Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : l’unité de l’opposition est-elle possible d’ici 2012 ?

Auteur/Source: · Date: 14 Mai 2009
Catégorie(s): Politique

La succession d’Omar Bongo Ondimba, au sommet de l’Etat Gabonais, polarise l’attention des concitoyens, et alimente les débats. Dans les troquets de quartiers sous intégrés ou huppés, les dépôts de musungu, les salons feutrés, les cercles divers ! Le sujet est à la bouche, amplifié par l’apparition inattendue de M. Ali BONGO Ondimba et de Mme Patience DABANY, ex épouse du Père Omar, venus sur des écrans multiples de télévision du pays, pour proclamer la gabonité du ministre actuel de la Défense Nationale du Gouvernement Eyeghe Ndong.Le sujet est à l’origine de  maintes intrigues. La succession d’Omar pour mettre fin  à un règne de plus de 42 ans sans discontinuer, à la cime de l’Etat,  est classée parmi les événements historiques futurs, attendus par le monde politique gabonais.

Certes la constitution de la République codifie et précise la procédure démocratique pour ce faire.Restent que les manœuvres, auxquelles s’adonnent les uns et les autres pour agir en marge des layons démocratiques et constitutionnelles, afin d’arriver au faîte de l’Etat et imposer une succession à la togolaise, c’est-à-dire dans la continuité, constituent le motif fondamental, source d’inquiétude de bien des citoyens avertis !

Devant cette incertitude, les gabonais s’interrogent :

•    l’Opposition gabonaise est –elle en mesure de se serrer les coudes, pour, dans une dynamique unitaire, relever le défi d’une succession, sur une tendance alternative, en 2012 ?
•    Est –elle capable de s’unir dans un contexte électoral, ayant entre autres fondements l’élection à un tour ?

Ce mécanisme légal actuel, empêchant toute possibilité d’alliance à un deuxième tour inexistant, l’unité si elle doit se bâtir, ne peut l’être que dans le cadre d’une renonciation circonstancielle et temporaire à une  candidature pour la forme, des leaders politiques marginaux, en termes de popularité, organisation et structures en faveur du, ou des mieux placés.Les leaders marginaux, sans assise véritable, du point de vue de leur équation politique personnelle, dépourvus de toute audience politique, ou à l’audience strictement locale, peuvent –ils objectivement se retirer au profit des meilleurs ou ceux que l’analyse froide, équilibrée, qualifient comme tels ?

Dans cette hypothèse, en faveur de qui doivent et peuvent-ils le faire ?

En 2005, 4  candidats de l’Opposition étaient en lice :

•    Pierre MAMBOUNDOU MAMBOUNDOU;
•    Augustin MOUSSAVOU KING;
•    Serge MAROGA ;
•    Et Zacharie MYBOTO.

Pierre MAMBOUNDOU n’a bénéficié du soutien d’aucun parti membre de l’Opposition légale de l’époque, certains allant jusqu’à dire que cette élection en était une, « légitimation » (sic) de la « victoire » d’Omar BONGO ONDIMBA.

Mieux, paradoxe des paradoxes, ces partis  de l’Opposition avaient préféré poser leur candidature à, la Commission Nationale Electorale (CNE) et dans ses démembrements locaux, pour à leur manière « légitimer » en participant à l’organisation d’une élection, dans laquelle ils n’avaient logiquement aucun intérêt à agir, en gagnant beaucoup d’argent en guise des perdiems de la « légitimation ».

Certes, la « maison de verre qu’est le Gabon » (sic) a permis de constater par recoupements successifs, qu’un candidat se réclamant de l’Opposition, a en sourdine, obtenu des soutiens multiples :

•    Présence illégale à la CNE par rachat à coups des milliers de francs CFA, sous formes de crédit à très courte échéance, des postes en raison de 250.000 francs CFA le siège ;
•    Participations aux manifestations diverses du candidat néo-opposant.
Option de soutien guidée par la volonté de régler des comptes au Candidat Pierre MAMBOUNDOU, jugé à tord ou à raison par « trop brillant, envahissant et suffisant » (sic).

Option de non soutien à Pierre MAMBOUNDOU affirmée, après l’attaque du siège national du parti UPG, le 21 mars 2006. La haine était en son comble : aucun message de la part des partis de l’Opposition, pour protester contre cet acte anti démocratique du pouvoir PDG.Pierre MAMBOUNDOU a du se résoudre, à vivre le calvaire d’une menace d’exil programmé, seul, au 9ème étage de l’Immeuble les Arcades, juste au dessus du siège d’un parti de l’Opposition !

