Socialisez

FacebookTwitterRSS

France : les accords sur les flux migratoires lus et approuvés par les députés

Auteur/Source: · Date: 15 Mai 2009
Catégorie(s): Monde

Huit associations d’aide aux immigrés jugent ces textes déséquilibrés, au détriment des pays africains
L’Assemblée nationale française a approuvé, jeudi, des accords relatifs « à la gestion concertée des flux migratoires et au co-développement » entre la France et la Tunisie, le Congo Brazzaville, le Bénin et le Sénégal. La veille, huit associations d’aide aux immigrés avaient appelé les députés à refuser ces textes « déséquilibrés, conclus essentiellement à l’avantage de la France pour servir ses objectif de renforcement des contrôles migratoires ».Malgré l’appel lancé par huit associations d’aide aux immigrés, l’Assemblée nationale a approuvé, jeudi, quatre accords de gestion concertée des flux migratoires signés par le Bénin, le Congo Brazzaville, le Sénégal et la Tunisie. Ces textes ont été adoptés par la majorité des députés français. Ce n’est pas la première fois que le Parlement statue sur cette coopération. Le premier du genre, avec le Gabon, était entré en vigueur en septembre dernier. Ces accords comportent trois volets : l’immigration professionnelle, la lutte contre l’immigration irrégulière et l’aide au développement solidaire. Cependant, ils peuvent varier selon les pays. Au Sénégal par exemple, la lutte contre l’immigration clandestine est affichée comme une priorité.

Des accords jugés « déséquilibrés »

Pour Act-Up Paris, l’Association des travailleurs maghrébins de France, la Cimade, le collectif Haïti, le Gisti, le Mrap, la Plateforme d’associations franco-haïtiennes et l’Union des associations latino-américaines en France, ces textes sont « déséquilibrés » et se font « au détriment des droits des migrants ». Notamment, ceux concernant le volet consacré à la réadmission des personnes en situation irrégulière. Il permettrait « le renvoi des personnes vers des pays qu’elles ne connaissent pas, sans garantie suffisante de respect des droits fondamentaux », avaient indiqué, mercredi, les associations dans un communiqué de presse. Elles jugent par ailleurs « inacceptable de subordonner l’aide au développement à la maîtrise des flux migratoires ». Une mesure qui inquiète certains députés opposés à ces accords. Selon RFI, des élus ont critiqué la notion de co-développement qu’ils estiment « trop floue ».

L’UMP monte au créneau

Les déclarations des associations n’ont pas plu à l’UMP. « De quel droit (…) peuvent-elles s’ingérer dans la politique des pays source d’immigration ? », s’est indigné, mercredi, le porte-parole du parti politique au pouvoir, Frédéric Léfebvre. « Ce comportement aux accents colonisateurs de la part d’associations qui n’ont pas de dimension internationale est tout simplement inacceptable ! Ces pays sont assez grands pour juger de ce qui est bon pour eux et pour leurs ressortissants », avait-il déclaré dans un communiqué de presse. Depuis 2008, quatre accords ont été signés avec le Cap Vert, l’Ile Maurice, le Burkina Faso et, le Gabon et cinq sont actuellement en négociations, au grand dam des associations.


