Socialisez

FacebookTwitterRSS

Où est donc passé Omar Bongo? Interview du Dr. Bruno Ella du BDP sur la BBC

Auteur/Source: · Date: 20 Mai 2009
Catégorie(s): Audios,BDP@Médias,Vidéos

Le Dr. Bruno Ella, Porte-Parole du mouvement d’opposition en exil “Bongo Doit Partir” s’est exprimé ce mercredi 20 mai sur les ondes de la BBC Afrique (francophone) au cours d’une interview dans laquelle il a déploré l’irresponsabilité du régime au pouvoir au Gabon, qui semble naviguer à vue et se refuse à appliquer l’article 13 de la Constitution gabonaise qui commande que la vacance temporaire ou définitive de pouvoir soit constatée pour quelque cause que ce soit.

Cliquez sur la photo pour écouter le Dr. Ella.


SUR LE MÊME SUJET
Le site d’orpaillage de Minkébé a été le lieu d’évènements ayant provoqué le tollé au sujet des conditions de rapatriement des immigrés clandestins qui y travaillaient. Après le communiqué du ministre gabonais de la Défense nationale qui établi la version officielle des faits, le conseil des ministres, tenu le 14 juin à Libreville, a également assuré que cette opération s’est déroulée «dans le respect des droits de l’Homme». Le gouvernement verrait même d’un bon œil la mise en place d’une enquête internationale sur cette question. Que s’est-il donc passé à Minkébé et en quoi consistait le tollé de la presse ...
Lire l'article
  Le 2 février courant, le Dr. Daniel Mengara a reçu dans sa boîte email une lettre d’un Monsieur se présentant comme le “Camarade” Hervé Epié se présentant comme Secrétaire Fédéral, membre du Conseil National du PDG. Dans sa lettre ouverte au Dr. Mengara, intitulée "PDG-USA vs. Mengara: Lettre Ouverte de Rappel à l’Ordre Républicain", le “Camarade” Epié fustige l’attitude “injurieuse” du Dr. Daniel Mengara et rappelle le leader du BDP à l’ordre républicain. Nous publions ici in extenso la lettre du “Camarade” Epié. Le Dr. Daniel Mengara répondra au Camarade Epié quand il en aura la possibilité. En attendant, lisez ci-dessous la ...
Lire l'article
La Conférence de Presse de déclaration de candidature du Dr. Daniel Mengara à la Présidence de la République du Gabon a également vu l'intervention du Dr. Bruno Ella Nguéma, porte parole du BDP-Gabon Nouveau. Il est ressorti de cet événement un certain nombre d’idées marquantes, y compris ce qui sera sans doute le thème de campagne du candidat BDP, qui a appelé les Gabonais à lutter pour leurs droits, leur demandant de désormais faire barrage à tout ce qui priverait les Gabonais de leurs droits citoyens. Les Gabonais ne l’accepteront plus, a-t-il scandé, “Plus jamais. Plus maintenant. Pas cette fois”, ...
Lire l'article
La Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National a publié mercredi 10 juin son « Plan de Paix et de Réconciliation Nationale » pour le Gabon, un plan de paix que la Coalition définit comme une Proposition de Paix et de Réconciliation Nationale à l’endroit du Gouvernement, des Institutions et des membres de la société civile et politique gabonaise. La publication de ce « Plan de Paix » de 21 pages fait suite au meeting de la Coalition à Bruxelles les 30 et 31 mai 2009, meeting au cours duquel les membres de la Coalition ont planché pendant deux jours ...
Lire l'article
le Plan de paix la Constitution
Lire l'article
AFRIQUE - La disparition du chef d'Etat gabonais fait resurgir des histoires de corruption... Malgré les nombreux témoignages de sympathie émis par les dirigeants étrangers, la mort d'Omar Bongo faire resurgir des affaires de corruption où apparaît le nom du chef d’Etat gabonais. Le député Verts Noël Mamère s’est emporté ce mardi, sur France Inter: «On ne va pas pleurer sur une crapule de plus qui disparaît de la planète. Tous ceux qui sont attachés à la démocratie ne pleureront pas la mort du président Bongo.» «C'était un président qui n'avait pas le souci de ses citoyens. Il a bien servi les intérêts ...
Lire l'article
Bruxelles le 31 Mai 2009, le Dr Bruno Ella, Porte parole de la Coalition, s'entretient avec un journaliste de la BBC lors de la réunion de la Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National.
Lire l'article
Où est donc passé Omar Bongo Ondimba? Le mouvement “Bongo Doit Partir” pose la question à Rio ce Samedi à 15h00
En considération de la mystérieuse absence d'Omar Bongo qui semble avoir déserté ses fonctions dans le plus grand des secrets et sans que le peuple ait été informé des conditions de son absence, et de l'immobilisme des institutions de la République (Parlement et Cour constitutionnelle) n'osant déclarer la vacance pourtant plus qu'évidente du pouvoir au Gabon conformément aux injonctions de l'Article 13 de la Constitution gabonaise, la Coordination Nationale du BDP-Gabon Nouveau au Gabon a décidé de commencer à Rio, dès ce samedi 23 mai 2009 à 15h00, le débat de l'alternance politique démocratique au Gabon. La Coordination Nationale est ainsi ...
Lire l'article
Sur cette page, vous trouverez des liens vers les divers meetings de la Coalition. Meeting de Bruxelles des 30 et 31 mai 2009, "Etats-Généraux de la Réforme au Gabon" portant Modification et révision de la Constitution Gabonaise Meeting de Paris des 20, 21 et 22 février 2009 portant naissance de la Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National Vous pouvez aussi suivre les activités et news de la Coalition.
Lire l'article
Gabon : Que s’est-il donc passé à Minkébé ?
PDG-USA vs. Mengara – Réponse à Monsieur EPIÉ DU PDG, Parti-Etat du Gabon: Rappel à l’ordre républicain, OUI ! Mais qui est le dépositaire de
Bongo Doit Partir
Déclaration (Vidéo) du Dr. Bruno Ella, Conférence de Presse BDP du 20 juin 2009
Plan de Paix
Réalisations
Omar Bongo, un président au passé sulfureux
Meeting de Bruxelles: Vidéo du Dr. Bruno Ella, Porte parole, s’entretenant avec un journaliste de la BBC
Où est donc passé Omar Bongo Ondimba? Le mouvement “Bongo Doit Partir” pose la question à Rio ce Samedi à 15h00
Meetings de la Coalition

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (9 votes, moyenne 3,33 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 20 Mai 2009
Catégorie(s): Audios,BDP@Médias,Vidéos
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

48 Réponses à Où est donc passé Omar Bongo? Interview du Dr. Bruno Ella du BDP sur la BBC

  1. buy essay

    3 Jan 2011 a 09:34

    There is not a biggest problem to detect some buy research paper service, just because there’re lots of them in Internet. However, college students have to select a distinguished one to buy high quality comparison contrast essay.

  2. BethAllison

    20 Déc 2010 a 11:14

    This is known that money can make people independent. But how to act if someone doesn’t have money? The one way only is to receive the home loans and just consolidation loan.

  3. Jean-félix N.

    7 Juin 2009 a 10:43

    Cher dr ESSONO NGUEMA.
    Le BDP a vraiment le mérite d’exister; Voyez vous, MAMBOUNDOU a été un farouche opposant au pouvoir pendant de nombreuses années, mais je n’ai jamais adhéré à son partie; car intuitivement je savais que MAMBOUNDOU se rallierait un jour au pouvoir. MAMBOUNDOU est l’oncle direct d’un ami, et dans un moment de détrèsse mon ami m’avait conseillé de me rapprocher de lui pour avoir un soutien politique, mais j’ai refusé. Et je suis content de voir aujourd’hui que j’avais raison. MAMBOUNDOU est devenu PDGISTE.Il défend BONGO bec et ongles. Pour reprendre votre expression,on peut dire qu’il était un potentiel PDGISTE.

    Moi je n’ai aucune raison d’adherer au PGG; je ne repproche pas seulement au PDG de m’avoir privé des richesses de mon pays, mais surtout d’avoir arraché la vie à des êtres qui m’étaient chers, sans aucun scrupule. Et cela fait de nombreuses années que les plaintes que j’ai déposées dans les tribunaux sont sans suite.

    Je rembourse aujourd’hui un crédit de 15 million de francs cfa pour 1 véhicule détourné par le neveu d’un magistrat. Ce jeune homme continue à ma connaissance à commettre impunément des délits à Libreville. La justice dans notre pays est à l’image de nos gouvernants, et notamment du président de la République qui nomme des magistrats incompétents et corrompus.

    Pour rien au monde je ne ferai partie du PDG. Je suis un homme intègre. Et je prie à Dieu de faire grâce à tous ceux qui sous-estiment la souffrance des Gabonais, car le feu de l’enfer est térrifiant. Quand je me refère à vos messages, je vois bien bien que vous faites partie de ces gens qui ont été engloutis par les CFA de Bongo. Le système bongoïste vous a enlevé tout discernement intellectuel et toute objectivité.
    Nous savons tous que le mensonge et la tromperie prennent toujours l’ascenseur, mais la vérité prend les escaliers. La vérité finira toujours par rattraper la tromperie.
    Que Dieu vous fasse grace de rejoindre le camp des hommes droits comme le DR MENGARA ou MOUBAMBA, pour éviter le feu de l’enfer.

    A qui diriez vous que vous ne saviez pas lorsque la justice de dieu s’appliquera.On peut mentir aux hommes ,mais pas à dieu.

    Que Dieu bénisse le Gabon.

  4. Dr ESSONO NGUEMA

    6 Juin 2009 a 03:45

    Cher compatriote Jean Félix,

    Il est affligeant de voir que vous aussi vous semblez désormais contaminé par l’absence d’objectivité de MENGARA MINKO Daniel et son porte parole le dénommé “Petit” alias ELLA.

    Non ! soyez rassurés : je suis fier d’appartenir au seul parti qui couvre toutes les provinces du Gabon : le Parti Democratique Gabonais. Ce parti a été créé par Hadj Omar BONGO ONDIMBA qui est pour moi à la fois une référence intellectuelle et politique, et un père.

    Pour rien au monde, je dis bien pour rien au monde, je n’adhererais à ce “clando politique” en voie d’extinction (il ne compte que deux militants) qu’est le BDP. Je n’ai jamais apprécié l’apesanteur intellectuelle…

    Voyez vous à mes yeux, tous les gabonais sont :
    – soit des pédégistes avérés ;
    – soit des pédégistes potentiels (qui se cherchent encore dans des structures informelles d’égarement telles le BDP).

    Personnellement je suis dans la première catégorie (pédégiste avéré) et je vous mets vous, Jean Félix, dans la seconde.

    A très bientôt,chers pédégistes potentiels.

    Que Dieu bénisse le Gabon
    J’ai dit.

    Dr ESSONO NGUEMA

  5. Jean-félix N.

    5 Juin 2009 a 14:01

    Je voulais apporter une petite rectification sur la durée de vie du Gabonais qui serait de 55 ans d’après un compatriote”De moi à vous”. si je ne me trompe ce compatriote voulait sûrement parler d’espérence de vie, car tous les Gabonais ne meurent pas à 55 ans, bien heureusement; C’est une moyenne d’âge, et je le lui accorde volontiers.

    Quant au tristement célèbre dr Essono NGUEMA est c’est un véritable provocateur. Je crois qu’il aimerait rejoindre le BDP, mais il ne le dit pas. Je ne crois pas que ça soit quelqu’un de bête. En s’exprimant comme il le fait souvent sur ce cite, il expérimente une thérapie de lavage de conscience pour se soustraire du PDG. Et il y arrivera tôt ou tard.

    Par ailleurs dire que Bongo s’amuse à jouer le mort en Espagne pour voir ceux qui lui sont fidèles est irréaliste. Aucun président ne peut se permettre un tel risque, sâchant que toute absence prolongée du pouvoir profite en général à l’enemi. Sauf qu’au Gabon il n’y a pas de vrais enemis.Le BDP est malheureusement en exil. Il faut reconnaître que Bongo est un véritable phénomène; Même inhumé il continuera à hanter les nuits de plusieurs Gabonais.

    J’espère que le BDP a un plan politique solide en voulant aller découvrir la dépouille de Bongo en Espagne. Les gabonais ont marché au rythme de Bongo pendant 42 longues années.Bongo ont subi un serieux lavage de cerveau au point de prendre beaucoup pour un immortel, voir même un Dieu. Les gabonais ont donc eu le président qu’ils méritaient pendant 42 longues années à cause de leur insensibilité au malheur des autres. Chacun a toujours cherché ses propres intérêts.
    J’ai déjà parlé ici des crimes perpétués par le pouvoir dans ma famille, laissant de nombreux orphélins. Je ne crois pas être une exeption. De nompbreuses familles Gabonaises sont victimes des atrocités de la part du pouvoir en place et la population Gabonaise ne réagit guère. Chacun reste cloitré dans son coin.
    Le changement de notre pays ne pourra se faire sans un changement total de mentalité. Une petite guerre pourra reveiller les conscience, mais une guerre qui doit viser tous ceux qui veulent mordicus rester au pouvoir pour continuer à accabler le peuple. Tous ceux qui ont perpetué des crimes et des détournements d’argent public dans notre pays doivent être sérieusement sanctionnés pour l’exemple.Je le souhaite de tout mon coeur.

    Que Dieu bénisse le Gabon

  6. Societe

    5 Juin 2009 a 12:40

    Reponse a Essono de Jeune Afrique: (Rien d’etonnant)

    Quand le boss est malade
    Écrit par Administrator
    05-06-2009
    « Le grand secret. » C’est sous ce titre explicite qu’un certain docteur Gubler, qui fut le médecin personnel de François Mitterrand, écrivit un livre sulfureux et aussitôt interdit dans lequel il racontait avec force détails comment il fut contraint de falsifier pendant des années les bulletins de santé de son illustre patient, afin de masquer le cancer qui le rongeait peu à peu. Serait-on en train de nous rejouer, à Libreville cette fois, la même scène de comédie humaine ? Nombreux sont les Gabonais qui le pensent, pour une raison très simple : ils sont peu, ou mal, informés de ce dont souffre leur président. Ils ne croient pas aux rares communiqués officiels, tous plus lénifiants les uns que les autres. Et ils privilégient donc systématiquement les hypothèses les plus lugubres, fondées sur les rumeurs les plus folles.

    Ont-ils tort ? C’est probable, tout au moins à court terme. Le scénario d’un Omar Bongo Ondimba s’amusant depuis sa chambre d’hôpital à regarder ses dauphins se déchirer et ses ennemis l’enterrer, avant de revenir au pays et d’y faire le grand ménage, est loin d’être une fiction. Mais sa garde rapprochée, si prompte à accuser les médias de « semer le trouble » à des fins évidemment « inavouées », coupables en somme de n’avoir fait, bien ou mal, que leur travail, n’a pas offert un spectacle particulièrement rassurant. Comment faire croire qu’un chef d’État prenne une décision aussi lourde qu’une suspension officielle de ses activités, avec évacuation sanitaire à la clé, s’il s’agit de se donner simplement un peu de repos mérité ? À force de vouloir taire une réalité qui dans le fond n’a rien d’indicible – chacun a le droit d’être malade, convalescent ou guéri –, on s’expose à nourrir les fantasmes et les contre-vérités. Et que l’on ne vienne pas nous rabâcher les couplets habituels sur la pudeur bantoue et le respect de la vie privée : la santé d’un président, c’est aussi l’affaire du peuple qui l’a élu – ou alors, il ne fallait pas chercher à l’être.

