Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le Gabon dirigé par des Congolais ? Maman Dabany et bébé Ali avouent : « Nous les Bongo Ondimba, nous ne sommes pas Biafrais, nous sommes Congolais »

Auteur/Source: · Date: 29 Avr 2009
Catégorie(s): Commentaire,Politique,Rumeurs
patience_ali_bongo.jpg

Ces Kongolais qui dirigent... et pillent... le Gabon?

Drôle de cinéma que celui qui se passe actuellement au Gabon. Les « Bongo Ondimba » seraient-ils tombés sur la tête? A moins que ce soit le ciel qui leur soit tombé sur la cabosse ? Fiston Bongo « l’Ali pas Mohamed » et l’ancienne « Mama Bongo » jadis répudiée avec des valises d’argent aux USA semblent s’être tellement acharnés à se sortir d’un trou déjà profond qu’ils se sont, sans s’en rendre compte, enfoncés dans un autre trou, celui-ci encore plus profond que le premier. En voulant tellement prouver aux Gabonais qu’Ali le fiston Bongo n’est pas, comme la rumeur le maintient depuis qu’Ali existe, un Biafrais adopté par les Bongo, « Mama Dabany » et « Bébé Ali pas Baby Doc » ont avoué devant Gabonais ébahis qu’ils sont, en fait, Congolais. Que l’on cesse d’appeler Ali « Biafrais » a martelé avec fureur « Mama ». Il est Congolais !!! a-t-elle finalement avoué.

On se serait cru dans un de ces films américains où l’avocat malin, à force de cuisiner le témoin, le pousse tellement à bout que le témoin, hors de lui, finit par avouer larmes aux yeux: « Oui, c’est moi qui l’ai tuée, ma femme !! » A la chaîne 1 de la radio-télévison gabonaise (RTG1), Mama Dabany, cuisinée par la rumeur devenue insoutenable, a finalement lâché le morceau : « Nous y en a pas Biafrais ! Nous y en a Congolais !! Cessez de nous appeler Biafrais ! Nous y en a descendants dé la famille royale dé Mani Kongo !! Nous pas Gabonais, mais Gabon ya bon car nous pleins dé CFAs cadeau oh !»

Tout a commencé samedi 25 avril dernier lorsque Monsieur le Ministre de la Défense Nationale Ali Ben Bongo (ABB comme Albert Bernard Bongo ou Alain Bernard Bongo-Mon Dieu comme cette famille change de noms !!) décide, une bonne fois pour toutes, de mettre fin aux rumeurs qui accablent sa vie et le rendent misérable depuis que sa misérable enfance gabonaise fut gâchée par la « biafrité » que les mauvaises langues ont cultivée tout autour de lui. Furieux, le petit Alain Bernard devenu Ali Ben déclare samedi : « Certaines prétendent que je serais nigérian? (…) Tout ce que je sais, c’est que je suis né à Brazzaville en 1959. Ceux qui disent ce genre de choses ne connaissent pas l’histoire. La guerre du Biafra a commencé en 1967 et moi je suis né en 1959. Quand je suis né, le Nigeria n’était même pas indépendant avant de l’être l’année suivante. Donc, quand la guerre du Biafra commence, j’avais déjà 8 ans ».

Jusque-là, pas grand-chose à redire, notre « péti » ABB « Ben béni » par les dieux connaît bien l’histoire, et il le prouve aux yeux de tout le monde ébahi par tant de connaissance. Donc, Ali dit vrai : comment peut-on être Nigérian quand le Nigeria n’existe même pas encore et qu’on est né hors ?

Sauf que, pauvre Ali (quel chagrin !!), nous voilà au courant d’un fait qui n’est pas non plus très reluisant pour notre bonhomme. Apparemment, notre « Minisse » de la Défense n’y comprend rien. On ne sait pas vraiment, en fait, s’il a compris pourquoi la rumeur biafraise a fait tant de bruit au Gabon. On a l’impression que ce qui fait le plus mal à Ali, c’est le mot «Biafrais », qui semble lui sonner dans la tête comme une insulte. Dans sa tête, il semble plus acceptable d’être considéré « Congolais » que « Biafrais ». Cependant, ce que notre bonhomme « Ben béni » ne comprend pas, c’est que ce n’est pas, en fait, le fait d’être « Biafrais » ou « Congolais » qui soit le problème des Gabonais. Ce qui fait tiquer les Gabonais, c’est le simple fait d’avoir un « étranger » imposteur à sa tête (l’Omar) et un autre « étranger » imposteur (le Ben) pour contrôler l’armée d’un pays où il n’est pas né, pays dont il n’a pas non plus la nationalité puisque né, de son propre aveu, Congolo-Français, mais pas Gabonais du tout…

Ce que les Gabonais ne veulent pas, c’est de ces mensonges qui durent depuis 49 ans !

Comme si un seul aveu ne suffisait pas, voilà que Maman Dabany vient, ce mardi soir, en rajouter pour clarifier, clouant finalement au pilori toute la famille Bongo qui, de par sa bouche, avoue finalement aux Gabonais son imposture de 49 ans. Ecoutons « Mama Patience » (encore un faux nom !!) : « Mon fils, moi et mon mari qui était sous le drapeau [congolo-français ?] depuis trois ans, libéré [de quel asile ?] et ayant refusé de demeurer à Brazzaville [il a refusé son pays ?], la capitale congolaise, suite à la guerre civile, arrivons à Libreville le 29 octobre 1960 (…). Je suis Batéké [du Congo ?], Bongo est Batéké [de Brazza ?], nous ne sommes pas Nigérians [vraiment ?]».

Ok, on a compris. La seule chose que les Bongo ne sont pas, c’est Gabonais. Ils ont tout été et ils ont tout fait dans leur vie, y compris changer mille fois de nom et de pays, mais ce qu’ils ne reconnaissent pas, c’est leur « gabonité ». Voilà qui est clair (Ah les pauvres bongoïstes qui défendent Bongo becs et ongles en croyant qu’il est Gabonais ! Ils vont se manger les ongles et se couper le bec comme des oisillons avec cette douche froide !).

Alors, donc, revenons à nos moutons : force est de constater que dans leur défense, ni Ali ni Mama Dabany n’ont à aucun moment revendiqué leur citoyenneté gabonaise. Ils ont tout affirmé, sauf leur « gabonité ». C’est bien étrange, non ?

Ce n’est quand-même pas gentil de leur part. On nous enlève un « Biafrais » pour nous donner quoi à la place ? Un « Congolais » ? Mince, c’est pas juste ! Nous voilà mieux servis. Les Nigérians eux au moins, ils savent bricoler quelques vieilles télévisions et réparer les frigos. A quoi va nous servir Ali, maintenant que nous savons que s’il devenait président, il ne pourra rien bricoler comme un vrai Nigérian sait si bien le faire ? On pourrait au moins faire du bon business « clando » et acheter des iPhones trafiqués et bon marché venant des filières « clando » du Biafra. Non, c’est pas juste du tout, zut ! Que va bien pouvoir nous apporter un Congolais vu que les Congolais sont aussi paresseux que les Gabonais, et qu’ils ne connaissent que la sape et les fesses des femmes et le « soukouss » ? Mais bon, laissons ça de côté sinon Aurlus Mabélé que nous aimons bien va se fâcher.

Les Bongo devenus « Ondimbas » sont donc tout-Français, Batéké (du Congo), Congolais-mais jamais “Gabonais” ni « Batékés du Gabon ». Ils s’en défendent devant tout le monde. C’est ce qui sort de leur propre bouche, pas de la bouche trop bavarde du Kongossa. Qu’est-ce que les gens vont encore dire ?

Mais une question demeure : quelle est la belle jambe que cela fait aux Gabonais qu’Ali soit « Biafrais » ou « Congolais » ? Les Gabonais ont-ils une préférence pour l’un ou pour l’autre ? Rien n’est moins sûr.

Depuis toujours, il a toujours couru deux rumeurs indicibles au Gabon. La première rumeur a toujours été que Bongo n’était pas Gabonais, mais Congolais. Cette rumeur, Bongo l’a toujours démentie avec la plus grosse énergie, au point de mettre en prison les quelques Gabonais qui avaient osé le dire. La deuxième a toujours été qu’Ali Bongo n’était pas Gabonais, mais Biafrais. Celle-là aussi pouvait jeter quelqu’un au caveau.

Or, voilà que, pour démentir la rumeur de la « biafrité » du fils, la Mama Dabany monte au créneau et lâche la plus grosse des bombes : elle confirme sans rougir (bon, ok, elle est noire, d’accord) la rumeur de la « congolité » de toute la famille Bongo, famille qui apparaît tout d’un coup comme une famille habituée à l’imposture non seulement des pouvoirs et des noms (trop de noms changés dans cette famille), mais aussi des nationalités (qui sont-ils vraiment, nos chimpanzés ?).

Parlons un peu de leurs impostures, juste pour avoir les idées un peu plus claires :

Imposture No. 1 : Contrairement à ce que Bongo a souvent raconté, « Mama Dabany pas Patience » vient enfin d’avouer que les Bongo ne sont venus au Gabon que le 29 octobre 1960, soit trois mois et demie APRES l’indépendance du Gabon (Ils ne se sont même pas battus pour l’indépendance du Gabon (Mais comment donc, les voyous !)  On se posera donc toujours la question de savoir comment quelqu’un qui est né hors du Gabon (au Congo) en 1959 et qui arrive au Gabon APRES l’indépendance du Gabon peut être autre chose qu’un « étranger » ? Ali et sa famille ne semblent pas capables de comprendre que ce qui dérange les Gabonais n’est pas le fait que notre Ali défenseur national soit Nigérian, Biafrais, Turc ou Eskimo. Ce qui dérange les Gabonais, ce sont les mensonges, les impostures et les entourloupes qui ont toujours entouré les origines de la famille Bongo. Or, de l’aveu de la mère et du fils eux-mêmes, nous venons d’avoir la confirmation que Monsieur Ali Bongo Ondimba est tout sauf Gabonais. Il ne pourra plus nier ses propres paroles ni celles de sa « Mama ». Ah, « lé pauvre péti ».

Mais voilà où Ali a fait la plus grosse erreur de sa « biafrité », pardon, de sa « congolité » : Il n’y a pas de différence aux yeux des Gabonais qu’il soit « Biafrais » ou « Congolais ». Ce qui est important c’est que les Gabonais aient eu la confirmation, et sachent désormais sans l’ombre d’un doute, qu’Ali Bongo est un étranger et que la famille Bongo a toujours été une famille étrangère qui a toujours fait usage de faux et d’imposture pour s’immiscer dans la vie politique gabonaise et prendre le Gabon en otage. C’est donc là terrible imposture et elle est inacceptable pour les Gabonais, surtout si « Bébé Ben » décide de s’imposer aux Gabonais après son père. Nul n’acceptera une telle imposture de plus au Gabon.

Imposture No. 2 : La deuxième imposture des Bongo devenus « Omars » est le fait de se retrouver à la tête du Gabon après avoir été finir le pauvre vieux Léon Mba en France avec l’aide des Français. C’est parce que les Français savaient Bongo étranger qu’ils l’ont installé au pouvoir au Gabon. Ils savaient qu’un étranger comme Bongo ne pourrait jamais aimer son pays comme un vrai Gabonais. La preuve en est aujourd’hui faite : pendant 42 ans, Bongo a pillé le Gabon comme les Français ont pillé le Gabon. Le Gabon n’étant pas son pays, il ne pouvait que le considérer comme un « pilloir » et le détrousser sans merci comme un pirate pillageur le ferait. Bongo pratique au Gabon une politique de la terre brûlée. Il décime et brûle tout sur son passage et ne laissera que cendres et pleurs pour les pauvres Gabonais.

Gabonais par imposture, donc Président et leaders du Gabon par imposture, sans oublier les élections truquées par l’imposture politique, voilà, mesdames et messieurs, la vérité sur les Bongos: Le Gabon est dirigé non pas par des « Biafrais », mais par des Congolais.

Quand la Mama Bongo répudiée par Papa Bongo depuis des années vient mentionner les Batékés à la télé, elle veut nous jouer le même vieux jeu ethnique par lequel son ancien mari a toujours voulu diviser les Gabonais. Ils veulent faire croire aux Batékés du Gabon que les autres Gabonais leur en veulent. La vérité, aujourd’hui, est pourtant limpide. Ce sont les Bongo qui, étant nés Batékés congolais, se sont installés parmi les Batékés du Gabon par imposture. Dès lors, quand les Gabonais disaient à Bongo qu’il n’était pas Gabonais, mais Congolais, Bongo utilisait cela comme une arme ethnique pour faire croire aux Batékés du Gabon que les autres Gabonais les accusaient d’être Congolais. Or, cette stratégie de Bongo était indécente car le Gabon a d’autres ethnies comme les Fangs qui ont des attaches ethniques en Guinée Equatoriale et au Cameroun. Ce n’est pas pour autant qu’on va dire des Fangs du Gabon qu’ils sont Camerounais ou Equato-guinéens. On ne peut pas donc dire que les Batékés du Gabon soient Congolais car les frontières coloniales ont décidé que certains Batékés seraient du Gabon et d’autres du Congo, tout comme certains Fangs sont du Cameroun et d’autres du Gabon. Mais comme les Bongo sont machiavéliques, ils ont fait l’amalgame et ont confondu leur imposture avec le peuple Téké du Gabon et inventé des divisions ethniques là où il ne devrait pas y en avoir. Les Tékés du Gabon sont Gabonais et les Tékés du Congo sont Congolais. C’est aussi simple que cela.

Les Gabonais refusent donc de retomber dans ce piège ethnique que les Bongo aiment à nous tendre.  La “congolité” des Bongo n’engage point et n’a jamais engagé les Batékés du Gabon. Elle concerne les Bongo et uniquement les Bongo. C’est aussi simple que cela.

Mais attention! Nous au Gabon, nous n’avons rien contre nos frères congolais qui souffrent actuellement sous l’imposture politique des Sassou au Congo comme les Gabonais souffrent sous la double imposture des Bongo au Gabon. Mais reconnaissons quand-même que cela nous en bouche un coin que ce soit maintenant un enfant congolais, arrivé au Gabon APRES l’indépendance du Gabon, qui soit maintenant pressenti pour remplacer son propre papa congolais sur le trône du Gabon !!

Nous ne le disons pas par hasard. Si l’on donne le bénéfice du doute à Ali et accepte son explication, force est de constater que cela ne change pas du tout son problème car tout ce que sa maman et lui-même ont réussi à faire, c’est échanger une nationalité étrangère pour une autre. Ce qui revient exactement au même : Ali est étranger, par conséquent, il ne peut briguer la présidence du Gabon. Regardez vous-même :

Le Congo Brazza est devenu indépendant le 15 août 1960, soit deux jours AVANT le Gabon. Donc, en arrivant au Gabon le 29 octobre 1960, soit trois mois et demi après l’indépendance du Congo, Ali Bongo était bel et bien un Congolais avéré car né au Congo AVANT l’INDEPENDANCE du Congo, donc automatiquement Congolais quand le Congo devient indépendant le 15 août 1960. Autrement dit, quand Ali Bongo arrive au Gabon avec sa mère et son père Albert Bernard Bongo trois mois plus tard APRES l’indépendance du Gabon, ils sont tous Congolais depuis trois mois et demi.

Or, il n’existe nulle part au Gabon un seul papier montrant quand Ali Bongo et Omar Bongo se sont naturalisés Gabonais. Ali Bongo n’étant pas né au Gabon, il ne peut, au vu de la Constitution actuelle, devenir Président du Gabon. Son père lui-même aussi, n’étant pas né au Gabon et n’étant arrivé au Gabon qu’après l’indépendance du Gabon, ne peut pas non plus prétendre au trône du Gabon. Aucun des deux ne disposant d’aucun papier de naturalisation, et aucun des deux n’étant Gabonais de première ni de deuxième génération, leur présidence est illégale. Seuls les enfants et petits enfants de Bongo nés au Gabon peuvent prétendre au trône gabonais, pas Ali Bongo, et encore moins Omar Bongo.

Et comme Bongo lui-même a toujours été « rumoré » comme Congolais, on ne peut que saluer l’honnêteté de Mama Dabany qui, en voulant défendre le fils, a finalement avoué la vérité aux Gabonais. Pire, en disant : « Mon fils, moi et mon mari qui était sous le drapeau depuis trois ans, libéré et ayant refusé de demeurer à Brazzaville, la capitale congolaise, suite à la guerre civile, arrivons à Libreville le 29 octobre 1960 (…).je suis Batéké, Bongo est Batéké, nous ne sommes pas Nigérians », Mama Dabany avoue très clairement un autre fait important : Les Bongo n’ont quitté le Congo que parce qu’ils voulaient fuir la guerre civile congolaise. Autrement dit, si le Congo n’avait pas connu la guerre civile, les Bongo seraient restés au Congo Brazza comme Congolais et personne n’aurait jamais entendu parler d’eux au Gabon. Et puis, ne disait-on pas à l’époque que Patience était stérile et qu’elle ne pouvait pas faire d’enfants? Un autre miracle?

