Socialisez

FacebookTwitterRSS

Pour l’Afrique, le FMI prescrit l’arme de la dévaluation

Auteur/Source: · Date: 27 Avr 2009
Catégorie(s): Monde

Le FMI a rendu public ce 25 avril 2009 son rapport sur les perspectives de la région. Et entre autres mesures le Fonds appelle à « laisser les monnaies se déprécier ».

Le spectre d’une dévaluation planerait-elle sur les monnaies ayant cours dans la région subsaharienne de l’Afrique ? Cette prescription du Fonds monétaire internationale dans des perspectives économiques de la région Afrique subsaharienne ne laisse pas beaucoup de place au doute : En ces temps difficiles, la politique économique doit donc être guidée par les principes suivants : « Utiliser la marge de manœuvre budgétaire disponible et autant que possible, assouplir la politique monétaire et laisser le taux de change s’adapter à la conjoncture externe ».

« Les pays appliquant de facto un régime de rattachement du taux de change pourraient envisager de l’assouplir un peu »

La seconde mesure jusque-là évoqué que mezza voce au nombre des solutions de contingentement de effets de la crise économique planétaire, vient d’être brandi par le Fonds monétaire international (FMI), cette fois urbi et orbi. Pour les experts de cette institution financière internationale il y a une sérieuse menace de « remise en cause des progrès économiques remarquables accomplis par cette partie du monde au cours des dix dernières années sur le front de la croissance et de la stabilité économique ». Surtout que, comme le note le Fonds, « les mesures prises rapidement par les gouvernements des pays avancés n’ont pas réussi à protéger de ses effets les pays émergents et les pays en développement, comme initialement espéré …. On s’attend maintenant à ce que la croissance des économies émergentes et en développement ralentisse et tombe d’environ 6 % en 2008 à moins de 2 % en 2009 sous l’effet d’une contraction de la demande d’exportations, d’une diminution des entrées de capitaux et d’une baisse des prix des produits de base ».

Péril en la demeure

Il y aurait donc péril en la demeure. Et aucune mesure dans l’arsenal des instruments de gouvernance de crise ne serait à exclure pour préserver « la croissance qui est indispensable à la réduction éminemment souhaitable de la pauvreté ». Face donc à la diminution de la demande d’exportations africaines, à la baisse des cours des produits de base, au risque de fléchissement des envois de fonds des travailleurs émigrés, au resserrement mondial du crédit et à l’aversion des investisseurs pour le risque qui ont déjà provoqué une inversion des flux d’investissements de portefeuille, découragé l’investissement direct étranger (IDE) et rendu le financement des échanges plus coûteux ; ainsi qu’au ralentissement de l’activité économique avec pour corollaire un accroissement du risque de crédit et les créances improductives et, partant, un affaiblissement du bilan des institutions financières et des sociétés, le FMI conseille aux pouvoirs publics de la région une « riposte adaptée à la situation particulière de chaque pays ». Leur prescrivant ce qui doit en être la priorité pour tous : limiter les effets négatifs de la crise sur la croissance économique et la lutte contre la pauvreté, tout en préservant les progrès accomplis ces dernières années au prix de grands efforts, notamment la stabilité macroéconomique et la viabilité de la dette.

« L’assouplissement de leur politique monétaire »

Décryptage de ces « grands efforts » auxquels sont invités les pays d’Afrique subsaharienne, ce sont donc, pour certains, « l’assouplissement de leur politique monétaire » sous l’effet de l’impulsion déflationniste que devrait induire la chute des prix des produits de base. Chacun devra pouvoir se mettre à cette mesure quelle que soit le régime de change qui est le sien. Le conseil des experts du Fonds est des plus précis : « la monnaie devra se déprécier en termes réels dans les pays où les termes de l’échange se sont détériorés ou les flux de capitaux se tarissent. Les pays à taux de change souple devraient laisser leur monnaie se déprécier, tandis que, dans les pays à taux de change fixe, la politique budgétaire reste, avec des mesures visant à améliorer la compétitivité, le principal moyen d’intervention. Les pays appliquant de facto un régime de rattachement du taux de change pourraient envisager de l’assouplir un peu ». Pour ceux des pays de la région qui ont réussi à stabiliser leur situation macroéconomique et qui sont libres de contraintes liées à la soutenabilité de la dette, ou qui ont accumulé de l’épargne pendant la vague de prospérité les « grands efforts » prendraient les formes de « financement de l’accroissement du déficit budgétaire, en laissant jouer les stabilisateurs automatiques, ou de relance budgétaire discrétionnaire via des mesures sociales pour protéger les populations pauvres ou encore de recours aux réserves pour procéder progressivement aux ajustements nécessaires ». Pour ceux des pays de la région sans réserves, c’est aux donateurs qu’il reviendra de faire des « efforts » en terme de « soutien accru des pour faciliter leur ajustement ».

