Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le Gabon dirigé par des Congolais ? Maman Dabany et bébé Ali avouent : « Nous les Bongo Ondimba, nous ne sommes pas Biafrais, nous sommes Congolais »

Auteur/Source: · Date: 29 Avr 2009
Catégorie(s): Commentaire,Politique,Rumeurs
patience_ali_bongo.jpg

Ces Kongolais qui dirigent... et pillent... le Gabon?

Drôle de cinéma que celui qui se passe actuellement au Gabon. Les « Bongo Ondimba » seraient-ils tombés sur la tête? A moins que ce soit le ciel qui leur soit tombé sur la cabosse ? Fiston Bongo « l’Ali pas Mohamed » et l’ancienne « Mama Bongo » jadis répudiée avec des valises d’argent aux USA semblent s’être tellement acharnés à se sortir d’un trou déjà profond qu’ils se sont, sans s’en rendre compte, enfoncés dans un autre trou, celui-ci encore plus profond que le premier. En voulant tellement prouver aux Gabonais qu’Ali le fiston Bongo n’est pas, comme la rumeur le maintient depuis qu’Ali existe, un Biafrais adopté par les Bongo, « Mama Dabany » et « Bébé Ali pas Baby Doc » ont avoué devant Gabonais ébahis qu’ils sont, en fait, Congolais. Que l’on cesse d’appeler Ali « Biafrais » a martelé avec fureur « Mama ». Il est Congolais !!! a-t-elle finalement avoué.

On se serait cru dans un de ces films américains où l’avocat malin, à force de cuisiner le témoin, le pousse tellement à bout que le témoin, hors de lui, finit par avouer larmes aux yeux: « Oui, c’est moi qui l’ai tuée, ma femme !! » A la chaîne 1 de la radio-télévison gabonaise (RTG1), Mama Dabany, cuisinée par la rumeur devenue insoutenable, a finalement lâché le morceau : « Nous y en a pas Biafrais ! Nous y en a Congolais !! Cessez de nous appeler Biafrais ! Nous y en a descendants dé la famille royale dé Mani Kongo !! Nous pas Gabonais, mais Gabon ya bon car nous pleins dé CFAs cadeau oh !»

Tout a commencé samedi 25 avril dernier lorsque Monsieur le Ministre de la Défense Nationale Ali Ben Bongo (ABB comme Albert Bernard Bongo ou Alain Bernard Bongo-Mon Dieu comme cette famille change de noms !!) décide, une bonne fois pour toutes, de mettre fin aux rumeurs qui accablent sa vie et le rendent misérable depuis que sa misérable enfance gabonaise fut gâchée par la « biafrité » que les mauvaises langues ont cultivée tout autour de lui. Furieux, le petit Alain Bernard devenu Ali Ben déclare samedi : « Certaines prétendent que je serais nigérian? (…) Tout ce que je sais, c’est que je suis né à Brazzaville en 1959. Ceux qui disent ce genre de choses ne connaissent pas l’histoire. La guerre du Biafra a commencé en 1967 et moi je suis né en 1959. Quand je suis né, le Nigeria n’était même pas indépendant avant de l’être l’année suivante. Donc, quand la guerre du Biafra commence, j’avais déjà 8 ans ».

Jusque-là, pas grand-chose à redire, notre « péti » ABB « Ben béni » par les dieux connaît bien l’histoire, et il le prouve aux yeux de tout le monde ébahi par tant de connaissance. Donc, Ali dit vrai : comment peut-on être Nigérian quand le Nigeria n’existe même pas encore et qu’on est né hors ?

Sauf que, pauvre Ali (quel chagrin !!), nous voilà au courant d’un fait qui n’est pas non plus très reluisant pour notre bonhomme. Apparemment, notre « Minisse » de la Défense n’y comprend rien. On ne sait pas vraiment, en fait, s’il a compris pourquoi la rumeur biafraise a fait tant de bruit au Gabon. On a l’impression que ce qui fait le plus mal à Ali, c’est le mot «Biafrais », qui semble lui sonner dans la tête comme une insulte. Dans sa tête, il semble plus acceptable d’être considéré « Congolais » que « Biafrais ». Cependant, ce que notre bonhomme « Ben béni » ne comprend pas, c’est que ce n’est pas, en fait, le fait d’être « Biafrais » ou « Congolais » qui soit le problème des Gabonais. Ce qui fait tiquer les Gabonais, c’est le simple fait d’avoir un « étranger » imposteur à sa tête (l’Omar) et un autre « étranger » imposteur (le Ben) pour contrôler l’armée d’un pays où il n’est pas né, pays dont il n’a pas non plus la nationalité puisque né, de son propre aveu, Congolo-Français, mais pas Gabonais du tout…

Ce que les Gabonais ne veulent pas, c’est de ces mensonges qui durent depuis 49 ans !

Comme si un seul aveu ne suffisait pas, voilà que Maman Dabany vient, ce mardi soir, en rajouter pour clarifier, clouant finalement au pilori toute la famille Bongo qui, de par sa bouche, avoue finalement aux Gabonais son imposture de 49 ans. Ecoutons « Mama Patience » (encore un faux nom !!) : « Mon fils, moi et mon mari qui était sous le drapeau [congolo-français ?] depuis trois ans, libéré [de quel asile ?] et ayant refusé de demeurer à Brazzaville [il a refusé son pays ?], la capitale congolaise, suite à la guerre civile, arrivons à Libreville le 29 octobre 1960 (…). Je suis Batéké [du Congo ?], Bongo est Batéké [de Brazza ?], nous ne sommes pas Nigérians [vraiment ?]».

Ok, on a compris. La seule chose que les Bongo ne sont pas, c’est Gabonais. Ils ont tout été et ils ont tout fait dans leur vie, y compris changer mille fois de nom et de pays, mais ce qu’ils ne reconnaissent pas, c’est leur « gabonité ». Voilà qui est clair (Ah les pauvres bongoïstes qui défendent Bongo becs et ongles en croyant qu’il est Gabonais ! Ils vont se manger les ongles et se couper le bec comme des oisillons avec cette douche froide !).

Alors, donc, revenons à nos moutons : force est de constater que dans leur défense, ni Ali ni Mama Dabany n’ont à aucun moment revendiqué leur citoyenneté gabonaise. Ils ont tout affirmé, sauf leur « gabonité ». C’est bien étrange, non ?

Ce n’est quand-même pas gentil de leur part. On nous enlève un « Biafrais » pour nous donner quoi à la place ? Un « Congolais » ? Mince, c’est pas juste ! Nous voilà mieux servis. Les Nigérians eux au moins, ils savent bricoler quelques vieilles télévisions et réparer les frigos. A quoi va nous servir Ali, maintenant que nous savons que s’il devenait président, il ne pourra rien bricoler comme un vrai Nigérian sait si bien le faire ? On pourrait au moins faire du bon business « clando » et acheter des iPhones trafiqués et bon marché venant des filières « clando » du Biafra. Non, c’est pas juste du tout, zut ! Que va bien pouvoir nous apporter un Congolais vu que les Congolais sont aussi paresseux que les Gabonais, et qu’ils ne connaissent que la sape et les fesses des femmes et le « soukouss » ? Mais bon, laissons ça de côté sinon Aurlus Mabélé que nous aimons bien va se fâcher.

Les Bongo devenus « Ondimbas » sont donc tout-Français, Batéké (du Congo), Congolais-mais jamais “Gabonais” ni « Batékés du Gabon ». Ils s’en défendent devant tout le monde. C’est ce qui sort de leur propre bouche, pas de la bouche trop bavarde du Kongossa. Qu’est-ce que les gens vont encore dire ?

Mais une question demeure : quelle est la belle jambe que cela fait aux Gabonais qu’Ali soit « Biafrais » ou « Congolais » ? Les Gabonais ont-ils une préférence pour l’un ou pour l’autre ? Rien n’est moins sûr.

Depuis toujours, il a toujours couru deux rumeurs indicibles au Gabon. La première rumeur a toujours été que Bongo n’était pas Gabonais, mais Congolais. Cette rumeur, Bongo l’a toujours démentie avec la plus grosse énergie, au point de mettre en prison les quelques Gabonais qui avaient osé le dire. La deuxième a toujours été qu’Ali Bongo n’était pas Gabonais, mais Biafrais. Celle-là aussi pouvait jeter quelqu’un au caveau.

Or, voilà que, pour démentir la rumeur de la « biafrité » du fils, la Mama Dabany monte au créneau et lâche la plus grosse des bombes : elle confirme sans rougir (bon, ok, elle est noire, d’accord) la rumeur de la « congolité » de toute la famille Bongo, famille qui apparaît tout d’un coup comme une famille habituée à l’imposture non seulement des pouvoirs et des noms (trop de noms changés dans cette famille), mais aussi des nationalités (qui sont-ils vraiment, nos chimpanzés ?).

Parlons un peu de leurs impostures, juste pour avoir les idées un peu plus claires :

Imposture No. 1 : Contrairement à ce que Bongo a souvent raconté, « Mama Dabany pas Patience » vient enfin d’avouer que les Bongo ne sont venus au Gabon que le 29 octobre 1960, soit trois mois et demie APRES l’indépendance du Gabon (Ils ne se sont même pas battus pour l’indépendance du Gabon (Mais comment donc, les voyous !)  On se posera donc toujours la question de savoir comment quelqu’un qui est né hors du Gabon (au Congo) en 1959 et qui arrive au Gabon APRES l’indépendance du Gabon peut être autre chose qu’un « étranger » ? Ali et sa famille ne semblent pas capables de comprendre que ce qui dérange les Gabonais n’est pas le fait que notre Ali défenseur national soit Nigérian, Biafrais, Turc ou Eskimo. Ce qui dérange les Gabonais, ce sont les mensonges, les impostures et les entourloupes qui ont toujours entouré les origines de la famille Bongo. Or, de l’aveu de la mère et du fils eux-mêmes, nous venons d’avoir la confirmation que Monsieur Ali Bongo Ondimba est tout sauf Gabonais. Il ne pourra plus nier ses propres paroles ni celles de sa « Mama ». Ah, « lé pauvre péti ».