Merci donc les Français pour avoir tué notre président bien gabonais Léon Mba pour nous imposer des imposteurs qui n’ont même pas voulu reconnaître le nom de leur papa et grand papa « Ondimba » pendant toute leur vie, et qui ont tous tellement changé de nom qu’on a fini par s’y perdre. Albert Bernard Bongo est devenu Omar Bongo, puis Omar Bongo Ondimba (Une bien tardive reconnaissance du nom de son père !). Alain Bernard Bongo est devenu Ali Ben Bongo puis Ali Ben Bongo Ondimba (trois fois changé de nom !). Mama Dabany est d’abord née Joséphine Nkama Dabany, puis est devenue Joséphine Bongo, avant d’être répudiée par le Bongo et de se fabriquer la nouvelle identité « Patience Dabany ». Elle encore, on peut la comprendre : étant femme, elle était obligée de prendre le nom de son imposteur de mari, et étant chanteuse, il fallait bien faire « cool ». Mais Ali et papa Bongo, pourquoi ces changements de noms comme on change de chaussettes ?

La vérité est donc enfin là : elle est douce comme bonnet blanc et blanc bonnet. Nous avons, au Gabon, des imposteurs qui se font passer pour des Gabonais depuis le 29 octobre 1960 (49 ans d’impostures !!).

Alors, Bongo et Edith-Lucie, c’était finalement quoi ? Une simple affaire de retour aux sources de papa Bongo ?

Mais pour les Gabonais, une seule question demeure. Ali… Biafro ou Kongolo?

Source: BDP-Gabon Nouveau


SUR LE MÊME SUJET
« Nous ne pouvons pas prétendre développer notre pays et ne pas respecter les lois », Ali Bongo Ondimba
Interrogé sur le fond et la forme de l’opération de destruction des constructions anarchiques aux abords des trottoirs menée actuellement dans la capitale gabonaise, lors de la conférence de presse ayant suivi les travaux du conseil des ministres délocalisés de la province de l’Estuaire, le Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, a souligné que « nous ne pouvons pas prétendre développer notre pays et ne pas respecté les lois ». « Nous ne pouvons pas prétendre développer notre pays et ne pas respecté les lois. Nous recherchons le bien-être des Gabonais afin qu’ils aient un cadre qui soit beaucoup plus ...
Lire l'article
Le président du CLR, Jean Boniface Assélé a animé une conférence de presse en milieu de semaine afin d’expliquer la position de son parti à l’orée des élections législatives de décembre prochain. Confiant de ce que son parti politique le CLR (Centre des Libéraux réformateurs), membre de la Majorité Républicaine, fera bonne figure lors des législatives, le président Jean boniface Assélé a fait le point de la situation politique actuelle avant de réaffirmer l’engagement de sa formation politique à soutenir l’action du chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba. Trois questions essentielles ont constitué la trame de cette conférence de presse à ...
Lire l'article
Le président de la République, chef de l'État, Ali Bongo Ondimba, s'est réjoui, mardi, à Lambaréné, dans la province du Moyen-Ogooué (centre) du '' rôle du Gabon sur la scène internationale'' après que son pays ait proposé la résolution 65/189 qui a consacré la Journée internationale des veuves célébrée le 23 juin et le texte sur la lutte contre le VIH-Sida eu égard à son impact sur la sécurité mondiale. « Ça n'arrive pas tous les jours qu'un pays puisse faire passer une résolution au Conseil de sécurité'' de l’Onu, a fait observer le président Ali Bongo Ondimba lors d'une ...
Lire l'article
La situation des réfugiés congolais au Gabon fait toujours l'objet de discussions entre Brazzaville et Libreville. 21Des dizaines de milliers de Congolais ont fui leur pays entre 1997 et le début des années 2000. Il y a eu pourtant un accord tripartite de rapatriement signé en septembre 2001 entre le gouvernement gabonais, le gouvernement congolais et le HCR. Ils sont encore aujourd'hui environ 10 000 à vivre dans l'incertitude au Gabon.
Lire l'article
En réponse au Secrétaire d’Etat américain, Hilary Clinton dans son propos énoncé lors du point de presse, le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, aux Etats-Unis d’Amérique (USA) pour le lancement officiel de la présidence gabonaise du Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU), a soutenu sa politique de l’émergence en expliquant que « Nous souhaitons devenir un pays émergent, et nous allons emprunter toutes les démarches pour y arriver », a-t-on appris de source officielle, ce mardi. « Merci Mesdames et Messieurs. Je saisis cette occasion pour remercier le Président Obama et Mme Clinton de l'accueil qui nous a été ...
Lire l'article
Jardin Botanique de Libreville, 29 août (GABONEWS) – Dans son message à ses partisans pour le compte du denier meeting de campagne en vue de la présidentielle de dimanche, le candidat du PDG, Ali Bongo Ondimba, revenant sur les grandes lignes de son projet de société, a indiqué qu’il n’y aura pas une minute à perdre après le scrutin. « Nous n’avons pas de temps à perdre: après le 30 août, nous nous mettrons au travail », a indiqué le candidat Ali Bongo Ondimba, décontracté, et qui a rappelé qu’un autre Gabon, « un Gabon émergent est à ...
Lire l'article
Le ministre gabonais de la Défense, Ali Bongo Ondimba, a récemment déclaré devant la presse que « nous avons donc pris la décision d’accueillir tout le monde » à l’Hôpital d’Instruction des Forces Armées Omar Bongo Ondimba, situé sur la Nationale1, face à l’affluence née de la grève qui se prolonge dans les structures sanitaires du service public. « Nous avons eu beaucoup de difficultés pour faire en sorte que tout le monde soit traité. A deux reprises nous avons dû fermer l’hôpital pendant plus de deux heures pour nous permettre de réorganiser nos services. Et, lorsque nous l’avons fait, tous ...
Lire l'article
Jean Paul Neyer Anguilé, Secrétaire Général de l’Association Amitié Gabon–Chine, dans une interview accordée à GABONEWS, a déclaré que ce groupe venait appuyer la coopération entre les deux pays qui célèbrent ce lundi 20 avril, le 35ème anniversaire de l’établissement de leurs relations diplomatiques. GABONEWS (GN): - Quel est le but de votre association ? Jean-Paul Neyer Anguilé (JPNA): - Comme son nom l’indique, l’Association Amitié Gabon–Chine a pour but de promouvoir l’amitié entre les peuples gabonais et chinois GN: - Quelle est sa portée ? JPNA: - « Nous ne pouvons pas parler en tant que tel de portée. Disons que l’association a ...
Lire l'article
Il m'arrive de passer parfois sur ce site pour lire les avis et points de vue des gabonais qui s'y expriment. Personnellement, je tiens à indiquer, pour que les choses soient bien claires, que je suis membre du Parti Démocratique Gabonais, parti créé par le Président El Hadj OMAR BONGO ONDIMBA. Mieux, je me définis comme un fervent bongoïste. Admettant volontier que la démocratie que nous avons choisi de bâtir tous ensemble au Gabon ne saurait être effective sans expression des différences (d'opinion, de vue,...etc.), qu'il me soit tout de même permis de m'interroger quant aux propos que je lis ...
Lire l'article
« Nous ne pouvons pas prétendre développer notre pays et ne pas respecter les lois », Ali Bongo Ondimba
« Il n’y a pas que le PDG, dans la Majorité Républicaine, nous allons nous battre afin d’exister du mieux que nous pouvons », Assélé
Le Gabon sur la scène internationale : ” Nous n’allons pas nous arrêter sur ces quelques victoires”, Ali Bongo Ondimba
Les réfugiés congolais du Gabon manifestent peu d’empressement à rentrer chez eux
« Nous souhaitons devenir un pays émergent, et nous allons emprunter toutes les démarches pour y arriver », Ali Bongo Ondimba
Bongo Doit Partir
Gabon: « Nous n’avons pas de temps à perdre: après le 30 août, nous nous mettrons au travail », Ali Bongo Ondimba
Gabon: Santé: « Nous avons pris la décision d’accueillir tout le monde à l’Hôpital d’Instruction des Forces Armées Omar Bongo Ondimba », (Ministre de la
Gabon: « Nous sommes un groupe d’appui à la coopération entre nos deux pays » (Jean Paul Neyer Anguilé, Secrétaire Général de l’Association d’Amitié Gabon
Sylvain Abraham ESSONO NGUEMA: “Nous jeunes cadres du Parti Démocratique Gabonais, nous sommes prêts à toutes confrontations démocratiques avec ceux qui pensent différemment de nous”

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (19 votes, moyenne 3,63 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 29 Avr 2009
Catégorie(s): Commentaire,Politique,Rumeurs
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

145 Réponses à Le Gabon dirigé par des Congolais ? Maman Dabany et bébé Ali avouent : « Nous les Bongo Ondimba, nous ne sommes pas Biafrais, nous sommes Congolais »

  1. Jeannot

    6 Mai 2009 a 10:50

    “…Actuellement ce qui reste de ce que vous appelez BDP ; c’est un site internet animé par Daniel Mengara tout seul, qui utilise plusieurs pseudo ou sobriquets…”

    Tchoouo ! Requin c’est grave ça ce qui est écrit la !
    Un ami de Montclair me l’avait déjà dit mais je n’y
    croyais pas trop. As tu des éléments sur ce dossier là.

  2. Requin

    6 Mai 2009 a 10:47

    Madame Magnogni,
    Je m’excuse auprès de Soldat (sans jalousie) d’avoir usurpé ces compliments!!!
    Le changement de mentalité ne pas être un vain mot, mais un comportement, une culture, un état d’esprit dont les normes doivent être déterminées par ceux qui nous gouvernent.
    Si la corruption, l’impunité, le mensonge, la falsification et même l’incompétence deviennent ces normes, alors ……
    Le PDG peut nous refuser le droit du vote libre, mais pas celui de profiter de la liberté du net

  3. Requin

    6 Mai 2009 a 10:23

    LE et SE,
    Semez toujours la confusion, mais la vérité est implacable.

  4. magnogni

    6 Mai 2009 a 10:09

    Bonjour Requin,
    En fait j’ai bien adressé cette réponse à Soldat suite à son message. Soit. Pour ma part, je suis presque sûre qu’ali ben ne sera pas le prochain président du gabon. Même s’il arrive par la force, à prendre le pouvoir, cela ne devra durer qu’un moment.

    Nous parlons d’ali ben aujourd’hui, parce que celui-ci s’agite. Mais nous savons tous, qu’il y a dans l’entourage même proche de bongo et notamment parmi les renos, d’autres personnes qui rêvent du pouvoir.
    Et je suis persuadée que bongo très malin, va jouer une autre carte que celle d’Ali. Bongo s’est entouré de tous ceux-là, c-à-d intellectuels et parents, certainement dans le but de se faire aider dans la gestion du pays. Il comptait sûrement sur eux aussi afin de limiter la bêtise, mais ils n’ont su que profiter du pouvoir, en s’enrichissant au détriment des populations. ils auraient pu l’empêcher d’aller dans les mauvaises directions, c’était peut-être le but du jeu, n’étant pas suffisamment expérimenté et même instruit? ils se sont contentés de s’enrichir. Aujourd’hui, l’image de bongo est bien sale aux yeux de tous, même auprès de ceux-là qui lui ont donné le pouvoir et en ont profité avec lui. Quelque part, s’il lui reste encore un peu d’amour propre, il doit certainement les en vouloir. Il y a eu beaucoup d’abus! Je suis persuadée qu’il ne reste pas insensible à tout ce qui lui arrive. Il est poursuivi en justice, alors qu’il y en a qui se sont enrichis plus que lui et grâce à lui, qui sont tranquilles.
    Il peut prendre une décision extrême, allant même contre ces propres intérêts. Mais comme vous l’aviez si bien dit, a l’exemple de Senghor et Mandéla, il serait temps qu’il abandonne le pouvoir, ne serait ce que pour garder le petit temps qui lui reste pour lui. Et qu’il le remette à ceux qui le lui ont donné, dans son cas, ce serait la France!!!
    Non, qu’il laisse le peuple s’en débrouiller, il trouvera solution en son temps. Au gabon, il ya encore des gens capables de relever le pays. Il y a peut-être parmi tous ces gens-là, qui ont partagé le pouvoir avec lui, une ou deux bonnes volontés, capables de s’associer à d’autres, afin de reléver le pays. Des gens comme Ping ont fait parti de ce gouvernement et ils n’ont pas fait trop parler d’eux comme la bande à Mba Obame.
    Bong n’est pas indispensable, s’il venait à mourir, l’on se passera bien de lui, et il mourra bien un jour. Pourquoi diantre faut il qu’il nomme un succésseur ou qu’i donne son avis? J’espère que nous sommes un état souverain et que les textes constitutionnels sont adaptés?
    En tout cas, L’après bongo va être un exercice très difficile,en ce qu’il va falloir mettre tout le monde au pas, les gabonais ont pris de très mauvaises habitudes. Il va falloir redonner à la notion de punition tout son sens. A quoi sert d’avoir des règles, si nous n’avons pas la capacité d’en sanctionner les violations, tout simplement parce que nous avons à la tête des dirigeants qui en sont eux-mêmes les premiers à ne pas les respecter?

    A quoi servent les institutions s’ils ne sont plus capables de répondre aux problèmes de notre temps? Et si le député qui y siège ne pense qu’à son million et à tous ces priviléges? Si celui-ci ne va à l’assemblée que pour son argent! il faudra que ceux-là mêmes qu viennent dans nos assemblées, grâce à nous sachent qu’ils ont le devoir non seulement de nous représenter, mais aussi de protéger nos intérêtes, ils ne doivent pas hésiter de sanctionner, leur rôle est très important. Il n ya pas que les gouvernants qui doivent changer mais nous aussi et pour que le gabon change, il a besoin de toutes ses intelligences, à tous les niveaux de son action. Alors, mon cher Requin, la tâche est rude, merci.

  5. SE

    6 Mai 2009 a 09:56

    …Le BDP tel que nous l’avons connu est un parti virtuel, Mengara a pu allègrement abuser de la bonne foi des gens dont MENAGARA a utilisé l’intelligence, la notoriété et les noms, afin de faire croire en l’existence d’un réel parti politique d’opposition en exil.

    L’ensemble des participants à ce congrès de Bordeaux aura constaté qu’en dehors de la belle littérature qui nous était livrée sur le site du BDP, il n’y avait rien de pratique voire de concret derrière le discours de Mengrara, si ce n’était que l’invective, le mensonge, la violence politique, la haine ethnique, des insultes répétées envers la personne du Président de la République. Nous avons à cet effet, fait constater à Mengara des risques qu’il faisait courir à nos compatriotes tant au Gabon qu’à l’étranger de par ses déclarations fracassantes voire menaçantes à l’endroit du pouvoir en place au Gabon. Nous avons tous cru que nous travaillions autour et avec un homme responsable qui coordonnait toutes nos idées et prises de position, c’est lors du congrès de Bordeaux que la supercherie à été mise à nu : le sort de Mengara à été scellé à ce moment.

    Je voudrais préciser que Mengara n’a jamais associé aucun membre du BDP quant à la conception, et la rédaction de tracts, de communiqués de presse, de mesures décrétales …. Voire à tout ce qui a été mis sur le site internet du BDP. Mengara s’est toujours caché derrière un comité directeur ” fantôme ” qui lui donnerait des instructions par rapport au fonctionnement du BDP.

    A ce congrès, il a été demandé à Mengara de donner la composition du comité directeur dont nous ne connaissions aucun membre. Silence confus de Mengara, qui ne pouvait apporter aucune réponse.

    C’est à Bordeaux que nous avons tous découvert des prospectus de couleur rose que Mengara avait rédigé et envoyé au Gabon depuis plusieurs mois pour distribution, sans nous en avoir parlé ou associé. Dans ces prospectus Mengara parlait de l’organisation par le BDP de nouvelles élections générales au Gabon, d’une nouvelle conférence nationale, et d’un ultimatum au régime Bongo.

    A la question de savoir où sont ou d’où viendront les moyens avec lesquels Mengara entendait organiser tout cela, nous avons encore eu droit à un silence confus de ce dernier, qui nous renvoyait vers le comité directeur que nous ne connaissions pas ; il n’existait pas..

    Nous lui avons exigé pendant ce congrès de ne plus ” recevoir ” des instructions du comité directeur ” fantôme “, de ne plus rien écrire sans notre consentement, de ne plus utiliser l’injure, la désinformation et d’adopter un langage responsable, car cela nous engageait tous.

    A la surprise de tous, alors que Mengara semblait s’être soumis à la décision du congrès, il s’est permis dès le lendemain à faire des déclarations sur le site internet du BDP dont il avait lui seul les codes d’accès, qui allait de l’exclusion de Mr Okili-Boyer à des mesures décrétales signées du pseudo comité directeur ” fantôme”.