« S’adapter au nouveau contexte extérieur »

Pour le FMI, dans la conjoncture défavorable actuelle caractérisée par les effets d’engrenage de la dépression économique mondiale et l’aversion croissante des investisseurs au risque, l’assombrissement des perspectives de croissance économique dans toute la région consécutif à chute de la demande et des cours des produits de base et au tarissement des ressources extérieures, « tous les pays (de la région d’Afrique au Sud du Sahara, ndlr) devront s’adapter au nouveau contexte extérieur »… Même s’il faut passer par une dévaluation de leur monnaie. .


SUR LE MÊME SUJET
Football : la CAN, une arme diplomatique pour la Guinée équatoriale
Depuis le 21 janvier, la Guinée équatoriale et le Gabon accueillent la 28e édition de la Coupe d'Afrique des nations de football. Il s'agit d'une première pour ces deux états frontaliers d'Afrique centrale. Si le Gabon n'est bien sûr pas un modèle de démocratie avec la dynastie Bongo, qui détient le pouvoir depuis 1967, la Guinée équatoriale, peuplée selon les sources de 700 000 à 1 million d'habitants, est dirigée d'une main de fer, depuis un coup d'état en 1979, par le président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo. Cette ancienne colonie espagnole dispose d'un relatif "anonymat" quant à sa situation politique, ...
Lire l'article
Le président de la Confédération syndicale gabonaise (COSYGA) Martin Alini a mis en garde mercredi contre une dévaluation du Franc CFA et les "motivations des pays occidentaux" lors de la cérémonie de présentation de voeux du monde économique à la présidence. "Nous centrales et syndicats (...) voudrions rappeler que la pénible expérience de 1994 (précédente dévaluation) ne pourra laisser aucun citoyen de le zone franc indifférent. Cette douloureuse épreuve que nous ressentons tant au niveau de nos Etats que des consommateurs, suite au doublement mécanique des prix des biens importés et même des produits locaux", a affirmé M. Alini en s'adressant ...
Lire l'article
Depuis plusieurs jours déjà, un sujet alimente le débat dans l'espace médiatique et particulièrement les réseaux sociaux africains: La rumeur sur une supposée seconde dévaluation du franc CFA, la monnaie régionale africaine. Dans une interview accordée à GABONEWS, Axel Doumingou, diplômé gabonais en ingénierie financière des marchés et des entreprises, porte parole de l’UJPDG-France, nous présente avec technicité, les raisons pour lesquelles « il n'y aura pas de seconde dévaluation ». Propos recueillis par Jacques Jarele SIKA GABONEWS : Comment réagissez-vous face à cette incompréhension ou confusion de notions économiques et plus précisément la dépréciation ou ...
Lire l'article
Le ministre gabonais en charge des relations avec le parlement et les institutions, Aurélien Ntountoume, représentant le ministre de la communication empêché, a ouvert lundi à Libreville, la réunion ad-hoc d’experts sur un cadre légal harmonisé visant la Cyber sécurité en Afrique Centrale, en présence de plusieurs experts des pays de la sous région d’Afrique Centrale et des représentant de la CEEAC, l’UA, la CEA, et de la CEMAC. Ouvrant les travaux, Aurélien Ntountoume a relevé l’importance de la mise en place rapide d’un cadre juridique qui permettra aux différents Etats de la sous région de lutter ...
Lire l'article
La bande à Nduka Emmanuel alias « Papy », sujet nigérian et présumé coupable de plusieurs braquages à main armée, traquée depuis le 30 octobre dernier par la Police Judicaire (PJ), a été présentée ce jeudi à la presse par la direction générale des services criminels de la PJ. Ce gang de malfaiteurs se composait de cinq bandits de grand-chemin dont la majorité serait des récidivistes à l’image de leur chef. Parmi les malfaiteurs se trouvent un Camerounais, un Burkinabé, un Togolais et deux sujets Nigérians. D’après les faits rapportés, ce gang aurait bénéficié des informations de leur acolyte burkinabé, par ...
Lire l'article
