Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Les Gabonais de France crient à l’injustice

Auteur/Source: · Date: 18 Mai 2009
Catégorie(s): Monde

Suite à la décision de la Direction générale de la documentation et de l’immigration (DGDI) de procéder à la baisse du prix des nouveaux passeports biométriques et de desservir certaines villes de provinces en France, les Gabonais de la région Midi-Pyrénées, dans le Sud-Ouest du pays, ont protesté contre le choix des escales de la mission de la DGDI. La communauté gabonaise de cette région estime que ces aménagements ne résolvent pas les problèmes relatifs aux coûts des déplacements, créant même des «injustices» entre les Gabonais de France.

Dans un communiqué diffusé le 15 mai dernier, la Maison du Gabon s’insurge contre les aménagements «injustes» mis en place par les autorités gabonaises pour les procédures de renouvellement des passeports avec les nouveaux passeports biométriques.

«Nous refusons de nous soumettre aux nouvelles mesures inacceptables sur l’organisation de la collecte des dossiers de demande du passeport biométrique, (…) la Maison du Gabon et la diaspora gabonaise renouvelle son opposition totale au choix de quatre villes sur 22 régions de France».

Le 7 mai dernier, la Conseil des ministres avait décidé de la baisse du prix du passeport biométrique et demandé à la DGDI «qu’elle prenne désormais des dispositions pour aller recueillir les différentes demandes de passeports dans les quatre villes françaises de Lyon, Bordeaux, Marseille et Rouen».

La DGDI a justifié le choix de ces quatre villes en raison du fait que les agents ne peuvent recevoir les gabonais que dans les villes où sont installées les consulats honoraires ; que le matériel des agents est lourd et délicat ; et que la mise en sécurité des fonds, les consulats sont dans l’obligation de louer des coffres pour mettre à l’abri l’argent des frais des passeports.

Mais les associations de défense des droits des gabonais en France expliquent que «l’excuse de l’implantation des consulats ne tient pas la route car sur le territoire français, il y a quatre consulats honoraires à Lyon, Bordeaux, Marseille et Perpignan».

Le communiqué explique que certaines villes ont été écartées de la mission de la DGDI alors qu’elles concentrent une forte communauté gabonaise et sont très excentrées des villes desservies.

Alors que le problème du poids du matériel et sa grande fragilité, les difficultés à le manipuler et à le transporter sont évoquées comme autre excuse, le communiqué affirme que «cette équipe composée de trois agents utilise trois ordinateurs portables, trois boîtiers d’encrier, trois appareils photos et trois petites plaques pour la prise d’empreintes digitales».

«Ce petit équipement ne fait pas plus de 15 kilos et peut contenir dans une valise à roulette. Cette équipe dispose d’un matériel conçu exclusivement pour la mobilité, il est léger, il permet une certaine autonomie», ajoute l’association.

Enfin, au titre de l’argument de la sécurité des fonds, la Maison du Gabon rappelle «qu’il existe d’autres moyens de paiement qui sont les virements, le paiement par chèque, par carte bancaire».

«Le consulat a un site internet qui ne sert absolument à rien, cette haute représentation aurait pu installer un système de paiement en ligne pour les passeports ou ouvrir un compte bancaire affecté au versement des frais des passeports biométriques sur lequel tout citoyen gabonais aurait pu faire un dépôt en espèce au lieu d’opter pour la location des coffres forts et les assurances», estime l’association.

«Les villes qui accueillent cette équipe vont louer des hôtels pendant trois jours. Qui paye la note ? Pourquoi envoyer des équipes dans les villes où il y a des consulats honoraires et louer des salles d’hôtels pour que les citoyens gabonais déposent leur demande de passeport ?», s’interroge encore les gabonais de France.

A Bordeaux, l’opération va se dérouler du mardi 26 mai au jeudi 28 mai, en pleine semaine, alors que les étudiants vont en cours, que les enfants vont à l’école, que les parents travaillent. Mais les nombreux gabonais de Toulouse devront tous prendre un jour de congés pour effectuer ce long déplacement.

«La ville de Bordeaux va-t-elle pouvoir en 3 journées de 8 heures, en plus de la population girondine, recevoir 1200 personnes de Midi-Pyrénées (le TARN, la Haute-Garonne, le Gers, les Hautes-Pyrénées, l’Ariège, l’Aveyron, le Lot, le Tarn-et Garonne, l’Aude, des autres régions affectées à ce point ?», interroge encore l’association.

