Socialisez

FacebookTwitterRSS

L’Afrique pour le moment à l’abri du virus A H1N1, estime un expert

Auteur/Source: · Date: 1 Mai 2009
Catégorie(s): Afrique

L’OMS a relevé son niveau d’alerte et annonce que la pandémie de grippe porcine est « imminente ». Le continent africain est pour l’instant épargné par cette nouvelle épidémie grippale qui rend fébrile le monde entier. Le professeur Jean-Paul Gonzalez, directeur général du Centre international de recherches médicales de Franceville ( CIRMF )au Gabon et directeur de recherche à l’Institut de recherche pour le développement ( IRD ) reste prudent sur la dimension pandémique de cette grippe. Il s’en explique sur RFI.

RFI : Professeur Jean-Paul Gonzalez, partagez-vous le sentiment de psychose qui s’est emparé de la planète à propos de cette grippe porcine ?

Jean-Paul Gonzalez : Non, pas du tout. Nous scientifiques, on n’est pas là pour avoir ce type de sentiment devant des questions importantes, en particulier, les questions de santé. Donc, je pense qu’il faut analyser la situation, la comprendre et ensuite, retourner vers le public et vers les politiques, pour leur donner les outils, les moyens, les stratégies de lutter contre une éventuelle épidémie qui s’annoncerait.

RFI : Mais à ce stade là, peut-on, d’après vous, parler de pandémie ?

Jean-Paul Gonzalez : Dans les livres, une pandémie, c’est quand une épidémie passe d’un continent à l’autre. Donc là, on est passé de l’Amérique du Nord en Nouvelle Zélande mais on en est à quelques cas humains, c’est-à-dire, des épidémies très limitées, ce sont des cas importés, ce ne sont pas des épidémies locales. Donc, on est environ à 105 cas au niveau de la planète, hors Mexique. On ne peut pas parler véritablement de pandémie aujourd’hui.

RFI : Alors quelle est la situation pour le continent africain précisément ?

Jean-Paul Gonzalez : Pour le moment, il n’y a rien. On est clair, le continent africain est indemne d’importation, donc de cas d’infections par le virus A H1N1 mexicain, souche mexicaine. S’il devait arriver sur le continent africain, à ce moment là, les mesures sanitaires assez banales de lutte contre les maladies respiratoires et en particulier contre la grippe, seraient mises en place. Et je pense que là aussi, l’Afrique joue le jeu et a des compétences, mais pas toute seule.

RFI : Le Gabon a annoncé la suspension de ses importations de porc et de viande porcine. L’Egypte pour sa part, a décidé d’égorger 250 000 cochons. On est dans du préventif ou bien dans de l’irrationnel ?

Jean-Paul Gonzalez : En ce qui concerne le Gabon, je crois que c’est une mesure très intelligente ; c’est-à-dire qu’on interdit l’importation de porcs vivants, de porcelets, de porcs vivants, ce qui est un grand classique, dans la mesure où l’on ne sait pas d’où ils viennent ces porcelets. Ces porcs pourraient éventuellement venir d’élevages infectés. Donc, c’est une mesure qui sera une mesure transitoire vraisemblablement, qui ne va pas durer, mais je pense que c’est tout à fait raisonnable. En ce qui concerne l’Egypte, je garderai un silence pudique sur cette manifestation. Du point de vue scientifique, évidemment, c’est totalement irraisonné.

RFI : Certains pays africains ont, par le passé, été déjà directement confrontés à d’autres épidémies ; par exemple, la grippe aviaire en 2005. A l’époque, on prévoyait le pire au Nigéria et au Niger, et finalement, on a évité la crise sanitaire.

Jean-Paul Gonzalez : L’épidémie de grippe aviaire a fait « un flop » ; un « flop médiatique » et quelquefois un « flop scientifique ». C’est-à-dire, tout le monde a voulu plus ou moins se rattacher, se raccrocher à ce phénomène qui paraissait extraordinaire et unique dans l’histoire de l’humanité et qui n’est resté qu’une maladie des poulets et pas du tout une maladie des hommes. Donc, l’Afrique a été indemne. On a bien géré cette épizootie par l’abattage massif de volailles et tout est rentré dans l’ordre.

RFI : Mais alors, justement, plus largement, quelle leçon tirer de ces précédentes crises sanitaires qui avaient été surévaluées dans certains cas ?

Jean-Paul Gonzalez : La leçon qu’on a à tirer, elle est simple ; c’est-à-dire qu’il ne faut pas s’engouffrer dans le sensationnel, et là, je parle, autant pour les politiques, que les scientifiques, que les responsables de la communication, et il faut absolument aller sereinement protéger les populations qu’on peut protéger. Et on sait le faire, parce qu’on sait lutter contre la grippe en général, les virus de la grippe, et ne pas s’engager tout de suite sur la grande pandémie grippale de 1918, « qui va effacer la planète ». Nos systèmes sanitaires évoluent de façon positive et l’on est de plus en plus et de mieux en mieux armé contre ces manifestations épidémiques.

