Socialisez

FacebookTwitterRSS

39% des bois tropicaux importés en France seraient d’origine illégale

Auteur/Source: · Date: 10 Avr 2009
Catégorie(s): Environnement,Monde

Près d’1/4 des importations de bois de l’UE seraient d’origine illégale, dont 39% pour la France, selon le WWF qui appelle les députés à renforcer le projet de réglementation européenne sur le bois illégal, lors de son vote au Parlement le 24 avril.

Agrandir la police Réduire la police Imprimer l’article Recommander l’article : envoyer par email Réagir à l’article S’abonner à la Newsletter S’abonner au flux RSS
Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), 13 millions d’hectares de forêt disparaissent chaque année. L’exploitation illégale du bois en est une des principales causes, souligne l’organisation environnementale WWF qui rappelle que 39% des importations françaises de bois tropicaux sont présumées d’origine illégale.

L’Europe, championne des importations de bois illégaux

Chaque année, 27 millions de mètres cubes de bois présumés illégaux pénètrent ainsi dans l’Union européenne, estime l’organisation, soit le quart des importations de bois de l’Europe. D’après le WWF, la France se trouve à la sixième place des pays importateurs de produits forestiers d’origine illégale.

La Russie arrive quant à elle en tête des pays exportateurs avec 10,4 millions de m3 de bois d’origine présumée illégale transférés vers les pays de l’UE en 2006, suivie par l’Indonésie, avec 1/3 des exportations illégales de pulpe à papier. La Chine arrive en troisième position avec 32% d’exportations vers l’UE de produits issus du bois et du papier présumés d’origine illégale, suivie de l’Afrique centrale – en particulier le Congo et le Gabon – avec 1/4 des exportations de bois.

Au total, 23 % des produits forestiers importés d’Europe de l’Est, 40 % de ceux importés d’Asie du Sud-Est, 30 % de ceux d’Amérique latine et 36 % à 56 % de ceux d’Afrique proviendraient de sources illégales.

Le plus gros problème dans la lutte contre l’exploitation illégale des forêts résulte non seulement dans l’arrivage de bois en tant que tel mais aussi dans l’exportation de produits déjà transformés comme le papier et les meubles, déplore le WWF, qui explique que l’origine n’est jamais indiquée sur les palettes débarquant en France. Le bois arrive sous forme de planches ou de troncs d’arbre et les stocks importés légalement et illégalement finissent par être mélangés.

Un impact sur la biodiversité et le changement climatique

Rappelons que la déforestation massive des forêts tropicales accélère la perte de la biodiversité et le changement climatique. Chaque année, plus de 800.000 hectares de forêts tropicales du bassin du Congo (Gabon et République Démocratique du Congo, etc.) sont détruits sous la pression démographique et économique alors qu’ils abritent notamment la plus grande partie des populations de grands singes au monde. D’après la Fondation Jane Goodall, environ 50 % de ces populations a été décimée dans le Bassin du Congo en 20 ans. De son côté, l’Indonésie qui possède notamment près de 80% des dernières forêts tropicales primaires d’Asie du Sud-Est (îles de Bornéo, de Sumatra et en Irian Jaya), a perdu en 50 ans 72% de ses forêts anciennes. ll n’y aurait plus que 45.000 à 69.000 orangs-outans vivant à l’état sauvage à Bornéo et pas plus de 7.300 à Sumatra.

Selon la FAO, environ 18% des émissions mondiales de CO2 sont dues à la déforestation et à la dégradation des forêts dans les pays en développement,un chiffre comparable aux émissions annuelles de dioxyde de carbone des Etats-Unis et de la Chine réunis. D’après le WWF, la déforestation de l’Amazonie pourrait relâcher entre 55,5 milliards et 96,9 milliards de tonnes de dioxyde de carbone dans l’atmosphère d’ici 2030.

Alors que beaucoup des pays exportateurs pâtissent d”’une corruption forte” et d’une ”gouvernance faible”, seule une réglementation européenne stricte peut enrayer ce phénomène, souligne le WWF qui juge le projet de réglementation sur le bois illégal, actuellement en discussion au Parlement européen, trop peu ambitieux.

Un règlement européen pour garantir la traçabilité et la légalité du bois

L’organisation environnementale appelle les parlementaires français à renforcer ce projet de réglementation, lors de son vote au Parlement le 24 avril. En l’état, ce projet de règlement ne définit pas distinctement les activités d’exploitation illégales du bois et n’établit pas clairement ce qui constitue un délit, souligne notamment le WWF. Par ailleurs, déplore l’organisation, ce projet ne garantit pas la traçabilité du bois jusqu’au consommateur, ne prévoit pas de système indépendant de contrôle et ne fixe pas non plus de cadre européen de sanctions avec des peines plancher, ce qui présente un risque de contournement via les pays les moins exigeants. Seuls 4 % des produits à base de bois tropical africain afficheraient le label FSC (Forest Stewardship Council), selon l’organisation qui est d’ailleurs partie prenante dans ce label.