    Cette attitude a purement et simplement outré l’ensemble des participants au congrès. Ce qui a conduit à la prise d’un certain nombre de décisions : se désolidariser avec les prises de position de Mengara voire même avec sa propre personne. Il fallait donc à partir de ce moment là prendre d’autres dispositions. Ce que j’ai fait avec l’aide d’un certain nombre de mes camarades.

    Actuellement ce qui reste de ce que vous appelez BDP ; c’est un site internet animé par Daniel Mengara tout seul, qui utilise plusieurs pseudo ou sobriquets

    Extrait Interview de S.E.

  6. De_LE

    6 Mai 2009 a 09:45

    “ENTRE INCONSISTANCE, INCONSTANCE ET INCOHERENCE”

    …Ces dernières années ont été riches en enseignements et il apparaît très clairement que la renommée du BDP ne s’est faite que par l’intermédiaire de crises successives au sein de ce mouvement.

    Il y a un autre fait assez curieux. Les faits d’armes du BDP (Graffiti à LBV, Saccage de l’Ambassade à Washington) ont toujours été l’œuvre d’individus aujourd’hui “bannis” (mais parents de ministres et barons de la République). Comme si le BDP voulait se “débarrasser” de ses membres les “plus virulents”.

    En revanche toutes les manifestations auxquelles Mengara n’ait jamais participé en personne ont toujours été des flops retentissants (Sit in à Washington, Congrès de Bordeaux, Tournée du Patriote).

    Le plus intriguant réside aussi dans la manière populiste avec laquelle ces échecs se sont transformés dans les écrits de Mengara en victoires fantastiques et la récente tournée du patriote en est le parfait exemple.

    Tous les observateurs (et j’ai mené ma petite enquête) font pourtant état de salles vides (au plus 5 personnes quand il y avait du monde). Mais Mengara n’a pas hésité à parler de salles tellement pleines qu’il y a avait même du monde dans les couloirs. Il en est de même de cette vrai fausse histoire de passeport.

    Comme on peut le voir le leader du BDP n’hésite pas à user de l’exagération voire du mensonge pour attirer les projecteurs, en vain…

    Il apparaît que la faiblesse du BDP a entre autre pour origine le populisme, le manque de stratégie politique ainsi qu’à l’amateurisme avec lequel Mengara dirige son mouvement.

    Tant il est évident que les décisions ainsi que les communications intempestives de son coordinateur ne sont souvent pas mûrement réfléchies. Ainsi, ces tergiversations, l’absence de vision politique et les tendances totalitaires dont ceux sont plaints certains de ses anciens amis traduisent les ambitions d’un individu profondément frustré par le peu d’émoi que ses gesticulations entraînent auprès des gabonais.

    En conclusion, comme le régime qu’il dit combattre, il semble que le BDP se soit avec le temps sclérosé et ce mouvement gagnerait probablement en changeant son équipe dirigeante afin que les discours irréfléchis et profondément incohérents fassent place à une stratégie de prise du pouvoir au Gabon.

    Plutôt que de promettre des révolutions puis exiger des légalisations, Mengara devrait plutôt penser à sa démission, seule alternative salutaire pour son mouvement aujourd’hui (s’il existe vraiment).

    Loic Etoughe

  7. Requin

    6 Mai 2009 a 05:36

    Madame Magnogni,

    Requin, pas Soldat!!! Je suis bien civil, Sauf si c’est au figuré que vous employez ce mot. J’ai bien perçu votre sensibilité de femme.

    Que Dieu vous entende!!! Houphouët Bouabny, de son vivant avait écarté toute sa progéniture reconnu des affaires de la politique car estimait que le pouvoir qu’il avait reçu du peuple devait lui revenir à sa mort. Il l’avait déclaré de façon solennelle et publique en précisant que si l’un de ses enfants rentrait en politique, c’était par conviction. De son vivant, aucun n’a été Ministre de la défense ou quelque chose de ce genre. C’est pourquoi, il reste un grand homme pour la plupart des ivoiriens!! Senghor avait la même vision et il est mort, plusieurs années après avoir quitté le pouvoir dans la fierté et la dignité.

    Mais les Eyadéma, les Bongo, les Wade et compagnie qui veulent agir en monarque ne comprennent pas les signes des temps. Les poursuites judiciaires dont ils font l’objet pour des biens mal acquis ne les alertent même pas!!!!

    Voila la problématique de la succession d’Omar par Ali. La recherche de ses origines n’est qu’un prétexte. Wade essai de comprendre et c’est pourquoi il lance son rejetons dans ce qui semble être une mission impossible. Contrairement à Ali qui veut user de la démagogie pour parvenir au pouvoir !!!

  8. Gabonitude

    6 Mai 2009 a 05:09

    Le Gabon est un pays en ruine, il compte le plus grand nombre d’injustice dans le monde, il fait partie des 3 pays les plus touchés par le SIDA dans le monde francophone. C’est l’un des rare pays dans lequel la colonisation et la traite négriaire continue dans les sociétés ou cohabitent les cadres Gabonais (tjs subalterne quelque soient leurs diplomes) et Français (Chef à tout les coups, arrogant).

  9. robert

    5 Mai 2009 a 16:33

    Dr manioc!
    Enfin tu avoue que le Dr Daniel Mengara est intélligent! tu as soudainement retrouver ton sens du jugement..étonnant!
    Saches pour ta gouverne que je n’interviens pas pour parler de nationalité! tu ne vera ça mentionner nul part dans ma précedente réaction..donc arrete de distraire! je vais plus t’attaquer,tu n’en vaut pas la peine.Merci de de debarasser les lieux
    merci!
    Tu termine toujours tes messages en disant longue vie au président
    je termine le mien en disant:
    longue vie au gabon!

  10. magnogni

    5 Mai 2009 a 12:25

    Salut soldat,
    Merci pour vos précisions, cela me rassure. j’ose tout simplement espérer que les responsables de nos armées pensent comme vous et moi. Et qu’en dehors d’eux, tous les soldats du plus grand au plus petit, sont prêt à se battre, cette fois pour la bonne cause.
    Si on peut compter sur vous, il faudra aussi compter sur le peuple, car en tout état de cause, il a sa place et a également un rôle à jouer, à côté de ses soldats. Le mieux, serait d’éviter les bains de sang, mais c’est à ceux qui ont le pouvoir aujourd’hui de décider car d’après ce qu’on entend, ils sont capables d’utiliser la force. Ils ont encore le choix et je souhaite qu’ils réflechissent encore. Bongo est encore au pouvoir,même si c’est plus pour longtemps, mais il peut surprendre, il est malin et a plusieurs tours dans son sac, je ne suis d’ailleurs pas d’emblée que son choix se porte sur ali.
    même si c’est son fils, il a peut être prévu autre chose et le moment venu, nous serons tous surpris et Ali n’aura que ces yeux pour pleurer. C’est peut-être la raison pour laquelle ce dernier veut prendre les devants et jouer un coup de force.

    je vous signale à toutes fins utiles que je ne suis pas Mr Magnogni, mais Madame Magnogni, je suis de sexe féminin. Encore, merci.

  11. Requin

    5 Mai 2009 a 07:15

    Magnogni,
    Vous êtes bien dans le plat car le vrai débat et que les rénos ne veulent pas aborder concrètement est la capacité d’Ali Ben de redonner espoir aux Gabonais après le passage catastrophique de SON Père (Qu’il soit naturel ou adoptif !!!) ?????

    Le Ministère de la défense, à mon sens, est le plus facile des départements à gérer lorsqu’on est un fils à papa comme Ali. L’ordre et la discipline qui y règnent favorisent son fonctionnement et il suffit simplement de construire quelques casernes, acheter quelques Mercédès et tenues camouflées pour éviter des mutineries.

    Au Sénégal, Karim, qui veut le pouvoir comme Ali, va être jugé à la tête du super Ministère qu’on vient de lui confier : l’aménagement du Territoire, les transports, la coopération internationale et les infrastructures. La il faut être un bon gestionnaire et un vrai meneur d’hommes pour réussir!!!!!

    Etudes Géostratégiques, Ecoles de Guerre, Polyglotte, …. Vous croyez que cela suffit pour faire de vous un homme d’Etat ????

    Le Gabon de 1967 n’est pas celui de 2009 !!!!

  12. Stratégie

    5 Mai 2009 a 05:06

    Monsieur ESSONO NGUEMA,

    Je souhaite que l’on poursuive nos échanges à travers nos courriels. Par ailleurs, il serait intéressant d’ouvrir nos échanges à d’autres départements stratégiques comme le ministere des Affaires étrangères, de l’Intérieur, de l’Economie, de la Justice,…

    Je ne sais pas si vous suivez les interventions de madame Magnogni. Elle a un réel projet pour le Gabon et en plus elle a des idées pertinentes quoique je ne partage pas certaines de ses positions sur la préférence de l’apprentissage en politique. Elle privilégie les collectivités territoriales comme étant un véritable espace de formation pour tous ceux qui aspirent à faire de la politique. Or je privilégie les stages dans les commissions parlementaires et auprès des parlementaires comme assistants. De même que les stages dans les ministeres.

    Pour les professionnels de l’insulte: Les échanges sont possibles dans le respect des uns et des autres. La différence ne doit pas etre un moyen pour s’insulter. Chacun est libre de choisir sa famile politique. Nous devons encourager la liberté de penser et la différence idéologique. C’est la seule façon pour nous de faire avancer le débat dans notre pays. Imaginez vous un pays où tout le monde s’insulte parce que l’on a des avis différents? La différence politique est et restera une richesse. On ne veut pas des GABONAIS qui se ressemblent tous OU QUI pensent tous la meme chose.

    Pour le débat sur les diplomes et la nationalité. Je crois que là encore cela n’a aucun intéret. Il y a des gens qui font de la politique sans diplome supérieur. Tel est le cas du député maire de la ville de Nice. Je veux parler de monsieur Christian Estrosy. D’autres personnalités politiques n’ont pas réussi malgré leurs diplomes. Le philosophe et humaniste Ferry(le message ne passait pas). De meme on peut réssir en politique sans doctorat. Le cas du président Sarkozy est frappant à cet égard. Monsieur Sarkozy a un master 1 en droit privé et un master 2 en science politique. Le Gabon notre pays regorge aussi de nombreux exemples. L’essentiel n’est pas d’avoir DES diplomes, mais de savoir ce que l’on fait de ses diplomes. En revanche pour la nationalité, je n’ai pas grand chose si ce n’est que vous suivez mécaniquement l’ivoirité. On sait où cela à conduit la Cote d’Ivoire qui est une grande nation et un véritable acteur en afrique de l’ouest.

    Voici mon courriel: emalb5@hotmail.fr

    Cordialement.

  13. magnogni

    5 Mai 2009 a 04:23

    Mombo Ngoma,
    Je suis vraiment désolée de votre raisonnement, a chaque fois, L’on s’aperçoit clairement que vous aussi, vous n’aimez pas vraiment votre pays. Ne faites pas l’avocat du diable. Et surtout, ne venez pas dire des choses insensées qui peuvent avoir des repercussions sur la situation de certains de nos compatriotes au gabon.
    Vous savez pertinament que ce ne sont pas uniquement les enfants du haut ogooué qui en veulent à la candidature de ce Monsieur Ali, la preuve est que tous ceux qui réagissent sur ce site par rapport à ce sujet ne sont pas que des altogovéens. C’est peut-être vrai pour certains, qu’ils n’ont pas de choix que de rechercher des points qui peuvent lui être défavorables, afin de lui barrer le chemin avec le soutien du peuple, l’homme de la rue serait très sensible à ce sujet, à savoir qu’un étranger va venir gouverner dans un pays qui n’est pas le sien.

    Mais toi et moi devrions rechercher d’autres choses pour mieux servir l’homme de la rue, que de ramener en plus d’autres énormités. Il faut leur dire la vérité, leur montrer que ces gens-là portent la responsabilité de la déchéance de notre pays, et il ne serait pas bien pour nous, qu’ils reviennent au pouvoir, au lieu de ramener la responsabilité sur la france.
    Et que s’il ya élection, il faut inviter le peuple a leur barrer la route par les urnes, c’est primordial, nous ne devrions pas râté cette occasion.
    S’il y a une ombre de coup de force, il faut que les gabonais commencent à s’exprimer maintenant et ne pas attendre qu’il y ait la guerre.

    Je suis désolée, mais je vais te dire que je suis de la même génération qu’ali ben, je ne le connais pas personnellement, mais je sais qu’il a joué au foot avec d’autres garçons de mon entourage, dont les familles arrivaient du congo dans ces années -là et je crois que son étiquette de biafrais est venue de sa coiffure, bref. Mais j’ai jamais voulu en faire état ici, le reste, nous le savons tous, parce que je trouve que le débat pour nous ne réside pas dans la nationalité d’ali, nous savons que personne ne pourra empêcher à ali ben de poser sa candidature. pour ma part, le débat réside sur le fait qu’ali ben fait parti du pouvoir, pas seulement parce qu’il est le fils du président, mais parce qu’il a aussi géré ce pays et qu’il faut prouver au peuple que parmi les gens qui ont géré, voilà ce qu’il a fait de mieux, alors qu’il a eu tous les pouvoirs, celui d’agir de l’intérieur, et celui d’ammener son père à changer les règles du jeu afin d’éviter la situation que nous connaissons tous aujourd’hui, et pourtant,c’en est pas le cas.

    Je vous ai vu citer le nom de mba obame, mais cependant ce monsieur mba obame parmi tant d’autres bien sûr, fait bien parti de ceux qui caressent le pouvoir, même s’il apparait visiblement comme celui qui lui est proche. c’est peut-être une stratégie. Certains dans votre liste, sont devenus un peu ringards, aux yeux de la société, qui ne leur accorderait aucune caution.

    qu’en savez-vous du rôle jouer par mba obame, concernant le retour de mba abessolo au gabon? Si oui, vous savez la vérité, dites-le, car il y a forcément sur ce site, des gens qui en savent long, ce n’est pas le débat ici.
    Ne dites donc pas des choses que vous ne connaissez pas, car vous n’avez pas affaire à des ignards ici.

    Si vous pensez être l’avocat de la famille bongo, dites-vous bien que vous les déservez en disant des choses que vous ne pouvez pas prouver.Et vous ne servez pas le peuple, non plus en leur racontant le mensonge afin de les détourner de la vérité et du vrai débat, la vérité ne réside pas dans la nationalité d’ali, on s’en tape, la vérité réside dans la maniére dont ils ont géré le pays.

    La france à ses intérêt au gabon, elle a agit et agira toujours dans ce contexte-là.Ils n’ont pas hésité de livrer bongo, les français, lorsqu’ils ont trouvé, qu’il ne préservait plus leurs intérêts.

    Bongo et tous ceux qui l’ont accompagné dans cette dérive en portent doublement la responsabilité.

    Le français n’est pas gabonais, le gabon est sa vache laitiére,comme c’est le cas de beaucoup de pays d’afrique. La france porte au pouvoir des gens susceptibles de préserver leurs intérêts. Elle vient au gabon tirer son lait et se fiche de ce que le pays se développe ou pas, d’ailleurs, elle a tout intérêt à ce qu’il reste en l’état. Et lorsque la vache n’a plus de lait, elle change de vache. Elle ne se préoccuppe que de son lait. Bongo n’est pas dans le même cas de figure; Il est gabonais, de surcroit le président de ce pays, il a le devoir de le protéger, il a pris des engagements auprès des gabonais et de par la constitution, son rôle est bien défini.

    Même lorsque qu’un enfant va voler de l’extérieur et que poursuivit, il court se cacher auprès de sa mère, la réaction prémière de la mère c’est de protéger celui-ci, pour éviter qu’il lui soit fait du mal, même la justice n’en voudra pas à cette mère, qui en premier, a assurer son devoir de parent. Bongo pouvait en assurant les intérêts de la france faire de ceux du gabon sa priorité, la france ne lui en aurait pas voulu, d’autant plus qu’i a trouvé le moyen de s’enrichir tout seul au détriment du peuple. Et cela même la france le lui reproche.

    Dans le cas du gabon, c’est celui qui en a la paternité, qui l’a livré et qui le livre aux uns et aux autres.

    Bongo et ceux qui ont géré avec lui, vu toutes les richesses du gabon, avaient les moyens, même en laissant profiter la france, et en profitant eux aussi, de garantir un niveau de vie adéquat aux citoyens et de développer le pays.

