Socialisez

FacebookTwitterRSS

Patrimoine des présidents africains: “Le sens de l’Histoire condamne la Françafrique”

Auteur/Source: · Date: 7 Mai 2009
Catégorie(s): Françafrique

Alors que la juge parisienne Françoise Desset a jugé recevable la plainte déposée contre certains présidents africains, les associations Sherpa et Transparency International France, à l’origine de la procédure, mettent la pression sur les autorités françaises.

Lors d’une conférence de presse organisée mardi à Paris, Sherpa et Transparency International France (TI-France), deux associations de juristes qui luttent notamment contre la corruption dans le monde, ont souligné “la grande responsabilité de l’Etat français” à l’heure où la justice s’apprête à enquêter sur le patrimoine “français” de trois présidents africains, Omar Bongo (Gabon), Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville) et Téodoro Nguema Obiang Mbasogo (Guinée Equatoriale).

Les trois dirigeants en question, et certains de leurs proches, sont soupçonnés d’avoir détourné des fonds publics dans leurs pays respectifs pour acheter ou faire acheter, en France, des dizaines de propriétés, des voitures de luxe, ou ouvrir des comptes bancaires. Des accusations qu’ils rejettent avec vigueur, contestant les éléments du dossier dit des Biens mal acquis (BMA).

“Tout les accable, le dossier est solide, preuves à l’appui. Omar Bongo nie l’évidence” rétorque l’avocat parisien William Bourdon, responsable de Sherpa. Et Me Bourdon d’ajouter: “La décision de la juge Françoise Desset honore la France. Je reçois des messages venant d’Africains qui nous disent “Merci et bravo”. Un appel du Parquet va ternir l’image du pays aux yeux des Africains.”

“Fin de l’impunité”

Le parquet s’est toujours opposé à l’ouverture d’une enquête. Cette fois encore, les autorités pousseront-elles en ce sens? Mardi matin, la garde des Sceaux Rachida Dati a refusé de prendre position. Selon Me Bourdon, une procédure d’appel ne ferait toutefois pas obstacle à la désignation d’un magistrat instructeur.

Une étape judiciaire est donc sur le point d’être franchie. Pour autant, n’est-il pas illusoire de penser faire la lumière sur les finances de ces deux acteurs essentiels de la “Françafrique” que sont Omar Bongo et Denis Sassou Nguesso ? Pour s’être montré trop critique sur le sujet, Jean-Marie Bockel a perdu son fauteuil de secrétaire d’Etat à la coopération en mars 2008. “Le sens de l’Histoire condamne la Françafrique”, répond avec force Daniel Lebègue, le président de TI-France, l’association dont la plainte, déposée en 2008, a été considérée comme “recevable” par la juge.

Daniel Lebègue, ex-directeur de la Caisse des dépôts et consignations, évoque “le début de la fin de l’impunité.” Selon lui, la “restitution des avoirs volés” aux peuples africains pourrait, à terme, se faire par la “constitution d’une banque ou d’un organisme had hoc” chargé d’utiliser ou de redistribuer l’argent aux populations afin de “contourner les pouvoirs en place”.