Mais voilà où Ali a fait la plus grosse erreur de sa « biafrité », pardon, de sa « congolité » : Il n’y a pas de différence aux yeux des Gabonais qu’il soit « Biafrais » ou « Congolais ». Ce qui est important c’est que les Gabonais aient eu la confirmation, et sachent désormais sans l’ombre d’un doute, qu’Ali Bongo est un étranger et que la famille Bongo a toujours été une famille étrangère qui a toujours fait usage de faux et d’imposture pour s’immiscer dans la vie politique gabonaise et prendre le Gabon en otage. C’est donc là terrible imposture et elle est inacceptable pour les Gabonais, surtout si « Bébé Ben » décide de s’imposer aux Gabonais après son père. Nul n’acceptera une telle imposture de plus au Gabon.

Imposture No. 2 : La deuxième imposture des Bongo devenus « Omars » est le fait de se retrouver à la tête du Gabon après avoir été finir le pauvre vieux Léon Mba en France avec l’aide des Français. C’est parce que les Français savaient Bongo étranger qu’ils l’ont installé au pouvoir au Gabon. Ils savaient qu’un étranger comme Bongo ne pourrait jamais aimer son pays comme un vrai Gabonais. La preuve en est aujourd’hui faite : pendant 42 ans, Bongo a pillé le Gabon comme les Français ont pillé le Gabon. Le Gabon n’étant pas son pays, il ne pouvait que le considérer comme un « pilloir » et le détrousser sans merci comme un pirate pillageur le ferait. Bongo pratique au Gabon une politique de la terre brûlée. Il décime et brûle tout sur son passage et ne laissera que cendres et pleurs pour les pauvres Gabonais.

Gabonais par imposture, donc Président et leaders du Gabon par imposture, sans oublier les élections truquées par l’imposture politique, voilà, mesdames et messieurs, la vérité sur les Bongos: Le Gabon est dirigé non pas par des « Biafrais », mais par des Congolais.

Quand la Mama Bongo répudiée par Papa Bongo depuis des années vient mentionner les Batékés à la télé, elle veut nous jouer le même vieux jeu ethnique par lequel son ancien mari a toujours voulu diviser les Gabonais. Ils veulent faire croire aux Batékés du Gabon que les autres Gabonais leur en veulent. La vérité, aujourd’hui, est pourtant limpide. Ce sont les Bongo qui, étant nés Batékés congolais, se sont installés parmi les Batékés du Gabon par imposture. Dès lors, quand les Gabonais disaient à Bongo qu’il n’était pas Gabonais, mais Congolais, Bongo utilisait cela comme une arme ethnique pour faire croire aux Batékés du Gabon que les autres Gabonais les accusaient d’être Congolais. Or, cette stratégie de Bongo était indécente car le Gabon a d’autres ethnies comme les Fangs qui ont des attaches ethniques en Guinée Equatoriale et au Cameroun. Ce n’est pas pour autant qu’on va dire des Fangs du Gabon qu’ils sont Camerounais ou Equato-guinéens. On ne peut pas donc dire que les Batékés du Gabon soient Congolais car les frontières coloniales ont décidé que certains Batékés seraient du Gabon et d’autres du Congo, tout comme certains Fangs sont du Cameroun et d’autres du Gabon. Mais comme les Bongo sont machiavéliques, ils ont fait l’amalgame et ont confondu leur imposture avec le peuple Téké du Gabon et inventé des divisions ethniques là où il ne devrait pas y en avoir. Les Tékés du Gabon sont Gabonais et les Tékés du Congo sont Congolais. C’est aussi simple que cela.

Les Gabonais refusent donc de retomber dans ce piège ethnique que les Bongo aiment à nous tendre.  La “congolité” des Bongo n’engage point et n’a jamais engagé les Batékés du Gabon. Elle concerne les Bongo et uniquement les Bongo. C’est aussi simple que cela.

Mais attention! Nous au Gabon, nous n’avons rien contre nos frères congolais qui souffrent actuellement sous l’imposture politique des Sassou au Congo comme les Gabonais souffrent sous la double imposture des Bongo au Gabon. Mais reconnaissons quand-même que cela nous en bouche un coin que ce soit maintenant un enfant congolais, arrivé au Gabon APRES l’indépendance du Gabon, qui soit maintenant pressenti pour remplacer son propre papa congolais sur le trône du Gabon !!

Nous ne le disons pas par hasard. Si l’on donne le bénéfice du doute à Ali et accepte son explication, force est de constater que cela ne change pas du tout son problème car tout ce que sa maman et lui-même ont réussi à faire, c’est échanger une nationalité étrangère pour une autre. Ce qui revient exactement au même : Ali est étranger, par conséquent, il ne peut briguer la présidence du Gabon. Regardez vous-même :

Le Congo Brazza est devenu indépendant le 15 août 1960, soit deux jours AVANT le Gabon. Donc, en arrivant au Gabon le 29 octobre 1960, soit trois mois et demi après l’indépendance du Congo, Ali Bongo était bel et bien un Congolais avéré car né au Congo AVANT l’INDEPENDANCE du Congo, donc automatiquement Congolais quand le Congo devient indépendant le 15 août 1960. Autrement dit, quand Ali Bongo arrive au Gabon avec sa mère et son père Albert Bernard Bongo trois mois plus tard APRES l’indépendance du Gabon, ils sont tous Congolais depuis trois mois et demi.

Or, il n’existe nulle part au Gabon un seul papier montrant quand Ali Bongo et Omar Bongo se sont naturalisés Gabonais. Ali Bongo n’étant pas né au Gabon, il ne peut, au vu de la Constitution actuelle, devenir Président du Gabon. Son père lui-même aussi, n’étant pas né au Gabon et n’étant arrivé au Gabon qu’après l’indépendance du Gabon, ne peut pas non plus prétendre au trône du Gabon. Aucun des deux ne disposant d’aucun papier de naturalisation, et aucun des deux n’étant Gabonais de première ni de deuxième génération, leur présidence est illégale. Seuls les enfants et petits enfants de Bongo nés au Gabon peuvent prétendre au trône gabonais, pas Ali Bongo, et encore moins Omar Bongo.

Et comme Bongo lui-même a toujours été « rumoré » comme Congolais, on ne peut que saluer l’honnêteté de Mama Dabany qui, en voulant défendre le fils, a finalement avoué la vérité aux Gabonais. Pire, en disant : « Mon fils, moi et mon mari qui était sous le drapeau depuis trois ans, libéré et ayant refusé de demeurer à Brazzaville, la capitale congolaise, suite à la guerre civile, arrivons à Libreville le 29 octobre 1960 (…).je suis Batéké, Bongo est Batéké, nous ne sommes pas Nigérians », Mama Dabany avoue très clairement un autre fait important : Les Bongo n’ont quitté le Congo que parce qu’ils voulaient fuir la guerre civile congolaise. Autrement dit, si le Congo n’avait pas connu la guerre civile, les Bongo seraient restés au Congo Brazza comme Congolais et personne n’aurait jamais entendu parler d’eux au Gabon. Et puis, ne disait-on pas à l’époque que Patience était stérile et qu’elle ne pouvait pas faire d’enfants? Un autre miracle?

Merci donc les Français pour avoir tué notre président bien gabonais Léon Mba pour nous imposer des imposteurs qui n’ont même pas voulu reconnaître le nom de leur papa et grand papa « Ondimba » pendant toute leur vie, et qui ont tous tellement changé de nom qu’on a fini par s’y perdre. Albert Bernard Bongo est devenu Omar Bongo, puis Omar Bongo Ondimba (Une bien tardive reconnaissance du nom de son père !). Alain Bernard Bongo est devenu Ali Ben Bongo puis Ali Ben Bongo Ondimba (trois fois changé de nom !). Mama Dabany est d’abord née Joséphine Nkama Dabany, puis est devenue Joséphine Bongo, avant d’être répudiée par le Bongo et de se fabriquer la nouvelle identité « Patience Dabany ». Elle encore, on peut la comprendre : étant femme, elle était obligée de prendre le nom de son imposteur de mari, et étant chanteuse, il fallait bien faire « cool ». Mais Ali et papa Bongo, pourquoi ces changements de noms comme on change de chaussettes ?

La vérité est donc enfin là : elle est douce comme bonnet blanc et blanc bonnet. Nous avons, au Gabon, des imposteurs qui se font passer pour des Gabonais depuis le 29 octobre 1960 (49 ans d’impostures !!).

Alors, Bongo et Edith-Lucie, c’était finalement quoi ? Une simple affaire de retour aux sources de papa Bongo ?

Mais pour les Gabonais, une seule question demeure. Ali… Biafro ou Kongolo?