    Certes, comme le démontrent les exemples du prince héritier Sultan d’Arabie saoudite et du dictateur nord-coréen Kim Jong-Il, l’absence de transparence en la matière n’est pas l’apanage de l’Afrique – même si elle a, çà et là, tendance à se dissiper : lors de la maladie de Fidel Castro, par exemple, les autorités cubaines ont intelligemment laissé les chirurgiens espagnols du « Líder máximo » communiquer dans les limites de la décence. Mais c’est en Afrique, du nord au sud, que le tabou est le mieux partagé, comme si la santé d’un chef ne pouvait être que le reflet de son pouvoir, c’est-à-dire absolue. Résultat : faites un rapide sondage confidentiel dans les rues de n’importe quelle capitale du continent en ne posant qu’une seule question : « Comment se porte votre chef d’État ? » Il y a de fortes chances pour que les réponses soient impubliables, tant elles seront alarmistes. C’est le revers de l’opacité…

    © Jeune Afrique

  7. Dr ESSONO NGUEMA

    4 Juin 2009 a 17:49

    Cher tous,

    (1) HADJ OMAR BONGO ONDIMBA RENTRERA BIENTÔT AU GABON :

    Ouh lala ! Comme c’est grotesque et très léger !
    Il n’y a pas meilleur avocat que le temps. Un mensonge macabre vient d’être diffusé sur ce forum par un certain LGF. C’est très irrévérencieux et très osé de se permettre une telle imposture relativement au Chef de l’État gabonais.

    En effet, son Excellence Hadj Omar BONGO ONDIMBA est bel et bien en vie et c’est tout à fait vérifiable. Au cours des semaines à venir, nous aurons l’occasion de l’attester concrètement aux incrédules. Pour l’instant, j’invite ces derniers à se procurer simplement le dernier numéro de Jeune Afrique qui consacre un article à cette question.

    J’ajoute concernant l’article 13 ressassé par LGF, qu’un constitutionnaliste gabonais a récemment rédigé un article fort pertinent sur cet aspect de la constitution, dans le journal l’Union. LGF gagnerait à se procurer ce journal dont la lecture l’aidera à se garder d’énoncer des énormités sur ce forum.

    Je le redis avec force et assurance « Le glorieux envol de renaissance de l’Aigle Royal » aura bientôt lieu.

    (2) CONCERNANT L’INTERVENTION DE « De moi à vous » :

    Puisque vous aimez les dictionnaires, je vous invite à lire le Petit Larousse Illustré (Edition 2006) P. 272 au sujet de la « compétence ».

    Toutefois, je voudrais préciser ici qu’en matière de sémantique, les dictionnaires courants (que vous assimilez à la bible) présente un inconvénient majeur : ils sont basés sur UN PRINCIPE DIT DE CIRCULARITE. Pour parler terre à terre, cela signifie que la définition d’un mot vous renvoie toujours à d’autres mots jusqu’à ce que vous reveniez au mot de départ.

    Notre compatriote « De moi à vous » peut vérifier cetteprécision auprès de n’importe quel chercheur ou spécialiste des questions de sémantique (épistémologiste, linguiste, mathématicien, informaticien, électronicien,…etc.).

    Pour terminer, je voudrais indiquer en toute humilité à mon compatriote surnommé « De vous à moi », que pour ma part j’ai consacré une part importante de ma vie à des recherches scientifiques de haut niveau dans des domaines très variés notamment en France, dans le cadre du Centre National de Recherches Scientifiques (CNRS). Merci donc de me faire l’économie dans ces petites leçons faites de « pétitions de principe » car leur seul résultat est de conforter ce que j’ai qualifié en vous « d’affligeante apesanteur intellectuelle » (dans un précédent message). De grâce ne me tirez pas vers le bas cher compatriote “De moi à vous”.

    Longue vie au Président Hadj Omar BONGO ONDIMBA et
    Que Dieu bénisse le Gabon.

    J’ai dit
    Dr ESSONO NGUEMA

  8. Dr ESSONO NGUEMA

    4 Juin 2009 a 17:48

    Cher tous,

    (1) HADJ OMAR BONGO ONDIMBA RENTRERA BIENTÔT AU GABON :

    Ouh lala ! Comme c’est grotesque et très léger !
    Il n’y a pas meilleur avocat que le temps. Un mensonge macabre vient d’être diffusé sur ce forum par un certain LGF. C’est très irrévérencieux et très osé de se permettre une telle imposture relativement au Chef de l’État gabonais.

    En effet, son Excellence Hadj Omar BONGO ONDIMBA est bel et bien en vie et c’est tout à fait vérifiable. Au cours des semaines à venir, nous aurons l’occasion de l’attester concrètement aux incrédules. Pour l’instant, j’invite ces derniers à se procurer simplement le dernier numéro de Jeune Afrique qui consacre un article à cette question.

    J’ajoute concernant l’article 13 ressassé par LGF, qu’un constitutionnaliste gabonais a récemment rédigé un article fort pertinent sur cet aspect de la constitution, dans le journal l’Union. LGF gagnerait à se procurer ce journal dont la lecture l’aidera à se garder d’énoncer des énormités sur ce forum.

    Je le redit avec force et assurance « Le glorieux envol de renaissance de l’Aigle Royal » aura bientôt lieu.

    (2) CONCERNANT L’INTERVENTION DE « De moi à vous » :

    Puisque vous aimez les dictionnaires, je vous invite à lire le Petit Larousse Illustré (Edition 2006) P. 272 au sujet de la « compétence ».

    Toutefois, je voudrais préciser ici qu’en matière de sémantique, les dictionnaires courants (que vous assimilez à la bible) présente un inconvénient majeur : ils sont basés sur UN PRINCIPE DIT DE CIRCULARITE. Pour parler terre à terre, cela signifie que la définition d’un mot vous renvoie toujours à d’autres mots jusqu’à ce que vous reveniez au mot de départ.

    Notre compatriote « De moi à vous » peut vérifier cetteprécision auprès de n’importe quel chercheur ou spécialiste des questions de sémantique (épistémologiste, linguiste, mathématicien, informaticien, électronicien,…etc.).

    Pour terminer, je voudrais indiquer en toute humilité à mon compatriote surnommé « De vous à moi », que pour ma part j’ai consacré une part importante de ma vie à des recherches scientifiques de haut niveau dans des domaines très variés notamment en France, dans le cadre du Centre National de Recherches Scientifiques (CNRS). Merci donc de me faire l’économie dans ces petites leçons faites de « pétitions de principe » car leur seul résultat est de conforter ce que j’ai qualifié en vous « d’affligeante apesanteur intellectuelle » (dans un précédent message). Vous êtes capable d’être plus cognitif que ça, M. « De moi à vous » : élevez vous s’il vous plait.

    Longue vie au Président Hadj Omar BONGO ONDIMBA et
    Que Dieu bénisse le Gabon.

    J’ai dit

  9. LGF

    4 Juin 2009 a 12:58

    Les Gabonais furieux d’Etre trahis
    Libreville (Gabon)

    à l’Honorable Madame Rose Francine Rogombé
    Présidente du Sénat Gabonais

    Honorable Excellence Francine Rogombé,

    Les Gabonais , par notre voix vous demandent avec grande insistance de mettre en place les modalités de la Vacance du pouvoir gabonais ,suivant l’article 13 de la Loi Fondamentale.

    Nous avons comme nous l’a suggérée une Infirmière de la Clinique Quiron a Barcelone , téléphoné a la Structure suivante :

    Pompes Funebres Del Baix Llobregat

    C/ Saragossa 6
    08830 Sant Boi De Llobregat, Spain
    902 230 238‎
    936 407 604‎ –

    Qui nous a confirmée avoir été contactée par Madame Pascaline Mferri Bongo , au fin de preserver par tous les moyens possibles le “Corp” de son Père le Président de la république Gabonaise , décédé a la clinique Quiron de Barcelone.Les Pompes Funebres Del Baix Llobregat ont ensuite été écartées par le Médecin Personnel du Président de la République , moyennant une très confortable somme d’Argent (Euros) et ce sont des spécialistes Français qui sont venus pour s’occuper du corp du Président de la République.

    Nous avons l’attestation de cette entreprise , et la presse Nationale et Internationale en recevra copie dans les heures qui viennent.

    Le Gabon étant majeur , nous vous demandons tres respectueusement d’Initier des ce jour les modalités prévues par la constitution de la Nation.

    Tres respectueusement , Vous Madame la Présidente de la République par Intérim

  10. De moi à vous

    4 Juin 2009 a 12:50

    Quelque chiffres qui en disent long…

    A) Age moyen (est. 2006, ref. wikipedia )
    0-14 years: 42.1% (male 300,914; female 299,141)
    15-64 years: 53.9% (male 383,137; female 384,876)
    65 years and over: 4% (male 23,576; female 33,262) (2006 est.)

    => Quel age a le president OBO? 72 ans. Bongo fait donc partie de la population des retraités 65 ans et plus (4% de la pop du Gabon).

    B) Quel est la duree de vie au Gabon?
    Population totale: 54.49 ans (est 2006)
    Si ca allait si bien au Gabon monsieur Essono pourquoi la durée de vie vascille toujours autour de 55 ans.

    Par ailleurs, Bongo est a la porte de la mort, vue ces chiffres. Il est temps qu’il savoure sa retraite et les milliard de dollar qu’il a pillier au Gabon. Mais de Grâce qu’il libère le Gabon. Dans la Paix, svp, ce message s’adresse egalement a vous Ali et Pascaline.

    Par ailleurs, comment passer à la a une philosophie de “performance” si nous n’avons meme pas encore maitrisé la competence? Oui, le monde est a l’hre de la performance, malheureusement grace au Grand aigle de l’incopetence, le Gabon tire de la patte depuis pres de 42 ans.

    Enfin, Selon le dico Larousse la competence se défini par la connaissance certes mais bien plus car le mot competence inclut la capacite a bien user de cette connaissance. Eh oui, cher Docteur.

    Une derniere chose, pouvez-vous me decliner l’idente d’un Bongoiste (vision, Mission, particularite, philosophie)

    J’ai pu trouve dans le dico la def de Gauliste mais aucune trace de Bongoiste tellement le courant Bongoiste n’a surement fait aucune bonne impression dans le monde. Ce qui n’est pas le cas pour le courant Gauliste.

    Oui, Bongo a realite des projets, malheureusement ses echecs et ses deboires pesent plus lourds dans la balance.

    Def.:

    Connaissance = Pour Faire
    Compétence = Savoir Faire
    Performance = Exceller dans le savoir faire.

  11. Dr ESSONO NGUEMA

    4 Juin 2009 a 09:56

    Chers tous, bonjour.

    J’aurais tant aimé que d’aucuns ici et ailleurs fassent des analyses/propositions concrètes notamment en rapport avec la crise économique et financière mondiale qui impacte le Gabon à ce jour, où encore avec la dégradation du climat social (grèves récurrentes) dans notre pays.

    Mais bon ! Apparemment Sven Markus et d’autres ne sont pas de cet avis. Dommage…. !

    En réponse à sa dernière intervention, qu’il me soit permis d’indiquer que lorsque Dieu a envoyé son fils Jésus sur terre, celui-ci allait en priorité dans les endroits où se trouvaient des malades, des pauvres…etc. pour leur annoncer la parole de Dieu qui est vérité et qui est VIE. Mais, vous Sven Markus, vous dites que Dieu vous épargne les endroits où il a envoyé son propre fils !!! Tant d’apesanteur intellectuelle de votre part m’afflige.

    Voyez vous, dans un pays (développé ou sous-développé) comme dans un village ou même dans une famille, il y a de tout : des riches et des pauvres ; des fous et des gens normaux ; des voleurs et d’honnêtes gens ; des diplômés et des illettrés ; …des sages et des insensés…etc.

    Vous qui aspirez à administrer le Gabon, soit disant mieux que Hadj Omar BONGO ONDIMBA, sachez qu’en dirigeant ce pays vous devrez gérer notamment toutes les catégories humaines que j’ai citées plus haut, et accéder de temps à autres aux lieux où elles se trouvent pour toucher du doigt les réalités auxquelles elles doivent faire face.

    Lorsque vous dénoncez le fait qu’à ce jour dans certains hôpitaux, l’on demande à nos compatriotes d’acheter eux –mêmes leurs seringues, leurs perfusions,…etc. C’est bien, c’est même très bien de le faire même si vous n’abordez pas l’intérêt de la création récente de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie au Gabon (CNAMGS).

    Mais, avouez également HAUT ET FORT que lorsque Hadj Omar BONGO ONDIMBA a créer l’hôpital Jeanne EBORI, l’Hôpital Pédiatrique d’Owendo….etc, non seulement le malade ne payait presque rien pour être soigné mais aussi on lui fournissait tout (à titre presque gracieux) dans ses établissements : les examens (radiologie, …etc.), les médicaments utiles à ses soins , …etc.

    On allait même jusqu’à fournir des pyjamas gravés FJE (Fondation Jeanne Ebori), et autres vêtements de malades à tous ceux qui étaient internés. Que s’est-il passé entre temps ?

    Des gabonais comme vous et moi n’ont pas pu prendre soins de ces acquis du développement de notre pays. Plus grave, ils ont tué à petits feus ce que BONGO ONDIMBA avait durement mis sur pieds.

    Il est là notre vrai problème : ce qui fait notre force (i.e. notre mentalité) fait aussi notre faiblesse.

    Aujourd’hui encore, des frères africains bravent les risques de la Mer dans des embarcations de fortune au péril de leur vie pour tenter de venir vivre au Gabon ; aujourd’hui encore des français et autres européens viennent ou souhaitent venir en grand nombre s’installer dans notre pays pour contribuer à son développement en faisant des affaires diverses…etc.

    Ces amis étrangers ont conscience que des opportunités et des atouts existent et peuvent être exploités à condition d’accepter de SOUFFRIR UN PEU EN TRAVAILLANT DUREMENT.

    Et pendant ce temps, nous : que faisons nous ? Ou plutôt que disent à tort certains d’entre nous ?

    Ils passent leur quotidien à cracher sur le Gabon leur propre pays et à dire :
    Y A RIEN AU GABON ; LA PAIX C’EST RIEN ; BONGO ONDIMBA N’A RIEN FAIT ; il faut que le peuple se soulève ; ….etc.; blablabla.

    Mais si la Paix c’est rien pourquoi l’ONU et plusieurs états dépensent-ils tant d’énergie, d’argent et de vies humaines (décès de casques bleus ici et là) pour tenter d’instaurer ou de restaurer la Paix.

    Non, cher compatriote SVEN MARKUS, soyons sérieux. A l’heure où des peuples frères regrettent déjà BOKASSA en Centrafrique, MOBUTU en RDC, EYADEMA au TOGO, HOUPHOUET en Côte d’Ivoire.

