Socialisez

FacebookTwitterRSS

France-Afrique : Les “bons petits nègres” de la droite française

Auteur/Source: · Date: 10 Avr 2009
Catégorie(s): Françafrique

Après la visite de Ségolène Royal au Sénégal où elle a présenté ses excuses pour le discours de Dakar du chef de l’Etat français qui affirmait que l’africain n’est jamais entré dans l’Histoire, un élu de l’Union pour la majorité présidentielle (UMP) a tenu des propos méprisants sur Ségolène Royal habillée à l’africaine, en déclarant qu’elle lui faisait penser à sa femme de ménage. Depuis le maladroit discours de Dakar du président Sarkozy, jusqu’aux expulsions arbitraires des Africains de France et les conditions précaires de rétentions dont ils sont victimes, la droite française au pouvoir se dessine les traits d’un racisme primaire basé sur des à priori coloniaux d’un autre temps.

Les femmes en tenue africaine sont-elles comparables à des femmes de ménage ? Les propos tenus par l’élu de l’Union pour la majorité présidentielle (UMP) sur Ségolène Royal mettent en lumière les préjugés racistes dont la droite française transpire régulièrement.

Dans une émission de Canal+, on voyait le conseiller UMP du 15e arrondissement de Paris, Alain Destrem, se moquant de la photo de Ségolène Royal habillée en tenue traditionnelle africaine. Interrogé par les journalistes de la chaîne pour savoir à quoi lui faisait penser cette photo, il avait répondu qu’«à travers cette image (…) je vois ma femme de ménage»(sans doute travailleuse clandestine et sous payée).

Face à la polémique suscitée par ces propos racistes, l’élu UMP a expliqué que cette remarque «n’a été que la manifestation de l’indignation face aux déclarations irresponsables de Madame Royal, demandant pardon aux Africains pour le discours prononcé par Nicolas Sarkozy à Dakar en 2007».

«Tout ceci m’est apparu bien éloigné de l’image que l’on peut avoir d’une femme politique d’envergure, au demeurant ancienne candidate à la Présidence de la République», a-t-il ajouté.

En séjour dans la capitale sénégalaise, la secrétaire générale du PS avait demandé pardon aux Africains pour le «discours de Dakar» prononcé en 2007 où le président français avait déclaré que «l’Afrique n’était pas encore entrée dans l’Histoire».

«Je vous le dis en confidence, ces paroles n’engagent ni la France, ni les Français», a-t-elle déclaré à Dakar lors de son séjour du 4 au 9 avril dernier.

Et d’ajouter, «honneur aux historiens de l’Afrique qui ont rappelé au monde que non seulement l’Afrique était le berceau de l’humanité mais qu’elle était avec l’Asie mineure le berceau de la civilisation humaine».

Ces déclarations n’étaient évidemment pas du goût de l’UMP qui face à ce coup d’estoc, a bien dû laisser échapper tout ce qu’elle avait sur le cœur.

Cette nouvelle maladresse met en lumière les vieux démons racistes, archaïques mais renaissant sans cesse de leur cendres, que transpire régulièrement la droite française au pouvoir. Est-il besoin à cet effet de rappeler que le président Sarkozy a été élu grâce aux voix qu’il était allé subtiliser au Front national, le parti d’extrême droite français.

Ces positions «primaires» se manifestent par ailleurs encore chaque jour dans l’hexagone, eu égard au traitement des Africains de France dont on ne compte plus les expulsions arbitraires, en violation des accords concertés d’immigration avec le Gabon, par exemple.

Les conditions de détention des Africains frappés, souvent de manière illégitime, d’une Obligation de quitter le territoire français (OQTF), sont également régulièrement dénoncées, de même que le déni du droit à minima, pour ces ressortissants, de récupérer leurs effets personnels, de prévenir leurs familles ou ne serait-ce que de passer un coup de téléphone.

Dès lors des allégations que celles de l’élu de l’UMP laissent penser que de nombreux acteurs de la droite française au pouvoir ne voient encore l’Afrique que comme un regroupement d’assistés humanitaires qui frappent à la porte de la France pour en balayer les rues et ramasser les ordures.

Que penser alors des visites «de courtoisie» du président français en Afrique pour y signer de gros contrats miniers ? Si les ressources des Africains se négocient pays par pays, les Africains en France sont encore tous traités à la même enseigne, en dépit des «accords d’immigration concertés», dont il faudrait, semble-t-il, que les préfectures françaises soient avisées.