Source: BDP-Gabon Nouveau


SUR LE MÊME SUJET
« Nous ne pouvons pas prétendre développer notre pays et ne pas respecter les lois », Ali Bongo Ondimba
Interrogé sur le fond et la forme de l’opération de destruction des constructions anarchiques aux abords des trottoirs menée actuellement dans la capitale gabonaise, lors de la conférence de presse ayant suivi les travaux du conseil des ministres délocalisés de la province de l’Estuaire, le Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, a souligné que « nous ne pouvons pas prétendre développer notre pays et ne pas respecté les lois ». « Nous ne pouvons pas prétendre développer notre pays et ne pas respecté les lois. Nous recherchons le bien-être des Gabonais afin qu’ils aient un cadre qui soit beaucoup plus ...
Lire l'article
Le président du CLR, Jean Boniface Assélé a animé une conférence de presse en milieu de semaine afin d’expliquer la position de son parti à l’orée des élections législatives de décembre prochain. Confiant de ce que son parti politique le CLR (Centre des Libéraux réformateurs), membre de la Majorité Républicaine, fera bonne figure lors des législatives, le président Jean boniface Assélé a fait le point de la situation politique actuelle avant de réaffirmer l’engagement de sa formation politique à soutenir l’action du chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba. Trois questions essentielles ont constitué la trame de cette conférence de presse à ...
Lire l'article
Le président de la République, chef de l'État, Ali Bongo Ondimba, s'est réjoui, mardi, à Lambaréné, dans la province du Moyen-Ogooué (centre) du '' rôle du Gabon sur la scène internationale'' après que son pays ait proposé la résolution 65/189 qui a consacré la Journée internationale des veuves célébrée le 23 juin et le texte sur la lutte contre le VIH-Sida eu égard à son impact sur la sécurité mondiale. « Ça n'arrive pas tous les jours qu'un pays puisse faire passer une résolution au Conseil de sécurité'' de l’Onu, a fait observer le président Ali Bongo Ondimba lors d'une ...
Lire l'article
La situation des réfugiés congolais au Gabon fait toujours l'objet de discussions entre Brazzaville et Libreville. 21Des dizaines de milliers de Congolais ont fui leur pays entre 1997 et le début des années 2000. Il y a eu pourtant un accord tripartite de rapatriement signé en septembre 2001 entre le gouvernement gabonais, le gouvernement congolais et le HCR. Ils sont encore aujourd'hui environ 10 000 à vivre dans l'incertitude au Gabon.
Lire l'article
En réponse au Secrétaire d’Etat américain, Hilary Clinton dans son propos énoncé lors du point de presse, le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, aux Etats-Unis d’Amérique (USA) pour le lancement officiel de la présidence gabonaise du Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU), a soutenu sa politique de l’émergence en expliquant que « Nous souhaitons devenir un pays émergent, et nous allons emprunter toutes les démarches pour y arriver », a-t-on appris de source officielle, ce mardi. « Merci Mesdames et Messieurs. Je saisis cette occasion pour remercier le Président Obama et Mme Clinton de l'accueil qui nous a été ...
Lire l'article
Jardin Botanique de Libreville, 29 août (GABONEWS) – Dans son message à ses partisans pour le compte du denier meeting de campagne en vue de la présidentielle de dimanche, le candidat du PDG, Ali Bongo Ondimba, revenant sur les grandes lignes de son projet de société, a indiqué qu’il n’y aura pas une minute à perdre après le scrutin. « Nous n’avons pas de temps à perdre: après le 30 août, nous nous mettrons au travail », a indiqué le candidat Ali Bongo Ondimba, décontracté, et qui a rappelé qu’un autre Gabon, « un Gabon émergent est à ...
Lire l'article
Le ministre gabonais de la Défense, Ali Bongo Ondimba, a récemment déclaré devant la presse que « nous avons donc pris la décision d’accueillir tout le monde » à l’Hôpital d’Instruction des Forces Armées Omar Bongo Ondimba, situé sur la Nationale1, face à l’affluence née de la grève qui se prolonge dans les structures sanitaires du service public. « Nous avons eu beaucoup de difficultés pour faire en sorte que tout le monde soit traité. A deux reprises nous avons dû fermer l’hôpital pendant plus de deux heures pour nous permettre de réorganiser nos services. Et, lorsque nous l’avons fait, tous ...
Lire l'article
Jean Paul Neyer Anguilé, Secrétaire Général de l’Association Amitié Gabon–Chine, dans une interview accordée à GABONEWS, a déclaré que ce groupe venait appuyer la coopération entre les deux pays qui célèbrent ce lundi 20 avril, le 35ème anniversaire de l’établissement de leurs relations diplomatiques. GABONEWS (GN): - Quel est le but de votre association ? Jean-Paul Neyer Anguilé (JPNA): - Comme son nom l’indique, l’Association Amitié Gabon–Chine a pour but de promouvoir l’amitié entre les peuples gabonais et chinois GN: - Quelle est sa portée ? JPNA: - « Nous ne pouvons pas parler en tant que tel de portée. Disons que l’association a ...
Lire l'article
Il m'arrive de passer parfois sur ce site pour lire les avis et points de vue des gabonais qui s'y expriment. Personnellement, je tiens à indiquer, pour que les choses soient bien claires, que je suis membre du Parti Démocratique Gabonais, parti créé par le Président El Hadj OMAR BONGO ONDIMBA. Mieux, je me définis comme un fervent bongoïste. Admettant volontier que la démocratie que nous avons choisi de bâtir tous ensemble au Gabon ne saurait être effective sans expression des différences (d'opinion, de vue,...etc.), qu'il me soit tout de même permis de m'interroger quant aux propos que je lis ...
Lire l'article
« Nous ne pouvons pas prétendre développer notre pays et ne pas respecter les lois », Ali Bongo Ondimba
« Il n’y a pas que le PDG, dans la Majorité Républicaine, nous allons nous battre afin d’exister du mieux que nous pouvons », Assélé
Le Gabon sur la scène internationale : ” Nous n’allons pas nous arrêter sur ces quelques victoires”, Ali Bongo Ondimba
Les réfugiés congolais du Gabon manifestent peu d’empressement à rentrer chez eux
« Nous souhaitons devenir un pays émergent, et nous allons emprunter toutes les démarches pour y arriver », Ali Bongo Ondimba
Bongo Doit Partir
Gabon: « Nous n’avons pas de temps à perdre: après le 30 août, nous nous mettrons au travail », Ali Bongo Ondimba
Gabon: Santé: « Nous avons pris la décision d’accueillir tout le monde à l’Hôpital d’Instruction des Forces Armées Omar Bongo Ondimba », (Ministre de la
Gabon: « Nous sommes un groupe d’appui à la coopération entre nos deux pays » (Jean Paul Neyer Anguilé, Secrétaire Général de l’Association d’Amitié Gabon
Sylvain Abraham ESSONO NGUEMA: “Nous jeunes cadres du Parti Démocratique Gabonais, nous sommes prêts à toutes confrontations démocratiques avec ceux qui pensent différemment de nous”

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (19 votes, moyenne 3,63 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 29 Avr 2009
Catégorie(s): Commentaire,Politique,Rumeurs
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

145 Réponses à Le Gabon dirigé par des Congolais ? Maman Dabany et bébé Ali avouent : « Nous les Bongo Ondimba, nous ne sommes pas Biafrais, nous sommes Congolais »

  1. kindaboy

    10 Mai 2009 a 07:50

    bonjour,
    c’est l’article de plus mauvaise qualité que j’ai lu sur ce site et c’est franchement décevant comparer a ce que vous etes habituer a faire.
    selon vous Bongo et toute sa famille seraient d’origine congolaise? non seulement ce sont des faits que vous ne pouvez pas prouver et en plus meme si c’était le cas qui s’en soucient réellement?
    Qu’attendez vouz exactement du peuple gabonais?
    doit on se dire ” ah bon Bongo tu es un congolais? on t’as laissé conduire notre pays vers sa perte pendant une quarantaine d’année pasqu’on croyait que tu étais gabonais! mais maintenant qu’on sait que tu es congolais ca doit changer!!”
    ce discour aurait pu marcher en 1990 ou la xénophobie au Gabon avais atteint des sommet honteux! à l’époque ou “équato” était une insulte!
    mais dites vous bien que les choses ont changé. aulieu de vous fatiguez a faire ce genre de révélations douteuses proposer des plan d’action pour l’apres Bongo.
    je suis sur que vous rectifierez le tir la prochaine fois car cet article ne vous honore pas du tout.
    merci

  2. NoirdAfrique

    9 Mai 2009 a 23:33

    Bonjour à tous,j’interviens juste pour rappeler à toutes ces personnes à qui cela plairaient sûrement que le GABON s’enfume et s’en brasse que s’ils se sentaient plus gabonais il tiendraient d’autres débats que ceux de la nationalité d’un tel ou un tel.
    Nous sommes tous d’avis qu’il faut que l’ère “bongoïste” s’en aille avec ses partisans mais pas dans un tumulte sans retour.
    Donc sans vouloir jouer le pédant je demanderait aux membres et autres actifs de ce site d’édifier les lecteurs sur l’avenir sans risques qu’il préconise pour le GABON après Bongo en lieu et place de leur guerre contre Bongo et famille.
    Et qu’est-ce qui leur fait croire à toutes ces personnes qu’elles sont vraiment du GABON,j’aimerais bien qu’ils nous disent sur quelle généalogie ils se basent pour se croire plus gabonais que certains
    Merci et bon vent à tous,et ne nous remettons qu’en DIEU et rien d’autres.

    NoirdAfrique

  3. joe dann

    9 Mai 2009 a 08:29

    salut chères amis, alors moi je pense que quelque soit l’état actuel de notre président ou de notre chère pays soyons lucides car moi j’ai pas confiance en ces français aujourd’hui le vieux invite au partenariat et ces français eux veulent toujours nous diriger non à la “françafrique” en tout cas s’il veulent nous aider c’est bien de dénoncer les biens de OBO mais qu’ils nous les renvoient, le GABON en a besoin et non qu’ils s’en saisissent car je vous le dis rappellons-nous de ce qui s’est passé en cote d’ivoire et ailleurs!!! ils aiment diriger mais que nous apportent-ils vraiment ces français? Dans tout les cas je prie pour mon pays et espère que tout se passera bien nous ne sommes que 1500000 et plutard le pays aura besoin de nous et non de congolais français senegalais chinois ou autres lol!!!!!!!!!!

  4. citoyen_du_monde_bantu

    8 Mai 2009 a 17:49

    J’étais venu sur ce forum pour voir le climat relatif au “faux-départ” de OBO.

    Ce que j’y ai trouvé est, pour moi, débile. Oui débile, parce que un ramassis d’inexactitudes, de mauvaise foi et toute la xénphobie gratuite.

    – Alors, selon vous, le fait d’etre né dans un pays vous fait étranger chez soi ? vraiment le pensez-vous ? Savez-vous que Ségolene Royal est née au Sénégal ?
    – Oubliez-vous (si sans doute etes-vous TOUS de jeunes gens nés après 1960,n’avez-vous jamais étudié meme votre histoire ?? ) que les personnes vivaient alors dans un empire francais : on pouvait tout à fait travailler au Tchad en étant “gabonnais”.
    – Par conséquent, il y a aujourd’hui meme au Gabon des milliers de gens qui sont dans ce cas : ayant travaillé à travers l’AEF. Irez-vous leur nier la gabonité ??
    – Je ne parlerai meme pas des naissances actuelles pour cause de mondialisation. Que de pogroms en perspective !!!

    Pitié.

    Autant je suis comme vous tous profondément révolté par OBO et sa politique, autant je refuse les méthodes que vous utilisez ici, intllectuellement, Malhonnetes.

    D’ailleurs, un dernier point : vous fustigez (à raison peut-etre) la France, mais vous continuez de vous aggripez à des frontières tracées et instaurées par la meme …France. Trouvez l’erreur

    Des frontières tout à fait arbitraires effectuées il y a moins de 60 ans !!!

    Pour ma part, j’aurais préféré redefinir ces frontières ou mieux regrouper nos pays au lieu d’avoir entériné les “barrières” chauvines et égoistes que le colon à érigé entre nous. Nous rendant ainsi étrangers entre nous.