RFI : Y compris sur un continent comme l’Afrique ?

Jean-Paul Gonzalez : Y compris sur un continent comme l’Afrique, où on a de très belles avancées. Nous ici le CIRMF et nos collègues d’Afrique du Sud ; pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, une épidémie d’Ebola, a été entièrement gérée par des laboratoires africains. C’est la dernière épidémie d’Ebola, qui s’est passée en Afrique, entièrement gérée par des laboratoires africains, évidemment avec l’aide de l’OMS et de quelques uns de nos collègues d’Amérique du Nord. On est capable ici en Afrique de faire le diagnostic aujourd’hui, là demain, du virus H1N1.

RFI : Au fond, cette crise sanitaire n’est-elle pas avant tout une psychose de pays riches, au regard du nombre de morts que fait la méningite en ce moment par exemple, ou de cas de paludisme qui touchent l’Afrique ?

Jean-Paul Gonzalez : On est plutôt sur une névrose de pays riches ; c’est-à-dire, c’est chronique maintenant ; c’est installé chroniquement dans les pays riches ; c’est-à-dire, à chaque fois qu’il y a une maladie émergente, cela veut dire : on n’est pas prêt. Si on n’est pas prêt, il faut faire quelque chose. Si on fait quelque chose, il faut des sous. Donc, d’emblée, les industries se mêlent évidemment du projet et proposent aux politiques : « Eh bien, donnez-nous des sous et puis, on va faire. On va faire des produits qui vont vacciner ou qui vont protéger. Et on va le faire vite ; donc ça va vous coûter encore plus cher ».

Evidemment, tout cet argent de la recherche va être dévoyé pour une espèce d’accès médiatique, mais surtout de fièvre économique de quelques industriels qui vont vendre aux politiques des produits chers et qui seront invendables au Sud, puisqu’on a pas les sous pour s’acheter ces produits-là.
Propos recueillis par Christine Muratet 


