Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le Gabon suspendu à l’état de santé d’Omar Bongo

Auteur/Source: · Date: 22 Mai 2009
Catégorie(s): Politique

Le tabou qui entoure la santé d’Omar Bongo Ondimba, 73 ans, le président du Gabon, depuis qu’il a “suspendu momentanément” ses activités, le 6 mai, a été partiellement levé, jeudi 21 mai, par une déclaration lapidaire du ministre espagnol des affaires étrangères : “Il va très mal“, a affirmé Miguel Angel Moratinos, au quotidien La Vanguardia. Citant des “ sources médicales“, le journal catalan ajoutait que M. Bongo, hospitalisé depuis deux semaines à la clinique Quiron de Barcelone, souffre d’une “grave tumeur“.

Installé au pouvoir en 1967 avec la bénédiction du général de Gaulle, le président Bongo personnifie la survivance d’un lien post-colonial souvent dénommé “Françafrique” et d’un régime autoritaire bénéficiant du soutien de Paris.

La teneur de ces premières déclarations publiques a été confirmée par deux sources citées par l’Agence France Presse. Le président gabonais souffre d’un cancer des intestins avec métastases, assure l’une d’elles. Une autre affirme que M. Bongo alterne des phases de conscience et d’inconscience. Selon d’autres informations, le président a quitté le Gabon pour l’Espagne au début de mai à bord d’un avion médicalisé en compagnie de proches, dont Pascaline Gabon, sa fille et directrice de cabinet.

La publicité donnée aux propos du ministre espagnol a conduit les autorités gabonaises à rompre le silence absolu qu’elles observaient jusque-là, y compris sur le lieu où se trouvait M. Bongo. Dans un communiqué diffusé depuis Barcelone, la présidence du Gabon confirme son hospitalisation, mais affirme qu’elle vise à “faire un bilan de santé et (…) suivre des soins appropriés afin d’être au mieux de sa forme pour regagner le Gabon et reprendre au plus vite ses activités“.

M. Bongo “n’a subi aucune intervention chirurgicale”, assure le même texte, dénonçant un “acharnement médiatique aujourd’hui particulièrement indécent et savamment entretenu pour semer le trouble dans l’esprit du peuple gabonais à des fins déstabilisatrices”. De son côté, le premier ministre François Fillon, en visite à Yaoundé (Cameroun) jeudi 21 mai, a qualifié de “satisfaisante” la santé du chef de l’Etat gabonais et lui a adressé ses “voeux de prompt rétablissement“.

Avant les déclarations du ministre espagnol, Libreville avait seulement expliqué l’absence du président Omar Bongo, qui a perdu son épouse Edith Lucie le 14 mars, par son souhait de “se ressourcer dans le repos“.

NOMBREUSES SPÉCULATIONS

Le trouble suscité par la vacance de fait du pouvoir a renforcé le black-out observé à Libreville où aucune personnalité ne se risque à la moindre analyse publique. “Tout le monde a peur. Les administrations tournent au ralenti“, rapporte un témoin gabonais qui décrit une situation calme.

La question de la succession de M. Bongo, officiellement hors de propos, fait néanmoins l’objet de nombreuses spéculations. Les déclarations officielles rappelant les règles prévues par la Constitution gabonaise pour assurer “la continuité du fonctionnement du pays” tendent à les alimenter.

Le choix du président Bongo d’être hospitalisé en Espagne et non en France est analysé comme le signe d’une volonté gabonaise d’afficher une certaine distance à l’égard de Paris. Le 5 mai, une juge d’instruction parisienne a jugé recevable la plainte pour “recel de détournement de fonds publics” visant notamment Omar Bongo pour l’acquisition en France d’un imposant patrimoine d’immeubles et de voitures de luxe, au détriment du budget de son pays.

Le parquet de Paris a fait appel de cette décision le 7 mai témoignant du soutien de l’exécutif français au vieil “ami de la France”.