    Ah j’allais oublier : Ne soyez pas méprisables à l’égard des nos voisins. Il n’y pas de mal à etre “Kongo” par exemple comme je l’ai lu ici. On a le droit de ne pas aimer OBO parcequ’il avait pour beau père Sassou. Mais, ceci engage t-il le peuple du Congo pour autant ? Cet arrangement s’est fait entre EUX (personnes privées)au cas où vous ne le sauriez pas. Las-bas également ils ne veulent pas de leur Président, pour votre information.

    La chose super serait que ces peuples se soutiennent plutot pour chasser leurs présidents autoritaires (afin de penser à se mettre au travail pour un combat vers de défis autrement cruciaux, que nous avons oubliés et qui font de nous la risée du monde entier)

    Mais cela, nos “petits” ego nationalistes, nos esprits mesquins ne peuvent pas le concevoir semble t-il. Dommage

    Mbolo

  5. magnogni

    8 Mai 2009 a 10:57

    REQUIN, Merci
    S’il a rencontré Mme Borantso, ils ont du se dire des choses. De toutes les façons, les gabonais ne sont pas duppes et quoi qu’ils fassent la fin est proche? Nous devrions nous préparer à quelque chose de très bad dans les jours avenirs. Prions pour que le ministre de la défense n’en profite pas pour faire n’importe quoi. Dans tous les cas, il aura le peuple face à lui, bon week à toi et à lundi, si dieu veut, merci

  6. Requin

    8 Mai 2009 a 10:11

    Magnogni,
    Rien, absolument rien car Bongo est en vacances depuis 1990!!!
    Edith a donné à l’homme un semblant de seconde vie, mais sa mort inattendue est un coup dur. Il s’est réveillé de sa torpeur et c’est maintenant qu’il comprend qu’Edith est bel et bien partie.
    Prions simplement que son veuvage dur à perpétuité!!!!

    Il n’y a pas vacances du pouvoir!!! les Ali, Boukoubi, Mba Obame et autres gèrent le pays depuis. Ils vont tout faire pour trouver une parade même si Bongo tombe dans une incapacité physique.

    On peut retarder la fin d’un règne mais cette fin finie toujours par arriver!!!

    Bon Week End, sister !!

  7. manuel monessakame

    8 Mai 2009 a 04:32

    La focalisation sur Bongo et son epouse Edith Lucie Sassou-Nguesso decedee dernierement, de l’actualite par des journalistes en mal d’information finit par tourner en ridicule tout le gabon.
    Le diable, par l’intermediaire de Bongo son serviteur, à moins qu’il n’en soit le fils s’est installé au Gabon.
    Il y a des gens qui comprennent. Il y en a qui ne comprennent pas. Enfin il y a des gens qui ne comprennent pas qu’ils ne comprennent pas. Albert Bernard del hadj Omar Bongo-Ondimba est de cette derniere categorie. Notre Louis XIV natioanl a fait du gabon et des gabonais sa proprièté. L’Etat c’est moi. Imposè par Foccart, et fortement soutenu par la France il est devenu l’ami tres personnel des chefs d’Etats et grands hommes politiques français qu’il tutoie ; tel Jacques Chirac, Giscard d’Estaing, Michel Debrè et sa famille, etc. mais le president gabonais n’est pas eternel ; le pagne dechirable et facilement mis en lambaux que se disputent les membres de la famille Bongo et leurs petits copains d’autres ethnies et d’autres provinces, le petit copinage politique pour une utopique succession fait croire que le gabon est une monarchie absolue de droit divin sans heritier presomptif. Meme l’ex epouse de ce roi-president appelé Bongo, super championne de scandales conjugaux du temps de sa splendeur presidentielle s’en mêle sans honte.
    Il faut que tous ceux-là qui s’agitent fassent preuve de decence, de circonspection, de calme et de reflexion.
    Les candidats à la succession sont trop nombreux.
    Les, pour le moments, outsiders, se taisent. Le frere et la sœur s’etripent pour le pouvoir. La sœur c’est pour son mari.
    Lequel des Bongo est le troisieme pretendant ?

    MANUEL MONESSAKAME

  8. magnogni

    8 Mai 2009 a 04:27

    Cher requin,
    Si bongo a quitté le gabon avec autant de monde, cela nous rappelle la situation de la feue édith bongo. Alors l’on peut dès lors et déjà évoquer une vacance de pouvoir, que peut-il se passer dans les heures qui suivent au gabon?

  9. Requin

    8 Mai 2009 a 04:02

    Semble t-il, BONGO se trouverait actuellement en Espagne pour soit se reposer dans un chateau, soit se faire soigner.
    Drôle de veuvage!!! En Afrique, lorsqu’on fait le veuvage, on se rase covo partout pour exprimer la tristesse qu’on ressent et on se prive de toute luxure et autres avnité du monde.

    Mais prendre un vol spécial avec à son bord plein de conseillers et autres personnes de sa basse cours ce n’est point un signe de tristesse ; c’est plutôt un cas de force majeur ou un acte de mépris pour celle qu’on vient de perdre.

    Et si le syndrome Edith a été contagieux et que ces vacances de veuvage n’étaient que le début d’un voyage sans retour???

  10. hope

    7 Mai 2009 a 19:17

    en voila une qui a perdu une occasion de se taire….. mais au faite pourquoi devrait telle se taire tant la population gabonaise lui voue un culte en achetant et dansant au rythme de sa music insignifiante dont les seul theme etait de recuperer son escroc et dictateur de mari pour couillonner les peuples comme elle sait bien le faire a entendre ces gens parler on ne peut pas etre fiere vu la bassesse et l’absence de discernement des propos de cette sénile que vous avez affectueusement appelé la “mama”oubliant qu’elle fait parti des mechant qui veulent essayer de cosmétiser leurs erreurs du passé par des actions social ,mais a beau fuir le naturelle il revient à patience dabany ,pourquoi justifier sa nationalité congolaise et celle de son odieux fils aujourdhui ,que gagne t’elle a dire qu’il nest pas nigerian ou chinois ,une rumeur vieille comme les 42 annees de dictature qu’ils nous ont imposée rien a foutre quil soit biafrais ou meme descendant du pape sil compte mettre a execution son ambition de futur president il devra compté avc nous pour lui en empecher quand a sa putain de mere qu’elle aille voir du coté de son fameux congo qu’elle reconait d’appartenir si nous sommes .on devrait commencer par les boyicoté tous ces imposteurs

  11. hope

    7 Mai 2009 a 18:55

    on aimerai savoir comment est ce que le bdp pourra contrecarer le tire en cas de pusch d’ali ben et nous esperons qu’il ya deja des strategies bien definies pour eradiquer le cancer bongo et ses paires sans exception

  12. hope

    7 Mai 2009 a 18:48

    je réagis pr la 1ere fois sur ce site apres avoir entendu ou mieux lu a la tele la “suspension momentanée” de bongo a la tete de sa “pétaudiere”le gabon pour “veuvage” ,curieuse decision qui survient quelque temps apres l’action des ong sherpa et transparency que doit t’on voir dans cette decision?cest la question qui doit tarauder les esprits des gabonais en perte de chauvinisme.perso je crois que cest du foutage de gueule, on en a marre de la gerontocratie, chers gabonais mefions nous du plan que nous prepare cet homme sénile qui plus penses etre tres doué pour nous faire avaler la pilule du veuvage pour cosmétiser un coup d’etat ou léger le pouvoir a son fils avide de pouvoir soyons preparé pour que cela ne soit qu’une ambition tuons le mal dans l’oeuf .aussi faisons en sorte que les ong qui poursuivent actuellemnt bongo se charge aussi de ses congénères qui nous aussi laissé croupir pour servir leurs interet perso tous ministres qui sont resté longtemps au pouvoir mais qui n’ont rien fait, si la tete saute les autres doivent suivre pour aller vers un gabon nouveau

  13. Jean-félix N.

    7 Mai 2009 a 17:00

    Je ne comprend pas ce qui se passe sur ce cite.Les échanges ne sont pas édifiants du tout, ou très peu. Les gens passent la moitié de leur temps à chercher à démasquer les autres intervenants.on retrouve malheureusement cet esprit Gabonais à toujours se tromper d’objectif. Nous devons parler de l’avenir de notre pays,et éviter les futilités. En ce qui concerne le veuvage de BONGO, c’est un faux problème car Edith BONGO a été inhumée chez elle au Congo et non au Gabon; à partir de là toute la tradition TEKE a été bafouée.Edith était officiellement mariée et devrait être enterrée non loin de l’homme avec lequel elle s’était liée pour le meilleur et pour le pire,le vieux BONGO. car lorsque l’on perd un être très cher, plus est son épouse, on a besoin de continuer à la sentir très proche,et traditionnellement le lieu de l’enterrement doit satisfaire le conjoint éprouvé, mais on sait que les choses ne se sont pas du tout passé comme ça, à cause de la colère du vieux SASSOU, et edith a finalement été enterrée au Congo loin de son mari. A 74 ans c’est un coup dur pour le vieux BONGO ; lui qui a toujours tout maîtrisé avec l’argent du pétrole, tout commence à lui échapper,sa femme, le pouvoir, et même sa santé. Comme je l’ai déja prédit sur ce cite un malheur ne vient jamais seul. un malheur appelle toujours un autre malheur.Je crois que les choses vont très mal pour BONGO en ce moment. Son déclin est entrain de se préparer ici chez les blancs en ce moment;par conséquent le destin du peuple Gabonais. Si BONGO tombe notre pays se releverra enfin, mais si BONGO se relève alors là ce sera le calvaire des Gabonais pour l’éternité.
    Mes compatriotes semblent ne pas avoir conscience de cela, et c’est grave. Faites plutot vos prières pour que la France lache BONGO et les siens,et nous aurons enfin la liberté dans notre pays. Ce ne sera plus jamais comme avant au Gabon après le départ du dictateur.
    Si seulement tous les Gabonais pouvaient réaliser cela. Où est donc passée la branche armée du MAMBA ? BONGO est très faible en ce moment.Il a les c… sur le billot. Nous ne devons pas le rater .
    Que Dieu bénisse tous les Gabonais.

  14. magnogni

    7 Mai 2009 a 15:04

    Je ne doute pas des manigances de bongo, mais je tiens à préciser que lorsqu’on perd son mari ou sa femme, la situation est différente; Le veuvage est imposé par la tradition en cas de perte du mari ou de la femme.
    Il est clair que bongo est fatigué, il a pris un coup avec la mort de sa femme, il est malade et a de l’âge, normalement, il ne devait plus être au pouvoir depuis longtemps. depuis très longtemps, il ne gére plus le pays, c’est Ali ben et sa bande qui font tout le boulot.
    Cela ne devait pas nous étonner, la machine est en route.

