Socialisez

FacebookTwitterRSS

France – Afrique: Le parquet s’oppose à une enquête sur Bongo et Sassou Nguesso

Auteur/Source: · Date: 20 Avr 2009
Catégorie(s): Françafrique

Le parquet de Paris s’est opposé officiellement à l’ouverture d’une enquête sur le patrimoine immobilier en France de plusieurs chefs d’Etat africains, dont les présidents gabonais Omar Bongo et congolais Denis Sassou Nguesso, a-t-on appris lundi au cabinet du procureur.

Dans un réquisitoire écrit versé au dossier et demandant un “refus d’informer”, le procureur estime que les plaignants, les associations Transparence International France et Sherpa, ainsi que le citoyen gabonais Grégory Gbwa Mintsa, n’ont pas juridiquement qualité à agir.

C’est la juge d’instruction financière Françoise Desset qui prendra la décision finale d’ouvrir ou non une information judiciaire. Elle n’est pas tenue par l’avis du parquet.

La plainte avec constitution de partie civile a été déposée en décembre dernier pour “recel de détournement de fonds publics”, et a suscité des remous diplomatiques, Grégory Gbwa Mintsa étant brièvement emprisonné dans son pays en janvier.

La position du parquet n’est pas une surprise puisqu’il a déjà classé sans suite deux premières plaintes dites “simples” sur les mêmes faits en mars 2007 et juillet 2008, avec un argumentaire juridique différent, évoquant seulement une “infraction insuffisamment caractérisée”.

Le dossier est très sensible sur le plan diplomatique, Omar Bongo – au pouvoir depuis 42 ans – et Denis Sassou Nguesso étant deux alliés diplomatiques de la France en Afrique, dans ces deux Etats pétroliers fiefs de Total.

Les plaignants s’appuient sur une enquête préliminaire de police diligentée par le parquet en 2007 qui a établi un état des biens détenus par les trois chefs d’Etat.

Le rapport de police répertorie 39 appartements, hôtels particuliers et maisons, 70 comptes bancaires et neuf voitures possédés en France par Omar Bongo et ses proches.

Denis Sassou Nguesso, revenu au pouvoir à Brazzaville en 1997 après une guerre civile, possède de son côté avec ses enfants, selon la police, 24 propriétés et 112 comptes bancaires en France.

Omar Bongo a annoncé des poursuites en diffamation contre les plaignants, qui considèrent que ces biens n’ont pu être acquis qu’avec de l’argent détourné.

Dans un entretien au Figaro paru le 25 mars, Denis Sassou Nguesso a assuré qu’il ne possédait en France qu’un logement à Paris et une petite maison au Vésinet. Questionné sur les biens portés au nom de ses proches, il dit : “leur vie n’est pas la mienne et ils l’organisent comme ils l’entendent”. 