    Alors faisons attention : il est sage de ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain.

    Soyons objectifs et séparons l’ivraie de la bonne semence dans l’œuvre passée, actuelle et future de Hadj Omar BONGO ONDIMBA. Détectons ce qu’il est bon de préserver et ce qu’il est nécessaire de corriger. Puis optimisons, c’est-à-dire renforçons le « plus » et diminuons le « moins ».

    Personnellement, je me suis livré à cet exercice d’analyse objective et cela a affermi mes convictions et mon engagement bongoïstes tout en me rendant, je crois, plus sage, plus loyal et plus déterminé dans le service envers mon pays et son Chef.

    « L’envol de la Renaissance de l’Aigle Royal » augure à n’en point douter d’un avenir encore plus radieux pour notre pays, sous la conduite de Hadj Omar BONGO ONDIMBA, cet homme humble, au destin et à la vie exceptionnels, que Dieu a établi aux commandes de notre petit mais très beau pays, depuis 42 ans.

    Soyons donc sereins et calme, chers tous, car il n’y a vraiment aucune raison objective que notre main se mette à trembler ou à hésiter lorsqu’il s’agit d’écrire des pages de l’avenir de notre pays sous l’aile visionnaire et sécurisante de Hadj Omar BONGO ONDIMBA.

    Le Gabon n’est pas pour nous un héritage de l’histoire mais plutôt un emprunt à la postérité avec comme intérêts des exigences de développement. Merci de l’admettre un jour.

    NOS DEVOIRS PLUTOT QUE NOS DROITS…

    Que Dieu bénisse le Gabon.

    J’ai dit
    Dr ESSONO NGUEMA

  12. mone ya dza

    3 Juin 2009 a 17:11

    je voulais dire essono a nene ya? mes xcuz au docteur ELLA!!!

  13. mone ya dza

    3 Juin 2009 a 17:08

    Mon Dieu il existe vraiment des gabonais com sa?!!! à part ceux ki mangent avec eux en haut la bas franchement le docteur là minkièt!!! est ce kil est vrément docteur atare zame kan je pense c un enfant d chez nous tchouooo A ELLA a nene ya?!!!

  14. sven markus

    3 Juin 2009 a 16:49

    M. Esoone Nguema

    (1) Je n´ai jamais été dans les hopitaux dont vous parlez pour la simple raison que dieu m´épargne pour le moment de fréquenter ces
    endroits .
    (2) L´hopital des armées n´est pas accessible à toutes les couches sociales du gabon , pour y acceder il faut être soit fonctionnaire soit cadre dans une entreprise privée ou disposer des moyens financiers conséquents en somme seules les couches moyennes peuvent prétendre y acceder or plus de 80% des gabonais sont économiquement faibles c´est à dire pas à même de debourser 500 000 cfa par semaine .
    Par ailleurs dénoncer les tares du régime mauribond et satanique de Bongo n´est pas synonime d´être dans un besoin materiel ou financier c´est beaucoup plus par PATRIOTISME que nous le faisons
    en revanche les sbires du régime comme vous M Essone Nguema sont devenus myopes et sourds aux souffrances de la majorité silencieuse des gabonais ce qui est exaspérant.

  15. Societe

    3 Juin 2009 a 12:41

    Le Gouvernement de Combat et non de comas du Grand Aigle Royal.

    Ci c’est cela un Gouvernement de Combat et ben ça craint:

    Pauvre Gabon…

    Pour un si petit problème de société vous paniquez, et comment pourriez-vs résoudre des problèmes plus sérieux comme des pandemies, des crash financiers, des Tsunamis…

    A vous d’en juger. Plus rien ne va au Gabon.

    Gabon : Les enseignants persistent dans la grève
    Au terme d’une assemblée générale tenue le 30 juin dernier à Libreville, la Convention nationale des syndicats du secteur de l’éducation (CONASYSED), a décidé du maintien du mouvement de grève malgré le début du versement des primes réclamées. Les enseignants estiment que le protocole d’accord signé en janvier dernier avec les autorités pour la reprise des cours n’a pas été respecté.

    © D.R

    L’année scolaire 2008-2009 semble sérieusement hypothéquée au regard de la décision des enseignants réunit au sein de la Convention nationale des syndicats du secteur de l’éducation (CONASYSED) de maintenir le mouvement de grève.

    Malgré le début du versement de leur prime le 27 mai dernier, les enseignants ont refusé de lever le mouvement de grève au regard des couacs encore enregistrés dans le versement de cette prime pour laquelle les enseignants ont déjà accordé de nombreux délais supplémentaires.

    «Le protocole d’accord signé le 13 janvier 2009 en présence du président de la République n’a pas été intégralement respecté (…), le bilan est très négatif et c’est pour cette raison que nous maintenons la grève», a expliqué le rapporteur général de la CONASYSED, Jules Bibang Obounou.

    La grève avait été relancée le 25 mai dernier suite au non versement de la prime à cette date butoir fixée par la CONASYSED.

    Le ministre de l’Education nationale, Michel Menga, avait avoué que quelques dysfonctionnements entravaient encore le versement de cette prime, mais avait appelé les enseignants à la reprise des cours pour épargner l’année scolaire, en rassurant les enseignants par la publication des calendriers de versement de la prime et des rappels de solde.

    Déclenchée le 6 octobre dernier, la grève de la CONASYSED avait connue une accalmie après la signature du protocole d’accord en janvier dernier. Quelques-unes de ses revendications ont été satisfaites notamment le relèvement de la prime de rentrée scolaire, déjà obtenue par les enseignants, ou la prime incitative à la fonction enseignante payée le 25 mai dernier.

    Mais la régularisation des situations administratives et l’harmonisation des salaires entre les enseignants recrutés avant et après 1991, deux points d’orgues aux revendications des enseignants, n’ont pas encore trouvé un début de solution.

    Sans signal fort du gouvernement, l’année scolaire a de forte chance d’être invalidée pour les établissements publics d’enseignement secondaire, alors que ces problèmes font l’objet de revendications par les enseignants depuis de nombreuses années.

  16. Societe

    3 Juin 2009 a 12:33

    Et voila, l’héritage de Bongo:
    Macabre…

    Gabon : Un gouvernement « dangereux »?
    Le Premier ministre gabonais, Jean Eyéghé Ndong, a de nouveau été auditionné, le 2 juin dernier, à l’Assemblée nationale. Il a été question cette fois de l’entretien routier, de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) et surtout du système de la vidéo-surveillance en cours d’installation au Gabon et du passeport biométrique. Les violations constatées dans ces deux derniers domaines ont valu au gouvernement le qualificatif de « dangereux ».

    © D.R

    Le Premier ministre gabonais Jean Eyéghé Ndong, a de nouveau été interpellé à l’Assemblée nationale le 2 juin dernier. Accompagné des membres du gouvernement concernés par l’interpellation, il a répondu aux interrogations concernant la mise en place du système de la vidéo-surveillance dans les rues de Libreville, Port-Gentil et Franceville. Il s’est, d’autre part, expliqué sur l’instauration du passeport biométrique alors que les dispositions législatives y relatives n’ont pas été adoptées au Gabon.

    Depuis quelques temps, en effet, des caméras de surveillance ont été installées dans les rues de Libreville et Port-Gentil et Franceville sans que le ministre de l’Intérieur n’ait jugé utile d’informer les Gabonais, encore moins de se conformer à la mise en place préalable d’une loi à ce sujet. De même, l’introduction du passeport biométrique a été faite sans qu’elle le soit sur la base d’une loi comme le prévoit la Constitution.

    Pour le député Jules Aristide Ogouliguéndé, cette manière peu cavalière du gouvernement est une violation flagrante de la Constitution. Il a d’ailleurs qualifié sans détour le gouvernement d’un «gouvernement dangereux ». Sans doute parce que ni la collecte, ni l’utilisation des données sensibles recueillies par des entreprises privées et étrangères ne sont protégées par une loi.

    Le député a demandé au gouvernement de réparer ces violations en adoptant des lois pour donner un cachet de légalité à ces actes pris sans aucune base juridique. Il a également estimé que les contrats qui lient le gouvernement et les sociétés chargées de ces opérations soient annulés, parce qu’ils sont déjà frappés de nullité.

    Pour Eyéghé Ndong, l’adoption du passeport biométrique sans adoption préalable d’un cadre juridique a été justifié par le besoin urgent du pays de se conformer aux nouvelles normes internationales de sécurité exigées par des organismes supranationaux dont le Gabon est membre.

    De même, il a justifié l’installation des caméras de surveillance par les « exigences de sécurité publique.» Le Premier ministre gabonais, qui a reconnu que de nouvelles lois s’imposent pour la mise en place de ces nouveautés, a rappelé que l’Assemblée nationale avait déjà, le 4 mai dernier, examiné la proposition de loi concernant la protection des personnes physiques quant au traitement des données à caractère personnel.

    De même, avec la saison des pluies actuellement en prolongation, l’état des routes et des voiries urbaines des villes gabonaises a atteint un niveau de détérioration très avancé. Tout comme, on constate de longues files d’attente autour des agences de la SEEG et de nombreuses défectuosités au niveau de ses services.

    Jean Eyéghé Ndong a laissé Flavien Nziengui-Nzoundou et à Franck Emmanuel Issozet-Ngondet, respectivement ministre des Travaux publics et ministre de l’Energie, des ressources hydrauliques de répondre aux préoccupations relatives au programme d’entretien routier et de la qualité de la Société d’Eau et d’Energie du Gabon.

    Interrogé sur la dégradation du réseau routier, Flavien Nziengui-Nzoundou, s’est défendu en faisant l’état des lieux et en annonçant le programme de son département pour l’année en cours sans vraiment convaincre.

    Franck Emmanuel Issoze-Ngondet a presque répété son plaidoyer du mardi 26 mai dernier pour répondre à de nouvelles questions sur la SEEG, sans apporter des clarifications pertinentes sur la manière dont son département compte pour améliorer la qualité de service de la SEEG.

    Le gouvernement devrait à nouveau être interpellé à l’Assemblée nationale la semaine prochaine. Cette série d’interpellations intervient alors que le cabinet Jean Eyéghé Ndong, confronté à un front social en effervescence vient d’obtenir une trêve de 30 mois que les principaux syndicats du pays n’ont pas signé et dont certains se rétractent après l’avoir signé. En cas de surchauffe sociale, les arguments du gouvernement ne vaudront que ce que vaut la qualité de ses services.

  17. Dr ESSONO NGUEMA

    3 Juin 2009 a 08:47

    Mon Cher compatriote Sven Markus,

    En réponse à votre message je dirais ce qui suit.

    Deux exemples :
    ==============
    Je ne sais quand êtes vous allé pour la dernière fois à l’hôpital régional d’Oyem, mais moi j’y étais la semaine dernière rendre visite à quelqu’un ;

    Je ne sais pas quand êtes vous allé pour la dernière fois à l’hôpital des instructions des armées (HIA), mais moi j’y ai été interné l’an dernier pendant près d’un mois après y avoir été emmené presque mort.

    Ces deux structures, à titre d’exemple, sont des hôpitaux dignes de ce nom (il y en a des tas d’autres). Soyons honnêtes mon frère.

    Ceci dit, je ne prétends nullement que tout est parfait en matière de santé et d’hôpitaux au Gabon. Notamment, je fonde l’espérance que la réhabilitation de l’Hôpital général de Libreville puisse aller à son terme très vite, car ce centre hospitalier est vraiement indispênsable.

    et Deux assertions :
    ====================
    Je vous dirais deux choses que je vous prie de prendre avec beaucoup de sériosité :

    (1) Il n’y a pas dans toute l’Afrique, un seul Hôpital qui ait atteint le niveau de pointe (i.e. technologie) de celui de Quiron.
    Vous pourrez le vérifier auprès de Samuel Eto’o qui y a été soigné il y a quelques mois. Personnellement je ne vois rien d’anormal à ce que le Chef de l’Etat aille y faire un checkup complémentaire (en sus de celui fait à Libreville). J’espère que vous ne me direz pas que comme le Chef de l’Etat s’est abstenu d’aller en France alors les hôpitaux là bas sont également des mouroirs comme vous le dites pour le Gabon !!!!

    (2) Méditez s’il vous plait le récit sur la Renaissance de l’Aigle Royal (symbolisme de la montagne) et le séjour barcelonais du Chef de l’Etat.

    Que Dieu bénisse le Gabon
    Bonne journée à vous, M. Sven Markus.

    J’ai dit.

  18. sven markus

    2 Juin 2009 a 17:12

    M ESSONE NGUEMA ,
    Je viens une fois de plus de parcourir vos arguties , tres fraichement vous êtes TOUT sauf INTELLIGENT je me demande si vous disposez toujours de toutes vos facultés mentales car vos propos sont puérils et dénués de toute objectivité , avec des microbes de ton espèce le gabon n´est pas pres de relever des defis du futur qui requiert des gens dotés d´un sens de dicernement et de pragmatisme, je plein votre entourage car à vous lire vous êtes l´incarnation de la NEGATVITE ( au propre comme au figuré).En se referant à vos debilités le gabon dispose des structures sanitaires viables, permettez moi de vous poser la question suivante:
    Pour quoi le GRAND CAMRADE omar Bongo Ondimba doit venir se faire
    soigner en espagne , alores que selon vous le gabon dispose des hopitaux hyper equipés? J´attend votre réponse
    Savez vous que pour se faire traiter dans les mouroirs publics appelé pompeusement hopital public les maldes se doivent d´acheter
    de leur poche en pharmacie compresse,seringue et autre sparadra pour que les soin leur soient adminitrés? J´attend votre reponse
    Saver vous que les ambulances sont quasi inexistantes dans certains mouroirs à l´interieur du gabon?
    Vous méritez qu´on vous jette dans une cage de lions affaméspour qu´ils vous bouffe tout cru.

  19. Dr ESSONO NGUEMA

    2 Juin 2009 a 08:38

    CHER COMPATRIOTE SURNOMMÉ « DE VOUS À MOI »,

    Qu’il me soit permis de vous remercier pour votre dernière intervention dans laquelle vous abordez beaucoup de sujets dans un ordre peu évident.

    En réaction à vos propos, je voudrais tout d’abord vous rassurer en réitérant je suis bel et bien BONGOISTE. J’ai décliné en d’autres temps sur ce forum, ce qu’est la sémantique profonde du bongoïsme. En effet, être bongoïste signifie appartenir à un courant politique qui se réclame de la pensée et de l’action de Hadj Omar BONGO ONDIMBA. Ce dernier étant perçu comme une référence atemporelle que les bongoïstes devraient se transmettre de génération en génération. (Plusieurs années après De Gaulle, vous trouvez toujours des Gaullistes en France). Ceci pour dire qu’être BONGOISTE n’est pas une plaisanterie ou une entreprise bassement matérielle : il s’agit d’une lourde mais exaltante responsabilité face à l’histoire et à l’avenir de notre beau pays le Gabon.

