Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le juge dit non à Bongo

Auteur/Source: · Date: 20 Mai 2009
Catégorie(s): Révélations

Inexorablement, l’heure de l’addition se rapproche pour Omar Bongo, le chef de l’État gabonais. Hier, le juge de l’exécution du tribunal de grande instance de Paris a refusé d’ordonner la mainlevée des saisies pratiquées sur les comptes bancaires du président africain depuis le 13 février dernier. Ce jour-là, en application d’un arrêt rendu par la cour d’appel de Bordeaux, un huissier s’était présenté devant les locaux de deux agences de la BNP-Paribas et de LCL (ancien Crédit lyonnais) à Paris. À sa requête, neuf comptes appartenant à Omar Bongo et crédités de 4,2 millions d’euros avaient été bloqués sans que les banques concernées fassent la moindre difficulté.

Vieille histoire

Douze ans après les faits, Omar Bongo a été rattrapé, à sa grande surprise, par la justice française. Au mois de septembre dernier, la cour d’appel de Bordeaux l’a condamné à restituer la somme exigée en 1996 pour la libération de René Cardona. À la suite d’un différend avec le chef de l’État, cet industriel aujourd’hui retiré dans l’Hérault avait été écroué pendant quelques semaines à la prison de Libreville, où sévissait une épidémie mortelle de fièvre Ebola.

Un an avant d’être incarcéré, René Cardona, alors propriétaire d’une pêcherie dans la capitale gabonaise, avait cédé ses installations à une société dont Omar Bongo, son épouse et ses deux enfants mineurs étaient actionnaires. L’affaire ne tardant pas à battre de l’aile, le président avait demandé à René Cardona de reprendre son bien. Devant son refus, il avait déposé plainte pour escroquerie. Ce qui avait valu à l’ancien chef d’entreprise d’être immédiatement embastillé.

Manoeuvre

Depuis 1996, le chèque de 300 millions de francs CFA (3 millions de francs français), libellé au nom d’Omar Bongo et encaissé par ce dernier, a pris un sérieux embonpoint. Intérêts de retard compris, la somme due à la famille Cardona se monte à un peu plus de 1,1 millions d’euros. Devant le juge de l’exécution, pour échapper au paiement de sa dette, Omar Bongo a tenté un coup de poker. Il a proposé de consigner cette somme à titre de garantie entre les mains de son avocat, Me Meyer, dans l’attente du résultat des actions judiciaires en cours au Gabon.

L’argument a fait long feu. Ce n’est pas la première fois que le président le soulevait. Depuis plusieurs années, il tente de faire croire aux magistrats français que René Cardona lui avait promis de le dédommager pour lui avoir vendu un bateau en piteux état. Mais jamais ses avocats n’ont pu apporter la moindre preuve de cet arrangement. D’autant que la sincérité des procédures en cours au Gabon reste sujette à caution, la justice locale étant sous la coupe de cet autocrate au pouvoir à Libreville depuis 1967.

Résistance

Évaluée à plusieurs centaines de millions d’euros au minimum, la fortune des Bongo ne serait qu’à peine écornée par la restitution des fonds réclamés par René Cardona. Manifestement, le président gabonais, qui a été le premier chef d’État à être reçu par Nicolas Sarkozy après son élection, ne comprend pas que son bas de laine français puisse être pris de la sorte en otage. Il peut certes encore retarder l’échéance de la saisie en relevant appel de la décision du juge de l’exécution. Mais pour combien de temps ?