SUR LE MÊME SUJET
Le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou Nguesso, accompagné de son épouse, Antoinette Sassou Nguesso séjourne depuis mardi à Libreville, dans le cadre d’une visite privée. Selon une source officielle, ce déplacement du couple présidentiel congolais fait suite au décès du docteur Toussaint Engongah Beka, par ailleurs directeur général de la maternité Joséphine Bongo. M. Engongah Beka, était le beau père d’un des fils du président Sassou Nguesso.
Lire l'article
Le Président de la République du Congo, Denis Sassou Nguesso, et son épouse, Antoinette Sassou Nguesso, séjournent depuis ce mardi à Libreville dans le cadre d’une « visite privée », a rapporté ce jour la première chaîne de télévision nationale (RTG1), dans son édition du journal de 20 heures. Arrivée en terre gabonaise aux alentours de 12 heures locales, la première dame congolaise, Antoinette Sassou Nguesso a été accueillie à sa descente d’avion à Libreville par l’épouse du Premier ministre Chef du gouvernement, Bernadette Biyoghé Mba. Plus tard dans l’après midi, l’arrivée du Chef d’Etat congolais, Denis Sassou ...
Lire l'article
Un juge d'instruction de Paris a décidé d'ouvrir une information judiciaire pour "recel de détournement de fonds publics" concernant le patrimoine détenu en France par trois présidents africains en exercice. Parmi eux, le Gabonais Omar Bongo. C’est contre l'avis du parquet que la doyenne des juges du pôle financier de Paris, Françoise Desset, a décidé mardi d'ouvrir une information judiciaire pour "recel de détournement de fonds publics" concernant le patrimoine détenu en France par trois personnalités influentes, trois présidents africains de pays producteurs de pétrole : le dirigeant du Congo-Brazzaville Denis Sassou-Nguesso, celui de Guinée équatoriale Teodoro Obiang et le Gabonais ...
Lire l'article
Le parquet de Paris s'est opposé à l'ouverture d'une information judiciaire sur les biens acquis en France par trois chefs d'Etat africains, Omar Bongo, Denis Sassous Nguesso et Théodore Obiang, estimant que la plainte déposée par deux associations et un ressortissant gabonais, notamment pour "blanchiment", était irrecevable, a-t-on appris lundi de sources judiciaires. En décembre, les associations Transparence International France et Sherpa, ainsi qu'un ressortissant gabonais, Grégory Ngbwa Mintsa, ont déposé une plainte contre X pour "recel de détournement de fonds publics", "blanchiment", "abus de biens sociaux" et "abus de confiance". Elle vise les présidents Omar Bongo (Gabon), Denis Sassou Nguesso ...
Lire l'article
Le Parquet de Paris contre l’ouverture d’une enquête sur les “biens mal acquis” des dictateurs africains. Le parquet de Paris a annoncé, mercredi, qu’il s’opposera à l’ouverture d’une information judiciaire sur les biens immobiliers d’Omar Bongo, de Denis Sassou Nguesso et de Obiang Nguema en France. Les trois chefs d’Etat africains étaient visés par une plainte de deux associations et d’un ressortissant gabonais. Le porte-parole du gouvernement congolais a salué, ce jeudi, la décision de la justice française. Les présidents Omar Bongo Ondimba (Gabon), Denis Sassou Nguesso (Congo Brazzaville) et Théodore Obiang Nguema (Guinée équatoriale) pourraient échapper à la justice française. ...
Lire l'article
Le parquet de Paris va s'opposer à l'ouverture d'une information judiciaire après une plainte visant trois chefs d'Etat africains soupçonnés de posséder en France des biens immobiliers financés par de l'argent public détourné, a-t-on appris mercredi de source judiciaire. Déposée le 2 décembre par les associations Transparency International France (TI) et Sherpa ainsi qu'un ressortissant gabonais, cette plainte avec constitution de partie civile concerne les chefs de recel de détournement de fonds publics, de blanchiment, d'abus de bien social, d'abus de confiance et de complicités. Elle vise "les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier a été acquis en ...
Lire l'article
AP | 01.04.2009 | 16:13 Le parquet de Paris s'oppose à l'ouverture d'une information judiciaire à la suite d'une plainte visant trois chefs d'Etat africains par des associations qui les accusent d'avoir acquis en France des biens immobiliers grâce à des fonds publics détournés de leur pays, a-t-on appris mercredi de source judiciaire. Le 2 décembre, deux associations, Transparence International France et Sherpa ainsi qu'un ressortissant gabonais ont déposé une plainte contre X pour "recel de détournement de fonds publics", "blanchiment", "abus de biens sociaux" et "abus de confiance". Elle vise les présidents Omar Bongo (Gabon), Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville) et Théodore ...
Lire l'article
Les présidents gabonais et congolais, Omar Bongo Ondimba et Denis Sassou Nguesso, séjournent à Rabat, au Maroc respectivement depuis jeudi et samedi derniers, a-t-on appris de sources recoupées au Royaume chérifien. Le numéro Un gabonais avait quitté Libreville pour le Maroc, avec quelques membres de sa famille, pour se rendre au chevet de son épouse, Edith Lucie Bongo Ondimba, en situation de santé délicate, avait appris Infosplusgabon de sources médicale et diplomatique marocaine. L’Etat de santé de la fille aînée du chef de l’Etat congolais, Edith Lucie, serait préoccupante, rapportait ce week-end la presse congolaise. Le président Denis Sassou Nguesso, était arrivé ...
Lire l'article
Le président de la République du Congo, Denis Sassou Nguesso, est arrivé samedi à Rabat pour une visite privée au Maroc, a-t-on appris de source officielle. A son arrivée à l'aéroport de Rabat-Salé, Denis Sassou Nguesso a été accueilli par le ministre marocain des Affaires étrangères Taieb Fassi Fihri, selon la même source. La dernière visite du chef de l'Etat congolais à Rabat remonte au 4 décembre.
Lire l'article
Bongo Doit Partir
Gabon-Congo : Denis Sassou Nguesso en visite privée à Libreville
Le Chef d’Etat congolais, Denis Sassou Nguesso en visite privée au Gabon
Gabon: La France enquête sur le patrimoine d’Omar Bongo
France – Afrique: “Biens mal acquis”: le parquet s’oppose à l’ouverture d’une information judiciaire
Plainte contre Bongo, Sassou Nguesso et Obiang Nguema : la justice française se défile
France – Afrique: Biens de présidents africains en France: le parquet opposé à une enquête
France – Afrique: “Biens mal acquis”: le parquet de Paris opposé à l’ouverture d’une information judiciaire
Gabon-Congo : Les présidents Bongo Ondimba et Sassou Nguesso toujours à Rabat
Le président congolais Sassou Nguesso en visite privée au Maroc


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 20 Avr 2009
Catégorie(s): Françafrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à France – Afrique: Le parquet s’oppose à une enquête sur Bongo et Sassou Nguesso

  1. SySy

    21 Avr 2009 a 12:50

    Les puissances occidentales s’opposent à des enquetes sur le patrimoine des chefs d’états africains du vivant de ces chefs d’état et tout le monde sait comment ça se passe meme après leur mort…leurs avoirs reviennent à leurs familles. Voir lien ci-dessous.

    http://fr.news.yahoo.com/3/20090421/twl-suisse-congo-avoirs-mobutu-0ef7422.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*