    Lorsque l’on regarde toutes les richesses qu’ils ont de l’extérieur, dont la france continue à tirer profit, en impôts et autres, alors que les gabonais vivent la vie que nous connaissons tous, c’est inimaginable de penser que ces gens là aiment vraiment leur pays, ils l’utilisent comme leur vache laitiére, qui donne du lait en son temps et le jour où elle ne donnera plus, poubelle!
    Comment voulez-vous que l’on continue à leur faire confiance et accepter qu’arrive au pouvoir, l’un de ceux-là? On parle d’ali ben, parce qu’on pense qu’il serait le mieux placé, à cause de son père, mais il y ‘en a d’autres qui sont avec lui et qui convoitent aussi le pouvoir, nous le saurons, au moment venu.
    Moi je crois qu’il serait bien que vous demandiez à Ali, puisque vous êtes son avocat, s’il veut discuter avec les gabonais, la condition première serait de ramener au gabon, toutes les richeses, leur appartenant, dont la france fait état sur son continent, afin de nous prouver de sa bonne foi. La seconde chose serait de ne pas agir par la force et de laisser le moment venu,le peuple s’exprimer par les urnes en respectant l’avis du peuple, rien que le peuple, cela, je crois qu’il ne l’acceptera pas.

    De toutes les fois que l’on a vu ses gens-là se défendre, ça toujours été pour leurs intérêts, la preuve et qu’ils sont venus s’expliquer sur le problème de leur nationalité.

    Pourquoi les gabonais n’auraient pas eux aussi le droit de se préoccuper de leur situation, de leur demander des comptes et de choisir eux-mêmes,l’homme de la situation?
    Ramènez-nous d’autres informations, nous voulons tout savoir et ne venez pas nous parler de la responsabilité de la france, faites-nous état de la situation du gabon après les 40 ans d’Omar, en faisant ressortir ne serait ce que les points positifs de ces 4o ans de pouvoir, merci

  14. Ouh lala, mon Cher Robert !!!

    Comme c’est très grossier tout ça.
    Laisses cette affaire de diplômes et de nationalité : ça fait pas avancer le pays.

    Si tu veux vraiment soutenir le Dr MENGARA MINKO Daniel note au moins que lui, c’est quelqu’un d’intelligent et de très courtois. Tout comme du reste le Dr ELLA Bruno. (je le reconnais même si je n’adhère pas du tout à leurs opinions)

    Et si tu veux vraiment être utile au Gabon sur ce forum inspire des interventions telles que celles de nos compatriotes “LMD”, “Stratégie”, “JP”,…etc., Ils parlent Economie, Politique, Education, Santé, Culture,…DE DEFENSE NATIONALE …etc.

    Bon, il faut vraiment que je parte.

    Longue vie au Président et que Dieu bénisse le Gabon.
    J’ai dit.

  15. jL

    5 Mai 2009 a 00:49

    ahahaha! vous savez la question la plus importante que nous gabonais nous devons poser a Bongo et son gouvernement est la suivante: Putain les mecs comment faites vous? parske pour avoir un pays si riiche avec si peu d habitants et faillir a la tache comme ca est incroyable hahah! Bongo est l homme le plus bete et le plus perfide que j ai jamais rencontre! Oh pardon le president le plus bete! et aussi arettons seulement de l accuser lui mais aussi les mecs qui se laissent corrompre! eux aussi font partie du reseau! parske Ces femmes la qui se levent le matin tres tot les enfants ne vont meme pas manger pour aller tourner leurs fesses devant un nabo ki s en fou royalemen d elles ca me degoute! Un seul Moyen pour sauver le gabon… chasser la france laisser les americains prendre le dessus! certes ils sont perfides mais kan meme ils vont vouloir preserver leur bonne image et ns aider a developper le pays serieusement! mais si ali ben bongo aka Jimmy hendrix Ou encor le seul ministre o cheveu defrises la passe? c Long pour nous hahah! kil soi congolais ou pas… ca ne va rien changer les gabonais ne vont jamais se lever… en tt K ^^

    Gabon Oyeeee!

  16. admirateur gabonais

    4 Mai 2009 a 22:47

    cher gabonais laissez bongo pillier le gabon ,continuez a boire la regab.pauvres reveurs bongo a compris qu un soulard ne peut pas faire de revolution ,vous comprenez pq depuis 40 ans au gabon les boissons gazeuses coutent plus cher que la REGAB !!
    si vous voulez chassez bongo voici ce qu il faut faire
    1) arretez de boire
    2) arretez de boire
    3) arretez de boire

  17. MILANG MI SI

    4 Mai 2009 a 22:03

    Mr Robert,

    Pourquoi perdre votre precieux temps a repondre a un imbecile comme ESSONO NGUEMA, le fameux Docteur made by Bongo?
    Quand un Docteur ne sait plus faire la difference entre le bien et mal, l’acceptable et l’inacceptable, malgres toutes les evidences qui sautent a ses yeux… On n’est plus Docteur mais leche-cul.
    Bonne journee mon frere Robert.

  18. robert

    4 Mai 2009 a 21:13

    spécialement pourle soit disant Dr Sylvain Abraham ESSONO NGUEMA!

    docteur manioc Bon debaras! tu etait unitile sur ce forum..
    vas te faire pédé avec tes diplomes. tu es diplomé et tu vis accroché aux autres..incapable de t’assumer comme un homme, un vrai homme! incapable de dire la verité sur des choses pourtant tres visibles mais qui sont tellement invisibles a tes yeux..incable de raisonner comme un humain il vient avec un discour intellectuel a la con comme si c’est ce que les vllageois de makouké vont mangé.incapable de dire ce qu’il voit pour defendre une clik d’incapables, se rendant lui meme coupable des crimes, viols, assassinats, détournments des caisses de l’etat..ect!
    bande d’incapable! tu n’est pas un homme. tu es une femme qui se cache derriere ses deux diplomes obtenus en récitant betement ceux qui est ecrit dans son cahier..redire ce que sartre a dit ne fat pas de toi un sartre…donc tes diplomes tu as beau les avoir obtenus tu ne les mérites pas en réalité parceque ton esprit critique s’est évaporé et tu voue un culte demesuré au clan bongo sans savoir pourquoi comme d’autres tu suis comme un mouton …j’ai pitié pour ceux qui t’on mis au monde!
    bande de sal imposteur..!

    bouge de la! et ne ramene plus ta sale silhouette ici!

  19. soldat

    4 Mai 2009 a 20:22

    Mr magnogni merci pour cette réaction assez pertinante!
    Je ne voudrait pas trop m’attarder sur des détails et aller a l’éssentiel. Je suis tout a fait d’accord avec vous quand vous signifiez que “Il ne suffit pas de dire que l’armée ne l’aime pas mais il faut que celle ci garantisse la stabilité de l’etat.et previenne des éventuels bain de sang.” vous savez si le pouvoir de l’armée n’a pa été jusque la valorisée au gabon comme il se doit c’est parceque ceux qui ont dirigé ce pays jusqu’ici estimaient que l’armée etait innoffensive. c’est a dire que toutes les magouilles pouvaient se faire au vu et au su de tout le monde sans que l’armée ne dise mot. Mais le constat aujourdhui est different..Les exemples dans d’autres pays africains nous montre que l’armée peut faire basculer les choses d’un coté comme d’un autre..Tenant compte de cette réalité, ceux qui dirigent le gabon savent alors qu’ils n’ont pas droit à l’erreur! nous ne sommes pas aussi doux qu’on le croit! je ne crois meme pas qu’on soit un peuple doux! c’est vrai les gabonais sont tres passifs et cette capacité a ignoré, à pardonner, à rennoncer facilement est à l’origine du mal etre que le gabon connait aujourdhui.. Mais attention! situons les choses dans leur conetexe.. nous avons eu a faire jusque la a un pouvoir tres stratege! tres futé, maquiavelique! ce qui n’a fait qu’en dormir les gabonais dans leur élan. bef! si les gabonais avaient des raison de bruler le gabon hier,aujourdhui il est plus que jamais résonnable de le faire si certain veulent confisquer le pouvoir pour leur interets personnels et non ceux des gabonais..je crois que l’éveil a commencé..alors vous les hommes de pouvoir,faites attention a ce que vous faites..nous sommes sur la route..

  20. LE SALUT

    4 Mai 2009 a 19:58

    je debarque sur ce cite pour la premiere foi.Doté d’un bon sens ,la chose dont nous sommes tous sensé partagé,j’estime que BONGO a mis à terre le GABON.Je me permets de sortir deux info parmi tant d’autres: on meurt encore de morsure de serpent à libreville la capital.Le gabon dispose de 10000klm de route et seul 900 klm sont goudroné.des info pareil sont plus qu’insuportable et ceux qui se permettent encore de defendr le régime bongo on liquidé leur bon sens,je veux meme pas perdre mon temps pour eux.Qu’il fasse tranquilement leur politique du ventre.Je voudrais surtout me depenser pour les personne qui refléchissent encore.à elles j’aimerais poser une question.Ne pensez vous pas que vous acharné sur bongo et sa ptite bande uniquement est une erreur? Bongo est un instrument d’un systeme dont la france est l’initiatrice.Bongo lui meme ne le sait pas.Je vais m’expliquer:le gabon souffre de sé richesse.Depuis Degaulle les chose sont tel que la france pille le gabon ,et pour ce faire ,elle place les homme capable de defendre cé intérét au détriment de la population qui ne voi que du feu,cé le role que jou bongo ,en l’échange il a le pouvoir à vi.demandé vou ce que fou l’armé française au gabon.Elle protége les intéret de la france .Dans cet ambiance il ne pourra jamais rien arrivé aux bongo.Cé la franceafrik.Les chose peuvent se déroulé comme au togo,la france voudra forcement placé un homme dont il soi sur kil defendra ses intéréts.Il ne se passera pas autrement .Pour moi le fond du mal gabonais cé pas Bongo ,je ne saurais l’excuser ,pour moi c’est un pion,on appele sa la politique du troisieme homme.Utiliser un gabonais pour tuer les gabonais.Le probleme cé la france.Le débat sur les origine des BONGO est vain,ils ont tous la nationalité,si la france est convaincu qu’ali ben est l’homme par qui passe ses interets ,on l’imposera aux gabonais.

  21. MOMBO NGOMA

    4 Mai 2009 a 19:51

    Entre la gestion du gabon durant plus d’un siècle par les colons et les 41 ans de gestion OBO, je pense que OBO est un champion.
    Je ne pense pas n’ai pas avoir cette capacité de jugement. Je réclame ici le fer de Bélinga qui avait servi à la construction de la tour eifel.POINT
    Mon ennemi c’est le colon , ce n’est pas OBO , ce n’est pas la famille OBO.

  22. Stratégie

    4 Mai 2009 a 17:01

    Madame Magnogni,

    Je commençais à penser que je n’aurai plus de vos nouvelles. D’habitude vous réagissez assez vite!

    En ce moment, je prépare un projet que je ferai parvenir au ministre de la Défense. Ce dernier portera sur la réforme du ministere de la Défense (organisation du cabinet, de l’administration centrale et des organes rattachés), sur les relations extéreures du ministre (relations parlementaires, relations avec les élus de la majorité, relations avec les enseignants et chercheurs, relations avec les médias, relations avec la jeunesse… ) et sur sa stratégie non pas de communication politique mais de marketing électoral.

    J’envisage faire des propositions à tous les ministres qui ont la responsabilité des départements dits stratégiques. Pour le moment, je commence à travailler sur le ministere de la Défense et ensuite je vais réflechir sur la question de savoir comment on peut moderniser notre ministere des Affaires étrangères. Sur ce dernier, j’ai constaté des manquements. On a par exemple, les services de la communication qui sont sous la responsabilité du porte parole qui a le titre de secrétaire général adjoint. Il est donc rattaché directement au secrétaire général du ministere. Or un porte parole doit etre rattaché au cabinet du ministre, car il parle au nom du ministre et que le poste de porte parole est politique et non administratif. Les pratiques française et américaines peuvent servir d’exemple. De même, on ne peut gérer la diplomatie d’un Etat sans service des affaires stratégiques. Il faudrait parvenir à démontrer à notre ministre des Affaires étrangères l’intéret de l’opérationnalité des services stratégiques. Pour le reste des ministeres stratégiques, j’ai tout l’été pour faire des propositions.

    Vous constaterez que je ne m’oppose pas avec véhémence comme au BDP, mais que je ne suis pas non plus un partisan aveugle du PDG. Je tiens à rester libre, indépendant et lucide. Pour reprendre le président Nicolas Sarkozy, “je veux etre un allié debout”.

    Voici mon courriel: emalb5@hotmail.fr

    Cordialement.

  23. louetsy

    4 Mai 2009 a 14:57

    cher ami le Sphinx,
    Ce que vous avez dit ou prédit,pourra peut-être mis en scénario.
    Mais sachons quand même qu’au sein des forces de défence nationale,beaucoup comme vous l’aviez si bien dit ne toléreront pas cet aspect de prise du pouvoir!
    Nous savons c’est vrai qu’en ce moment,en afrique c’est le modus vivendi.Le pays posséde des braves gens prêt à barrer la route à toute velléité offensive des usurpateurs…

  24. le sphinx

    4 Mai 2009 a 10:04

    cher compatriote,j’aimerai attiré votre attention sur un fait:la tentative de faire du gabon le coup a la togolaise est en marche;la soit disante reaction de la bougeuse de fesse en chef(patience dabany) en est la parfaite illustration;jai aujourdhui 34 ans et depuis mon enfance la rumeurs a toujours couru sur la nationalité de ali bongo pourquoi ont-il attendu tout ce temps pour ne dementir que maintenant?En outre de source sur je vous informe que la recente installation de la video surveillance dans tout le gabon est a cette fin.Mieux la recente opération de controle et d’imobilisation de vehicules administratif a été faite dans le but d’installé des micro dans tout ces autos.Toutefois je vous exhorte a resté confiant car meme au sein de l’equipe au pouvoir beaucoup ne sont pas très a enterinner ce fait et sont pret a s’y opposer par tous les moyens.Face a l’avidité connu pour le pouvoir de notre biaffrai national,il faut etre très prudent et déterminé car il est pret a faire couler le sang pour arrivé a ses fins.Des mercenaires etranger (blancs et noir )seront appellé a contribution pour pallier a l’eventuel refus des militaires gabonais de prendre part a ce futur coup de force;RETENEZ CE QUE JE VIENS DE VOUS DIRE VOUS VERREZ QUE L’AVENIR ME DONNERA RAISON.

  25. magnogni

    4 Mai 2009 a 09:59

    Bonjour stratégie,
    J’ai passé un week end superbe avec le livre de françois copé. En fait j’admire ce personnage, j’ai toujours pensé qu’il serait présidentiable, je te ferai un compte rendu de mon analyse, une fois j’aurais avancé dans la lecture, merci. Si tu peux me communiquer ton email, ce serait bien je pourrai t’envoyer directement des articles, et comme cela, tu pourras avoir le mien et m’envoyer des documents, ça m’intéresse.

    Je suis surprise que nous n’ayons plus de nouvelles de Mombo Ngoma sur le site. Refléxion faite, je me demande si ce n’est pas un imposteur, qui au lieu d’être un serviteur de Monsieur Ali Ben, comme l’on peut le penser, en lisant son intervention, serait plutôt une personne qui est contre lui, qui vient raconter des trucs afin de semer le trouble dans les esprits et pousser le peuple à se déchaîner contre ce dernier.

    Ce n’est pas du tout malin! Il n ya pas qu’Ali ben qui convoite le pouvoir au gabon, Certaines personnes qu’ils citent et qui sont d’ailleurs proches d’ali ben, comme Mba Obame, ne crache pas dessus, non plus, enfin bref. J’aurais bien aimé qu’il revienne discuter sur le site, afin de nous en dire davantage.

    Pour continuer notre débat, Il serait bien, je pense que les maires ne se limitent qu’à deux candidatures, d’autant plus qu’ils y restent 7 ans à chaque fois, cela fait 14 ans, s’ils sont réelus. Alors ils pourront laisser la place aux autres, par ce que je pense que c’est à l’échelon municipal que l’on apprend à s’occuper des autres. Et je crois beaucoup à l’aspect formation, je pense qu’elle peut servir de lévier et permettre une vraie connaissance du métier et apporter une vraie prise de conscience des responsabilités municipaux.
    Il faudra donc légiférer à cet effet, si nous n’avons pas des textes, nous aurons afffaires indéfiniment aux mêmes citoyens, d’autant plus que personne ne veut lâcher le pouvoir une fois élus.
    Ils pourront par conséquent se représenter à nouveau 2 ans plutard. pour les parlementaires, tes propositions semblent meilleures, j’en conviens.

    Il est aussi vrai que le nouveau président ne devra pas hésiter à sanctionner, aux risques même de devenir impopulaire. Je ne pense pas que le président Bongo ait été un mauvais président dans le fond. Je trouve qu’il n’a pas été une personnalité suffisamment directive et il a géré le pays comme un chef de village. Il n’a jamais voulu réellement sactionner. La preuve est que beaucoup de nos compatriotes se la tapent, ils sont devenus corronmpus, corrupteurs et malhonnêtes tout en restant aux commandes du pays. Cela a contribué à faire des gabonais, des vrais voyous et voir des hors-la loi. Ils font ce qu’ils veulent en sachant pertinamment qu’il ne va rien leur arriver de grave et même de définitif, puisque, même lorsqu’il tente une sanction, elle n’est jamais lourde et définitif, en ce qu’il va les ramener aux affaires, quelque temps après, c’est ainsi qu’on a vu le mêmes gens partir et revenir. Ils y sont maintenant habitués.

    le problème de la succession devient difficile, d’autant plus que beaucoup ont peur de perdre et leurs priviléges et leurs habitudes. Nous avons besoin d’un président qui ne va hésiter,face à la sanction, en cas de manquement, afin de nous redonner des bonnes habitudes et de nous redonner espoir, car on dit souvent: “qui aime bien châtie bien”.

