Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Libreville condamne la libération «abusive» de Félix Bongo à Paris

Auteur/Source: · Date: 27 Avr 2009
Catégorie(s): Monde

Suite à la libération le 23 avril dernier par la justice française de Félix Bongo, sous le coup d’un mandat d’arrêt international pour malversations financières dans l’affaire «des fourgons blindés», le Procureur du Parquet de Libreville, Bosco Alaba Fall, a dénoncé une décision abusive de la justice française, en violation des conventions d’aide mutuelle judiciaire en vigueur entre les deux pays. Le Procureur Alaba Fall a indexé la condescendance du Parquet de Paris dans cette affaire et décidé d’appliquer le principe de réciprocité aux demandes similaires ultérieures de la France. Interpellé le 31 mars dernier à Paris par les services d’Interpol et incarcéré à la prison de Pontoise en attente de son extradition, Félix Bongo, sous le coup d’un mandat d’arrêt international délivré par la Parquet de Libreville depuis le 10 juin 2008 pour malversations financières, a été relâché par la justice française le 23 avril dernier.

Sous le coup d’un mandat d’arrêt international dans le cadre de l’affaire de la surfacturation des fourgons blindés au Trésor Public gabonais, le patron du cabinet In Consulting, Félix Bongo, est accusé avec son complice d’avoir détourné plus de 3,6 milliards de francs CFA au Trésor Public lors de la livraison de 13 fourgons blindés en septembre 2006.

Le Procureur du Parquet de Libreville, Bosco Alaba Fall, a publié le 25 avril une déclaration dans laquelle il condamne fermement cette décision du Parquet de Paris, en violation de la convention d’entraide judiciaire mutuelle signée entre les deux pays depuis 1963.

Le Procureur de Libreville a expliqué que conformément à ladite convention, «le Gabon avait 20 jours pour confirmer ses poursuites en faisant parvenir, par la voie diplomatique, aux autorités françaises le dossier complet des faits reprochés à son ressortissant».

Or «le 6 avril 2009, l’ambassadeur de France au Gabon recevait des mains des autorités gabonaises l’ensemble du dossier (…) et le transmettait aussitôt à Paris», poursuit le juge Alaba Fall, indiquant qu’une mission avait été mandatée dans la foulée sur Paris pour rapatrier l’inculpé.

Mais la justice française aurait fait fi des conventions de coopération judiciaire en vigueur entre les deux pays et se serait reposée sur des textes législatifs français pour procéder à la libération précipitée de Félix Bongo, explique le Procureur gabonais.

Il précise que tous les textes sur lesquels s’est reposée la justice française commençaient par «en l’absence d’une convention internationale en stipulant autrement», preuve flagrante que le Parquet de Paris a agit en violation de la convention de 1963.

«La décision de mise en liberté rendue par le Parquet Général de Versailles l’a été en violation flagrante et manifeste des dispositions des articles 51 et 52 de la convention précitée qui ne prévoit qu’un seul et unique cas de mise en liberté, lorsque les documents relatifs à la procédure n’ont pas été transmis dans le délai de vingt jours à compter de la date d’arrestation», renchérit le Procureur de Libreville.

Il a par ailleurs rappelé que «ces trois dernières années, la France qui réclamait à notre pays l’extradition de ses compatriotes ayant commis des impairs en France avant de venir se réfugier au Gabon, a invoqué dans tous les cas l’application stricte de ladite convention au soutien de ses différentes demandes».

Et d’ajouter que «le Parquet de la République de Libreville a, dans des délais très courts, procédé sans aucune entraves à l’extradition des Français réclamés par la justice française, sans s’arroger le droit d’apprécier l’opportunité et le bien-fondé des poursuites françaises».

Par conséquent, condamnant cette décision, le Procureur Alaba Fall a annoncé que le Parquet de Libreville «se réserve le droit d’appliquer dorénavant le principe de réciprocité à toutes les demandes ultérieures de la France».