    Le vrai bongoïste ne peut affirmer que tout va pour le mieux au Gabon, que Hadj Omar BONGO a tout réussi, qu’il n’a jamais pêché. Non cher compatriote « De vous à moi », le vrai bongoïste à mon sens sait reconnaître que dans l’œuvre de Hadj Omar BONGO ONDIMBA, il y a eu DES REUSSITES INDUBITABLES MAIS AUSSI DES ECHECS INDENIABLES. Il s’agit d’une œuvre humaine donc perfectible par essence et par excellence !!!!

    Aujourd’hui, en ces temps où la liberté d’expression est malheureusement réduite à une licence informelle autorisant la calomonie et l’injure permanentes, il est très facile de procéder comme le font MENGARA MINKO Daniel ou ce célèbre employé temporaire de France 24 (chaîne de TV française) qu’est devenu notre compatriote BEN MOUBAMBA, c’est-à-dire : de se lever un matin, d’insulter S.E. Hadj Omar BONGO ONDIMBA, de traîner dans la boue le nom de Mme Pascaline BONGO ONDIMBA, de déverser des propos malsains sur M. Ali Ben BONGO ONDIMBA, de dire que rien du tout ne va au Gabon, …etc. C’est très facile.

    Mais dans le même temps, il est moins facile de nos jours de prendre le temps de scruter le Gabon et le gabonais profonds, d’observer le contexte national et régional, bref de faire une analyse objectif de l’existant pour admettre que Hadj Omar BONGO ONDIMBA aurait certes pu mieux faire, mais qu’il a tout de même beaucoup fait pour le développement du Gabon.

    Au-delà des infrastructures (j’ai indiqué ici – et c’est vérifiable – qu’il n’existe pas en Afrique noire francophone un seul pays capable d’aligner simultanément neufs capitales provinciales ayant atteint les niveaux de développement de celles du Gabon que sont : Libreville, Franceville, Lambaréné, Mouila, Tchibanga, Makokou, Koula-Moutou, Port-Gentil et Oyem), deux éléments fondamentaux symbolisent bien à ce jour l’œuvre d’Hadj Omar BONGO ONDIMBA, à savoir : La Paix qui règne dans notre pays, et l’Homme gabonais .

    Concernant cette paix, lorsque je vois l’importance des moyens et des efforts déployés par nos pays frères (qui l’ont hélas provisoirement perdue) pour tenter de la retrouver, je me dis que la Paix (voire même l’ataraxie) que Hadj Omar BONGO a instaurée durablement au Gabon est vraiment d’inspiration divine. Nous gagnerions à la préserver car en cas de perte, elle pourrait être extrêmement difficile et pénible à retrouver.

    Concernant L’Homme gabonais, quand je vois le niveau de compétence (tous domaines confondus et y compris en matière de préservation de nos traditions) atteint à ce jour par l’Homme gabonais, je me : merci Monsieur le Président d’avoir placer le développement de l’Homme au cœur du projet Gabon.

    Aujourd’hui, il s’agit désormais pour chacun de nous, gabonais de cœur ou de sang, de transformer cette compétence acquise (avec l’appui de Hadj Omar BONGO ONDIMBA) en PERFORMANCE.

    La compétence, cher compatriote surnommé « De vous à moi », c’est la connaissance en vous stockée. La performance c’est le résultat de l’utilisation effective de cette connaissance.

    Dans cet ordre d’idées, d’autres esprits humbles de ce monde ont parlé avant moi de la différence entre : savoir, savoir faire et faire savoir.

    Oui, cher compatriote, contrairement à votre assertion, je dirais pour terminer que le monde n’est plus depuis longtemps à l’heure de la compétence : IL EST DESORMAIS A L’HEURE DE LA PERFORMANCE.

    Voilà pourquoi, je vous souhaite à vous cher compatriote, au président autoproclamé du Bloc Des Pataphysiciens MENGARA MINKO Daniel et à son unique adhérent-cousin-Porte Parole ELLA Bruno de vous inscrire à l’école de la vie, cette grande formatrice et façonneuse de patriotes à laquelle nous invite, depuis toujours, Hadj Omar BONGO ONDIMBA.

    C’est en effet la seule voie apte à transformer la pataphysique qui obstrue actuellement vos synapses par un pragmatisme et une objectivité qui vous rendront PERFORMANTS dans le cadre de l’envol de renaissance de « l’Aigle Royal », c’est à dire du développement du Gabon qu’impulse Hadj Omar BONGO ONDIMBA.

    L’Aigle faut-il le rappeler, est le seul être vivant capable de fixer le Soleil…donc de maintenir l’orientation du regard vers la lumière durant un défi aussi permanent que le développement d’un pays.

    Cher compatriote surnommé « De vous à moi », je vous souhaite pour terminer de connaître une conversion du regard nécessaire à la compréhension de ce qui précède. Mais une condition nécessaire pour y parvenir est de bannir la pataphysique devenue hélas chronique chez nos frères ….MOUBAMBA, MENGARA MINKO, ELLA…etc.

    Longue vie au Président
    Et que Dieu bénisse le Gabon.

    J’ai dit.
    Dr ESSONO NGUEMA

  20. De moi à vous

    1 Juin 2009 a 16:50

    A Essono Nguema et compagnie,

    Les projets que tu viens tout juste d’énumérer sont tellement insignifiants vue l’étendue des riches que regorge le Gabon. Ces projets, sous des cieux occidentaux sont réalisés en moins de 6 mois et non 42 ans de pouvoir. Quelle honte!!!

    Alors pourquoi autant chanter les louange de Bongo et espérer si fortement que Bongo reste au pouvoir et devienne un dieu gabonais que tu nommes déjà l’Aigle Royal? Si je comprends bien, ta prière est que Bongo, simple mortel devienne immortel pour continuer à piller le pays en toute impunité.

    Eh, vous faites peur vous les Bongoïstes! Vous-a-t-on mange le cœur pour être devenu a ce point aussi insensible a la souffrance qui vous entoure visibles de votre peuple. Il n’y a pas d’autre explication.

    Essono, franchement qu’as-tu donc a gagner de son retour? Et qu’est-ce que le Gabon aura à gagner si ce n’est des grincements de dents.

    C’est terrible le peuple ne veut plus de vous mais vous vous accrochez tout de même. Pourquoi donc bon sang? N’avez-vous donc aucune crainte d’une possible guère civile. Le peuple grogne et vous vous accrochez au pouvoir en implorant le dieu « grand aigle » de devenir immortel.

    Aucune chance, Dieu étant un Dieu Juste, un Dieu d’Amour est à l’écoute de tous ses enfants. Sachez, cher monsieur Essono, que le peuple de peut mourir plus longtemps sous l’oppression. Oui, l’heure du changement a sonné

    Le Gabon connait aujourd’hui un génocide intellectuel de ses jeunes. Pour trouver un emploi au Gabon, il faut joindre les rangs du PDG, se prostituer ou pire se joindre à une secte et vendre son âme. Est-ce normal? Même dans les pays occidentaux qui sont pourtant nos « mentors », les réalités sont plus humaines.

    Je n’aimerais pas être à la place de Bongo. Quel poids ce monsieur à sur les épaules, quelle responsabilité. Yaya Bongo ne doit pas mourir, sinon c’est finit pour moi. Pauvre humain, ce Bongo! Et ben!

    La plupart de ceux qui profitent de son régime espèrent qu’il vive le plus longtemps possible pour continuer a piller le pays en toute impunité. Ah si Bongo pouvait devenir un immortel! Ah, on aura tout vu dans notre Gabon là (rire agaçé).

    Réveillez-vous donc, bande de faignant. Oui, Bongo un jour va mourir? La vie s’est Dieu qui l’a donne et la reprend. Le monde continue malgré tout. Nous passerons tous et les générations prendront le relais.

    Et quel héritage allons-nous leur laisser, hum? Vous vous en foutez, je sais. Du moment que vous avez vos mille et une voitures garées au frais de l’Etat, vos primes qui touchent le plafond et les petites faveurs de « Papa », le reste vous importe peu. Que vous faites honte! Pour ci peu, vous vendez vos frères.

    Mais le monde lui ne dort pas vous savez. Certains pays africains (Afrique noire, svp) ont choisi de courir avec les Grands pour gagner le respect de tous. On peut penser à l’Afrique du Sud, qui malgré les blessures du passé vole vers la prospérité loin de toute haute inspiration dictatoriale. D’autres pays africains ont même déjà eu l’audace de fabriquer des voitures ou des pièces d’auto sur leurs terres. Et que fait-on au Gabon? Nous, au Gabon on aime adorer le mortel devenu immortel et nous aimons nous vanter de nos projets catégorisés « insignifiants » par les hommes de vision. Pauvre Gabon.

    Nous savez-vous donc pas que le peuple commence à être en colère, le peuple se révolte. Alors gars aux abuseurs. Il vaut mieux laisser les choses avant qu’elle ne vous lâche, partir avec gloire ou finir avec un bon coup dans le derrière.

    Les maux :

    Dans une population de 1,5 million d’habitants vivant dans un pays aussi riche, il est inconcevable que près de 80 p. cent de la population ne perçoivent que des salaires de 100 000 F CFA et moins.

    Pourquoi s’inspirer des plus petits si l’on veut devenir Grand. Il faut voir Grand pour Devenir Grand. Le Gabon peut être un exemple de réussite pour ses pairs. Un pays qui excelle dans la recherche et le développement, par exemple. Avec des laboratoires ou germent les idées les plus farfelus.

    Le Gabon peut briller de ces mille feux, devenir un « Pays riche au Peuple riche ». Eh oui, si possible si et seulement si le Gabon renouvelle son visage politique actuel.

    N’y-a-t-il donc aucun autre gabonais capable de prendre vaillamment les reines du pouvoir au Gabon. Bongo par ci, Bongo par là. Mon Dieu Arrêtez de nous aveugler, vous faites hontes.

    Voyez grand, sortez de votre coquille et le Gabon ne vous en sera que reconnaissant.
    Vous bridez le poste le plus prestigieux du Gabon comme si vous manquez de confiance en vous? Mais oui Bongo peut se recycler, Il a su gérer des opposants invertébrés, il s’aura gérer ce virage important.

    Laissez-la place au autre sinon la foudre ce jettera sur vous.

    Pourquoi ce mépris envers vos frères qui se meurent dans les milliers de villages au Gabon. Même a Franceville, les villages font pitié a voir.

    L’insalubrité règne dans tous les villages et la pauvreté y pu a longueur de journée.

    Les villageois reçoivent a chaque élections présidentielles et autres, des cuisses de poulet, des promesses sans lendemain et des t-shirt. Mais de qui te moques-tu Essono?

    En ce qui concerne les étudiants gabonais exilés, tu proposes quoi? De rentrer?
    Rentrer où et pourquoi?
    Le Gabon ne dispose à l’heure actuelle aucun argument solide pour faire rentrer au bercaille ses jeunes, pas de salaire attrayant (a moins d’appartenir a la loge), la qualité de vie est des plus misérable, pas d’hôpitaux digne de ce nom (la preuve papa, maman et enfant Bongo vont chez les occidentaux se faire soigner).

    Et oui, a l’heure de la concurrence globale, les plus offrant gagne.

    Tu oublies cependant une chose, cette richesse expatriée, de retour au Gabon (si les conditions s’y prêtent) bien exploitée peut être un outil de développement inestimable.

    En fait, les yeux de ces jeunes ayant vu d’autres façons de faire peuvent faire toute la différence lors la construction du Gabon Nouveau qui se fera cette fois ci, que tu le veuilles ou pas, sans Bongo et ses vendus.

    Si Bongo et consort n’ont pu réaliser que la petite liste que tu viens d’énumérer, alors la tout se complique.

    Si en effet, Ali ou son Père prend le pouvoir, je crains pour le Gabon; un autre 30 ans minimum dans l’obscurité la plus totales.

    Bongo et sa famille prive le Gabon de son soleil. Le Gabon veut vivre enfin.
    Lâchez-nous donc les pâtes! Vous vous accrochez, pourquoi?
    Le peuple ne veut plus de vous. Attention la température monte!

    Notre chance est que le peuple gabonais soit un peuple pacifique. Mais au lieu de l’aimer vous le méprisez.

    Laissez donc la place aux plus compétents.

    De quoi avez-vous peur? De mourir pauvre ou d’être giflé par la réussite que d’autres auront accompli après vous? Quelle humiliation se serait, n’est-ce pas?
    Oh, que j’enrage!

    Vous vous accrochez pourquoi? Nos frères meurent de faim, chaque jour dans la galère nommé Bongo et compagnie. Près de 80 p. cent de notre population croupit sous le poids du désespoir et de la misère.

    Les Gabonais n’osent même plus rêver ou n’ont plus d’ambition. Ils préfèrent sombrer dans l’alcool, les femmes et le congossa ou pire ils attendent le Messie.

    Pour un pays aussi riche, il y a là matière à débattre et à condamner.

    Après avoir vidé ma rage face a l’incompétence de Bongo et sa bande j’ose même dire face au génocide intellectuel de Bongo et sa bande à l’endroit du peuple gabonais, (je n’ai aucun problème avec Bongo, mon problème concerne son bilan honteusement négatif de ses 42 ans passé au pouvoir), je me demande si Essono n’est pas un imposteur.
    Es-tu un vrai Bongoiste ou veux-tu simplement le faire croire pour mieux le salir et ce de façon stratégique? En fait, j’ai note ici et la dans tes dires des passages visant a plutôt ridiculiser les concrétisations de Bongo tellement c’est insignifiant ce qu’il a accompli si l’on tient compte des richesses qu’il a en sa disposition et d’un nombre peu élève d’habitant.

    Pour résumer, le Gabon n’a connu que mensonge et moquerie pendant près de 42 ans. Échecs après échecs, le Gabon se trouvent aujourd’hui à la croisée des chemins. Et l’avenir c’est ici et maintenant qu’elle se dessine.

    Que Bongo se rétablisse…Qu’il démissionne et que le Gabon vive enfin libre de son emprise et vole vers la prospérité réelle et non fictive et ce dans la Paix.

    Un si beau pays, riche en ressources diverses, comment expliquer qu’il fasse encore partie des pays les plus pauvres au monde?

    Comment Essono expliquer l’inexplicable. N’as-tu donc plus de dignité personnelle?

    Bongo a tué le Gabon avec la complicité de nos dirigeants et de tous ceux qui brillent par leur passivité après 42 ans passé au pouvoir.

    Je tente de répondre à la question que va donc nous laisser Bongo en me mettant dans la peau d’un étranger.

    Que va donc nous laisser Bongo?