SUR LE MÊME SUJET
Les butins cachés des présidents africains sur la Côte d’Azur
Longtemps au point mort, l’enquête sur les biens mal acquis qui vise le Congo, la Guinée le Gabon ou encore les clans Ben Ali et Moubarak s’accélère sur la Côte d’Azur C'est sur la Côte d'Azur qu'en toute impunité présidents africains en exercice de la famille Bongo (Gabon), à Denis Sassou-Nguesso (Congo), Téodoro Obiang (Guinée Equatoriale), mais aussi les tyrans balayés par le printemps arabe, Ben Ali ou encore Moubarak venaient réinvestir les trésors soustraits à leurs pays respectifs. Mais aussi à un Cannois, Serge Berrebi, 62 ans, ce chef d'entreprise ruiné par le président Congolais. La plainte que ce dernier déposa ...
Lire l'article
La cour de cassation a autorisé ce mardi après-midi la reprise de poursuites judiciaires sur le patrimoine immobilier significatif dont disposent en France les présidents du Gabon, du Congo-Brazzaville et de la Guinée Équatoriale. Voilà une décision dont l'Elysée se serait bien passé. La Cour de cassation a autorisé mardi après-midi la reprise de poursuites judiciaires concernant l'important patrimoine immobilier accumulé en France par trois chefs d'Etats africains. Les personnalités visées sont le président gabonais Ali Bongo, le président congolais Denis Sassou Nguesso et le président de la Guinée Equatoriale Téodoro Obiang Nguema ainsi que leurs familles. Sherpa (www.asso-sherpa.org/) et Transparency ...
Lire l'article
La Cour de cassation rendra mardi sa décision finale sur l'ouverture d'éventuelles poursuites en France concernant les logements de luxe et avoirs bancaires détenus par trois présidents africains. Ce dossier est à hauts risques diplomatiques pour Paris. Une éventuelle réponse favorable de la plus haute juridiction française mettrait en péril les relations avec certains pays-clés de son influence économique et politique en Afrique. "Au-delà des relations franco-africaines, c'est bien la capacité de la justice française à poser des limites au pillage des pays du Sud qui est en jeu", estime lundi dans un communiqué l'association CCFD-Terre solidaire. L'enquête menée en 2007 a mis ...
Lire l'article
L'ex-magistrate dénonce une "imposture" de la Garde des Sceaux, estimant qu'elle agit "pour faire plaisir au président" au lieu d'avoir recours aux services "compétents" de la Chancellerie concernant les "biens mal-acquis" de responsables africains. Rachida Dati dans le colimateur d'Eva Joly. L'ex-magistrate anti-corruption, co-listière de Daniel Cohn-Bendit pour les européennes pour Europe-Ecologie en Ile-de-France, a dénoncé lundi 25 mai comme une "imposture" l'action de la ministre de la Justice concernant les "biens mal-acquis" de responsables africains. Au cours d'un point-presse devant un immeuble parisien de l'avenue Rapp où selon elle le président du Congo, Denis Sassou N'Guesso, possède un appartement, Eva ...
Lire l'article
Le parquet de Paris a fait appel le 7 mai dernier de la décision de la doyenne des juges d'instruction du tribunal de grande instance d'instruire la plainte déposée visant trois présidents africains pour «recel et détournement de fonds publics», «blanchiment», «abus de biens sociaux» et «abus de confiance». L'aval de la juge d'instruction tombé le 4 mai dernier avait engendré une levée de bouclier, mettant notamment en lumière l'incrimination collatérale des plus hautes institutions bancaires françaises. Déclenchée le 4 mai dernier par la juge d'instruction Françoise Desset, qui avait donné son aval pour l'ouverture d'une information judiciaire sur les ...
Lire l'article
La doyenne des juges d'instruction du pôle financier de Paris, Françoise Desset, a jugé recevable la plainte avec constitution de partie civile déposée par l'association Transparence international France. Contre l'avis du parquet. La plainte vise les chefs d'Etats africains du Gabon, de Guinée équatoriale et du Congo. Plainte recevable Déposée le 2 décembre, cette plainte concerne les chefs de recel de détournement de fonds publics, blanchiment, abus de bien social, abus de confiance et complicités. Elle vise les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier a été acquis en France par Denis Sassou Nguesso (Congo), Omar Bongo Ondimba (Gabon) ...
Lire l'article
La juge parisienne Françoise Desset estime que la plainte visant trois chefs d'Etat, dont le Gabonais Bongo et le Congolais Sassou-Nguesso, est recevable. Un juge d'instruction devrait être désigné prochainement. La nouvelle va faire grand bruit et affoler bien des diplomates du Quai d'Orsay. La doyenne des juges d'instruction de Paris, Françoise Desset, estime que la justice française doit enquêter sur la manière dont trois chefs d'état africains ont constitué un important patrimoine dans l'hexagone (appartements, maisons, voitures de luxe). Les présidents concernés sont Omar Bongo (Gabon), Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville) et, à un degré moindre, Téodoro Nguema Obiang Mbasogo (Guinée ...
Lire l'article
Contre l'avis du parquet, un juge d'instruction de Paris a décidé mardi d'ouvrir une information judiciaire pour "recel de détournement de fonds publics" concernant le patrimoine détenu en France par trois présidents africains de pays producteurs de pétrole, a-t-on appris mardi auprès du bureau du procureur. Contre l'avis du parquet, Françoise Desset, la doyenne des juges d'instruction du pôle financier de Paris, a décidé d'ouvrir une information judiciaire pour recel de détournement de fonds publics concernant le patrimoine détenu en France par trois présidents africains de pays producteurs de pétrole et leurs proches: Omar Bongo, président du Gabon (à gauche), Teodoro ...
Lire l'article
Le gouvernement congolais a salué jeudi la décision du parquet de Paris de s'opposer à l'ouverture d'une information judiciaire sur le patrimoine en France de trois président africains dont celui du Congo, Denis Sassou Nguesso, répétant que ce dossier était "vide". "Pour nous, c'est une décision de bon sens", a déclaré à l'AFP le porte-parole du gouvernement, Alain Akouala Atipault, également ministre de la Communication. Selon une source judiciaire, le parquet de Paris va requérir un "refus d'informer" et s'opposer ainsi à l'ouverture d'une enquête à la suite d'une plainte d'ONG visant les présidents du Congo, du Gabon et de Guinée équatoriale. Aucune ...
Lire l'article
Le parquet de Paris va s'opposer à l'ouverture d'une information judiciaire après une plainte visant trois chefs d'Etat africains soupçonnés de posséder en France des biens immobiliers financés par de l'argent public détourné, a-t-on appris mercredi de source judiciaire. Déposée le 2 décembre par les associations Transparency International France (TI) et Sherpa ainsi qu'un ressortissant gabonais, cette plainte avec constitution de partie civile concerne les chefs de recel de détournement de fonds publics, de blanchiment, d'abus de bien social, d'abus de confiance et de complicités. Elle vise "les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier a été acquis en ...
Lire l'article
Les butins cachés des présidents africains sur la Côte d’Azur
La justice française va enquêter sur le patrimoine de trois chefs d’Etats africains (Ali Bongo, Sassou Nguesso, Obiang Nguema)
Décision sur les “biens mal acquis” des présidents africains
DIRIGEANTS AFRICAINS Eva Joly accuse Rachida Dati d'”imposture”
Justice : Paris bat en retraite dans l’affaire des biens des présidents africains
Feu vert pour une enquête sur trois présidents africains
Offensive de la justice française sur le patrimoine des présidents africains
Gabon: Enquête en France sur les biens de trois présidents africains
Le Congo approuve le parquet de Paris dans l’affaire des biens de présidents africains
France – Afrique: Biens de présidents africains en France: le parquet opposé à une enquête