SUR LE MÊME SUJET
Jean Eyeghe Ndong, ex-Premier ministre gabonais: «Omar Bongo a eu quelques gentillesses avec le président de l’extrême droite française.»
Omar Bongo s'est vanté d'avoir donné de l'argent à Jean-Marie Le Pen. C'est du moins ce qu'affirme sur RFI, Jean Eyeghe Ndong, ancien Premier ministre d'Omar Bongo, devenu aujourd'hui, l'un des chefs de file de l'opposition. L'ex-chef du gouvernement confirme par ailleurs la pratique généralisée des valises sous la présidence d'Omar Bongo. RFI: Vous êtes l’ancien Premier ministre gabonais, vous avez été en fonction jusqu’en 2009. On parle beaucoup en France de l’affaire des valises d’argent entre les présidents africains et les responsables politiques français. Vous-même, lorsque vous étiez Premier ministre, avez-vous entendu parler de ces histoires de valises d’argent ...
Lire l'article
Le 25ème Sommet Afrique-France s’est achevé mardi à Nice sur une déclaration finale soulignant la nécessité de renforcer les relations entre la France et l’Afrique par la création d'un partenariat fondé sur les intérêts partagés et une confiance mutuelle. Après deux jours de discussion à huis clos entre les 36 chefs d’Etat et des entretiens thématiques auxquels ont été conviées les forces vives du monde économique, ils ont pris un certain nombre d’engagements et appelé notamment à œuvrer de part et d’autre pour l’intégration de l’Afrique dans le jeu planétaire. C’est ainsi que sur l’importance de la participation du continent dans le ...
Lire l'article
Le président Ali Bongo s’est envolé le 30 mai pour Nice, en France, où il prend part du 31 mai au 1er juin au 25e sommet France-Afrique, son premier depuis son investiture le 16 octobre 2009. La place de l'Afrique dans la gouvernance mondiale, la paix et la sécurité du continent mais aussi les grands dossiers internationaux comme le réchauffement climatique sont au cœur de ce Le 25e sommet France-Afrique tient ses assises du 31 mai au 1er juin à Nice, en France. C’est dans cette optique que le chef de l’Etat gabonais a quitté Libreville le 30 mai ...
Lire l'article
Les électeurs ont confirmé, dimanche 21 mars, le résultat du premier tour des élections régionales, en accordant la victoire à la gauche dans toutes les régions métropolitaines sauf l'Alsace. Au niveau national, le PS et ses alliés remportent 53,85 % des voix contre 35,53 % pour la majorité présidentielle et 9,26 % pour le Front national, qui n'était présent que dans douze régions. Ce second tour a été marqué par un petit recul de l'abstention par rapport à dimanche dernier. Comme au premier tour, les électeurs n'ont pas voté en masse ce dimanche. Mais contrairement à dimanche dernier, plus de la ...
Lire l'article
La France s’apprête à fermer sa base militaire au Sénégal, base qui constituait une de ses trois installations permanentes en Afrique avec 1.200 militaires français (terre, air, mer). « Les bases militaires françaises vont quitter Dakar pour être remplacées par une «plate-forme régionale de coopération» aux effectifs très réduits en vertu d’un accord qui sera signé avant le 4 avril (date de l’indépendance du Sénégal) par les deux parties» a déclaré le porte-parole du président sénégalais Abdoulaye Wade. Paris va se défaire de sa base militaire de Dakar, cette annonce surprise de la part des autorités sénégalaises ...
Lire l'article
Le député PS André Vallini a estimé, mardi 9 juin, que le président gabonais Omar Bongo, décédé la veille, avait financé en France des campagnes électorales pour le compte de la droite comme "peut-être" de la gauche."Nous savons tous précisément qu'Omar Bongo a financé de nombreuses campagnes électorales à droite mais aussi à gauche, parfois, peut-être. On l'a entendu dire. Je crains hélas que cela soit un peu vrai, y compris concernant la gauche", a-t-il déclaré dans les couloirs de l'Assemblée nationale. M. Vallini était interrogé sur les propos de l'ex-président Valéry Giscard d'Estaing, selon qui Omar Bongo a financé la ...
Lire l'article
Le parquet de Paris va s'opposer à l'ouverture d'une information judiciaire après une plainte visant trois chefs d'Etat africains soupçonnés de posséder en France des biens immobiliers financés par de l'argent public détourné, a-t-on appris mercredi de source judiciaire. Déposée le 2 décembre par les associations Transparency International France (TI) et Sherpa ainsi qu'un ressortissant gabonais, cette plainte avec constitution de partie civile concerne les chefs de recel de détournement de fonds publics, de blanchiment, d'abus de bien social, d'abus de confiance et de complicités. Elle vise "les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier a été acquis en ...
