Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: L’attente

Auteur/Source: · Date: 13 Mai 2009
Catégorie(s): Politique

Lorsque son mentor Léon Mba, premier président de la République gabonaise, dont il était alors le directeur de cabinet, s’est envolé malade un jour d’août 1966 en direction de Paris, où il décédera un an et demi plus tard sans avoir revu son pays ni officiellement abandonné ses fonctions, c’est lui qui, de facto et en tandem avec Jacques Foccart, prit la responsabilité de diriger le Gabon en attendant l’improbable retour du père.

L’Histoire se répéterait-elle ? Et dans ces conditions, qui, aujourd’hui, s’apprête à endosser le rôle crucial assumé jadis par un certain Albert Bernard Bongo ? Nous n’en sommes certes pas là. À la différence de Léon Mba, ce n’est pas un président condamné par ses médecins qui a secrètement quitté Libreville après avoir fait annoncer qu’il suspendait ses activités présidentielles, mais un homme inexorablement soumis à la pression du temps, usé par le stress et profondément affecté par un deuil complexe et épuisant – celui de son épouse Édith Lucie –, avec son cortège de veillées et de suspicions malsaines, dont il subit aujourd’hui le contrecoup.

Un chef omnipotent de 73 ans qui a bien et beaucoup vécu et ne s’est jamais ménagé, au point de négliger son diabète et d’apparaître aux yeux de tous ceux qui l’ont vu récemment comme éteint, fragile, en proie à un spleen aussi envahissant qu’indéfinissable, où la lassitude le disputait à l’amertume. C’est à cette ultime incarnation d’un certain type de pouvoir postcolonial, que l’on a vu tétanisée lors des obsèques de sa femme il y a six semaines, que son entourage proche et son médecin particulier ont conseillé de prendre le large. Histoire de « se ressourcer dans le repos » – un repos qui, force est de le reconnaître, est à durée indéterminée.

D’Albert Bernard, devenu El Hadj Omar Bongo en 1973, puis Bongo Ondimba trente ans plus tard, comme pour un retour aux sources, on a tout dit ou presque. Sans nuances. « Patriarche » pour les uns, « dictateur de poche » pour ceux qui n’ont jamais cessé de le vilipender, homme de paix, bâtisseur, homme d’argent, charmeur, séducteur, manipulateur hors pair, malin comme on l’est au village, c’est-à-dire avec gourmandise, grand maître en occultisme, chaleureux, rogue, affectueux, généreux, vénéneux, fidèle en amitiés comme en inimitiés, ironique et inoxydable gardien de tous les fétiches de la Françafrique, avec dans son sac à malices de quoi faire sauter cent fois l’Élysée, Matignon et le palais Bourbon réunis… N’en jetons plus, la calebasse déborde.

Né dans la brousse du pays batéké, écolier puis postier à Brazzaville, lieutenant à Fort-Lamy dans l’armée de l’air française, le neuvième enfant de la famille Ondimba n’a connu depuis 1962 que le pouvoir : son antichambre pendant cinq ans, à l’ombre tutélaire et massive de Léon Mba, puis son exercice absolu, parfois jusqu’au vertige, depuis quarante et un ans. Un pouvoir qu’il n’a manifestement pas l’intention d’abandonner pour s’en aller, une fois requinqué, pêcher à la ligne au fil de l’Ogooué. « Quand je reviendrai, ça va faire mal ! » confiait-il à un intime, à la veille de son départ pour l’Europe. Le problème est que nul ne sait encore au juste quand reviendra Omar Bongo Ondimba. Le Gabon, en attendant, est pris de vertige : comment imaginer l’avenir sans celui qui, depuis quatre décennies, peuple ses jours et colonise ses nuits ?


