- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

CEEAC : 23,6 milliards de F.CFA de la BAD pour les forêts du Bassin du Congo

La Banque africaine de développement (BAD) a octroyé le 30 avril dernier un don de 23,6 milliards de F.CFA à la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC) pour la conservation des écosystèmes des forêts du bassin du Congo. Ces fonds doivent permettre de renforcer la gestion durable de ce bassin forestier, le deuxième plus grand de la planète, qui joue un rôle de premier plan dans la lutte contre le changement climatique.

Face à l’importance de la préservation des forêts du Bassin du Congo au regard des impératifs du réchauffement climatique, la Banque africaine de développement (BAD) a procédé le 30 avril dernier à un don de 23,6 milliards de francs CFA à la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC) pour soutenir les projets de conservation des écosystèmes forestiers de cette région.

L’accord a été paraphé au siège de la CEEAC à Libreville entre le secrétaire général de cette organisation régionale, Louis Sylvain Goma, et le représentant résident de la BAD au Gabon, Bassary Touré.

Le Secrétaire général de la CEEAC a expliqué que ce don de 23,6 milliards, réparti sur cinq ans, sera affecté à la couverture de la gestion durable des ressources forestières et l’appui aux institutions spécialisées de la CEEAC, notamment la Commission ministérielle des forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC).

Ces fonds devraient également servir à la conservation et à la gestion durable des aires protégées, à la mise en place d’un centre de gestion durable des données écologiques par satellite, à la création de plans de développement locaux aux alentours des aires protégées, ainsi qu’au renforcement des capacités de la CEEAC et des institutions impliquées.

Pour la CEEAC, qui apporte à ce programme l’équivalent de 3,7 milliards de F.CFA sur la même période, il s’agira de mettre en oeuvre un programme susceptible de bouleverser la gestion des ressources naturelles en Afrique centrale afin d’en faire un véritable levier pour le développement durable de l’espace régional.

Le représentant régional de la BAD a indiqué que ce don visait la conservation de la deuxième plus grande forêt tropicale et le second «poumon vert» de la planète après l’Amazonie, au Brésil.

Les bénéficiaires directs sont évalués à environ 6 millions d’habitants vivant dans les 6 paysages écologiques retenus dans les pays de la COMIFAC concernés par le programme. Le Bassin du Congo couvre une superficie de plus de 4 000 000 Km2.

Monsieur Touré en a profité pour féliciter le Gabon, pays membre de la CEEAC pour la constitution d’un réservoir de biodiversité en concédant 11% de son territoire national pour la réalisation de 13 parcs nationaux.

Lors du 2e sommet des chefs d’Etat d’Afrique centrale sur la conservation et la gestion durable des écosystèmes forestiers, tenu à Brazzaville, au Congo, en février 2005, la BAD avait réitéré son engagement à appuyer la mise en oeuvre du plan de convergence de la COMIFAC, engagement réaffirmé lors de la Conférence internationale sur les écosystèmes du Bassin du Congo, organisée par la BAD à Tunis (Tunisie) en février 2008.

Cette conférence a permis de développer une stratégie pour la mise en place d’un financement durable des actions prioritaires du plan de convergence de la COMIFAC pour une gestion durable des écosystèmes de l’Afrique centrale, donnant lancement officiel à Londres en juin 2008, du Fonds forestier du Bassin du Congo (CBFF) doté d’un budget initial de 200 millions de dollars US, soit environ 100,8 milliards de F.CFA, hébergé par la BAD.

Ce fonds vise à fournir de l’assistance aux communautés locales pour trouver des moyens de subsistance préservant la forêt, et de nouvelles approches pour une gestion durable des forêts, pour le bien de l’humanité toute entière.  


