Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: Le Goldman Environnemental Prize 2009 au Gabonais Marc Ona Essangui

Auteur/Source: · Date: 20 Avr 2009
Catégorie(s): Environnement,Monde,Société

Le Goldman Environnemental Prize, une grande distinction internationale pour la défense de l’environnement, a été attribué au Gabonais Marc Ona Essangui, a appris la PANA auprès de ce dernier.

N’ayant pu se rendre à Londres, samedi, pour réceptionner son prix – les autorités gabonaises ne lui ayant pas restitué son passeport dont il avait demandé une prorogation -, Marc Ona Essangui s’est contenté d’apprendre la nouvelle à travers les médias à Libreville.

Ona Essangui faisait partie des nominés pour ce prix parmi d’autres représentants africains. Opposé à l’exploitation de la gigantesque mine de fer de Belinga (Nord-Est du Gabon) située dans un parc national et à la construction d’un aéroport au nord de Libreville, dans la forêt protégée de Mondah, son inlassable combat vient ainsi d’être couronné.

Cloué dans un fauteuil depuis l’âge de 6 ans, il œuvre depuis 1998 pour la protection de l’Environnement.

Interrogé sur l’importance que revêt pour lui la préservation du site de Belinga, il a expliqué : “nous savons très bien que les études d’impact environnementales tant clamées par la société civile et surtout les ONG, ont été réalisées par le cabinet Poyry Environment spécialisé notamment dans le domaine de l’environnement”.

“C’est ce cabinet qui a réalisé les études d’impacts sur les composantes du projet de Belinga, que sont : le chemin de fer, le barrage hydroélectrique, le port en eau profonde de Santa Clara, au nord de Libreville. Nous attendons la validation de cette étude d’impact environnementale par l’administration compétente, c’est-à-dire le ministère gabonais de l’Environnement. Une fois que cette étude sera validée et soumise à l’appréciation du public, on pourra alors commencer à réfléchir sur le démarrage des activités. C’est une exigence de l’Eximbank (Export-Import Bank of the United States)”, a-t-il ajouté.

Dans sa longue lutte de dénonciation des activités de compagnies chinoises autour de Belinga , il révèle que “nous avons tout simplement exigé que la législation en vigueur au Gabon en matière d’exploitation de ressources et surtout en matière d’environnement soit respectée. On ne peut pas démarrer un projet de cette envergure sans réaliser une étude d’impact environnementale préalable. C’est ce que nous avons exigé”.

“Mais nous étions surpris que les travaux de construction d’une route reliant Mikoula et Koungou aient démarré sans étude d’impact environnementale. C’est ce qui a constitué pour nous une violation flagrante du code de l’environnement. Et nous l’avons dit à haute voix aux Chinois et aux autorités locales, surtout au président de la République”, a confié à la PANA Ona Essangui.

“Ce qu’il faut retenir c’est que les ONG et la société civile ne se sont jamais opposées au projet. Au contraire, nous avons d’abord voulu voir clair dans le contrat des études de faisabilité, les études d’impact environnementales. C’est ce qui a constitué un litige car l’administration voulait passer en force. L’autre aspect concernait l’édification du barrage hydroélectrique. Mais nous avons pensé que ce qui motive la protection du parc de l’Ivindo, ce sont aussi les chutes de Koungou (Nord-Est) qui font partie du patrimoine national”, a-t-il nuancé.

A la question de savoir pourquoi son combat pour la protection du Parc national de l’Invindo, où se trouve le gisement de fer, lui avait tant valu des démêlés avec l’Etat, il soutient que tous les parcs doivent être protégés, pas seulement le parc de l’Ivindo. “Quand on crée un parc national ce n’est pas pour le déclasser tout de suite. Nous sommes dans cette logique qui voudrait que certaines activités ne soient pas menées dans une aire protégée. Les parcs nationaux ont été créés en 2004 par le gouvernement sous l’impulsion du chef de l’Etat Omar Bongo. C’est une décision politique. Nous ne le dirons jamais assez mais il faudrait que cette décision politique soit accompagnée des actions des scientifiques, opérateurs économiques”, a déclaré l’environnementaliste gabonais.

“Nous n’accepterons pas qu’il y ait des activités illicites à l’intérieur des parcs sinon cela n’aurait servi à rien de dépenser autant d’argent pour la délimitation des parcs nationaux, pour la formation des éco guides si quelques jours plus tard on va tomber dans les travers de l’exploitation des ressources ou de l’exploitation forestière”, a-t-il ajouté.

Pour Marc Ona Essangui, “le Gabon n’est pas en manque de ressources, de revenus, de potentialités minières ou pétrolières. Tout cela peut résoudre les problèmes des Gabonais. Le mal réel au Gabon est la mauvaise gouvernance, la mauvaise redistribution de l’argent issu de l’exploitation forestière, minière, pétrolière”.