Le WWF, en collaboration avec Greenpeace, les Amis de la terre et France nature environnement (FNE), a établi une liste de 10 recommandations pour combler les lacunes de cette réglementation. La plupart de ces recommandations ont été reprises dans le rapport proposé par la Commission Environnement du Parlement européen, indique le WWF qui a écrit aux parlementaires français pour les inviter à soutenir ces modifications. Faute de quoi le consommateur continuera, à son insu, à participer à la disparition des forêts, prévient l’organisation. Or, d’après un sondage réalisé par le WWF dans 14 pays d’Europe, 92 % des personnes interrogées souhaitent le vote d’une loi européenne qui garantirait l’exploitation légale du bois.

Rappelons que les labels FSC, PEFC (Pan European Forest Certification), SFI (Sustainable Forestry Initiative), ATSF (American Tree Farm System) et CSA (Canadian Standart Association) attestent d’une gestion forestière raisonnée et permettent aussi aux consommateurs d’identifier les produits provenant de forêts tropicales gérées selon des pratiques respectueuses de l’environnement et socialement bénéfique pour les populations locales.

R. BOUGHRIET
Actu-Environnement.com 


SUR LE MÊME SUJET
Le Gabon et l'Union européenne (UE) ont entamé des négociations pour aboutir avant fin 2011 à un accord contre la vente frauduleuse de bois, selon leur déclaration conjointe transmise samedi à l'AFP par la délégation européenne à Libreville. Le Gabon et l'UE "conviennent de coopérer dans la lutte contre l'exploitation illégale du bois" dans le cadre du Plan d'action FLEGT (Forest Law Enforcement Governance and Trade - Applications des réglementations forestières, Gouvernance et Echanges commerciaux) adopté par l'UE en 2003, est-il indiqué dans cette déclaration datée de jeudi. Les deux parties "s'engagent dans des négociations pour la conclusion d'un accord de partenariat ...
Lire l'article
Le Gabon via son ministre des Eaux et Forêts Martin Mabala et de l'Union européenne (UE), par son représentant local, Thierry Mathisse, se sont engagés à unir leurs efforts dans la lutte contre l'exploitation illégale des forêts (bois), à la faveur d’un accord volontaire de partenariat FLEGT (application des règlementations forestières, gouvernance et échanges commerciaux), rapporte, un communiqué officiel parvenu ce samedi à GABONEWS. Par cet accord volontaire, le Gabon mettra en place un système de plus grand contrôle pour donner la garantie à tous, que tous les bois exportés à partir du pays ont bel et bien respecté l'ensemble ...
Lire l'article
Le ministre gabonais des Eaux et forêts, Martin Mabala et le chef de la délégation de l’Union européenne (UE) au Gabon, Thierry Mathisse ont signé jeudi à Libreville, un accord de partenariat en vue de lutter contre l’exploitation illégale et le commerce illicite du bois au Gabon. Il s’agit d’un compromis commercial qui, à terme, permettra aux deux parties de s’accorder sur des éléments techniques pour combattre ce phénomène d’exploitation et de commerce illicite des essences forestières du Gabon. « Ce qui est en cause, c’est la maîtrise de la chaîne de traçabilité de nos diverses essences forestières. C’est pourquoi l’initiative représente ...
Lire l'article
De Yann OLLIVIER (AFP) STRASBOURG — L'Union européenne a décidé mercredi d'interdire sur son territoire le commerce illégal du bois afin de lutter contre la déforestation et protéger le climat, une mesure qui vise notamment les importations du Brésil, d'Afrique centrale ou de Russie. Dans la foulée des Etats-Unis qui ont voté en 2008 une loi similaire, le Parlement européen a adopté un texte qui prévoit d'ici deux ans l'interdiction, passible de sanctions, de l'introduction sur le marché européen de bois abattu de façon illégale. Il oblige les importateurs à s'assurer de la légalité de leurs produits. Cette législation européenne qui a aussi ...
Lire l'article
Le Premier ministre gabonais, Paul Biyoghé Mba, a confirmé l'interdiction d'exporter le bois en grumes, tout en promettant des mesures d'accompagnement lors d'un forum sur la gestion forestière à Libreville. "Nous devons engager immédiatement l'industrialisation de la filière du bois", et l'interdiction d'exporter le bois en grumes (arbre abattu, mais resté brut avec son écorce, ndlr), décidée en novembre, en "est le moyen", a affirmé à l'AFP le Premier ministre en quittant le forum lundi 15 février à Libreville.. "Il y a aura des mesures d'accompagnement sur le plan législatif, fiscal, douanier, économique. Il faudra aider les opérateurs économiques de la ...