SUR LE MÊME SUJET
Immigration : ces accords qui entravent Sarkozy et Guéant
Guéant et Sarkozy veulent « réduire » l’immigration légale notamment de travail. Sauf que, sous l’impulsion de Nicolas Sarkozy, ministre puis chef de l’Etat, plusieurs accords bilatéraux ont été signés facilitant la venue de travailleurs immigrés. Un retournement. En affirmant vouloir « réduire » l’immigration légale même professionnelle, Claude Guéant a remis en cause toute une doctrine sarkoziste sur les migrations. En effet, celui qui fut ministre de l’Intérieur puis chef de l’Etat, avec Guéant à ses côtés, comme directeur de cabinet, secrétaire général de l’Elysée et enfin ministre de l’Intérieur a toujours prôné « l’immigration choisie ». Une logique ...
Lire l'article
L'association française de lutte pour l'assainissement des relations franco-africaines, Survie, a récemment lancé un appel aux députés français afin qu'ils saisissent le gouvernement sur l'implication de la France dans le processus élecoral. Dans une correspondance aux parlementaires français, que nous publions in extenso, Survie demande notamment l'invalidation des résultats officiels, après les félicitations «précipitées» du président Sarkozy avant même la fin du contentieux électoral, et l'éclaircissement du rôle de Robert Bourgi, le «monsieur Afrique» des couloirs de l'Elysée, dans l'élection d'Ali Bongo à la tête de l'Etat gabonais. Lettre de l’association Survie «Madame, Monsieur le(a) député(e), Les élections présidentielles qui viennent de se ...
Lire l'article
Interrogé en 2007, lors de son premier voyage au Gabon (photo), sur une enquête préliminaire ouverte en France concernant les biens immobiliers d'Omar Bongo, Nicolas Sarkozy avait déclaré : « Je ne vois pas au nom de quoi cette enquête préliminaire devrait avoir de l'impact sur les relations entre la France et le Gabon ». Le parti au pouvoir au Gabon a appelé à réexaminer en profondeur les accords de coopération avec la France. A Libreville, on invoque une vaste campagne de déstabilisation orchestrée à Paris contre le Gabon et ses plus hautes autorités. Sont en cause la justice et les ...
Lire l'article
La secrétaire générale adjointe du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) chargée de la Communication, Angèle Ondo a invité samedi instamment le gouvernement et le parlement gabonais à réexaminer en ‘’profondeur’’ les accords de coopération entre le France et le Gabon, ainsi que le recommande le communiqué final eyant sanctionné les travaux du bureau politique de ce parti tenus vendredi. ‘’Le communiqué du bureau politique rendu public par Mme Ondo invite instamment le gouvernement et le parlement gabonais à réexaminer en profondeur les accords de coopération entre la France et le Gabon, afin d’opérer une « rupture » d’ailleurs préconisée par ...
Lire l'article
Le parti au pouvoir au Gabon a appelé à "réexaminer en profondeur les accords de coopération" avec la France où, selon lui, est "orchestrée une vaste campagne de déstabilisation contre le Gabon et ses plus hautes autorités", dans une déclaration diffusée samedi. Le bureau politique du Parti démocratique gabonais (PDG) "invite instamment le gouvernement et le parlement gabonais à réexaminer en profondeur les accords de coopération entre la France et le Gabon", dans cette déclaration lue à la télévision publique RTG1 par la porte-parole du PDG, Angèle Ondo. Dans ce texte publié après une réunion vendredi sur la question, le PDG - ...
Lire l'article
JORF n°0208 du 6 septembre 2008   Texte n°18     DECRET Décret n° 2008-900 du 3 septembre 2008 portant publication de l’accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République gabonaise relatif à la gestion concertée des flux migratoires et au codéveloppement, signé à Libreville le 5 juillet 2007 (1)   NOR: MAEJ0818818D       Le Président de la République,  Sur le rapport du Premier ministre et du ministre des affaires étrangères et européennes,  Vu les articles 52 à 55 de la Constitution ;  Vu la loi n° 2008-569 du 19 juin 2008 autorisant l’approbation de l’accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de ...
Lire l'article
Promulguée en France dans le journal officiel le 6 septembre dernier, l’accord de gestion concertée des flux migratoires entre la France et le Gabon serait toujours transgressé par les autorités administratives et policières françaises. Les ressortissants gabonais en France témoignent que depuis l'entré en vigueur de l’accord le 1er septembre dernier, les policiers continuent d’exiger les visas des fonctionnaires gabonais détenteurs de passeports de service et les préfectures appliquent toujours les anciennes durée d’autorisation de séjour aux étudiants. L’entrée en vigueur le 1er septembre dernier de l’accord de gestion concertée des flux migratoires entre la France et le Gabon, très attendue ...
Lire l'article
L'accord signé le 5 jui llet dernier entre les autorités françaises et gabonaises relatif à la gestion concertée des flux migratoires paraît largement ignoré aux frontières françaises et dans les préfectures de Police, déplorent à Libreville les autorités gabonaises. Un incident sur la durée de validité d'un titre de séjour (portée de 6 à 9 mois en vertu de l'accord) est intervenu récemment entre un jeune Gabonais résidant à Melun, en Seine-et-Marne et un fonctionnaire de Police, qui a passé outre l'accord de flux migratoire signé entre la France et le Gabon, dénonce ce vendredi un officiel du ministère gabonais des ...
Lire l'article
Monsieur le président, madame la secrétaire d’État, chers collègues, nous voici réunis afin d’examiner l’accord relatif à la gestion concertée des flux migratoires et au codéveloppement signé entre la France et le Gabon le 5 juillet 2007 à Libreville. Cet accord prétend répondre aux préoccupations des deux États devant ce que votre texte, madame la secrétaire d’État, appelle « l’ampleur des flux de migrants clandestins entre l’Afrique et l’Europe ». Mais un texte doit toujours être éclairé par son contexte. En l’occurrence, nous étions en plein débat sur l’immigration choisie, et vous aviez besoin d’un faire-valoir ! Vous avez choisi ...
Lire l'article
Les députés ont ratifié jeudi l'accord entre la France et le Gabon relatif à la gestion concertée des flux migratoires et au co-développement. Cet accord signé le 5 juillet 2007 est le premier du genre ratifié par l'Assemblée nationale. Trois accords similaires, toujours pas ratifiés, ont été négociés avec le Bénin, le Congo-Brazzaville et le Sénégal. Ces accords concrétisent la "nouvelle politique" de l'immigration "choisie" voulue par Nicolas Sarkozy, et mise en oeuvre par son ministre Brice Hortefeux. L'accord ratifié par les députés permet, sous certaines conditions, aux étudiants gabonais formés en France d'y rester pour une première expérience professionnelle. Il prévoit en ...
Lire l'article
Immigration : ces accords qui entravent Sarkozy et Guéant
France : «Survie» appelle les députés à déjuger Sarkozy sur l’élection gabonaise
Gabon: Le gouvernement gabonais souhaite le réexamen des accords avec la France
Gabon/France : Le PDG se prononce pour un réexamen en “profondeur” des accords entre le Gabon et la France
Gabon: le parti au pouvoir demande le réexamen des accords avec la France
Accord Gabon/France: gestion concertée des flux migratoires
Gabon : La France ne respecte pas l’accord de gestion concertée des flux migratoires
Gabon: Libreville accuse Paris d’ignorer l’accord sur les flux migratoires
« Accord France – Gabon » relatif aux flux migratoires : intervetion de Jean-Pierre BRARD à l’Assemblée Nationale
Les députés ratifient l’accord France-Gabon sur l’immigration

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 15 Mai 2009
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

2 Réponses à France : les accords sur les flux migratoires lus et approuvés par les députés

  1. ngoneba

    16 Mai 2009 a 20:14

    “Tout flatteur vit aux dépends de celui qui l’écoute”. Cet adage vaut pour les gouvernements africains qui continuent à signer des accords sans se poser des questions sur leur bien-fondé en faveur de leurs peuples.
    Ce qui montre une fois de plus l’état d’esprit qui les anime dans la gestion de leurs pays respectif. ça se résume en un mot: LA MAUVAISE FOI.

  2. Savorgan

    16 Mai 2009 a 12:31

    Bof.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*