Pour n’avoir jamais cessé de dénoncer ces malversations de la part des autorités en charge des secteurs de la Forêt, des Mines et du Pétrole, Marc Ona Essangui et d’autres collègues de la coalition internationale “Publiez ce que vous Percevez” (PCQVP) avaient été emprisonnés en décembre dernier. Mais aujourd’hui encore, il demeure attaché à son combat contre la corruption et pour la protection de l’environnement.

“Je le fais en mon âme et conscience. Jusqu’à présent, j’ai une interdiction de sortie du territoire, mais cela ne me décourage pas pour autan”, a-t-il confié à la PANA.

“On peut se passer d’exploiter le fer de Belinga. On peut laisser cette richesse pour les générations futures. Aujourd’hui, les fonds pour les générations futures sont hypothéqués parce que c’est un fond qui n’est pas alimenté. A mon avis, le Gabon n’a pas besoin de l’argent qui proviendrait de l’exploitation du fer de Belinga. Nous n’avions pas besoin de nous presser pour exploiter cette mine. Il ne faudrait pas que des opérateurs économiques extérieurs viennent dicter leur loi à nos hommes politiques qui ensuite ne respectent pas nos lois et notre législation. Nous le refusons”, a-t-il martelé.

“Maintenant, si le gouvernement estime qu’il ne veut pas entendre ces paroles, je dirai que je fais ce travail conformément aux engagements pris par le Gabon sur le plan international. Je me réjouis du travail de terrain que je fais avec mon équipe. Nous dénonçons ce qui est mauvais et cela dérange le gouvernement. On ne peut faire ce genre de travail sans subir des pressions. Le prix qui nous a été attribué permettra au gouvernement de reculer sans doute et de réfléchir avant de détruire l’environnement”, a déclaré Marc Ona Essangui.

On rappelle que l’année dernière, le Goldman Environnemental Prize avait été attribué au Mozambicain Feliciano dos Santos.