«Comment va se faire la vérification des documents de près de 2500 personnes en 24 heures, (3 journées de 9H à 17 h à raison de 8 heures par jour). Combien de personnes sont-elles attendues à Marseille (les gabonais du Languedoc Roussillon, la région PACA, des Pyrénées orientales etc.) ?», alerte encore la Maison du Gabon.

Pour mettre en exergue les réalités du terrain auxquelles sont confrontés les gabonais de province dans cette opération de renouvellement des passeports, l’association indique que «des Hautes-Pyrénées le trajet va durer entre 5 heures et 6 heures aller/retour, et pour une personne cela coûtera 74 euros pour le train ; Pour la Haute-Garonne le trajet va durer 5 à 6 heures aller/retour et il faudra débourser 70 euros pour le train ; Pour le Tarn le trajet va durer entre 8 heures et 8 h 30 en aller-retour, et cela coûtera environ 90 euros pour une personne ; Pour l’Ariège le trajet va durer entre 7 heures et 8 heures en aller-retour, soit 90 euros de train ; Pour l’Aveyron entre 8 heures et 8h30 en aller/retour, pour près de 100 euros de train».

Aux «Pyrénées orientales (Perpignan), nous sommes à 12 heures aller/retour mais de Marseille entre 7 heures et 8 heures aller-retour, et cela coûte respectivement 120 euros ou 90 euros en allant à Marseille», ajoute le communiqué.

«Comment les autorités gabonaises ont-elles pu envisager que les provinciaux qui ne résident pas dans les villes élues vont payer leur passeport biométrique plus cher (…) alors que le transport en train pour se rendre dans les sites de dépôt des demandes est plus cher que le prix du passeport ?», s’insurge l’association.

«Pour toutes ces raisons nous conseillons aux citoyens gabonais de rester dans leur ville et exigeons des autorités gabonaises qu’elles prennent les dispositions pour faire en sorte que l’égalité de traitement soit respectée», conclut la Maison du Gabon.