En 2012, peut-on espérer et s’attendre à  un renversement de tendance  dans les attitudes ? La dernière actualité en rapport avec le renouvellement de la Commission Nationale Electorale Permanente (CENAP), plaide-t-elle en faveur d’une unité de l’Opposition, autour du candidat du parti qui, même au plan local mobilise plus que d’autres, dans les circonscriptions politico – administratives, regroupant plus de 50% de l’électorat national ?

Pour mémoire l’Union du peuple Gabonais (UPG) compte quatorze (14) conseillers municipaux disséminés dans 4 des six arrondissements de Libreville contre deux (2) pour son concurrent immédiat.A Port-Gentil, autre réservoir majeur de l’électorat national, l’UPG est présent dans trois (3) des quatre (4) arrondissements de la capitale économique du Gabon, avec neuf (9) conseillers contre trois (3) pour son concurrent principal de l’Opposition.
Au plan national, ce parti compte 2 députés à Libreville contre 0 pour son concurrent le plus immédiat de l’Opposition et 2 députés à Port-gentil contre 0 pour son collègue concurrent le plus en vue dans l’Opposition.


SUR LE MÊME SUJET
CAN 2012 : la fête est-elle déjà finie au Gabon ?
Par David Kalfa Alors que l’équipe du Gabon a été éliminée de la CAN 2012, une question se pose à la veille des demi-finales : la fête est-elle finie chez le pays coorganisateur du tournoi ? Les stades n’ont pas toujours été pleins, sauf quand les Panthères jouaient. Comme dans toute grande compétition, le public gabonais pourrait se désintéresser de la fin du tournoi. Les supporters gabonais ont regagné leurs domiciles en silence après l’élimination face au Mali. Avant même que Seydou Keita ne tire au but et ne condamne les Panthères, une partie du public commençait déjà à quitter les ...
Lire l'article
France Présidentielle 2012: une diplomatie de gauche existe-t-elle?
Afghanistan, Iran, Françafrique... Ce qui sépare François Hollande de Nicolas Sarkozy est ténu. Sauf peut-être sur le dossier européen. En France, comme ailleurs, on ne gagne pas les élections avec la politique étrangère. Mais en cas de crise internationale, on peut très bien les perdre. Valéry Giscard d’Estaing en sait quelque chose. François Mitterrand, le dernier – et le seul – candidat socialiste qui ait gagné l’élection présidentielle, avait porté un coup décisif au président sortant en le traitant en 1980 de «petit télégraphiste» du numéro un soviétique, Léonide Brejnev. C’était à propos de l’Afghanistan. Le président français avait pris pour argent ...
Lire l'article
La Françafrique peut-elle faire ses valises en 2012 ?
En 2007 déjà, certains candidats à la présidentielle avaient rivalisé de promesses sur le thème de la rupture avec la Françafrique. Les révolutions dans le monde arabe et les revendications démocratiques qui s’expriment en Afrique subsaharienne ont depuis changé la donne. Alors que les peuples africains dénoncent de plus en plus bruyamment les élections truquées et que le financement occulte de la vie politique française s’étale au grand jour, le contexte 2012 est favorable à l’irruption de la thématique « Françafrique » dans le débat de la présidentielle et des législatives. A quelques mois de l’échéance, Billets d’Afrique inaugure une ...
Lire l'article
Le Parti de l’Union du Peuple Gabonais (UPG, opposition), encore endeuillé par la disparition de son président, Pierre Mamboundou, décédé le 15 octobre dernier, serait entrain de revisiter sa position dans les coulisses afin de participer aux élections législatives du 17 décembre prochain, battant ainsi en brèche et contre toute attente sa première décision de ne pas présenter des candidatures à cette échéance importante, a révélé ce vendredi, en début de soirée, à Mouila, un upégiste proche de la famille de l’illustre disparu. Sous le couvert de l’anonymat, ce militant de l’UPG, a indiqué que le parti, contrairement à ce ...
Lire l'article
Les responsables politiques et autres acteurs vives de la nation, réunis ce lundi autour du Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba, sont tombés d’accord sur le report des législatives pour l’année prochaine (2012) avec introduction de la biométrie. Cette décision découle de la première concertation politique du 28 avril dernier autour du Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba qui, avait renvoyé la classe politique à la réflexion en tenant compte d’un certain nombre de paramètres relatifs entre autres à l’organisation de Coupe d’Afrique des nation 2012 (CAN), que notre pays va co-organiser avec la Guinée-Equatoriale. « Compte tenu du faite qu’il ...