    Attendez, je réfléchi en me mettant dans la peau d’un étranger… un instant je cherche, je creuse, euh les hôpitaux? Non.
    Euh, des salaires moyens tournant autour de 1,5 million? Non.
    Des infrastructures (routes, hôtels, restaurant) pouvant accueillir des évènements internationaux (coupe du monde du football) comme le fera bientôt l’Afrique du Sud qui soit dit en passant est du même calibre que le Gabon? Non.
    Les journalistes sont libres de s’exprimer même par la critique? Non.
    Euh, je cherche, les forces de l’ordre travaillent pour le peuple et non contre le peuple? Non.
    Eh ben, c’est une question piège ou quoi? Euh, le pays est un exemple de démocratie en Afrique ou les droits de l’homme et la libre expression sont respectées? Non.
    Bon euh, le taux de chômage chez les jeunes est quasi inexistant? Non.
    Les… Euh, les services municipaux d’incendie sont performant ou les corps policiers sont non corrompus? Non. Ouf que c’est dur, dur, euh chaque gabonais possède un compte bancaire, une carte bancaire, une maison, une voiture, une télévision a la maison, de l’eu potable, mande trois repas par jour, va a l’école avec des fournitures scolaires demandé, les livres dans les écoles, collèges-lycées et universités sont des récentes éditions? Non. Il y a des salles d’ordinateurs dans chaque écoles, collèges et lycée et université du Gabon, pour permettre a la jeunesse sacrée de Bongo d’être a la fine pointe de la techno? Non. Ah oui, les routes, les routes sont bien tracées, vous avez surement un plan d’urbanisation pour un si petit pays, la je l’ai, vos routes sont sans nids de poules, hein, hein, hein, n’est-ce pas? Dis-moi que c’est le cas? NON (murmure : Hum, s’il savait a quoi ressemble nos routes quand il pleut, inondation sur inondation le chaos total).

    – Tu sais, pour t’éviter de te casser la tête le Gabon est certes un pays riche par ses terres mais sa malédiction a été d’avoir endure 42 ans de règne de…vous savez qui?

    – Alors la, vous avez du boulot. Il faudra vous retrousser les manches et serieusement. Quel gâchis ce Bongo et sa bande! Considérant les ressources dont disposait et dispose encore le Gabon, considérant la passivité de son peuple et le nombre peu élevée de ses habitants 1,5 million d’hab, Bongo avait toutes les cartes pour faire de ce pays un « Aigle Royal » (pour emprunter l’expression d’Essono) faisant ainsi l’envie de ses pairs, au lieu de cela le Gabon croule sous le poids de la dette et meurt chaque jour un peu plus.
    Il serait plus sain pour le Gabon, que ni Bongo, ni Ali, ni Pascaline n’occupe dans les années à venir le poste suprême.

    Les habitudes malgré la croyance de nos dirigeant ne s’oublient pas facilement. (A beau chassez le naturel, il revient au Galot) Bongo, Ali et Pascaline s’est du pareil au même sinon pire. Ils sont tous habitues a la vie facile, ils ont été habitué à voler et ils vont continuer à voler.

    Je ne suis pas Mendara ou son cousin, alors quand tu referas ton compte, compte 3 membres au BDP, Je suis Gabonais et j’ai fiévreusement horreur de l’incompétence.

    Le monde est a l’air de la compétence, de l’innovation. Le Gabon doit arrêter de jouer à la marelle (jeu que les petites filles jouent dans les cours d’écoles du primaire) et doit maintenant entrer dans la cour des Grands de ce monde.

    Oui, j’ai fait un rêve, dans un avenir très rapproché le Gabon sortira de l’emprise des Bongoïste, de la morosité des 42 dernières années et deviendra « Un Pays riche au Peuple Riche » Pays avec un grand « P », svp.

    Merci.

  21. lonewolf

    1 Juin 2009 a 12:48

    Pariculièrement au Dr Essono Nguema
    Je suis vraiment consterné que vous continuez ainsi à vouer un culte à un simple mortel…bref, ce que je veux vous dire, c’est qu’en dépit de votre grande instruction vous n’avez pas su développer un esprit sage…je ne sais docteur en quoi vous êtes, mais j’ai des doutes sur l’objectivité de vos propos… vous dites que OBO a fait beaucoup pour le Gabon, de mon point de vue là n’est pas la question, il serait injuste de dire qu’il n’a rien fait, nous savons tous qu’en 40 ans de pouvoir même le plus fainéant des présidents aurait pu construire quelque chose dans un Gabon aussi riche.
    vous n’avez pas encore compris que les maux qui minent le Gabon reposent sur le genre de raisonnement que vous tenez. j’aime le Gabon comme vous et je ne sais quelle preuve il faut vous fournir pour comprendre que le pouvoir en place est gangréné par par le despotisme…Vous défendez aujourd’hui ce regime…je sais que vous n’êtes pas honnette avec votre conscience…peut-être vous êtes lié par un pacte à ce pouvoir…mais s’il vous plaît ne venez plus faire l’apologie de Bongo sur ce site…je n’ai pas l’habitude d’intervenir sur ce site, mais chaque fois que je vous écoute, j’ai l’impression que vous n’avez aucune liberté de penseé, d’expression…vous continuez à raisonner comme certains militants à l’époque du parti unique, tout vient de Bongo, ce qui trahit votre fanatisme … je n’ai rien contre la personne de Bongo,je crois qu’il est respectable mais seulement nous avons aujourd’hui des preuves de la tyranie de son regime…du pillage des richesses, le muselement des voix qui s’élèvent, des disparitions mystérieuses et de l’incompétence de son régime…je suis né dans ce régime donc je lui doit beaucoup, mon instruction etc…mais seulelment je suis libre de dire que ce régime est moribond, il a ateint son apogé…il faut savoir que les pays qui ont évolué dans ce monde n’ont pas connu un exercice de pouvoir aussi long…vous qui avez un doctorat vous savez que toute chose à un cycle de vie la naissance, l’apogé et le déclin et nous sommes au déclin de ce régime…vous continuez à soutenir des illusions, Bongo reste un simple humain qu’il soit riche, cela ne change rien, le temps aura raison de lui…l’avenir est au générations futures. demandez-vous plutôt au fond de vous même quel souvenir aura-t-on de lui quand il ne sera plus là? un président Léon MBA? un Mandela? que direz-vous aux jeunes? qu’il était un bon président? je ne pense pas que vous aurez le courage de le dire dans votre entourage comme vous le faites sur ce forum. je constate seulement que vous avez été corrompu à tel point que vous ête totalement déconnecté de la réalité de la situation du pays. je ne montre le doigt à personne, mais vous conviendrez avec moi qu’il faut changer les choses au Gabon et c’est le but de ce forum…si vous pensez que les choses vont bien pour les gabonais alors vous n’avez rien à faire sur ce forum. car il appartient à tous ceux qui pensent que le Gabon a besoin de changer de régime…je ne suis pas pour le BDP et certainement pas pour le régime de Bongo, mais je pense que vous êtes tombé dans un fanatisme qui vous empêche d’être sage. et qui plonge l’Afrique dans un obscurantisme total.

  22. Dr Sylvain Abraham ESSONO NGUEMA

    1 Juin 2009 a 11:32

    CHER COMPATRIOTE M. SVEN MARKUS,

    La vacuité de vos dernières assertions me rappelle l’absence de pesanteur intellectuelle d’autres compatriotes gabonais tel MENGARA MINKO Daniel ou MOUBAMBA BEN (« Employé Temporaire» à la chaîne française de TV France 24) qui, comme vous, affirment en permanence des inexactitudes sorties tout droit de l’imaginaire.

    EN REPONSE A VOS GRIBOUILLAGES ECONOMICO-POLITIQUES, JE DIRAIS :
    ================================================================

    (1) L’Hôpital des Instructions des Armées (le Chef de l’Etat a récemment été interné) à Libreville, l’Hôpital régional d’Oyem, l’Hôpital A. Sweitzer de Lambaréné, l’Hôpital Paul Igamba de Port Gentil, l’hôpital Amissa BONGO ONDIMBA de Franceville , …etc. ne sont des « mouroirs » que dans l’imaginaire des pataphysiciens : des milliers de vies y sont sauvées chaque année.

    (2) Concernant le logement, veuillez mettre à jour vos sources et données d’informations cela vous évitera d’affirmer des énormités en public, et vous aidera à ne plus laisser votre moelle épinière empiéter sur votre cerveau dans vos raisonnements.

    (3) Concernant les transports et votre allusion à la société SOTRAVIL, je vous croyais capable de suggérer ici un désengagement du Gouvernement dans ce secteur au profit des municipalités à qui devrait incomber à mon sens l’organisation des transports publics en zone urbaine. Mais je m’aperçois que je m’étais vraiment trompé. Alors Pardon. Oui, veuillez me pardonner d’avoir cru un instant que vos synapses étaient capables de catalyser des inférences aussi élémentaires.

    (4) Enfin, pour ce qui est des embouteillages par vous mentionnés, je dirais ce qui suit :
    A Paris il y a des embouteillages, c’est donc la résultante d’une mauvaise gestion des gouvernants ? Non, Monsieur.

    Pour terminer, je dirais que si le pragmatisme et l’humilité intellectuelle sont synonyme de débilisme mental dans votre esprit, alors merci pour votre conclusion. Dans le cas contraire, songez à mon anecdote du chien et du vétérinaire.

    Que Dieu bénisse le Gabon.

    J’ai dit.
    DR ESSONO NGUEMA.

  23. sven markus

    1 Juin 2009 a 06:25

    M ESSONE NGUEMA,
    c´est vraiment pathétique de lire vos élucubrations sur ce forum qui en passant est devenu pour vous une tribune de propagande du régime obcurentiste de Bongo . Vos analyses ( si on peut appeler cela analyses)voudraient que le gabonais reste encore au stade animalier,hostile à tout processus de changement malgré les carences notoires dont ce régime a étalé pendant plus de 40années.
    Comprenez -le une fois pour toute que le GRAND CAMARADE a trompé le peuple :
    1. les réalisations dont vous faites illustrations ne le sont que d´une vue d´esprit car au gabon il y d´ hopitaux que de nom car ceux qui existent sont vétustes , des mouroirs en somme la preuve en ait que le GRAND CAMARADE est contraint de venir se
    soigner en espagne .
    2. Les routes pardon les pistes qui ont été faites n´ont guère tenu le coup raison pour la quelle vous roulez en 4×4. A titre d´information le troncon qui va de libreville vers chez toi au nord est une illustration de la mauvaise foie du gouvernement que
    vous adulez en ce cela que l´UNION EUROPEENE avait demandé que le troncon LIBREVILLE -EBORO(frontiere gabon-cameroun) soit une route à 4 voies mais votre gouvernement a preféré se contenter du
    “service minimum” en construisant une route tout sauf droite et
    sur la quelle deux camions peuvent à peine circuler de part et d´autres en revanche du côté camerounais les normes avaeint été respectées.
    3. Le gabon est le pays le moins peuplé parmi les pays franco-phones et disposant des richesses conséquantes ayant dûes le placées parmi les plus developpés d´afrique or les jeunes gabonais fautes de trouver des fillière et des structures universitaires adéquates sur place vont se former au sénegal en sôte d´ivoire, au bourkina faso…
    4. Les logements :Libreville est l´une des capitales francophone qui détient le record du plus grand nombre de quartiers sous integrés ( Cocotiers, venez voir, kinguelé, la baie de cochons,petit paris,belle peinture,melen,akebé plaine akebe frontiere,belle vue,atsbitsos,atong abé….)
    5. Les transport en commun: c´est un vocable qui n´est pas connu des librevillois depuis la defunte SOTRAVIL , les usagers sont contrains de se battre chaque jour pour empreinter un taxi afin de se rendre au travail ou en cours.Pendant des heures de pointe la circulation devient impossible en raison des embouteilleges qui, elles sont la résultante d´un nombre important de vehicules en circulation et surtout de la CESSITE DES GOUVERNANTS QUI POUR AUTANT ONT RESPECTES LES CLAUSES DE L´ENGAGEMENT DECENAL c´est à dire RENTRER SERVIR LE GABON AU TERME DE LEUR FORMATION de proceder à l´extension des quelques routes existentes.
    Au terme de ce constat qui est de très loin d´être exhaustif je crois qu´in faut êtreune PRIMATE en somme un débil mental pour tenir des discours soporiphique du régime du GRAND CAMARADE Omar bongo ondimba.

  24. Dr ESSONO NGUEMA

    1 Juin 2009 a 04:35

    Cher compatriote Stratégie,

    Je suis également ravi de vous lire à nouveau. Et votre dernière intervention est bien conforme au style constructif qui a toujours été le votre et qui fait mon admiration pour vous.

    Ceci dit, il ne fait aucun doute qu’après ce que nous les bongoistes nous assimilons à la “Renaissance de l’Aigle Royal”, le retour dans quelques jours d’Hadj Omar BONGO ONDIMBA permettra indubitablement au processus de développement du Gabon d’entrer dans une nouvelle phase : l’envol glorieux de la renaissance aura bien lieu.

    Voyez vous, le Chef de l’Etat nous a toujours appris que le développement est un défi permanent qui ne s’accommode pas de contentement. Vos suggestions, cher M. Stratégie vont également dans ce sens.

    J’ai dit sur ce forum et ailleurs qu’à mon sens beaucoup a été fait par BONGO ONDIMBA au Gabon et beaucoup reste également à faire.

    Notons par exemple qu’il n’existe pas en Afrique noire francophone, un seul pays capable d’aligner simultanément l’équivalent (en terme de développement) de :
    Libreville, Franceville, Lambaréné, Mouila, Tchibanga, Makokou, Koula-Moutou, Port-Gentil et Oyem.

    C’est à dire 9 capitales provinciales où l’on trouve des voiries bitumées, de l’eau courante, de l’électricité, des centres hospitaliers, des écoles, des collèges, des lycées, des écoles publiques professionnelles, des aéoroport entièrement bitumés
    …etc.

    On trouvera toujours des pays où la capitale est peut être plus belle que Libreville, ces pays auront parfois une deuxième ville très développée aussi. Mais lorsque l’on examine calmement tous les pays d’Afrique noire francophone, on s’aperçoit très vite qu’aucun autre que le Gabon, n’a réussi placé toutes ses capitales provinciales à un niveau de développement aussi avancé.
    Nous devons celà à un homme : Hadj Omar BONGO ONDIMBA.

    L’une des conséquences qui en découlent est qu’à ce jour, des tas de jeunes cadres et moins jeunes, rentrant fraîchement de formation faites en Europe ou aux USA (…etc.) sont très heureux d’être affectés à Oyem, à Koula Moutou, ou Tchibanga où non seulement toutes les infrastructures de base existent mais aussi et surtout la vie est agréable (coût et qualité). C’est une performance dont nous devons être fiers, nous gabonais plutôt que de “jeter le bébé avec l’eau du bain” comme le préconise les adeptes de la pataphysique.

    Remémorons nous également l’époque où BONGO ONDIMBA a simultanément fait construire :

    – l’Hopital pédiatrique d’Owendo ;
    – le Chemin de Fer Transgabonais ;
    – les échangeurs de Lalala, de la RTG, et de l’aéoroport ;
    – le stade Omnisport Président Bongo ;
    – les jardins de la Peyrie ;
    – la cité de la démocratie (ancienne cité du 12 mars);
    – la voie express ;
    – le boulevard à quatre voies du Bord de Mer ;
    – la sigalisation lumineuse dans tout Libreville ;
    – le lycée technique national Omar Bongo Ondimba ;
    – ….etc. (la liste est trop longue)

    Dans cette période ceux qui venaient au Gabon étaient dans un étonnement encore plus grand que ceux qui aujourd’hui découvrent les merveilles de la Guinée équatroiale. Oui BONGO ONDIMBA a beaucoup fait pour le Gabon, et il aime profondément son pays et son peuple.