SUR LE MÊME SUJET
Le Parquet de Paris a jugé irrecevable le 26 février la plainte du Cri du conseil de la diaspora (CCD) camerounaise déposé le 2 février contre le président Paul Biya pour «recel de détournement de fonds publics». La décision de la justice française aurait été motivée par un manque flagrant d’indices des plaignants. Accusé de «recel de détournement de fonds publics» par plusieurs ressortissants réunis autour du Cri du conseil des camerounais de la diaspora (CCD), le président Paul Biya a été blanchi par la justice française le 26 février. Cette association lui reprochait d’avoir constitué en France ...
Lire l'article
Au nom du peuple gabonais, du mouvement " Bongo Doit Partir " (BDP-Gabon Nouveau), et de mon nom propre en tant que Président de ce mouvement, je tiens ici à saluer la décision rendue ce mardi 5 mai par la juge d'instruction française Françoise Desset trouvant recevable la plainte déposée par les associations Sherpa et Transparency International contre les trois dictateurs kleptocrates africains que sont Denis Sassou Nguesso du Congo Brazza, Omar Bongo du Gabon et Teodoro Obiang Nguéma de Guinée Equatoriale. Dans ce dossier qui a connu mille revirements et rebondissements, la recevabilité de cette plainte pour recel, blanchiment et ...
Lire l'article
Sous le coup d’un mandat d’arrêt international dans le cadre de l’affaire de la surfacturation des fourgons blindés au Trésor Public gabonais, le patron du cabinet In Consulting, Félix Bongo, vient d’être interpellé à Cergy, en région parisienne, puis écroué à la prison de Bois d’Arcy. Il est accusé avec son complice d’avoir détourné plus de 2,6 milliards de francs CFA au Trésor Public lors de la livraison de 13 fourgons blindés en septembre 2006. Félix Bongo, le patron du cabinet In Consulting, qui faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international délivré en 2008 par la justice gabonaise, a été interpellé à ...
Lire l'article
Félix Bongo, le patron du cabinet IN Consulting, qui faisait l'objet d'un mandat d'arrêt international délivré en 2008 par la justice gabonaise, a été interpellé à Cergy, puis écroué à la prison de Bois d'Arcy, dans la région Île-de-France, rapporte dimanche la télévision nationale. On rappelle que les responsables du Trésor public gabonais avaient été abusés en juin 2007 par le cabinet IN Consulting désigné pour la livraison d'une quinzaine de fourgons blindés destinés à l'escorte des fonds publics. Vérification faite, la somme perçue par le cabinet IN Consulting pour l'achat de ces fourgons blindés a été de 3,6 milliards de FCFA, ...
Lire l'article
Les responsables du Trésor public avaient été abusés il y a plusieurs mois par un cabinet de Consulting désigné pour la livraison d’une quinzaine de fourgons blindés destinés à l’escorte des fonds publics. Son patron, Félix Bongo a été interpellé le mardi dernier à Cergy, dans la banlieue parisienne avant d’être écroué à la prison de Bois d’Arcy.Le Bois-d’Arcy est une commune du département des Yvelines, dans la région Île-de-France, en France, située à environ neuf kilomètres à l’ouest de Versailles. M. Bongo qui faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international délivré en 2008 par la justice gabonaise, était poursuivi pour des ...
Lire l'article
Sur cette page, vous trouverez des liens vers les divers meetings de la Coalition. Meeting de Bruxelles des 30 et 31 mai 2009, "Etats-Généraux de la Réforme au Gabon" portant Modification et révision de la Constitution Gabonaise Meeting de Paris des 20, 21 et 22 février 2009 portant naissance de la Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National Vous pouvez aussi suivre les activités et news de la Coalition.
Lire l'article
La justice gabonaise a condamné jeudi BGFI Bank et son ancienne employée à verser 350.250.000 francs CFA au procureur de la République Bosco Alaba Fall, au titre de réparation, a constaté un journaliste de l’AGP sur place. BGFI Bank doit verser à elle seule 350 millions de FCFA et Marlène Rapontchombo, son ancienne employée, à l’origine de l’affaire, devra quant à elle payer 250.000 F CFA. Cette décision intervient une semaine après la tenue d’un procès au cours duquel l’ancienne employée de BGFI BANK a comparu, à la suite d’une plainte du procureur de la République. Le procureur qui s’était constitué juge et ...
Lire l'article
L’ancienne caissière de le Banque gabonaise et française internationale (BGFI), Marlène Rapontchombo, a comparu le 13 février dernier en correctionnelle au Tribunal de première instance de Libreville, pour avoir divulgué les comptes du procureur de la République, Bosco Alaba Fall, entraînant une vive polémique au sein de la société civile gabonaise. Six mois de prison ferme et 300 000 francs CFA ont été requis contre madame Rapontchombo, qui devra attendre le 19 février prochain pour être fixée sur son sort. L’affaire «Alaba Fall» qui avait défrayé la chronique il y a quelques mois est sur le point de trouver son ...
Lire l'article
Le parquet près du tribunal de première instance de Libreville a requis vendredi, six mois de prison ferme à l’encontre de l’ex-employée de la BGFIBANK, Marlène Rapotchombo dans l’affaire de divulgation du secret bancaire l’opposant au procureur de la République, Bosco Alaba Fall, rapporte samedi le quotidien progouvernemental l’Union. La peine a été demandée au terme d’une audience fleuve de près de 9 heures de temps au palais de justice de Libreville où s’est déroulé le procès. Hormis la peine de six mois, le ministère public a exigé à l’accusé de payer une amende de 300.000 FCFA. L’affaire a été mise en délibérée ...
Lire l'article
Justice : Paris blanchit Biya dans une affaire de biens mal acquis
Bongo Doit Partir
Communiqué: Le mouvement “Bongo Doit Partir” salue la décision de la justice française jugeant recevable la plainte contre Omar Bongo et appelle le parquet de
Gabon : Félix Bongo derrière les barreaux en France
Gabon: Félix Bongo, patron de l’entreprise IN Consulting, écroué en France
Gabon : Félix Bongo, le patron de IN Consulting écroué à la prison de Bois D’Arcy
Meetings de la Coalition
Affaire Alaba Fall/BGFI : le tribunal condamne les accusés à payer 350.250.000 Francs CFA
Gabon : Six mois ferme requis contre la caissière de la BGFI dans l’affaire «Alaba Fall»
Affaire Alaba Fall: Le parquet a requis 6 mois de prison ferme pour l’ancienne caissière de BGFIBANK

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 27 Avr 2009
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*