    En tout cas pour que le gabonais change, il faudra un poutine, tu as raison. C’est bien bon de juger celui qui gouverne, mais il est clair que nous avons abusé de la situation et que tout le monde devra faire des efforts. Lorsque j’aurais ton email et que j’aurai le temps, je t’enverrai un document sur le co-développement que j’avais élaboré pour soutenir un projet que je comptais initier, dans un cadre purement associatif, bien sûr!

    Tu parlais des partis politiques, je t’ai expliqué un peu les difficultés que les nouveaux rencontrent dans le partis politiques, l’on a l’impression que les partis politiques appartiennent à certains, qui ont de gros priviléges et sont influents. D’ailleurs, pour y entrer et être reconnu, il faut un parrain, sinon tu peux y aller pour de la figuration pendant longtemps!
    Ce que je ne possède pas, c’est une constitution gabonaise, mais il me semble qu’elle doit ressembler à la française.
    Je ne suis plus capable de te parler dans les détails de l’actualité gabonaise, je ne suis pas allée ces derniers temps.
    j’ai lu avec attention tes recommandations et je vais essayer de me procurer certains ouvrages et suivre les autres émissions, quand le temps me le permet, étant donné que je m’inplique beaucoup dans l’art et suis retenue pour certains cours les autres jours, mais je trouverai le temps ou les ferai enregistrer afin de pouvoir les regarder tranquillement, une fois rentrée à la maison, il fait beau! profites-en merci, aurevoir

  26. Requin

    4 Mai 2009 a 04:43

    De la réaction des rénos, nous avons trois grandes vérités:

    1. notre futur président est un potentiel maréchal : Etudes géostratégiques (sans diplômes), Ecole de Guerre (sans participation à un moindre conflit)….

    2. beaucoup d’hommes politiques et publics sont en fait des étrangers. Mais qui donc? Pierre Mamboundou, Ondo Méthogo, Mboumbou Myakou? Zacharie Myboto ou Anglique Ngoma?

    3. un climat de méfiance règne autour du premier cercle du pouvoir bongo et qu’à la moindre étincelle, l’épuration sera déclenchée

    La bombe infernale est en marche !!!!!

  27. titisen

    3 Mai 2009 a 23:25

    Vraiment j’ai mal à la tete quand donc viendra la delivrance de notre pays.
    Ce bongo et sa pouri de famille ont mis notre cher et tendre Gabon au sol…le plus enervant est qu’ils n’ont meme pas ete reconnaissant envers cette terre qui leur a tout donné ce pygmée de Centrafrique.
    Ali ne nous trompera pas plus ,nous savons tous qu’il est nigérian il le sait et au moment venu le numero matricule qu’il portais sur son coup son arrivée au Gabon sera divulgué au grand public.
    Cette Patience n’a rien à dire quel exemple une voleuse sans dignité, analphabete, vide de toute raison,cuisse légere… , mieux qu’a t’elle donne aux femmees gabonaises si ce n’ai de les exiber devant le mal meme en personne de mon pays ….
    J’ai foi qu’ils finirons tous mal aisni que leur complices car l’on ne peut echaper à la justice de Dieu.
    Le sort qu’ils meritent est la mort vif , découper à petit morceaux comme sous l’encienne répression de napoléon ,puis bruler tout ceci en directe dans toutes nos chaines de tv ,sans oublier de bruler toutes ces photos……
    Aucune pitité ne leur seront accordé comme ils l’on fait au Gabon et au peuple gabonais

  28. REPONSE A M. JOHNY SUR LA CONTRIBUTION DE M. MENGARA MINKO AU DEVELOPPEMENT DU GABON
    Mon Cher compatriote Johny,
    En quittant ce forum pour un long moment, je vous ai laissé ce petit texte (ou paquet de silures) à grignoter et à méditer.
    Voyez vous, la terminaison haute de votre moelle épinière (juste après votre bulbe rachidien) est faite de votre cerveau. Essayez de temps en temps d’en faire usage afin que votre réflexion ne se réduise pas éternellement à de vulgaires réflexes animaliers.
    C’est votre droit de penser que les petits diplômes de M. MENGARA MINKO Daniel (bac obtenu au collège Quaben de Libreville, licence UOB, et Doctorat obtenu à Nice en France…etc.) le qualifient pour diriger le Gabon. Personnellement, je suis d’un avis différent.
    Voyez vous, lorsque vous réduisez votre discours à des injures vous donnez vraiment l’impression que le mouvement que dirige avec facilité et légèreté MENGARA MINKO Daniel et dont vous faites l’apologie n’est que la matérialisation de cette sagesse gabonaise qui dit, je cite : ” diriger un groupe de moutons est plus facile que diriger des Hommes “.
    Les pâles élucubrations de MENGARA MINKO Daniel, émises généralement pour se détendre, depuis des salles climatisées, après avoir mangé un hamburger (un peu comme dans cet entretien vidéo où il n’a pu se maîtiser face à M. JOCKTANE) ne sauraient être des contributions “utiles” au développement du Gabon.
    Voyez vous, à une époque, l’entreprise IBM avait un slogan :”Sell what you use and use what you sell”.
    J’ai démontré sur ce forum que MENGARA MINKO Daniel a toujours violé l’engagement décennal qu’il a signé avec l’Etat lorsqu’il a obtenu la bourse pour faire ses études de matrise, de DEA et de Doctorat à Sophia Antipolis (où j’ai personnellement été Chercheur) mais n’est jamais revenu au Gabon y travailler : il est donc un cas d’inefficacité de la dépense publique dans notre pays.

    Autre exemple : notre frère MENGARA MINKO Daniel pour se distraire, a ensuite créé depuis les USA, quelque chose qu’il a appelé BDP. Il s’en est autoproclamé Président, et depuis 10 ans, il est toujours président de cette affaire : il est un petit dictateur en puissance qui ne rêve que de plus de pouvoir pour arranguer le peuple comme il arrangue sa propre famille de Libreville et Mekaga (Minvoul), depuis les USA.
    Voilà cher Johny, deux petits exemples qui montrent bien la vacuité que ce que vous appelez la contribution de votre leader, MENAGRA MINKO Daniel, au développement du Gabon.

    C’est un peu comme lorsque MAMBOUNDOU Pierre déclare qu’il faut moins de ministres au Gabon, alors que son propre parti a un bureau exécutif composé d’une quarantaine de membres (Secrétaires Nationaux, adjoints,…etc.) et qu’il est incapable d’y instaurer un fonctionnement démocratique (élections internes,…etc.).

    Voilà les gens qi prétendent vouloir faire mieux que Hadj Omar BONGO ONDIMBA…Ils font pire que le sopi de Wade.

    On pourrait également parler des subsides qu’il (MENGARA MINKO) a reçus d’une personnalité du Gabon pour tromper les naïfs en avec son affaire dénommée BDP (celà a déjà été démontré par quelqu’un d’autre).

    Mais à ce niveau, je préfère laisser le temps faire son travail car mon seul souhait est que nous apportions tous (vous et moi) notre contribution à la consolidation de l’édifice Gabon, en oeuvrant pour le pays dans le respect des engagements pris. C’est la seule chose que nous demande notre Président Hadj Omar BONGO.
    Ceci dit, je réitère que pour ma part, j’essaie de servir humblement mon pays en qualité de fonctionnaire de l’Administration Gabonaise, et en m’appuyant sur les enseignements issus de l’école de la vie.

    Lorsque vous verrez MENGARA MINKO Daniel, vous voudrez bien lui dire, mon cher Johny que ce n’est vraiment pas bien de faire tout ce petit cinéma pour chercher à avoir un grand poste au Gabon (entrisme) ou avoir plus d’argent de la part du régime, ou encore pour fuir ses responsabiltés familiales à l’endroit de ses parents de Mekaga qui l’ont aidé depuis Minvoul jusqu’à Bitam (collège Jésus Marie). Il peut simplement, oui tout simplement, rentrer au Gabon et y travailler honnêtement et conformément à l’engagement décennal qu’il a signé. Cela vaut également pour ELLA Bruno, qui est aussi de Minvoul (Nord Gabon) comme MENGARA MINKO. Dites leur également, s’il vous plaît, que leurs enfants qui sont nés ou naîtront durant leur exil patapysicien en France ou aux USA, sont bien des gabonais.

    En vous remerciant d’avance, cher Johny, pour vos prochaines injures (car vous démontrerez encore toute la pertinence de mon analyse à votre sujet),

    je vous dis à la prochaine car je quitte ce forum pour un long moment.

    On mesure une force à son impact.

    Longue vie au Président et que Dieu bénisse le Gabon.
    J’ai dit.

  29. Requin

    2 Mai 2009 a 09:17

    Ca commence à venir!!!!
    les rénos ont décidés de se dévoiler. Lisez bien entre leurs lignes et vous comprendez la mascadarades organieé depuis fort longtemps pour la prise de pouvoir d’Ali!!!

  30. Requin

    2 Mai 2009 a 09:16

    C commence à venir!!!!
    les rénos ont décidés de se dévoiler. Lisez bien entre leurs lignes et vous comprendez la mascadarades organieé depuis fort longtemps pour la prise de pouvoir d’Ali!!!

  31. mong y'adzè

    2 Mai 2009 a 08:39

    Bonjour,
    La non-gabonité de cette troupe d’irresponsables ne me surprend pas et ces aveux viennent juste confirmer des choses qu’un bon nombre de gabonais savaient déjà….du fait qu’aucun collègue de ses années primaires ou de collèges d’Albert Bernard n’existe au gabon, de plus une visite de sa ville “franceville” laisse vraiment à penser qu’il n’a aucun intérêt à investir durablement au gabon alors qu’à contrario, ses réalisations sont saluées à OYO (congo), au Dakar, en Europe, etc…pendant que les nids de poule décorent éternellement la route principale qui traverse sa région…
    Au delà de tout ça, je voulais juste faire comprendre à tous nos dirigeants africains que, quelque soit leurs origines exogènes ou non au pays qu’ils dirigent; tant qu’ils privilégient leurs intérêts familiaux alors que leurs populations souffrent en attendant une aide de l’occident…une de plus, je considère qu’ils font l’apologie de l’occident et contribuent à l’anéantissement des leurs. Afrique=misère=guerre vu des autres continents.Les Bongo ne servent ni le gabon, ni le congo (qui est tjs aussi pauvre malgré les flux d’argent), ni l’afrique qu’ils haïssent tous. Les luttes futures concerneront l’accès aux ressources en eaux potables, à l’eau, dites-moi cmt l’afrique ferait-elle pour protéger ces ressources si la chine ou la france voulaient s’en accaparer demain? les arabes se défendent et le feront encore, les asiatiques sont prêts aussi, et les africains?
    Pendant qu’ils s’attèlent hardemment à soumettre leurs propres peuples à l’ESCLAVAGE au profit des autres peuples qui attendent le moment propice. C’est quand mm dingue de penser que l’afrique n’existe encore que grace à sa situation géographique qui la protège naturellement des invasions et que le maghreb aurait encore pu s’étendre sans résistance aucune ( exemple des mercenaires soudanais-arabes qui entrent au tchad et tuent des populations tchadiennes sans qu’aucune coalition africaines ne s’interpose…c dingue)et encore une fois, c des blancs ki viennent arrêter ce Nième génocide des noirs dont eux-mm démeurent insensibles. (Un autre exemple: des tribus marocaines tuent des maliens et sénégalais ou les abandonnent dans le désert après leur tentative d’entrer en europe et personne ne réagit..ni le président Wade (reélu), ni aucun autre président africain: c dingue non??)….SARKOZY a peut-être eu raison, non?
    A BON ENTENDEUR….FRERES NOIRS D’AFRIQUE.

  32. Stratégie

    1 Mai 2009 a 17:08

    Madame Magnogni,

    Avant d’aller me coucher, je tenais à vous dire que je suis pour qu’on limite le mandat présidentiel à deux septennats. Pour le mandat de parlementaire (sénateur et député)qu’il reste inchanger. Tout comme pour le mandat de maire et de président du conseil dpartemental. Ce qu’il y a lieu de faire c’est de renforcer les pouvoirs parlementaires surtout au niveau du contrôle du gouvernement et de l’administration générale. Donner plus d’espace de pouvoir à l’opposition en partageant la présidence, la vice présidence et le poste de rapporteur général des commissions (permanentes et temporaires), par exemple. Sans oublier qu’il faudrait associer en amont les parlementaires dans la définition des projets de lois (la co-législation). Je ne sais pas si tu as lu le dernier ouvrage du député et président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, Jean François Copé (un député, ça compte énormément), les ouvrages du ministre des relations avec le parlement, Roger Karoutchi (A quoi sert le parlement?) et du président de la Cour constitutionnelle, Jean Louis Debré (l’Assemblée nationale). Ces ouvrages apportent des réponses intéressantes sur la modernisation du parlement.

    Dommage que je n’ai pas ton email, je t’aurai fait parvenir de manière détaillée mes propositions sur la modernisation du parlement et sur le ministere des relations avec le parlement qui devrait être rattaché au premier ministre chef du gouvernement. Car ce n’est pas un ministere en tant que tel. De tous les ministeres c’est le plus léger en terme de fonctionnaires, par exemple. C’est beaucoup plus un secrétariat qu’un ministere au sens classique.

    Tout comme vous, je suis les questions d’actualité au gouvernement. Ne vous limitez pas aux seuls mercredis, il y aussi les questions d’actualité au gouvernement à l’Assemblée nationale les mardis et au Sénat un jeudi sur deux. Pour le reste vous pouvez suivre face à face, la séance continue, permanence, détour d’Europe,…

    Savez vous si au Gabon il y a toujours les questions d’actualité au Gouvrenement? Je sais que pendant un moment il y en avait.

    Bonne soirée.

  33. changement

    1 Mai 2009 a 14:33

    merci de votre analyse kalakala….
    Que ces lêches culs sans âme pour notre pays….se le disent bien le gabon est au gabonais et non à un clan…..ou alors prouvez nous ce que vous avez pu faire pour le pays au niveau macro economique…..et arretez de parler pour ne rien dire que du bla bla nous on cherche que du concret et non l’origine de ali et ses prouesses de militaire….

  34. Depuis Kalakala

    1 Mai 2009 a 12:06

    Cher Monsieur Mombo Ngoma,

    Vous semblez etre une personne assez bien instruite, mais j’ai la premonotion que les annees d’instuction que vous avez recues, soit qu’elles n’ont servi a rien, soit qu’elles egarent votre capacite a voir les realites du Gabon. Tres honnetement, vous me decevez beaucoup!!!!

    Entre nous, et vous etes sur ce site a faire eloges de la famille Bongo. Dites-moi combien vous payent-ils(Ali et son pere)?
    Bon sang! en 42 ans de pouvoir inconteste, pouvez-vous dressez un bilan positif du regime Bongo? Si vous vivez en France, voyez-vous comment les choses sont faites en France et essayez de comparer meme si je le sais, le Gabon n’est pas a comparer a la France! Bon sang! En 42 ans de pouvoir inconteste le Gabon avec des budgets qui se chiffrent a des milliers de milliards de FCFA chaque annee ne dispose meme pas d’une route, d’hopitaux, d’un service de transport, d’une universite… acceptables! Avez-vous vu les bidonvilles de notre pseudo-capitale? Bon sang Mr. Mombo, ou vivez-vous?

    Regardez serieusement au fond de votre ame, faites une serieuse analyse de ce qu’a fait Bongo en 42 ans de pouvoir sans partage a la tete du Gabon. N’entendez-vous pas les cris de tous les Gabonais qui ont peri sous ce tyran de Bongo et sa famille? Les Joseph Redjembet, Mandja…qui ont paye par amour pour le Gabon? Nous, on se moque de ce que Bongo Alain est ou d’ou il vient; si Bongo avait constuit le pays comme il se doit, il serait bien aime des Gabonais. Bon sang, le Gabon a a peine un million d’ames et Bongo n’arrive pas a bien gouverner un si petit pays avec d’enormes potentialites en termes de richesses. Mr. Mombo, arretez de nous casser les yeux et les orielles avec votre esprit de leche-Bongo!

    Ne voyez-vous pas tous ces brillants Gabonais forces de quitter leur pays pour s’exiler en Occident? Le Gabon est un pays dote d’une importante matiere grise; Bongo n’en a pas surtout qaund il pretend avoir eu 0 faute au Bac!!!!!Nous voulons mettre notre savoir-faire acquis dans les pays occidentaux au service du Gabon, mais comment peut-on le faire si l’on sait qu’en rentrant au Pays, on est confronte aux problemes comme le manque de logement adequat, le manque de services publics consequents, et surtout au taux de chomage, qui d’apres la Banque Mondiale avoisinerait les 30-40%?