  15. magnogni

    7 Mai 2009 a 14:55

    Lorsque les femmes perdent leur mari, on leur demande de coucher par terre et de pleurer 3 fois par jour pendant 3 mois, au moins, jusqu’à la céremonie de la levée de terre. Ensuite, elles doivent faire le veuvage pendant au moins une année, ici on est surpris de savoir que Bongo doit respecter la tradition, ce n’est pas parce qu’il est président, tant qu’a faire.
    Pourquoi cela ne devait pas se faire dans l’autre sens? la tradition est valable dans les deux sens. Il devait le faire depuis le début bien sûr. Cette coutume existe bel et bien et notamment chez les altogovéens, je peux l’affirmer puisque je suis également originaire de cette province,même si je ne suis pas tékée? dans nos pays les coutumes sont presque les mêmes.

    Maintenant si Bongo en profite pour passer la main à son fils, c’est une autre chose. S’il y a vacance de pouvoir,la constitution va en assurer les règles, la Borantso en est la présidente, mais il ya le peuple qui ne laissera pas faire n’importe quoi. Si les textes constitutionnels précisent que c’est le président du sénat qui doit assurer l’intérim et bien ce serait le président du sénat, femme ou homme. La constitution ne donne pas d’indication sur le sexe de la personne qui est à ce poste! le peuple souverain cité dans notre constitution n’est pas que masculin.
    le peuple est masculin et le peuple est féminin et à ce titre , nous avons le droit d’assumer des reponsabilités même au niveau le plus haut de l’état et alors ou est le problème? Et pourquoi, on ne laissera pas le pouvoir au président du sénat actuel?
    Ne déplacer pas le débat, merci

  16. Johny

    7 Mai 2009 a 14:32

    Chers tous,

    J’ai lu ce communiqué, moi aussi, avec beaucoup de stupéfaction et surtout beaucoup d’étonnement. Et mon humble esprit critique et analytique me permet de porter ma contribution à ce débat. Tout en passant à un Nation Indivisible qu’est le Gabon, je vais alors partager avec vos quelques constats:

    1. En effet, en Afrique en général et au Gabon en particulier, quand on perd un parent, un époux, bref, un proche, on fait le veuvage. Et je précise de suite …Mais Je dois avouer que celui de Mr. Bongo est assez bizarre. Pourquoi doit-il attendre deux mois après cette tragique disparition pour se retirer ? Pour faire le veuvage ? Je crois qu’il y a d’autres mobiles et comme disait quelqu’un ici, arrêtons de prendre des Gabonais pour des tarés.

    2. Mr. Bongo durant son règne autoritariste du Gabon de 42 ans a bien perdu des frères de sang et sa fille Amissa. Pourtant il n’avait jamais suspendu ses activités. Il a aussi perdu son plus grand complice (Rawiri alias Joe le Rapide) sans jamais rien suspendre. Doit-on comprendre ici de différent ? quelque chose qui se trame à l’horizon ?

    3. Il fait comme si la mort d’Edith l’aurait surpris ? Mais non … Voyons ! S’il y a bien quelqu’un qui était au courant de cette fin proche de son épouse, c’est bien lui. Alors qu’il arrête de nous divertir et qu’il nous dise la vérité.

    4. Son beau-père Sassou s’est vite remis. Il a des élections présidentielles au Congo Brazzaville en Juillet/Aout 2009, donc il est en train de battre campagne. Doit-on donc comprendre que le Mollah est plus affligé que Sassou ? Si oui, alors la aussi il faut lire entre les lignes.

    5. Bongo est fatigue : physiquement, émotionnellement et intellectuellement. Depuis 42 ans, nous avons assiste a la dérive d’un pays, pourtant richement béni de Dieu. Il n’en peut plus et il doit partir. Mais au lieu de partir dans les conditions démocratiques, c’est-à-dire en faisant référence à la Loi Fondamentale (La constitution), Mr. Bongo, sachant que le peuple ne lui pardonnerait pas sa gestion sombre, obscurantiste du Gabon, veut faire appel à la clémence et à la générosité des Gabonais en évoquant la mort de cette pauvre dame qui est désormais partie. Non, respectons les morts.

    Chers amis, les lendemains sont incertains au Gabon et soyons avertis. Comme par hasard, la semaine dernière, c’est Ali qui montait au créneau avec sa mère (adoptive, je précise), aujourd’hui Mr. Bongo suspend les audiences sous prétexte qu’il veut faire le veuvage. Non, la pauvre Edith doit se retourner dans sa tombe car on utilise son nom ici bas pour une soif effrénée du Pouvoir.

    Non, il y a quelque chose qui se trame au sommet de l’Etat. Je précise que ce communiqué ne dit pas qui assure l’intérim de Mr. Bongo. Du coup, son fils (sans mère) se voit pousser les ailes….

    Arrêtez de vous moquer des genres Messieurs Bongo. Le peuple est averti et ne vous pardonnera pas votre gestion chaotique, dramatique et sans fierté. La misère dans laquelle vous nous avez contrains de vivre, d’Akébé, au pont Nomba, en passant par Nkembo, de Venez-Voir à Bellevue, du PK5 à Fin-Goudron (Nzeng-Ayong) restera là et nous aidera à vous juger.

    La Patrie ou la Mort, Nous Vaincrons.
    Johny

  17. robert

    7 Mai 2009 a 14:24

    excuze!
    je voulais demandé des excuses a requin, je me suis trompé en citant ton nom comme un bogoiste..il s’agissait plutot de l’autre la…le S.E qui vien d’etre découvert en s’exprimant sous plusieurs pseudos!

  18. magnogni

    7 Mai 2009 a 13:46

    Bonsoir stratégie et merci,
    C’est bien ce que tu fais. A ce que j’entends les gens dire, le ministre de la défense est quelqu’un d’ouvert, tes propositions vont certainement l’interpeller. Je t’encourage. l’esprit d’initiative nous a fait aussi défaut. Je ne sais pas si je fais bien de le dire, mais je trouve que nous n’initions pas beaucoup et certainement, à cause des pratiques du pouvoir, les gens ont pris l’habitude d’attendre tout de l’état, du politique , même dans les villages, ne serait ce que pour balayer devant sa porte, il faut qu’une haute personnalité vienne en mission pour que le maire demande aux citoyens de faire ville propre. Nous avons aussi notre propre rôle à jouer, celui de citoyen,d’autant plus que, pire encore, cet état nous a laissé tomber.

    C’est vrai que l’on rencontre maintenant des gabonais qui se battent pour s’en sortir par tous les moyens. Bikoum en faisait état, mais il faut entreprendre, faire emmerger des initiatives personnelles, créer des entreprises, nous y gagnerons beaucoup au lieu d’attendre les postes budgétaires et les nomminations.
    Prenons l’exemple du malien, qui vient au gabon avec ses deux mains, deux jours après il commence à tondre l’herbe devant les concessions des gabonais avec un coupe-coupe,le 3ème jour, le malien revient, mais cette fois-ci avec une machine; 15 jours après, ce n’est plus lui que tu vois, c’est un de ses fréres qui vient certainement d’arriver. quelques semaines après, en allant acheter une boîte d’allumette, c’est le même malien que tu vois derrière le comptoir et puis un jour, alors que tu attends un clando, une voiture s’arrête, curieusement c’est le malien qui venait couper l’herbe devant chez toi, au volant de sa belle voiture, qui se propose de te conduire et il ose même te faire la cour, c’est hallucinant! Puis quelques années plus tard, il est devenu entrepreneur et se retrouve avec une grande affaire au gabon etc. IL y a eu forcément une évolution.

    Beaucoup de nos compatriotes n’aiment pas qu’on le dise, mais si nous voulons nous en sortir, il faut oser, briser les barriéres, braver les interdits et dire ce qui est vrai. Faire la politique, c’est bien de toutes les façons en se levant le matin, en allant au bistrot ou autres, tu poses forcément un acte politique. IL faut que nous fassions emmerger l’esprit d’entreprise. organiser des séminaires de formations sur la création d’entreprise, les micro-projets, etc. Notre pays a besoin de tous ses enfants à tous les niveaux de son action, quelqu’en soit le domaine.
    Nous ne devrions négliger personne et il faut comme tu l’as dit si bien que nos dirigeants laissent les portes ouvertes, afin que tous ceux qui ont des projets puissent en parler.

    Je ne baisse pas les bras, je suis têtue, tu sais, j’apprends beaucoup des autres, et à chaque fois que l’on me donne une piste,je n’hésite pas.
    Tiens, je continue avec le livre de Cope et j’étais entrain de rigoler toute seule, c’est pas évident!

    C’est vrai que tu vas à Grenoble pour des examens? tu m’expliqueras tout ça.
    Je me proposais de t’inviter à une exposition que nous organisons sur le développement durable, puisqu’apparemment tu vis en France, étant donné que tu peux aller à Grenoble! tu pourras venir avec quelques amis, nous aurons peut-être l’occasion de discuter c’est commeça que commence un projet.
    très respectueusement à toi, merci.

  19. Gabonitude

    7 Mai 2009 a 13:27

    Bongo va se reposer pour le “veuvage” sans dire pour combien de temps et suspend toutes activité “selon la tradition téké”.
    La prochaine information sera surement” en raison du deuil qui frappe le Président de la république, et pour éviter les débordement liés à une vaccance de pouvoir, le pays sera CONTROLER par le ministre de la défence nationale”. Suivez bien

  20. mwane kasse

    7 Mai 2009 a 11:35

    bdp laissez les gabonais dire ce qu’ils pensent sans modération car cela dur déjà + de 40ans je vous signale!!! ils en ont marre en tout cas. ya même les pdgistes qui lisent ça

  21. mwane kasse

    7 Mai 2009 a 11:28

    la constitution prévoit qu’en cas d’incapacité du prési d’exercer, c’est le président du sénat, donc la femme, et non le fils ali. est-ce que les vieux sont prês a se laisser diriger par la femmelle? je ne pense pas, mais qu’ali ne tombe pas aussi dans ce piège tendu par les amis de son père. rose doit organiser les élections dans le temps que l’octroi la consti, elle peut le faire ça? j’en doute aussi!!! que la présidence dise clairement que bongo ne peut plus pourquoi jouer au chat et à la souris? il veut embraser avant de nous laisser? pourtant lui et sa famille ont eu 40 ans pour amasser les biens et l’argent du pays, ça n’a pas été suffisant pour qu’ali veuille aussi diriger le pays? mais ali ne communuque pas assez donc il va forcément se bourrer!!!
    à bon attendeur, avertissement!!!