SUR LE MÊME SUJET
Le 10 février a été une journée noire dans le Nord du pays : l’escalade dans les arrestations et les détentions illégales d’opposants a franchi un nouveau cap à Bitam où 22 personnes ont été interpellées et transférées à la brigade de gendarmerie du Mont Miyélé à Oyem. Au cours de cette opération d’une violence inouïe, des domiciles ont été perquisitionnés sans mandats et des étals du marché de Bitam saccagés par des hommes en armes. Certainement pour faire des exemples et dans le but, sans doute, de terroriser les militants de l’opposition, 19 hommes et 3 femmes ont été ...
Lire l'article
Ali Bongo a reçu un soutien de poids face à la situation politique actuelle marquée par la prestation de serment d’André Mba Obame. Les Etats-Unis ont confirmé ce 28 janvier la reconnaissance d’Ali Bongo comme président de la République. Les Etats-Unis ont confirmé ce 28 janvier qu'ils reconnaissaient le régime de l'actuel chef de l'Etat gabonais Ali Bongo, selon un communiqué de l'ambassade américaine à Libreville et sans citer nommément l'opposant André Mba Obame qui s'est autoproclamé président le 25 janvier. «Les Etats-Unis reconnaissent Ali Bongo Ondimba comme étant le président du Gabon. Nous incitons tous les partis ...
Lire l'article
Les Etats-Unis ont confirmé vendredi qu'ils reconnaissaient le régime de l'actuel chef de l'Etat gabonais Ali Bongo, selon un communiqué de l'ambassade américaine à Libreville et sans citer nommément l'opposant André Mba Obame qui s'est autoproclamé président le 25 janvier. "Les Etats-Unis reconnaissent Ali Bongo Ondimba comme étant le président du Gabon. Nous incitons tous les partis (politiques) à respecter la loi gabonaise et la Constitution, à faire preuve de retenue, et encourager le dialogue", déclare l'ambassade dans un communiqué de deux paragraphes, sans plus de détails. A la question de savoir si l'ambassade avait été saisie d'une demande de reconnaissance par ...
Lire l'article
Le premier ministre, chef du Gouvernement, Paul Biyoghé Mba, quitte, Libreville, ce dimanche, à destination de Paris (France) selon un communiqué émanant du protocole de la Primature rendu public dans la soirée. sans autre précision. Le séjour parisien de P. Biyoghé Mba va se dérouler sur fond de l’affaire des « biens mal acquis » qui a resurgi en France et perçue par le Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir) et des associations gabonaises notamment comme une « cabale » contre le Gabon. Du reste, le chef de l’Etat, Ali ...
Lire l'article
Le ministre des Eaux et Forêts, Martin Mabala, a été déchargé le 16 juillet de ses portefeuilles de l’Environnement et du Développement durable. Ils ont été confiés ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, Rufin Pacôme Ondzounga. © D.R. Rufin Pacôme Ondzounga reçoit les portefeuilles de l'Environnement et du Développement durable en plus de ceux de l'Habitat et de l'Urbanisme Sans changement majeur, le gouvernement d’Ali Bongo a connu son premier réaménagement le 16 juillet. En effet, le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, Rufin Pacôme Ondzounga, s’est vu attribuer les portefeuilles de l’Environnement et du Développement durable, déchargés ...
Lire l'article
Libreville, 3 septembre (GABONEWS) – Le président de la République élu, Ali Bongo Ondimba, dans son adresse à la nation, après l’annonce ce jeudi des résultats de la présidentielle de dimanche 30 août dernier, s’est engagé, comme lors de sa campagne, à faire en sorte que « les conditions de vie des Gabonais changent sans cesse en mieux » grâce à une meilleure redistribution des richesses.
Lire l'article
Gabon :Rafles et vandalisme d’etat, la dictature émergente en transe !
Gabon : Ali Bongo “adoubé” par les Etats-Unis
Gabon: “les Etats-Unis reconnaissent” le président Bongo
Politique / Le premier ministre Paul Biyoghé Mba met le cap sur Paris, ce dimanche
Gabon : Premier «petit» réaménagement ministériel
Gabon: URGENT / « Je m’engage à ce que les conditions de vie des Gabonais changent sans cesse en mieux », Ali Bongo Ondimba

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 13 Mai 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*