Lire l'article
"L'armée française n'est pas là pour soutenir des régimes" en Afrique, a affirmé mercredi le président français Nicolas Sarkozy, qui s'est en revanche engagé à soutenir "les régimes démocratiques". Nicolas Sarkozy, qui s'exprimait à l'occasion de la 16e conférence des ambassadeurs, a renouvelé son engagement à réviser de manière systématique les accords de défense qui lient la France et les Etats africains. "J'ajoute que tous ces accords, je souhaite qu'ils soient publiés", a-t-il dit. "Nous voulons soutenir les régimes démocratiques", a cependant ajouté le chef de l'Etat français, citant en exemple l'action française en Mauritanie.
Lire l'article
"Réfléchir à d'éventuelles inflexions sur les objectifs" de la politique africaine de la France, tel était l'objectif de la mission d'information sur la politique française en Afrique établie en juillet 2007 par la commission des affaires étrangères de l'Assemblée nationale. Un an après la création de cette cellule, Renaud Dutreil (UMP), son rapporteur, a présenté, mercredi 9 juillet, ses recommandations. Mais celles-ci, compilées dans un rapport parlementaire, qui devait être publié mercredi, n'ont pas été validées par les membres de la mission. Un certain nombre de députés, et en premier lieu Jean-Louis Christ, président de la mission d'information et député ...
Lire l'article
Finis les états d'âme sur le manque de démocratie ou la corruption en Afrique : la France doit "défendre ses parts de marché" menacées par les pays émergents comme la Chine ou l'Inde. Le discours-programme tenu par Alain Joyandet, nouveau secrétaire d'Etat chargé de la coopération et de la francophonie, jeudi 19 juin à Paris, marque un tournant vers la défense des intérêts économiques de la France. Paris "va changer de cap" et "se repositionner sur le continent africain" pendant que sa politique de coopération va "changer de voilure", a promis M. Joyandet. Sur un continent "où la croissance redémarre", ...
Lire l'article
Jean Eyeghe Ndong, ex-Premier ministre gabonais: «Omar Bongo a eu quelques gentillesses avec le président de l’extrême droite française.»
Sommet France Afrique : Une déclaration forte
Gabon : Ali Bongo participe à son premier sommet France-Afrique
France: La gauche confirme son succès, l’Alsace reste à droite
Afrique : La nouvelle stratégie de défense française s’organise
Bongo a financé des campagnes à droite et “peut-être” à gauche
France – Afrique: Biens de présidents africains en France: le parquet opposé à une enquête
La France “n’est pas là pour soutenir des régimes” en Afrique, plaide Nicolas Sarkozy
Un rapport parlementaire sur la politique française en Afrique fait des remous à l’Assemblée nationale
La diplomatie française en Afrique au service des intérêts économiques

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 10 Avr 2009
Catégorie(s): Françafrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à France-Afrique : Les “bons petits nègres” de la droite française

  1. walkmindz

    10 Avr 2009 a 06:37

    Le but d’un représentant français en Afrique est de garantir le statut séculaire de la francophonie industrielle dans la région, quitte à la stabiliser et d’apporter un semblant d’idéal exotique dans une machinerie continentale contrainte à une efficacité urgentiste qui ne laisse que peu de place à la poésie politique.

    Chaque président français a sa manière de consommer l’Afrique.
Si l’on observe l’histoire récente, on peut constater une rupture, l’actuel élu du peuple préfère manger sur place afin d’éviter les agents dormants alors que son prédécesseur optait pour le doggy-bag et poussait même la coquetterie jusqu’à en faire un musée.

    Le principe de la visite officielle a aussi comme vertu de stimuler le secteur culturel.
Les historiens, les journalistes, les défenseurs des droits de l’homme et les troubadours en tout genre peuvent mettre à disposition des idées apparemment philanthropes, mais bon marché.La suite :
    http://souklaye.wordpress.com/2009/03/26/bloc-note-tintin-en-afrique/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*