SUR LE MÊME SUJET
Communiqué : Le Dr. Daniel Mengara félicite Marc Ona pour son prix Goldman 2009, déplore l’indifférence des autorités gabonaises
Le Dr. Daniel Mengara s’est rendu vendredi 24 avril à Washington en vue d’y rencontrer Marc Ona Essangui, Prix Goldman 2009, et le féliciter personnellement pour l’honneur qu’il a fait à notre pays de le mettre, par son travail exemplaire, dans l’orbite mondiale et dans un domaine—la protection et la gouvernance de l’environnement—où les Gabonais ne se sont jamais distingués. La visibilité internationale de Marc Ona Essangui est ainsi, aux dires du Dr. Daniel Mengara, « un honneur pour le Gabon et la preuve que l’action citoyenne, d’où qu’elle vienne, ne peut que constituer l’impératif le plus absolu de tous ceux ...
Lire l'article
Le soutien dont bénéficie à Washington le président de Brainforest au Gabon, Marc Ona Essangui, ne mollit pas. Cette fois-ci, c'est directement la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, qui a adressé le 16 mars une lettre personnelle au président Omar Bongo pour lui demander de laisser Marc Ona (et son épouse) se rendre à San Francisco du 15 au 25 avril pour recevoir le Prix Goldman de l'environnement attribué en 2009 pour la défense du Parc d'Ivindo.
Lire l'article
Le leader gabonais de la société civile, Marc Ona Essangui, président de l’ONG environnementale Brainforest et principal dénonciateur des répercussions écologiques du projet Bélinga, s’est vu décerner ce 20 avril l’un des cinq prix Goldman Environnement 2009, l’équivalent du Prix Nobel pour la défense de l’Environnement. Ce prix récompense son engagement dans la dénonciation des projets d’Etat qui menacent l’équilibre environnemental du pays, comme le projet d’exploitation du fer de Bélinga dans le Nord-Est gabonais, ou la construction d’un nouvel aéroport dans une forêt protégée au Nord de Libreville. Le militant écologique gabonais Marc Ona Essangui, président de l’ONG environnementale Brainforest ...
Lire l'article
COMMUNIQUE DE PRESSE De Marc ONA ESSANGUI Prix Goldman 2009 Coordonnateur National de la Coalition Publiez ce que vous Payez au Gabon Démenti de la présence de la Coalisation Publiez ce que vous Payez à la conférence de presse du 16 avril 2009 à Libreville Confirmation que Bruno Ben Moubamba s’exprime au nom des Acteurs Libres de la Société Civile Gabonaise Suite à la conférence de presse tenue à Libreville le 16 avril 2009 par un groupe de responsables d’associations gabonaises, je tiens à manifester mon étonnement et mon indignation en constatant que le nom de Publiez ce que vous Payez apparaît dans la liste des signataires ...
Lire l'article
Le Gabonais Marc Ona Essangui a remporté, samedi, le Goldman Environnemental price, l’équivalent du Prix Nobel pour la défense de l’environnement, mentionne Info plus Gabon. Il s’était battu contre l’exploitation de la mine de fer de Belinga au nord-est du Gabon dans un parc national et la construction d’un aéroport au nord de Libreville, la capitale gabonaise, dans la forêt de la Mondah.
Lire l'article
Le Goldman Environnemental Prize, l’équivalent du Prix Nobel mais pour la défense de l’Environnement, a été attribué samedi au Gabonais Marc Ona Essangui. N’ayant pu se rendre à Londres pour réceptionner son prix —les autorités gabonaises ne lui ayant pas restitué son passeport dont il avait demandé une prorogation—, Marc Ona Essangui s’est contenté d’apprendre la nouvelle à Libreville. En fait, depuis quelques jours, il espérait bien recevoir ce prix. Ona Essangui faisait partie des nominés pour ce prix parmi les représentants africains. Opposé à l’exploitation de la gigantesque mine de fer de Belinga (Nord-Est du Gabon) dans un parc national et ...
Lire l'article
La polio avait frappé Marc Ona Essangui quand il avait 6 ans. A l’université de Libreville, il a étudié la psychologie, parce que cette faculté disposait du seul bâtiment accessible à son fauteuil roulant. Responsable de l’ONG Brainforest, créée en 1998, ce quadragénaire œuvre aujourd’hui pour la préservation de l’environnement. En août 2002, il s’était rendu au sommet de la terre, à Johannesburg, en Afrique du Sud. Depuis, Marc Ona s’est impliqué dans la préservation de l’environnement et reste un acteur incontournable de la Coalition Publiez ce que vous payez (PCQVP). Son carnet d’adresse a lui aussi pris du volume. ...
Lire l'article
Le procès intenté par le leader de la société civile gabonaise, Marc Ona Essangui, au ministre de l’Intérieur, Mba Obame, s’est ouvert hier, à Libreville. Le plaignant accuse le ministre d’avoir pris, en juin dernier, une mesure illégale qui l’avait empêché de se rendre à New York, où il devait assister à une conférence sur la transparence des contrats dans les industries extractives. Marc Ona et son avocat estiment que la mesure d’interdiction de voyager n’était pas fondée et exigent 50 millions de FCFA de dommages et intérêts, explique Guy-Pierre Bitégué, directeur de publication du bihebdomadaire Le Mbandja. L’avocat de l’Etat gabonais ...
Lire l'article
L’affaire Marc Ona Essangui, coordonnateur au Gabon de la coalition Publiez ce que vous payez (PCQVP) a connu un nouveau rebondissement au tribunal de Libreville où un jugement final sera rendu le 17 juin, au sujet du différend qui l’oppose à Mba Obame, ministre de l’Intérieur. Marc Ona Essangui avait en effet porté plainte contre le ministre de l’Intérieur Mba Obame qui l’avait empêché de se rendre le 6 juin 2008 à New York pour participer à une conférence, à l’invitation de Revenue Watch International. Me Bertrand Homa Moussavou, avocat de la victime a déclaré qu’il s’agit de « faire respecter les ...
Lire l'article
L’avocat de Marc Ona Essangui, leader d’ONG et porte-parole de la société civile gabonaise, a réclamé mardi de verser à son client une somme de 50 millions de F CFA pour dommages et intérêts subit dans une affaire l'opposant au ministre gabonais de l’Intérieur, André Mba Obame. ’’Nous n’acceptons pas qu’on prive quelqu’un de son droit de circuler sans motif. Et si la République ne fonctionne pas selon un Etat de droit, alors c’est grave’’, a dit Me Homa Moussavou lors de l’audience. ’’Nous réclamons 50 millions de F CFA à l’Etat gabonais parce que la liberté n’a pas de prix’’, ...
Lire l'article
Communiqué : Le Dr. Daniel Mengara félicite Marc Ona pour son prix Goldman 2009, déplore l’indifférence des autorités gabonaises
Gabon: Marc Ona Essangui
Gabon : Marc Ona lauréat 2009 du prix Goldman Environnement
Marc Ona Essangui: Démenti de la présence de la Coalisation Publiez ce que vous Payez à la conférence de presse du 16 avril 2009 à
Gabon : Marc Ona Essangui reçoit le prix Goldman de l’environnement 2009
Gabon : Marc Ona Essangui remporte le Goldman Environnemental Prize 2009
Gabon : Marc Ona Essangui nominé pour recevoir le Goldman Environnemental Prize 2009
Gabon : ouverture du procès de Marc Ona Essangui contre le ministre de l’Intérieur Mba Obame
Gabon : Marc Ona Essangui poursuit en justice le ministre de l’Intérieur
Gabon: Justice : La défense de Marc Ona Essangui réclame 50 millions de FCFA pour préjudice

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 20 Avr 2009
Catégorie(s): Environnement,Monde,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Gabon: Le Goldman Environnemental Prize 2009 au Gabonais Marc Ona Essangui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*