lire l'article
A la veille d'une tournée éclair de Nicolas Sarkozy en Afrique, plusieurs ONG dénoncent une dérive commerciale. Plusieurs ONG ont dénoncé mercredi 25 mars, à la veille d'une tournée éclair de Nicolas Sarkozy en République démocratique du Congo (RDC), au Congo et au Niger, une "Françafrique décomplexée" très éloignée des discours présidentiels sur une "rupture" avec les pratiques du passé. Fabrice Tarrit, secrétaire national de l'association Survie, s'est inquiété au cours d'une conférence de presse de voir "les intérêts économiques de grandes entreprises françaises primer sur les questions de démocratie et de droits de l'Homme dans le cadre de ce que ...
Lire l'article
Françafrique : Sarkozy aurait aussi bénéficié des mallettes de Bongo
Cinquante ans de Françafrique, de De Gaulle à Sarkozy
La Françafrique version Sarkozy
Au Gabon, Nicolas Sarkozy et Ali Bongo s’engagent à enterrer la “Françafrique”
Promesses et realpolitik: La Françafrique de Nicolas Sarkozy, changement… et continuité
Au Gabon, Sarkozy propose “un nouveau contrat basé sur une relation décomplexée”
Sarkozy au Gabon pour tourner la page de la “Françafrique”
Françafrique: Sarkozy joue les VRP au Gabon
Françafrique: Sarkozy joue les VRP au Gabon
Des ONG dénoncent une “Françafrique décomplexée”


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 27 Mar 2009
Catégorie(s): Afrique,Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

6 Réponses à Sarkozy, “la Françafrique décomplexée”

  1. SySy

    14 Avr 2009 a 16:10

    LOISEAUAUXEPINES,

    Comment voulez-vous qu’elle s’occupe des français et de la France si elle a perdu aux élections? Elle n’a pas gagné aux élections présidentielles en France et elle va faire de la STARMANIA à l’étranger.

    Entre Sarko et Sego, je ne suis fan de personne mais pendant les élections présidentielles en France on a bien vu que Sarko maitraisait son sujet alors que Ségo embrouillait tout le monde.

    Elle a ensuite fait honte a son propre parti. Elle critique TOUT sans proposer de solutions viables…elle finit par devenir marrante…tellement elle est ridicule…elle finit par faire rire les gens…:-)

  2. loiseauauxepines

    8 Avr 2009 a 06:12

    Lettre ouverte à Madame Royale Ségolène,

    Madame Royale,

    je loue le courage qui vous habite et l’énergie que vous consacrez pour discréditer Nicolas Sarkozy, cet homme par qui vous existez et qui représente l’espoir de millions de gens dans le monde tant ses actions sont remarquables.

    Je souhaite personnellement que votre action se limite aux frontières de la France, ce beau pays où la misère, la haine et le désespoir ont saisi les populations.
    Il serait plus intéressant que vous commencez par vous occuper des fils de ce pays que vos systèmes de gouvernance ( gauche comme droite) ont conduit à la souffrance. A voir la situation actuelle, il y a autant à faire en France qu’en Afrique. Lire la suite sur http://www.legabonlibre.unblog.fr

  3. Stratégie

    7 Avr 2009 a 02:24

    Ndui Assam,

    Je constate avec amertune que vous êtes un professionnel de l’insulte. C’est bien dommage. Mais qu’est ce que cela vous apporte? Le débat et le discours politique ne se construisent pas autour des insultes ou de la haine. Un discours politique doit rassemblé (voire mobilisé) et non séparé les populations. Quelle république voulez vous mettre en place?

    Profonds respects.

  4. Ndui Assam Arsene

    6 Avr 2009 a 17:20

    Salut tres cher strategie.
    Dite moi d’abored votre nationalite,mais cas cela ne tien Sarkozy je penses pas qu’il soit plus digne que moi.parceque dire autre chose et en faire le contraire je n’eppel pas sa a voir de la dignite.Si pour toi maintenire des dictateures au pouvoir et se malgre le desaccord de la population Africaine je n’appel pas sa avoir de la dignite.et cette personne ne merite pas mon respet,donc s’il vous plais ne me parler pas de honte ou de dignite.
    Et pour la liberte d’opinion que vous nous avez accoder,ou doit-je dire des esclaves que nous sommes.merci de me le rappeler,mais en escleve je vous dit ceci merde a la france et a ses presidents.sans commantaire pour le peu de respet qui me reste.
    et pour ta gouverne Bongo est inbecile.la dessu je ne ferais pas de commantaire,car je remarque que tu es plus aveugler qu’un aveugle.
    cordialement

  5. Stratégie

    5 Avr 2009 a 04:36

    Ndui Assam Arsenes,

    Vous devrez avoir honte. Votre attitude est loin d’etre digne. On n’insulte pas un président de la République. Si vous avez quelque chose à reprocher au président Sarkozy alors exprimez vous clairement. Les insultes n’apportent absolument rien. La démocratie est le milieu du dialogue contradictoire et non de l’insulte!

    Il y a certains freres africains qui ont énormément à apprendre. On a eu la vague des conférences nationales vers la fin des années 80, le multipartisme ET la démocratie avec ce que cela implique (meme s’il y a encore des progrès à faire). Que voulez vous encore? Maintenant vous pouvez critiquer puisqu’on vous a donné le pouvoir de vous exprimer librement, mais vous n’avez pas le droit d’insulter vos adversaires ou ceux avec qui vous ne partagez pas les memes positions.

    Cordialement

  6. Ndui Assam Arsene s

    28 Mar 2009 a 14:59

    Sarkozy espece de cont que tu es toi et toute la france avec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*