  22. Requin

    7 Mai 2009 a 10:20

    WM, OK !!!
    Mais faites cela avec élégance car vos informaticiens ont la possibilité de localiser ces fauteurs de troubles dont le but principal est de nous éloigner des débats que vous soulevez ici en TOUTE LIBERTE.

    Sans façons!!!

  23. Webmaster

    7 Mai 2009 a 08:31

    Requin,

    Il y a modération pour limiter le désordre de gens qui viennent écrire sous plusieurs identités pour semer la désinformation. Nous vous avons donné les pseudonymes et l’IP de la personne, la même, qui se livre à ce jeu. La démocratie est bonne, mais le désordre et l’infamie, non. Vos messages passent sans modération, mais il y a maintenant des mécanismes en place pour que certains messages soient automatiquement bloqués jusqu’à ce que le Webmaster puisse les vérifier. Donc, certains messages passeront sans modération, d’autres non.

  24. Stratégie

    7 Mai 2009 a 07:31

    Madame Magnogni,

    Il ne faut jamais perdre espoir sinon vous n’allez jamais faire bouger les lignes et réaliser vous projets. Pour ce qui est de votre projet actuel, il serait intéressant que vous vous rapprochez du ministere des Affaires sociales de notre pays. A cet effet, les services de l’ambassade du Gabon à Paris peuvent vous aidez en vous donnant les adresses et numéros de téléphone, par exemple.

    A la différence du tien, mon projet ne demande pas de financement conséquent. Tout ce qu’il me faut c’est de persuader un homme politique ambitieux, énergétique et surtout qui cultive le goût du résultat: j’ai besoin d’un homme ou d’une femme politique qui a un réél projet pour le Gabon.

    Je serai absent du 10 au 17 mai 2009 car je dois me rendre à l’université de Grenoble pour passer des examens. Dès mon retour sur Paris, je vous ferai part de mes propositions quoique je ne sois pas un professionnel des questions sociales.

    Bon courage!

  25. Petit Léon MBA-MINKO

    7 Mai 2009 a 07:13

    Chers Amis,

    J’apprends à l’instant que notre cher président par défaut, El Hadj Omar Bongo Ondimba, vient de suspendre jusqu’à nouvel ordre ses activités pour faire le deuil d’Edith Lucy, sa femme, décédée il y a pourtant près de DEUX mois aujourd’hui. Cette précision est d’autant plus importante que nous avons vu Bongo, ses enfants et son ex-femme, vaquer tranquillement à leurs occupations, sitôt la pauvre Edith morte et enterrée.

    Posons-nous donc la question qui s’impose aux esprits vifs et bien pensants : POURQUOI faire le deuil seulement aujourd’hui ? Pourquoi ne pas l’avoir fait – comme l’exige la coutume – hier ou avant-hier, juste après la mise en bière de la pauvre défunte ? Pourquoi avoir attendu tout ce temps ; pourquoi avoir attendu seulement aujourd’hui… avoir attendu faire ce deuil aussitôt après que la JUSTICE française ait autorisé la poursuite des enquêtes contre les BMA (Bien Mal Acquis) ?

    Enfin, toujours est-il que selon le communiqué de la présidence, la suspension des activités présidentielles aurait été décidée “à la demande pressante et renouvelée de la famille et de plusieurs personnalités politiques du pays qu’il (M. Bongo Ondimba) a reçues et dans le souci de s’inscrire dans la tradition gabonaise du veuvage”.

    Akié, Essazam !

    À bientôt 75 ans, vous paraît-il LOGIQUE qu’un Arrière Grand-Père, Un Grand-Père, Un Vieux Père, DOYEN des chefs d’Etats Africains, doublé d’UN authentique CHEF traditionnel Batéké comme l’est Bongo, ne puisse honorer sa FEMME et les LOIS de nos coutumes que sous l’insistance de son entourage ?

    Quand-même !

    Non messieurs du régime ! Le peuple est certainement bête, mais pas jusqu’à ce point, voyons !

    Les conseillers en stratégie politique de notre cher président par défaut viennent de montrer là toute l’étendue de leur essoufflement mental et intellectuel. Nous trouver comme alibi à la retraite de leur « sain » patron, la mort de la malheureuse fille congolaise est non seulement inintelligent, mais surtout diaboliquement cynique !

    Car utiliser la MORT d’une malheureuse étrangère pour s’attirer la CLÉMENCE des JUGES, la PITIÉ des hommes d’Etats et la SOLIDARITÉ du PEUPLE afin que les plaintes soient sursises témoignent là d’un niveau d’animalité et d’ignominie qui place réellement Bongo et son entourage dans les limbes de la diablerie. Jamais nous n’avons vu chose pareille nulle part ailleurs qu’au GABON. C’est terriblement machiavélique !

    Non, non et non. Mille fois non.
    La JUSTICE française, qui vient de prendre la BONNE décision que le peuple gabonais tout entier attend depuis des lustres – même si son bâillonnement social l’empêche de l’assumer – ne doit pas s’émouvoir de ce genre de superstitions. Et nous tenons pour espoir en cela, la FROIDEUR et l’implacabilité de la LOI pour mener ce DOSSIER des BMA jusqu’au BOUT.

    Non, non et non. Mille fois non.
    Les Hommes politiques français et internationaux ne doivent pas tomber dans ce traquenard que leur tend une fois de plus le Vieux renard Bongo et son entourage. Ne cédez pas à ces pleurs de panthère qui lui donnent pour blessé, alors que c’est juste un stratagème pour attirer votre clémence afin que vous soyez solidaires en vue de peser de votre poids en sa faveur contre les plaintes en cours. Ne voyez pas Bongo. Voyez Gabon. Voyez le Peuple Gabonais ; pour l’intérêt duquel votre JUSTICE vient de se prononcer courageusement. Et je demande solennellement à Denis SASSOU NGUESSO, le père de celle qui sert aujourd’hui d’alibi à l’étouffement par Bongo de la plainte des BMA que, même si cet étouffement viendrait aussi à lui profiter, mais qu’il voie avant tout l’honneur de sa défunte fille, et qu’il ne laisse pas Bongo et ses complices souiller sa mémoire pour couvrir de vils desseins.

    Et Non, non et non. Mille fois non.
    LE PEUPLE GABONAIS ne doit pas repartir pour un DEUXIEME deuil national. Vous PEUPLE GABONAIS aviez déjà consenti de partager comme il le fallait le deuil de la malheureuse défunte Edith Lucy Bongo, première dame du pays. Aujourd’hui, Omar Bongo et ses complices veulent vous entraîner dans un second DEUIL qui ne sert que leurs propres intérêts. Ne tombez pas dans ce piège. Exigez de la JUSTICE française qu’elle poursuive plutôt son travail, afin que Bongo et sa famille vous rende ce qu’ils vous ont volé. Car c’est pour susciter votre nième SOLIDARITÉ vis-à-vis de la décision que vient de prendre la JUSTICE française, que Bongo et sa famille viennent d’exhumer ce nouveau deuil de la pauvre Edith. Et votre détermination se doit d’être d’autant plus inaltérable que tout ce nouveau scénario se fait sur fond de racisme. Car si c’eût été un membre de la famille directe de Bongo qui serait décédée, le deuil eut été observé aussitôt après l’enterrement. Mais comme Bongo, ayant tué prématurément la pauvre jeune Edith (de la bouche même de son propre père Sassou Nguesso au Maroc), le deuil de cette dernière l’importait peu. C’est la raison pour laquelle il avait aussitôt repris ses habitudes au palais : voyages, audiences, conseils de ministres, etc… Aujourd’hui, compte-tenu de la flambée de l’affaire des Biens Mal Acquis, Bongo estime tout à coup le deuil de la malheureusement défunte nécessaire, juste pour essayer de passer pour UNE VICTIME aux yeux de TOUS. Car ne dit-on pas qu’on se doit de ménager ceux qui sont dans le DEUIL !

    Quelle ignominie !

    Petit Léon MBA-MINKO

  26. Obings

    7 Mai 2009 a 04:22

    Demande de confirmation

    Sur ce même site j’ai lu une étrange info récente (avril 2009) – (vraie ou fausse?) :

    “La présidente de la Cour constitutionnelle, Marie Madeleine Mborantsuo, a été reçu mardi (28 avril 2009) en audience par le président gabonais, Omar Bongo Ondimba. Officiellement, il s’agissait de faire le point sur les activités de cette haute juridiction. Mais, dans les milieux bien introduits, il se raconte que cette entrevue a essentiellement porté sur le “cas Ali Bongo Ondimba”, et la possibilté d’une élection présidentielle anticipée, où Omar Bongo Ondimba, se présenterait lui même, avec un Vice président de la République qui serait son dauphin constitutionnel. D’où une refonte urgente des textes fondamentaux de la constitution gabonaise.”

  27. magnogni

    7 Mai 2009 a 03:50

    Bonjour stratégie,
    Merci pour ta contribution. Je continue avec le livre de Jean-François Cope, et je découvre pas mal de choses que je ne connaissais pas. J’ai toujours été persuadée que ce Monsieur sera président un jour. je l’ai beaucoup suivi, surtout pendant les années qui ont précédé l’élection de Sarkozy.
    Je n’ai jamais lu le livre de Myboto, j’en ai entendu parler. J’ai une personne qui va arriver très prochainement du gabon à qui j’ai demandé une constitution de notre pays et je vais mentionner ce livre, merci.

    Je dois rencontrer du monde ce matin, le 6 juin j’organise dans ma ville un après-midi pour les personnes âgées, avec un peu de distraction. J’ai invité un groupe folklorique portugais cette fois-ci, le mois dernier mes amis et moi avions invité un groupe de jazz, suivi d’une exposition de grands musiciens de jazz et j’ai peint un tableau de louis amstrong dont je suis très fière.
    Cette fois, il y aura des contes africains, peut-être gabonais si j’arrive à mettre la main sur un conteur qui lui ressemble. Il y aura une tombola et des échanges. Je compte donc inviter à cet effet, un groupe de jeunes des lycées, interessés par la médecine, car l’échange sera animée par des vieux medecins retraités et des jeunes vieux encore en activité.
    Cette association que j’ai créé a notamment pour objectifs la mise en valeur des acquis de la personne âgée, le maintien de liens entre les générations et la solidarité internationale etc.

