Socialisez

FacebookTwitterRSS

Politique : ”Etre Nigérian ? Cela ne me préoccupe pas, affirme Ali Bongo (Par Jean Rovys DABANY)

Auteur/Source: · Date: 28 Avr 2009
Catégorie(s): Politique

Parmi les ”enfants biologiques” que compte le président Omar Bongo Ondimba, Ali est sans doute, l’un des plus influents. Physique de rappeur, Ali Bongo Ondimba est ministre gabonais de la Défense depuis 1999, et sa nationalité n’est pas sa préoccupation.

Représentant personnel du chef de l’État, puis ministre des Affaires étrangères (1989-1991), Ali Bongo Ondimba s’est constitué un réseau relationnel très solide aussi bien à l’étranger qu’au Gabon, même dans les casernes où soldats, officiers et généraux lui font confiance.

Au sein de la galaxie du pouvoir, il est soupçonné par ”ses ennemis” de se positionner dans la course à la succession de son père. Ce qui fait de lui, un dauphin potentiel. Vrai ou faux ? Seul Dieu le sait. Mais Ali Bongo anime le courant des ”Rénovateurs” (trois existent au sein du parti au pouvoir, Appelistes et Caciques).

Lui prêter cette intention, c’est allé peut-être un peu vite en besogne. Car le président Bongo Ondimba n’a jamais présenté Ali comme son successeur ou vouloir l’introniser comme héritier.

En 2006, le président Bongo Ondimba affirmait dans une interview à RFI :”Je vous donne la primeur de mes pensées ( ). Il ne faut pas que les gens commencent à s’entretuer pour rien, parce que là, c’est du ridicule qui n’a pas de nom ( ), il n’y a pas de dauphin. Qui dit que la succession est ouverte? Je serai candidat en 2012, si Dieu me donne encore la force ”. Pas toutefois sûr que ces affirmations soient convaincantes.

Au sein du PDG, les appétits s’aiguisent, les camps se recomposent, les ”Caciques”, qui sont les vieux compagnons du président Bongo Ondimba, ont décidé de barrer la route de la présidence aux ”jeunes-Rénovateurs”. Du coup, on affirme que Ali Bongo, l’un des ”fils biologiques”, est Nigérian, et qu’il serait arrivé au Gabon, lors de la guerre de sécession du Nigeria en 1967 dite guerre du Biafra.

”Certains prétendent que je serai Nigérian? Tout ce que j’ai envie de dire, c’est que, ce n’est vraiment pas quelque chose qui me préoccupe. Moi, je n’ai rien à prouver. Je sais qui suis-je”, a assuré le ministre de la Défense nationale lors d’une conférence de presse, à l’occasion de la 8ème édition de la Journée de la Défense organisée à Libreville.

”L’insulte n’est pas faite à moi, elle est faite à mes parents, car c’est grâce à eux que je suis aujourd’hui, là où je suis. C’est à eux, que la question doit être posée”, a ajouté Ali Bongo pour la première fois et publiquement sans citer nommément les noms de ses parents.

Comme si les rédactions des médias privés et publics n’attendaient que cet évènement, ces déclarations sont diffusées lors des différentes éditions d’informations depuis samedi soir.

”Pourquoi se justifier sur sa nationalité. Ça ne sert à rien”, commente un observateur. ”Est-ce une stratégie pour mettre fin à cette rumeur, afin de succéder à son père” ? S’interroge un autre qui s’identifie sous le seul prénom de Jean.

Destin présidentiel ou pas, le rôle public que joue Ali Bongo Ondimba dans la grande muette pousse ”ses adversaires”, qui sont convaincus qu’il a envie ”d’y aller”, à penser que l’hypothèse d’une possible ”succession à la togolaise” n’est pas du tout exclue.