SUR LE MÊME SUJET
Dans un communiqué parvenu ce dimanche à la Rédaction de GABONEWS, les avocats du chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, notamment Maître Patrick Maisonneuve et Maître Georges Arama, tous deux avocats au Barreau de Paris (France), ont invité Madame Eva Joly, à ne pas confondre « ce qui fût ses fonctions de juge d’instruction et ses ambitions politiques ». Les avocats du président de la République gabonaise montent ainsi au créneau suite à tous les amalgames nés des propos de Yannick Jadot, porte-parole de la candidate écologiste à la présidentielle française, Eva Joly, tenus récemment dans le quotidien français ...
Lire l'article
Décédé le 8 juin, le chef d'État gabonais Omar Bongo n'a pas vu ses comptes parisiens débités quelques se-maines plus tard. Courant juillet, René Cardona, l'ancien armateur de Libreville, a reçu, selon Sud-Ouest qui révèle l'information, un chèque de 1,131030 million d'euros en réparation de la rançon que lui avait extorquée le chef d'État africain en 1996. En 1995, René Cardona, alors propriétaire d'une pêcherie dans la capitale gabonaise, avait cédé ses installations à une société dont Omar Bongo, son épouse et deux de ses enfants mineurs étaient actionnaires. L'affaire ne tardant pas à battre de l'aile, le président avait demandé ...
Lire l'article
"Je peux seulement vous dire qu'il (M. Bongo) est en Espagne où il reçoit un traitement médical dans une clinique de Barcelone", a déclaré à la presse M. Moratinos. Auparavant, des sources concordantes avaient indiqué à l'AFP que le président Bongo était soigné à la clinique privée Quiron de Barcelone dans un état préoccupant. Il a été hospitalisé il y a une dizaine de jours pour un cancer intestinal, a indiqué à Madrid une source bien informée ayant requis l'anonymat. Le journal catalan La Vanguardia a assuré dans son édition en ligne que M. Bongo souffrait d'une "grave tumeur", citant M. Moratinos qui ...
Lire l'article
Elle refuse d’annuler les saisies de neuf comptes bancaires du président gabonais Le juge d’exécution du tribunal de grande instance de Paris a refusé, mardi, d’ordonner la mainlevée des saisies de neuf comptes bancaires appartenant au président Omar Bongo Ondimba. Ces comptes, domiciliés à la BNP-Paribas et au Crédit Lyonnais, en France, avaient été bloqués en février après une décision de la cour d’appel de Bordeaux. A Monaco, dans "l’affaire des biens mal acquis", une enquête judiciaire ordonnée par la justice de la principauté révèle l’existence de deux comptes au nom de la défunte première dame du Gabon, Edith Bongo. Mais ...
Lire l'article
La justice française vient de saisir deux comptes appartenant au président gabonais, habitué à l’indulgence de la Françafrique. L’impunité des dignitaires de la Françafrique n’est plus ce qu’elle était. Deux comptes bancaires d’Omar Bongo, président du Gabon, viennent d’être bloqués sur décision de la justice française. Une affaire invraisemblable, à tout point de vue. En 1995, René Cardona, homme d’affaires français implanté en Afrique, vend une affaire de pêcherie à la famille Bongo (Omar le patriarche plus trois membres du clan). Un investissement à titre privé, en marge de sa fonction présidentielle. Au risque, en cas de litige, d’une justice bananière. Ça ...
Lire l'article
Des comptes bancaires français du président gabonais Omar Bongo ont été saisis après sa condamnation en France à rembourser 457.347 EUR versés par un Français pour faire libérer son père détenu à Libreville en 1996, a indiqué jeudi l'avocat du plaignant. "Les comptes détenus par Omar Bongo dans deux banques françaises ont été saisis. Il s'agit du Crédit Lyonnais - dans lequel le président gabonais possède deux comptes de dépôt, deux comptes sur livret et un compte-titre - et de comptes à la BNP, où il possède deux comptes-chèque, un compte-épargne et un compte-titre", a indiqué Me Jean-Philippe Le Bail à ...
Lire l'article
La saisie est intervenue dans le cadre de l'affaire opposant le président gabonais à l'industriel René Cardona qui avait été emprisonné au Gabon et avait dû verser une rançon pour sortir. "Les comptes français du président gabonais sont saisis dans le cadre d'un jugement prononcé à Bordeaux", affirme, jeudi 26 février, à sa "une" le quotidien régional Sud-Ouest. Une information confirmée par la suite par l'avocat du plaignant René Cardona, Me Jean-Philippe Le Bail. "Les comptes détenus par Omar Bongo dans deux banques françaises ont été saisis. Il s'agit du Crédit Lyonnais -- dans lequel le président gabonais possède deux comptes de ...
Lire l'article
Condamné en septembre par la justice française, le chef d'État gabonais refusait de rembourser à un industriel français la somme que ce dernier lui avait versé pour sortir de la prison de Libreville. Plusieurs comptes bancaires français détenus par Omar Bongo ont été saisis à la suite d'une condamnation en septembre du chef d'État gabonais, par la cour d'appel de Bordeaux. L'information, révélée jeudi par le quotidien régional Sud-Ouest , a été confirmée par l'avocat du plaignant, un industriel français emprisonné au Gabon puis libéré contre rançon. «Les comptes détenus par Bongo dans deux banques françaises ont été saisis. Il s'agit ...
Lire l'article
Omar Bongo condamné à reverser 457.000 euros à un Français
La cour d'appel de Bordeaux a confirmé la condamnation du président du Gabon, Omar Bongo, à rembourser 457.000 euros à un Français qui lui avait versé cette somme en 1996 pour faire libérer son père détenu à Libreville, apprend-on de source judiciaire. René Cardona, ancien patron des pêcheries de Libreville, avait été incarcéré un an après avoir vendu son entreprise à une société dont le président gabonais et sa famille étaient actionnaires. L'activité ayant chuté, Omar Bongo lui avait demandé en vain de racheter les pêcheries. La plainte du président pour escroquerie avait entraîné l'incarcération de René Cardona. Son fils Thierry avait ...
Lire l'article
Les Avocats d’Ali Bongo Ondimba invitent Eva Joly à ne pas confondre « ce qui fût ses fonctions de juge d’instruction et ses ambitions politiques
Bongo Doit Partir
Bongo rembourse à titre posthume
Le président gabonais Bongo hospitalisé à Barcelone dans un état jugé sérieux
La justice française ne lâche pas Omar Bongo
Bongo : Le compte n’y est pas
Saisie de comptes bancaires français du président gabonais Bongo
Les comptes français d’Omar Bongo ont été saisis
Les comptes en banque français d’Omar Bongo saisis
Omar Bongo condamné à reverser 457.000 euros à un Français

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne 4,50 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 20 Mai 2009
Catégorie(s): Révélations
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Le juge dit non à Bongo

  1. chanzia

    21 Mai 2009 a 07:47

    bonjour
    j’espère qu il ne va pas mourir ce BONGO .il a pourrit la vie des gabonais (corruption,sectes , mensonges ,trafic etc ) il continue meme en étant malade en laissant un nigérian en soit disant son fils dirigé le gabon , c’est la guerre qu ‘il cherche , une façon de nous empoisonné la vie , on ne sait plus quel pied dansé ,je vis en france j aimerai aller chez moi retrouver mon beau pays ,à chaque fois les choses changent , on ne sens pas à l aise ,en france nous sommes pas à l aise et meme dans notre propre pays d origine; comment allons-nous vivre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*