    J’ai entrepris des démarches pour obtenir une parcelle au gabon où je pense monter dans un premier temps un foyer qui va servir de lieu de rencontre et d’échange pour nos vieux, j’ai aussi beaucoup de livres et accessoirs de confort, avec le but si Dieu veut de mettre en place une possibilité d’ hébergement pour les vieux avec tout un tas d’accessoirs. Le projet est récent, je t’n parlerai plus amplement en privé.

    L’on s’est beaucoup occupé des mères et enfants etc., Il est temps que l’on s’occupe de ceux qui se sont occupés de nous afin de permettre à nos enfants de s’occuper de nous.
    Dans ma ville, c’est un projet qui rencontre beaucoup d’engouement, étant donnée la situation des vieux que tu connais.

    J’avais pris contact avec le ministére de l’intérieur il y a quelques années pour la proposition d’un projet sur le thème de “sécurité publique et bien-etre social des gabonais”, Au début, il semblait inéressé, ils m’ont envoyé un conseiller du ministre avec qui nous avons travaillé et que j’ai finalement hébergé chez moi avec de gros frais à ma charge, puisqu’arrivé ici, celui-ci avait des besoins et il était question que par la suite, je sois remboursée, bref.
    Nous avons fait un travail remarquable et même organisé une rencontre entre le ministre de l’intérieur de l’époque et Sarkozy qui a foiré parce qu’il y avait un problème d’horaire Bref.
    J’avais fait un article pertinament sur l’utilisation de l’aide publique qu n’a pas plu; nous avons aussi parlé “audit” etc.
    Une fois le pauvre conseiller reparti au gabon, les dossiers ont été tout de suite rangés dans les tiroirs et la paternité du projet a commencé à poser des problèmes au sein même de l’équipe ministérielle et quelques temps après, le ministère a changé de ministre.

    Il fallait créer d’autres liens, cela n’a pas été possible et le projet n ‘a plus été suivi. Le conseiller qui avait fait le voyage a été déçu et les personnalités françaises que j’avais impliqué dans le projet ne comprenaient pas, bref. Alors je te souhaite bonne chance pour ton projet.
    Ce n’est pas le premier projet que j’ai tenté de mettre en place au gabon, il y a eu le projet d’une case de developpement pour lequel j’avais obtenu une proposition de financement, arrivée sur place, l’on me posait le problème du baobab. Je me suis rapprochée d’un élu, étant donné que le projet devait avoir lieu dans sa zone. Nous avons fait le tour ensemble, et il m’a adressée un dévis pour l’installation des panneaux solaires seulement, y ‘en avait pour 48 millions cfa, cela dépassait largement le montant du financement qui m’avait été proposée, c’était hallucinant!
    Je ne sais pas, mais j’ai retenu de tout cela qu’au gabon, tu ne peux rien faire de toi-même, à défaut de faire parti du pouvoir. Si tu as un projet, il faut absolument le passer à quelqu’un qui va le réaliser à son compte. En plus le député en question a commencé par me soupçonner de vouloir me présenter aux élections.

    Je me réalise mieux dans les associations en france et j’ai beaucoup de mal à mettre quelque chose en place au gabon.

    J’éspère que ma proposition sera bien acceptée et que j’aurai de la terre pour commencer quelque chose dans ce sens, à l’entrée de 2010. Si tu as une contribution pour moi dans ce projet, il sera important que tu y réfléchisses et que tu me dises comment je peux pour le faire aboutir.
    Si cette fois-ci, ils me le refusent, je serai résolue à m’occuper des vieux de france, bonne journée à toi.

  28. Requin

    7 Mai 2009 a 03:50

    BDP
    Expliquez nous cette modération que vous imposez maintenant§§§

  29. Requin

    7 Mai 2009 a 03:41

    Robert,
    C’est une injure!!! Requin ne peut pas être un pédegiste. Tu n’as rien compris à mes propos ou alors tu es vraiment bien contaminé par ces rénos???
    Demande au BDP de vérifier si je suis des leurs. Je suis Requin et je n’ai pas besoin de me déguiser pour m’exprimer. Ne sème pas la confusion pour rien.
    Nous avons beaucoup à dire comme ce faux deuil que Bongo veux faire avaler aux Gabonais pour cacher son état de santé afin de nous rejouer le tour d’Edith et permettre à son rejeton de bien préparer son putsch.

  30. BDP

    6 Mai 2009 a 21:02

    Bof. Ne faites pas attention à ces personnes qui disent des conneries sur le Dr. Mengara. C’est la meme personne qui écrit à partir de cet IP: 217.77.78.2

    Cette persnne avec l’IP 217.77.78.2 écrit sous les pesudonymes suivants:

    – SE
    – Corneille Ollomo
    – Pierre
    – Koumbanogye
    – Jeannot
    – De_LE

    Et j’en passe.
    C’est Siméon Ekoga qui s’amuse comme un gamin. Il est actuellement au Gabon pour manger le CFA.

  31. legabonouvo

    6 Mai 2009 a 19:55

    Ce sont nos ainés intellectuelles qui sont revenu de chez les blancs avec des gros diplomes qui ont tué le pays.Ils ont appliqué tellement de théories économiques,sociologiques,philosophiques et financière que le pays n’a pu en supporter le choc.Aujourd’hui, nos ainés ne sont plus des exemples;alors,la jeunesse se pervertis dans la regab et le sexe.Le Gabon est en train de mourir en ce sens que nous avons perdu l’Amour du pays.Nous ne nous aimons pas et nous n’aimons pas notre pays.Aucune nation ne peut voir grand si elle n’est pas patriotique.Lorsque je croise des compatriotes en ville(à l’étranger) on se regarde du coin de l’oeil;on ne se dit pas bonjours:c’est le manque d’amour!

  32. robert

    6 Mai 2009 a 19:36

    Apres une recherche approfondit par moi meme, il ressort ce qui suit:
    Le S.E, jannot, requin, c’est le meme personne!
    t’a été decouivert mon cher vas te cacher!
    il s’agit d’une seule et meme personne! donc si vous voyez ses coms ici, chercher juste a lire dans quel commentaire il est le plus sensé!
    hihihi! haahhhhaa!

  33. robert

    6 Mai 2009 a 19:19

    Corneille ollomotondo koi la!
    On s’en fou de tes problemes avec mengara! on ne veux pas savoir ce qui s’est passé entre vous! ya trop d’imposteur ici alors qui nous dit que tu est le messi?
    donc de grace arrete nous ça..tu peux monter une histoire de toute piece comme tu le veux mais pas a nous!

  34. robert

    6 Mai 2009 a 19:09

    domage mon cher ami pierre!
    La tu as raté ta cible! je suis dans la profonde douleur de te dire que si tu penses que c’est le doteur mengara qui ecrit avec le pseudo “robert” la tu as raté ta cible! c’est bien moi robert éudiant au sénegal! c’est belle et bien moi qui m’exprime de la sorte! tu veut des preuves? vas sur LBV groove le site gabonais, rend toi sur l’emission consacrée a Massassi du groupe hay’oe et tu cherches il ya une réaction de moi labas je dirait pas avec kel pseudo..on vous connait! tu vera que les expresions sont les memes je m’exprime ainsi et c’est domage que tu puisse me faire passer pour le docteur mengara!
    voila une preuve concrete! au lieu de raconter n’importe quoi..verifie tes propos avant d’affirmer des bétises! si tu veux discreter mengara, trouve des choses plus persuasives!
    tu as raté ta cible! imbécile!

  35. admirateur gabonais

    6 Mai 2009 a 16:53

    la france n a rien fait de mal au gabon
    ils ont tout donné :permis de travail,bourse d etude,assistance militaire,tout mais le gabonais pareusseux et ivrogne n a pas su en profiter.au gabon comme en afrique il faut tjrs un bouc emissaire

  36. Stratégie

    6 Mai 2009 a 15:57

    Madame Magnogni,

    Je vous encourage à lire le nouveau livre de monsieur Copé. C’est quelqu’un de très ambitieux et de très pragmatique. Mais si voulez vous vraiment connaitre l’homme qu’il est, il faut lire un de ses anciens livres: “J’arrete la langue de bois”. Ce qui est intéressant dans ce livre c’est qu’il montre que les grandes écoles et notamment l’ENA n’apprennent pas à faire de la politique contrairement à ce que l’on pense. Jean François Copé est l’un des hommes politiques français que j’admire. J’espere qu’il réalisera son reve: être candidat à l’Elysée et surtout se faire élir par les Français et les Françaises.

    Par ailleurs, je vous recommande de lire également le livre de l’ancien ministre monsieur Myboto:”j’assume”. Ce livre montre comment on peut faire de la politique sans meme être Docteur! Il explique comment il est parvenu à etre l’un des hommes politiques clés du Gabon. En revanche, la partie consacrée à l’actuel ministre de l’Intérieur de notre pays est trop subjective.

    Je terminerai mon intervention en reprenant partiellement une phrase que le président Chirac disait à son dernier premier ministre, monsieur Dominique De Villepin: Arretez de faire la politique dans les livres. Autrement dit, la politique est intimement liée à l’action ET donc aux résultats. Un moment, il faut se lancer dans l’action quotidienne afin d’apporter des réponses aux préoccupations des populations.

    NB: je cherche le livre de notre ancien ministre des Affaires étrangères et actuel président de la commission africaine, monsieur Jean Ping. Merci de me dire si vous avez lu son livre?