SUR LE MÊME SUJET
Présidentielle au Togo: les deux camps crient victoire, la tension monte
Le camp présidentiel et le principal parti d'opposition togolais ont chacun revendiqué vendredi la victoire à l'élection présidentielle, provoquant une montée de la tension dans le pays, en l'absence de tout résultat officiel plus de 24 heures après le scrutin. Le principal opposant Jean-Pierre Fabre, candidat du parti UFC (Union des Forces de Changement), a été le premier à crier victoire vendredi après-midi, une attitude qualifiée d'"inacceptable" par le parti au pouvoir RPT (Rassemblement du peuple togolais) du président sortant Faure Gnassingbé, qui a mis en garde contre le risque de "violences". Mais quelques heures plus tard, le porte-parole du gouvernement Pascal ...
Lire l'article
Willfrid Mébiame de nationalité gabonaise, la trentaine révolue est porté disparu depuis le 3 janvier dernier, vers 6h30 à Saint-Denis dans la banlieue de Paris, a-t-on appris ce samedi auprès d’une source proche de l’Ambassade du Gabon en France. Le jeune gabonais n'aurait donné aucune nouvelle à ses proches depuis sa disparition. La Police et l’Ambassade du Gabon ont déjà lancé un appel à témoin pour « disparition inquiétante ». Parallèlement, depuis quelques jours, la diaspora gabonaise se mobilise sur l’un des plus importants réseaux sociaux d’internet afin de retrouver le disparu. Là, un message type est ...
Lire l'article
Quelques ressortissants gabonais ont été expulsés de France en 2009 en raison de leur situation irrégulière sur les 29 000 sans-papiers étrangers , rapporte le ministère français de l’Immigration et de l’Identité nationale que dirige Eric Besson. Ce chiffre de 29 000 est comparable à celui de 2008, mais supérieur à l’objectif de 27 000 assigné par le président Nicolas Sarkozy. Selon un document de l’Assemblée nationale analysant les 14 844 reconduites exécutées au premier semestre 2009, les Roumains arrivent en tête (4346), suivis des Algériens (1552) et des Marocains (1550). L’éloignement des étrangers en situation irrégulière coûte à l’État environ 232 ...
Lire l'article
Un Gabonais, dont on ignore encore l’identité, figurerait parmi les passagers du vol AF 447 d’Air France qui s’est abîmé au large des côtes brésiliennes, il y a plus de 36 heures, a-t-on appris ce lundi à Libreville de sources concordantes. L’appareil d’Air France avait, à son bord, au départ de Rio de Janeiro pour Paris, 228 personnes dont 12 membres d’équipage. Des Brésiliens et Français constitueraient la majorité des passagers. Aux dernières nouvelles, les débris de l’Airbus A330 ont été découverts par des avions dépêchés sur les lieux du drame.
Lire l'article
La Maison du Gabon, une association de protection des droits des Gabonais de France, a dénoncé dans un communiqué diffusé le 19 avril dernier les conditions d’expulsion le 17 avril dernier d’un ressortissant gabonais de France. En détention au centre de rétention administrative de Rennes, le ressortissant gabonais a été conduit au poste de Figueras, à la frontière espagnole, où il a été abandonné ave son titre de séjour expiré et livré à lui-même. Un nouveau cas d’expulsion d’un ressortissant gabonais de France vient encore attiser les accusations des associations de défense des droits des Gabonais de France sur les ...
Lire l'article
Un minibus qui transportait dans la nuit du 13 au 14 avril dernier une trentaine d’étudiants gabonais de Brest, à la pointe Ouest de la France, jusqu’à Paris, a été victime d’un grave accident de la route. Dix des passagers ont été blessés, dont trois grièvement qui ont été transportés d’urgence dans les hôpitaux des villes les plus proches. Un accident de la route a fait une dizaine de blessés, dont trois grièvement, dans la nuit du 13 au 14 avril dernier entre Brest, à la pointe Ouest de la France, et Paris, où se rendaient en minibus une trentaine d’étudiants ...
Lire l'article
Communiqué des Etudiants Gabonais de France ! Chers compatriotes étudiants Gabonais de France, Depuis ce lundi 30 mars 2009, des rumeurs confirmées par un certain site « ujpdg de France » faisant état de la présence d’une délégation du CEDOC en France pour l’établissement des passeports biométriques. Après vérification, il ressort en effet que les équipes du CEDOC ont commencé les opérations du passeport biométrique au consulat du Gabon, sis au 26 bis Avenue Raphaël, Paris 16ème, métro la muette, ligne 9. Chers compatriotes est-il normalement qu’ à l’heure des nouveaux outils de communications et de télécommunications notre ambassade en France ...
Lire l'article
L’association des Gabonais de France, la Maison du Gabon, a publié le 16 mars dernier un communiqué pour alerter les autorités gabonaises sur les difficultés rencontrées par leurs ressortissants pour renouveler leurs titres de séjour en raison de l’exigence «abusive» d’un passeport en cours de validité par les autorités françaises. A cet effet, l’opération de renouvellement des passeports gabonais pour inclure les données biométriques pourraient entraîner d’importantes difficultés administratives pour les Gabonais de France. La Maison du Gabon demande notamment des éclaircissements sur la mission de la Direction générale de la documentation et de l’immigration (DGDI) qui doit venir régulariser ...
Lire l'article
La direction générale de l’urbanisme reste inflexible Les habitants d’une partie de la vallée de Sainte-Marie ont été déguerpis, mercredi dernier, par une équipe de la direction générale de l’urbanisme qui a fait une descente musclée sur le terrain. Les populations désemparées par « ce coup de force inattendu » demandent un délai de grâce aux responsables du ministère de l’Urbanisme. « Plusieurs bars et points de commerce ont été détruits par les engins », affirment les victimes, visiblement très affectées. « La convention de déguerpissement qui nous a été remise n’a pas été respectée par la tutelle. Nous devrions ...
Lire l'article
Etudiant en 3e année de droit à l’Université de Poitiers, en France, Franck Effoné, ressortissant gabonais âgé de 26 ans, a été interpellé le 16 juin dernier par les forces de l’ordre au cours d’un contrôle de routine et placé en rétention administrative. Après le refus de deux recours suite à la non reconduction de son autorisation de séjour, monsieur Effoné serait sous le joug d’une obligation de quitter le territoire français depuis le 13 juin dernier. A la veille de ses examens sanctionnant sa 3e année de droit, Franck Effoné, ressortissant gabonais, étudiant à l’Université de Poitiers, en ...
Lire l'article
Présidentielle au Togo: les deux camps crient victoire, la tension monte
France : Un jeune gabonais est porté disparu à Saint-Denis
Gabon : Des Gabonais ont fait partie des 29 000 expulsés de France en 2009
Gabon: Un Gabonais dont on ignore encore l’identité parmi les victimes du crash de l’appareil d’Air France
Gabon : Les expulsions moyenâgeuses des Gabonais de France
France : Des étudiants gabonais blessés dans un accident de bus
Communiqué des Etudiants Gabonais de France !
Gabon / Passeports: Les Gabonais de France inquiets
Gabon : les déguerpis de la vallée de Sainte-Marie crient à l’injustice
Gabon : Nouvelle arrestation d’un étudiant gabonais en France

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 18 Mai 2009
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*