SUR LE MÊME SUJET
Le Conseil Paix et sécurité (CPS) s'est réuni, vendredi soir, en marge du 16ème sommet de l'Union Africaine (UA), pour parler de la situation en Côte d'Ivoire. Des discussions « très dures » qui ont abouti à la mise en place d'un panel de chefs d'État dont les décisions seront connues dans un mois. Pas question en revanche d'intervenir militairement à Abidjan dans l'immédiat. Il aura fallu plus de quatre heures aux pays membres du Conseil Paix et Sécurité de l'Union Africaine (UA) pour décider... de ne rien décider et de remettre leur décision à plus tard. Une chose, cependant, est ...
Lire l'article
L'opposant André Mba Obame, qui s'est autoproclamé président du Gabon et réfugié depuis le 25 janvier dans une agence onusienne de Libreville, a répondu vendredi au président Ali Bongo, estimant qu'il n'était pas "ridicule de se battre pour ses droits". "Il nous trouve +ridicule+ parce que pour lui, c'est ridicule de se battre pour ses droits. C'est un monarque qui trouve ridicule que des gens, des Gabonais puissent vouloir se lever pour leurs droits", a affirmé à l'AFP M. Mba Obame au téléphone, un blocus policier empêchant tout étranger ou journaliste de s'approcher du bâtiment du Programme des Nations unies pour ...
Lire l'article
Le Secrétaire exécutif du rassemblement pour la Gabon (RPG), M. Benoît Mba Mezui a expliqué à la presse que ‘’les sanctions prononcées, le samedi dernier contre les parlementaires du parti, c’est pour avoir accordé leur confiance au Gouvernement Paul Biyoghé Mba’’. Les raisons qu’ils évoquent pour justifier leur démarche en soulignant ‘’qu’il y avait des similitudes entre les programmes de gouvernement des deux partis, le Parti démocratique gabonais (PDG) dont sont issus la majorité des ministres, et le RPG du Père Paul Mba Abessole’’ n’est pas acceptable, à précisé M. Mba Mezui. Pour sa part, Alain-Claude Bilié Nzé se défend en déclarant ...
Lire l'article
Un baril de brut autour de 70 dollars est suffisant pour le moment pour continuer les investissements dans le secteur pétrolier, estime Total. Toutefois, ajoute-t-il, les niveaux actuels des cours seront trop bas pour produire en 2015 et en 2016. Yves-Louis Darricarrère, patron de la prospection et de la production chez Total, a dit à la presse que le groupe augmenterait ses investissements de près de 50% cette année en Angola, à quatre milliards de dollars environ, par rapport à 2008. Les cours du pétrole aux niveaux actuels permettent de continuer à développer des projets en cours mais pour des projets futurs, ils ...
Lire l'article
Le Maire de Libreville, Jean François Ntoutoume Emane, a déclaré ce lundi, à l’issue d’une audience avec le président de la République par intérim, Rose Francine Rogombé, qu’il n’était pas pour le « moment » candidat à la présidentielle anticipée et que le « moment venu », il soutiendra un candidat. Monsieur Jean François Ntoutoume Emane, par ailleurs l’un des vices président du Parti Démocratique Gabonais (PDG au pouvoir) ancien premier ministre dont les propos ont été diffusés dans le journal de 20 heures de la télévision nationale n’a pas révélé l’identité du candidat devant bénéficier de « son ...
Lire l'article
Une délégation d'experts de la Confédération africaine de football (CAF) se rend ce vendredi à Franceville, dans le sud-est du Gabon, deuxième choisie pour abriter les rencontres de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2012 de football que le Gabon et le Guinée Equatoriale co-organiseront. Avant de se rendre à Franceville, ces experts devaient visiter selon le programme la Radio Télévision Gabonaise (RTG 1), la principale chaîne public du Gabon, la salle des conférences et des villas de la Cité de la Démocratie. L'étape de Franceville constituera pour les experts, arrivés à Libreville mercredi, l'occasion de découvrir, outre le site où ...
Lire l'article
Dans le cadre du plan de prévention nationale contre la pandémie de grippe A/H1N1 mis en place par le ministère de la Santé publique, l'inspection provinciale de l'Agriculture du Haut-Ogooué a commencé le 12 mai dernier une campagne de sensibilisation auprès des populations locales. Cette campagne qui s'adresse aux populations et aux agriculteurs préconise les mesures d'hygiène et de surveillance à respecter pour éviter l'introduction et la propagation du virus sur le territoire national. L'inspection provinciale de l'agriculture du Haut-Ogooué a entrepris depuis le 12 mai dernier à Franceville une vaste campagne de sensibilisation contre la grippe A/H1N1, dite «porcine». Cette ...
Lire l'article
Le Centre international de recherches médicales de Franceville (CIRMF), dans le Haut-Ogooué, vient d’annoncer l’opérationnalité de ses capacités d’analyse épidémique, pour lesquelles trois jours suffiront désormais à confirmer un foyer épidémique, contre les deux semaines nécessaires pour attendre les résultats des laboratoires américains. Il y a un an, l’équipe de recherche du CIRMF avait annoncé lors d’un congrès mondial à Libreville la découverte du réservoir des virus Ebola et Marbourg, la chauve-souris, qui avait permis de débloquer les moyens de développer les capacités de recherches du centre. Depuis l’annonce il y a un an de la découverte du réservoir des ...
Lire l'article
Jeff Joseph, le chanteur-compositeur dominicain du groupe mythique des Grammacks, est arrivé au Gabon le 23 décembre en vue d’un concert à la Cité de la Démocratie. Une conférence de presse, donnée à l’aéroport de Libreville, a été l’occasion pour le musicien de promettre un moment fort dans l’entre-deux des fêtes de fin d’année. Le chanteur dominicain Jeff Joseph est arrivé à Libreville le 23 décembre dernier en vue d’un un concert le 27 décembre courant à la Cité de la Démocratie. Il a été accueilli à sa descente d’avion par les organisateurs du concert et par une horde d’aficionados ...
Lire l'article
L'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a annoncé le 4 novembre que les scientifiques canadiens avaient fait une découverte qui devrait permettre de mieux comprendre les éléments déclencheurs dans la transmission du virus Ebola d'un animal à l'humain et pourrait éviter des épidémies. Cette découverte a été rendue possible grâce aux tests réalisés sur des chauve souris, identifiées comme le réservoir naturel du virus 4e Congrès International sur les virus Ebola et Marburg qui s’était tenu du 26 au 28 mars dernier à Libreville, au Gabon. La maîtrise épidémiologique du virus Ebola pourrait avoir fait un pas de ...
Lire l'article
L’UA exclut le recours à la force en Côte d’Ivoire pour le moment
Gabon: Mba Obame estime que “se battre pour ses droits” n’est pas “ridicule”
Le Secrétaire exécutif du parti estime que “les députés RPG ont été sanctionnés pour un vote de confiance et non de programme”
Un baril à 70 dollars convient pour le moment, dit Total
Gabon: « Pour le moment, je ne suis pas candidat. Le moment venu, je soutiendrai un candidat »,(Jean-François Ntoutoume Emane)
Gabon: Des expert de la CAF à Franceville, vendredi
Gabon : Franceville sensibilisée sur la grippe A/H1N1
Gabon : Franceville à la pointe de la recherche sur le virus Ebola
Gabon : Jeff Joseph des Grammacks pour un moment fort à Libreville
Santé : Une découverte pour lutter contre la propagation du virus Ebola


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 1 Mai 2009
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*