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 7 Mai 2009
Catégorie(s): Françafrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

3 Réponses à Patrimoine des présidents africains: “Le sens de l’Histoire condamne la Françafrique”

  1. Jean-félix N.

    17 Mai 2009 a 07:41

    Quoi de plus juste que de rendre ce qui a été volé aux Gabonais aux Gabonais. La justice se ferra tôt ou tard

  2. ngoneba

    16 Mai 2009 a 20:04

    ma chère Avomo,
    Ce qui donne l’espoir dans le monde d’aujourd’hui c’est qu’on a l’impression que le vent souffle de plus en plus vers un renouvellement des équipes dirigeantes. Si on a pu voter pour un Obama aux USA, un Sarkozy en France, c’est ke ce vent soufflera aussi chez nous. Les choses se font et se défont déjà d’eux-mêmes.
    C’est même pas qu’on les a laissé faire, c’est que tous ces “on” faisaient ensemble. Aujourd’hui ils ont affaire aux nouveaux”on” et c’est pour cela que les secrets sortent du tirroir.
    En tout cas je ne perds pas espoir. Le simple fait que ces histoires soient déjà traités publiquement prouve que les choses vont changer.

  3. AVOMO

    16 Mai 2009 a 11:33

    Monsieur Daniel Lebègue, ex-directeur de la Caisse des dépôts et consignations évoque “le début de la fin de l’impunité” dans l’affaire du patrimoine des Présidents africains et prétend qu’une éventuelle “restitution” des avoirs volés aux peuples africains aura lieu par l’intermédiaire de la constitution d’une banque ou un organisme had hoc chargé d’utiliser ou de redistribuer l’argent aux poupulations afin de contourner les pouvoirs en place pourrait être possible. Moi je trouve toutes ces belles paroles utopiques. Mieux j’attends ces belles choses se réalisent pour pouvoir y croire. Pour ma part, l’urgence serait que cette catégorie de chefs d’état soient déchus du pouvoir et que l’Afrique se débarrasse définitivement de ce genre d’individus corrompus et inhumains. Quant à une éventuelle justice pour ces malfrats, cela me paraît inaccessible et chimérique. Pourquoi les a t-on d’abord laissés faire? Enfin bon…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*