Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon/Bongo: médias français avertis, deux journaux gabonais suspendus

Auteur/Source: · Date: 23 Mai 2009
Catégorie(s): Médias

Le Conseil national de la Communication (CNC) gabonais s’est “indigné” samedi du traitement de l’information par les médias français sur l’hospitalisation du président Omar Bongo Ondimba et suspendu deux journaux pour des articles sur la succession du président.

Réuni en “séance plénière extraordinaire”, le CNC a “constaté avec indignation l’acharnement (…) des médias internationaux (…) contre la personne du Président (…) en diffusant des informations non officielles et alarmistes sur son état de santé. Il s’agit notamment des chaînes relayées par Canal Sat que sont France 24, LCI, i-telé et Radio France internationale”, selon le communiqué parvenu à l’AFP.

“Le CNC met en demeure Canal Overseas et RFI (…) de respecter scrupuleusement les clauses des conventions qui les lient à l’Etat gabonais”, selon le texte. Ces conventions “prévoient le respect de l’ordre public, la sécurité du pays, l’unité nationale, les bonnes moeurs et la dignité des citoyens”.

Mais pour Albert Ripamonti, directeur adjoint de la rédaction de France 24, la chaîne “a bien veillé à respecter un équilibre, entre des informations qui laissent entendre que le président Omar Bongo serait dans un état de santé inquiétant, et celles données par les autoritées gabonaises, qui disent qu’il s’agit d’un simple bilan de santé.”

“Nous n’avons pas relayé uniquement la version la plus alarmiste. On a toujours donné parallèlement le point de vue des autorités gabonaises”, a-t-il assuré en réponse aux questions de l’AFP.

RFI, également sollicitée par l’AFP à Paris, n’a pas souhaité faire de commentaire.

Au Gabon, le CNC a également suspendu pour six mois Ezombolo, une publication critique du régime à parution irrégulière et pour un mois l’hebdomadaire satirique Nganga, un des journaux les plus connus du pays.

Pour le CNC, ces publications “s’érigent en relais de la presse étrangère devenant ainsi des supports locaux de désinformation et d’intoxication”.

Selon le CNC, Ezombolo “A travers l’article +La guerre entre Altogovéens (habitants du Haut-Ogooué, région d’origine du président Bongo) aura-t-elle lieu?+, parle d’une succession dont les règles sont pourtant établies par la loi fondamentale”.

Quant au Nganga, selon le CNC, il “jette le trouble dans l’opinion en prêtant à des personnalités l’intention d’être candidats à la succession du président de la République”, dans l’article “Sur le chemin de la succession, les dauphins à visage découvert”.

La présidence gabonaise a assuré jeudi que le président effectue, dans une clinique de Barcelone, un “bilan de santé” et suit “des soins appropriés afin d’être au mieux de sa forme pour regagner le Gabon et reprendre au plus vite ses activités”.

Toutefois, selon deux sources informées suivant de près la situation et s’exprimant sous couvert de l’anonymat, le doyen des chefs d’Etat africains se trouverait dans un état grave. 