    Pour autant malgré ces réalisations de Hadj Omar BONGO ONDIMBA, beaucoup reste à faire car des gabonais souffrent encore : ils n’arrivent pas à se nourrir, à se soigner,…etc. Et tant qu’il y aura encore même un seul gabonais dans cette situation, nos efforts de développement, notre ardeur au travail devront être encore plus intenses. C’est aussi l’une des choses que j’ai apprise à cette école de la vie à laquelle nous invite en permanence Hadj Omar BONGO ONDIMBA.

    Ardeur au travail signifie aussi proposer des choses pertinentes et plausibles comme vous le faites cher Stratégie et contribuer à leur mise en oeuvre car c’est surtout celà que notre principal dirigeant attend de nous : d’être d’infatiguables bosseurs au service de notre pays.

    L’heure n’est pas aux injures permanentes ou aux “Oyé Oyé” : il s’agit de bosser durement encore et toujours comme nous l’apprend chaque jour, par l’exemple, Hadj Omar BONGO ONDIMBA.

    Oui ! le développement est bien un défi permanent.

    Bravo pour votre contribution cher stratégie.

    Du reste, j’observe que même la proposition de constitution faite récemment à Bruxelles par quelques compatriotes est une contribution que les esprits sages gagneraient à examiner à tête reposée pour voir ce qu’il y a de bon ou de mauvais dans cette affaire. Telle sont ma conviction et ma position.

    C’est dans la complémentarité et le respect mutuel que nous contribuerons à hisser encore plus haut notre pays.

    Encore bravo pour vos suggestions cher Stratégie et Ne vous inquitètez pas des injures de ceux qui refusent de travailler pour le Gabon : une pièce de monnaie a toujours deux faces et il y a de tout dans une “famille”.

    Longue vie au Président
    et que Dieu bénisse le Gabon.

    Dr ESSONO NGUEMA

  25. OBAMIKO

    31 Mai 2009 a 16:52

    Pourquoi terminer les commentaires par:”j’ai dit” es tu franc maçon? que celui qui se reconnais, reponde, sa position sera mieux comprise.

  26. Dr ESSONO NGUEMA

    31 Mai 2009 a 11:48

    Hadj Omar BONGO à Barcelone où
    LA RENAISSANCE DE L’AIGLE ROYAL
    ===============================

    Depuis plusieurs semaines, divers acteurs nationaux et internationaux, vraisemblablement mal intentionnés, répandent des nouvelles alarmantes et dénuées de tout fondement sur l’état de santé du Chef de l’Etat. Cela malgré deux communiqués de la Présidence de la République donnant des informations officielles et précises sur les jours de repos pris par son Excellence Hadj Omar BONGO ONDIMBA.

    Si quelques esprits naïfs se sont montrés réceptifs à cette tentative de l’ataraxie dans laquelle vit le peuple gabonais, ces fausses nouvelles n’ont heureusement pas pu ébranler la sérénité des vrais bongoistes (ceux des première et actuelle heures) pour qui, le séjour barcelonais de celui qui préside aux destinées du Gabon depuis 42 ans, Hadj Omar BONGO ONDIMBA est assimilé à la « Renaissance de l’Aigle Royal ».

    En effet, selon une tradition amérindienne bien connue et basée sur des faits réels, l’Aigle Royal a (comme tous les aigles) la plus longue vie de tous les oiseaux de son espèce. Toutefois lorsqu’il atteint environ 40 ans :

    – ses longues serres devenues trop flexibles ne lui permettent plus de se saisir efficacement de ses proies ;
    – son bec habituellement long et pointu devient trop recourbé ;
    – ses ailes deviennent lourdes à déployer en raison de leurs nombreuses
    anciennes plumes épaissies.

    L’Aigle Royal est alors confronté à un choix difficile : mourir ou passer par un processus très douloureux de changement qui durera 150 jours, soit 5 longs mois.

    Ce processus exige que l’Aigle Royal cherche une montagne très haute et vole jusqu’à son sommet pour s’y asseoir.

    Là, l’aigle commencera à arracher ses plumes avec son bec.

    Après quoi, il va frapper à plusieurs reprises son bec contre un rocher pour le casser et s’en débarrasser.

    Une fois débarrassé de son bec, il va également frapper plusieurs fois chacune de ses pattes contre un rocher afin d’arracher ses serres.

    A ce moment précis l’Aigle Royal est ensanglanté et extrêmement fragilisé.

    Ensuite, il va attendre calmement, en tremblotant de froid, qu’un nouveau bec pointu et rigide repousse, que de nouvelles serres se développent à ses pattes, et qu’un nouveau plumage apparaisse sur l’ensemble de son corps.

    Puis, après cinq mois de douloureuse patience, l’Aigle Royal retrouvera toute sa puissance et prendra son glorieux et célèbre envol de renaissance : il pourra alors affronter victorieusement les challenges de la vie durant au moins 30 années supplémentaires.

    Au regard de l’épreuve familiale qu’il a récemment connue, des défis auxquels doit faire face aujourd’hui notre pays, et des attaques récurrentes d’ONG internationales qui s’acharnent subitement sur lui tels des « charognards » (pour paraphraser Mme YADE RAMA, Secrétaire d’Etat français, qui utilisa cette expression pour un autre Chef de l’Etat à une période bien précise), il était important que le Chef de l’Etat gabonais, son Excellence Hadj Omar BONGO ONDIMBA prenne quelques jours de repos afin de se « réoxygénérer » (comme aime à le dire l’actuel Maire de Libreville) au « sommet d’une montagne très élevée ».

    L’ENVOL GLORIEUX DE LA RENAISSANCE aura donc bel et bien lieu : Hadj Omar BONGO ONDIMBA sera bientôt de retour dans son pays, à la grande joie de son peuple qui l’attend et qu’il a lui aussi hâte sans doute de retrouver.

    Que Dieu bénisse le Gabon.

    S. ESSONO NGUEMA

  27. MILANG MI SI

    31 Mai 2009 a 11:18

    COMMENT CA? NO PUBLICATION FOR Dr ESSONO NGUEMA? UNBELIEVABLE!!!

    MILANG MI SI a bel et bien lu un papier quelque part intitule L’Enigme Gabonaise: Pays riche, mais peuple pauvre. Essono Nguema et al. Nature 2008. Tenez vous bien, Impact Factor: 55

    Dr ESSONO NGUEMA a ne bebla. Good luck Professor ESSONO NGUEMA.

    MILANG MI SI.

  28. Stratégie

    31 Mai 2009 a 10:30

    A l’attention du Dr ESSONO NGUEMA,

    Je suis heureux de constater votre retour dans ce forum où la haine et l’insulte sont partagées par un grand nombre d’internautes. C’est bien dommage! En cette période que traverse notre pays, nous avons besoin de nous rassembler pour l’intéret supérieur du Gabon et des Gabonaises.

    J’ai conscience que le président Bongo n’est pas éternel, mais je souhaite vivement qu’il se rétablisse afin de reprendre les commandes du pays. Qu’il montre à tous les opposants qui n’ont aucun projet pour le Gabon si ce n’est que de vouloir sa mort que nous sommes dans un pays où tout est possible. Pour ce, il doit revoir fondamentalement sa façon de faire la politique: les objectifs et les priorités doivent etre redefinis. Malgré son age très avancé et les quarante années au pouvoir, il peut toujours reconstruire un autre Gabon. Après tout la politique est l’art de relever les défits et c’est même ce qui fait son charme PAR RAPPORT à d’autres secteurs du savoir humain. Que le président Bongo se dise bien qu’en politique il est toujours trop tard pour être pessimiste.

    Une proposition pour le Dr ESSONO NGUEMA. A défaut de sieger éternellement à la Cour constitutionnelle comme en France, je pense que nous devons voter un projet de loi qui ferait des anciens présidents de la République des Sénateurs à vie avec rang de vice président du Sénat.

    Comme d’habitude, j’attends les insultes des militants du BDP.

    Que Dieu bénisse le Gabon et qu’il nous protège.

    EMALB

  29. Dr Tsira Nfoulou

    31 Mai 2009 a 09:14

    A ESSONO NGUEMA,
    C’est assez étrange car j’ai cherché ton nom dans des sites de recherches et des bandes de données, tu n’es connu nulle part. Comment as tu pu avoir ton doctorat? dans quelle université?, tu auras pu avoir au moins une publication dans des journaux de référence mais c’est pas le cas. Tu n’es connu nulle part sauf au site du BPD où tu te manisfestes par des alliénations intéllectuelles. C’est vrai que tu veux te croire au niveau du Dr Mengara, dans ce cas, créer un site bongoiste et on verra tes productions intéllectuelles. Il faut faire attention au titre que vous violez. Ces titres sont difficiles et quand on les a, on est universellement connu, il suffit de cliquer ton nom même dans google ou pdmed etc…. pour voir afficher ses travaux. Ton titre de docteur, je le conteste et sans preuve je n t’appellerai pas Dr, je comprends pourquoi tu es bongoiste car tu ne peux avoir du job ailleur, c’est l’endroit idéal pour tous ceux qui ont échoué et qui savent dire bongo oyé oyé soutien, il fera d’eux des ministres ou les nommer à des postes de responsabilité au détriment des compétnts. Tu rèves de voir bongo de retour, sans lui tu n’es rien, c’est assez difficil…. tu ne le verras plus comme auparavant….

    Dr Tsira Nfoulou,
    Virologue à l’IRD
    France

  30. Dr ESSONO NGUEMA

    31 Mai 2009 a 07:32

    Léger oubli de ma part dans ma dernière intervention:
    =====================================================
    En sus du gouvernement, la constitution habilite également (Cf. article 13) les bureaux des deux chambres du parlement statuant ensemble à la majorité de leurs membres à saisir la Cour Constitutionnelle.

    Cependant, vous aurez également noté que là aussi les choses sont claires pour nos deux chambres du parlement contrairement aux élucubrations des pataphysiciens du BDP : selon le Sénat et l’Assemblée la constitution n’interdit nullement au Chef de l’Etat de prendre quelques jours de repos. La vacance tant mentionnée par le Bloc Des Pataphysiciens n’existe donc que l’imaginaire et dans les cerveaux en pleine dégénérescence des sieurs bédépistes.

    La BBC s’en est probablement du reste aperçue également.

    Le Petit Larousse, qui avait prévu à priori les cas de MENGARA MINKO et ELLA, est très clair au sujet de la définition de la Pataphysique….et donc du Bloc Des Pataphysiciens.

    Longue vie au Président Hadj Omar BONGO ONDIMBA
    et que Dieu bénisse le Gabon.

  31. Dr ESSONO NGUEMA

    31 Mai 2009 a 03:56

    Chers tous bonjour,

    En réaction à ma dernière intervention, mes compatriotes et frères Ngoneba, Mbengman, Josee et Nkum Ekiègn ont affirmé des choses assimilables à mon sens, à ce que les philosophes appellent des « pétitions de principe ».

    Il est certes vrai que chacun de nous défend le camp dans lequel il se reconnaît.

    Pour ma part, j’ai déjà indiqué sur ce forum que je suis BONGOISTE (et je ne le dis pas du bout des lèvres en murmurant mais avec conviction et humilité). Ce qui signifie que j’appartiens à un courant politique qui s’inspire de la pensée et des actes politiques de Hadj Omar BONGO ONDIMBA. Je suis donc solidaire des succès et des échecs (beaucoup a été fait et beaucoup reste à faire) de l’action passée, présente et futur de Hadj Omar BONGO ONDIMBA à la tête du Gabon. Et, je suis d’avis que le bongoisme a un passé plein d’avenir » mais je conçois aisément que d’autres sur ce forum puissent être d’un avis différent : la complémentarité n’existe que s’il y a différence.

    Pour autant, j’aurais tant aimé que ceux qui adhèrent aux élucubrations énoncées par le Porte Parole (NDLR : M. ELLA Bruno plus connu dans sa famille sous le sobriquet « Petit ») du Bloc De Pataphysiciens – BDP – lors de l’entretien qu’il a eu avec la BBC me démontrent ici le contraire de la vacuité que j’ai relevée dans ses propos.

    En effet :

    A . QUE DIT LA CONSTITUTION GABONAISE AU SUJET DE LA VACANCE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE ?

    Une lecture sage et responsable de la Constitution gabonaise permet de constater qu’elle dispose en son article 13 que :

    « En cas de vacance de la présidence de la République pour quelque cause que ce soit, ou d’empêchement définitif de son titulaire CONSTATES PAR LA COUR CONSTITUTIONNELLE SAISIE PAR LE GOUVERNEMENT ET STATUANT A LA MAJORITE ABSOLUE DE SES MEMBRES, ou à défaut, par les bureaux des deux chambres du Parlement statuant ensemble à la majorité de leurs membres, les fonctions du Président de la République, à l’exception de celles prévues aux articles 18, 19 et 116, alinéa 1er, sont provisoirement exercées par le Président du Sénat ou, en cas d’empêchement de celui-ci dûment constaté par la Cour constitutionnelle saisie dans les mêmes conditions que ci-dessus, par le premier Vice-Président du Sénat (L. 1/97 du 22 avril 1997). »

    En d’autres termes, selon la Constitution de notre pays, seule la Cour constitutionnelle est habilitée à constater la vacance de la Présidence de la République en statuant à la majorité absolue de ses membres, après avoir été initialement saisie par le Gouvernement.

    Or, que constate-t-on ? Que le Gouvernement informé officiellement de la décision de repos momentané prise par le Chef de l’Etat, Hadj Omar BONGO ONDIMBA, n’avait aucune raison objective et légale de saisir la Cour Constitutionnelle pour faire constater une quelconque vacance. Mieux : le Chef du Gouvernement s’est exprimé dans ce sens sur les antennes de la télévision gabonaise.

    Que l’actuelle constitution soit bonne ou mauvaise, il est indéniable que c’est qui pour l’instant est en vigueur au Gabon, et non les assertions creuses des cerveaux dégénérescents du leader et du porte parole du BDP.

    B . QUELLES DEMOCRATIE ET GOUVERNANCE VEUT PROMOUVOIR LE BLOC DES PATAPHYSICIENS – BDP ?

    Il est courant, chers tous, de voir sur ce forum MM. MENGARA MINKO Daniel (Président) et son cousin ELLA Bruno (Porte Parole) vouloir donner des leçons de démocratie aux gabonais parce qu’ils les considèrent comme des attardés en la matière. Pour autant, quelques éléments simples permettent de juger leur action proportionnellement aux rôles que deux adeptes de la pataphysique s’imputent à ce jour :

    (1) le BDP n’a aucune existe légale (même en tant que simple association) à ce jour ni au Gabon, ni en France, ni aux Etats-Unis, ni ailleurs : c’est une structure informelle et imaginaire ;
    (2) Depuis un peu plus de dix ans M. MENGARA MINKO Daniel (enseignant de civilisation africaine aux EU) s’autoproclame Président de cette structure imaginaire et a même nommé son cousin ELLA Bruno (Dentiste en France) Porte parole de son affaire. Tout cette gestion familiale sans la moindre élection ;
    (2) à ce jour le Porte Parole et son Président sont les deux seuls membres en réalité du BDP ;
    (3) en dehors de la critique quotidienne d’un existant théorique qu’ils s’inventent depuis leurs exils imaginaires, MENGARA MINKO Daniel et ELLA Bruno n’ont à ce jour apporté aucune contribution intellectuelle sur des domaines tels que la santé, l’éducation, l’économie,…etc., relativement au développement du Gabon ;
    (4) en décidant de travailler dans leur pays de formation, MENGARA MINKO et ELLA ont choisis de violer les contrats qu’ils ont signés avec l’Etat Gabonais et qui leur ont permis de bénéficier de bourses d’Etudes. Ces contrats stipulaient qu’à la fin de leurs études ils devaient rentrer au Gabon y travailler pendant au moins 10 ans. Par cette violation, MENGARA MINKO et ELLA sont désormais des cas flagrants d’inefficacité des dépenses publiques consentis par l’Etat Gabonais pour leurs formations respectives.