Lire l'article
Le Premier ministre gabonais, Paul Biyoghé Mba, a confirmé l'interdiction d'exporter le bois en grumes, tout en promettant des mesures d'accompagnement lors d'un forum sur la gestion forestière lundi à Libreville. "Nous devons engager immédiatement l'industrialisation de la filière du bois", et l'interdiction d'exporter le bois en grumes, décidée en novembre, en "est le moyen", a affirmé à l'AFP le Premier ministre en quittant le forum. "Il y a aura des mesures d'accompagnement sur le plan législatif, fiscal, douanier, économique. Il faudra aider les opérateurs économiques de la filière", a-t-il ajouté. Dans son discours aux participants, M. Biyoghé Mba a reconnu que la ...
Lire l'article
Les opérateurs économiques exerçant dans la filière bois se sont retrouvés en réunion lundi au ministère des eaux et forets, de l’environnement et du développement durable, avec le patron de ce département ministériel, M. Martin Mabala qui a expliqué à l’assistance le bien fondé sur la décision prise par le chef de l’état, Ali Bongo Ondimba, de tolérer l’évacuation des grumes, dans un délai de trois mois, stockés dans les différents ports et parcs sur l’ensemble du territoire national. Pour le ministre des eaux et forets, cette autorisation de sortie répond à un souci du gouvernement, de faire face à l’impossibilité ...
Lire l'article
Déclarée depuis quelques jours, la pénurie de gaz butane contraint plusieurs foyers vivant à Libreville et dans ses environs, à l’utilisation du charbon de bois et du bois de chauffe pour la cuisson des aliments, a-t-on constaté. Cette pénurie qui s’était fait ressentir au niveau des stations services,le week-end écoulé,a progressivement atteint les revendeurs de quartiers,pénalisant ainsi les populations au point de les obliger à se tourner vers d’autres moyens. La Société Gabonaise d’Entreposage des produits pétroliers(SGEPP)déclare ne connaître aucune difficulté à son niveau qui expliquerait cette carence.
Lire l'article
Le groupe, fort de deux millions d'hectares de forêts, ne prélève pas plus d'un à deux arbres par hectare, tous les vingt-cinq à trente ans. Un producteur de bois tropicaux qui fait du respect de l'environnement l'un de ses chevaux de bataille, voilà qui semble quelque peu paradoxal. Dès 1995, pourtant, c'est-à-dire avant l'apparition de toute réglementation en matière de développement durable, le groupe français Rougier, qui produit et commercialise du bois africain, s'est ingénié à protéger la biodiversité sur ses deux millions d'hectares de concessions forestières, au Gabon, au Cameroun et au Congo. Non pas par simple philan- thropie ...
Lire l'article
De nombreuses femmes et mères de familles de Libreville se trouvent obligées de recourir au bois de chauffe et au charbon, très indispensable surtout en cette période de pénurie de gaz butane, ceci en vue de faire cuire les aliments pour les repas, en dépit de nombreux risques liés à la santé auxquels elles sont exposées. « Je suis obligé de prendre du charbon en bonne quantité, que j’utilise à l’aide d’un barbecue pour faire la cuisine, avec tout ce que cela comporte comme complications, étant donné que le gaz est en manque ces derniers temps. C’est vraiment le seul moyen ...
Lire l'article
Commerce frauduleux du bois: Gabon et UE visent un accord avant fin 2011
Gabon / UE : signature d’un accord contre le commerce illicite du bois en terre gabonaise
Signature d’un accord entre le Gabon et l’UE pour lutter contre le commerce illicite du bois
L’UE bannit le bois illégal de son territoire
Gabon: Vers l’industrialisation de la filière bois ?
Le Gabon confirme l’interdiction d’export de bois en grumes, avec des compensations
Politique : Les forestiers édifiés sur la décision du chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba s d’évacuer le bois.
Gabon: Gabon/Pénurie de gaz : de nombreux ménages font à nouveau recours au charbon de bois et au bois de chauffe
Rougier, le producteur de bois tropicaux écolo
Gabon: Le bois de chauffe et le charbon de bois très sollicités ces derniers temps à Libreville


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 10 Avr 2009
Catégorie(s): Environnement,Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*