Socialisez

FacebookTwitterRSS

La crise politique menace la stabilité de Madagascar

Auteur/Source: · Date: 21 Avr 2009
Catégorie(s): Afrique

A Madagascar, la crise ne se dénoue pas. Depuis son exil en Afrique du Sud, Marc Ravalomanana, le président contraint de quitter le pouvoir en plein chaos il y a un mois, organise la résistance et prépare son retour “d’ici à quelques semaines” pour y “restaurer l’ordre constitutionnel”. Sur la Grande Ile, les manifestations en sa faveur dégénèrent. Lundi 20 avril, des tirs à balles réelles des forces de sécurité ont fait plusieurs victimes.

Alors que les membres de la Haute Autorité de transition, dirigée par Andry Rajoelina, ont annoncé avoir émis un mandat d’arrêt le concernant, M. Ravalomanana s’est défendu au cours d’une conférence de presse lundi à Johannesburg : “Je n’ai pas peur d’être arrêté, car j’ai confiance dans le travail de la SADC (l’organisme de coopération de l’Afrique australe) et de l’Union africaine. Ils ont un plan.”

L’Union africaine s’est opposée à la prise du pouvoir par Andry Rajoelina, le 17 mars, dans des circonstances qualifiées de “coup d’Etat civil et militaire”.

Marc Ravalomanana a affirmé, lundi, avoir abandonné le pouvoir “sous la menace d’une arme”, en insistant : “Je n’ai pas démissionné. J’ai été obligé d’écrire l’ordonnance de transfert de pouvoir.”

Depuis, son tombeur, M. Rajoelina, tente d’asseoir son pouvoir. Son gouvernement, après des semaines d’attente, a été complété par une série de nominations. Mais l’organisation d’assises nationales ou de négociations avec le parti de M. Ravalomanana a tourné court. Ce dernier, de son côté, répétait lundi : “Je suis toujours le président de Madagascar.”

En offrant de “partager le pouvoir en formant un gouvernement d’union nationale” auquel pourrait participer Andry Rajoelina, l’ancien président Ravalomanana ouvre la voie à son retour, en proposant aussi de déterminer, par voie de référendum, s’il doit achever son mandat ou si des élections anticipées doivent être organisées.

MANIFESTATIONS QUOTIDIENNES

A Madagascar, la mobilisation des partisans de l’ancien président, un temps sonnés par sa démission et son départ, ne faiblit pas. Depuis des semaines, ses partisans réunissent pratiquement tous les jours une dizaine de milliers de personnes dans un parc du centre-ville où M. Rajoelina avait inauguré, en janvier, une place de la Démocratie.

Lundi, les manifestants se sont déplacés devant les bâtiments de la Haute Cour constitutionnelle, puis vers d’autres bâtiments de l’administration.

La dispersion a été violente, marquée par des jets de pierres des manifestants et l’usage d’armes par les forces de l’ordre. Deux manifestants auraient été tués, ainsi qu’un policier, selon un bilan officieux. Treize personnes ont été blessées, certaines grièvement.
Jean-Philippe Rémy avec Sébastien Hervieu (à Johannesburg) 


