Socialisez

FacebookTwitterRSS

France – Gabon: Kouchner évite Bongo

Auteur/Source: · Date: 18 Mai 2009
Catégorie(s): Françafrique,Monde

“On assiste là à une belle démonstration de langage diplomatique”. Le “compliment” formulé en fin d’interview par un auditeur de France Inter est mérité. Invité de la radio publique ce matin (18 mai), Bernard Kouchner a pris soin d’esquiver les questions polémiques pendant une bonne demi-heure. L’une d’elles lui a même fait perdre la parole…

Après une première partie très calme [voir vidéo], le ministre des Affaires étrangères s’est d’abord échauffé quand les journalistes entourant Nicolas Demorand ont évoqué sa position (très évolutive) sur la Turquie dans l’Union Européenne en désaccord avec celle de Nicolas Sarkozy. Est-il toujours favorable à l’ouverture des portes de l’UE aux Turcs? “Je le suis encore de manière intellectuelle”, tergiverse-t-il [à 3’50].
Autre objet d’indignation: son vote à droite aux européennes. Ou plutôt “pour la majorité présidentielle”. Kouchner le socialiste répète plusieurs fois: “Je voterai pour la majorité présidentielle, c’est pas l’UMP” [à partir de la 7’00]. Si ça n’est pas de la diplomatie… Il enchaîne: “Tous les socialistes européens sont d’accord avec tout ce que nous avons proposé”. Tous? “Peut-être pas la France, parce qu’ils sont dans l’opposition systématique”, concède-t-il.

La question gênante

Kouchner s’énerve Mais c’est surtout l’affaire “Omar Bongo” qui gêne Kouchner. Une question du chroniqueur Thomas Legrand [à 14’40] ôte brusquement le sourire diplomatique du ministre: “Qu’est-ce que vous pensez du fait que le parquet ait fait appel de la décision d’un juge d’instruction d’enquêter sur les avoirs en France de trois chefs d’Etat africain dont Omar Bongo ?” Kouchner sort immédiatement le joker: “Affaire judiciaire, je ne m’en mêlerais pas”. “Non, le parquet, c’est l’exécutif!”, fait remarquer Thomas Legrand. “C’est un peu facile”, poursuit le journaliste. “Non, c’est pas facile!”, hurle le French Doctor.

En janvier dernier, Bakchich avait révélé qu’Omar Bongo a versé 817 000 euros à une société pour laquelle a travaillé Bernard Kouchner. On comprend mieux pourquoi Nanard paraît très mal à l’aise sur le sujet. “Ce sont toujours les mêmes que l’on cible”, répète-t-il, une fois, deux fois, trois fois. Les pauvres Omar Bongo Bongo (Président du Gabon), Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville) et Théodore Obiang (Guinée-Equatoriale) seraient harcelés par les méchants juges français… On a connu le défenseur des Droits de l’Homme plus engagé contre des pratiques de ce genre.

Kouchner parle de la Birmanie et de Bongo Autre sujet botté en touche: le boycott de la Birmanie après le transfert en prison de Aung Suu Kyi par la junte. Faut-il des sanctions ? “Mais des sanctions, ça ne sert à rien! On n’achète rien là-bas!”, répond Kouchner [à 19’45]. On n’achète rien? Comme Bakchich le rappelait, la France est très friand du gaz birman, principale exportation du pays (lequel, vendu à la Thaïlande, génère d’énormes profits à la France et aux EU). Nanard a sans doute aussi “oublié” Total, le cordon ombilical financier des militaires au pouvoir. Fidèle lecteur de notre “journal malveillant”, Kouchner doit avoir quelques trous de mémoires. “La sincérité n’a pas de place chez vous”, s’est-il emporté au milieu de son interview [8’30]. Cette fois, on ne lui donnera pas tort.