    Le plus déplorable et je le redis ici, c’est que je connais et mesure bien les sacrifices consentis par l’oncle de M. ELLA (qui l’a élevé) pour lui permettre de faire ses études. Cet homme aurait été si heureux de voir son « fils » revenir au pays s’occuper médicalement de lui (à l’heure où il est très souffrant). Mais rien ! ELLA Bruno que son oncle appelle affectueusement « Petit » préfère le laisser souffrir et peut être même mourir, pendant que ce cher DOCTEUR développe des théories de pataphysique à Bordeaux, en mangeant du Camembert et buvant du vin de très bonne qualité et aux coûts très élevés.

    Quelqu’un qui fait preuve d’un égoïsme si avilissant et d’une ingratitude aussi cruelle à l’égard de son pays qui lui a chèrement payé des études et de son oncle (la main qui l’a nourrit) qui est aujourd’hui souffrant : EST-IL CAPABLE DE SE DEVOUER POUR LA CAUSE DE SES COMPATRIOTES GABONAIS ? EST-IL CAPABLE DE PROMOUVOIR LA DEMOCRATIE ?

    Ma réponse est sans appel : NON. Et, cette réponse s’applique également à cet être sans pesanteur intellectuelle et ancré dans l’imaginaire qu’est MENGARA MINKO Daniel (cousin de M. ELLA Bruno).

    Hadj Omar BONGO lui dès son jeune âge a choisi de se mettre au service de sa famille et des autres gabonais…Voilà aussi pourquoi il sert notamment de référence aux bongoistes dont je suis.

    C. IN FINE

    Chers MENGARA MINKO Daniel et ELLA Bruno vous avez obtenu des cartes de séjour de longue durée et autres passeports de vos pays d’accueil en trompant Hadj Omar BONGO ONDIMBA qui lui et son gouvernement avaient misé sur vous pour développer notre pays le Gabon. Aujourd’hui, vous les traitez de tous les noms d’oiseaux en espérant que cela vous apportera des avantages et privilèges particuliers (comme l’ont fait d’autres avant vous).

    Bien que rongés par la cécité intellectuelle, utilisez (MENGARA MINKO et ELLA) de grâce ce qu’il vous de votre conscience….Il n’est pas trop tard pour sortir de l’imaginaire dans lequel est pris en otage votre cerveau.

    Une seule information pour terminer : le Président Hadj Omar BONGO ONDIMBA va bien et sera bientôt de retour au Gabon à votre grande désolation.

    A celui qui a parlé de « mebi », je répondrais par une sagesse gabonaise en la matière : « ya mebi me yeduck, ya mebi me ya boum : é ma me ya aboum é me ma dan abuigne .
    Ma yene assouck duè a ne mebi me ya aboum a vala wa yene ma a ne mebi me ye educk»

    Longue vie au Président et que Dieu Bénisse le Gabon.

    J’ai dit
    Dr ESSONO NGUEMA
    Libreville GABON

  32. Jean-félix N.

    29 Mai 2009 a 13:18

    la majorité des dirigeants des grands pays occidentaux ont des diplômes d’avocats,sarkozy, Obama,et bien d’autres. Hilari clinton qui a failli briguer la présidence aux Etats-unis est elle aussi avocate. Beaucoup n’ont pas été de bons homme politiques encore moins de bons présidents; on verra peut-être avec Obama. Ce metier d’avocat leur a simplement servi de tremplin pour emballer les foules, et gagner les elections présidentielles,mais les actes n’ont toujours pas suivis leurs promesses de campagne. Je veux par là dire que le niveau intellectuel ne demontre pas l’intégrité humaine d’un individu . Les qualités intellectuelles ne vont malheureusement pas de paire avec les qualités humaines. Avoir parlé de Mba Obame comme un doctorant peut rendre ses mauvais actes légitimes selon l’entendement de certaines personnes admiratifs devant tout ce qui est doctorat. Je soutiens DR MENGARA, pas parceque il a un doctorat,mais parceque c’est un intellectuel qui semble avoir refusé toute forme de ralliement au pouvoir. C’est le seul a montré qu’il veut vraiment servir les Gabonais.

    Dans plusieurs histoires bibliques on voit bien que Dieu s’est toujours servi des ges intègres pour changer le destin d’un peuple.
    Et le Gabon n’a malheureusement encore jamais eu un leader incorruptible. Et c’est là le vrai problème dans notre pays. J’ose esperer que notre compatriote MENGARA ne ferra pas comme les autres un jour. Cela m’étonnerait beaucoup parceque traiter Bongo d’animal c’est marquer une distance claire avec le régime.

    Je vis en Europe depuis une dizaine d’années; Nombreux de mes amis Docteurs dans diverses diciplines sont des gens simples. certains sont vigiles dans les supermarchés, et d’autres enseignents. Ce sont des gens honnêtes privés de gloire ,mais qui mènent bien leurs vie, et dont j’admire l’humilité. Je crois que nous Gabonais devons éviter de nous laisser impressioner pas les Docteurs en ceci ou celà, mais regarder avant tout aux qualités humaines. Les qualités intellectuelles doivent venir après.

    Vanter les diplômes peut servir à masquer les incompétences. Je suis ingénieur, mais je n’en fais jamais état sauf, lors de mes entretiens d’embauche.

    Nous Gabonais mettons l’accent sur le paraître et c’est cela qui nous tue. Lorsqu’une Pagerot 4X4 passe devant nous, nous sommes litéralement transportés , prêt à donner notre soeur à celui ui conduit cette Pagerot, afin de se sentir exister.
    C’est cela qui a permis à Bongo et à son entourage d’abuser de nombreuse familles au Gabon. Le changement du Gabon viendra aussi du changement de nos mentalités. Je considère que MBA Obame n’est pas Docteur, et qu’il n’est rien du tout, en ayant contribué à écraser ses compatriotes auprès du dictateur Bongo.

  33. Mbengman

    29 Mai 2009 a 11:44

    Comme il est nul ce docteur! Moi j’ai bac moins cinq mais je ne peux pas defendre le bongoisme. Dieu vous a-t-il dit qu’il avait confie a Bongo la gestion du Gabon? Dans tous les cas si cet enfoire n’est pas encore mort, il le sera dans un futur proche. Cela est ineluctable, malheureusement il laissera des rejetons comme le fameux docteur qu’il faudra certainement nettoyer au karcher si nous voulons reconstruire le Gabon!

  34. ngoneba

    28 Mai 2009 a 19:06

    Ah Essono Nguema, nguè wa engogoh!pour quelqu’un qui réfléchit et qui soit disant a une hauteur d’esprit, tu devrais au moins comprendre le caractère légitime des revendications de tes compatriotes et de leur soucis de dire la vérité (au moins pour une fois au gabonais);

    on nous a menti depuis 42 ans, et ce grâce aux esprits à l’envers comme le tien. Tu te soucis de ton ventre,mange-bien, c’est pas grave et on ne t’en veut pas. Mais de grâce, aies pitié, je dirai même ayez pitié de nos pauvres intelligences étouffées par vos mensonges depuis 5 décennies. Si au moins quelqu’un a le courage de nous dire la vérité, et ce en dépit de vos nombreux menaces et chantages, fichez-nous la paix.

    S’en est trop et franchement on en a marre. Vous avez habitué le Gabonais à préférer le mensonge qui arrange à la vérité qui dérange, laissez-nous pour une fois accéder à une vérité, même si ça vous dérange. Est-ce trop vous demander en 42 ans de dictature? Devenez humains pour une fois,même si cette requête semble impossible à vos gros ventres bourrés d’argent qui soit disant manque pour subvenir au bien-être de la population.

    Vous parlez d’injures, vous qui vous croyez intellectuel, de grâce renseignez-moi, existe-t-il d’autres mots pour qualifier les gens qui s’approprient des biens qui ne leur appartiennent pas au détriment du bien-être commun? Je crois que ça s’appelle “voleurs, corrupteurs, méchants, démons”. Je ne suis peut-être pas aussi intelligente que vous, je vous laisse donc le soin de compléter vous même la liste et vous me direz où se situe l’injure; bien entendu après avoir décrit de manière détaillée votre bilan politique semi séculaire. Vous comprendrez alors qu’il n’y a aucune injure, simplement un énoncé de faits avérés. Mieux encore,il n’existe certainement pas de mots dans le dictionnaire pour décrire votre bilan. Ah oui,y a le mot génocide, vous y adjoindrez le complément qui vous semblera approprié.

    Que Dieu bénisse le gabon et longue vie à Omar Bongo (pour reprendre vos mots), non pas pour qu’il continue à nous piller, mais dans l’espoir qu’il devienne un jour humain et qu’il ait l’occasion (de son vivant) de faire un examen de conscience,bien entendu s’il en a une.

  35. societe

    28 Mai 2009 a 12:48

    Après avoir vécu pendant « plus de trois ans (…) une épreuve particulièrement difficile avec la maladie de son épouse » Edith Lucie, décédée le 14 mars à Rabat, on s’attendait à ce que le chef de l’Etat gabonais retrouve non pas la grande forme de ses 40 ans, mais au moins ses habitudes et son rythme de travail, lui qui connaît mieux que quiconque, la politique gabonaise du bout des doigts.

    Non ! Ce n’est ni les habitudes, ni son rythme de travail qu’il a retrouvé, mais la vérité qu’il a toujours gardée secrète depuis 1998, date ou son cancer a commencé à s’aggraver.

    En effet, au sortir des élections présidentielles de 1998, Omar Bongo Ondimba est foudroyé par une crise de cancer du pancréas. A l’époque les populations sont rapidement informées de sa mort. Le journal MISAMU de l’époque avait indiqué la provenance de ces indiscrétions. Certains barons politiques notamment (feu Georges Rawiri, Zacharie Myboto, feu Agondjo Okawé, Paulette Missambo…) sont accusés de complot. En fait, le complot dont ils sont accusés concerne la divulgation de l’Etat de santé du chef de l’Etat dont ils ont l’information.

    Après avoir subi les premières épreuves de chimiothérapie, une conférence de presse réunissant tous les médias gabonais et internationaux est organisée à la présidence de la République.

    L’opinion a retenu cette déclaration prédictive d’Omar Bongo Ondimba : « je tiens une couronne pour chacune des têtes qui ont laissé véhiculer que j’étais mort ». En fait, le président mettait en garde tous ceux qui savaient qu’il était atteint de cancer si jamais ils laissaient encore échapper la moindre fuite sur ce sujet.

    Pourtant, c’est bien à partir de ce moment que vont se déclencher les préparatifs pour la succession au pouvoir. Le Sénat devient la chambre haute, et son président celui qui doit assurer l’intérim en cas de vacances de pouvoir.

    Aux élections de 1998, l’on retiendra que Maître Agondjo n’était pas candidat et son PGP a soutenu des bouts des lèvres un candidat d’un autre parti. Missambo va quitter l’éducation nationale pour le ministère du travail et Zacharie Myboto va prendre conscience qu’il ne peut être choisi comme dauphin, aussi va-t-il se mettre à préparer sa sortie du régime pour lancer son parti politique. Mba Abessole, informé, va rallier la majorité avec Maganga Moussavou et les autres pour mieux se positionner. Mamboundou de l’UPG ne sera informé que bien après les élections de 2005 et va finalement rentrer dans les rangs.

    Aussi depuis 1998, les absences d’Omar Bongo chaque mois du Gabon n’auront en réalité pour cause que les épreuves de chiomio qu’il devait subir au début à Paris, puis finalement au Maroc pour motif de discrétion. La maladie s’aggravant, et profitant depuis plus de trois ans de la maladie de son épouse Edith Lucie Bongo Ondimba, décédée le 14 mars à Rabat, Omar Bongo allait régulièrement à l’étranger pour suivre son traitement.

    La mort de son épouse coïncide curieusement avec presque une aggravation attendue de son cancer, de son diabète et de sa prostate. Arrivé à bout des bombardements au chimio, Omar Bongo et ceux qui savent sont conscients que c’est le moment de la fin.

    Après François Mittérand, qui a caché pendant près de 15 ans son cancer, Omar Bongo Ondimba vient de voir l’histoire le rattraper. Mais en grand, il a su mettre en place une constitution qui ne souffre d’aucune ambiguïté pour sa succession. Reste au PDG, à ses alliés et à l’opposition politique de gérer sans heurts cette transition plus ou moins claire dans le calme pour que le peuple gabonais y gagne.

    © / DESMOND Dolinet

  36. Josee

    28 Mai 2009 a 12:46

    Ah Essono,

    Wa paniquez Nze. Si Bongo meurt, le Gabon ne va pas mourir avec lui. Bongo n’est qu’un mortel comme toi et nous. Nous allons tous y passer un jour.

    Ton ventre n’aura plus certe des Bongo CFA mais tu ne vas pas mourir de faim.

  37. Nkum Ekiègn

    28 Mai 2009 a 09:03

    essono nguema o ne ndzimane mbot!! é doctorat obele a ne mebi!! mebi!! me ta wua a ne mebi me ye édouk!!!!

  38. Dr ESSONO NGUEMA

    27 Mai 2009 a 16:08

    Chers tous, bonjour.

    C’est vraiment un privilège, voire même une grâce, que de vivre en direct sur ce forum, la dégénérescence intellectuelle des deux seuls membres de ce qu’il reste du Bloc Des Pataphysiciens (BDP) , nos compatriotes minvoulois B. ELLA et autres MENGARA.

    Voyez vous, il y a quelques temps, j’avais souligné ici que la pataphysique semblait être le véritable plus petit commun multiple – PPCM – des bédépistes. Aujourd’hui, à ceux qui auraient encore quelques interrogations sur la réalité à laquelle renvoie ce concept, je dirais qu’il suffit de lire ou écouter M. ELLA (les deux derniers militants et dirigeants de ce qu’il reste du BLOC DES PATAPHYSICIENS)pour avoir une réponse concrête.

    CONCERNANT L’INTERVIEW DE M. ELLA SUR LA BBC
    =============================================
    (1) A la question “où est passé Omar Bongo ?”, bien qu’il existe deux communiqués officiels de la Présidence de la République qui apportent des réponses claires, M. le Porte Parole ELLA (et son informel BDP n’aiment pas du tout ce qui est formalisé) apportent des réponses imaginaires.