En octobre 2005, le président Bongo Ondimba avait déclaré peu avant sa réélection, que ”si mon fils veut faire de la politique, ce sera à lui de se débrouiller, de se faire élire au suffrage universel. Les gens ne voteront pas pour lui juste parce que, c’est le fils de Bongo Ondimba. Il peut hériter de ma maison, de ma voiture. Mais, il ne peut pas hériter de la fonction présidentielle qui appartient au peuple gabonais”.

De plus en plus discret, Ali Bongo Ondimba, 52 ans, n’aime pas les feux des projecteurs. Mais, deux questions taraudent les esprits : la bataille se jouera-t-elle sur le terrain électoral ? Et, le pouvoir lui sera-t-il servi sur un plateau ?
 


SUR LE MÊME SUJET
S’il enrage sans doute en privé, le président gabonais Ali Bongo Ondimba oppose en public une attitude calme et ferme à l’autoproclamation de André Mba Obama comme président de la République du Gabon. Sa stratégie : minimiser les actes de l’ancien ministre de l’Intérieur, qui souhaite profiter d'une baisse de popularité de l’homme fort de Libreville. « Je préfère être un "amateur" de la politique qu'un professionnel du ridicule ». La sentence qu’a énoncée jeudi Ali Bongo Ondimba (ABO) lors d'une conférence de presse à Tchibanga (sud-ouest), où il avait présidé un Conseil des ministres décentralisé, exprime avec une certaine retenue ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – Depuis plusieurs jours, l’opposition gabonaise semble avoir déplacé le débat sur un autre terrain. Alors que leurs militants attendent toujours que leurs leaders introduisent un recours chez le juge constitutionnel, l’opposition elle appelle à des ’’villes mortes’’. Une recette qui n’a pas fait ses preuves lundi au premier des 3 jours prévus pour cette opération. Déposera, déposera pas de recours ? Jean Eyéghé Ndong, ex-Premier ministre et aujourd’hui porte-parole de l’opposition a affirmé la semaine dernière qu’ils (chefs d’opposition) vont publier ’’le moment venu ’’les procès-verbaux dont ils détiennent les copies. Pourtant, le président élu Ali Bongo ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) - Personnage à part de la scène politique gabonaise, que ses adversaires disaient volontiers impopulaire, l’ancien ministre de la Défense, Ali Bongo Ondimba, 50 ans, aura marqué la campagne présidentielle gabonaise par ses discours enflammés et soutenus par des arguments concrets. Il a connu une consécration lors de son passage à l’émission ’’Débat’’ en étant invité à débattre devant les caméras de télévision de la RTG 1 sur ce qu’il entendait faire du Gabon. Exercice réussi, selon ses fans et même ses détracteurs. Avec un premier objectif: redistribution des richesses du sous-sol à tous. Ali Bongo Ondimba s’est ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – Ali Bongo Ondimba, candidat du pouvoir, a affirmé lundi à Libreville être ’’largement vainqueur’’ au Gabon et à l’étranger, un jour après le scrutin présidentiel de dimanche, qui s’est déroulé dans le calme. ’’Des informations fondées reçues des différents circonscriptions au Gabon et à l’étranger me donne largement vainqueur’’, a affirmé M. Bongo Ondimba, lors d’une déclaration à la presse, confirmant les propos de Faustin Boukoubi, secrétaire général du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), qui donnait Ali Bongo ’’gagnant’’ de l’élection, sans avancer de chiffres. ’’J’attends maintenant que les instances compétentes annoncent officiellement ces résultats’’, a-t-il ajouté devant ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – Le scrutin présidentiel de dimanche s’est achevé à 18H (17H GMT) dans un calme relatif sur l’ensemble du territoire national. Scrutin devant désigné le futur chef de l’Etat pour les sept ans à venir. La majorité des bureaux a fermé à l’heure prévue par la Commission électorale nationale autonome et permanente (Cénap). Plusieurs centres ayant démarré avec 2h ou 3h de retard ont du prolongé les opérations de vote. Le dépouillement des bulletins a débuté après la fermeture des bureaux, peu après 18H00, à ‘'issue d’une journée sans incidents mais ayant enregistré une très grande affluence d’électeurs ...
