Socialisez

FacebookTwitterRSS

Agriculture : Quand la crise alimentaire menace la paix

Auteur/Source: · Date: 14 Avr 2009
Catégorie(s): Economie,Monde

Un rapport préparatoire de la prochaine réunion du G8 sur l’agriculture paru le 7 avril dernier appelle à des mesures immédiates pour renforcer la sécurité alimentaire qui pourrait rapidement menacer la stabilité sociale et politique de certains pays. Alors que les émeutes contre la faim d’il y a tout juste un avaient déjà mis en lumière l’imbrication inéluctable de la sécurité alimentaire et de la paix sociale, les grandes réformes agricoles tardent encore à être mises en œuvre, étouffées par la crise économique qui semble faire occulter aux dirigeants le lien étroit entre ces crises et leurs portées.

Il y a près d’un an, les images d’émeutes de la faim en Afrique, en Asie ou aux Caraïbes se succédaient dans les journaux télévisés et on admettait alors aisément que la sécurité alimentaire rimait avec paix sociale.

Mais douze mois plus tard, les experts ont encore le doigt sur le bouton rouge et continuent d’appeler la mise en place sans délais des grandes réformes agricoles mondiales pour juguler le phénomène de l’insuffisance alimentaire.

Publié par le Financial Times le 7 avril dernier, un rapport préparatoire à la réunion du G8 sur l’agriculture prévue du 18 au 20 avril en Italie réclame des «interventions immédiates» à cet effet.

Il indique que la crise alimentaire, qui pourrait devenir structurelle si rien n’est fait, aura «de graves conséquences non seulement sur les relations commerciales, mais de même sur les relations sociales et internationales, lesquelles auront un impact direct sur la sécurité et la stabilité de la politique internationale».

Même s’il est admis que les besoins en matières premières agricoles vont croissant et que le réchauffement climatique accentuera les dangers de pénurie et de flambée des prix, les pays riches continuent d’ignorer la question agricole, sacrifiée sur l’autel de la crise économique.

Au G20 de Londres, elle ne faisait pas partie des priorités, même si les Etats-Unis ont annoncé, à l’issue du sommet, qu’ils comptaient doubler leur aide à la production dans les régions pauvres, ou si la France veut lancer un fonds d’investissement pour aider l’agriculture africaine.

«Cela fait trente ans que cette question cruciale est sous-estimée», estime même Sophie Bessis, directrice de recherche à l’Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS).

Elle reconnaît que les experts en géostratégie eux-mêmes, qui commencent pourtant à s’intéresser à l’eau, négligent toujours la problématique agricole. Elle distingue, pour sa part, deux types de déstabilisation politique engendrée par l’agriculture : à l’échelle internationale, car depuis dix ans, c’est là-dessus qu’achoppent les négociations de libre-échange de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) ; à l’échelle nationale, car les mécontentements sur la cherté des prix peuvent facilement déstabiliser les Etats en déficit de légitimité.

Si dans les pays riches, la hausse des prix alimentaires a amené les consommateurs à acheter autrement, «en Afrique, elle s’analyse en termes de vie ou de mort, et cela menace l’existence même des Etats», a rappelé Aly Abou Sabaa, de la Banque africaine de développement, lors d’un récent colloque à la Banque de France.

Plusieurs participants africains y ont rappelé les graves conséquences que peut entraîner l’inflation des prix alimentaires : des émeutes, mais aussi l’essor des migrations et du terrorisme, le développement de la culture de la drogue, comme en Afrique de l’Ouest, ou de la piraterie, comme en Somalie. Sans oublier les guerres que la faim a souvent provoquées.

«L’inflation est beaucoup moins un risque que l’hyper volatilité des cours, que nous ne savons toujours pas maîtriser», précise de son côté Jacques Carle, délégué général du MOMA, un groupe de réflexion français. Selon ses calculs, la tonne de blé devrait régulièrement varier de 80 à 320 euros dans les prochaines années.

Dans ces conditions, il sera difficile d’espérer une production mondiale stable, car les agriculteurs règlent leurs ensemencements sur le niveau des cours. Ainsi, en 2009, les Américains ont-ils décidé de mettre de nombreuses terres en jachère, dans l’attente d’une remontée des prix.

Pour protéger les populations des pays pauvres, une solution fait l’unanimité : permettre à leurs agricultures de se développer. Mais comment ? Depuis un an, les projets d’investisseurs étrangers à la recherche de terres sont devenus une nouvelle source de risques politiques.