Les Nations unies vont ouvrir en janvier prochain à Libreville un bureau régional pour l'Afrique centrale dans le but d'aider la sous-région à prévenir les confits, a annoncé lundi une représentante de l'ONU dans la capitale gabonaise. Une délégation de l'ONU est actuellement au Gabon "pour que le bureau puisse démarrer en janvier 2011", a affirmé Angèle Makombo-Eboum, conseillère politique de l'ONU et chef de la mission. "L'objectif de ce bureau, c'est aider notre sous-région d'Afrique centrale à traiter des problèmes de paix et de sécurité. Ce bureau aura un rôle de prévention des conflits. Il devra travailler en partenariat, coopérer et ...
Lire l'article
Libreville, 17 septembre (GABONEWS) – Selon un récent relevé des statistiques de la comptabilité de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC), le taux de couverture extérieure de la monnaie (le franc CFA) dans la sous région pour l’année en cours enregistre une balance excédentaire. Actualité du :17/09/2009 En effet, depuis le début de l’année 2009, le taux de couverture extérieure de la monnaie locale est caractérisé par un solde commercial positif. Ainsi, au mois de janvier, la balance commerciale extérieure a engrangé un pourcentage de 101,62 %. Le mois d’avril quant ...
Lire l'article
La valse des gouverneurs des banques de France et de la Bceao chez le gouverneur de la Béac, renforce les suspicions dans cette zone monétaire. Après le passage de Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France chez Philibert Andzembé à la fin de la première décade du mois de juillet courant, c'était autour de Philippe-Henri Dacoury-Tabley, gouverneur de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest, à peine deux semaines après, de fouler la terre camerounaise pour rencontrer son homologue de la Béac à Yaoundé. Ces mouvements sont suffisants chez les populations concernées pour relancer le débat sur ...
Lire l'article
Pick-up chargés d'hommes en armes passant en trombe, blindés déployés, rumeurs affolantes sous le vrombissement des hélicoptères d'attaque : Abéché, la grande ville de l'Est tchadien, hume l'air de la guerre qui vient. Celle que se livrent, par procuration, le Tchad et le Soudan vient d'entrer dans une nouvelle phase, encore incertaine, avec l'irruption de rebelles tchadiens en provenance de leurs bases arrière du Darfour, à l'ouest du Soudan. Leur entrée en territoire tchadien, jeudi après de brefs combats, ressemblait à une simple démonstration militaire, avant la saison des pluies, qui va figer les activités d'ici quelques semaines. Lundi matin 16 juin, ...
Lire l'article
La Banque de développement des Etats d’Afrique centrale (BDEAC) a annoncé le 6 mai dernier à Brazzaville un plan d’investissement de 220 milliards de francs CFA réparti sur 5 ans, dont 70 % devraient être injectés dans le financement des projets privés au niveau de la sous région d’Afrique centrale Pour encourager les projets de développement privés au niveau de la sous région, la Banque de développement des Etats d’Afrique centrale (BDEAC) a lancé un plan d’investissement sur la période 2008-2012 d’un montant total d’environ 220 milliards de francs CFA, dont 70%, soit environ 154 milliards de ...
Lire l'article
Football : la CAN, une arme diplomatique pour la Guinée équatoriale
Gabon: un leader syndical met en garde contre une dévaluation du franc CFA
Economie / « Il n’y aura pas de seconde dévaluation du franc CFA », Axel Doumingou
Société / Les experts africains en Télécommunication réunis à Libreville en vue de la mise en place d’un cadre juridique pour la Cyber sécurité en
Fait-divers : Un gang armé tombe dans les nasses de la PJ
Gabon: futur bureau de l’ONU pour prévenir les conflits en Afrique centrale
Gabon: 2009: Année de bon augure pour le Franc CFA en Afrique centrale
Afrique : s’achemine t-on vers une nouvelle dévaluation du Franc Cfa?
Dans l’est du Tchad, premier incident armé entre Eufor et rebelles venus du Soudan
Afrique centrale : 220 milliards sur 5 ans pour booster le secteur privé dans la sous région

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 27 Avr 2009
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*