SUR LE MÊME SUJET
Les forêts du Bassin du Congo jouent un rôle primordial dans la régulation climatique, selon un haut responsable de l’Institut de recherche en écologie tropicale (IRET), basé à Makokou, chef-lieu de la province de l’Ogooué-Ivindo, dans le nord -est du Gabon. ‘’A l’échelle planétaire, nos forêts jouent un rôle primordial dans la régulation climatique’’, a affirmé, mardi à Libreville, le directeur de l’IRET, Alfred Ngomanda, à l’ouverture du 4ème séminaire-atelier ACP-Forenet/Afrique centrale sur la ‘’conservation et la gestion durable des forêts tropicales’’. ‘’La gestion durable des écosystèmes du Bassin du Congo impose désormais aux scientifiques africains d’acquérir une ...
Lire l'article [1]
Les pays d’Afrique centrale sont à la recherche d’un cadre légal et institutionnel susceptible d'optimiser les retombées des produits forestiers non ligneux dans le renforcement de la sécurité alimentaire et la lutte contre la pauvreté dans la sous-région. Plus de 100 millions de personnes vivent des produits forestiers non ligneux dans les pays du bassin du Congo, second massif forestier de la planète, après l’Amazonie. Les spécialistes estiment sous-estimées l’importance et la contribution, à la sécurité alimentaire, des PFNL qui procurent aux populations des aliments, des plantes médicinales, de l’énergie, des équipements de pêche et des matériaux de ...
Lire l'article [2]
L'Union européenne (UE) a débloqué une enveloppe de 20 milliards de FCFA pour financer un programme de gestion des ressources renouvelables en Afrique centrale, a appris dimanche l'AGP. Dans le cadre de ce programme, la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) organise à Libreville un atelier sur le programme indicatif régional (10ème FED) de gestion des ressources naturelle renouvelables en Afrique centrale. C'est l'un «des trois volets principaux du programme indicatif régional doté de 30 millions d euros (20 milliards de FCFA) sous forme de dons qui font suite à des actions qui ont déjà été entreprises depuis une douzaine ...
Lire l'article [3]
Assurer le suivi des forêts, étudier leur évolution sont des enjeux stratégiques dans la lutte contre les changements climatiques. La déforestation est à l'origine de 18 % environ des émissions mondiales de CO2. Dans ce contexte, l'accord qui lie, depuis le 1er juillet, les instituts de recherche pour le développement français (IRD), de recherche spatiale brésilien (INPE) et l'Agence gabonaise d'études et d'observation spatiale (Ageos) est inédit. "Exemplaire, assure Michel Laurent, président de l'IRD, car nous nous associons avec des puissances émergentes pour échanger nos connaissances issues de technologies de pointe." Cet accord tripartite permettra de surveiller les forêts tropicales du bassin ...
Lire l'article [4]
A l’occasion du Conseil des ministres des pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) qui s’est tenu du 26 au 29 mars à N’Djamena, au Tchad, le conseil a tablé sur un budget de fonctionnement de 34 milliards de francs CFA pour l’exercice 2010, soit une augmentation de 74% par rapport à l’année écoulé. Les recettes mobilisées pour le budget 2009 de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) n’a permis de réaliser que 42 % des actions prévues. Pour donner une impulsion plus significative aux efforts de l’intégration régionale, les Etats-membres ont décidé ...
Lire l'article [5]
La Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC) et la Banque africaine de développement (BAD) ont procédé jeudi dernier, à Libreville, à la signature d’un accord de financement et d’appui à la conservation des écosystèmes du Bassin du Congo. Cette signature a eu lieu présence de Bassary Touré, représentant régional de la BAD et de Louis Sylvain Ngoma, secrétaire général de la CEEAC. Cet accord de 23, 6 milliards de francs CFA qui sera débloqué sur cinq ans sera affecté pour la protection des ressources forestières et l’appui aux institutions spécialisée de la CEEAC, précisément la Commission des forêts d'Afrique Centrale (COMIFAC). Aussi, ...
Lire l'article [6]
La Commission de l'Union Européenne (UE) à Libreville a signé samedi dernier au siège de la CEEAC de Libreville, une convention de contribution d'un montant de 9,6 milliards de francs CFA à la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC). La signature de cette convention a été faite par Thierry Mathisse, ambassadeur chef de délégation de la Commission de l'UE à Libreville et le secrétaire général de la CEEAC Louis sylvain Goma, en présence de certains représentants diplomatiques au Gabon. Cette convention entre dans le cadre de la coopération en matière de paix et de sécurité avec la CEEAC ...
Lire l'article [7]
Au terme de la conférence internationale sur les mécanismes de financement de la gestion durable des écosystèmes forestiers du bassin du Congo, au cours de laquelle, plusieurs questions ont pu être abordées, notamment, l’harmonisation des politiques forestières et fiscales, la connaissance de la ressource, organisée en Tunisie, à laquelle le Ministre d’Etat en charge de l’Economie, des finances, du budget et de la privatisation, Paul Toungui et le Ministre délégué auprès du Ministre de l’Economie forestière, des Eaux et de la pêche, chargé des Eaux et de la Pêche, Hugues Alexandre Barro Chambrier, les délégations du Burundi, du Cameroun, de ...
Lire l'article [8]
Jean Eyegue Ndong Le chef du gouvernement gabonais, Jean Eyeghé Ndong, a souligné mercredi lors du séminaire consacré au Programme d’appui du fonds pour l’Environnement mondial à la gestion des Ecosystèmes Forestière du Bassin du Congo, en présence du corps diplomatique accrédité au Gabon, des organisations de coopération internationale et les experts de l’environnement, « le rôle éminemment positif de nos forêts dans la régulation et l’équilibre du climat mondial ». La succession des conférences sur les écosystèmes forestières du bassin du Congo a pu traduire l’intérêt croissant des partenaires au développement aux problématiques de conservation et de gestion durable de ...
Lire l'article [9]
La présidente et directrice générale du Fonds pour l'environnement mondial (FEM), Monique Barbut a annoncé mardi à Libreville que son institution projette de débloquer une enveloppe de 40 millions de dollars pour appuyer un programme de gestion des écosystèmes forestiers dans les pays membres du Bassin du Congo. Mme Barbut a fait cette annonce à la veille de l'ouverture mercredi à Libreville des travaux d'une rencontre des ministres des Forêts des pays membres du Bassin du Congo. La réunion qui se tiendra dans la capitale gabonaise prendra fin vendredi. Selon Mme Barbut, arrivée mardi soir à Libreville, l'enveloppe du FEM ...
Lire l'article [10]
Les forêts du Bassin du Congo jouent un rôle primordial dans la régulation climatique
Un cadre légal et institutionnel pour la gestion des produits forestiers non ligneux dans le bassin du Congo
Financement de l’UE pour la gestion des ressources renouvelables en Afrique centrale
Le Brésil et la France vont aider les pays du bassin du Congo à surveiller leurs forêts
CEEAC : 34 milliards de FCFA pour le budget 2010
Gabon: Coopération: la BAD signe un accord de 23, 6 milliards FCFA avec la CEEAC
Gabon: L’Union Européenne octroie une subvention de 9,6 milliards de francs CFA pour des missions de paix à la CEEAC
Environnement: 65 millions de dollars pour la conservation des écosystèmes forestiers de la sous région d’Afrique centrale
Gabon: Environnement/ Jean Eyeghé Ndong souligne le rôle éminemment positif des forêts gabonaises dans la régulation climatique mondiale
40 millions de dollars pour préserver les forêts du Bassin du Congo