SUR LE MÊME SUJET
Inaugurée lundi par le président de la République, Ali Bongo Ondimba, chef suprême des forces de défense et de sécurité, en compagnie de son épouse Sylvia Bongo Ondimba qui a coupé le ruban symbolique, l'Ecole d'application du Servive de santé militaire de Libreville (EASSML) est, selon le ministre de la Défense nationale, la réalisation d'un acte de foi d'un leader qui fut "un formidable meneur d'hommes", El hadj Omar Bongo Ondimba et d'"un homme de défis", Ali Bongo Ondimba. "C'est d'abord la foi d'un leader qui fut un formidable meneur d'hommes, El hadj Omar Bongo Ondimba, qui a posé le ...
Lire l'article
Le Conseil national de la communication (CNC) a décidé le 21 mai la suspension pour 6 mois du journal «Ezombolo» pour outrage récidiviste à la première institution de la République, le chef de l’Etat. Six mois de suspension, c’est la sentence dont a écopé le journal «Ezombolo» pour «propos outranciers» à l’encontre du chef de l’Etat, Ali Bongo. Lors de leur réunion du 21 mai dernier à Libreville, le Conseil national de la communication (CNC) a «exprimé son indignation» devant les propos tenus dans le n°14 du 2 avril 2010 du journal Ezombolo sur le séjour du chef de l’Etat ...
Lire l'article
L'organisation de défense de la liberté de la presse Reporters sans frontières a accusé mercredi les autorités gabonaises "d'imposer un black-out médiatique sur la santé du président Omar Bongo", après la suspension notamment de deux publications gabonaises. Le Conseil national de la Communication (CNC) gabonais a adressé samedi une mise en demeure à Canal Overseas et RFI, a suspendu pour six mois la publication satirique Ezombolo et pour un mois l'hebdomadaire satirique Nganga. Le CNC a invoqué "l'acharnement (...) des médias internationaux (...) contre la personne du président (...) en diffusant des informations non officielles et alarmistes sur son état de santé", ...
Lire l'article
Le 26 mai 2009, dans une lettre adressée à la ministre de la Communication, Laure Olga Gondjout, et au président du Conseil national de la Communication (CNC), Emmanuel Ondo Methogo, Reporters sans frontières a fait part de sa préoccupation suite à la mise en demeure adressée au bouquet Canal Overseas Africa et à la station Radio France Internationale (RFI), ainsi qu’à la suspension infligée au journal à parution irrégulière Ezombolo et à l’hebdomadaire Le Nganga, pour leur couverture de l’état de santé du président Omar Bongo. "Cette décision est à la fois incompréhensible et injustifiée. Il n’existe aucune raison suffisante, à ...
Lire l'article
Le 26 mai 2009, dans une lettre adressée à la ministre de la Communication, Laure Olga Gondjout, et au président du Conseil national de la Communication (CNC), Emmanuel Ondo Methogo, Reporters sans frontières a fait part de sa préoccupation suite à la mise en demeure adressée au bouquet Canal Overseas Africa et à la station Radio France Internationale (RFI), ainsi qu'à la suspension infligée au journal à parution irrégulière Ezombolo et à l'hebdomadaire Le Nganga, pour leur couverture de l'état de santé du président Omar Bongo. "Cette décision est à la fois incompréhensible et injustifiée. Il n'existe aucune raison suffisante, ...
Lire l'article
Gabon/santé Bongo: manifestation demandant la démission de Bongo interdite
Une manifestation du groupuscule d'opposition "Bongo doit partir" (BDP) réclamant la "démission" du président Omar Bongo Ondimba, actuellement hospitalisé, a été interdite samedi par un important dispositif policier, a constaté un journaliste de l'AFP sur place. Une dizaine de membres du mouvement, très présent sur internet, se sont rendus sur place mais n'ont pas déployé de matériel, la police leur ayant indiqué que le rassemblement était interdit. "BDP n'a pas d'existence légale. Leur +structure+ existe depuis quatre ou cinq ans mais ils n'ont jamais déposé de statuts, ils n'ont pas de personnalité juridique. Ils n'ont jamais présenté un candidat aux élections. Leur ...
Lire l'article
Le président gabonais Omar Bongo, 73 ans, est en Europe depuis la semaine dernière et a suspendu ses activités officielles pour raisons de santé, apprend-on de source informée à Libreville. Bongo, à la tête de cet Etat d'Afrique occidentale depuis 1967, a été hospitalisé au moins deux fois ces derniers mois. "Le président prend soin de lui et se repose", a déclaré un conseiller de la présidence qui a requis l'anonymat. "Il a pris trois semaines de repos après plus de trois mois d'intense activité." Omar Bongo a gagné l'Europe la semaine dernière à bord d'un avion médicalisé, a-t-on précisé de source médicale. Selon ...
Lire l'article
Le nouveau président de transition de Madagascar Andry Rajoelina a annoncé jeudi la suspension des "activités de l'Assemblée nationale et du Sénat", 48 heures après son accession au pouvoir contestée par les Etats-Unis et l'Afrique australe. Les pouvoirs du Parlement, largement dominé par les partisans de Marc Ravalomanana forcé de démissionner de la présidence, seront exercés par deux nouvelles institutions - une "Haute Autorité pour la transition" et un "Conseil pour le redressement économique et social" - ainsi que par le gouvernement, a déclaré à la presse le nouveau porte-parole du gouvernement, Augustin Andriamananoro. Cette décision a été annoncée à ...
Lire l'article
Le bureau provincial du Syndicat national des personnels de Santé (SYNAPS) pour la Ngounié, réuni mercredi après-midi à Mouila, en assemblée générale extraordinaire a décidé de suspendre le service minimum jusque-là observé, suite au mot d'ordre de grève lancé lundi par le bureau exécutif àLibreville. Cette décision qui doit s'étendre sur l'ensemble des établissements sanitaires publics des départements de la province de la Ngounié, est consécutive, selon le document de déclaration de la suspension du service minimum remis à la presse, à ''la négligence et au manque de considération pour le personnel de Santé'' par le gouvernement de la République à ...
Lire l'article
Santé : Inauguration de l’Ecole d’application du Service de santé militaire de Libreville (EASSML) par le chef de l’Etat, le président Ali Bongo Ondimba
Gabon : Ezombolo suspendu pour «propos outranciers» envers Ali Bongo
Bongo Doit Partir
RSF dénonce un “black out médiatique” imposé sur la santé du président Bongo
Les autorités imposent un black-out médiatique sur la santé du président Omar Bongo
Gabon: Les autorités imposent un black-out médiatique sur la santé du président Omar Bongo
Gabon/santé Bongo: manifestation demandant la démission de Bongo interdite
Omar Bongo a suspendu ses activités pour se reposer en Europe
Madagascar: le Parlement suspendu, le nouveau pouvoir contesté à l’étranger
Gabon: Santé: Le service minimum suspendu dans les hôpitaux de la Ngounié