Lire l'article
L’Union du peuple gabonais (UPG), pourtant parti de l’Alliance pour la restauration et le Changement (ACR, opposition), annonçant ce jeudi qu’il ne participera ni au meeting ni à la marche organisés par certains partis et regroupements de partis de l’opposition gabonaise, samedi prochain, a, à ce qui semble, voulu marquer une rupture, mieux, afficher sa « désormais » responsabilité devant la classe politique nationale et internationale. LA POLITIQUE N’A PAS BESOIN DE LA RUE POUR EXISTER Alors que l’on s’attendait à voir le contraire, notamment la participation de l’Union du peuple gabonais, principal locomotive de l’Alliance pour la restauration et le Changement, ...
Lire l'article
La délégation de la Confédération africaine de football (CAF) est arrivée le 2 septembre à Libreville pour sa dernière visite d’inspection des chantiers de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2012. C’est à l’issue de cette ultime visite du 4 au 5 septembre prochain que l’on saura si le Gabon est apte à abriter cette compétition. Attendue à Libreville en août, la délégation de la Confédération africaine de football (CAF) est finalement arrivée le 2 septembre dans la capitale gabonaise. Du 4 au 5 septembre prochain, la délégation procédera à la dernière visite d’inspection des chantiers de la Coupe d’Afrique ...
Lire l'article
Alors que les sympathisants de Pierre Mamboundou et d'André Mba Obame continuent de ruminer la défaite en criant au «hold-up» électoral, les deux leaders de l'opposition sont restés plutôt silencieux depuis le 4 septembre dernier. Alors que des manoeuvres ont été annoncées en coulisses pour organiser une contre-attaque réaliste, des voix s'élèvent déjà pour dénoncer la préparation de nouveaux «Accords de Paris» qui permettrait à ces leaders de l'opposition d'être associés au pouvoir. © gaboneco ; Pierre Mamboundou (à droite) et André Mba Obame, ont réunis à eux deux plus de 50% des suffrages à l'élection ...
Lire l'article
Peut-il y avoir une élection libre au Gabon pour choisir le successeur d'Omar Bongo, qui a régné sans partage sur ce pays pétrolier d'Afrique centrale pendant plus d'un quart de siècle ? Le résultat du scrutin sera-t-il accepté par les partisans des perdants ? La France et les réseaux de la « Françafrique » seront-ils neutres ? Voici quelques unes des questions lourdes de conséquences qui se posent alors que s'est ouverte samedi la campagne électorale pour le scrutin présidentiel du 30 août. Peut-il y avoir une élection libre au Gabon pour choisir le successeur d'Omar Bongo, qui a régné sans partage ...
Lire l'article
Gabon: Urgent / L’opposant Pierre Mamboundou nommé Vice-président de la République gabonais
Pierre Mamboundou, leader de l’Union du Peuple Gabonais (UPG, opposition) a été nommé ce mercredi, par décret, au poste de Vice-président de la République succédant à Didjob Divungi Di Ndinge. Pierre Mamboundou, 63 ans, originaire de la province de la Ngounié (Sud) dirigeait jusque-là le principal parti d’opposition, l’UPG, crée en 1989. A deux reprises, il est arrivé second aux présidentielles de 1998 et de 2005 derrière le président Omar Bongo Ondimba. La dernière rencontre entre les deux hommes remonte à une semaine au palais présidentiel. Mise à jour: 1 avril 2009, Gabonews Nos fidèles lecteurs et lectrices se sont rendus compte que ce n’était ...
Lire l'article
CAN 2012 : la fête est-elle déjà finie au Gabon ?
France Présidentielle 2012: une diplomatie de gauche existe-t-elle?
La Françafrique peut-elle faire ses valises en 2012 ?
Politique : l’UPG se prépare-t-elle en coulisse pour les législatives ?
Politique / Les élections législatives reportées pour 2012 avec la biométrie à l’appui
Politique: L’UPG opterait-elle pour la rupture et la responsabilité?
Gabon : Libreville abritera-t-elle la CAN 2012 ?
Gabon : L’opposition veut-elle rallier le pouvoir ?
Gabon : La campagne électorale lancée, la France est-elle neutre ?
Gabon: Urgent / L’opposant Pierre Mamboundou nommé Vice-président de la République gabonais

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 14 Mai 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*