    Bonne soirée

  37. magnogni

    6 Mai 2009 a 15:03

    A Monsieur Corneille Olomo,
    Je ne pense pas que vos problèmes avec Monsieur Mengara intéressent des gens comme moi par exemple. Je viens sur le net pour échanger avec les autres et savoir comment apporter moi aussi ma pierre à la construction de l’ediffice national. je crois que beaucoup ici sur ce site pensent la même chose. Je suis désolée et irritée par ce genre de comportement. L’on se croirait au PDG. A ce que je sache personne ne vous demande des comptes sur vos problèmes internes, si vous n’avez rien à vous reprocher,pourquoi vous vous fatiguez à vous justifier publiquement? Et pourquoi ne pas laver votre linge sale en famille? Je m’excuse, mais est ce de cette façon que vous comptez diriger le pays et faire mieux que ceux que vous critiquez et qui passent leur temps à faire comme vous, c-à-d à se chamailler et à se dévoiler aux yeux des citoyens? Ajourd’hui, vous n’avez rien d’autre, que ce site à ce que je sache, mais lorsque vous aurez et le pouvoir et le pays entre les mains, comment comptez-vous, vous comporter? Le silence est d’or surtout pour un homme politique.
    Cela ne fait pas longtemps que je viens sur ce site pour échanger, mais je peux déjà vous donner une impression du climat qui règne ici. Je suis quelque peu troublée, j’aime bien rester dans mon nuage, je suis venue ici pour sortir des sentiers battus, si je dois avoir à souper les problèmes de vos désaccord tout le temps, c’est pas la peine!
    Il faut vous discipliner et mettez-vous d’accord, un point c’est tout!

  38. magnogni

    6 Mai 2009 a 14:40

    A stratégie
    bonjour, c’est vrai que tu vas faire des propositions au ministére de la défense dans ce sens? c’est très bien! Maintenant que j’ai ton email, tu pourras me l’expliquer plus amplement. Je suis toujours sur le livre de Jean-François COPE, en fait je lis un peu le soir avant de dormir pour me détendre un peu, j’en arrive aux “577 TRANCHES DE VIE”, j’en apprends des choses, merci. je te ferai un petit-compte rendu de ce que j’ai retenu à la fin et je pourrai petit à petit passer au second livre
    J’aime beaucoup la lecture, je voyage beaucoup mais à travers les livres et je ne suis jamais seule. Le débat continue sur le net, chacun apporte ce qu’il peut et c’est important. Et c’est dans la diversité que nous pouvons contruire un monde qui nous ressemble tous. J’avoue que parfois, ce n’est pas facile, mais c’est le jeu démocratique. Il est cependant necessaire de rester poli.

    Je m’intéresse beaucoup à tes interventions, je me donne le temps de les relire, ainsi que celles d’Ikoum, j’ai appris beaucoup de choses concernant le gabon. Alors, certainement bonne soirée.

  39. magnogni

    6 Mai 2009 a 12:59

    Toujours les mêmes techniques, vous n’en finirez jamais, vous allez tuer un site où les gens peuvent venir échanger sur des choses serieuses et cela fait du bien! tout ceci pour des problèmes internes. Si vous vous reconnaissez, tous, vous pouvez aller discuter de ces affaire en privé! oh lalala

  40. Corneille Olomo

    6 Mai 2009 a 12:41

    Mengara attendait beaucoup de moi et inversement. Mengara attendait que je pose des actions ponctuelles pour faire connaître le BDP à Libreville. Il me demandait à cet effet de tenir des causeries, de faire des graffitis, de lancer des tracts dans la ville. En retour, je lui disais que l’environnement politique gabonais actuel n’a plus besoin de ce genre d’actions pour un mouvement politique émergent. Qu’il serait nettement bienvenu de faire le nécessaire pour légaliser le mouvement aussi vrai qu’il me demandait de trouver un local avec eau, électricité et téléphone.

    Pour un parti politique ou une association, me diriez-vous peut-être que c’est à mon nom propre qu’il fallait prendre lesdits engagements en lieu de la personne morale du BDP légalement constituée à cet effet.

    Me rapprochant de mon supérieur politique local en la personne de Hughes Bessacque ci devant ministre du gouvernement de salut national en exil, il me dissuada plutôt de mener la moindre action sur le terrain me faisant croire que les services secrets sont violents quand il s’agit de défendre le pouvoir qui lui-même est violent avec les Fangs, que je ferai mieux de penser à mon emploi et à ma famille, que lui étant du Haut Ogooué avec une batterie de parents haut placés, ne courait pas les mêmes risques que moi !

    Dans sa lancée, j’appris de mon supérieur politique qu’il était le conseiller de Paul Mba Abessole à la mairie centrale de Libreville au sortir de chez Assélé au 3è arrondissement. Ainsi, du CLR au RNB-RPG, j’avais à faire à un homme du pouvoir dans les rangs de l’opposition radicale ! Informant Mengara de cette situation, il me dit “de ne pas trop suivre ça” c’était par téléphone un dimanche après midi alors que j’étais invité à la Petite Poubelle un sous-quartier d’Ozoungue à Libreville.

    Face à toutes mes inquiétudes, Mengara me rassura qu’il me suffirait en cas de menace de me rendre à l’ambassade des USA ou de la Côte d’Ivoire où je serai en sécurité, qu’il réagirait au coup par coup s’il m’arrivait quoi que ce soit. Dans mon esprit, de par cette assurance, j’avais à faire à un Dieu descendu du ciel pour libérer le Gabon.

    Plus tard, Mengara au téléphone m’annonça qu’il devait rencontrer l’Autre (BONGO) qui était en visite aux Etats-Unis.

    En effet, Mengara devait effectivement rencontrer Bongo de passage aux USA, il en était très enthousiaste. Il me promit dans la foulée de parler de moi à Bongo afin que je ne sois pas inquiété sur place quant à ma mission. Grande fut malheureusement sa déception quand Bongo se rétracta au dernier moment parce que selon Mengara, Mba Abessole en aurait été informé alors que Bongo la voulait secrète cette rencontre.

    Dans un message intitulé ” Rencontre annulée” adressé aux cellules BDP, Mengara s’en est pris à tout le monde supposant qu’il y avait des taupes parmi nous. Il a juré de ne plus rien dire à tout le monde du fait de lui avoir fait rater une grosse occasion.

    je suis parti du BDP depuis janvier 2003 en claquant la porte et sans faire d’écumes.

    … Mengara n’a même pas eu le courage d’annoncer mon départ du BDP à l’ensemble des cellules.

    Dans les archives Internet du BDP vous ne trouverez aucune lettre d’exclusion de Corneille Ollomo alors que dans les annexes …., vous verrez bien notifié mon départ volontaire du BDP date et heure d’envoi faisant foi. Il y a des choses qu’on ne peut pas manipuler.

    Corneille OLLOMO
    BP 9204 Libreville
    Tél : + 241 05 30 01 12

  41. Pierre

    6 Mai 2009 a 12:32

    A jeannot, koumbangoye et autres de ce forum.

    J’étais personnellement à ce congrès de Bordeaux.

    Je vais vous révéler un petit truc (que nous avions déjà expérimenté en live) :

    Pour savoir quand c’est Mengara qui réagit (à une attaque) sur le forum avec un pseudo, il suffit de faire attention au vocabulaire tu trouveras tojours des mots comme :

    “Fesses, Pédés, lèche cul, …etc. Robert est un exemple de pseudo utilisé par Mengara”. Tout un vocabulaire en rapport avec le postérieur. Pourquoi cette aversion ou étrange tendance ? Lui seul peut vous repondre. Mais lisez bien par exemple les propos de “Robert” et vous comprendrez.

    La preuve à ce que je dis et dans ses pamphlets à l’endroit de Jocktane, Ekogha et autres…etc. Lisez bien les textes y relatifs.

    Bref que les étudiants gabonais et autres passants du forum fassent très attention à l’imposture, car Mengara est éloigné de celui qu’il prétend être. Fréquentez le et vous comprendrez.

    Le changement trop régulier de pseudos chez Daniel (Mengara) est une chose que la psychologie (que j’enseigne ici en Gironde )qualifie avec des termes précis : troubles de la personnalité.

    C’est l’une des conclusions que nous avions tirée au lendemain du congrès de Bordeaux lorsque nous avions constaté que Mengara faisait tout le contraire de ce qui avait été collégialement décidé (parler tout seul au nom du BDP ; dire le contraire des décisions du congrès,…etc.)

  42. robert

    6 Mai 2009 a 11:29

    Pour rafat et son ami S.E
    Arretez de venir distraire les gens de grace! ceci est un forum ou échangent de nombeux gabonais a travers le monde.de new york a montréal, de paris a dakar et j’en passe..alors si vous venez ici pour raconter que le Dr mengara parle tout seul allez vous faire traiter chez un psychiatre…je suis au sénegal et j’ai des freres a travers le monde avec qui on discute par le canal de ce site alors ne racontez pas n’importe quoi! si vous avez l’habitude de prendre plusieurs pseudos pour vous faire passer pour des personnes qui défendent bongo et sa clik ne géneraliser pas vos defauts!
    On sait qui vous etes! une bande d’idiots envoyés par le pdg distraire les gens! mais vous ne réussirez pas! ce site va toujors vivre et continuera a mettre a nu les réalités du gabon! honte a vous et a vos pédés de parents assoifés de promotion et de pouvoirs! on vous connait!
    j’attend vos reactions!
    bogoistes!

  43. Requin

    6 Mai 2009 a 11:25

    Jeannot,
    je n’ai rien! ce que je sais c’est que je suis Requin sur le net. je ne suis ni Mengara, ni toi. Au moins nous sommes trois et je crois pas que Mengara puisse jouer à ce jeu. C’est une stratégie des rénos pour nous détourner de la problématique que pose Ali Ben le futur puchiste

  44. arafat

    6 Mai 2009 a 11:15

    vraiment du grand n’importe quoi: Mengara est tout seul,il est webmaster,il discute tout seul sur son site avec plusieurs pseudos, il est BDP en France,Canada, Gabon, USA,Maroc…il est aussi père de famille, il travaille également,il écrit également des romans etc
    ce Mengara est vraiment un surhomme. la bétisse quand tu nous tiens

  45. Koumbanogye

    6 Mai 2009 a 11:02

    Il faut tout de même rester vigilant, car il
    y a quelques temps un journal dénommé l’espoir avait
    pulibuqement écrit :

    “le BDP Démocrate ou même le BDP Gabon nouveau se retrouvent tous deux inféodés par des manoeuvres subreptices orchestrées par un ministre proche de Bongo qui souhaite manipuler le Président de la république par le chantage. Comment un ministre de la république peut dire à des compatriotes de ne jamais soutenir le Chef de l’Etat ? ”

    Moi qui fais un peu parti de l’entourage universitaire de Mengara, je dois avouer ici qu’il ya des choses pas très clair chez l’homme. Mais bon, on peut en parler hors forum Jeannot car y a trop d’oreilles ici. As tu toujours mon phone ? appelle moi pour qu’on discute (j’ai plus ton mail).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*