Source: DeSourceSure


SUR LE MÊME SUJET
Bernard Kouchner redevient consultant sans frontières
Bernard Kouchner reprend ses activités de conseil aux entreprises et aux gouvernements étrangers, qui avaient suscité beaucoup de polémiques. L'ex-ministre des Affaires étrangères vient de créer une société au nom explicite, No Borders Consultants. Mais s'il est déjà très actif en Guinée, c'est selon lui à titre bénévole : le Président est un ami. Pour son retour dans le privé, Bernard Kouchner a choisi une référence à son passé chez Médecins sans Frontières. Le 10 juin, il a enregistré au tribunal de commerce de Paris les statuts de No Borders Consultants, une société domiciliée à son adresse personnelle. « Développement ...
Lire l'article
Bernard Kouchner a-t-il compromis la figure du "French Doctor", en rédigeant des rapports généreusement financés par des potentats africains ? La question posée par le livre du journaliste Pierre Péan, Le Monde selon K (Fayard, 324 p., 19 euros), est éclairée par les deux études sur le système de santé du Gabon dont Le Monde a pris connaissance. Conduits par M. Kouchner, à une époque où il n'exerçait pas de responsabilités politiques, ces travaux ont été commandés en 2003 par le président Omar Bongo à la société Imeda. Les deux rapports de 107 et 24 pages ne relèvent ni d'une ...
Lire l'article
La Une et trois pages dans Libération pour une enquête et un "Retour sur les liaisons dangereuses entre le ministre des Affaires étrangères et les dictateurs africains qui lui ont payé des études sur leur système de santé." "Quoi que l’on pense du livre de Pierre Péan, l’enquête que nous publions confirme que pendant longtemps, trop longtemps, l’actuel ministre des Affaires étrangères a porté les deux casquettes, publique et privée, dans ses relations africaines. Diplomate consultant, consultant diplomate, professeur, le conflit d’intérêt est bien là et il est difficile de le dissiper. (...) Quand on passe un peu de temps au ...
Lire l'article
2,6 millions d'euros pour... 15 pages de rapport ? Le site d'info Bakchich a mis la main sur une partie des travaux effectués par Bernard Kouchner au Gabon, pour le compte de la société de conseil Imeda. Une prestation facturée 2,6 millions d'euros en 2004. Or le site d'info n'a déniché que de très brefs documents, envoyés au président gabonais Omar Bongo en février et juin 2004, de six pages pour l'un, et de neuf pages pour l'autre. Ils sont téléchargeables sur le site. "Est-ce cet «épais» dossier qui a été facturé 2,6 millions d'euros au Gabon, soit près de 173 ...
Lire l'article
Le ministre français des Affaires étrangères, ancien ministre de la Santé Bernard Kouchner, a entrepris de porter plainte en diffamation pour le livre du journaliste Pierre Péan remettant en cause ses activités de consultant menée dans le secteur de la santé en Afrique, notamment au Gabon. Le célèbre docteur français a fourni un ensemble de pièces justificatives à son avocat, qui tend à démontrer que les chiffres faramineux avancés par l’auteur du livre sur ses rémunérations au Gabon seraient démesurés. Face aux accusations contenues dans le livre «Le monde selon K.» de Pierre Péan, parut le 4 février dernier, le ...
Lire l'article
Mis en cause par Pierre Péan dans son livre Le Monde selon K, Bernard Kouchner se défend sur tous les fronts. A l'Assemblée nationale, à la télévision, dans la presse, le ministre des affaires étrangères réfute tout mélange des genres entre activités publiques et privées en Afrique. "Je suis l'objet de la publication d'un livre calomnieux, d'une entreprise de déstabilisation qui est évidemment politique mais aussi éditoriale. L'auteur du livre est coutumier du fait", assure-t-il dans un entretien au Figaro. Sur le plateau de France 2, le ministre déclare qu'il portera "probablement" plainte contre contre l'auteur du Monde selon K. Le ...
Lire l'article
Le livre de Pierre Péan sur Bernard Kouchner n'est pas encore dans les rayons de librairie qu'il déclenche déjà de vives réactions parmi les députés. Dans Le Monde selon K. (Fayard), qui doit paraître mercredi 4 février, l'écrivain et enquêteur critique lourdement le ministre des affaires étrangères pour avoir bénéficié de contrats avec le Gabon et le Congo, en tant que consultant pour deux sociétés privées entre 2002 et 2007. Selon Pierre Péan, ces sociétés auraient continué à toucher des sommes issues de ces deux pays après l'entrée en fonction au Quai d'Orsay de Bernard Kouchner, au risque d'un conflit ...
Lire l'article
France – Afrique: Kouchner complaisant avec le Gabon ?
Le site Marianne2.fr publie en avant-première des extraits du livre du journaliste Pierre Péan consacré à Bernard Kouchner. Le journaliste y accuse le ministre des Affaires étrangères d'avoir, avant son entrée en fonctions, effectué au nom d'une société dirigée par un de ses proches, IMEDA, plusieurs prestations de conseil et de communication, pour des montants parfois supérieurs à 1 million d'euros, auprès de pays africains, dont le Gabon d'Omar Bongo. Interrogé par Jean-Pierre Elkabbach sur cette affaire au micro d'Europe 1, Bernard Kouchner a répondu qu'il s'agissait d'une "vraie calomnie" et insisté sur le fait que ses sociétés de conseil (BK ...
Lire l'article
Accusé d'avoir facturé des rapports à des pays africains, au nom d'une société dirigée par un de ses proches, il dénonce une "vraie calomnie". Marianne2.fr publie ce lundi des extraits du livre du journaliste d'investigation Pierre Péan -auteur de plusieurs ouvrages sur des scandales politiques- consacré à Bernard Kouchner. Un conflit d'intérêt pour Bernard Kouchner? Dans cet ouvrage, Pierre Péan accuse le ministre des Affaires étrangères d'un présumé conflit d'intérêts. D'après le journaliste, avant son entrée en fonctions, Bernard Kouchner aurait facturé plusieurs rapports à certains africains, dont le Gabon d'Omar Bongo, au nom de la société IMEDA dirigée par un de ...
Lire l'article
Bernard Kouchner redevient consultant sans frontières
Bongo Doit Partir
Questions sur les rapports de Bernard Kouchner pour Omar Bongo
Gabon, le “rapport invisible” de Kouchner (Libération)
Gabon / Kouchner : 2,6 millions d’euros pour 15 pages ?
France : Kouchner joue la transparence sur ses travaux pour le Gabon
Bernard Kouchner rejette les accusations portées contre lui
Plusieurs députés demandent à Kouchner de “s’expliquer”
France – Afrique: Kouchner complaisant avec le Gabon ?
Franec – Afrique: Kouchner en plein conflit d’intérêts?

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 18 Mai 2009
Catégorie(s): Françafrique,Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*