    (2) Une lecture moins émotive et moins passionnée de la constitution gabonaise par M. ELLA lui aurait permis d’éviter de laisser sa moelle épinière (i.e. ses réflexes) empiéter sur son cerveau, lors de l’évocation de l’article 13 de la Constitution. Non cher Monsieur ELLA, la constitution n’interdit pas au Chef de l’Etat de prendre quelques jours de repos. J’ajoute du reste, que contrairement à vos élucubrations, le Président BONGO ONDIMBA (après cette période de repos) rentrera très prochainement au Gabon, encore plus frais, remplir la mission présidentielle que l’Eternel Dieu lui a une fois de plus confiée à l’issue de l’élection présidentielle de 2005. Voyez vous, le peuple gabonais aime son Président (et vice-versa) et il l’attend dans le calme et le travail comme l’a souligné le Premier Ministre Jean EYEGHE NDONG EDANG.

    Ceci dit, Je suis tout de même amusé par l’attitude des pataphysiciens ELLA ET MENGARA MINKO : tantôt ils estiment qu’il faut jeter l’actuelle constitution à la poubelle, tantôt ils l’utilisent comme référentiel dans leurs élucubrations.

    Voyez vous chers tous, ces jeunes gens du BDP sont vraiment d’une légèreté qui n’a d’équivalent que leur décision de rester vivre en Occident pour manger au quotidien des hamburgers et autres poulets à la crème fraîche, alors que le Gabon a chèrement payé leurs études pour qu’ils rentrent le servir à la fin de celles-ci. Mais bon ! C’est aussi celà le Gabon.

    Vos devoirs fondent vos droits messieurs ELLA Bruno et MENGARA MINKO Daniel.

    Longue vie au Président de la République,
    Hadj Omar BONGO ONDIMBA
    et que Dieu bénisse le Gabon.

    J’ai dit.

    Dr ESSONO NGUEMA.

  39. bangala pour dictateur nain

    22 Mai 2009 a 15:00

    ça me fait marrer d’entendre dire :”anticonstitutionnel ” en parlant du Gabon
    comme si il s’agit d’un pays démocratique avec une constitution effective, un état de droit réel et un fonctionnement démocratique
    je suis africain mais certains “nègres” (par leur raisonnement) me scie en 2

  40. Societe

    22 Mai 2009 a 12:41

    SOURCES: http://www.nettali.net

    Le président Omar Bongo serait mort
    NETTALI.NET – Le Président gabonais Omar Bongo Odimba hospitalisé à Barcelone en Espagne depuis jeudi dernier serait décédé.

    Hospitalisé dans une clinique à Barcelone depuis jeudi dernier, le président gabonais serait déjà décédé. Même remake que dans le cas du décès de sa femme et fille de Denis Sassou Nguesso, président du Congo, on chercherait pour l’instant, à garder l’information secrète.

    Agé de 73 ans, Omar Bongo est arrivé au pouvoir en 1967 et, à ce titre, détient le record de longévité à la tête d’un pays africain. Il avait suspendu depuis la semaine dernière, ses activités pour « se reposer et porter le deuil de son épouse » décédée il y a un peu plus de deux mois.
    ***********************************
    La présidence gabonaise rassure, des sources dignes de foi confirment son décès
    NETTALI.NET – Après des nouvelles faisant état de la santé préoccupante d’Omar Bongo, la présidence gabonaise a sorti un communiqué dans le but de rassurer sur le fait.

    « Le président de la République, chef de l’Etat, son excellence Omar Bongo Ondimba qui a subi un choc d’une très forte intensité émotionnelle, suite au décès prématuré de sa jeune épouse au terme d’une longue maladie, a décidé de prendre quelques jours de repos en Espagne. Profitant de celui-ci, le président de la République séjourne actuellement à l’Hôpital Quiron de Barcelone, structure médicale de grande renommée internationale pour y effectuer un bilan de santé complet et y suivre des soins appropriés afin d’être au mieux de sa forme pour regagner le Gabon et reprendre au plus vite ses activités », c’est ce qui ressort d’un communiqué issu de la présidence gabonaise qui tente de rassurer sur l’état de santé du président gabonais.

    Des proches du Chef de l’Etat interrogés par l’AFP avaient même évoqué “une intervention chirurgicale”, selon RFI. Information vite démentie par un communiqué de la présidence.

    Nettali.net a eu des informations recueillies de sources dignes de foi selon lesquelles, le président gabonais est bien décédé.

    Agé de 73 ans, Omar Bongo est arrivé au pouvoir en 1967 et, à ce titre, détient le record de longévité à la tête d’un pays africain. Il avait suspendu depuis la semaine dernière, ses activités pour « se reposer et porter le deuil de son épouse » décédée il y a un peu plus de deux mois. Au même moment, la question de sa succession se pose avec acuité au sein de sa famille. En effet, sa fille Pascaline et son fils Ali Ben, se disputent âprement le pouvoir.

    – Par Nettali –
    *********************************

  41. bibalou

    22 Mai 2009 a 11:30

    Malilu t’es fou..
    Y a jamais eu d’insulte dans l’interview de Mengara.
    Ne nous parle pas de Mamboundou qui tout le monde le sait a vire au PDG.
    Tu veux des preuves? renseigne toi..toutes ces voitures rouges qui font ping pong a ndende 9 routes viennent d’ou selon toi?

  42. yolène

    21 Mai 2009 a 11:59

    bonjour madilu, je viens t’écouter l’interview du Dr Ella comme toi je suppose. mais ou as tu entendu des injures? libre à toi de supporter Mamboundou, mais tu n’es pas obligé de dire n’importe koi. allez va!!!!et la maladie de bongo, c’est pas le BDP. ils ont peut être eu l’info avant, c’est désormais confirmé comme ce fut le cas d’edith. allez va!!!!

  43. Madilu

    21 Mai 2009 a 11:50

    pur opposant de sang,et loin de prend parti de OBO,je suis déçus par ce site qui es semble t’il très bas.car à ce que je voits ce site si n’est en générale que un site d’Injure contre Omar Bongo.pensez vos que cela arrangera quelque chose pour le gabon?Je pensait qu’un site devais permettre à un partie politique à s’accaparait le maximum de la part de la population en faisant valoir ses idées!.injurer ce n’est qu’anti-démocratique.Mon chèr Méganra,vous etes loin de conquérir l’esprit des gabonais et par conséquent de toute votre vie n’essayez pas de vouloir brigué la magistrature supréme,sinon vous allez tourné au ridicule et etre une injure à tout opposant qui se respect.Nous esperons que vous n’incarné pas de l’extérieur la qualité des opposant au gabon!!!sinon cela serai une honte populaire.
    Mais tout de meme je vous conseillerai de présenter dans votre site vos idées pour un gabon meilleur comme le fait un certain Pièrre Mamboundou.meme si on n’est pas dans le gouvernement pour profiter des avantages,mais tout au moins la force de proposition d’idées n’est pas exclu si vraiment vous estimez aimez ce chere Gabon et son peuple.Et par la percussion des vos idée,on pourra vous estimé capable d’etre un opposant de mérite,car etre opposant qui le veut,mais qui peux!!!

  44. Mon oeil !

    21 Mai 2009 a 10:28

    Bien incontestablement que BONGO s’offre d’un cancer d’intestin (la prostate, maladie incontournable des présidents, nombreux des président africaines on vu la fin de leur jour, par cette défaillance intestinale). Tout les media du monde ce sont emparés de cette nouvelles.

    Les choses étant ainsi clair, cependant il convient de s’articuler sur les représailles qui en découlent de ce constat.
    Dr Mengara s’y est excellemment bien prêter à l’exercice sur l’analyse de cette situation au point de vue de l’application de la constitution en cas de d’absence/retrait/disparation du président de la république.
    Force est de constater que les entités comme, la cour constitutionnelle, l’assemble national, le Senat, organe de souveraineté du Gabon sont et las, présidé ou sous la responsabilité des PDGistes, donc ami(e) éternelle de BONGO. A cela s’ajoute, Mme Marie Madeleine Mborantsuo, qui est nous s’avons tous, une campagne de BONGO et avec qui ils ont fait des malheureux enfants.

    Somme de tout ce constat acérant, on ne peut espérer que la constitution soit appliquée.Mais, c’est une situation au profit d’une excellente stratégie de communication du BPD et donc du Dr Mengare. A ce titre, d’avoir envoyé officiellement entant que citoyen et président fondateur d’un mouvement politique BD, une Lettre ouverte pour le l’application de la constitution dans la situation que nous connaissant tous. Lettre qui, je précise est à la disposition des media internationaux. C’est un élément supplémentaire, vue la conjoncture judicaire de que connait OMAR BONGO actuellement. C’est une preuve d’un système politique et de ces dirigeants, non respectueux des principes fondamentaux de la démocratie. Car la reconnaissance d’un pays démocrate passe par la liberté et clarté de la justice et donc de la cours constitutionnelle. Mais force est de constater que nous sommes dans un régime dictatorial.
    Comme je disais précédemment, il convient de voir les risques auxquelles la population gabonaise est exposée. D’abord, un extrait de l’article publié par info du Gabon, dont le lien est le suivant (http://www.infosplusgabon.com/article.php3?id_article=3481),
    Je site : (…) Les gabonais ont remarqué depuis plusieurs semaines un déploiement nocturne de militaires dans les rues de Libreville dès la nuit tombée et ce, jusqu’à l’aube. Si les contrôlent d’identité et les fouilles des véhicules se sont intensifiées, aucun dérapage n’a été signalé et l’opération de sécurité se déroule dans le calme.
    Nous pouvons déduire de cet extra d’article, une influence du peuple ayant pour finalité la prise du pouvoir présidentielle par l’actuelle ministre de la défense, je cite Mr ALI BEN BONGO. Ainsi, il y a des questions qui me surgissent. – pourquoi mettre en place un système de sécurité dans toutes les rues des provinces du pays ? Est-ce que pour tout déplacement de BONGO en étranger, un tel dispositif de l’arme a été déployé dans les rues du pays entier?
    C’est sur ces interrogations, que je vous invite solennellement Dr Daniel Meganra à débattre sur ce forum avec tous les Gabonais.

    Merci, ATTENTION, LA MONARCHIE EST EN ROUTE AU GABON!
    vive le Gabon libre !!!!

  45. Petit-Léon MBA-MINKO

    21 Mai 2009 a 06:24

    Si Omar Bongo est atteint d’un cancer intestinal qui rend son état de plus en plus critique de jour en jour, mais diable pourquoi ne libère-t-il pas le pays ? C’est hallucinant !
    Mon homonyme Léon Mba n’avait-il pas signé la continuité du GABON depuis son lit d’hôpital ? Quel est donc cet égoïsme maladif et diabolique qui rend les hommes si têtus, même lorsque la mort leur montre des signes si évidents.
    Bongo tient à montrer vraiment jusqu’au bout qu’il n’aime pas le GABON. Il confirme jusqu’aux portes de la mort qu’il hait ce pays et tous les GABONAIS qui l’habitent !
    La mort le tenaille de tous les côtés. Mais il ne veut pas laisser ce pauvre pays et son pauvre peuple se choisir un nouveau destin. NON. Le bonhomme ne veut pas lâcher l’AFFAIRE. Il tient absolument à étrangler le pays jusqu’au bout. Jusqu’en ENFER.
    Mais que t’a donc fait le GABON comme ça, omar Bongo ?
    Que t’a donc fait mon pauvre PEUPLE pour que tu veuilles absolument l’entrainer avec toi dans l’enfer de tes péchés ?
    Les journaux te donnent mourant. Les médecins disent que ta tumeur est en phase terminale. Et les autorités espagnoles ont commencé le bal des communiqués officiels sur ton cas. Toutes ces choses que tu entends, que tu vois et que tu sens dans ta chair, tu ne les avais jamais ressenties avant. Ce sont des signes qui ne trompent pas. Qui ne trompent JAMAIS. C’est là l’ensemble des manifestations qui précèdent une transition vers un autre état. L’état de dématérialisation de ton existence. C’est une inéluctabilité, cher président.
    Le GABON et les GABONAIS ne sont pour RIEN dans cette réalité.
    Tu as consumé toi-même ta propre existence. Tu en as joui jusqu’à l’ivresse comme personne avant toi dans ce pays. À qui voudrais-tu donc en vouloir pour ce qui t’arrive. Nous mourrons tous un jour. Le million et demi de gabonais que tu tiens dans ta main cancéreuse mourront tous aussi un jour. C’est la loi inviolable de la VIE. C’est ainsi. Il est écrit dans le sang qui circule dans vos veines que chacun de nous mourra quand son corps le lâchera…
    Mais si donc nous mourrons TOUS. Qui donc gardera les vestiges de notre existence ? Qui donc est le SEUL parmi nous GABONAIS qui saura préserver les preuves de notre passage en tant que gabonais sur cette terre ?
    Je n’en vois qu’un SEUL.
    Un SEUL parmi nous. LE GABON.
    Si donc tu veux que ta vie soit marquée dans les creux de la terre,
    Si donc tu souhaites que nous sauvions ce TERRAIN de 267 667 km², seul GARRANT éternel de nos vies communes,
    Alors, pour l’amour de ta proche chair, Bongo, Libère dès aujourd’hui le GABON.
    Laisse ce pays se choisir un autre GARDIEN. Laisse son peuple se choisir un autre dirigeant.
    Va.
    Va en paix.
    Va rejoindre tes ancêtres.
    Va rejoindre les tiens.
    Et que la terre te soit aussi légère que tu l’as été avec tes semblables, tout au long de tes 41 longues années de règne sans partage que tu t’es octroyé durant ta vie.
    Amen.

    Petit-Léon MBA-MINKO

  46. Jean-félix N.

    21 Mai 2009 a 06:21

    Oui respectable compatriote Dr Ella; Qu’est ce qui peut encore nous surprendre, venant de ce pouvoir aujourd’hui ? Nous sommes soumis à un pouvoir de dictature qui ne se soumettra jamais à la démocratie; et ça nous le savons tous.Ne soyons pas naïfs; Nous devons plutot chercher les moyens durs pour contraindre les Bongoïstes à laisser le pouvoir aux vrais Gabonais démocrates pour construire notre pays en toute transparence et dans le respect de la constitution. Je trouve qu’il est inutile de s’indigner sans cesse. Nous sommes assurément plus intéligent que tous ces bongoïstes aveuglés par l’argent et le pouvoir; nous devons donc chercher des voies de pression morales et même physiques s’il le faut… Ne soyons pas comme des enfants que l’on a l’habitude de mentir, et qui sont surpris qu’on leur mente une ènième fois.

    Fraternelles salutations !

  47. Firmin Ba

    21 Mai 2009 a 04:26

    Bravo Docteur ELLA. C’est comme ça qu’un Homme, un VRAI, réagit face à l’arbitraire et à l’ignominie.
    Bien joué.
    C’est un bon point pour le BDP.

  48. amidou

    21 Mai 2009 a 02:48

    Traité de «nègre» à l’antenne, l’humoriste Dieudonné avait porté plainte contre des propos tenus lors d’une émission de la TSR (Télévision Suisse Romande).

    «Propos inappropriés et maladroits, mais en aucun cas pénaux»: le procureur général Daniel Zappelli a ainsi tranché l’affaire Dieudonné. Le chef du Parquet vient de classer la plainte pénale…
    La suite ici: http://africatimes.blogspot.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*