    Sieur Mombo, ouvrez grand vos yeux et vos oreilles, les Gabonais en ont marre de Bongo!!!!!

    Merci!

  35. magnogni

    1 Mai 2009 a 12:02

    MOMBO NGOMA,
    Si vous êtes venu sur ce site pour nous faire la campagne de Monsieur Ali bongo, il vaudrait mieux créer un site spécial pour vanter ses performances. A ce que je sache,les élections présidentelles ne sont pas encore ouvertes.
    Le gabon n’est pas une dynastie et ce n’est pas le patrimoine de Bongo pour que son fils en devienne héritier, et ce n’est pas à vous d’en décider, vous et toutes le personnes dont vous faites allusion dans votre texte.
    Ce ne sont pas seulement les fils du haut ogooué, dont vous faites allusion qui ne veulent pas d’un Ali Ben comme successeur de Bongo au Gabon, c’est la totalité des gabonais, exceptés vous et vos soit disant acolytes.Ce n’est pas à cause de sa personne, c’est beaucoup plus à cause de ses liens avvec le président. Il n’est pas dit dans la constitution gabonaise que ce sont les enfants qui doivent succèder au père et ali ben n’est pas le seul fils à bongo,pendant qu’on y est!

    Ali ben parle toutes les langues, sauf celles que les gabonais comprennent et parlent. Il a fait des études et va devenir meilleur gestionnaire du pays de par ses compétences intellectuelles, mais son père dont vous vantez également les perormances politiques n’en a fait aucune.
    Parce cette réaction,vous ne faites qu’attiser la haine entre les citoyens et certainement avec votre protégé, et vous ne vous rendez même pas compte que vous allez créer des conflits entre les enfants du haut ogooué, c’est cela diviser pour mieux régner.
    Nous attendons que maganga moussavou et les autres nous disent de vive voix ce qu’ils pensent de la candidature d’ali ben, ils sont suffisamment grands et ils sont libres de dire eux mêmes, ce qu’ils pensent et non vous. Vous n’êtes qu’un torcheur!

  36. Stratégie

    1 Mai 2009 a 11:36

    MONBO NGOMA,

    J’apprécie ton intervention, mais un peu de recul ne vous fera que du bien. On peut etre allié ou partenaire à un quelqu’un tout en restant libre et indépendant. Avez vous suivi le discours du premier ministre français, monsieur François Fillon, à l’Assemblée nationale au sujet du retour de la France dans le commandement militaire intégré de l’Otan?

    Vous faites un peu trop l’apologie de notre ministre de la Défense, mais que lui apportez vous? Croyez vous qu’il a besoin des gens qui lui disent qu’il vient de Saint Cyr, de l’école de guerre, …? En somme pensez vous qu’il a besoin des gens qui pensent et affirment que sa politique au ministere de la Défense est parfaite?

    Je crois que vous vous trompez. Monsieur Ali Bongo n’a jamais été un militaire. Pour intégrer les écoles sus-mentionnées, il faut être militaire et ensuite il faut que votre gouvernement vous recommande. Aussi parlez vous de quelle école géostratégique? Vous n’avez pas à faire à des profanes. Par conséquent, il faut tenir un discours ou un langage de vérité. Je vais vous avouer que j’ai fait l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale (IHEDN) qui se trouve à l’école militaire de Paris. J’ai pu me renseigner sur les conditions d’entrée dans les écoles militaires. La premiere des conditions est d’être militaire ( ce qui n’est pas le cas de notre ministre), la deuxieme condition est que votre Etat ait des accords de coopération militaire avec la France ( ce qui est le cas du Gabon et bien d’autres pays de l’Afrique francophone), la troisieme condition………….

    N’en rajoutez pas! Il y a déjà une rumeur au gabon sur la nationlité de monsieur Ali Ben Bongo. Ce qui est regretable. Ce n’est donc pas le moment de l’inviter un CV qu’il n’a pas ou qui ne lui apporte que des ennuis en plus. En ce moment, il a surtout besoin de propositions concretes pour se construire une autre image auprès des Gabonais.

    Par ailleurs, je suis d’accord avec vous lorsque vous affirmez qu’il a une longue expérience. Ce n’est un secret pour personne. Collaborateur du président, ministre des Affaires étrangères à 27 ans et actuellement ministre de la Défense. Insipirez vous de monsieur ESSONO NGEMA, c’est à dire mettez en avant son action ou les résultats de ses réformes relatives au monde de la Défense.

    Profonds respects.

  37. magnogni

    1 Mai 2009 a 11:26

    Bonjour Soldat et merci pour cette mise au point.

    Les gabonais ne sont pas des maquizards, mais un peuple qui s’est tu depuis longtemps peut surprendre et que ceux-là qui pensent qu’ils peuvent prendre le pouvoir par la force, s’attendent à une résistance de la part du peuple. Cependant, je pense qu’il est encore possible de dialoguer au gabon. Ceux-là qui savent que le jour est proche et qu’ils auront forcément un rôle à jouer, je veux parler des responsables de nos armées, qu’ils entament des négociations pour éviter que l’irréparable se produise,au lieu de jouer au chat et à la souris.
    Il ne suffit pas de dire qu’ils ne lui sont pas favorables et que nous pouvons compter sur eux. Le plus important pour nous c’est d’éviter l’irréparable. Les gabonais ne sont pas nombreux et nous aurons beaucoup de mal à nous dresser les uns contres les autres, d’autant plus que quelque part, nous nous retrouvons dans les mêmes familles, ce sont alors les étrangers, plus de 1/3, résidents au gabon, dont certains habitués à la guerre, qui vont se dresser contre nous.
    Il est évident que tout ce qui est entrain de se dire actuellement a forcément une signification. Ce n’est un secret pour personne. Mais que disent les textes constitutionnels à ce sujet? le gabon est tout de même un pays souverain!
    Comment cette succession va nous être imposée? Si ceux qui sont chargés de la sécurité et de la protection du pays et des individus ne sont pas d’accord avec lui? On a vu par des exemples des pays fréres que c’est avec la force Armée que l’on a composé pour imposer leur homme au peuple. Dans le cas contraire, c’est la france qui avec ses éléments a fait le travail, se basant notamment sur ses intérêts et ses accords dans le pays. Mais la France de Sarkozy semble un peu fébrile dans ses relations avec certains de nos pays et avance avec les USA vers une autre forme de politique.
    Dans tous les cas, il faut reste prudent et vigilant, on sait toujours comment commence une révolte, mais on ne sait pas comment elle se termine, un mauvais arrangement vaut parfois mieux qu’un bon procès, à mon avis, des pourparlers devraient avoir lieu clairement et secrétement si besoin, il ya sur ce sujet et le peuple devra en être informé.afin que tous les gabonais puissent donner leur avis.
    Ce n’est pas la personnalité d’Ali qui intrigne, forcément, c’est cette idée de vouloir prolonger le pouvoir par nos dirigeants en metttant leur fils? Le gabon n’est pas le patrimoine de Bongo, c’est une nation indépendante et souveraine, l’on ne comprendrait pas que son fils en devienne l’héritier.
    Vous savez peut-être tous, ce qui est arrivé en Côte d’ivoire, au moment où la france a voulu faire jouer ses intérêts en tentant de réduire Bagbo et les siens au silence. La france en a tiré les conséquences, mais le peuple gabonais ne doit pas être duppe et notre force armée devrait s’en inspirer. Nous voulons bien compter sur eux, mais c’est aussi bien de savoir qu’is font tout pour nous éviter la guerre, merci.

  38. MOMBO NGOMA

    1 Mai 2009 a 10:33

    OPINION DES RENOS DU PDG Chers Compatriotes Gabonais,
    Au Gabon tout ce qui est bien est mal perçu.
    Ali Bongo est valide, brillant et physiquement au point.
    Ali Bongo Ondimba, juriste de formation, parle Français, Anglais, Allemand, Portugais, Hébreu, Russe et Arabe.
    Ali Bongo Ondimba a une forte expérience qui manque à de nombreux compatriote; Leader d’un grand courant de pénsées politique et d’action; Les Rénovateurs PDG,ancien de l’école militaire de Paris, Etudes géostratégiques et St. Cyr, Ecole de guerre?
    Représentant Personnel du Chef de l’Etat, Ministre des Affaires Etrangéres, Ministre de la Défense…etc…
    Tout ce que nous savons mauvais est admirable. Les Gabonais ont choisi la magnificience du vice contre la Vertu.
    Les hommes publics ou politiques d’origines étrangéres; ils sont bien nombreux et très connus au Gabon, du Nord, au Sud , à l’Est et l’Ouest du pays, tant au PDG que dans l’opposition.
    Les rumeurs haineuses et inacceptables sur Ali Bongo Ondimba sont les ragots colportés et très souvent amplifiés par celles et ceux qui sont assis autour de la table de son Pére.
    De nombreux proches collaborateurs du Président Omar Bongo Ondimba ont toujours été maladivement hostiles à l’idée de voir un fils Bongo se mêler de politique encore moins des affaires du Gabon. D’autant plus que certains yoyos, parmi ces parfaits jouisseurs taxent Bongo Ondimba d’être lui-même étranger au Gabon. C’est bien les parents, amis et courtisans à Bongo qui en veulent aux enfants Bongo Ondimba.
    Que dire d’un parent à Bongo qui prend pour avocat Maître William Bourdon de l’ong Française Sherpa qui ternit l’image de marque de Bongo Ondimba et famille en France et à la vue du monde entier?
    Ali Bongo Ondimba est victime de la générosité de son pére.La lisibilité de l’éclat de son action au sein du Gouvernement de la République donne aussi des tournis à ses ennemis d’en haut.
    Ce sont les cercles de la haute galaxie du pouvoir Gabonais qui spolient l’athmosphére de quiètude du bas peuple trainé en poubelle d’insanités et de fausses nouvelles.
    Ali Bongo est un Grand Homme d’Etat Gabonais en devenir comme son PERE.
    Chers compatriotes, le destin de notre frére Ali Bongo Ondimba est à confondre à celui d’Hommes Importants de ce monde dont le charisme déborde d’admiration et d’estime.
    En politique, les rumeurs sur Notre digne Fréres Ali Bongo Ondimba participent à une anticipation propagandiste gratuite qui comptera, à terme contre ses ennemis.
    La cassure sociopolitique du Gabon est bien orchestrée par cette caste boulimique de voyous politiques entristes.
    Le tribalisme est l’arme de résistance aux postes de certains, nonobstant leur incompétence et le vol endémique de l’argent du contribuable quotidien.
    Comme on dit chez nous, on ne lance les pierres que sur un arbre qui porte de fruits mûrs…
    Mr. BONGO ONDIMBA Ali est un Gabonais qui est avisé et formé pour pouvoir diriger le Gabon après le Pére Omar Bongo Ondimba dans l’intérêt du seul peuple Gabonais qui observe et reconnait son amour et son dévouement pour la Nation.
    Monsieur Ali Bongo Ondimba est l’ennemi des courtisans jouissifs du Président Bongo Ondimba à cause de son goût démesuré du dialogue et l’ouverture politique tout azimut.
    Ali Bongo Ondimba est détesté depuis le jour où il a oeuvré, avec son inconditionnel Frére André Mba Obame, aux négociations du retour de Mba Abessole au Gabon contre les réactionnaires du Parti Unique.
    Ali Bongo,le fervent Démocrate,est mal perçu par les clientélistes bongoliens depuis qu’il a adhéré à l’idée de l’instauration immédiate et inconditionnelle du multipartisme au Gabon, aux côtés d’autres patriotes lors de la Conférence Nationale de 1990.
    Les amis politiques et Fréres de l’époque comme les Maganga Moussavou à Mouilà, “l’Indépendant Historique Emmanuel Ondo Méthogo” et bien d’autres avaient abandonné le PDG pour louyauté aux idéaux du jeune Turc Ali Ben Bongo pour se démarquer du méandres de l’allergie des caciques à accepter le combat d’idées autour du Président Omar Bongo. De nombeux Gabonaises et Gabonais ont payé pour leur sympathie politique à Ali Bongo dans le PDG. L’animosité politique de certains contre Mba Obame, Ngoyo Moussavou, Pendy Bouyiki, Djeno Isidore, l’ambassadrice Giséle Memiaghé, Fidéle Touck Adigaw, Adrien Nkoghé Essingone, Engonga Owono etc… sont indexés (sous le jargon de la presse international de Rénovateurs) de conspirateurs au sein du PDG.
    Tous les refractaires au dialogue politique au sein du PDG et adeptes du nombrilisme, de la léthargie, de l’entrisme politique permanent et de la fourberie sont les auteurs de la cabale anti Ali Bongo Ondimba.
    Pourquoi les gens sortis de l’anonymat sociopolitique gabonais par Bongo Ondimba deviennent très facilement ennemis du Fils Ali?
    Est-il possible que tous les répentis aux côtés du Pére Omar Bongo Ondimba soient extraordinnairement pour l’essor politique d’un enfant Bongo?
    Ce cynisme va plus loin quand les individus réussissent à liguer les enfants Bongo entre eux comme le cas de la crise au sein de la communauté musulmane du Gabon.
    C’est bien certains hauts fonctionnaires des administrations financières et du Parlement Gabonais, originaires du Haut Ogooué, qui ont bel et bien combattu la loi de programmation du Ministre Ali Bongo Ondimba pour l’idée géniale d’une Armée Gabonaise en Or.
    C’est bien certains haltogovéens, qui pour se donner de la contenance en public,affirment, affublent, et, très intempestivement d’ailleurs des origines extra Gabonaises à un Fils de leur bienfaiteur Omar Bongo Ondimba. Et, qu’ils accusent d’ignorer certaines langues vernaculaires du cru.
    C’est le lieu ici d’avouer que les promoteurs même de cette cabale contre ce Patriote sont au Palais du bord de mer.
    Au regard de tout cela, les Gabonais observent ce pugilat de légitimation de l’héritage politique Bongo Ondimba et suivent très attentivement les initiatives positives de changement multiforme qu’Ali Bongo Ondimba peut apporter au Gabon.
    Les nouvelles générations savent qu’Ali Bongo Ondimba incarne la Perestroika, la Glasnost à la Gabonaise mais hésite comme Gorbatchev et titube comme Eltsine par Devoir, par respect, par Fidèlité et par Loyauté au Papa Généreux.
    Vivement que ce Fils à Omar Bongo Ondimba accède dignement et valablement à la Magistrature Suprême Gabonaise, à son temps. Et, que Ali Bongo Ondimba comme Poutine en Russie, viennent à dégager les Gabonais de la mafia politique, du vol, de la division, du sectarisme et surtout de la paresse généralisée dans laquelle s’enfonce chaque jour un peu plus la population Gabonaise, devenue dépendante de l’extérieur.