Lire l'article
PORT-GENTIL (AGP) – Du haut de la tribune officielle, place des fêtes repeinte aux couleurs nationales : vert-jaune-bleu, Rose Francine Rogombé contemple, sous les flashes des photographes, le défilé civil et militaire. Au deuxième jour de son voyage à Port-Gentil, le chef de l’Etat intérimaire a choisi dimanche la capitale économique pour célébrer la fête nationale , avant de se rendre en fin d’après midi à Lambaréné, dernière étape de son voyage. ’’Elle est sur les pas d’Omar Bongo Ondimba’’, lance un responsable de la vie politique locale. A l’aéroport de Port-Gentil, le chef de l’Etat a été accueilli samedi par des dignitaires ...
Lire l'article
Absence de textes législatifs, appels à démission, stratégie politique: une polémique régnait toujours lundi autour du maintien dans l’actuel gouvernement de deux candidats déclarés à la présidentielle anticipée du 30 août prochain. La combinaison présentée par Paul Biyoghé Mba, Premier ministre, fait monter les enchères depuis la formation le 17 juillet du nouveau gouvernement, incluant Ali Bongo Ondimba (ministre de la Défense) et Pierre-Claver Maganga Moussavou, (ministre de l’Enseignement technique), tous deux candidats à cette élection. Depuis, les appels à démission se sont multipliés du côté de l’opposition en quête d’une éternelle légitimité qu’elle a perdue pour avoir flirté pendant plusieurs ...
Lire l'article
L’Union du peuple gabonais (UPG, opposition) a 20 ans ce 14 juillet. A sa création, en 1989 en France, sous le règne du monopartisme ‘’triomphant’’, le parti a connu des fortunes diverses, notamment la condamnation de son leader Pierre Mamboundou par contumace pour ’’atteinte à la sûreté de l’Etat’’. Expulsé de France en 1990 vers le Sénégal, où il passera trois années d’exil, son parti, considéré clandestin, ne prendra pas part aux premières élections législatives multipartites de 1990. Durant son exil dakarois, des tractations s’engagent entre lui et le régime de feu le président Omar Bongo Ondimba pour son retour au ...
Lire l'article
Déséquilibrée par la disparition des grandes compagnies aériennes internationales de son ciel, la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) va tenter d'améliorer la qualité des avions qui volent dans son espace. Depuis mardi, financiers, experts et près d'une quinzaine de dirigeants ou représentants des compagnies aériennes prennent part à une réunion à Libreville sur les solutions à apporter aux énormes difficultés d'ordre organisationnel, financier et sécuritaire auxquelles font face ces compagnies. La mort de plusieurs compagnies de transport en Afrique centrale a favorisé depuis plusieurs années déjà une pagaille dans ce secteur, même si d'ambitieuses petites compagnies ont comblé ce ...
Lire l'article
Gabon : Ali Bongo préfère être “un amateur de la politique qu’un professionnel du ridicule”
Bongo Doit Partir
Politique : Déséquilibrée, l’opposition gabonaise en quête des stratégies ? Par Jean Rovys DABANY
Politique: Ali Bongo confirme sa place au milieu des trublions politiques (PORTRAIT) Par Jean Rovys DABANY
Présidentielle : Ali Bongo Ondimba affirme être ’’largement vainqueur’’ au Gabon et à l’étranger
Politique-présidentielle: Fin du scrutin présidentiel dans le calme Par Jean Rovys DABANY
Gabon: Mme Rogombé préside son premier défilé militaire et civil à Port-Gentil (par Jean Rovys DABANY)
Gabon/présidentielle: Peut-on se déclarer candidat à une élection et demeurer ministre? (Par Jean Rovys DABANY)
Politique : La difficile marche de l’UPG qui fête ses 20 ans d’existence Par Jean Rovys DABANY
Gabon: La CEEAC veut améliorer son espace aérien (Par Jean Rovys DABANY)


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 28 Avr 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*