SUR LE MÊME SUJET
La délégation de l'ex-président malgache Marc Ravalomanana a quitté vendredi les discussions de sortie de crise se déroulant à Madagascar sous l'égide de l'ONU et de l'UA entre le nouveau régime et les composantes majeures de l'opposition, selon des sources concordantes. "Nous avons quitté les négociations car c'était un dialogue de sourds", a déclaré à l'AFP Raharinaivo Andrianantoandro, porte-parole du TIM, parti de M. Ravalomanana. "Nous avons comme condition le retour de Marc Ravalomanana (actuellement à l'extérieur du pays), cette requête n'est pas satisfaite", a-t-il dit. Ces discussions se sont cependant poursuivies samedi entre les délégations du président de transition malgache Andry Rajoelina ...
Lire l'article
Et revoilà Ravalomana!Et revoilà Ravalomana!© La rédaction web de Jeune Afrique Les partisans de Marc Ravalomanana accentuent la pression pour obtenir le départ du président de transition Andry Rajoelina. Outre les manifestations quotidiennes, une pétition demandant le retour du chef de l’Etat déchu a été lancée. A chaque jour sa manifestation. De lundi à jeudi, des milliers de partisans de Marc Ravalomanana ont battu le pavé dans la capitale malgache Antananarivo. Certains n’avaient qu’un slogan à la bouche : « Andry miala » (Andry, démissionne). Mercredi, une surprise les attendait les militants. Marc Ravalomanana s’est exprimé pour la première fois depuis qu’il ...
Lire l'article
Le président déchu malgache Marc Ravalomanana, dont on avait perdu la trace depuis la prise du pouvoir la semaine dernière par l'opposant Andry Rajoelina, se trouve au Swaziland où se tiendra la semaine prochaine un sommet de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), a annoncé mardi un responsable swazi. Le président déchu malgache Marc Ravalomanana, dont on avait perdu la trace depuis la prise du pouvoir la semaine dernière par l'opposant Andry Rajoelina, se trouve au Swaziland où se tiendra la semaine prochaine un sommet de la Communauté de développement de l'Afrique australe. (Reuters/Jasleen Sethi) Le président déchu malgache Marc ...
Lire l'article
Le président déchu malgache, Marc Ravalomanana, dont on avait perdu la trace depuis la prise du pouvoir la semaine dernière par l'opposant Andry Rajoelina, se trouve au Swaziland, où se tiendra la semaine prochaine un sommet de la Communauté de développement de l'Afrique australe, a annoncé mardi un responsable swazi. A Madagascar, un porte-parole du gouvernement a annoncé la tenue d'une assise nationale en vue de l'organisation d'une élection présidentielle, en présence notamment des partis politiques, les 2 et 3 avril. "L'assise va essayer de déterminer la date pour l'organisation et la tenue de l'élection présidentielle et l'élaboration du code électoral", ...
Lire l'article
Trois milliers d'opposants à Andry Rajoelina ont pris part dans le centre d'Antananarivo lundi à ce qu'ils présentent comme la première d'une série de manifestations pour obtenir le départ du nouveau "leader transitoire" de Madagascar, parvenu au pouvoir la semaine dernière grâce à l'armée. Boudé par la communauté internationale, le nouvel homme fort de Madagascar, Andry Rajoelina, est confronté dès ce lundi dans la capitale à un rassemblement de ses opposants, sur la même place du 13-Mai d'où ses partisans ont poussé son prédécesseur à la démission. (Reuters/Siphiwe Sibeko) Boudé par la communauté internationale, le nouvel homme fort de Madagascar, Andry Rajoelina, ...
Lire l'article
Andry Rajoelina, qui a pris les rênes du pouvoir à Madagascar, affirme dans une interview au Financial Times de lundi qu'il a le soutien de la population et refuse de céder à la pression de la communauté internationale qui réclame la tenue d'élections libres dans le pays. "Un seul homme ne peut pas construire une maison. Mais la communauté internationnale doit savoir qu'elle doit respecter la volonté populaire. C'est le peuple malgache qui décide de ce qui arrive à Madagascar," déclare Rajoelina au quotidien des milieux d'affaires. Le quotidien indique que Rajoelina a réaffirmé sa volonté d'organiser des élections présidentielles dans les ...
Lire l'article
L'ONU n'est pas en mesure de dire si le départ du président malgache Marc Ravalomanana et son remplacement par son opposant est légal, mais ne tolère pas les "changements de gouvernement anticonstitutionnels", a déclaré mercredi sa porte-parole. "La légalité de la situation (à Madagascar) n'est pas quelque chose que nous pouvons déterminer", a déclaré Michèle Montas, répondant à la question de savoir si le départ du président constituait un coup d'état. "Ce qui est sûr, c'est que nous ne tolérons pas les changements de gouvernement anticonstitutionnels", a-t-elle ajouté. La Haute cour constitutionnelle (HCC) de Madagascar a officiellement entériné mercredi l'accession au pouvoir d'Andry ...
Lire l'article
Le président malgache contesté, Marc Ravalomanana, refuse, irrémédiablement, d’accepter la requête de déchéance de l’opposition, en revanche il a proposé, dimanche la tenue d’un référendum, selon Radio France Internationale (RFI). Vendredi, le leader de l’opposition, le Maire déchu de la capitale, Andry Rajoelina, avait lancé un ultimatum, accordant quatre heures au Chef de l’Etat pour démissionner, à défaut d’être déchu. L’opposition avait, dans le même temps, annoncé la requête adressée à la Haute Cour Constitutionnelle, afin qu’elle « prononce la déchéance des fonctions du président de la République, de l’Assemblée nationale et du Sénat. » Lundi, la situation est toujours ...
Lire l'article
L'opposant malgache Andry Rajoelina a déclaré samedi soir qu'il "commande" désormais l'armée "dans tout Madagascar", dans une interview à l'AFP à sa résidence dans la capitale Antananarivo. "L'armée ne prend plus d'ordre du président de la République (Marc Ravalomanana), c'est moi qui commande l'armée aujourd'hui; ils (les militaires) reçoivent les ordres d'Andry Rajoelina, et pas seulement à Antananarivo mais dans tout Madagascar", a déclaré le chef de l'opposition, qui a précisé: "nous ne voulons pas la violence". "M. Ravalomanana a toujours sous-estimé la force d'un peuple uni", a ajouté l'opposant qui a demandé samedi au président Ravalomanana de quitter le pouvoir, ce ...
Lire l'article
Le Chef de l’Etat malgache l’a affirmé dans un communiqué dont les termes ont été relayés par Radio France Internationale (RFI) samedi après-midi. Marc Ravalomanana se trouve toujours dans la présidence, a-t-on constaté, alors que la Primature a été occupée par les ministres de la Haute Autorité de Transition depuis samedi matin, en compagnie d’une trentaine de militaires. Le climat politique est à l’incertitude et à l’attente. Andry Rajoelina, le jeune Maire contestataire a annoncé au cours d’un meeting Place du 13 Mai, « avoir destitué le Président de la République, et prié la Haute Cour Constitutionnelle de « prendre acte et ...
Lire l'article
Crise à Madagascar: la délégation de Ravalomanana quitte les discussions
Madagascar: Et revoilà Ravalomana!
Le président déchu de Madagascar est au Swaziland
Madagascar : l’ancien président s’est réfugié au Swaziland
À Madagascar, l’opposition à Rajoelina s’organise
Madagascar: pour Andry Rajoelina, le monde doit respecter la volonté populaire
Madagascar: l’ONU ne se prononce pas
Madagascar: Impasse et négociations au lendemain du refus de Marc Ravalomanana de jeter l’éponge
Madagascar: l’opposant Andry Rajoelina déclare qu’il “commande” l’armée
Madagascar: Le Président Marc Ravalomanana refuse de démissionner comme l’exige l’opposition


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 21 Avr 2009
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*