Paysans et populations s’inquiètent d’une spoliation des ressources. A Madagascar, l’accord de cession de terres au sud-coréen Daewo par l’ex-président Marc Ravalomanana a provoqué en partie la chute de celui-ci.

Un autre phénomène, désormais, entrave la hausse nécessaire de la production agricole et multiplie les risques de flambée des prix : la limitation de l’accès au crédit, du fait de la crise financière. En agriculture, tout est lié à l’emprunt puisque les paysans y ont recours pour acheter semences et engrais.

A la Réserve fédérale américaine, on s’inquiète aussi de l’impact de la restriction du crédit sur les exportations, alors que l’OMC prévoit un recul des échanges mondiaux en 2009. Ce qui pèsera davantage sur les gros importateurs de denrées, dont les pays pauvres.

Enfin, la question se pose de la capacité budgétaire des Etats à garantir des prix alimentaires raisonnables. «En 2008, certains ont pu prendre des mesures grâce aux excédents budgétaires qu’avait générés l’envolée du pétrole depuis 2006. En 2009, ils ne pourront pas autant intervenir», soulignait récemment Philibert Andzembé, gouverneur de la Banque des Etats d’Afrique centrale.

En 2008, la subvention du prix du pain, les exonérations de taxes ou de droits de douanes pour faciliter les importations, voire des hausses de salaires ont permis de soutenir les ménages. Les huit pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) y ont laissé près de 300 milliards de francs CFA en recettes fiscales, alors le seul Gabon avec sa très faible démographie y a laissé plus 70 milliards de francs CFA.