SUR LE MÊME SUJET
Deux organes de presse, la télévision privée TV+ et le journal « Echo du nord », ont été suspendus mardi par le Conseil national de la communication (CNC) pour avoir diffusé la veille un discours de vœux de l’opposant gabonais, André Mba Obame, selon un communiqué du CNC lu mardi soir sur la première chaine de télévision gabonaise, RTG1. TV+, propriété de Mba Obame, écope de trois mois de suspension de ses programmes et « Echo du nord » pour sa part , est interdit de parution pendant une période de deux mois. "Une cérémonie de présentation de vœux au peuple ...
Lire l'article
La chaîne de télévision gabonaise "TV+" et le journal "Échos du nord" ont été suspendus provisoirement selon un communiqué du Conseil national de la communication (CNC) daté du 4 janvier. Cette décision fait suite à la diffusion par ces médias des "vœux à la nation" en janvier 2011 de l'opposant André Mba Obame qui s'était autoproclamé président. La décision de suspendre la chaîne de télévision gabonaise « TV+ » de l'opposant André Mba Obame et le journal Échos du nord a été officialisée par un communiqué de presse du Conseil national de la communication (CNC) paru le 4 janvier : « ...
Lire l'article
La ministre de la Communication gabonaise a dénoncé jeudi une "énième atteinte" au défunt président Bongo de la télévision France 24 et de Radio France internationale (RFI) qui diffusent des informations selon lesquelles il aurait versé des fonds à des partis français. Selon des notes diplomatiques américaines divulguées par WikiLeaks et rendues publiques mercredi par le quotidien espagnol El Pais, près de 30 millions d'euros auraient été détournés de la banque des Etats d'Afrique centrale (BEAC) par Omar Bongo pour son propre usage mais aussi à destination de certains partis politiques français.
Lire l'article
Quelques jours après la suspension provisoire de 6 organes de presse par le Conseil national de la communication (CNC) le 10 novembre dernier, le collectif des éditeurs et des responsables des Association de presse du Gabon est monté au créneau pour dénoncer ces mesures. Au cours d’un point presse tenu à Libreville ce 13 novembre, le collectif a également déclaré qu’il introduirait une plainte au Conseil d’État contre le CNC, dont les décisions de suspension sont qualifiées d’«arbitraires» Suite à la décision du Conseil national de la communication (CNC) du 10 novembre dernier, de suspendre provisoirement six organes de presse locaux ...
Lire l'article
Le Conseil national de la communication (CNC) gabonais a suspendu mardi six journaux privés pour des "violations des principes de déontologie et d'éthique", selon un communiqué du CNC publié mercredi par le quotidien L'Union. Deux autres titres ont reçu "des mises en demeure de respecter les règlements". "La presse gabonaise continue de s'illustrer malheureusement dans le relais tous azimuts de la rumeur publique, faisant ainsi montre de paresse dans l'investigation (...) Les médias gabonais pour la plupart colportent la rumeur et s'en font les complices en l'amplifiant", affirme le CNC, citant les six journaux. Pour le CNC, certains articles "versent dans la division ...
Lire l'article
Le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) a fustigé, dans une déclaration de son Bureau politique ce samedi en fin de matinée à Libreville et que Gabonews publie dans son intégralité, l’acharnement des médias hexagonaux à amplifier la « campagne médiatique de déstabilisation et de dénigrement » orchestrée contre le Gabon et son président, Omar Bongo Ondimba. DECLARATION DU BUREAU POLITIQUE DU PARTI DEMOCRATIQUE GABONAIS « Le Bureau politique du PDG, réuni le vendredi 6 mars 2009 à Libreville, constate avec le peuple gabonais ainsi que la communauté internationale, que depuis quelques mois, est menée une vaste campagne de déstabilisation orchestrée ...
Lire l'article
Le gouvernement gabonais a vivement condamné mercredi dans un communiqué, le battage des médias français contre le président Omar Bongo Ondimba. Dans une déclaration lue devant la presse nationale et internationale, le porte-parole du gouvernement, monsieur René Ndemezo’Obiang a exprimé la ‘’profonde indignation’’ des autorités gabonaises face à l’acharnement médiatique ‘’visant clairement à déstabiliser le Gabon’’. Pour illustrer son propos,monsieur Ndemezo’Obiang a cité la médiatisation ‘’des biens immobiliers en France du Président de la République ainsi que la divulgation des informations sur ses comptes bancaires en violation flagrante du secret bancaire’’. Toutes choses tendant à convaincre Libreville de l’existence d’une ...
Lire l'article
Le porte-parole du Gouvernement gabonais, René Ndémézo’o Obiang, a livré ce mercredi à Libreville, devant la presse nationale et internationale, la Déclaration relative à la campagne des médias français portant atteinte à la personne président de la République, Omar Bongo Ondimba. Voici ci-après le texte intégral de la Déclaration: « Le gouvernement gabonais observe depuis quelques semaines le développement persistant d’une campagne des médias français portant atteinte à la personne du président de la République, Chef de l’Etat, son Excellence El Hadj Omar Bongo Ondimba. Cette campagne pernicieuse, indécente et empreinte de préjugés, s’illustre dans les médias français tant publics que privés. L’opinion nationale ...
Lire l'article
Deux journalistes des médias privés gabonais ont été arrêtés et puis détenus dans les locaux de la police judiciaire (PJ) depuis mardi soir, a appris l'AGP vendredi de sources concordantes. Gaston Asseko, journaliste et directeur technique à radio Sainte-Marie et Léon Dieudonné Koungou, du journal Tendance Gabon, ont été arrêtés après avoir été convoqués au B2 (2ème Bureau des services de renseignements de l'armée gabonaise), a expliqué l'équipe de la rédaction de Radio Sainte-Marie. ''Depuis mardi, les services de sécurité et des renseignements les ont embarqués pour le B2, avant de les conduire à la PJ'', a affirmé un journaliste de la ...
Lire l'article
Deux organes de presse suspendus pour diffusion des vœux à la nation de Mba Obame
Gabon : deux médias d’opposition suspendus temporairement
Bongo: Le Gabon critique les médias français
Bongo Doit Partir
Gabon : Les journaux suspendus dénoncent un «véritable muselage»
Gabon: six journaux privés suspendus pour manque “d’éthique”
Gabon: Campagne médiatique contre le président Bongo : le PDG dénonce l’acharnement des médias français
Le gouvernement gabonais condamne le battage des médias français contre le président Bongo Ondimba
Gabon: Campagne des médias français contre le président Omar Bongo Ondimba: Déclaration du gouvernement gabonais
Gabon: Médias : Deux journalistes des médias privés en détention depuis mardi à Libreville


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 23 Mai 2009
Catégorie(s): Médias
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

3 Réponses à Gabon/Bongo: médias français avertis, deux journaux gabonais suspendus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*