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 22 Mai 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

3 Réponses à Le Gabon suspendu à l’état de santé d’Omar Bongo

  1. mong y'adzè

    23 Mai 2009 a 13:26

    TIME IS UP! le sorcier s’en est allé, l’oracle l’a confirmé, mais le pleuple est comme tétanisé, inhibé par cette invraissemblable, inimaginable et impensable réalité… Gabonais préparez-vous à prendre en main votre destinée!
    GOD BLESS US! QUE DIEU BENISSE ET PROTEGE LE GABON…DES GABONAIS QUI AIMENT LEUR PAYS.

  2. maxime

    23 Mai 2009 a 09:05

    dans les couloirs de présidence se dessinent les silouhettes de deux personnes . ali bongo et nziengui nzoundou . si le premier ne cahe pas ses intentions le second serait dit on le protégé des français comme si le peuple gabonais est incapable de choisir son propre président de façon democratique . attention aux ambitions très demesurée .

  3. ESSIGANG

    22 Mai 2009 a 18:04

    Ah Mr. Bongo est victime de sa Reussite, Merci SIDA ! Il serait mort il y a quelques jours, attendons la confirmation dans un mois comme ce fut le cas de son Edith. Peuple gabonais, preparons nous a detruire ceux qui vont s’opposer au changement veritable qui fera des gabonais des hommes dignes de ce nom ! Ni la France, ni les marocains, moins encore les Americains viendront en aide a la famille Bongo et ses amis. ils(Bongo & Amis) diront, et feront croire que des puissances etrangeres viendront les aider a demeurer au pouvoir, c’est simplement du Blah-blah. Quant a ceux la de nos freres et soeurs qui sont dans les corps armes, il est temps pour vous de choisir votre camps, soit vous accepter de demeurer des sous-hommes pendent que la famille Bongo elle est pleine de Milliards, ou alors vous vous ranger du cote du peuple et par consequent participez a un changement digne et durable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*