    Ali Bongo Ondimba, vous êtes un Patriote Gabonais reconnu.
    Vous appartennez à la Génération du Concret. Surpassez vous. Elévez-vous de la petitesse d’esprit d’autres patriotes qui ne vous acceptent.
    Votre Pére Bongo Ondimba en avait payé au prix fort son ascension politique devant les Hilaires Obame, jean Marc Eko, et bien d’autres prétendants.
    Jouez fort Champion.
    Vos performances offensives doivent neutraliser les Mamboundou, Myboto, Ekoga Siméon,Ben Moubamba, daniel Mengara, Félicité Vincent, Sylvain Ndong etc…
    Vos capacités défensives doivent davantage apprivoiser les Lemboumba Jean Pierre, Mba Abessolo, Maganga Moussavou, Pierre Kombila, Basile Mvé Engone, les Chefs des Eglises Pentecôtistes et de Revéil et toute la belle Jeunesse Gabonaise…
    Dévoilez nous vos idées pour le Gabon d’Avenir.
    Vous avez les moyens de recenser et faciliter, dès maintenant le grand retour des exilés politiques Gabonais pour entrevoir les chemins du progrès de demain
    Tendez la main, sans état d’âme, à vos compatriotes des oppositions internes et externes du Gabon qui est notre vivier à Tous.
    Composez avec les Pdègistes réalistes et patriotes sérieux.
    Ali Bongo Ondimba, vous êtes notre Espoit du Concret pour Demain.
    Ali Bongo Ondimba est encore tout beau et tout kief pour les défis générationnels du Gabon de demain.
    Ensemble, derrière Vous, le Gabon avancera en Grand.
    A bon entendeurs…
    A Tous, merci pour l’écoute

  39. MOMBO NGOMA

    1 Mai 2009 a 10:30

    OPINION DES RENOS DU PDG : Chers Compatriotes Gabonais,
    Au Gabon tout ce qui est bien est mal perçu.
    Ali Bongo est valide, brillant et physiquement au point.
    Ali Bongo Ondimba, juriste de formation, parle Français, Anglais, Allemand, Portugais, Hébreu, Russe et Arabe.
    Ali Bongo Ondimba a une forte expérience qui manque à de nombreux compatriote; Leader d’un grand courant de pénsées politique et d’action; Les Rénovateurs PDG,ancien de l’école militaire de Paris, Etudes géostratégiques et St. Cyr, Ecole de guerre?
    Représentant Personnel du Chef de l’Etat, Ministre des Affaires Etrangéres, Ministre de la Défense…etc…
    Tout ce que nous savons mauvais est admirable. Les Gabonais ont choisi la magnificience du vice contre la Vertu.
    Les hommes publics ou politiques d’origines étrangéres; ils sont bien nombreux et très connus au Gabon, du Nord, au Sud , à l’Est et l’Ouest du pays, tant au PDG que dans l’opposition.
    Les rumeurs haineuses et inacceptables sur Ali Bongo Ondimba sont les ragots colportés et très souvent amplifiés par celles et ceux qui sont assis autour de la table de son Pére.
    De nombreux proches collaborateurs du Président Omar Bongo Ondimba ont toujours été maladivement hostiles à l’idée de voir un fils Bongo se mêler de politique encore moins des affaires du Gabon. D’autant plus que certains yoyos, parmi ces parfaits jouisseurs taxent Bongo Ondimba d’être lui-même étranger au Gabon. C’est bien les parents, amis et courtisans à Bongo qui en veulent aux enfants Bongo Ondimba.
    Que dire d’un parent à Bongo qui prend pour avocat Maître William Bourdon de l’ong Française Sherpa qui ternit l’image de marque de Bongo Ondimba et famille en France et à la vue du monde entier?
    Ali Bongo Ondimba est victime de la générosité de son pére.La lisibilité de l’éclat de son action au sein du Gouvernement de la République donne aussi des tournis à ses ennemis d’en haut.
    Ce sont les cercles de la haute galaxie du pouvoir Gabonais qui spolient l’athmosphére de quiètude du bas peuple trainé en poubelle d’insanités et de fausses nouvelles.
    Ali Bongo est un Grand Homme d’Etat Gabonais en devenir comme son PERE.
    Chers compatriotes, le destin de notre frére Ali Bongo Ondimba est à confondre à celui d’Hommes Importants de ce monde dont le charisme déborde d’admiration et d’estime.
    En politique, les rumeurs sur Notre digne Fréres Ali Bongo Ondimba participent à une anticipation propagandiste gratuite qui comptera, à terme contre ses ennemis.
    La cassure sociopolitique du Gabon est bien orchestrée par cette caste boulimique de voyous politiques entristes.
    Le tribalisme est l’arme de résistance aux postes de certains, nonobstant leur incompétence et le vol endémique de l’argent du contribuable quotidien.
    Comme on dit chez nous, on ne lance les pierres que sur un arbre qui porte de fruits mûrs…
    Mr. BONGO ONDIMBA Ali est un Gabonais qui est avisé et formé pour pouvoir diriger le Gabon après le Pére Omar Bongo Ondimba dans l’intérêt du seul peuple Gabonais qui observe et reconnait son amour et son dévouement pour la Nation.
    Monsieur Ali Bongo Ondimba est l’ennemi des courtisans jouissifs du Président Bongo Ondimba à cause de son goût démesuré du dialogue et l’ouverture politique tout azimut.
    Ali Bongo Ondimba est détesté depuis le jour où il a oeuvré, avec son inconditionnel Frére André Mba Obame, aux négociations du retour de Mba Abessole au Gabon contre les réactionnaires du Parti Unique.
    Ali Bongo,le fervent Démocrate,est mal perçu par les clientélistes bongoliens depuis qu’il a adhéré à l’idée de l’instauration immédiate et inconditionnelle du multipartisme au Gabon, aux côtés d’autres patriotes lors de la Conférence Nationale de 1990.
    Les amis politiques et Fréres de l’époque comme les Maganga Moussavou à Mouilà, “l’Indépendant Historique Emmanuel Ondo Méthogo” et bien d’autres avaient abandonné le PDG pour louyauté aux idéaux du jeune Turc Ali Ben Bongo pour se démarquer du méandres de l’allergie des caciques à accepter le combat d’idées autour du Président Omar Bongo. De nombeux Gabonaises et Gabonais ont payé pour leur sympathie politique à Ali Bongo dans le PDG. L’animosité politique de certains contre Mba Obame, Ngoyo Moussavou, Pendy Bouyiki, Djeno Isidore, l’ambassadrice Giséle Memiaghé, Fidéle Touck Adigaw, Adrien Nkoghé Essingone, Engonga Owono etc… sont indexés (sous le jargon de la presse international de Rénovateurs) de conspirateurs au sein du PDG.
    Tous les refractaires au dialogue politique au sein du PDG et adeptes du nombrilisme, de la léthargie, de l’entrisme politique permanent et de la fourberie sont les auteurs de la cabale anti Ali Bongo Ondimba.
    Pourquoi les gens sortis de l’anonymat sociopolitique gabonais par Bongo Ondimba deviennent très facilement ennemis du Fils Ali?
    Est-il possible que tous les répentis aux côtés du Pére Omar Bongo Ondimba soient extraordinnairement pour l’essor politique d’un enfant Bongo?
    Ce cynisme va plus loin quand les individus réussissent à liguer les enfants Bongo entre eux comme le cas de la crise au sein de la communauté musulmane du Gabon.
    C’est bien certains hauts fonctionnaires des administrations financières et du Parlement Gabonais, originaires du Haut Ogooué, qui ont bel et bien combattu la loi de programmation du Ministre Ali Bongo Ondimba pour l’idée géniale d’une Armée Gabonaise en Or.
    C’est bien certains haltogovéens, qui pour se donner de la contenance en public,affirment, affublent, et, très intempestivement d’ailleurs des origines extra Gabonaises à un Fils de leur bienfaiteur Omar Bongo Ondimba. Et, qu’ils accusent d’ignorer certaines langues vernaculaires du cru.
    C’est le lieu ici d’avouer que les promoteurs même de cette cabale contre ce Patriote sont au Palais du bord de mer.
    Au regard de tout cela, les Gabonais observent ce pugilat de légitimation de l’héritage politique Bongo Ondimba et suivent très attentivement les initiatives positives de changement multiforme qu’Ali Bongo Ondimba peut apporter au Gabon.
    Les nouvelles générations savent qu’Ali Bongo Ondimba incarne la Perestroika, la Glasnost à la Gabonaise mais hésite comme Gorbatchev et titube comme Eltsine par Devoir, par respect, par Fidèlité et par Loyauté au Papa Généreux.
    Vivement que ce Fils à Omar Bongo Ondimba accède dignement et valablement à la Magistrature Suprême Gabonaise, à son temps. Et, que Ali Bongo Ondimba comme Poutine en Russie, viennent à dégager les Gabonais de la mafia politique, du vol, de la division, du sectarisme et surtout de la paresse généralisée dans laquelle s’enfonce chaque jour un peu plus la population Gabonaise, devenue dépendante de l’extérieur.

    Ali Bongo Ondimba, vous êtes un Patriote Gabonais reconnu.
    Vous appartennez à la Génération du Concret. Surpassez vous. Elévez-vous de la petitesse d’esprit d’autres patriotes qui ne vous acceptent.
    Votre Pére Bongo Ondimba en avait payé au prix fort son ascension politique devant les Hilaires Obame, jean Marc Eko, et bien d’autres prétendants.
    Jouez fort Champion.
    Vos performances offensives doivent neutraliser les Mamboundou, Myboto, Ekoga Siméon,Ben Moubamba, daniel Mengara, Félicité Vincent, Sylvain Ndong etc…
    Vos capacités défensives doivent davantage apprivoiser les Lemboumba Jean Pierre, Mba Abessolo, Maganga Moussavou, Pierre Kombila, Basile Mvé Engone, les Chefs des Eglises Pentecôtistes et de Revéil et toute la belle Jeunesse Gabonaise…
    Dévoilez nous vos idées pour le Gabon d’Avenir.
    Vous avez les moyens de recenser et faciliter, dès maintenant le grand retour des exilés politiques Gabonais pour entrevoir les chemins du progrès de demain
    Tendez la main, sans état d’âme, à vos compatriotes des oppositions internes et externes du Gabon qui est notre vivier à Tous.
    Composez avec les Pdègistes réalistes et patriotes sérieux.
    Ali Bongo Ondimba, vous êtes notre Espoit du Concret pour Demain.
    Ali Bongo Ondimba est encore tout beau et tout kief pour les défis générationnels du Gabon de demain.
    Ensemble, derrière Vous, le Gabon avancera en Grand.
    A bon entendeurs…
    A Tous, merci pour l’écoute

  40. Jean-félix N.

    1 Mai 2009 a 06:52

    J’aimeris que ce cite devienne vraiment très utile pour les Gabonais. Parlons plutôt des choses stratégiques ou constructives pour le départ de BONGO, et pour un véritable changement au Gabon. Nos famille meurt et nous restons passifs,ce n’est pas normal. Que chacun apporte plutot des idées concrètes pour faire partir les BONGO. Ne passons pas de temps sur ce cite pour rien.”Time is money” comme le disent les Américains. Taisons notre égo à chaque intervention et regardons à l’intérêt général des Gabonais.

    Si le temps me le permets je tenterai dans deux mois de me rapprocher de MENGARA aux Etats-Unis afin qu’il me dise si l’on doit ou non bouger le pays dans les mois qui suivent. Moi je veux du concret. Que le seigneur ne me tienne pas rigueur du haut des cieux, car il y a beaucoup trop d’injustice au Gabon; il faut que la misère s’arrête. Le Gabon a une population d’un département Francais et n’arrive pas satisfaire tout le monde avec toutes ses richesses. C’est vraiment révoltant.

    Je suis chrétien, mais en ce moment je passe beaucoup plus de temps à échanger sur ce cite qu’à lire la bible. Cette bible qui m’a déjà pourtant convaincu que mon royaume est céleste et non terreste. Les choses terrestres étant éphémères ne devraient pas me préoccuper autant. Mais la situation de notre pays est tragique

    Le combat contre BONGO et les siens ne sera pas facile,mais c’est une question de survie. Je suis content que l’armée se prépare à contre-attaquer l’arrivée d’Ali BEN, car c’est bien lui qui prendra le pouvoir. Pour eux les BONGO c’est le seul moyen d’échapper à la justice. Ils vont donc se battre pour se maintenir au pouvoir.
    Ne croyez pas un seul instant qu’il y aura de vraies élections au Gabon. C’est mal connaître les BONGO. Deployons tous nos plans dès maintenat pour faire bouger le pays. Il faut malheureusement se préparer militairement pour que notre pays soit liberé. Nous n’avons qu’un seul enemi, BONGO,qui a mis notre pays à terre.

    Je suis pour une sérieuse révolte au Gabon avant les élections en 2012, mais uniquement dirgée contre le pouvoir de BONGO et tous ceux qui ont aveuglément soutenu le pouvoir au détriment de la vie de leurs compatriotes.

    Il faudra agir sans état d’âme. Ne devrait-t-on pas déjà commencer à établir une liste de tous ceux qui soutiennent le pouoir corps et âmes et les désintégrer un à un. Les autres seront obliger de réaliser le danger qu’ils courrent à soutenir le dictateur,et assassin BONGO.

    Chers compatriotes,il est tempsde refuser cette maltraitance de la part du pouvoir. Montrons à BONGO ce dont les Gabonais sont capables.
    Lui qui disait à EYADEMA qu’il sensait l’humeur des Gabonais en réniflant l’air du bord de mer . Asphixions cet air du bord de mer pour lui empêcher de respirer, et le pousser à quitter le pouvoir.
    Les Ivoiriens sont respecter en France à cause de la révolte qu’ils ont menés. On les écoute quad ils parlent partout où ils passent parceque on sait de quoi is sont capables et nous les Gabonais sommes nous des sous hommes ? je ne crois pas.
    Chauqe chose à son temps et le temps est venu pour les Gabonais de se reveiller. j’interviens sur ce cite regulièrement depuis seulement 1 mois et déjà j’ai été contacter par plusieurs compatriotes Gabonais qui désirent se rappocher du véritable Anti-Bongo que nous connaissons tous, afinde préparer ensemble des actions fortes pour le changement dans notre pays.

    Que tous ceux qui veulent se joindre à notre action m’adressent leur mail. Notamment les gens de la province du haut-ogoouée d’où je suis originaire car dans cette province nous avons nos familles et nous devons commencer un travail de sensibilisation pour dire aux gens de ne pas se tromper d’enemis. Il n’y a ni Fang,ni Punu,ni Teke, ni miéné, mais nous sommes tous un seul et nous devons chasser les imposteurs qui ont mis notre pays à sac.
    Encore une fois toute ma solidarité au DR MENGARA.

  41. MOMBO NGOMA

    1 Mai 2009 a 06:19

    ALI BONGO ONDIMBA, LES POLEMIQUES APRES L’IVOIRITE, LE PHENOMENE DE LA GABONITE ???

    Samedi dernier à l’occasion de la huitième édition de la journée de la Défense nationale, le ministre Ali Bongo Ondimba s’est exprimé sur diverses questions. Pertinente

    Abordant avec philosophie la question de sa nationalité il a déclaré ne pas se préoccuper de certaines rumeurs sans fondements qui le font passer auprès de qui veut l’entendre pour un nigérian.

    Nous reprenons ici quelques extraits de cette intervention aux termes de laquelle le ministre de la défense a démontré le caractère infondé de ces propos :

    « Évidemment qu’étant ministre de la Défense, c’est sûr que j’ai été informé de quelques allégations. Certaines prétendent que je serai nigérian? Tout ce que j’ai envie de dire, c’est que, ce n’est vraiment pas quelque chose qui me préoccupe.

    Moi, je n’ai rien à prouver. Je sais qui je suis, je dis simplement qu’à ce niveau, la situation est quand même triste. L’insulte n’est pas faite à moi, elle est faite à mes parents car c’est grâce à eux que je suis aujourd’hui, là où je suis. C’est à eux que la question doit être posée. Il y a suffisamment de Gabonais qui m’ont vu, même depuis l’âge de 8 ans.

    Tout ce que je sais, c’est que je suis né à Brazzaville en 1959. Ceux qui disent ce genre de choses ne connaissent pas l’histoire. La guerre du Biafra a commencé en 1967 et moi je suis né en 1959. Quand je suis né, le Nigeria n’était même pas indépendant avant de l’être l’année suivante. Donc quand la guerre du Biafra commence, j’avais déjà 8 ans.

    Je suis né à Brazzaville et là encore, dans des conditions un peu particulières et dramatiques.

    (…)

    A ce niveau, que ceux qui disent cela n’ont qu’à s’adresser à mes parents qui leur diront exactement comment ça s’est passé. Mais tout ce que je peux dire, ils se trompent peut-être un peu de nationalité, parce que, d’ailleurs, je suis né français et non pas nigérian car mon père était dans l’Armée française. Mais, c’est, comme on dit, pour amuser la galerie. Nous avons autres chose à faire que de répondre à certaines allégations.»

    Depuis cette intervention qui a relégué ces rumeurs au rang de pures fadaises, mais aussi, suite aux déclarations de la diva de la musique gabonaise désormais connue sous le nom de Patience Dabany, il semblerait que les partisans du « oui Ali est biafrais » aient changé de cheval de bataille et les félons aux doigts acérés qui, hier, le traitaient de nigérian sembleraient vouloir aujourd’hui endormir nos intelligences avec une autre supercherie.

    Ainsi, Ali Bongo Ondimba qui longtemps considéré par certains comme un Nigérian, précisément un Biafrais, serait, suite à de récentes élucubrations abracadabrantes depuis samedi dernier, devenu congolais.

    Nous ne répondrons pas aux gesticulations grotesques de certains qui semblent ignorer les règles de base de la discussion et qui, comme des enfants de la maternelle voulant attirer l’attention d’adultes débattant de sujets sérieux, crient et écrivent sans en apporter la preuve : « ALI BONGO EST UN ENFANT ADOPTE, PATIENCE DABANY N’A JAMAIS EU D’ENFANT ».

    Considérant que ces derniers se discréditent eux même par l’absence de profondeur de leurs écrits et du vieux refrain sans preuves tangibles qu’ils scandent comme un slogan, il nous a semblé bon de nous pencher sur les arguments de ceux qui ont inventé cette nouvelle théorie tout de même digne de paparazzis en mal de sensationnel.

    Nous ne nous attarderons pas davantage sur ces diversions de « cyber-détracteurs » qui étendent l’amalgame au fait que certains membres de la famille présidentielle aient changé de nom suite à leur conversion à l’islam, alors qu’ils alimentent les sites qu’ils ont créés avec des milliers de noms d’emprunts.

    Pour certains satires, Ali Bongo Ondimba serait donc devenu de nationalité congolaise et ce, sur la base des propos de la « mama » elle-même.