Publié le 14-04-2009 Source : Le Monde Auteur : Gaboneco  


SUR LE MÊME SUJET
Selon un communiqué de la Présidence de la République gabonaise parvenu ce samedi à la rédaction de GABONEWS, le Gabon qui loue l’heureuse initiative de la Commission de l’Union Africaine d’organiser un sommet sur la crise alimentaire qui frappe des pays de la corne de l’Afrique, sera représenté à cette importante assise. Ce communiqué arrive après celui du 26 juillet dernier dans lequel le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba avait engagé le gouvernement gabonais à octroyer deux millions cinq cent mille (2.500.000) dollars US à ces populations affectées par cette crise alimentaire. GABONEWS livre ci-dessous le texte intégral du communiqué de ...
Lire l'article
Le gouvernement gabonais a décidé de créer six fermes agropastorales pour garantir la sécurité alimentaire et réduire la dépendance alimentaire du Gabon vis-à-vis de l’extérieur, a annoncé le communiqué final ayant sanctionné le 4ème conseil des ministres délocalisé tenu mercredi à Makokou, chef-lieu de la province de l’Ogooué-Ivindo (nord-est). Ce projet à caractère péri-urbain permettra une plus grande disponibilité des produits sur le marché, une baisse substantielle des prix des produits alimentaires, une vulgarisation des techniques modernes d’élevage et d’agriculture par une formation et un encadrement adapté, ainsi que la construction des villages modernes y compris des ...
Lire l'article
Le ministre de l’Agriculture, Raymond Ndong Sima, a récemment organisé à Libreville un atelier pour valider les axes de son Programme national de sécurité alimentaire (PNSA) qui doit permettre au pays d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. Parmi les principaux leviers de ce projet, le développement de la culture du riz à grande échelle doit permettre au Gabon de baisser le taux d’importation de denrées alimentaires évalué à plus de 85%. La promotion d’une culture du riz à grande échelle sur le territoire national devrait figurer en bonne place du Programme national de sécurité alimentaire (PNSA) récemment proposé aux partenaires et ...
Lire l'article
L’organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) réunie en sommet à Rome début juin 2008, vient de lancer une « initiative d’urgence » de 17 millions de dollars pour lutter contre la flambée des prix des denrées de base. « La flambée des prix des denrées alimentaires risque non seulement d’aggraver la situation de 862 millions d’affamés dans le monde, mais aussi de plonger dans la pauvreté extrême et la faim des millions d’autres personnes », indique la FAO. « Ces fonds serviront à couvrir les besoins immédiats des petits agriculteurs dans certains pays parmi les plus pauvres : il ...
Lire l'article
La Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National a publié mercredi 10 juin son « Plan de Paix et de Réconciliation Nationale » pour le Gabon, un plan de paix que la Coalition définit comme une Proposition de Paix et de Réconciliation Nationale à l’endroit du Gouvernement, des Institutions et des membres de la société civile et politique gabonaise. La publication de ce « Plan de Paix » de 21 pages fait suite au meeting de la Coalition à Bruxelles les 30 et 31 mai 2009, meeting au cours duquel les membres de la Coalition ont planché pendant deux jours ...
Lire l'article
Une équipe de consultations multidisciplinaires en matière de sécurité alimentaire conduite par le Coordonnateur national adjoint du Programme spécial pour la sécurité alimentaire au Gabon (PNSA-PSSA), M Voga Moudoubou a tenu des séances de travail samedi et lundi avec les représentants des élus locaux, ainsi que ceux des associations à vocation agricole, pour constituer un document qui reflète des informations sur les nouvelles zones productives et activités à intégrer dans le PNSA. L’Etat gabonais par le truchement de son ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et du Développement rural, s’est associé aux partenaires du développement, à savoir l’Organisation des Nations unies ...
Lire l'article
En expérimentation depuis près de six mois à Tchibanga dans la capitale provinciale de la Nyanga au sud du pays, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Faustin Boukoubi, a annoncé mercredi lors de son passage devant l’auditoire du Conseil économique et social (CES) que : « l’autosuffisance alimentaire du Gabon passe également par la relance de la production du riz ». D’après Faustin Boukoubi, la production du riz, au même titre que l’élevage fait partis des dispositions prises au cours des quatre dernières années par le gouvernement en vue de relancer la politique agricole locale. La culture du riz, selon ...
Lire l'article
Les « émeutes de la faim » toucheraient aujourd’hui une quarantaine de pays dans le monde. Et le problème semble profond et durable. Il faut reconnaître que le « problème de la faim » et de la pénurie alimentaire est un problème vieux comme le monde, et qui sévit encore de nos jours sur une grande partie de notre planète. Mais, l’histoire ancienne ou contemporaine renseigne que, comme tout phénomène naturel, ce problème revêt des causes différentes, et présente des formes diverses selon les pays. C’est ainsi que, dans la situation actuelle de «Vie chère et pauvreté au Gabon », ...
Lire l'article
Le président du Groupe de la Banque africaine de développement (Bad), Donald Kaberuka, a annoncé, vendredi 2 mai 2008 à Tunis, que le Groupe de la Bad mobilisera un milliard de dollars supplémentaire qui portera à 4,8 milliards de $ son portefeuille agricole actuel pour faire face à la crise alimentaire qui sévit dans plusieurs pays africains, a appris GABONEWS de sources officielles de la BAD. Dans une déclaration aux médias, M. Kaberuka a également indiqué que, dans le cadre de son plan d’action à court terme, que la Bad restructurerait son portefeuille en vue de dégager environ ...
Lire l'article
Le Gabon a décidé de suspendre pour six mois les taxes sur des denrées alimentaires de base comme le lait, la farine et le riz pour lutter contre "l'envolée de leur prix", a annoncé vendredi le gouvernement dans un communiqué. Avec "effet immédiat", le gouvernement a supprimé tous les droits et taxes à l'importation de la farine de blé, du riz, du lait, de l'huile et du poisson, ainsi que la TVA sur l'huile, le poisson importé, le lait et la farine, selon le communiqué du conseil des ministres. Certaines taxes, relevant de la parafiscalité et prélevées par des organismes de l'Etat, ...
Lire l'article
Le Gabon participera au sommet de l’UA sur la crise alimentaire dans la corne de l’Afrique
Six fermes agropastorales pour garantir la sécurité alimentaire au Gabon
Gabon : Le riz au front de la lutte pour la sécurité alimentaire
La FAO recherche une solution pour augmenter l’aide alimentaire
Plan de Paix
Gabon: Agriculture :Consultation pour la formulation à Mouila du Programme national pour la sécurité alimentaire
Gabon: Agriculture: « l’autosuffisance alimentaire du Gabon passe également par la relance de la production du riz », (Faustin Boukoubi, ministre de l’Agriculture)
Les vrais raisons de la crise alimentaire au Gabon !
Gabon: Crise alimentaire / La Bad mobilise un milliard de dollars supplémentaire pour répondre à la crise alimentaire en Afrique
Crise alimentaire: le Gabon suspend les taxes sur des produits de base


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 14 Avr 2009
Catégorie(s): Economie,Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*