    Chers compatriotes, durant l’antiquité les penseurs de ce temps avaient inventé certains raisonnements appelés syllogismes qui ont été remis en cause par leurs successeurs en prouvant leur insuffisance criante.

    Ces syllogismes, encore appelés calculs, contenaient trois propositions ; une majeure, une mineure et une conclusion.

    Lorsqu’ils pouvaient s’avérer logiques, il pouvait souvent également s’avérer totalement aberrants.

    En voici deux exemples :

    L’exemple logique

    1- tous les hommes sont mortels.(majeure)

    2- Socrate est un homme (mineure)

    3- donc Socrate est mortel (conclusion)

    L’exemple aberrant

    1-Tous les hommes sont des grecs (majeure)

    2-Mohamed Ali est un homme (mineure)

    3-Donc Mohamed Ali est un grec (conclusion)

    Ce sont ces raisonnements archaïques d’un autre âge que certains ont utilisé aujourd’hui pour fonder leur argumentation que voici :

    1- Ali Bongo Ondimba est né en 1959 au Congo, donc il est congolais (ce qui signifie également que toute personne née dans les régions de l’Afrique Equatoriale Française qui ne font pas partie intégrante du Gabon actuel, mais dont les père et mère sont issus des régions qui constituent actuellement le Gabon, obtient la nationalité de l’Etat de sa naissance et donc n’est pas gabonaise).

    2- Ali Bongo Ondimba est né congolais, donc il ne peut être président du Gabon, (tout gabonais né à l’étranger ne peut être président de la République)

    3- Patience Dabany dit que son fils est né au Congo donc Patience Dabany et Omar Bongo Ondimba sont congolais (toute personne déclarant que ses enfants sont nés à l’étranger est donc automatiquement étrangère).

    Suite à ce genre de raisonnement dignes de la préhistoire, et refusant que certains se perdent par ignorance, il nous a semblé bon de rajouter à ce qui a été considéré comme un cours d’histoire par certains, quelques rudiments juridiques et d’opposer à la rigueur du droit, ces logiques à l’emporte pièce.

    1- Ali Ben Bongo Ondimba est né au Congo, donc il est congolais.

    L’histoire du Gabon nous enseigne qu’Albert-Bernard Bongo est né le 30 décembre 1935 à Lewai, maintenant rebaptisée Bongoville, dans la province du haut- Ogooué située au Gabon.

    Que Patience Marie Joséphine Kama Dabany est originaire d’Akiéni, Chef lieu du département de Lékoni-Lekori dans la province du Haut-Ogooué, bien que née, elle-même à Brazzaville en 1944, ancienne capitale de l’Afrique Equatoriale Française de l’époque, aussi proche de Franceville que Bitam l’est des villes camerounaises qui lui sont frontalières.

    En matière de nationalité, le peuple gabonais est régi par le code de la nationalité gabonaise issu de la loi numéro 89/61 du 2 mars 1962 modifiée par une loi de 1998.

    Ce code stipule que la nationalité est le lien de droit qui, depuis, le 17 août 1960 date de l’accession du Gabon à la souveraineté internationale, rattache les personnes à l’Etat gabonais.

    L’article 4 du titre 1 de cette loi, détermine en son alinéa premier, les personnes qui, dès leur naissance ont la nationalité gabonaise à titre de nationalité d’origine.

    Ainsi, cet article dispose ce qui suit : « possède la nationalité gabonaise à titre de nationalité d’origine, l’enfant qui, au jour de sa naissance et quel que soit le lieu de celle-ci a un parent au moins de nationalité gabonaise. »

    Patience Dabany a confirmé avoir mis au monde l’actuel Ministre de la Défense, le 9 février 1959.

    Dans notre droit civil gabonais qui, pendant longtemps était calqué du droit civil français, la charge de la preuve (qui doit prouver un fait), appartient à celui qui veut établir un fait ou un droit.

    Trêve de débats stériles. Que celui qui conteste le fait que le Ministre de la Défense est le fils de Patience Dabany en apporte la preuve « parfaite » (acte écrit, aveu judiciaire, serment décisoire), sachant qu’Ali Bongo Ondimba et les siens peuvent eux, de leur côté les fournir.

    S’il peut sans aucun doute être établi qu’Ali Bongo Ondimba est de père et de mère Gabonais, ce dernier est donc assurément gabonais.

    2- Ali Bongo est né congolais, donc il ne peut être Président du Gabon, (tout gabonais né à l’étranger ne peut être Président de la République)

    Chers compatriotes, venant de démontrer précédemment qu’Ali Ben Bongo Ondimba ou Alain Bernard Bongo Ondimba était de père et de mère gabonaise et par conséquent de nationalité gabonaise en vertu de nos textes de loi, cette seconde allégation ne repose plus sur aucun fondement mais entraîne un véritable problème car elle aurait pour conséquence que toute personne née de parents originaires du Gabon et résident en terre étrangère notamment dans le cadre de leurs activité professionnelle ne serait pas gabonaise.

    Ainsi, tout membre de la diaspora Gabonaise ayant conservé sa nationalité d’origine, (comme ceux qui se considèrent notamment en exil au Etats-Unis ou en France) et qui met au monde ses enfants en terre étrangère, enfants dans son pays d’accueil voit automatiquement ses enfants perdre la nationalité gabonaise qui leur est due de plein droit ?

    Par ailleurs avant que les frontières entre Etat ne soient délimitées, nombreux sont les camerounais, gabonais, centrafricains, qui allaient à Brazzaville, qui pour faire leurs études, qui pour travailler…

    Aux dires de certains, seuls les gabonais qui s’y sont rendus auraient perdu leur nationalité (????, c’est quand même drôle tout ça !).

    3- Patience Dabany dit que son fils est né au Congo donc Patience Dabany et Omar Bongo sont congolais (toute personne déclarant que ses enfants sont nés à l’étranger est donc automatiquement étrangère).

    Chers compatriotes, tirez vous-même les leçons de cette logique arriérée.

    Toute personne qui déclarerait, « mon enfant est né soit en France, soit au Mali, soit en Chine », se verrait donc automatiquement taxée de non Gabonais.

    Trêve de plaisanteries !

    Cessons ces futilités qui visent à contester la citoyenneté d’un seul individu et qui, comme dans bon nombre d’Etats pourraient avoir pour conséquence de pénaliser le plus grand nombre, par un changement restrictif de notre code de la nationalité, en y insérant la « Gabonité » dont les effets pervers ont, dans un passé ressent divisé la Côte d’Ivoire.

    Que les détracteurs du Ministre de la Défense qui, lors de sa dernière intervention a exprimé le fair-play avec lequel il prenait ces attaques répétées, utilisent d’autres arguments notamment des preuves écrites, pour démontrer son incompatibilité avec la Magistrature Suprême, ou alors qu’ils nous fournissent au moins les commencements de preuve dont ils sont si friands quand ils doivent, lors de leurs querelles intestines se dénoncer pour dire lequel d’entre eux dirige un parti fantoche.

    Patriotiquement,

    L’UNION DES JEUNES DU PARTI DEMOCRATIQUE GABONAIS EN FRANCE.

  42. changement

    1 Mai 2009 a 05:50

    et pour ceux qui disent qu’ on prône la violence….je leur dirai qu’ils arretent de ce plaindre et de ne comparé notre pays à ces pays occidentalises en matiere de democratie car nous n’en avons jamais eut donc on ne peut parler de maniere differente de faire de la politique………

  43. changement

    1 Mai 2009 a 05:44

    je suis de l’avis de soukissa……et de l’avis de soldat….je pense au + profondement que rien n’est gratuit…..si le gabon veut s’en defaire tout ses fils doivent se retrouver dans la rue ……

  44. soldat

    30 Avr 2009 a 19:02

    BONJOUR A TOUS
    Je suis Mr X et c’est la premiere fois que j’interviens sur votre site du BDP. j’interviens quelque fois sur le site de l’UPG car je ne connaissais pas l’existence de ce site..
    je vais me présenté le plus simplement et le plus discretement possible..je suis un jeune gabonais d’une trentaine d’années, j’ai intégré l’armée gabonaise depuis 6 ans deja..
    je veux juste vous dire que Ali Bongo ne sera pas pesident du gabon vous pouvez me croire…en 6 ans j’ai entendu des choses assez tragiqes a son sujet et aujourdhui toute l’armée du gabon est plus avisé que vous ne le pensiez…le constat aujourdhui est qu’il n’est apprécié de personne au sein de nos rang…que je vais pas dire ici…mai le constat est le meme dans les autres corps..ceux qu’ils prend pour alliés ne le sont pas en réalité…et il le sait. mais il n’est pas si bete le petit ali il va sans doute s’entouré des……bref!
    que les gabonais appennent a faire confiance en leur armée! je suis gabonais et je veux voir mon pays avancé!
    il va passer a l’acte ce n’est qu’une question de temps! et ne rever pas parceque tenez vous bien son pere est du complot…donc que les gabonais ouvre les yeux! nous sommes pret a mourir pour notre pays! car n’y a pas plus grande fierté.
    que Dieu nous bénisse!

  45. Stratégie

    30 Avr 2009 a 16:03

    Soukissa,

    Le monde a profondément changé. Il y a une nouvelle génération d’hommes politiques au pouvoir. La politique ne se fait plus comme par le passé. Si les présidents Sarkozy et Obama ont été élus c’est parce qu’ils ont su montrer qu’il y avait une autre façon de faire la politique.

    La révolution que vous pronez est dépassée. Le développement d’un Etat passe désormais par un ensemble de réformes et non par la Révolution. On n’a pas besoin que les gens meurent pour changer profondément un Etat. Vous citez la Côte d’Ivoire en exemple, mais il faut aussi nous dire ce que pense les Ivoiriens actuellement de leur pays. Je n’ai rien contre la Cote d’Ivoire. C’est un pays qui compte énormément en Afrique de l’Ouest. Une crise profonde ivoirienne se fera ressentir chez ses voisins les plus immédiats.Je crains pour la paix et la stabilité en Côte d’Ivoire. Les autorités ivoiriennes ne font que remettre à demain les élections présidentielles. La Côte d’Ivoire est citée non pas comme un pays à risque mais comme un pays fragile, c’est-à-dire qui pourrait encore offrir au monde le spectacle d’une guerre civile ou conflit armé.

    Le Gabon n’a pas besoin de révolution, mais de réformes ambitieuses et courageuses.

    Profonds respects.

  46. soukissa

    30 Avr 2009 a 15:36

    bonsoir mes chers frères gabonais je pense que vous et moi somme entrains de nous tromper sur toute les lignes car le Gabon ce pays cher a nos yeux, est malheureusement une banlieue de la France et tous ceux qui on voulus s’opposer a cela y on péris et on payer le prix fort,ex le célèbre président Burkinabé “Thomas Sankara” victime de la France/Afrique le Gabon seras diriger par ali ben Bongo que nous le voulions ou pas car le peuple gabonais est habituer a se taire et laisser faire la bande a Bongo ils tuent nos enfants pilent le pays sous les regardent impuissant des gabonais.
    si le peuple Gabonais veux se défaire du mal qui le ronge depuis plus de 40ans il n’y as pas d’autres remède que la révolution c’est a dire les gabonais des quartes coins du Gabon descend dans les rues il n’y as pas de révolution sans un bain de sang l’Amérique c’est battu pour sa liberté la France en as fait autan l’algerie,la cotes d’ivoire,bref le pouvoir ne se donne pas il s’arrache a dit “Mobutu roi du ZAIRE”

  47. Depuis Kalakala

    30 Avr 2009 a 15:19

    Chers tous,

    Ali Ben est bel et bien Biafrai!!!!! Oubliez le cinema de Josephine Kama!!!! Gabonais et Gabonaises, levons-nous et reclamons ce qui nous appartient, c’est-a-dire LE GABON, ne laissons pas ces imposteurs qui sont Bongo et sa bande continuer a ruiner notre pays. Bongo est un veritable animal, c’est un vrai chien galleux qui porte le SIDA qui a tue la pauvre et jolie Edith!Il faut que nous nous levons comme les etudiants en 1990. J’ai fait parti de cette milice estudiantine et je me rappelle que nous etudiants de l’epoque avions foutu la trouille a Bongo!

    Il faut une reelle revolution au Gabon, dans le genre de celle qui eclata dans les annees 90 et aboutit a la conference nationale!!!!!! En 42 ans Bongo qui voyage tout le temps et voit bien comment les autres pays sont construits n’a pas pu donne au Gabon une route vialble et fiable, nous n’avons pas de veritables universites au Gabon, pas d’ecoles; le Lycee Leon Mba qui etait une veritable pepiniere de cervaux a l’epoque et qui ne vaut plus rien aujourd’hui n’est meme pas l’oeuvre de Bongo, le chien. Pour delivrer des lettres au Gabon, il faut des boites-a-lettres. S’il y avait un vrai service postal au Gabon, cela pouvait generer des milliers d’emplois dans le Pays!!!! Il me semble qu’il y a meme toujours de l’argent au Gabon a la lumiere des Budgets que je vois chaque annee et toujours Bongo ne fait qu’engouffrer notre argent pour entretenir son gouvernement d’ignorants. Le Gabon est plein de cervaux! Levons-nous mes freres et soeurs. Je voudrai revenir au Pays, mais pas pour vivre dans les mapannes, je voudrai revenir au pays car je suis fou de mon pays, mais je ne puis revenir si cet animal et sa famille continue a piller le Gabon. J’ai etudie ici, j’ai le savoir faire d’ici et j’aimerai pouvoir faire beneficie mon pays, mais Bongo Doit Partir d’abord!!!! Ses origines, on s’emballe!!!!!Qu’il aille les fourer la ou il veut; n’entend-il pas les les souffrances des Gabonais qui meurent chaque jour a l’hopital general? N’y a-t-il personne pour lui dire que trop c’est trop!!!! Bongo, de graces casses-toi!!!!y en a marre!!!!!!

    Merci
    Depuis Kalakala.

    USA

  48. Requin

    30 Avr 2009 a 12:10

    JP
    Ca c’est la version officille qui est écrite dans tous les livres de Bongo et que les Gabonais appelent falscification de l’histoire. Tu sembles dire que tu serais du Haut Ogooué et que tu connaisses bien les origines d’Omar? Alors ou sont enterées Ondimba et Ebory, A Okondja ou à Lewai?

  49. Requin

    30 Avr 2009 a 11:53

    Johny,
    Ni les rénos, ni les appelistes et encore moins les caciques ne peuvent se prononcer sur Ali Ben. Ils attendent tous la chute du Baobab pour se régler les comptes comme cela s’est fait en Cote d’Ivoire. Ils sont tous tapis dans l’ombre et ne peuvent rien dire pour le moment.

    Je suis d’accord avec celui a qui dit que la mise en scène d’Ali et de la mama n’est qu’une prise de température pour jauger l’opinion sur le passage en force de Ben Ali qui veut même prendre le pouvoir du vivant d’Omar pour retarder l’éclatement du PDG.

    Le Dr ESSONO (probablement du CUSPOD) ne peut donc pas réagir sur ce sujet car il se trahirait!!!

  50. JP

    30 Avr 2009 a 11:46

    En 2005, j’avais décidé de boycotter l’élection présidentielle pour ne pas apporter ma caution à cette simulacre. Vivant dans un pays ou les gabonais se comptent sur les doigts d’une main et le nom que je porte, il fut plus sage de voter afin d’éviter des représailles à mes parents restés au pays: j’ai été le seul à voter Mamboundou.

    M’opposer au régime Bongo ne doit pas m’empêcher d’être lucide et de faire preuve de discernement, que Bongo soit congolais ou gabonais est un faux débat monté par des gens qui n’aiment pas ce pays. Et voici quelques faits:
    – Bongo est né en 1935 à Léwaï, aujourd’hui Bongoville dans la province du Haut-Ogooué, personne de dira le contraire
    – En 1935, le Haut-Ogooué appartenait au Congo et la bande côtière de Pointe-Noire appartenait au Gabon
    – Avec les deux arguments ci-dessus, nous nous entendons pour dire que Bongo est né Congolais
    – En 1946, le Haut-Ogooué est rattaché au Gabon et la bande de Pointe-Noire est rattachée au Congo, décision prise par le colonisateur. A partir de cet instant, tous les altogovéens (y compris Bongo) deviennent gabonais du fait que leur province est gabonaise et les gens de Pointe-Noire deviennent congolais
    – Jusqu’en 1960, Brazzaville fut la capitale de l’Afrique Équatoriale Française (AEF) et donc toutes les élites de l’Afrique centrale y étaient. Il est normal que ces élites soient retournées vivre dans leurs nations nouvellement indépendantes peu de temps après les indépendances en août 1960.

    Plutôt que de perdre nos temps dans des tergiversations inutiles et frivoles quant à la gabonité du président, nous devons focaliser nos énergies à prévenir qu’une succession de type Kabila ou Eyadéma ne se produise pas au Gabon ou encore débattre de ce que sera l’après-Bongo. Ne vous donnez pas la peine de m’insulter.

    A bon entendeur….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*